Archives de catégorie : Actualités Viêt-Nam

Nguyen Hoang Vi : une jeune blogueuse soutenue par l’IFEX

[ndlr] A la suite de l’ancienne policière devenue blogueuse Ta Phong Tan, une autre Vietnamienne a été sélectionnée cette année pour illustrer la journée internationale de lutte des femmes du 8 mars. Cette initiative, portée par l’organisation IFEX (International Day to End Impunity), a choisi de promouvoir le parcours de “Sept femmes championnes de la liberté d’expression”. Pour le Viêt-Nam, il s’agit de le jeune blogueuse Nguyen Hoang Vi (voir présentation traduite ci-dessous). Victime le 28 décembre 2012 d’une arrestation musclée en pleine rue et d’une humiliation physique dans un poste de Police de Ho Chi Minh-ville, la jeune blogueuse a porté plainte le 4 janvier 2013 contre le commissariat du quartier Nguyen Cu Trinh situé dans le 1er arrondissement de la ville.

NguyenHoangVi

Nguyen Hoang Vi a passé une grande partie de sa vie de jeune fille d’une vingtaine d’années sous la surveillance des agents de sécurité pour ses billets critiques sur le gouvernement postés sur son blog. Peu de temps après que nous l’ayons sélectionné, elle a été détenue à proximité du palais de justice où elle espérait assister à l’appel de trois blogueurs emprisonnés sur des accusations de propagande contre l’État. Pendant sa détention, elle a été agressée sexuellement par la police et les infirmières de l’État.

En parlant de son calvaire, Vi s’est exprimée ainsi : “Nous ne pouvons pas laisser la peur nous paralyser. Nous devons trouver au plus profond de nos cœurs de quoi pardonner tout ce qu’ils nous font à nous et notre corps. Mais pardonner ce n’est pas accepter. Nous devons leur faire savoir que ce que nous faisons n’est pas fondé sur la haine personnelle de nos persécuteurs, il s’agit de protéger nos droits universels, qui leur appartiennent aussi bien qu’à nous “.

Source : Gallery: Seven women free expression champions (traduction de Mémoires d’Indochine).

* * *

8 mars 2013 : Trois vietnamiennes d’honneur à l’honneur

La journée internationale des droits des femmes de ce 8 mars 2013 est l’occasion de mettre l’accent sur le destin de quelques-unes d’entre elles. Si notre collègue Juliette Lancel a raison de rappeler l’origine “léniniste” de cette journée mondiale[1], il ne faut pas oublier qu’au Viêt-Nam, les révolutionnaires Phan Boi Chau (1867-1940) et Nguyen An Ninh (1900-1943) contribuèrent fortement à la reconnaissance du rôle sociopolitique des femmes [2].

Le 9 décembre 2012, à l’occasion du 64ème anniversaire de la Journée mondiale des droits de l’homme, le prix vietnamien 2012 des droits de l’homme était solennellement remis à trois femmes dont une est encore incarcérée au Viêt-Nam. La cérémonie s’était tenue à la Maison de la Culture de Côte-des-Neiges de la ville de Montréal. Elle avait été organisée en coopération par le Vietnam Human Rights Network (VNHRN) et la Communauté des Vietnamiens Nationalistes de la région de Montréal, sous le parrainage de 18 organisations vietnamo-canadiennes et le soutien de la communauté vietnamienne de San Diego aux États-Unis ou encore l’Association internationale des Médecins du Viêt Nam libre [3].

TroisLauréates

La cérémonie s’était déroulée dans une atmosphère solennelle dans les deux langues française et anglaise. Le Dr Nguyen Tung Ba, chef du réseau VNHRN, précisait à cette occasion le sens de la remise du prix vietnamien des droits de l’homme à ces trois femmes.

Le Vietnam Human Rights Award de cette année revêt une signification particulière car les trois femmes honorées sont des activistes qui se dressées pour défendre les droits des gens ordinaires. Ces trois activistes, la blogueuse Ta Phong Tan, Mme Pham Thanh Nghien et Mme Huynh Thuc Vy ont surmonté la peur suscitée par l’oppression et la tyrannie. Le régime peut les persécuter physiquement mais il ne pourra pas subjuguer leur combat pour la liberté, la dignité et la justice [4].

Rappelons succinctement le parcours de ces trois femmes ordinaires au destin remarquable.

