Archives de catégorie : Histoire orale / Vidéogrammes

Ports d’attache : Ho Chi Minh-Ville [rediffusion ARTE]

[ndlr] Rediffusion du documentaire de Nicolas Boucher, Etienne Deslières et Michel Lam (TV5 Canada, juin 2013).

Hô-Chi-Minh-Ville

Encore appelée Saigon par plusieurs, Hô-Chi-Minh-Ville est la plus grande ville du Vietnam. Son histoire est chargée de bouleversements. Mais après de longues années de colonisation et de guerre, elle s’est enfin affranchie des contraintes et des défis qui l’ont trop longtemps définie.

Avec ses quelques 9 millions d’habitants, elle connaît une croissance phénoménale et un boom économique sans précédant. Menée avec dynamisme par les jeunes qui constituent la grande majorité de sa population, Hô-Chi-Minh-Ville ne semblent avoir aucunes limites. On y vient de partout au pays pour y trouver un emploi et une vie rêvée. L’optimisme qui l’anime est palpable du matin au soir, 7 jours sur 7. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle rejoigne les autres métropoles asiatiques, et qui sait, peut-être même les surpasser !

Portsd'Attache_HCM-Ville
Cliquez sur l’image pour accéder au reportage (Replay Arte)

A voir également sur TV5 Vidéo Canada (vidéo disponible jusqu’au 30 avril 2014).

Hoàng Sa Việt Nam: Nỗi đau mất mát – La Meurtrissure

[ndlr] Il y a 40 ans, le 19 janvier 1974, aux îles Paracels, la République du Viêt-Nam (Sud) s’engageait dans un combat maritime avec la République de Chine Populaire. Cette courte bataille des îles des Paracels fut gagnée par la Chine qui s’empara des îlots historiquement revendiqués par les Vietnamiens. A travers un regard à la fois politique et anthropologique, le documentaire d’André Menras rend hommage aux familles de pêcheurs encore victimes aujourd’hui des tensions engendrées par la politique de fait accompli de la Chine populaire. Rencontre émouvante avec ces familles oubliées.

 

Décès de la chanteuse Hà Thanh (1937-2014) aux États-Unis

HaThanhNous avons appris avec tristesse la disparition de la célèbre chanteuse des années soixante Hà Thanh (de son vrai nom Trần Thị Lục Hà). Née en 1937 (ou 1939 selon certaines sources) à Huê, elle connut son heure de gloire à Saigon à partir de 1965. En 1984, elle émigra aux États-Unis avec sa fille. Fervente bouddhiste, elle continua de chanter au profit des pagodes de la communauté exilée. Elle est décédée le 1er janvier 2014 à Boston à l’âge de 76 ans.

 

Pour en savoir plus :

Ðỗ Dzũng, ‘Hoạ mi xứ Huế’ Hà Thanh qua đời ở tuổi 77, Người Việt, 02/01/2014.Nhạn Thư, Nữ danh ca Hà Thanh qua đời ở tuổi 76, Một Thế Giới, 03/01/2014.

P.T.N., Danh ca Hà Thanh qua đời, Bao Phu Nu Thanh Pho, 02/01/2014.

Phuong Linh, Danh ca Hà Thanh qua đời, Giao Duc Viêt Nam, 03/01/2014.

Quốc Huy, Nữ danh ca Hà Thanh « giọng ca oanh vàng số 1 » qua đờiTin mới / Seatimes, 03/01/2014.

Thai Loc, Nữ danh ca Hà Thanh đã ra đi, Tuoi Tre Online, 03/01/2014.

Thanh Hiệp, Nữ danh ca Hà Thanh qua đời tại Mỹ, Nguoi Lao Dong, 03/01/2014.

Hà Thanh, Wikipedia VN.

Voir aussi : Hoàng Lan Chi, Hà Thanh, Tiếng Hát Hoa Đào, Am Nhac.fm, 20/03/2013.

* * *

HaThanh_VuongThuyKieu

HaThanh_ThoiTre

Nhạc sĩ Việt Dzũng qua đời tại California – Décès du musicien Viet Dzung (1958-2013)

VietDzung[ndlr] A l’occasion du décès prématuré du musicien Viet Dzung (Nguyễn Ngọc Hùng Dũng), nous offrons aux lecteurs de Mémoires d’Indochine cette chanson triste qu’il composa en 1978 pour ses compatriotes restés au pays après le 30 avril 1975. Né à Saigon en 1958, Viet Dzung était une figure bien connue de la communauté vietnamienne en Californie notamment grâce à son rôle de MC au sein du programme de divertissement Asia (Trung Tâm Asia). Infatigable militant pour les droits de l’homme et la démocratie au Viêt-Nam, il fut en tant que journaliste, porte-parole des radios Little Saigon (1992-1996) et Bolsa depuis 1996. Il laisse derrière lui quelques grands titres comme Một Chút Quà Cho Quê Hương / Quelques présents pour la terre natale interprété ici par la grande chanteuse Khánh Ly.

