Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Louis Raymond : Les événements d’Indochine de 1944 à 1946 – entre discours et contre-discours

VoiciNotreIndochineLa revue Indochine française, organe de propagande de l’Association nationale pour l’Indochine française [ANIF], créée par le Commissaire aux Colonies de la France Libre, René Pleven, a proposé aux Français une lecture particulière des événements qui menèrent à l’éclosion de la guerre d’Indochine en décembre 1946. D’autres journaux, intellectuels ou associations se placèrent en opposition à cette compréhension de la situation en Extrême-Orient. La question du devenir de l’Empire français et de la naissance de l’Union française fit d’importantes vagues dans l’opinion française de l’immédiat après-guerre.

L’Indochine, d’une guerre à l’autre

L’Indochine française a vécu la guerre du Pacifique à l’épicentre des combats, tout en étant miraculeusement épargnée. L’amiral Decoux (1884-1963), avait remplacé le général Georges Catroux au poste de Gouverneur Général le 20 juillet 1940, et s’était depuis lors appliqué à un numéro d’équilibriste entre la protection des Français d’Indochine, le maintien de la souveraineté française, le gouvernement de Vichy, et les velléités d’expansion japonaises.

L’amiral Decoux était un homme austère, dur, mais respecté de ses compatriotes. Il estimait que pour sauver la vie des 40 000 Français d’Indochine, il n’avait d’autre choix que de se rallier à Vichy, d’autant qu’il ne portait ni le général de Gaulle ni ses camarades de galère en 1940 dans son cœur. Sébastien Verney, dans un livre récent[1], démontre néanmoins que l’amiral souhaitait démontrer à Vichy un attachement sans faille. La « Révolution nationale », dans les formes préconisées par le maréchal Pétain en 1940-1941, déferla sur l’Indochine, en même temps que furent mises en place des politiques fortement discriminatoires à l’égard des Juifs de la colonie. La souveraineté française fut néanmoins maintenue de manière effective face aux Japonais : devant ceux que l’on appelait alors les Annamites, la « face » était provisoirement sauvée.

Après la libération de Paris, le Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) tenta de rallier l’amiral Decoux et l’Indochine française à son autorité. Decoux avait, dès le 20 août 1944, déclaré sa « volonté de maintenir, en toutes circonstances, l’état d’allégeance de la Fédération indochinoise à la France », ce qui ressemblait à une reconnaissance implicite du GPRF, mais il déclara quelques jours plus tard, le 31 août, vouloir préserver la neutralité de l’Indochine. De Gaulle jugea l’idée dérisoire, et il s’en suivit une incompréhension totale entre les deux hommes. La résistance – très maladroite – de l’Indochine contre les Japonais s’organisa sans Decoux, si ce n’est contre lui, et fut aveugle aux prodromes du coup de force Japonais du 9 mars 1945.

La nuit du 9 mars 1945 est véritablement l’événement qui fit basculer la péninsule indochinoise dans l’engrenage de la violence, et la racine de la longue guerre qui ne s’acheva que le 30 avril 1975 avec la prise de Saigon. Les Japonais, après avoir perdu la bataille des Philippines, se replièrent sur l’Indochine au cours des deux premiers mois de l’année 1945, en vertu des accords passés pendant la guerre avec Decoux. Le 9 mars, à 19 heures, ils lancèrent un coup de force militaire qui fit au total 2119 morts parmi les Français et les évinça totalement du pouvoir. L’Empereur Bao Dai, sous l’influence japonaise, déclara l’indépendance du Viêt Nam le 11 mars 1945. Un nouveau gouvernement, dirigé par Trân Trong Kim et composé d’hommes de culture française au nationalisme pourtant intransigeant, fut formé à partir du mois d’avril. Des faits similaires eurent lieu au Cambodge et au Laos en mars et en avril. Le gouvernement Trân Trong Kim eut cependant beaucoup de mal à gouverner et fut incapable d’empêcher la famine du printemps 1945 au Tonkin. C’est après la capitulation japonaise du 15 août 1945, dans l’espace laissé par l’éviction des Français et l’inefficience du Gouvernement Trân Trong Kim, que le Viêt Minh de Hô Chi Minh prit le pouvoir à Hanoï.

La ligue pour l’indépendance du Viêt Nam (Viêt Minh, en abrégé), avait été fondée en 1941 à Pac Bo, l’extrême Nord du Tonkin. Constitué à majorité de communistes, le Viêt Minh s’appliqua à rallier les populations du Haut-Tonkin à sa cause, mais c’est dans la période de latence faisant suite au coup du 9 mars 1945 que ses rangs se densifièrent. Dès le lendemain de la capitulation japonaise, le Viêt Minh commença son offensive sur Hanoi, offensive qui devait aboutir à la proclamation d’indépendance de la République Démocratique du Viêt Nam (RDVN), le 2 septembre 1945, par Hô Chi Minh. En moins de trois semaines, le Viêt Minh avait réussi à installer sur le Nord du Viêt Nam une « autorité incontestable » et à rendre le « processus irréversible »[2], ce qui allait considérablement gêner le retour des Français.

Le retour de la France en Indochine voulu par le général de Gaulle, sous le commandement de l’amiral d’Argenlieu et du général Leclerc, était impossible au Nord et fut compliqué au Sud. L’opération de reconquête menée par Leclerc dans une Cochinchine extrêmement agitée permit aux Français de reprendre pied à Saigon, tandis que Jean Sainteny, nommé Commissaire de la République au Tonkin, s’évertuait à négocier un accord avec Hô Chi Minh. Il existait une divergence importante entre l’amiral d’Argenlieu et le général Leclerc quant à cet accord, divergence qui fit passer Leclerc à la postérité comme libéral et d’Argenlieu comme conservateur : le chef de la 2e DB soutenait Sainteny dans sa négociation quand d’Argenlieu tendait à lui mettre des bâtons dans les roues. Le 6 mars 1946, l’accord Sainteny-Ho Chi Minh, relativement flou dans ses termes, reconnaissait le Gouvernement de la RDVN et prévoyait l’organisation de conférences pour régler les questions qui restaient en suspens, dont celle, épineuse, des « Trois Ky », c’est-à-dire la question de la réunification ou non des trois grandes régions du Viêt Nam.

Hô Chi Minh et Marius Moutet à l’aéroport du Bourget, 22 juin 1946.
Hô Chi Minh et Marius Moutet à l’aéroport du Bourget, 22 juin 1946.

La première conférence de Dalat se tint en avril entre les représentants de la RDVN et de la France. Bien que la tension y fût palpable, elle ne fut pas un échec formel. C’est la création du Gouvernement Provisoire de la Cochinchine, dirigé par Nguyên Van Thinh, le 1er juin 1946, à l’initiative de Jean Cédile et de l’amiral d’Argenlieu, qui fit se déliter définitivement la confiance entre les deux camps. La conférence de Fontainebleau, à l’été 1946, avait déjà échoué avant même son ouverture. Si Hô Chi Minh assit en France son aura, les négociations n’aboutirent à rien et la conférence fut même suspendue à la suite de l’ouverture à Dalat, début août, d’une seconde conférence où d’Argenlieu avait réuni les leaders des autres « pays » de l’Indochine : Laos, Cambodge et Cochinchine. L’été s’acheva par la signature en septembre d’un modus vivendi entre Hô Chi Minh et Marius Moutet, Ministre de l’Outre-Mer, qui ne devait jamais être appliqué.

Le contexte politique français était particulièrement complexe en 1946. Après le retrait du général de Gaulle en janvier, la bataille fit rage autour du projet de constitution de la IVe République. La différence fondamentale entre les deux projets de Constitution – celui, refusé par référendum du 5 mai 1946 et celui, adopté, du 13 octobre – se situe dans la définition de l’Union française : le premier projet étant beaucoup plus libéral que le second. Par ailleurs, la forte instabilité, voire incohérence, inhérente au tripartisme (MRP, SFIO, PCF) n’aida pas à l’aboutissement d’une solution pour ce conflit, qui semblait bien lointain à la majorité des Français, en lutte pour la reconstruction et l’obtention de tickets de rationnement.

L’éclatement de la guerre se fit par conséquent à l’automne 1946 du fait de l’impossible négociation, et de la radicalisation de part et d’autre des positions et ce malgré le volontarisme affiché d’Hô Chi Minh et Jean Sainteny. Le bombardement de Hai Phong, entre le 20 et le 25 novembre, puis l’attaque de Hà Nôi, le 19 décembre, sont le fait d’un engrenage, tandis que beaucoup gardèrent de l’échec de ces deux années une profonde sensation d’amertume.

Un discours colonial renouvelé : la revue Indochine française

L’Association Nationale pour l’Indochine française fut créée en août 1943 à Alger, à l’initiative de René Pleven, alors Commissaire aux Colonies, qui en devint le Président d’honneur. Comme son nom l’indique, l’association avait pour but de servir la cause du retour de l’Indochine à la France. Elle était liée au pouvoir, puisqu’elle reçut le patronage du Comité de Libération Nationale, et aux cercles coloniaux. Ainsi, outre René Pleven, elle comptait parmi ses membres d’éminentes figures politiques et militaires, dont le général Catroux et Edouard Herriot, et fut présidée au niveau national par Alexandre Varenne, député radical-socialiste, ancien Gouverneur Général en Indochine (1925-1928) et Ministre d’Etat en 1946. Elle était organisée en comités locaux, dirigés par des notables ou des hauts-fonctionnaires, et recevait le soutien des pouvoirs publics dans son activité de propagande. A Paris, par exemple, la préfecture de Police avait enjoint ses fonctionnaires à adhérer à l’association en juillet 1945, avant même qu’Alexandre Varenne n’en fasse la demande.

Le premier numéro de la revue Indochine française fut tiré en septembre 1944. Elle était le relais des buts de l’association, à savoir la création d’un mouvement d’opinion pour le retour de l’Indochine à la France et le soutien à la politique gouvernementale concernant l’Outre-Mer, et en particulier l’Indochine. Dans les 27 numéros qui couvrent la période septembre 1944 – janvier 1947, elle développa ainsi un discours et une idéologie qui peuvent se résumer en deux points : d’abord, le renouvellement du discours colonial en s’approchant d’un humanisme paternaliste, et d’autre part, la transmission d’une représentation coloniale et d’un exotisme indochinois. On peut estimer le tirage à 100 000 exemplaires à partir de 1946, où l’augmentation du nombre de pages et l’impression sur papier glacé dénotent d’une certaine prospérité de l’ANIF.