PhamThanhNghienPham Thanh Nghien, l’honneur de la patrie

Pour ses prises de position antichinoises sur internet, cette jeune militante pro-démocrate de 34 ans a été arrêtée le 18 septembre 2008 et jugée à Haiphong le 29 janvier 2010 lors d’un procès en huit-clos. Elle fut condamnée à quatre années de prison ferme suivies par trois années d’assignation à résidence (jusqu’en septembre 2015). Libérée le 19 septembre 2012, Pham Thanh Nghien poursuit actuellement son combat « à la maison » en tirant également l’expérience de son emprisonnement qui lui révéla la face cachée du régime. Elle faisait part de son état de santé affaibli à sa sortie de prison en septembre 2012. De petite taille et très déterminée, cette « courageuse fille », comme le note RFA, donne du fil à retordre à la Sécurité publique de Hai Phong qui mobilise des dizaines de policiers pour la surveiller [5]. Elle incarne l’honneur du petit Viêt-Nam face aux ambitions militaires chinoises en Mer orientale.

A propos de la remise de ce prix, elle déclarait :

« Plus que toute autre, je sais qu’il existe beaucoup de gens plus méritants que moi. Qui sont-ils ? Ce sont mes prédécesseurs, ceux qui m’ont ouvert la voie, ceux qui sont sortis temporairement des prisons communistes, ceux qui doivent vivre encore entre quatre murs. Ce sont ceux qui, publiquement ou dans l’ombre, déploient leurs efforts, leur intelligence pour accomplir un rêve simple mais grandiose : Le rêve d’un Vietnam libre » [6].

HuynhThucVyHuynh Thuc Vy, l’honneur familial

Le profil de cette jeune femme de 28 ans est étonnant. Sur les pas de son père Huynh Ngoc Tuan, ancien prisonnier politique, elle a pris la plume sur la toile pour manifester son soutien au multipartisme et à la démocratie tout en invitant les jeunes de son âge à s’intéresser aux questions politiques et sociales de son pays. Invitée de deux reportages vidéographiques de Radio Free Asia dans lesquels elle relate ses déboires avec la police et ses désirs de démocratie, elle dut subir très jeune une forme de discrimination sociale due au destin particulier de son père. Ce dernier, à travers ses articles et nouvelles littéraires, s’est souvent insurgé contre les injustices sociales, pour la défense des droits de l’homme et le multipartisme. Cet engagement précoce dans les années 1990 l’a mené tout droit en prison. Il fut arrêté en octobre 1992 pour avoir voulu transmettre à l’étranger un recueil critiquant la politique de l’Etat-Parti. Condamné à 10 ans de prison et 4 années d’assignation à résidence, il fut de nouveau libre en 2006. Cette longue épreuve carcérale ne l’empêcha pas de poursuivre ses activités en rédigeant ses mémoires de prison et d’intégrer le Bloc 8406, un regroupement publique de citoyens pro-démocrates, créé justement le 8 avril 2006 [7]. L’honneur de sa fille Thuc Vy se décline en un engagement familial et citoyen [8]. Pour avoir, semble-t-il, rédigé un article sur les événements du 30 avril 1975, Thuc Vy fut kidnappée le 5 juillet 2012 par la sécurité publique de sa province natale (Quang Nam) alors qu’elle se trouvait à Saigon pour manifester [9]. Elle fut reconduite secrètement dans sa province et relâchée. Depuis 2011, sa famille est régulièrement harcelée par les forces de sécurité locales. La jeune fille a clairement expliqué dans un long entretien à la BBC ses motivations profondes :

« Nous, les jeunes Vietnamiens, nous aspirons à une société libre et démocratique au Viêt-Nam, une société réellement libre et démocratique (“chúng tôi – những người trẻ Việt Nam – mong muốn có một xã hội tự do dân chủ ở Việt Nam, một xã hội tự do dân chủ thật sự ở Việt Nam”) » [10].

