Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Le Vietnam depuis 2000 ans – L’Histoire [en kiosque]

L'Histoire_Vietnam2000AnsLe numéro n°62 des Collections de L’Histoire, consacré à l’histoire longue du Vietnam, paraît aujourd’hui en kiosque. A cette occasion, la revue L’Histoire a mis en ligne dans son intégralité l’article de Pierre Grosser, “La guerre de trente ans”. Retrouvez également sur le site du magazine la présentation intégrale du numéro et la bibliographie complète de ce numéro spécial sur un pays à la fois ancien et né de la guerre, à l’heure de l’année croisée France / Vietnam.

Présentation de l’éditeur

Nul n’a oublié la terrible succession des guerres qui ont ravagé le Vietnam pendant plus de trente ans à partir de 1945 et la diaspora qui en découla. On connait aussi la période coloniale de l’Indochine pourvoyeuse de café et de caoutchouc, et de clichés exotiques. Mais que sait-on des cent tribus originelles, des empereurs Lê et Nguyen, de dame Triêu et des soeurs Trung, les “Jeanne d’Arc vietnamiennes” ? Que sait-on aujourd’hui de cette discrète puissance régionale, toujours communiste dans l’exercice du pouvoir mais ouverte à l’économie de marché ? Les meilleurs spécialistes racontent l’histoire longue du Vietnam.

Par Pierre Asselin, Pierre Brocheux, Christophe Goscha, Pierre Grosser, Annick Guénel, François Guillemot, Andrew Hardy, Michel Hoàng, Pierre Journoud, Anne-Marie Moulin, Philippe Papin, Emmanuel Poisson, Dominique Rolland, Hugues Tertrais, Benoît de Tréglodé.

* * *

Extrait à parcourir en ligne : L’Histoire

Télécharger le Communiqué de presse_L’HISTOIRE.

Débat : Le général Vo Nguyen Giap – Quelle analyse stratégique ? [Irsem]

Inserm_DébatVoNguyenGiapGénéral VO NGUYEN GIAP
Quelle analyse stratégique ?

* * *

Jeudi 14 novembre 2013
18h00 à 20h00

École militaire
Amphithéâtre de BOURCET

Inscription obligatoire pour assister au débat

Se munir d’une pièce justificative d’identité pour l’accès.

* * *

Avec la participation de :

Claude Blanchemaison,
ambassadeur de France à Hanoi entre 1989 et 1993, auteur de La Marseillaise du général Giap (Michel de Maule, 2013) ;

Hugues Tertrais,
professeur d’histoire contemporaine de l’Asie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et directeur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (CHAC, Paris I), auteur de La piastre et le fusil. Le coût de la guerre d’Indochine (CHEFF, 2002)

Pierre Journoud,
chercheur à l’IRSEM et membre du CHAC, auteur de De Gaulle et le Vietnam (1945-1969). La réconciliation (Tallandier, 2011), co-auteur avec Hugues Tertrais de Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent (Tallandier 2004, réédition collection Texto 2012).

Source : Irsem (Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire)

Inscription IRSEM Giap

Ngô Đình Diệm, cinquante ans après (1963-2013)

NgoDinhDiem_2-11-2013Cinquante ans après l’assassinat du Président de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963), Ngo Dinh Diem (1901-1963) et de son frère Ngo Dinh Nhu (1910-1963), des cérémonies de recueillement se sont déroulées un peu partout dans les communautés vietnamiennes exilées. Plus surprenant, un hommage non officiel a été rendu à l’ancien Président au Viêt-Nam même sous l’égide des Rédemptoristes de Saigon (voir vidéo en fin d’article). Ce court billet rappelle les principaux textes édités à l’occasion du cinquantenaire du coup d’Etat de 1963, témoignages historiques d’une époque révolue qui intéresse de plus en plus les historiens. Nous remercions le professeur Nguyen The Anh pour le signalement de la plupart de ces documents.

Billet mis à jour le 7/11/2013.

FG

Le témoignage de l’écrivain Nguyen Minh Can sous forme de réflexion sur le Viêt-Nam de l’époque dans son contexte asiatique et de réhabilitation pour l’ancien Président :