Dans son commentaire et son suivi des événements d’Extrême-Orient, la revue avait pour constante une défense immuable de la souveraineté française. Il n’y avait pas de prise de distance par rapport aux déclarations du gouvernement, mais au contraire, les chroniqueurs semblaient s’y adapter. A la suite de la déclaration du 24 mars 1945 sur le statut de l’Indochine[3], le discours évolua par exemple vers une démonstration de la générosité de la France, qui accordait l’autonomie à des Indochinois « méritants ». Le ton restait néanmoins souvent condescendant à l’égard de ceux dits « évolués » ; le philosophe Trân Duc Thao, normalien et reçu premier à l’agrégation de philosophie, fut ainsi pris pour exemple de l’influence positive de la culture française sur les Annamites et de leur aptitude nouvelle au self-government. La défense de la souveraineté française allait de pair avec une rhétorique du patriotisme, ayant pour objectif que l’opinion vînt à faire front avec l’armée, puis elle s’assimila à un soutien à l’amiral d’Argenlieu. Dans la revue, une plume s’illustra particulièrement dans cette veine, à partir de l’été 1946 : il s’agit de Rémy Roure, éditorialiste vedette du journal Le Temps dans l’entre-deux guerres, héros de la résistance, ayant repris du service au journal Le Monde à sa création.

L’historien Raoul Girardet définissait l’humanisme colonial comme la volonté de « défendre l’héritage colonial, affirmer sa légitimité, justifier son maintien, mais en même temps donner à son contenu idéologique une signification plus ample, mieux adaptée à l’évolution des faits et aux exigences de la conscience contemporaine »[4]. Cette définition se vérifie dans la revue, quand bien même la notion d’humanisme colonial est aussi associée à des personnages comme Robert Delavignette, chantre pour sa part d’une vision réellement nouvelle de la relation entre le colonisateur et le colonisé[5]. Pour légitimer le retour de la France en Indochine, le discours avait tendance à présenter les Indochinois comme n’ayant pas encore acquis la maturité politique nécessaire à l’indépendance. On pouvait lire régulièrement que l’Indochine, sans la France, serait livrée au « désordre » et à « l’anarchie ». La puissance coloniale, face à cela, était présentée à la fois comme garante de l’ordre et comme libératrice. Mais c’est aussi à la justification  chiffrée de l’œuvre coloniale et à la mise en place d’une mythologie que se livraient les chroniqueurs. Une rubrique « Figure de jadis et d’aujourd’hui » faisait chaque mois une hagiographie d’un grand personnage de l’Indochine coloniale, tels Paul Bert ou Francis Garnier, tandis que la célébration de l’œuvre (nombre d’écoles ou d’hôpitaux construits, apport du progrès technique…) remplissait bien des colonnes. Pendant l’été 1946, l’ANIF organisa même un concours dans les écoles métropolitaines afin que les élèves français illustrassent par des dessins les réalisations coloniales en Indochine.

Dessins d’élèves français illustrant l’œuvre française en Indochine.
Dessins d’élèves français illustrant l’œuvre française en Indochine.

Le discours véhiculait en outre un exotisme indochinois et une représentation coloniale, qui cantonnait l’Annamite, le Laotien ou le Cambodgien à son rôle d’indigène. Il y avait une expression, parfois inconsciente, de la domination sur un homme dont les caractéristiques étaient parfois proches de celles du bon sauvage. Ainsi, les Laotiens et Laotiennes étaient indolents et rieurs dans leur jardin d’Eden, sous la plume de Françoise Régnis dans le n°10 (juin 1945) :

« Si cette riante philosophie entraîne chez l’homme un penchant désastreux pour la paresse, il n’en est pas de même chez la femme qui a une vie bien remplie et sur laquelle retombent de nombreuses tâches. […] Il est vrai que pour [ces tâches] les femmes sont grandement aidées… les hommes accroupis au bord de l’aire, chantent au son du khène et battent des mains pour encourager les travailleuses par le rythme de leurs chansons ».

Les figures de l’exotisme indochinois, (sampans, apsaras, chapeaux coniques, éléphants…) donnaient lieu à des encarts artistiques et à la publication de nombreuses photographies. De cette manière, l’image, dans la revue, de l’Indochine et de ses habitants, avait tendance à se satisfaire de figures simplistes et à ne pas donner aux lecteurs à s’intéresser plus avant à la complexité et la diversité de l’Indochine. Cette représentation allait de pair avec l’idée de la mission coloniale : la France avait le devoir de sauver des civilisations et des cultures en décrépitude, en les protégeant et en leur apportant la modernité.

Des contre-discours : intellectuels, journaux et associations

Une vision différente des événements fut aussi diffusée dans la sphère publique, mais elle fut cependant relativement inaudible face au discours déjà présenté. A l’intérieur de la revue Indochine française, une place fut parfois faite à la pluralité, mais elle restait minime. Il convient de souligner néanmoins que fut publiée en mai 1946 (n°20) une imposante chronique du professeur Paul Mus, intitulée Un matin de décembre en Cochinchine ; elle développait un regard critique sur les événements en replaçant les Vietnamiens au centre de leur histoire. Il préconisait une « révolution profonde » dans les rapports entretenus avec l’Indochine si la France voulait y garder une présence : « voilà ce dont nous avons aujourd’hui à nous entretenir avec les dirigeants du Viêt Minh, et notre position est riche de possibilités à ne pas laisser perdre par un conservatisme timoré ». Il fallait pour lui que la France réussît à clarifier sa position au plus vite ; c’est ce dont il se fit l’avocat auprès de Leclerc en lui rapportant les mots d’un de ses amis d’enfance : « la France honore le général Leclerc pour les batailles qu’il a gagnées. Les Annamites lui élèveront des stèles pour celles qu’il n’aura pas livrées ».

Certains journalistes du Monde, tel Jacques Guérif, développèrent une vision pro-Union française et libérale des événements, mais leurs positions avaient toutes les chances d’être étouffées par Rémy Roure, qui faisait quasi-quotidiennement la Une du journal avec ses articles d’opinion. A Saigon enfin, un groupe de jeunes journalistes engagés dans l’armée monta un hebdomadaire, dont les positions devinrent elles aussi pro-Union française et contre la guerre. Il s’agissait de Philippe Devillers, Jean Lacouture, Pierre-Maurice Dessinges, Pierre About et Bernard Dranber. Leur journal, Paris-Saigon, était imprimé sur les mêmes rotatives que Caravelle, le bulletin du Corps Expéditionnaire. Quelque peu séduits et impressionnés par le charisme des dirigeants du Viêt-Minh, leurs prises de position leur valurent d’être parfois vilipendés par la société coloniale de Saigon.

PêcheurAnnamiteLe principal contre-discours était celui développé par l’Association France-Vietnam, créée par Justin Godart le 12 juin 1946. Elle se présentait comme « née pour répondre aux vœux de tous les Français qui souhaitent voir s’établir une amitié durable entre la France et le Vietnam, au sein de l’Union française ». Justin Godart était né en 1871 à Lyon, où il grandit puis fit des études de droit, pendant lesquelles il se lia d’amitié avec Marius Moutet. Militant politique et journaliste, il fut élu député en 1906 sous l’étiquette de radical-réformiste, et le resta jusqu’en 1926, date à laquelle il devint sénateur du Rhône. Ministre de la Santé en 1932, sa carrière se fit dans le sillage d’Edouard Herriot. Du 1er janvier au 14 mars 1937, il mena une mission d’étude en Indochine au nom du Front Populaire. Le rapport qu’il fit était extrêmement critique : il dénonçait les « colons en digestion » et écrivit que « l’œuvre formidable accomplie par la France [était] une fiction ». Le 10 juillet 1940, il fut l’un des 80 parlementaires à refuser de donner les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain.

L’AFV regroupait de nombreuses figures de l’intelligentsia de gauche parisienne. Elle avait notamment pour vice-présidents la journaliste Andrée Viollis et le général Ernest Petit, et disposait de membres influents : le peintre Pablo Picasso, le député SFIO Paul Rivet, le philosophe Emmanuel Mounier, la physicienne Irène Joliot-Curie, le professeur Paul Langevin et le député radical-socialiste et maire de Dreux Maurice Viollette. L’association siégeait au 12, avenue de l’observatoire, dans le 6ème arrondissement, à Paris. Tout au long de l’été 1946, l’AFV organisa de nombreuses rencontres, conférences ou activités politiques pour encourager un dénouement positif à la conférence de Fontainebleau. Par sa composition ancrée à gauche, l’AFV avait une proximité idéologique avec le Viêt Minh. Sa participation au débat a pu être entendue comme autrement plus politicienne que la simple défense des accords du 6 mars : c’était une conception de l’Union française qui se jouait,  dans le contexte des tensions inhérentes au tripartisme en 1946 (MRP, SFIO, PCF).

Dans ses conférences et ses publications (un bulletin d’information bimestriel), l’AFV développa un contre-discours à l’ANIF et la revue Indochine française, qui n’était pas sans tomber à quelques reprises dans l’idéalisation du Viêt Minh. Les orateurs de l’AFV voulaient promouvoir « l’esprit constructif » et « l’égalité des deux pays » pour arriver à « l’indépendance du Viêt Nam dans l’Union française ». Une critique du colonialisme était formulée par exemple sous la plume d’Irène Joliot-Curie : « exploiter l’Indochine sans égards pour ses habitants comme certains le voudraient encore n’est pas admissible. Si certains intérêts s’opposent à l’intérêt général, ils doivent s’effacer pour le plus grand bien des deux pays ». Ce contre-discours voulait éviter la guerre, et tendait à représenter les autorités militaires françaises en Indochine (l’amiral d’Argenlieu et le général Valluy) comme les principales responsables de son éclosion. A cela s’ajoutait un discours sur les problèmes sociaux de l’Indochine : dans le bulletin n°2, Justin Godart s’élevait contre les « salaires à 35 centimes par jour » des ouvriers indochinois et, dans un mémorandum de janvier 1947, était dénoncée la collusion entre l’institution de la République de Cochinchine et les intérêts des planteurs français. Un important silence autour des modes d’action du Viêt Minh (le terrorisme en Cochinchine) et une idéalisation de ses leaders était pourtant bien à l’œuvre dans ce contre-discours. La violation des accords du 6 mars 1946, à lire le bulletin de l’AFV, ne semblait être le fait que des militaires colonialistes français de Saigon, quand bien même la réalité était extrêmement plus complexe.