TaPhongTan2Ta Phong Tan, l’honneur des petites gens

Mais la bête noire du régime est sans doute l’ancienne policière Ta Phong Tan devenue blogueuse pour défendre une certaine idée de “la justice et de la vérité” comme le rappelle le titre de son blog. Après avoir quitté la police, elle débuta une carrière de journaliste indépendante en 2004, ce qui la mena à ouvrir un blog en 2006 intitulé “Justice et Vérité” (Công lý và Sự thật) en proposant des sujets de reportages sociaux notamment sur les violences policières et la corruption. Ce blog politique, un des premiers du genre, devint très rapidement populaire. Accompagnée de deux autres blogueurs (Nguyen Van Hai et Phan Thanh Hai), elle mis sur pied le “Club des journalistes vietnamiens libres”. Pour cet activisme dérangeant, elle fut arrêtée ainsi que les deux autres membres du Club en septembre 2011. Tous les trois furent condamnés en octobre 2012 pour propagande anti-étatique à de lourdes peines de 4 (Phan Thanh Hai), 10 (Ta Phong Tan) et 12 ans d’enfermement (Nguyen Van Hai).

Destin éminemment tragique pour Ta Phong Tan puisque quelques jours avant la tenue du procès (reporté à trois reprises), Dang Thi Kim Lieng, sa mère se suicidait par le feu le 30 juillet 2012 devant un bâtiment administratif en signe de protestation contre le sort réservé à sa fille. La pauvre mère désespérée devait décéder des suites de cette immolation. Les peines des trois blogueurs ont été confirmées en appel le 28 décembre 2012. Depuis le 15 août 2012, Ta Phong Tan bénéficie d’une entrée sur Wikipedia (english) qui retrace en détail son parcours d’activiste [11].

« Everybody knows that I don’t belong to any organization or political party. I don’t call for the overthrow of the regime and I have violated no laws. I am just a journalist, a free-thinker who writes about things I see and hear. I analyze the problems of society from my own point of view, I say what I think is wrong with our government. I denounce anything I believe is unjust, things that my friends and I have suffered directly, and I speak out for ordinary people who are victims of injustice. That is why the government wants to silence me » [12].

Femmes de courage

Ta Phong Tan, aujourd’hui emprisonnée, vient de recevoir le prix des Femmes courageuses décerné chaque année à quelques femmes qui se sont distinguées par un courage particulier [13]. Cette année, dix femmes d’exception recevront de la Première dame américaine, Michelle Obama, l’invitée d’honneur de la cérémonie, le Prix international femme de courage du Secrétaire d’État américain. Les élues pour ce prix sont :

  • Mme Fartuun Adan, directrice exécutive de Elman Peace and Human Rights Centre (Somalie)
  • Mme Malalai Bahaduri, Premier Sergent, Afghan National Interdiction Unit (Afghanistan)
  • Mme Julieta Castellanos, Recteur, Université nationale autonome du Honduras (Honduras)
  • Mme Samira Ibrahim, coordonnatrice de Know Your Rights (Egypte)
  • Mme Elena Milashina, journaliste, militante des droits de l’Homme (Russie)
  • Mme Nirbhaya “Fearless,” militante de la justice (Inde), décédée.
  • Dr Josephine Obiajulu, présidente de Campagne pour la démocratie (Nigeria)
  • Mme Ta Phong Tan, blogueuse (Vietnam)
  • Mme Tsering Woeser (Wei Se), auteure, poète et blogueuse tibétaine (Chine)
  • Mme Razan Zeitunah, avocate des droits de l’Homme et fondatrice des Comités de coordination locaux (Syrie) [14]

Selon le communiqué officiel, il est rappelé que ce prix “récompense chaque année les femmes dans le monde qui ont fait preuve d’un courage et d’un leadership exceptionnels dans la défense des droits et la responsabilisation des femmes, souvent en s’exposant elles-mêmes à de grands risques. Depuis sa création en 2007, le Prix a été décerné à 67 femmes de 45 pays différents” [15]

BaoLucChongDanOanVietNam
Violence policière contre une paysanne en 2010

* * *

En persécutant ces trois femmes de tête, les autorités de la RSVN lancent un signe à toutes les autres Vietnamiennes qui oseraient défier le pouvoir qu’elles soient paysannes, enseignantes, ouvrières, intellectuelles ou lycéennes. Et il faut le dire, dans les conflits sociaux actuels, les femmes, notamment les paysannes et les ouvrières, sont en première ligne. Ce sont elles qui affrontent la police et les milices lors des expropriations, ce sont encore elles qui montent à la ville pour tenir sitting devant les organismes du pouvoir, ce sont majoritairement elles qui nourrissent ce pays en plantant et récoltant le riz. Quoi de plus naturel que d’autres femmes dénoncent ouvertement les injustices dont ces “indignées” (dân oan) sont la cible, des violences dont elles sont victimes et se fassent le relais des nobles idéaux de justice et d’égalité qu’elles portent.