Tôi hồi đó đã phải nghe biết bao điều vu khống, xuyên tạc rất bỉ ổi, bây giờ nghĩ lại thấy “người ta” đểu cáng, nhỏ nhen, bẩn thỉu vô cùng! Nhưng với thời gian càng ngày tôi càng hiểu rõ cụ Ngô Đình Diệm hơn. Đó là một người yêu nước thật sự chứ không phải là con người lợi dụng lòng yêu nước của kẻ khác vì mục đích chính trị của mình, mà như vậy thì không phải là yêu nước thật tâm. Cái đáng quý của cụ Diệm là cuộc sống trong sạch, có thể nói khổ hạnh, Có người nói là cụ Diệm độc tài, cũng có thể là như thế. Nhưng anh thử  nhìn xem cái thời đó trong các nước châu Á lân cận VN, có nước nào không độc tài, chẳng cần nói Trung Quốc, Việt Nam, Bắc Triều Tiên làm gì, đó lũ độc tài man rợ nhất, mà ngay cả Nam Hàn, Đài Loan, Singapor, Mã-lai-á, Nam dương… không  đâu là không có độc tài cả, Những chế độ của các nước đó mà so với cái độc tài của cụ Diệm thì phải thẳng thắn nhận rằng độc tài của cụ Diệm nhẹ hơn nhiều, vì độc tài của cụ mà lại có bầu cử tương đối tự do, lại chấp nhận đối lập, chấp nhận một phần quyền tự do báo chí, tự do xuất bản, tự do lập hội… Tôi khen cụ đã tổ chức rất tốt cho việc đón nhận, tổ chức nơi ăn chốn ở và công việc làm ăn cho gần một triệu con người miền Bắc di cư vào Nam, đó là một thành tựu rất nổi bật, cố nhiên có sự tài trợ của Mỹ. Vì tôi so với việc CP miền Bắc đón nhận gần hai nghìn dân Việt ở Thái Lan trở về (theo lời kêu gọi của CP miền Bắc), mà người ta tổ chức đón tiếp, bố trí công việc làm ăn chẳng ra sao cả, bà con rất bất mãn, có người ném cả cái radio ra đường rồi hét to: “vì mày nói dối (ý nói nghe Đài HN) nên ta tin mà trở về, bây giờ cơ sự thế này đây!”, co người thất vọng tự tử… Tôi tin rằng dần dần, chắc nhiều người sẽ hiểu về cụ hơn. Cái lễ tưởng niệm ở nấm mò của cụ có ghi là HUYNH và của em cụ có ghi là ĐỆ cho thấy đây là bước đầu của “tảng băng tan”.

Et le reportage de Kim Thanh sur la cérémonie de Portland :

TRONG NIỀM TƯỞNG TIẾC KHÔN NGUÔI
Mùa thu Portland có những cơn mưa bất chợt, lạnh hắt hiu, vừa đủ cho hồn buồn bã tìm về kỷ niệm và tình người. Như chiều nay, thứ bảy 2/11 –lễ Các Đẳng Linh Hồn (Fête des Morts). Tôi nhớ, ôi biết bao là nhớ, ba mẹ quý yêu đã lìa bỏ cõi trần từ bao thu rồi, nhớ những người thân gia đình đang nằm sâu dưới huyệt lạnh, nhớ những đồng đội thân thương đã gục ngã ở chiến trường xưa hay ngục tù cải tạo. Nhớ dung nhan và dư hương của một cuộc tình đã lỡ, chôn vùi trong một nghĩa trang nào xa lắc lơ bên phương trời cũ.
Cơn mưa bất chợt, tái tê. Như chiều nay. Tôi đến nhà thờ La Vang, NE Alameda Dr., cách vùng SE của tôi khoảng 30 phút, đúng 6 giờ khi Lễ Các Linh Hồn sắp bắt đầu, nhưng phải loanh quanh tìm chỗ đậu xe mất chừng mười phút, và xa trên bốn blocs, vì parking nhà thờ và dọc hai bên con đường dài chật ních, hơn thường lệ. Phải chăng giáo dân biết trước chiều nay sẽ có buổi tưởng niệm cố tổng thống Ngô Đình Diệm, như mỗi năm, nên đã đến đông hơn, mặc dù không có thông cáo trên các báo địa phương, khác với những buổi tổ chức văn nghệ dạ vũ, gây quỹ, từ thiện, hội thảo này nọ? Lễ tưởng niệm, như thế, sẽ diễn ra âm thầm, không gọi mời ai. Ngay cả danh tánh những người tổ chức cũng không được nêu. Chỉ chuyền tin cho nhau. Ai biết và có lòng mến mộ cụ sẽ đến, một cách âm thầm như cái chết thảm thương và cô đơn của cụ cùng với bào đệ, trong chiếc xe thiết giáp, một trưa nào, cách đây đúng nửa thế kỷ. Tôi biết, nhờ một người bạn gọi điện thoại báo cho.
Lire la suite : Nguyet San Viet Nam, Monday 4 November 2013.
BanThoCung_NgoDinhDiem
Cérémonie du souvenir à Portland © 2013 Nguyet san Viet Nam

Autres articles à lire en ligne ou à télécharger (pdf) :

  • Bui Ngoc Vu, “Ngô Đình Diệm – Ngô Đình Nhu, son épouse Mme Nhu, et les ambassadeurs des Etats-Unis à Saigon”, 05/05/2013.

Lire la suite (pdf) : AEJJR

  • Bui Ngoc Vu, “Le feu vert américain et le meurtre du Président Diệm”, Magazine Good Morning, 03/10/2013.