Conclusion

Il n’est pas sûr que ces discours et contre-discours aient eu une qualité performative sur les événements, mais ils nous renseignent sur l’état de l’opinion à la sortie de la guerre. Ce qui ressort de cette étude est la difficulté de développer une compréhension juste des événements au moment où ils ont lieu. En vue des manquements des discours et des contre-discours, et ce malgré la lucidité de certains observateurs, on peut par conséquent supposer que les Français ont mal compris les événements d’Indochine entre 1944 et 1946 et que l’opinion s’est retrouvée démunie devant l’attaque de Hanoi et le début de la phase active de la guerre d’Indochine.

Louis RAYMOND, janvier 2014.

 

Notes

[1] Verney, Sébastien, L’Indochine sous Vichy. Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales 1940-1945, Paris, Riveneuve éditions, 2012, 517 p.

[2] La formule est du général Vo Nguyen Giap, Une Vie, propos recueillis par Alain Ruscio, Paris, Les Indes savantes, 2010, p. 52.

[3] Cette déclaration, reflétant la vision du général de Gaulle pour l’Indochine, fut critiquée par les Indochinois vivant en France. Cette vision était de fait assez en inadéquation avec l’évolution de l’Indochine pendant la guerre, et pouvait être perçue comme un retour en arrière par rapport à la politique « indigène » de l’amiral Decoux.

[4] Girardet, Raoul, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, Hachette, Pluriel, 1972. p. 253-254.

[5] Voir les travaux d’Henri Copin sur Robert Delavignette : Robert Delavignette, savant et politique, Paris, Karthala, 2004.

 

Sources

Outre les 27 numéros (sept 1944 – janv 1947) de la revue Indochine française, ce travail a été réalisé à partir d’une étude des livres-témoignages (Philippe Devillers, Paul Mus, Jean Sainteny, Vo Nguyên Giap, Amiral Thierry d’Argenlieu), du journal Le Monde du 1er août 1945 au 1er janvier 1947, du fonds Godart/Bilange du Musée de la Résistance à Champigny (cartons 37, 38, 39, 48 et 50) et d’un entretien oral avec Jean Lacouture. L’aide de Monsieur Henri Copin a aussi été précieuse.

Illustrations

Illustration 1 : « Voici notre Indochine », quatrième de couverture du n°1 de la revue Indochine française – Septembre 1944.

Illustration 2 : Hô Chi Minh et Marius Moutet à l’aéroport du Bourget, 22 juin 1946. Revue Indochine française, n° 22 – juillet 1946.

Illustration 3 : Dessins d’élèves français illustrant l’œuvre française en Indochine. Revue Indochine française, n° 23 – août/septembre 1946.

Illustration 4 : Le pêcheur annamite, dessin de Pierre Falké. Revue Indochine française, n° 17 – février 1946.

 

Louis Raymond est étudiant à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon en Master 2 Asie Orientale Contemporaine. Ses travaux actuels portent sur les effets culturels et sociétaux des réformes économiques sur le Viêt Nam contemporain.

La Fabrique de l’Histoire : Indochine – 4 émissions (20-23 janvier 2014)

L’émission La Fabrique de l’Histoire (France Culture) diffuse à partir du 20 janvier 2014 une série de quatre émissions sur l’Indochine et le Viêt-Nam en particulier.

LaFabriqueDeL'Histoire

* * *

Indochine 2/4 : Mardi 21 janvier 2014

Une mémoire d’Indochine

         Un documentaire de Séverine Liatard et Anne Fleury

« Très cher Pierre, j’ai bien reçu coup sur coup tes deux lettres qui font revivre des disparus que je ne connais pas tous, ayant quitté notre pays en août 1926 (le 15 exactement). Le Chantilly quittant le port de Saïgon ce jour-là, vers 8h du matin : je revois encore notre père (Thây), notre belle-mère (Mo) et la petite Thérèse. (…) Je ne savais pas que je ne les reverrai plus en ce bas-monde. »

Claude Vo-Thanh-Loc est né en 1912 en Cochinchine. Dans les lettres à son frère écrites entre 1982 et 1983, il décrit ses lointains souvenir du village de Huong Diem et lui demande des informations sur la famille.

Issu d’un milieu aisé, occidentalisé, francophone et catholique, il part en France en 1926 avec son frère aîné pour poursuivre ses études. Il ne reviendra jamais dans son pays, colonie française depuis une cinquantaine d’années. L’étudiant à Toulouse puis à Paris se rapproche des milieux anticolonialistes proches de la Gauche révolutionnaire, un courant de la SFIO animé notamment par Daniel Guérin. Il est alors surveillé par les renseignements généraux.

En juin 1940, il s’exile à Marseille avec sa femme Alice et rencontre le groupe dominicain, « Économie et Humanisme » fondé par le père Joseph Lebret, à la recherche d’une synthèse entre marxisme et spiritualité chrétienne, avec qui il va cheminer tout au long de sa vie. Diplômé de philosophie et d’économie, il devient enseignant dans le secondaire puis à l’université. Il devient par ailleurs, délégué régional de sa majesté Bao Daï au début des années 1950. Alors qu’il milite pour l’indépendance du pays, il vit comme un drame son partage après la conférence de Genève en 1954. A contre-courant d’une certaine intelligentsia occidentale au moment de la guerre du Vietnam, il appartient à cette tendance peu reconnue qui soutient une troisième voie.

Lors du décès de son père, sa fille, Marie-France Vo, a retrouvé des documents rangés dans une malle bleue. Tout récemment, elle a commencé à mener des recherches sur son père dont elle ne connaît l’histoire que par bribes encouragée par l’historien François Guillemot qui, au fil des séances de son séminaire « Mémoires d’Indochine », revisite l’histoire contemporaine de la péninsule indochinoise sous l’angle des littératures autobiographiques.

Avec Marie-France Vo (fille de Claude Vo-Thanh-Loc) ; François Guillemot (historien, ingénieur de recherche au CNRS) et Pierre Brocheux (historien).

Source : La Fabrique de l’histoire

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine

Le Vietnam depuis 2000 ans – L’Histoire [en kiosque]

L'Histoire_Vietnam2000AnsLe numéro n°62 des Collections de L’Histoire, consacré à l’histoire longue du Vietnam, paraît aujourd’hui en kiosque. A cette occasion, la revue L’Histoire a mis en ligne dans son intégralité l’article de Pierre Grosser, « La guerre de trente ans ». Retrouvez également sur le site du magazine la présentation intégrale du numéro et la bibliographie complète de ce numéro spécial sur un pays à la fois ancien et né de la guerre, à l’heure de l’année croisée France / Vietnam.

Présentation de l’éditeur

Nul n’a oublié la terrible succession des guerres qui ont ravagé le Vietnam pendant plus de trente ans à partir de 1945 et la diaspora qui en découla. On connait aussi la période coloniale de l’Indochine pourvoyeuse de café et de caoutchouc, et de clichés exotiques. Mais que sait-on des cent tribus originelles, des empereurs Lê et Nguyen, de dame Triêu et des soeurs Trung, les « Jeanne d’Arc vietnamiennes » ? Que sait-on aujourd’hui de cette discrète puissance régionale, toujours communiste dans l’exercice du pouvoir mais ouverte à l’économie de marché ? Les meilleurs spécialistes racontent l’histoire longue du Vietnam.

Par Pierre Asselin, Pierre Brocheux, Christophe Goscha, Pierre Grosser, Annick Guénel, François Guillemot, Andrew Hardy, Michel Hoàng, Pierre Journoud, Anne-Marie Moulin, Philippe Papin, Emmanuel Poisson, Dominique Rolland, Hugues Tertrais, Benoît de Tréglodé.

* * *

Extrait à parcourir en ligne : L’Histoire

Télécharger le Communiqué de presse_L’HISTOIRE.

Débat : Le général Vo Nguyen Giap – Quelle analyse stratégique ? [Irsem]

Inserm_DébatVoNguyenGiapGénéral VO NGUYEN GIAP
Quelle analyse stratégique ?

* * *

Jeudi 14 novembre 2013
18h00 à 20h00

École militaire
Amphithéâtre de BOURCET

Inscription obligatoire pour assister au débat

Se munir d’une pièce justificative d’identité pour l’accès.

* * *

Avec la participation de :

Claude Blanchemaison,
ambassadeur de France à Hanoi entre 1989 et 1993, auteur de La Marseillaise du général Giap (Michel de Maule, 2013) ;

Hugues Tertrais,
professeur d’histoire contemporaine de l’Asie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et directeur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (CHAC, Paris I), auteur de La piastre et le fusil. Le coût de la guerre d’Indochine (CHEFF, 2002)

Pierre Journoud,
chercheur à l’IRSEM et membre du CHAC, auteur de De Gaulle et le Vietnam (1945-1969). La réconciliation (Tallandier, 2011), co-auteur avec Hugues Tertrais de Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent (Tallandier 2004, réédition collection Texto 2012).

Source : Irsem (Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire)

Inscription IRSEM Giap

Ngô Đình Diệm, cinquante ans après (1963-2013)

NgoDinhDiem_2-11-2013Cinquante ans après l’assassinat du Président de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963), Ngo Dinh Diem (1901-1963) et de son frère Ngo Dinh Nhu (1910-1963), des cérémonies de recueillement se sont déroulées un peu partout dans les communautés vietnamiennes exilées. Plus surprenant, un hommage non officiel a été rendu à l’ancien Président au Viêt-Nam même sous l’égide des Rédemptoristes de Saigon (voir vidéo en fin d’article). Ce court billet rappelle les principaux textes édités à l’occasion du cinquantenaire du coup d’Etat de 1963, témoignages historiques d’une époque révolue qui intéresse de plus en plus les historiens. Nous remercions le professeur Nguyen The Anh pour le signalement de la plupart de ces documents.