Prenant fait et cause pour leurs compatriotes méprisés, en aucun cas il ne s’agissait pour ces net-citoyennes de faire de la « propagande contre l’État » comme le stipule l’article 88 du code pénal et qui est d’emblée systématiquement utilisé par les actes d’accusation dans ce genre d’affaire. Il s’agissait pour elles d’exercer le droit le plus élémentaire d’expression, de communication et de partage d’information sur des sujets de société qui touchent directement les Vietnamiens dans leur vie quotidienne, un droit fondamental qui peut coûter dans le Viêt-Nam socialiste jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

En réalité, le pouvoir communiste condamne l’activisme sur la toile dans ce qu’il a de plus dangereux à ses yeux : être un espace libre de discussion et d’échange avec des Vietnamiens de l’étranger engagés politiquement contre le régime policier et farouches militants pour l’instauration de la démocratie. C’est ainsi que des échanges sur les blogs entre « ceux de l’intérieur » et « ceux de l’extérieur » sur le destin politique du Viêt-Nam peuvent être assimilés à de la propagande anti-étatique, voire à un acte de subversion visant à « renverser le gouvernement populaire » selon la rhétorique habituelle comme l’a démontré le procès des 14 jeunes catholiques de Vinh. Mais cette rhétorique ne fait aujourd’hui plus sens et internet a définitivement changer la donne. Le transnationalisme a fait explosé les frontières intellectuelles entre ceux de l’intérieur et ceux de l’extérieur. Ils marchent désormais tous pour la même cause de transformation pacifique du Viêt-Nam en État de droit dans lequel seront garantis les droits des citoyens.

La remise de ces prix par tout un ensemble d’associations vietnamiennes de l’étranger et aujourd’hui par les autorités américaines démontre que d’une part, ce qui se passe au Viêt-Nam en matière de droits de l’homme est suivi de près par la communauté internationale, et d’autre part, vise à rendre publique le destin souvent oublié des femmes vietnamiennes. Forte de son expérience de 4 années d’enfermement pour une simple expression patriotique, à sa sortie de prison, Pham Thanh Nghien rappelait avec détermination dans une interview de Radio Free Asia : “Il n’y a aucune raison de ne pas poursuivre la lutte” [16].

 François Guillemot, 08/03/2013

Notes

[1] Juliette Lancel, “Le 8 mars ? Merci Lénine !“, Olim et nunc. Histoire et serendipité, 07/03/2013.

[2] Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 08 mars 2013. URL : http://genrehistoire.revues.org/255

[3] “2012 Vietnam Human Right Award Ceremony in Montréal, Canada“, 12/09/2012.

[4] idem.

[5] Voir l’interview sur You Tube à sa sortie de prison : Phạm Thanh Nghiêm ra tù sau 4 năm

[6] Voir : “Lời phát biểu của Phạm Thanh Nghiên trong buổi trao Giải Thưởng Nhân Quyền 2012“, 05/01/2013.

[7] Voir les biographies détaillées de Huynh Thuc Vy et de Huynh Ngoc Tuan sur Human Rights Watch (en vietnamien), 20/12/2012.

[8] Voir l’article de la BBC : “Công an dọn đường để bắt chúng tôi“, 10/11/2011 et celui de RFA : “Gia đình blogger Huỳnh Thục Vy bị hàng chục công an hành hung“, 12/02/2011. Tous deux relatent la pression policière exercée sur cette famille.

[9] Voir son entretien à la BBC repris sur You Tube (Huỳnh Thục Vy kể chuyện bị bắt cóc, 05/07/2012).

[10] Lire l’interview : “Huỳnh Thục Vy nói về biểu tình và tự do“, 06/07/2012.

[11] Entrée Ta Phong Tan sur Wikipedia.

[12] Voir : FIDH/VCHR – Bloggers and Netizens Behind Bars. Restrictions on Internet Freedom in Vietnam, p. 23.

[13] Voir : Thanh Trúc, “Bộ ngoại giao Mỹ vinh danh Blogger Tạ Phong Tần“, RFA, 07/03/2013.

[14] Voir : “Trois femmes africaines recevront vendredi aux Etats-Unis des distinctions d’encouragement”, Infos Plus Gabon avec  PANA, 05/03/2013 ; International Women’s Day: fearless, female and a force to be reckoned with, The Independent, 08/03/2013. Voir aussi le site officiel International Women’s Day 2013.

[15] idem.