Les deux évènements majeurs de l’année 1963, la crise bouddhique en premier,elle-même agissant comme un catalyseur et favorisant l’arrivée du deuxième, le coup d’Etat du 1er novembre, ne font pas l’objet de ce document. Les récits détaillés de leur histoire sont maintenant très bien connus car bien des livres et de documents ont déjà été publiés à leur sujet. L’auteur du présent document s’est plus intéressé au contexte d’ensemble et aux dessous de l’histoire de la période entre le feu vert américain (le 23 août) et le déclenchement du coup d’état (le 1er novembre), en prenant comme source principale les documents américains déclassifiés et publiés sur le site officiel du Département d’État. Ceux utilisés pour cet article proviennent des volumes III et IV de FRUS 1961-1963 et sont référencés sous la forme [Doc n*. auteur. date]. L’article limité plutôt à une présentation des faits est une version simplifiée d’un chapitre d’un ouvrage à paraître, traitant plus complètement de la 1ère République du Việt-Nam.

Lire la suite (pdf) : AEJJR

 

Annonce d'une cérémonie en hommage à Ngo Dinh Diem organisée à Montréal © 2013 Thoi Bao
Annonce d’une cérémonie en hommage à Ngo Dinh Diem organisée à Montréal © 2013 Thoi Bao
  • Byron Williams, “50 Years Ago, the Official Beginning of a Quagmire”, Huffington Post, 02/11/2013.

This year has certainly been the year of 50th anniversaries. From the March on Washington to the 16th Street Baptist Church Bombing to the upcoming JFK assassination, 2013 has definitely been the year of golden commemorations. November 2 happens to also fall into the category of 50th anniversaries, but this one is unlikely to garner much fanfare – South Vietnamese President Ngo Dinh Diem was assassinated following a military coup.

Read More : Huffington Post

 

  • Chinh Dao, “Jean Baptiste Ngô Ðình Diệm (1897 – 1963): Thời Kỳ Chưa Nắm Quyền, 1897-1954”, Hop Luu, 31/10/2013.

Ngày 25/4/1961, Tướng Edward G. Lansdale–người được coi như hiểu biết rất rõ Việt Nam Cộng Hòa [VNCH]–viết báo cáo lên Thứ trưởng Quốc phòng Roswell L. Gilpatric, Chủ tịch Ủy Ban Ðặc Nhiệm Việt Nam [Presidential Task Force on Vietnam], về “No Din Zee’em” (Ngô Ðình Diệm) như sau: Ông ta lùn, mập tròn. . . Nhiều người không chú ý đến cặp mắt đen hay liếc trộm [snapping] của ông ta mà chỉ chú ý đến cặp giò vừa đủ chạm mặt đất khi ngồi. Tuy nhiên, ông ta không cảm thấy ngượng ngùng về chuyện lùn, và có vẻ rất tự nhiên chung quanh những người Mỹ cao lớn…

Lire la suite : Hop Luu

 

  • Lai Nguyen An, MỘT BÀI BÁO CỦA PHAN KHÔI NĂM 1935 VIẾT VỀ NGÔ ĐÌNH DIỆM, Viet Studies, 03/11/2013.

Năm 1935, khi Phan Khôi (1887-1959) đang làm Chủ bút báo Tràng An ở Huế, ông có viết bình luận nhân sự kiện Triều đình Huế, dưới thời vua Bảo Đại, đã có 2 quyết định liên quan đến Ngô Đình Diệm: cách chức, sau đó khai phục chức Thượng thư cho ông ta. Trong lời bình luận, Phan Khôi lưu ý đến các phương diện khí tiết của người làm quan và “tâm thuật” của sĩ phu trước các quyết định của triều đình. Bài này có in trong tập: Phan Khôi, Tác phẩm đăng báo 1935 /Lại Nguyên Ân sưu tầm, biên soạn/ Nxb. Tri Thức, Hà Nội, phát hành tháng 10/2013.

Xin giới thiệu cùng bạn đọc : Viet Studies

 

  • Ngô Đình Diệm, la mésalliance américaine, Le Point, 05/11/2013.

Le 2 novembre 1963, les États-Unis font assassiner leur allié vietnamien de très longue date et s’enlisent dans une guerre sans fin.

Lire la suite : Le Point

 

  • John Prados (edited by), The Diem Coup After 50 Years – John F. Kennedy And South Vietnam, 1963 National Security Archive Electronic Briefing Book No. 444

Read more : NSAEBB

  • John Prados, “Ngo Dinh Diem in the Crosshairs“, National Security Archive, 02/10/2013.

Read on :  National Security Archive

 

  • “Giáo dân ở VN viếng ông Ngô Đình Diệm”, BBC Tieng Viet, 02/11/2013.

Ngày 1/11, hàng chục người đã công khai đến viếng mộ cố Tổng thống Việt Nam Cộng hòa Ngô Đình Diệm nhân 50 năm ngày mất của ông tại nghĩa trang Mạc Đĩnh Chi, Lái Thiêu, Bình Dương. Thông tin từ trang chuacuuthe.com cho biết buổi lễ có sự góp mặt của các giáo dân ở miền Nam và do cha Antôn Lê Ngọc Thanh chủ trì.

Lire la suite : BBC

 

Beverly Deepe Keever, Dangerous History of ‘Regime Change’, 23/10/2013.