* * *

Một Chút Quà Cho Quê Hương – Khánh Ly – Việt Dzũng

 

Em gởi về cho anh dăm bao thuốc lá
Anh đốt cuộc đời cháy mòn trên ngón tay
Gởi về cho mẹ dăm chiếc kim may
Mẹ may hộ con tim gan quá đọa đầy

Gởi về cho chị dăm ba xấp vải
Chị may áo cưới hay chị may áo tang
Gởi về cho em kẹo bánh thênh thang
Em ăn cho ngọt vì đời nhiều cay đắng

Con gởi về cho cha một manh áo trắng
Cha mặc một lần khi ra pháp trường phơi thây
Gởi về Việt Nam nước mắt đong đầy
Mơ ước một ngày quê hương sẽ thanh bình

Em gởi về cho anh một cây bút máy
Anh vẽ cuộc đời như ước vọng mong manh
Gởi về cho mẹ dăm gói chè xanh
Mẹ pha hộ con nước mắt đã khô cằn

Gởi về cho chị hộp diêm nhóm lửa
Chị đốt cuộc đời trong hoang lạnh mù sương
Gởi về cho em chiếc nhẫn yêu thương
Em bán cho đời tìm đường vượt biên

Con gởi về cho cha vài viên thuốc ngủ
Cha chôn cuộc đời trong trong xứ tù chung thân
Gởi về Việt Nam khúc hát ân cần
Mơ ước yên lành…
trong giấc ngủ…. da…. vàng….

Nhạc Và Lời Việt Dzũng.

 

Source : Nguoi Viet, 20/12/2013.

 

Voir aussi :

La marche de l’histoire : Le général Giáp [France-Inter]

[ndlr] Emission sur l’itinéraire du Général Vo Nguyen Giap diffusée le 20 novembre dans La marche de l’histoire (l’émission de Jean Lebrun sur France Inter).

Il y a soixante ans précisément, le général Navarre prenait la décision – qui paraît étrange a posteriori – de construire un grand camp retranché à Dien Bien Phu, destiné à attirer les troupes vietminh qui auraient dû venir s’y user. S’ensuivra une victoire des communistes dont leur chef, le général Giap, ne pourra fêter le soixantième anniversaire : il vient de mourir, à 102 ans.

vonguyengiap1944
Vo Nguyen Giap et une unité vietnamienne dans la jungle près de Kao Bak Lang en 1944 © domaine public – 2013

« Ils m’ont mis dans la tombe une douzaine de fois, disait-il, mais je suis revenu. » Ils ? Ce ne sont ni les Français ni les Américains qui ont eux aussi fini par plier bagages, en 1975. Non, ce sont ses camarades d’un appareil communiste dont il n’a jamais voulu s’éloigner mais dont il n’a jamais pu prendre le contrôle non plus.

Ils ont vieilli ensemble, les bonnes et mauvaises fortunes politiques de Giap dépendant de plus puissants que lui. Au final, c’est lui qui l’emporte néanmoins. Sa mort a en effet provoqué un immense mouvement d’hommage. Au-delà du Vietnam : il était la seule personnalité du pays à avoir une dimension mondiale. A l’intérieur du pays plus encore. Si Giap avait toujours veillé à y présenter son profil le plus orthodoxe, il en laissait deviner un  autre qui pouvait se dévoiler en privé. C’est ainsi qu’aujourd’hui, les partisans d’une évolution du régime vers le pluralisme font leur figure de proue du vieux héros que les hiérarques sont contraints de célébrer.

ClaireTranThiLienInvitée : Claire Tran Thi Lien

Maître de conférences en Histoire de l’Asie Orientale à l’Université Paris-Diderot.
Enseignante-chercheuse à l’Université Paris Diderot, ses travaux portent essentiellement sur les rapports entre politique et religions au Viêt Nam et dans la péninsule indochinoise de la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui et tout particulièrement sur l’histoire du catholicisme au Viêt Nam. Elle s’intéresse également à l’histoire politique du Viêt Nam contemporain et en particulier à l’histoire encore peu étudiée en France de la République du Viêt Nam (1954-75). Ses recherches s’inscrivent dans une perspective comparatiste avec d’autres pays d’Asie du Sud-Est, mais aussi d’autres régimes communistes (République Populaire de Chine, République Populaire de Corée, URSS/Russie, République Populaire de Pologne). Membre du laboratoire Sedet (Sociétés en développement. Études transdisciplinaires) depuis 2005, elle est co-responsable de l’’axe Asie avec Gilles Guiheux, elle participe depuis 2011 à l’organisation d’un séminaire commun des groupes Asie des laboratoires Sedet (Paris Diderot) et HSTM (Inalco) autour du thème « Normes, circulations, gouvernance en Asie » qui se poursuit dans le cadre du nouveau laboratoire Cessma. Elle est membre de l’Afrase (Association Française pour la Recherche en Asie du Sud-Est). Elle a développé récemment, dans son corpus de sources, les sources photographiques et audio-visuelles, dans le cadre d’une collaboration avec l’Ina (Institut National de l’Audiovisuel). Elle est auteur d’une thèse Les catholiques vietnamiens pendant la guerre d’indépendance (1945-1954). Entre la reconquête coloniale et la résistance communiste.
  • A écouter sur France Inter (disponible en écoute jusqu’au 15/08/2016).