[16] Phạm Thanh Nghiên: “Không có lý do gì không tiếp tục tranh đấu”, RFA, 19/09/2012 (Khánh An, phóng viên RFA)

PhamThanhNghien_bieutinhonha
Pham Thanh Nghien manifestant chez elle : “Les Paracels et les Spratleys appartiennent au Viêt-Nam, enlevons la langue de boeuf chinoise [en forme de U sur la mer orientale], protégeons la patrie.
NB. Article revu et corrigé le 08/03/2013 à 22h00.

L’affaire de la refonte de la constitution vietnamienne : Fin de Parti ou fin de partie ?

NguyenDacKienA en croire les différentes initiatives citoyennes appelant au multipartisme et à la démocratie, le monopole du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) est de plus en plus fortement contesté. Fait assez nouveau, cette contestation est désormais publique et ostentatoire. Depuis la création du Bloc pro-démocratie en 2006, le nombre de citoyens autodéclarés en dissidence avec l’Etat-Parti n’a fait que progresser malgré les campagnes de répression politique de ces dernières années. Ceci démontre les limites de la répression et offre de surcroît à la RSVN un visage rétrograde à l’image des régimes finissants de l’Europe de l’Est des années 90. En Asie du Sud-Est, le Myanmar a bien compris les avantages que pouvaient apporter un retour de la démocratie et même s’il y a encore beaucoup à faire le chemin est tracé. Or, le Viêt-Nam semble devoir amorcer un virage avec un clivage aujourd’hui flagrant entre le pouvoir communiste et le peuple vietnamien. Paysans expropriés en colère, intellectuels bâillonnés ayant décidé de rompre le silence, blogueurs déconstructeurs des discours officiels, une partie de l’élite citadine et de la paysannerie pauvre est entrée en fronde sans parler des milieux bouddhistes ou catholiques étroitement encadrés depuis 1975.

Fin de Parti…

HienPhap1992Au mois de novembre 2012, l’Assemblée nationale vietnamienne, par la décision n° 38/2012/QH13, proposait une refonte de la constitution vietnamienne actuelle [1]. Un Comité officiel, validé par le PCV, chargé de récolter les avis de la population fut mis sur pied le 2 janvier 2013 [2]. Dès la diffusion de cette nouvelle, très encadrée et présentée dans la forme la plus habituelle du régime, des intellectuels renommés et des citoyens concernés se sont mis au travail pour proposer une alternative à la constitution actuelle. Deux mois après, les autorités ont pu recueillir les précieux avis qui dépassent à n’en pas douter les résultats escomptés. En effet, le message principal de la consultation populaire pour amender et réviser la constitution de 1992 (déjà amendée en 2001) peut se résumer en cette nouvelle assertion : nous ne voulons plus du monopole du parti. C’est l’objet de la demande de l’abrogation de l’article 4 de la Constitution actuelle qui stipule : « le Parti communiste vietnamien (…) est la force dirigeante de l’Etat et de la société » [3]. Le projet d’abolition pur et simple de cet article n’est pas nouveau et a été défendu par la dissidence depuis des années mais il s’est toujours heurté à une vive opposition du pouvoir en place. En 2007, sur cette question brulante, l’ancien Président de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN), Nguyen Minh Triet, avait répondu que cela équivalait à un suicide « tự sát » pour le parti [4].

Reprenons ici le fil chronologique de cette affaire. Le 19 janvier 2013, une « Requête pour une refonte de la Constitution » était mise en ligne sur internet (site Bauxite Viêt Nam) pour exprimer l’avis d’un groupe de 72 intellectuels, anciens responsables politiques ou personnalités de la hiérarchie catholique [5]. Cette requête prend à contrepied le projet gouvernemental sur plusieurs points. Elle affirme la nécessité d’un certain nombre de changements radicaux pour que la nouvelle constitution soit crédible et conforme à la volonté du peuple. Outre l’abrogation de l’article 4, le texte aborde la question de la propriété collective de la terre, une « invention soviétique » que les précédentes constitutions de 1946 et de 1959 ne mentionnaient pas. Il s’agit de revenir donc à une forme de propriété privée préexistante à des époques différentes au Nord comme au Sud avant 1975. Le troisième point tout aussi important concerne la neutralité de l’armée et des appareils de contrôle, des « forces armées populaires » (lực lượng vũ trang nhân dân) vis-à-vis du pouvoir. Il s’agit en clair de dépolitiser l’armée et la police qui ne doivent en aucun cas servir les intérêts d’un parti politique quel qu’il soit. Et ce point prend à contresens le projet de l’article 70 (visant à compléter l’article 45 de la constitution actuelle) qui affecte ce rôle de protection et de fidélité au PCV seul [6]. La revue en ligne Eglises d’Asie a parfaitement résumé dans les grandes lignes les changements préconisés :