Official Washington justifies military and political interventions in other countries under the theory of “U.S. exceptionalism.” But these “regime changes” often have unexpected results, as with the bloody coup d’Etat that removed South Vietnamese President Diem a half-century ago. On Nov. 1, 1963, a half-century ago, the South Vietnamese government that the United States had backed for nearly a decade was toppled in a military coup d’etat, an act of regime change approved by President John F.  Kennedy.

Read More : Global Research

 

Charles Trueheart, Misalliance: Ngo Dinh Diem. The Opening Act ‘Sink or swim with Ngo Dinh Diem.’, Weekly Standard, June 10, 2013, Vol. 18, No. 37.

Fifty years ago this coming All Saints’ Day, the United States government concluded its patronage of Ngo Dinh Diem by dispatching him from the presidency of South Vietnam. His removal, in a U.S.-countenanced Vietnamese military coup, might have been less dramatic had President Diem not perished, with his brother and svengali Ngo Dinh Nhu, at the hands of junior Vietnamese officers entrusted with their safe exfiltration. But the coup’s consequences remained the same: a succession of keystone-kops military governments that finally settled on Nguyen van Thieu, who won elections and survived his own incompetence, and American impatience, even longer than Diem had.

Read More : Weekly Standard

 

  • Haydon Cherry, Review Essay : “Cauldron of Misalliances” (Edward Miller. Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam. Cambridge, MA: Harvard University Press, 2013. 432 p. /// Jessica Chapman. Cauldron of Resistance: Ngo Dinh Diem, the United States, and 1950s Southern Vietnam. Ithaca, NY: Cornell University Press, 2013. 296 p.).

Read more (pdf) : Cross-Currents, Berkeley

Illustrations en couleurs extraites de Nguyen San Viet Nam.

_____________________

 

La célébration au Viêt-Nam :

 

For the first time, Catholics and others attended a memorial service for the president murdered on 2 November 1963 by his generals backed by Washington. A nationalist and patriot, he represented an alternative to Ho Chi Minh for many Vietnamese. So far, Hanoi has muddied (and tarnished) his memory.

Giai đoạn lịch sử đầy biến động tại miền Nam từ năm 1945 đến năm 1975 gắn liền với tên tuổi Ngô Đình Diệm – Tổng thống đầu tiên của chính quyền Sài Gòn. Khi tôi bắt đầu thực hiện loạt bài viết này, cũng là đúng 50 năm ngày hai anh em ông Ngô Đình Diệm và Ngô Đình Nhu bị nhóm đảo chính quân sự bắn chết, 1/11/1963 – 1/11/2013.

Le 1er novembre dernier, les communautés catholiques vietnamiennes partout dans le monde ont commémoré le 50e anniversaire de la mort tragique du président de la Première République du Vietnam, Jean-Baptiste Ngô Dinh Diêm, assassiné avec son frère Jacques Ngô Dinh Nhu, à Cholon, le 2 novembre 1963, lors d’un coup d’Etat fomenté contre lui.

Ngo Dinh Diem sur Mémoires d’Indochine :

Vo Nguyen Giap and Pierre Gourou [by John Kleinen]

Gourou_NguoiNongDanChauThoBacKy[ndlr] Message de l’anthropologue et historien John Kleinen publié avec son aimable autorisation. John Kleinen rappelle dans ce court message un aspect peu connu de la vie de Vo Nguyen Giap dans les années 1930.

Vo Nguyen Giap worked for Pierre Gourou at an earlier stage than 1937-1938. As I noted in my article “Tropicality and topicality: Pierre Gourou and the genealogy of French colonial scholarship on rural Vietnam” (2005: 348-349, see abstract below), he collected field data for Gourou’s ‘supplementary thesis’ about Vietnamese housing in central Vietnam as early as 1935. Gourou also told me in August 1994, when I interviewed him at length that he met Giap for the first time in 1931 when he (Giap) was freed on probation. They met again  in 1946 at the Dalat conference. In the early nineties, Giap travelled to Brussels to see his old professor. This meeting has never be denied by Giap, and according to Gourou it was a polite and pleasant event.

Read more (in Vietnamese) : Võ Nguyên Giáp – Một sinh viên “ưu thời mẫn thế”, TTCT [Tuoi Tre Cuoi Tuan], 13/10/2013.

John Kleinen, “Tropicality and topicality: Pierre Gourou and the genealogy of French colonial scholarship on rural Vietnam”, Singapore Journal of Tropical Geography, Vol. 26, Issue 3, pp. 339-358, November 2005.