Billet mis à jour le 7/11/2013.

FG

Le témoignage de l’écrivain Nguyen Minh Can sous forme de réflexion sur le Viêt-Nam de l’époque dans son contexte asiatique et de réhabilitation pour l’ancien Président :

Tôi hồi đó đã phải nghe biết bao điều vu khống, xuyên tạc rất bỉ ổi, bây giờ nghĩ lại thấy « người ta » đểu cáng, nhỏ nhen, bẩn thỉu vô cùng! Nhưng với thời gian càng ngày tôi càng hiểu rõ cụ Ngô Đình Diệm hơn. Đó là một người yêu nước thật sự chứ không phải là con người lợi dụng lòng yêu nước của kẻ khác vì mục đích chính trị của mình, mà như vậy thì không phải là yêu nước thật tâm. Cái đáng quý của cụ Diệm là cuộc sống trong sạch, có thể nói khổ hạnh, Có người nói là cụ Diệm độc tài, cũng có thể là như thế. Nhưng anh thử  nhìn xem cái thời đó trong các nước châu Á lân cận VN, có nước nào không độc tài, chẳng cần nói Trung Quốc, Việt Nam, Bắc Triều Tiên làm gì, đó lũ độc tài man rợ nhất, mà ngay cả Nam Hàn, Đài Loan, Singapor, Mã-lai-á, Nam dương… không  đâu là không có độc tài cả, Những chế độ của các nước đó mà so với cái độc tài của cụ Diệm thì phải thẳng thắn nhận rằng độc tài của cụ Diệm nhẹ hơn nhiều, vì độc tài của cụ mà lại có bầu cử tương đối tự do, lại chấp nhận đối lập, chấp nhận một phần quyền tự do báo chí, tự do xuất bản, tự do lập hội… Tôi khen cụ đã tổ chức rất tốt cho việc đón nhận, tổ chức nơi ăn chốn ở và công việc làm ăn cho gần một triệu con người miền Bắc di cư vào Nam, đó là một thành tựu rất nổi bật, cố nhiên có sự tài trợ của Mỹ. Vì tôi so với việc CP miền Bắc đón nhận gần hai nghìn dân Việt ở Thái Lan trở về (theo lời kêu gọi của CP miền Bắc), mà người ta tổ chức đón tiếp, bố trí công việc làm ăn chẳng ra sao cả, bà con rất bất mãn, có người ném cả cái radio ra đường rồi hét to: « vì mày nói dối (ý nói nghe Đài HN) nên ta tin mà trở về, bây giờ cơ sự thế này đây! », co người thất vọng tự tử… Tôi tin rằng dần dần, chắc nhiều người sẽ hiểu về cụ hơn. Cái lễ tưởng niệm ở nấm mò của cụ có ghi là HUYNH và của em cụ có ghi là ĐỆ cho thấy đây là bước đầu của « tảng băng tan ».

Et le reportage de Kim Thanh sur la cérémonie de Portland :

TRONG NIỀM TƯỞNG TIẾC KHÔN NGUÔI
Mùa thu Portland có những cơn mưa bất chợt, lạnh hắt hiu, vừa đủ cho hồn buồn bã tìm về kỷ niệm và tình người. Như chiều nay, thứ bảy 2/11 –lễ Các Đẳng Linh Hồn (Fête des Morts). Tôi nhớ, ôi biết bao là nhớ, ba mẹ quý yêu đã lìa bỏ cõi trần từ bao thu rồi, nhớ những người thân gia đình đang nằm sâu dưới huyệt lạnh, nhớ những đồng đội thân thương đã gục ngã ở chiến trường xưa hay ngục tù cải tạo. Nhớ dung nhan và dư hương của một cuộc tình đã lỡ, chôn vùi trong một nghĩa trang nào xa lắc lơ bên phương trời cũ.
Cơn mưa bất chợt, tái tê. Như chiều nay. Tôi đến nhà thờ La Vang, NE Alameda Dr., cách vùng SE của tôi khoảng 30 phút, đúng 6 giờ khi Lễ Các Linh Hồn sắp bắt đầu, nhưng phải loanh quanh tìm chỗ đậu xe mất chừng mười phút, và xa trên bốn blocs, vì parking nhà thờ và dọc hai bên con đường dài chật ních, hơn thường lệ. Phải chăng giáo dân biết trước chiều nay sẽ có buổi tưởng niệm cố tổng thống Ngô Đình Diệm, như mỗi năm, nên đã đến đông hơn, mặc dù không có thông cáo trên các báo địa phương, khác với những buổi tổ chức văn nghệ dạ vũ, gây quỹ, từ thiện, hội thảo này nọ? Lễ tưởng niệm, như thế, sẽ diễn ra âm thầm, không gọi mời ai. Ngay cả danh tánh những người tổ chức cũng không được nêu. Chỉ chuyền tin cho nhau. Ai biết và có lòng mến mộ cụ sẽ đến, một cách âm thầm như cái chết thảm thương và cô đơn của cụ cùng với bào đệ, trong chiếc xe thiết giáp, một trưa nào, cách đây đúng nửa thế kỷ. Tôi biết, nhờ một người bạn gọi điện thoại báo cho.
Lire la suite : Nguyet San Viet Nam, Monday 4 November 2013.
BanThoCung_NgoDinhDiem
Cérémonie du souvenir à Portland © 2013 Nguyet san Viet Nam

Autres articles à lire en ligne ou à télécharger (pdf) :

  • Bui Ngoc Vu, « Ngô Đình Diệm – Ngô Đình Nhu, son épouse Mme Nhu, et les ambassadeurs des Etats-Unis à Saigon », 05/05/2013.

Lire la suite (pdf) : AEJJR

  • Bui Ngoc Vu, « Le feu vert américain et le meurtre du Président Diệm », Magazine Good Morning, 03/10/2013.

Les deux évènements majeurs de l’année 1963, la crise bouddhique en premier,elle-même agissant comme un catalyseur et favorisant l’arrivée du deuxième, le coup d’Etat du 1er novembre, ne font pas l’objet de ce document. Les récits détaillés de leur histoire sont maintenant très bien connus car bien des livres et de documents ont déjà été publiés à leur sujet. L’auteur du présent document s’est plus intéressé au contexte d’ensemble et aux dessous de l’histoire de la période entre le feu vert américain (le 23 août) et le déclenchement du coup d’état (le 1er novembre), en prenant comme source principale les documents américains déclassifiés et publiés sur le site officiel du Département d’État. Ceux utilisés pour cet article proviennent des volumes III et IV de FRUS 1961-1963 et sont référencés sous la forme [Doc n*. auteur. date]. L’article limité plutôt à une présentation des faits est une version simplifiée d’un chapitre d’un ouvrage à paraître, traitant plus complètement de la 1ère République du Việt-Nam.

Lire la suite (pdf) : AEJJR

 

Annonce d'une cérémonie en hommage à Ngo Dinh Diem organisée à Montréal © 2013 Thoi Bao
Annonce d’une cérémonie en hommage à Ngo Dinh Diem organisée à Montréal © 2013 Thoi Bao
  • Byron Williams, « 50 Years Ago, the Official Beginning of a Quagmire », Huffington Post, 02/11/2013.

This year has certainly been the year of 50th anniversaries. From the March on Washington to the 16th Street Baptist Church Bombing to the upcoming JFK assassination, 2013 has definitely been the year of golden commemorations. November 2 happens to also fall into the category of 50th anniversaries, but this one is unlikely to garner much fanfare – South Vietnamese President Ngo Dinh Diem was assassinated following a military coup.

Read More : Huffington Post

 

  • Chinh Dao, « Jean Baptiste Ngô Ðình Diệm (1897 – 1963): Thời Kỳ Chưa Nắm Quyền, 1897-1954 », Hop Luu, 31/10/2013.

Ngày 25/4/1961, Tướng Edward G. Lansdale–người được coi như hiểu biết rất rõ Việt Nam Cộng Hòa [VNCH]–viết báo cáo lên Thứ trưởng Quốc phòng Roswell L. Gilpatric, Chủ tịch Ủy Ban Ðặc Nhiệm Việt Nam [Presidential Task Force on Vietnam], về “No Din Zee’em” (Ngô Ðình Diệm) như sau: Ông ta lùn, mập tròn. . . Nhiều người không chú ý đến cặp mắt đen hay liếc trộm [snapping] của ông ta mà chỉ chú ý đến cặp giò vừa đủ chạm mặt đất khi ngồi. Tuy nhiên, ông ta không cảm thấy ngượng ngùng về chuyện lùn, và có vẻ rất tự nhiên chung quanh những người Mỹ cao lớn…

Lire la suite : Hop Luu

 

  • Lai Nguyen An, MỘT BÀI BÁO CỦA PHAN KHÔI NĂM 1935 VIẾT VỀ NGÔ ĐÌNH DIỆM, Viet Studies, 03/11/2013.

Năm 1935, khi Phan Khôi (1887-1959) đang làm Chủ bút báo Tràng An ở Huế, ông có viết bình luận nhân sự kiện Triều đình Huế, dưới thời vua Bảo Đại, đã có 2 quyết định liên quan đến Ngô Đình Diệm: cách chức, sau đó khai phục chức Thượng thư cho ông ta. Trong lời bình luận, Phan Khôi lưu ý đến các phương diện khí tiết của người làm quan và “tâm thuật” của sĩ phu trước các quyết định của triều đình. Bài này có in trong tập: Phan Khôi, Tác phẩm đăng báo 1935 /Lại Nguyên Ân sưu tầm, biên soạn/ Nxb. Tri Thức, Hà Nội, phát hành tháng 10/2013.

Xin giới thiệu cùng bạn đọc : Viet Studies

 

  • Ngô Đình Diệm, la mésalliance américaine, Le Point, 05/11/2013.

Le 2 novembre 1963, les États-Unis font assassiner leur allié vietnamien de très longue date et s’enlisent dans une guerre sans fin.

Lire la suite : Le Point

 

  • John Prados (edited by), The Diem Coup After 50 Years – John F. Kennedy And South Vietnam, 1963 National Security Archive Electronic Briefing Book No. 444

Read more : NSAEBB

  • John Prados, « Ngo Dinh Diem in the Crosshairs« , National Security Archive, 02/10/2013.