La requête contient sept propositions d’amendements, dont certains remettent en cause les fondements du régime actuel. Dans le nouveau texte constitutionnel proposé, on ne retrouve plus l’article 4 de l’actuelle Constitution présentant le Parti communiste comme la force dirigeante du système politique et de la société. Il devient une organisation politique comme les autres, soumise à l’épreuve des élections et ne possédant aucun privilège sur les autres. C’est le peuple qui désormais détient la souveraineté. La propriété du peuple tout entier (c’est-à-dire, concrètement, l’Etat) sur les terres est, elle aussi, mise en cause. Les droits de l’homme sont énumérés et définis. Le régime institué par le nouveau texte serait une république de type présidentiel [7].

La requête rencontra rapidement un immense succès avec, lors de sa soumission officielle le 3 février 2013, au comité de l’Assemblée nationale chargé de relever les avis, plus de 2500 signataires et l’adhésion de la Fédération des étudiants catholiques du Vietnam [8]. Elle continue de recueillir des centaines de signatures.

GauUngHo
La jeunesse mobilise ses avatars : vu sur le blog Dân Luận.

L’affaire a pris un nouveau tournant lorsque le 26 février 2013 le journaliste hanoïen Nguyen Dac Kien fut forcé de quitter la rédaction du journal Gia đình & Xã hội (Famille et Société) à la suite d’un article critique vis-à-vis du Secrétaire général du PCV Nguyen Phu Trong [9]. En effet, ce dernier soulignait, plutôt timidement d’ailleurs, les « Points de vue politiques dégradés » proposés pour réformer la constitution [10]. Cette opinion maladroitement divulguée laisse entrevoir que la consultation populaire n’a en réalité aucun sens. Elle souleva des protestations et des interrogations sur les objectifs réels du pouvoir (voir plus bas). Courageusement, le journaliste Nguyen Dac Kien avait exprimé, en cinq points, un certain nombre d’idées partagées par de nombreux blogueurs et citoyens sur ce qu’il considérait comme nécessaire pour sortir le pays de l’impasse politique. Nous reproduisons ci-dessous ces propositions révolutionnaires traduites en français sur le blog Dân Làm Báo :

1. Nous voulons non seulement supprimer l’article 4 de la Constitution, mais aussi organiser un Congrès constitutionnel pour établir une nouvelle Constitution; celle qui reflèterait la vraie volonté de l’ensemble du peuple vietnamien, et non pas la volonté du Parti communiste telle que défend la Constitution actuelle.

2. Nous soutenons le pluralisme, le multipartisme, et tous les partis politiques qui se concurrencent loyalement pour la liberté, la démocratie, la paix et le progrès du peuple vietnamien. Aucun parti politique, quelque que soit le statut, n’aura le droit de manipuler notre nation par le totalitarisme.

3. Nous soutenons la création d’un Etat fondé non seulement sur la séparation des pouvoirs (séparation du législatif, de l’exécutif et du judiciaire), mais aussi sur la décentralisation du pouvoir gouvernemental, c’est-à-dire un système qui augmente l’autonomie des régions et établit des administrations locales fortes. Nous soutenons la suppression de grandes entreprises nationales (ou entreprises soutenues par l’État) ainsi que celle des institutions publiques qui emploient improprement le budget national, qui détournent les biens collectifs, et qui détruisent la confiance, l’esprit et la solidarité du peuple vietnamien.

4. Nous soutenons l’apolitisme de l’armée. L’existence de l’armée a pour but de protéger le peuple et la patrie, de défendre la souveraineté nationale, et non pas de servir n’importe quel parti politique.