This article discusses the relevance of the work of Pierre Gourou for Vietnamese and non-Vietnamese scholarship on colonial and postcolonial rural society in Vietnam. The term “tropicality” is used to situate Gourou’s work within the framework of both French and Vietnamese regimes of truth. It is argued that Gourou was aware of the complex human geographies of the tropics and monsoon Asia and the challenges this posed to both Western and “tropical” peoples. Gourou and the issue of tropicality is used to show that Vietnamese scholars did not completely reject French colonial systems of knowledge, and that decolonisation did not herald a complete shift in knowledge about rural Vietnam. Rather, since the 1940s there has been antagonism and accommodation between colonial and postcolonial, French and Vietnamese modes of knowledge production. While Gourou underscored the otherness of the tropics, and there are colonial overtones in his work, he had an immense influence on indigenous ethnography and geography in Vietnam and elsewhere in the formerly colonised world. The article traces this important influence and how it has been both questioned and affirmed since independence in the Vietnamese context. It is suggested that the humanistic approach that Gourou pioneered in his 1936 study of the Red River Delta of northern Vietnam has outlived and been able to overcome the setbacks and drawbacks of both colonial and revolutionary/Vietnamese politico-intellectual projects.

Source : Singapore Journal of Tropical Geography

L’article est en ligne sur le site de John Kleinen (page de présentation, bas de page) : Article about Gourou

Le vieux général, le député audacieux et la jeune blogueuse

Daituong_VoNguyenGiap_50namDienBienPhuLe départ du vieux général Vo Nguyen Giap, héros militaire de la RDVN et de la RSVN, a suscité une impressionnante vague d’émotion au Viêt-Nam, plus particulièrement à Hanoi et à Quang Binh [1]. L’impact fut moindre dans l’ancienne Saigon (Ho Chi Minh-Ville) qui rappelle que le vieux clivage Nord-Sud de l’époque de la Guerre froide n’a pas totalement disparu. De toute part, la presse s’est emballée pour évoquer à travers des articles élogieux le destin de cet homme qui marqua le XXe siècle vietnamien en guerre.

A l’étranger, les agences d’informations qui possèdent un programme en langue vietnamienne (BBC, RFA ou RFI) ont consacré des dossiers spéciaux à la disparition attendue du vieux général [2]. D’autres sites d’informations en vietnamien situés à l’étranger ont fait de même comme Dien Dan Forum en France ou le très suivi Viet Studies aux Etats-Unis [3].

Généralement très bien informés et ayant fait appel à des expertises extérieures de chercheurs, historiens et politistes, ces sites ont pu offrir un vision pluraliste du destin si particulier du grand personnage de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. A titre d’exemple, Bui Tin, l’ancien rédacteur en chef du Nhân Dân, a offert son point de vue basé sur son expérience personnelle lorsqu’il était encore au Viêt-Nam [4]. Le politiste australien, spécialiste des questions de défense, Carlyle Thayer s’est intéressé aux “deux biographies” (officielle et non autorisée) du général dans un entretien sur RFI [5]. L’historienne Nguyen Lien Hang, auteure de Hanoi’s War (2012) revient sur le rôle limité de Giap au sein de l’appareil communiste et ses relations conflictuelles avec les deux Lê (Lê Duân et Lê Duc Tho) sur la conduite de la guerre [6].

Au Viêt-Nam même, après avoir recadré les commentaires spontanés, l’appareil d’Etat n’a offert qu’une seule voix, celle de la mythification absolue qui se résume au tryptique “Guerre – Patrie – Socialisme”. Mais plus encore, (est-ce une coincidence ?) les sites officiels des plus hautes personnalités de l’Etat (Truong Tan Sang, Nguyen Tan Dung, Nguyen Sinh Hung, Tran Dai Quang), ont offerts à leurs lecteurs des attaques en règle contre les centrales d’informations étrangères en langue vietnamienne, un jour avant l’annonce officielle du décès du Général. La BBC s’est retrouvée ainsi transformée en une officine du M16, les services secrets britanniques, RFA assimilée à peu de chose près à la CIA (“outil au service du gouvernement américain”) et RFI à une succursale occulte du Ministère des Affaires étrangères de la République Française [7]. Cela n’est pas juste ridicule mais souligne l’embarras dans laquelle se trouve l’information officielle en RSVN face à la contradiction et plus généralement au pluralisme d’opinion. Les jours suivants les attaques se sont concentrées sur les auteurs d’articles sur le parcours historique de Vo Nguyen Giap, articles parus sur les même médias étrangers de langue vietnamienne.