Read on :  National Security Archive

 

  • « Giáo dân ở VN viếng ông Ngô Đình Diệm », BBC Tieng Viet, 02/11/2013.

Ngày 1/11, hàng chục người đã công khai đến viếng mộ cố Tổng thống Việt Nam Cộng hòa Ngô Đình Diệm nhân 50 năm ngày mất của ông tại nghĩa trang Mạc Đĩnh Chi, Lái Thiêu, Bình Dương. Thông tin từ trang chuacuuthe.com cho biết buổi lễ có sự góp mặt của các giáo dân ở miền Nam và do cha Antôn Lê Ngọc Thanh chủ trì.

Lire la suite : BBC

 

Beverly Deepe Keever, Dangerous History of ‘Regime Change’, 23/10/2013.

Official Washington justifies military and political interventions in other countries under the theory of “U.S. exceptionalism.” But these “regime changes” often have unexpected results, as with the bloody coup d’Etat that removed South Vietnamese President Diem a half-century ago. On Nov. 1, 1963, a half-century ago, the South Vietnamese government that the United States had backed for nearly a decade was toppled in a military coup d’etat, an act of regime change approved by President John F.  Kennedy.

Read More : Global Research

 

Charles Trueheart, Misalliance: Ngo Dinh Diem. The Opening Act ‘Sink or swim with Ngo Dinh Diem.’, Weekly Standard, June 10, 2013, Vol. 18, No. 37.

Fifty years ago this coming All Saints’ Day, the United States government concluded its patronage of Ngo Dinh Diem by dispatching him from the presidency of South Vietnam. His removal, in a U.S.-countenanced Vietnamese military coup, might have been less dramatic had President Diem not perished, with his brother and svengali Ngo Dinh Nhu, at the hands of junior Vietnamese officers entrusted with their safe exfiltration. But the coup’s consequences remained the same: a succession of keystone-kops military governments that finally settled on Nguyen van Thieu, who won elections and survived his own incompetence, and American impatience, even longer than Diem had.

Read More : Weekly Standard

 

  • Haydon Cherry, Review Essay : « Cauldron of Misalliances » (Edward Miller. Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam. Cambridge, MA: Harvard University Press, 2013. 432 p. /// Jessica Chapman. Cauldron of Resistance: Ngo Dinh Diem, the United States, and 1950s Southern Vietnam. Ithaca, NY: Cornell University Press, 2013. 296 p.).

Read more (pdf) : Cross-Currents, Berkeley

Illustrations en couleurs extraites de Nguyen San Viet Nam.

_____________________

 

La célébration au Viêt-Nam :

 

For the first time, Catholics and others attended a memorial service for the president murdered on 2 November 1963 by his generals backed by Washington. A nationalist and patriot, he represented an alternative to Ho Chi Minh for many Vietnamese. So far, Hanoi has muddied (and tarnished) his memory.

Giai đoạn lịch sử đầy biến động tại miền Nam từ năm 1945 đến năm 1975 gắn liền với tên tuổi Ngô Đình Diệm – Tổng thống đầu tiên của chính quyền Sài Gòn. Khi tôi bắt đầu thực hiện loạt bài viết này, cũng là đúng 50 năm ngày hai anh em ông Ngô Đình Diệm và Ngô Đình Nhu bị nhóm đảo chính quân sự bắn chết, 1/11/1963 – 1/11/2013.

Le 1er novembre dernier, les communautés catholiques vietnamiennes partout dans le monde ont commémoré le 50e anniversaire de la mort tragique du président de la Première République du Vietnam, Jean-Baptiste Ngô Dinh Diêm, assassiné avec son frère Jacques Ngô Dinh Nhu, à Cholon, le 2 novembre 1963, lors d’un coup d’Etat fomenté contre lui.

Ngo Dinh Diem sur Mémoires d’Indochine :

Vo Nguyen Giap and Pierre Gourou [by John Kleinen]

Gourou_NguoiNongDanChauThoBacKy[ndlr] Message de l’anthropologue et historien John Kleinen publié avec son aimable autorisation. John Kleinen rappelle dans ce court message un aspect peu connu de la vie de Vo Nguyen Giap dans les années 1930.

Vo Nguyen Giap worked for Pierre Gourou at an earlier stage than 1937-1938. As I noted in my article « Tropicality and topicality: Pierre Gourou and the genealogy of French colonial scholarship on rural Vietnam » (2005: 348-349, see abstract below), he collected field data for Gourou’s ‘supplementary thesis’ about Vietnamese housing in central Vietnam as early as 1935. Gourou also told me in August 1994, when I interviewed him at length that he met Giap for the first time in 1931 when he (Giap) was freed on probation. They met again  in 1946 at the Dalat conference. In the early nineties, Giap travelled to Brussels to see his old professor. This meeting has never be denied by Giap, and according to Gourou it was a polite and pleasant event.

Read more (in Vietnamese) : Võ Nguyên Giáp – Một sinh viên “ưu thời mẫn thế”, TTCT [Tuoi Tre Cuoi Tuan], 13/10/2013.

John Kleinen, « Tropicality and topicality: Pierre Gourou and the genealogy of French colonial scholarship on rural Vietnam », Singapore Journal of Tropical Geography, Vol. 26, Issue 3, pp. 339-358, November 2005.

This article discusses the relevance of the work of Pierre Gourou for Vietnamese and non-Vietnamese scholarship on colonial and postcolonial rural society in Vietnam. The term “tropicality” is used to situate Gourou’s work within the framework of both French and Vietnamese regimes of truth. It is argued that Gourou was aware of the complex human geographies of the tropics and monsoon Asia and the challenges this posed to both Western and “tropical” peoples. Gourou and the issue of tropicality is used to show that Vietnamese scholars did not completely reject French colonial systems of knowledge, and that decolonisation did not herald a complete shift in knowledge about rural Vietnam. Rather, since the 1940s there has been antagonism and accommodation between colonial and postcolonial, French and Vietnamese modes of knowledge production. While Gourou underscored the otherness of the tropics, and there are colonial overtones in his work, he had an immense influence on indigenous ethnography and geography in Vietnam and elsewhere in the formerly colonised world. The article traces this important influence and how it has been both questioned and affirmed since independence in the Vietnamese context. It is suggested that the humanistic approach that Gourou pioneered in his 1936 study of the Red River Delta of northern Vietnam has outlived and been able to overcome the setbacks and drawbacks of both colonial and revolutionary/Vietnamese politico-intellectual projects.

Source : Singapore Journal of Tropical Geography

L’article est en ligne sur le site de John Kleinen (page de présentation, bas de page) : Article about Gourou

Le vieux général, le député audacieux et la jeune blogueuse

Daituong_VoNguyenGiap_50namDienBienPhuLe départ du vieux général Vo Nguyen Giap, héros militaire de la RDVN et de la RSVN, a suscité une impressionnante vague d’émotion au Viêt-Nam, plus particulièrement à Hanoi et à Quang Binh [1]. L’impact fut moindre dans l’ancienne Saigon (Ho Chi Minh-Ville) qui rappelle que le vieux clivage Nord-Sud de l’époque de la Guerre froide n’a pas totalement disparu. De toute part, la presse s’est emballée pour évoquer à travers des articles élogieux le destin de cet homme qui marqua le XXe siècle vietnamien en guerre.

A l’étranger, les agences d’informations qui possèdent un programme en langue vietnamienne (BBC, RFA ou RFI) ont consacré des dossiers spéciaux à la disparition attendue du vieux général [2]. D’autres sites d’informations en vietnamien situés à l’étranger ont fait de même comme Dien Dan Forum en France ou le très suivi Viet Studies aux Etats-Unis [3].

Généralement très bien informés et ayant fait appel à des expertises extérieures de chercheurs, historiens et politistes, ces sites ont pu offrir un vision pluraliste du destin si particulier du grand personnage de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. A titre d’exemple, Bui Tin, l’ancien rédacteur en chef du Nhân Dân, a offert son point de vue basé sur son expérience personnelle lorsqu’il était encore au Viêt-Nam [4]. Le politiste australien, spécialiste des questions de défense, Carlyle Thayer s’est intéressé aux « deux biographies » (officielle et non autorisée) du général dans un entretien sur RFI [5]. L’historienne Nguyen Lien Hang, auteure de Hanoi’s War (2012) revient sur le rôle limité de Giap au sein de l’appareil communiste et ses relations conflictuelles avec les deux Lê (Lê Duân et Lê Duc Tho) sur la conduite de la guerre [6].

Au Viêt-Nam même, après avoir recadré les commentaires spontanés, l’appareil d’Etat n’a offert qu’une seule voix, celle de la mythification absolue qui se résume au tryptique « Guerre – Patrie – Socialisme ». Mais plus encore, (est-ce une coincidence ?) les sites officiels des plus hautes personnalités de l’Etat (Truong Tan Sang, Nguyen Tan Dung, Nguyen Sinh Hung, Tran Dai Quang), ont offerts à leurs lecteurs des attaques en règle contre les centrales d’informations étrangères en langue vietnamienne, un jour avant l’annonce officielle du décès du Général. La BBC s’est retrouvée ainsi transformée en une officine du M16, les services secrets britanniques, RFA assimilée à peu de chose près à la CIA (« outil au service du gouvernement américain ») et RFI à une succursale occulte du Ministère des Affaires étrangères de la République Française [7]. Cela n’est pas juste ridicule mais souligne l’embarras dans laquelle se trouve l’information officielle en RSVN face à la contradiction et plus généralement au pluralisme d’opinion. Les jours suivants les attaques se sont concentrées sur les auteurs d’articles sur le parcours historique de Vo Nguyen Giap, articles parus sur les même médias étrangers de langue vietnamienne.