GS Nguyễn Thế Anh : Những năm sau cuộc đảo chính Ngô Đình Diệm

University_of_Hue[ndlr / Résumé] Alors qu’il rentre de France pour enseigner à l’Université de Huê, le Professeur Nguyễn Thế Anh revient sur la période troublée au Sud Viêt-Nam après la chute de Ngô Đình Diệm en 1964. Recteur de l’Université de Huê de 1966 à 1969, il doit s’accommoder de la fronde bouddhiste et estudiantine dans le centre du pays. Son témoignage englobe les événements tragiques du Têt 1968 à Huê lors desquels il fut épargné. On comprend pourquoi il fut profondément marqué par la situation chaotique de Huê pendant la guerre. Il termine cet entretien sur son départ du Viêt-Nam avec son épouse quelques jours avant la chute de Saigon le 30 avril 1975. Un départ pour Washington avant de rejoindre la France où il intégra le CNRS puis l’EPHE en tant que Directeur d’études.

* * *

Giáo sư sử học Nguyễn Thế Anh đã kể lại với BBC về những năm tháng hậu Ngô Đình Diệm ở Huế và Sài Gòn.

Ông Anh đáng ra đã trở về Việt Nam từ Pháp, nơi ông du học, hồi năm 1963 nhưng phải lùi lại tới năm 1964 vì cuộc đảo chính hồi tháng 11/1963.

Từ Pháp ông về Huế làm khoa trưởng rồi viện trưởng Đại học Văn khoa Huế trong tình hình mà ông nói « rất căng thẳng » vì các cuộc biểu tình phản đối liên tục của Phật tử và sinh viên.

Giáo sư Nguyễn Thế Anh cũng chứng kiến vụ Mậu Thân 1968 trong những năm về sau nhưng cho rằng nhờ may mắn và nhờ có người anh làm tướng chỉ huy của miền Bắc trong dịp Mậu Thân mà thoát nạn.

Ông cũng kể về chuyện ông đã rời Sài Gòn, bốn ngày trước khi thành phố sụp đổ, như thế nào.

Source : BBC, 07/11/2013.

 

Pour en savoir plus : Tiểu sử Giáo sư Nguyễn Thế Anh

L’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge – 2e Epoque [Théâtre des Célestins, Lyon 29-30 octobre 2013]

[ndlr] Annonce Sens Interdits, Festival international de théâtre 2013.

Après le très bel épisode de la création de la 1ère Époque en octobre 2011 au Théâtre des Célestins, la jeune et lumineuse troupe cambodgienne de Phare Ponleu Selpak adapte la deuxième partie de la pièce. Débutant au mois de mars 1970, elle fait entrer sur scène les Khmers rouges. Grande fresque d’une tragédie qui n’est, à ce jour, toujours pas apaisée, cette épopée vibrante marche sur les pas de Norodom Sihanouk, roi à la fois impulsif, capricieux et romantique, pris en étau entre intrigues de palais et mécanismes de l’histoire politique mondiale.

C’est avec une très grande fierté que le Festival Sens Interdits, aux côtés du Théâtre du Soleil, accompagne sur la durée ce voyage audacieux, singulier et bouleversant dans l’histoire chaotique du peuple cambodgien.

SihanoukII_théâtre

Représentation les mardi 29 et mercredi 30 octobre 2013 – Grande Salle (Célestins)

De : Hélène Cixous | D’après la mise en scène de : Ariane Mnouchkine (1985) | Mise en scène : Georges Bigot, Delphine Cottu

Avec Chea Ravy, Chhit Phearath, Chhit Chanpireak, Horn Sophea, Houn Bonthoeun, Huot Hoeurn, Huoth Hieng, Khuon Anann, Khuonthan Chamroeun, Mao Sy, Nouv Srey Leab, Nut Samnang, Ong Phana, Pin Sreybo, Pov Thy Nitra, Preap Pouch, Sam Monny, Sam Sary, San Marady, Sim Sophal, Sok Doeun, Sok Kring, Thorn Sovannkiry, Uk Kosal, Uk Sinat Musicien(s) – Norng Chantha, Pho Bora, Pring Sopheara, Vath Chenda / Assistant à la mise en scène – Sophie Piollet / Créateur lumière – Elsa Revol / Créateur costumes – Marie-Hélène Bouvet, Elisabeth Cerqueira

Direction historique et textuelle – Ashley Thompson / Traduction – Ang Choulean / Décor – Everest Canto de Montserrat, Elena Antsiferova / Interprète et surtitrage – Rotha Moeng

D’après la mise en scène d’Ariane Mnouchkine (1985)

Coproduction – Théâtre du Soleil, Festival Sens Interdits – les Célestins, Théâtre de Lyon , École des Arts Phare Ponleu Selpak

Source : Sens interdits 2013