Jamais opposant mais indépendant

Cependant, quelques voix se sont élevées à l’intérieur même du pays pour exprimer une forme de lassitude face aux discours convenus (ceux-ci étant sans doute nécessaire au niveau des dirigeants) relayés de but en blanc dans la presse nationale et sur internet. L’historien et député de l’Assemblée nationale de la RSVN, M. Duong Trung Quoc, interviewé par la BBC, a donné son avis sur le traitement réservé à cet événement et préconisé quelques idées à l’attention des dirigeants actuels [8]. Son avis est intéressant à plus d’un titre. D’abord, parce que le célèbre député s’exprime dans son pays et il s’adresse à une chaîne étrangère (BBC) vilipendée par les scribes du régime. Ensuite parce, en l’espace de cinq minutes chrono, il a des choses à dire que l’on peut résumer de la façon suivante. Vo Nguyen Giap fut partie prenante d’un système politique et privilégia au delà de toutes considérations personnelles “la stabilité politique” du régime. A ce titre, il fut selon Duong Trung Quoc, “communiste jusqu’à la dernière minute de sa vie”. Malgré le fait que sa parole “indépendante” n’ait pas été suivie, Giap donnait son avis pour faire évoluer l’appareil dans l’esprit de la Rénovation continue mais, étant lui-même un des rouages essentiels de cet appareil,  il ne fut jamais un “opposant”. Jamais “opposant” mais toujours “indépendant”, une position délicate qui peut expliquer son silence. Duong Trung Quoc évoque ensuite l’importance que revêt la figure de Giap au sein du peuple vietnamien et que c’est le peuple lui-même qui en fera (ou non) un “saint”, un “héros” de l’histoire vietnamienne. A ce titre, il souligne l’importance de la tradition populaire pour les héros d’antan (Lê Loi, Tran Hung Dao). Il rappelle l’héritage pesant de la guerre et les conséquences terribles de cette dernière sur les familles vietnamiennes déchirées : camps de rééducation, boat people, communautés exilées. Selon Duong Trung Quoc, l’Etat vietnamien n’a pas été assez loin dans le processus de réconciliation nationale. Il termine par une appréciation générale de la situation difficile du Viêt-Nam actuel sur le plan de la morale, de la “pensée Ho Chi Minh” incarnée par Giap et en appelle à la clairvoyance des dirigeants envisager une auto-transformation (tự thay đổi) du parti (voir la vidéo ci-dessous).

Le dialogue avec le vieux général décédé s’est poursuivi avec la jeune blogueuse Huynh Thuc Vy. Dans un courageux texte mis en ligne sur son blog intitulé “Quelques réflexions sur M. Giap” (Vài suy nghĩ về ông Giáp), elle pose les questions dérangeantes que le pouvoir actuel ne serait entendre [9]. Cette discussion imaginaire avec le vieux général qui restera sans réponse pose de vraies questions sur le destin complexe d’un homme qui fut Ministre de l’Intérieur de la RDVN en 1945-46 puis en charge des affaires militaires à partir de mars 1946 et qui s’est muré dans un silence pesant pendant des décennies après la victoire de Dien Bien Phu. Huynh Thuc Vy n’entend pas attaquer personnellement le vieux général qui n’est plus. Ce n’est pas son but et se serait bien inutile. Son objectif est d’interroger deux aspects de la vie du général : 1) Sa réaction face aux grands enjeux de la RDVN puis de la RSVN ; 2) L’héritage qu’il laisse aux jeunes générations.

Où étiez-vous mon général ?

Sur un premier plan, elle interpelle le général sur sa responsabilité historique. Elle questionne le silence du vieux général sur les étapes clés de l’évolution du Viêt-Nam communiste.

“Que faisiez-vous lorsque l’avocat Nguyen Manh Tuong appelant à la démocratie et à l’état de droit était en disgrâce [en 1956] ?” ; “Où étiez-vous lorsque Nguyen Huu Dang, Tran Dan, Huu Loan furent accusés et opprimés ?” ; “Que pensiez-vous lorsque le général Tran Do a courageusement protesté avant d’être réprimé ?” ; “Qu’avez-vous fait lorsque Hoang Minh Chinh est entré en dissidence et puis jeté en prison ?”, telles sont les questions qui resteront sans réponses de la jeune blogueuse [10].

Deuxièmement, elle souligne l’héritage du général : un héritage douloureux dont les plaintes se font encore entendre aujourd’hui dans les campagnes vietnamiennes. Ses questionnements qui intéressent les historiens ne visent pas tant le vieux général décédé que tous ceux “qui sont encore en vie”, “ceux qui encore bercés d’illusions sur ce régime” et enfin la jeune génération dont elle fait partie. De ce fait, elle questionne l’avenir de son pays. Que laisse derrière lui le général Giap : “une dictature persistante, des vies brisées, une répression continue, des morts injustes”… En bref, un héritage lourd que le Viêt-Nam actuel doit gérer tant bien que mal.

HuynhThucVy
Huynh Thuc Vy © 2012 phovanblog

Ces deux interventions, l’une d’un député reconnu sans langue de bois et l’autre d’une jeune blogueuse sous surveillance, interrogent toutes deux les choix politiques qui conduisent la transformation du pays. A l’heure du départ du dernier “acteur-fondateur-constructeur-stratège” du régime communiste que faire de cet héritage lorsqu’une page d’histoire se tourne ? La même question taraude l’écrivaine Pham Thi Hoai dans son article aux accents pacifistes sur la disparition du général. Une page d’histoire se tourne et le moment d’en prendre conscience est arrivé [11]. Les dirigeants vietnamiens en sont tout à fait conscients mais auront-ils le courage de promouvoir et d’accompagner sereinement la transformation politique attendue du pays ?