Jamais opposant mais indépendant

Cependant, quelques voix se sont élevées à l’intérieur même du pays pour exprimer une forme de lassitude face aux discours convenus (ceux-ci étant sans doute nécessaire au niveau des dirigeants) relayés de but en blanc dans la presse nationale et sur internet. L’historien et député de l’Assemblée nationale de la RSVN, M. Duong Trung Quoc, interviewé par la BBC, a donné son avis sur le traitement réservé à cet événement et préconisé quelques idées à l’attention des dirigeants actuels [8]. Son avis est intéressant à plus d’un titre. D’abord, parce que le célèbre député s’exprime dans son pays et il s’adresse à une chaîne étrangère (BBC) vilipendée par les scribes du régime. Ensuite parce, en l’espace de cinq minutes chrono, il a des choses à dire que l’on peut résumer de la façon suivante. Vo Nguyen Giap fut partie prenante d’un système politique et privilégia au delà de toutes considérations personnelles « la stabilité politique » du régime. A ce titre, il fut selon Duong Trung Quoc, « communiste jusqu’à la dernière minute de sa vie ». Malgré le fait que sa parole « indépendante » n’ait pas été suivie, Giap donnait son avis pour faire évoluer l’appareil dans l’esprit de la Rénovation continue mais, étant lui-même un des rouages essentiels de cet appareil,  il ne fut jamais un « opposant ». Jamais « opposant » mais toujours « indépendant », une position délicate qui peut expliquer son silence. Duong Trung Quoc évoque ensuite l’importance que revêt la figure de Giap au sein du peuple vietnamien et que c’est le peuple lui-même qui en fera (ou non) un « saint », un « héros » de l’histoire vietnamienne. A ce titre, il souligne l’importance de la tradition populaire pour les héros d’antan (Lê Loi, Tran Hung Dao). Il rappelle l’héritage pesant de la guerre et les conséquences terribles de cette dernière sur les familles vietnamiennes déchirées : camps de rééducation, boat people, communautés exilées. Selon Duong Trung Quoc, l’Etat vietnamien n’a pas été assez loin dans le processus de réconciliation nationale. Il termine par une appréciation générale de la situation difficile du Viêt-Nam actuel sur le plan de la morale, de la « pensée Ho Chi Minh » incarnée par Giap et en appelle à la clairvoyance des dirigeants envisager une auto-transformation (tự thay đổi) du parti (voir la vidéo ci-dessous).

Le dialogue avec le vieux général décédé s’est poursuivi avec la jeune blogueuse Huynh Thuc Vy. Dans un courageux texte mis en ligne sur son blog intitulé « Quelques réflexions sur M. Giap » (Vài suy nghĩ về ông Giáp), elle pose les questions dérangeantes que le pouvoir actuel ne serait entendre [9]. Cette discussion imaginaire avec le vieux général qui restera sans réponse pose de vraies questions sur le destin complexe d’un homme qui fut Ministre de l’Intérieur de la RDVN en 1945-46 puis en charge des affaires militaires à partir de mars 1946 et qui s’est muré dans un silence pesant pendant des décennies après la victoire de Dien Bien Phu. Huynh Thuc Vy n’entend pas attaquer personnellement le vieux général qui n’est plus. Ce n’est pas son but et se serait bien inutile. Son objectif est d’interroger deux aspects de la vie du général : 1) Sa réaction face aux grands enjeux de la RDVN puis de la RSVN ; 2) L’héritage qu’il laisse aux jeunes générations.

Où étiez-vous mon général ?

Sur un premier plan, elle interpelle le général sur sa responsabilité historique. Elle questionne le silence du vieux général sur les étapes clés de l’évolution du Viêt-Nam communiste.

« Que faisiez-vous lorsque l’avocat Nguyen Manh Tuong appelant à la démocratie et à l’état de droit était en disgrâce [en 1956] ? » ; « Où étiez-vous lorsque Nguyen Huu Dang, Tran Dan, Huu Loan furent accusés et opprimés ? » ; « Que pensiez-vous lorsque le général Tran Do a courageusement protesté avant d’être réprimé ? » ; « Qu’avez-vous fait lorsque Hoang Minh Chinh est entré en dissidence et puis jeté en prison ? », telles sont les questions qui resteront sans réponses de la jeune blogueuse [10].

Deuxièmement, elle souligne l’héritage du général : un héritage douloureux dont les plaintes se font encore entendre aujourd’hui dans les campagnes vietnamiennes. Ses questionnements qui intéressent les historiens ne visent pas tant le vieux général décédé que tous ceux « qui sont encore en vie », « ceux qui encore bercés d’illusions sur ce régime » et enfin la jeune génération dont elle fait partie. De ce fait, elle questionne l’avenir de son pays. Que laisse derrière lui le général Giap : « une dictature persistante, des vies brisées, une répression continue, des morts injustes »… En bref, un héritage lourd que le Viêt-Nam actuel doit gérer tant bien que mal.

HuynhThucVy
Huynh Thuc Vy © 2012 phovanblog

Ces deux interventions, l’une d’un député reconnu sans langue de bois et l’autre d’une jeune blogueuse sous surveillance, interrogent toutes deux les choix politiques qui conduisent la transformation du pays. A l’heure du départ du dernier « acteur-fondateur-constructeur-stratège » du régime communiste que faire de cet héritage lorsqu’une page d’histoire se tourne ? La même question taraude l’écrivaine Pham Thi Hoai dans son article aux accents pacifistes sur la disparition du général. Une page d’histoire se tourne et le moment d’en prendre conscience est arrivé [11]. Les dirigeants vietnamiens en sont tout à fait conscients mais auront-ils le courage de promouvoir et d’accompagner sereinement la transformation politique attendue du pays ?

Pour l’heure, la contradiction et le débat d’idées semblent insupportables pour l’Etat-Parti vietnamien qui, à court d’arguments, mobilise ses plumes agressives pour insulter les analystes qui ne sont pas conformes à la doxa officielle. L’hagiographie doit passer contre les commentaires qui interrogent le mythe. Ainsi Bui Tin, Nguyen Hung, le bloggeur Huynh Ngoc Chenh, le sénateur américain John McCain, moi-même (pour mon billet publié par la BBC) et bien d’autres encore sont insultés sur les blogs et sites officiels. Cette brève passe d’armes (l’émotion est retombée depuis) démontre que les vieux réflexes de la « Réforme de la pensée », si bien décryptés par Georges Boudarel dans ses études sur le communisme vietnamien, sont toujours vivaces au détriment de la diversité des opinions [12]. Figure incontournable de l’histoire du communisme vietnamien, le vieux général est désormais sujet à la fabrication d’un véritable mythe, intéressant en lui-même à étudier en profondeur. Le culte autour de la personne du général, la cérénomie à Hanoi et les funérailles à Quang Binh sont en eux-mêmes des données historiques qui devraient intéresser les anthropologues. Vo Nguyen Giap ne fut pas le dissident de l’intérieur comme le pensaient parfois les médias occidentaux, il ne fut pas non plus en parfaite adéquation avec l’appareil politique et étatique dont il faisait partie et qu’il soutenait. L’émotion passée, la page tournée, l’histoire peut reprendre son cours et la recherche son processus scientifique.

François Guillemot, 16-10-2013.

Notes

[1] Voir la vidéo sur You Tube : [LIVE] Lễ Quốc tang: Lễ an táng Đại tướng Võ Nguyên Giáp tại quê nhà Quảng Bình (1:19) [Funérailles nationales : Les funérailles du Général Vo Nguyen Giap dans sa province de Quang Binh].

[2] Voir sur la BBC : Việt Nam để tang Đại tướng Giáp ; voir les articles sur Vo Nguyen Giap sur RFA (recherche par mot clé) et RFI (recherche par mot clé).

[3] Voir Dien Dan – Forum et Viet Studies (voir sous l’illustration de la couronne de fleurs offerte au général).

[4] Bui Tin, Tướng Võ Nguyên Giáp, như tôi từng biết [Le Général Vo Nguyen Giap tel que je l’ai connu], Bui Tin Blog / VOA, 04/10/2013.

[5] Trong Nghia, Những điều ít được biết đến về Tướng Giáp [Des choses peu connues sur le Général Giap], 13/10/2013.

[6] Nguyễn Liên Hằng, Khoảng trống trong đời Tướng Giáp [Les temps vides dans la vie du Général Giap], BBC Tieng Viet, 14/10/2013.

[7] Voir sur le site du Premier ministre Nguyen Tan Dung (rubrique « Lecteurs ») : Mộc Miên, Những sự thật cần phải biết về BBC, RFA, RFI ? [Les vérités qu’il faut connaître à propos de BBC, RFA, RFI ?], 03/10/2013 et Mộc Miên, Vì sao BBC, RFA, RFI ém nhẹm những lời khen quốc tế dành cho Việt Nam? [Pourquoi la BBC, RFA et RFI ont étouffé les éloges internationaux concernant le Viêt-Nam], 04/10/2013. Les jours suivants, les attaques concernent les auteurs des articles sur le Général Giap (voir infra).

[8] Tướng Giáp luôn muốn ‘ổn định chính trị’ [Le général Giap désirait constamment la ‘stabilité politique’], 14/10/2013.

[9] Thai Binh, Bộ mặt ghê tởm của RFA và Bùi Tín khi nói về Đại tướng Võ Nguyên Giáp!, [Le visage ignoble de RFA et de Bui Tin lorsqu’ils parlent du Général Vo Nguyen Giap], 05/10/2013. Voir aussi : Vien, Gui BBC va TS François Guillemot: Cho cu sua con khach bo hanh cu buoc [A l’attention de la BBC et du Dr François Guillemot: les chiens aboient, la caravane passe], 09/10/2013. L’article, réécrit plus poliment, complété et signé Mộc Miên, fut repris en boucle sur les sites des dirigeants de la RSVN sous le titre poétique : Cỏ làm sao che được mặt trời! [Comment l’herbe pourrait-elle masquer le soleil ?], 17/10/2013 (site du P.M. Nguyen Tan Dung). En dehors de ces articles de propagande, d’autres médias vietnamiens aux Etats-Unis ont pris au sérieux notre propos et celui d’autres historiens, voir par exemple : Võ Nguyên Giáp và bi kịch thất bại [Vo Nguyen Giap et l’échec tragique], Nguoi Viet, 12/10/2013.

[10] Nguyen Huu Dang (1913-2007), Tran Dan (1926-1997) et Huu Loan (1916-2010) sont trois figures importantes du mouvement des revues Humanisme et Belles Oeuvres jugé et condamné en janvier 1960. Le général Tran Do (1923-2002), ami de Giap, fut un des premiers à demander une évolution démocratique pour son pays et Hoang Minh Chinh (1920-2008) est un ancien compagnon de route, militant du Parti Démocrate de 1944 à 1988 (date d’existence de ce parti réactivé en 2006, connu sous le nom de « Parti Démocrate du 21e siècle » pour le différencier de la formation d’origine).