Pour l’heure, la contradiction et le débat d’idées semblent insupportables pour l’Etat-Parti vietnamien qui, à court d’arguments, mobilise ses plumes agressives pour insulter les analystes qui ne sont pas conformes à la doxa officielle. L’hagiographie doit passer contre les commentaires qui interrogent le mythe. Ainsi Bui Tin, Nguyen Hung, le bloggeur Huynh Ngoc Chenh, le sénateur américain John McCain, moi-même (pour mon billet publié par la BBC) et bien d’autres encore sont insultés sur les blogs et sites officiels. Cette brève passe d’armes (l’émotion est retombée depuis) démontre que les vieux réflexes de la “Réforme de la pensée”, si bien décryptés par Georges Boudarel dans ses études sur le communisme vietnamien, sont toujours vivaces au détriment de la diversité des opinions [12]. Figure incontournable de l’histoire du communisme vietnamien, le vieux général est désormais sujet à la fabrication d’un véritable mythe, intéressant en lui-même à étudier en profondeur. Le culte autour de la personne du général, la cérénomie à Hanoi et les funérailles à Quang Binh sont en eux-mêmes des données historiques qui devraient intéresser les anthropologues. Vo Nguyen Giap ne fut pas le dissident de l’intérieur comme le pensaient parfois les médias occidentaux, il ne fut pas non plus en parfaite adéquation avec l’appareil politique et étatique dont il faisait partie et qu’il soutenait. L’émotion passée, la page tournée, l’histoire peut reprendre son cours et la recherche son processus scientifique.

François Guillemot, 16-10-2013.

Notes

[1] Voir la vidéo sur You Tube : [LIVE] Lễ Quốc tang: Lễ an táng Đại tướng Võ Nguyên Giáp tại quê nhà Quảng Bình (1:19) [Funérailles nationales : Les funérailles du Général Vo Nguyen Giap dans sa province de Quang Binh].

[2] Voir sur la BBC : Việt Nam để tang Đại tướng Giáp ; voir les articles sur Vo Nguyen Giap sur RFA (recherche par mot clé) et RFI (recherche par mot clé).

[3] Voir Dien Dan – Forum et Viet Studies (voir sous l’illustration de la couronne de fleurs offerte au général).

[4] Bui Tin, Tướng Võ Nguyên Giáp, như tôi từng biết [Le Général Vo Nguyen Giap tel que je l’ai connu], Bui Tin Blog / VOA, 04/10/2013.

[5] Trong Nghia, Những điều ít được biết đến về Tướng Giáp [Des choses peu connues sur le Général Giap], 13/10/2013.

[6] Nguyễn Liên Hằng, Khoảng trống trong đời Tướng Giáp [Les temps vides dans la vie du Général Giap], BBC Tieng Viet, 14/10/2013.

[7] Voir sur le site du Premier ministre Nguyen Tan Dung (rubrique “Lecteurs”) : Mộc Miên, Những sự thật cần phải biết về BBC, RFA, RFI ? [Les vérités qu’il faut connaître à propos de BBC, RFA, RFI ?], 03/10/2013 et Mộc Miên, Vì sao BBC, RFA, RFI ém nhẹm những lời khen quốc tế dành cho Việt Nam? [Pourquoi la BBC, RFA et RFI ont étouffé les éloges internationaux concernant le Viêt-Nam], 04/10/2013. Les jours suivants, les attaques concernent les auteurs des articles sur le Général Giap (voir infra).

[8] Tướng Giáp luôn muốn ‘ổn định chính trị’ [Le général Giap désirait constamment la ‘stabilité politique’], 14/10/2013.

[9] Thai Binh, Bộ mặt ghê tởm của RFA và Bùi Tín khi nói về Đại tướng Võ Nguyên Giáp!, [Le visage ignoble de RFA et de Bui Tin lorsqu’ils parlent du Général Vo Nguyen Giap], 05/10/2013. Voir aussi : Vien, Gui BBC va TS François Guillemot: Cho cu sua con khach bo hanh cu buoc [A l’attention de la BBC et du Dr François Guillemot: les chiens aboient, la caravane passe], 09/10/2013. L’article, réécrit plus poliment, complété et signé Mộc Miên, fut repris en boucle sur les sites des dirigeants de la RSVN sous le titre poétique : Cỏ làm sao che được mặt trời! [Comment l’herbe pourrait-elle masquer le soleil ?], 17/10/2013 (site du P.M. Nguyen Tan Dung). En dehors de ces articles de propagande, d’autres médias vietnamiens aux Etats-Unis ont pris au sérieux notre propos et celui d’autres historiens, voir par exemple : Võ Nguyên Giáp và bi kịch thất bại [Vo Nguyen Giap et l’échec tragique], Nguoi Viet, 12/10/2013.

[10] Nguyen Huu Dang (1913-2007), Tran Dan (1926-1997) et Huu Loan (1916-2010) sont trois figures importantes du mouvement des revues Humanisme et Belles Oeuvres jugé et condamné en janvier 1960. Le général Tran Do (1923-2002), ami de Giap, fut un des premiers à demander une évolution démocratique pour son pays et Hoang Minh Chinh (1920-2008) est un ancien compagnon de route, militant du Parti Démocrate de 1944 à 1988 (date d’existence de ce parti réactivé en 2006, connu sous le nom de “Parti Démocrate du 21e siècle” pour le différencier de la formation d’origine).