[11] Pham Thi Hoai, Vĩnh biệt một thời đại [L’adieu à une époque], 07/10/2013.

[12] Georges Boudarel, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991. (voir en particulier le chapitre 4 : « De l’accumulation des barils de poudre made in China à l’explosion de l’été 1956 », pp. 145-231). Boudarel fut l’auteur également d’une biographie sur le général, intitulée simplement Giap (éditions Atlas, 1977). La première biographie publiée en France fut celle de Gérard Le Quang, Giap ou la guerre du peuple, parue chez Denoël en 1973 avant la fin de la guerre.

* * *

Les personnages :

  • Duong Trung Quoc : Historien et député de l’ANV. Connu pour ses prises de positions au sein de l’Assemblée, il se veut, tout comme Giap, un esprit indépendant mais pas un opposant. Il n’est pas membre du PCV et son comportement agace parfois les conservateurs du régime.
  • Huynh Thuc Vy : Jeune blogueuse résidant à Tam Ky dans la province de Quang Nam, elle est sous surveillance policière et fut déjà arrêtée pour son activisme lors des manifestations patriotiques antichinoises. Son père, l’écrivain Huynh Ngoc Tuan, fut condamné à dix ans de prison entre 1992-2002 pour ses écrits pro-démocratiques.

Illustration du haut (gauche) :  photo signée de Vo Nguyen Giap à l’occasion du cinquantième anniversaire de la bataille de Dien Bien Phu. Source : nguoiduatin.vn

François Ponchaud : « Pour être rouges, les Khmers rouges n’en étaient pas moins khmers » [EDA]

Ponchaud_ImpertinentDuCambodge[ndlr] A lire. Rare interview du père François Ponchaud à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage sur le Cambodge.

De nombreux livres se sont attachés à décrire et décrypter le phénomène Khmers rouges et le génocide du peuple cambodgien. Dans les pages ci-dessous, le P. François Ponchaud, membre de la Société des Missions Etrangères de Paris, livre son analyse, fruit d’une présence de plus de quarante ans auprès du peuple cambodgien. Tirées de son dernier ouvrage, L’impertinent du Cambodge (Paris, Magellan & Cie), un livre d’entretiens paru en février 2013, ces pages donnent à voir les racines historiques, culturelles et religieuses du pouvoir khmer rouge. Avec la prudence qui s’impose en la matière et la distance que permettent une connaissance approfondie de l’âme khmère et l’appartenance à une culture étrangère à la culture cambodgienne, le P. Ponchaud donne ici des clefs de lecture qui, pour être centrée sur la compréhension d’une période clef de l’histoire du Cambodge, n’en demeurent pas moins pertinentes pour appréhender le Cambodge d’aujourd’hui.

Lire la suite : Eglises d’Asie, 26/06/2013.

Réf. : François Ponchaud, L’impertinent du Cambodge. Entretiens avec Dane Cuypers, Paris, Magellan et Cie, 2013, 180 p.

Présentation de l’éditeur :

En 1976 paraissent une série d articles sur le Cambodge et les souffrances imposées par les Khmers rouges au peuple cambodgien. Ces articles sont signés François Ponchaud, il tente d alerter les français sur les exactions commises ces années-là. Prêtre des Missions étrangères de Paris, François Ponchaud est une figure incontournable pour qui s intéresse au Cambodge et à son histoire. Il embarque vers le Cambodge en 1965, ordonné depuis moins d un an. Il tente de s intégrer le plus rapidement possible, apprenant la langue pour être au plus proche de la population et, en 1975, il vivra l’arrivée des Khmers rouges avec le peuple cambodgien.

Sous la forme d entretiens menés par Dane Cuypers (elle-même auteure du livre Tourments et merveilles au pays Khmer, Acte Sud) avec François Ponchaud, cet ouvrage revient sur le parcours d’un drôle de missionnaire au Cambodge. Il revient sur sa vie au sein de la population, ses actions mises en place pour aider le peuple des campagnes à sortir peu à peu de la misère : la mise en place de latrines, de canaux d irrigations. Il s arrête sur son rôle de missionnaire qui dit ce qu’il pense au risque de déranger. Traducteur de la bible en khmer, il a su s’adapter à la culture khmère afin de se faire comprendre de tous. Mais surtout, il s exprime sur ce génocide et les procès qui ont lieu en ce moment, tentant de montrer et de dénouer toute la complexité de cette histoire d’un peuple martyr qui tente de se reconstruire lorsque les bourreaux et les victimes se côtoient quotidiennement. Aujourd’hui retraité des Missions étrangères de Paris, François Ponchaud vit toujours au Cambodge, il est reconnu comme l’un des spécialistes du Cambodge.

P.-E. Bachelet : Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa « vu du ciel et de la mer » offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605
Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.

Trinh Van Thao : La Résistance du Cần Vương revisitée (3)

 

La Résistance du Cần Vương revisitée [3]

Figures de Lettrés dans le récit historique du Can Vuong.

Un portrait de groupe

*

 Trinh Van Thao

 

Relire Annam-Tonkin 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale (Paris, L’Harmattan, 1989) de Charles Fourniau vingt ans après. En hommage à mes vieux vietnamisants disparus : Charles Fourniau (IRSEA-CNRS) et Philippe Langlet (Paris 7).

 

La Bataille de Huong Son (1885-1895)

BanDoCanVuong2Avec la capture de Ham Nghi et le retrait des Chinois, il est clair qu’ « à partir de 1889-1890, la résistance vietnamienne sait, par expérience, qu’elle n’a rien à attendre de l’extérieur, qu’elle doit seulement « compter sur ses propres forces » (…) Par là-même elle est amenée à mobiliser toutes les forces populaires qui affluent du fait de la dégradation économique et étatique » (p. 181). La réalité des combats révèle le renouvellement du commandement Cân Vuong désormais formé presque tous des paysans au Tonkin.

Le « gouvernement insurrectionnel » (selon le Gouverneur Armand Rousseau) formé par  Phan Dinh Phung est organisé, véritable innovation, comme un Etat en lutte pour l’indépendance en amorçant la transition et le passage du pouvoir entre paysans et lettrés. Ainsi, au lieu de se disperser en petits groupes capables d’accomplir des attaques par surprise avant de se fondre dans le peuple comme à Bai Sây (delta du fleuve Rouge), Huong Son s’installe solidement sur une vaste base révolutionnaire constituée autour des trois provinces Thanh-Nghê-Tinh. Dans cette région acquise à la cause patriotique, berceau des rois Lê, Nguyen et des Seigneurs Trinh, vivier des grands lauréats des concours triennaux du XV au XIXe siècle sont créés de toutes pièces, grâce à trois années de préparation (1885-1888), des ateliers d’armement avec des artisans qualifiés disposant des matériaux collectés à travers le pays et importés de l’étranger, des relais de ravitaillement qui ne s’expliquent que par l’adhésion populaire, des agents chargés de lever les impôts et à dissimuler les réserves.

La présence de Phan Dinh Phung à la tête de Huong Son avait une grande portée symbolique au regard de la confrérie lettrée : brillantes études, vertus politiques et morales reconnues par tous y compris par ses ennemis du moment (Tôn Thât Thuyêt qui l’a chassé de la Cour pour avoir protesté publiquement contre la déposition de l’héritier désigné Duc Duc ; son ennemi Hoang Cao Khai le craignait et le respectait), parfaite connaissance du terrain et de sa population. Par ses titres académiques, il est assuré du soutien  de toute la classe lettrée de l’Annam et du Tonkin. Mais l’homme, l’intellectuel savait aussi s’ouvrir à d’autres forces vives de la nation en s’adjoignant des hommes talentueux du peuple comme Cao Thang, un des meilleurs chefs de guerre du Cân Vuong. Le gouvernement de Huong Son fut une parfaite synthèse entre l’élite classique soutenue par des grands lauréats comme Nguyen Duc Dat, Dinh Van Chat, Nguyen Quy… et l’élite populaire groupée derrière Cao Thang.

Imagerie populaire actuelle : Phan Đình Phùng et Cao Thắng © Viettoon.net
Imagerie populaire actuelle : Phan Đình Phùng et Cao Thắng © Viettoon.net

Après une longue préparation, le mouvement Huong Son prend de l’ampleur, réussissait des coups de main spectaculaires (comme l’attaque de la prison de Ha Tinh pour libérer 70 prisonniers) mais enregistrait aussi des graves revers dont la mort de Cao Thang (1892). L’arrivée de Lanessan permet à la France de temporiser en espérant obtenir en douceur la soumission de son chef par l’entremise de son compatriote de Ha Tinh (Hoang Cao Khai). L’échec de l’entreprise relança la répression confiée cette fois-ci à Nguyen Thân, un jeune collaborateur décidé à « doubler » son rival Hoang Cao Khai dans la course au pouvoir [1]. Pour mater la rebellion, une colonne forte de cinq mille hommes dont un millier de supplétifs placés sous le commandement du nouveau « Tiêu Phu Su » :

« La stratégie de Nguyen Than (mise au point au conseil de la Régence du 10 Juin 1895,TVT) fut de détruire systématiquement l’infrastructure politico-militaire de Phan Dinh Phung, avant de s’attaquer (via l’armée le corps expétionnaire français, TVT) à ceui-ci directement » (p. 251).

En somme, la division interne des tâches de pacification revient à confier aux Vietnamiens le soin de faire fuir les populations avant de réduire les nids de résistance de Phan Dinh Phung. L’acte de vengeance du « petit pacificateur » sur le cadavre du chef de Huong Son (déjà mort et enterré) que ce partisan zélé de la collaboration a fait exhumer avant de disperser ses cendres montre l’autre face des « bienfaits » de la mission civilisatrice !

 

La séquence finale : Lanessan et le Dê Tham (1896-1913)

VietNamDeThamEffrayée par les retombées de la répression et les crimes commis en son nom, et en même temps soucieuse de mener la pacification à son terme et la mise en valeur de la colonie, la France envoya un nouveau proconsul de valeur muni des pouvoirs accrus surtout face au pouvoir militaire rendu responsable des nombreux dégâts collatéraux provoqués par les colonnes de pacification et les excès des partisans vietnamiens. A l’exemple de son prédécesseur Paul Bert, Lanessan combine des figures multiples de savant (professeur de médecine), de républicain (et maçonnique) et de colonial maîtrisant le chinois dont il traduit les textes canoniques et de l’auteur d’un rapport long de 756 pages intitulé Indochine française au terme de plusieurs missions en Asie.