[11] Pham Thi Hoai, Vĩnh biệt một thời đại [L’adieu à une époque], 07/10/2013.

[12] Georges Boudarel, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991. (voir en particulier le chapitre 4 : “De l’accumulation des barils de poudre made in China à l’explosion de l’été 1956”, pp. 145-231). Boudarel fut l’auteur également d’une biographie sur le général, intitulée simplement Giap (éditions Atlas, 1977). La première biographie publiée en France fut celle de Gérard Le Quang, Giap ou la guerre du peuple, parue chez Denoël en 1973 avant la fin de la guerre.

* * *

Les personnages :

  • Duong Trung Quoc : Historien et député de l’ANV. Connu pour ses prises de positions au sein de l’Assemblée, il se veut, tout comme Giap, un esprit indépendant mais pas un opposant. Il n’est pas membre du PCV et son comportement agace parfois les conservateurs du régime.
  • Huynh Thuc Vy : Jeune blogueuse résidant à Tam Ky dans la province de Quang Nam, elle est sous surveillance policière et fut déjà arrêtée pour son activisme lors des manifestations patriotiques antichinoises. Son père, l’écrivain Huynh Ngoc Tuan, fut condamné à dix ans de prison entre 1992-2002 pour ses écrits pro-démocratiques.

Illustration du haut (gauche) :  photo signée de Vo Nguyen Giap à l’occasion du cinquantième anniversaire de la bataille de Dien Bien Phu. Source : nguoiduatin.vn

François Ponchaud : « Pour être rouges, les Khmers rouges n’en étaient pas moins khmers » [EDA]

Ponchaud_ImpertinentDuCambodge[ndlr] A lire. Rare interview du père François Ponchaud à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage sur le Cambodge.

De nombreux livres se sont attachés à décrire et décrypter le phénomène Khmers rouges et le génocide du peuple cambodgien. Dans les pages ci-dessous, le P. François Ponchaud, membre de la Société des Missions Etrangères de Paris, livre son analyse, fruit d’une présence de plus de quarante ans auprès du peuple cambodgien. Tirées de son dernier ouvrage, L’impertinent du Cambodge (Paris, Magellan & Cie), un livre d’entretiens paru en février 2013, ces pages donnent à voir les racines historiques, culturelles et religieuses du pouvoir khmer rouge. Avec la prudence qui s’impose en la matière et la distance que permettent une connaissance approfondie de l’âme khmère et l’appartenance à une culture étrangère à la culture cambodgienne, le P. Ponchaud donne ici des clefs de lecture qui, pour être centrée sur la compréhension d’une période clef de l’histoire du Cambodge, n’en demeurent pas moins pertinentes pour appréhender le Cambodge d’aujourd’hui.

Lire la suite : Eglises d’Asie, 26/06/2013.

Réf. : François Ponchaud, L’impertinent du Cambodge. Entretiens avec Dane Cuypers, Paris, Magellan et Cie, 2013, 180 p.

Présentation de l’éditeur :

En 1976 paraissent une série d articles sur le Cambodge et les souffrances imposées par les Khmers rouges au peuple cambodgien. Ces articles sont signés François Ponchaud, il tente d alerter les français sur les exactions commises ces années-là. Prêtre des Missions étrangères de Paris, François Ponchaud est une figure incontournable pour qui s intéresse au Cambodge et à son histoire. Il embarque vers le Cambodge en 1965, ordonné depuis moins d un an. Il tente de s intégrer le plus rapidement possible, apprenant la langue pour être au plus proche de la population et, en 1975, il vivra l’arrivée des Khmers rouges avec le peuple cambodgien.

Sous la forme d entretiens menés par Dane Cuypers (elle-même auteure du livre Tourments et merveilles au pays Khmer, Acte Sud) avec François Ponchaud, cet ouvrage revient sur le parcours d’un drôle de missionnaire au Cambodge. Il revient sur sa vie au sein de la population, ses actions mises en place pour aider le peuple des campagnes à sortir peu à peu de la misère : la mise en place de latrines, de canaux d irrigations. Il s arrête sur son rôle de missionnaire qui dit ce qu’il pense au risque de déranger. Traducteur de la bible en khmer, il a su s’adapter à la culture khmère afin de se faire comprendre de tous. Mais surtout, il s exprime sur ce génocide et les procès qui ont lieu en ce moment, tentant de montrer et de dénouer toute la complexité de cette histoire d’un peuple martyr qui tente de se reconstruire lorsque les bourreaux et les victimes se côtoient quotidiennement. Aujourd’hui retraité des Missions étrangères de Paris, François Ponchaud vit toujours au Cambodge, il est reconnu comme l’un des spécialistes du Cambodge.

P.-E. Bachelet : Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa “vu du ciel et de la mer” offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605
Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.