Jean-Marie de Lanessan (1843-1919)
Jean-Marie de Lanessan (1843-1919)

Contrairement à ses prédécesseurs et sans doute mieux informé aussi, Lanessan séparait l’action de guerre relevant des régions militaires réorganisées contre des bandes chinoises qui écumèrent les régions frontalières de la simple police relevant du pouvoir civil qui est chargé de réduire des foyers plus ou moins liés au Cân Vuong. De même, il fit la part des choses en distinguant dans la confrérie lettrée le mandarinat plus ou acquis à la cause de la monarchie et la caste des lettrés foncièrement hostile à la cour de Huê. Il se défiait des individus corrompus et discrédités qui font et défont au gré des coteries les conseils de Régence en s’attachant le service efficace de Nguyen Trong Hiêp, un des rares mandarins respectés de Huê. Le duo Lanessan-N.T.Hiêp constitue au cours de cette phase de lutte contre le Cân Vuong la clef de son succès dans la mesure où l’alliance entre le Gouverneur Général (débarrassé lui aussi des éléments douteux qui gangrènent les Résidences du protectorat) et la Cour offre à la majorité des mandarins une porte de sortie honorable en conciliant le devoir de « loyauté envers le roi » et de collaboration sans état d’âme avec l’administration coloniale. La consécration de l’administration directe du protectorat (Tonkin-Annam) va désormais de pair avec la formation et l’organisation d’une armée indigène de tirailleurs de Linh Co chargée de la police sous la responsabilité des administrateurs. En un mot, sa politique d’apaisement et de négociation a préparé les condition de succès face au Cân Vuong :

  • A l’Est avec la réduction des bandes d’irréguliers chinois commandés par Ba Ky et Luu Ky et l’entente avec Luong Tam Ky,
  • Dans le réduit de Yên Thê qui marque la transformation du Can Vuong dans sa phase finale en mouvement essentiellement paysan formé de Kinh et de groupes ethniques (qui composent l’essentiel de l’état-major de Hoang Hoa Tham) des Moyens et Hauts Plateaux du Nord,
  • A la région frontalière avec la Chine, poursuite des négociations franco-chinoises et signature de la Convention Girard (20 Juin 1895) marquant le commencement des visées françaises en direction de la Chine du Sud.

Rappelé à Paris sous la pression du lobby colonial, Lanessan a laissé à ses successeurs (Armand Rousseau et Paul Doumer) le soin d’achever l’agonie de De Tham pour parvenir à la fin de toute entreprise de conquête : engranger les fruits de la colonisation et la mettre en coupe réglée. La colonisation du Viêt Nam, pour Charles Fourniau, est loin d’être une aventure exotique et ambiguë…

Compagnons d'armes du De Tham © photo du lieutenant Romain-Desfossés
Compagnons d’armes du De Tham © photo du lieutenant Romain-Desfossés

Toutefois, il est significatif de noter un infléchissement du récit historique à partir de la mise hors de combat de Ham Nghi, l’exil en Chine du chef (nominal) du Cân Vuong (Tôn Thât Thuyêt), Tan Thuât et la disparition des grands lettrés comme Tông Duy Tân, Nguyen Quang Bich, Pham Banh… Il prend distance avec une dramaturgie répétitive,[2]  – malgré l’héroïsme de ses combattants et ses brillantes victoires du début, le Cân Vuong finit par perdre des batailles décisives car les mêmes causes (infériorité logistique et militaire, absence de commandement unifié, préjugés ethniques et religieux, localisme…) provoquent les mêmes effets (dissensions internes, déficience chronique des  réseaux de communication, etc.) – pour se tourner vers le camp des vainqueurs, notamment des deux principaux artisans de la pacification, Paul Bert et ses successeurs (1886-1891) et Lanessan (1891-1892). En dépit des divergences tactiques et stratégiques perceptibles entre les deux hommes, il reste une certaine continuité politique dans la volonté commune de jeter les bases d’une pax gallica en faveur d’une IIIe République encore fragile et dont la grandeur repose sur l’existence d’un vaste empire colonial d’Afrique et d’Asie. En soulignant l’intelligence politique de Lanessan dont l’œuvre est sous-estimée par l’historiographie coloniale, l’auteur adresse aux héros du Can Vuong une sorte d’hommage biaisé, celui d’avoir perdu la partie face à un adversaire de valeur.

 

BaBieuEn guise de conclusion :

Des premières escarmouches de Khanh Hoa et Binh Thuan à l’épopée tragique de Huong Son et Yên The, le chemin parcouru est amer et les leçons de l’histoire dures à digérer pour l’ancienne élite dirigeante vietnamienne : le détachement du Sud et la présence des mercenaires cochinchinois de Tran Ba Lôc, la fracture catholique dans le Centre, les dissensions entre Kinh et minorités ethniques entre le Delta et les Hauts Plateaux, le déclin de l’ancienne élite et les impatiences de la nouvelle, en un mot, les défis à surmonter pour assoir la libération nationale sur des nouvelles bases.

Enfin, et pour donner sens au titre de cette étude, un regard aigu sur le portrait de groupe d’ acteurs vietnamiens du Cân Vuong. Charles Fourniau joint ici à ses qualités d’historien l’art des portraits d’homme esquissés, loin des figures de cire et d’icones destinées au musée, en pleine action, sous les feux de l’actualité. En l’occurrence, des lettrés, grands lauréats ou simples « candidats » de concours – projettés à l’avant scène du drame national : si les biographies des héros de la Bataille de Ba Dinh sont discrètes [3], celles de la campagne de Bai Sây ont brillé avec la figure noble, loyale et pathétique du Hoang Giap Nguyen Quang Bich et de son adjoint Nguyen Thiên Thuât. Enfin, le portrait du chef de Huong Son Phan Dinh Phung résume à lui seul toutes les vertus que les confucéens attendaient du héros confucéen. Après Phung et malgré ses qualités guerrières et politiques, le chef Hoang Hoa Tham qui a tenu le maquis de Yên Thê pendant presque deux décennies face à l’armée française reste l’homme du peuple et un héros paysan (d’origine minoritaire).

A contrario, les variantes sur les mandarins compromis dans la collaboration avec l’occupant se retrouvent dans les portraits toujours nuancés et subtils des Régents acquis à l’ordre colonial en s’abritant habilement derrièrre des nouveaux rois intronisés par la grâce de la paix française : Hoang Cao Khai, Nguyen Huu Dô, Nguyen Thân, Trân Luu Huê… pour ne citer que quelques individus représentatifs du haut mandarinat. De cette morne galerie surgissent toutefois quelques personnalités qui jouaient un rôle ambigu entre la soumission pure et simple à l’étranger et la volonté de défendre l’autonomie de la Cour comme Nguyen Trong Hiêp ou Cao Xuân Duc…

Quant aux rois Dông Khanh et son successeur Thanh Thai, sans vouloir les accabler – après tout, eux aussi sont victimes des circonstances ! –, l’appréciation de leur rôle politique comme instruments de la répression Cân Vuong est sans complaisance dans la mesure où la Cour cautionne en leur nom, à partir de 1886, la démission morale et politique du corps de mandarins et d’auxiliaires (quan lai) et ouvre ainsi largement la voie à sa soumission collective. En deçà du personnage politique, Dông Khanh laisse au terme de son règne écourté (1885-1888) l’image d’un homme brutal, vaniteux, débauché et fétichiste. Son successeur Thanh Thai (1889-1907) reproduit à son tour les mêmes stigmates de la dégénérescence au point d’inspirer à Victor Ségalen son hallucinant  Fils du Ciel  dans la biographie à peine fictive du roi Quang Tu (1875-1907) en Chine [4].

 

Trinh Van Thao, juillet 2013.


Notes

[1] L’analyse par Charles Fourniau du comportement du petit monde des opportunistes qui se sont disputés des restes de la monarchie de Huê est un chef d’œuvre du genre.

[2] En ce sens, il tranche avec l’histoire officielle vietnamienne dans les années 1960 qui confond un peu l’écriture historique avec la chronologie événementielle en surchargeant le récit historique des événements des détails fastidieux au risque de détourner le lecteur de leur signification.

[3] L’auteur se contente d’expliquer l’échec de Ba Dinh par l’absence de coordination entre le commandant de l’intérieur (le chef paysan Dinh Công Trang) et le général aristocrate (Tran Xuân Soan)

[4] Annexe pour une rectification (page, éventuellement §, Ligne) :

p. 47 §1 L1 : prince TUY LY ;

p. 47 §2 L2 : NGUYEN DUY HIÊU ou « le roi HIÊU »

p. 62 L2 : HON KHOI (et non Hon Cohe).

p. 66 L5 : NGUYEN XUÂN (et non Nguyen Xuông).

p. 70 : notons la différence entre Charles Fourniau et le « Lich su cân dai Viêt Nam » (Hanoi, 1961) de Tran Van Giau et alli (vol.II) sur la date d’exécution de Mai Xuân Thuong (1887 selon CF/1888 selon TVG) et le nombre des victimes (27 selon CF et11 selon TVG).

p. 73 §3 L6 : CAO DIÊN (et non Kao Don).

p. 77 L1 : NGUYÊN PHAM TUÂN (et non Thuân).

p. 84 L3 : Tan THUÂT ou NGUYÊN THIÊN THUÂT

p. 99 note 8 L1 : PHAM THÂN DUÂT

p. 157 §2 L12 : QUI DAT (et non Tac Dai).

p. 157 §4 L1 : Vè (et non Vê)

p. 162 L2 : DÔNG CA

p. 162 §3 L5 : DIÊP VAN CUONG

p. 172 L7 : Dôc TIT (et non Tich).

p. 178 L7 : Bô’

p. 205 §3 L2 : THAN MAI (et non Thanh Mai).

p. 206 note 35 : SHI NAI AN (et non Luo Guan-zhong).

Nous remercions le professeur Trinh Van Thao pour cette contribution à Mémoires d’Indochine.