5. Nous affirmons avoir le droit de faire la déclaration ci-présente, et que tous les autres vietnamiens possèdent le même droit. Nous sommes en train d’appliquer les droits fondamentaux de l’homme qu’il s’agisse de la liberté d’expression et la liberté de pensée. Ces droits sont acquis par chaque être humain à la naissance; ils sont reconnus et respectés par le peuple vietnamien; Ces droits n’ont pas été octroyés par le Parti Communiste Vietnamien, par conséquent, ce dernier n’a en aucun cas le droit de nous en déposséder, ni d’en juger. De ce fait, nous considérons que tous les jugements et accusations à notre égard sont des diffamations. Et nous croyons que ceux qui s’opposent à ces droits de l’homme s’opposent aussi aux intérêts nationaux et au progrès de l’humanité. [11].

Cette véritable déclaration politique a suscité une troisième initiative citoyenne intitulée « Déclaration des ces citoyens libres » [12]. Elle s’est affichée sur la toile sous la forme d’une pétition en ligne en reprenant mots pour mots la missive du journaliste expulsé (ci-dessus, le “je” de Nguyen Dac Kien étant remplacé par le “nous” des citoyens libres). La première phrase de ce nouvel appel est un signe de solidarité : « Nous, les premiers signataires du texte qui suit, nous dressons aux côtés du journaliste Nguyen Dac Kien et appelons les autres citoyens à déclarer avec nous » les cinq mesures phares avancées par le jeune journaliste [13]. Voici donc l’essentiel de ce qui s’est dit dans le premier volet de cette affaire.

… ou fin de partie ?

Hienphap2La consultation populaire en a fait rêver plus d’un et des groupes d’intellectuels issus des rangs même du PCV se sont pris au jeu. Mais le projet de réécriture pour l’avènement d’une nouvelle constitution porté par les 72 personnalités n’a pas fait long feu. Quatre jours seulement après le dépôt de la requête, la commission de l’Assemblée nationale faisait connaître son avis. Très habilement, elle ne discutait pas du contenu mais pointait le caractère déplacé de la demande, qui ne s’inscrivait pas, selon elle, dans le cahier des charges de l’arrêté de novembre 2012 puisque la requête n’était ni plus ni moins un projet concurrent [14]. Notez que cette agitation soudaine se manifesta juste avant les festivités du nouvel an lunaire (dimanche 10 février). Fait peu habituel, la joute fut reprise ce jour-là par le cardinal archevêque de Saigon, Mgr Jean-Baptiste Pham Minh Mân, qui, de son côté, en guise de cadeau de nouvel an, édita une lettre ouverte adressée aux autorités comme aux citoyens appelant à une rénovation totale (toàn diện) du pays [15]. La lettre, modérée, humaniste et pleine bon sens, propose une refonte de la société sur des bases plus morales, sur l’Etat de droit, le respect mutuel. Cette rénovation intégrale, souligne-t-il, « doit s’effectuer non dans la violence, mais dans le dialogue, la collaboration et en plein accord avec la culture vietnamienne » [16]. Puis, à partir de Hanoi, la Conférence épiscopale a emboîté le pas de Saigon pour annoncer ses propositions de réforme dans une nouvelle lettre ouverte dûment argumentée le 4 mars 2013 [17].

NguyenPhuTrong2013
Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV

La réponse du pouvoir à ces différentes vues pour tenter d’influer sur l’avenir du Viêt-Nam reste ambiguë. Les ténors du PCV et de l’Assemblée nationale poursuivirent la contre-offensive en assénant la ligne à ne pas franchir. Les derniers propos de Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV, qui mirent le feu aux poudres, en date du 25 février, ne sont guère rassurants mais se sont pas étonnants non plus [18]. Il assimilait les différentes propositions de réforme démocratique de ses collègues (la requête des 72) à une « régression à la fois politique et morale ». Il mettait en garde les cadres du parti contre ces « dérives » pour que la consultation populaire soit mieux dirigée. Signe d’un possible désarroi, il reprenait les mots principaux mots d’ordre des intellectuels frondeurs (abrogation de l’article 4, multipartisme, séparation des pouvoirs, dépolitisation de l’armée) pour marteler qu’il s’agissait bien, selon lui, d’une dégradation et non d’une avancée politique [19]. Qu’à cela ne tienne, les réponses aux inquiétudes soudaines du secrétaire général du PCV se sont fait connaître sur la toile : outre l’article très exceptionnel de Nguyen Dac Kien, d’autres voix continuent de s’exprimer. Le maintien de l’article 4 illustrerait à lui seul la régression politique actuelle défend le journaliste Vo Van Tao sur RFA [20]. De Hanoi, le dissident Nguyễn Thanh Giang décrypte les ambiguïtés du secrétaire général [21]. Quant au journaliste dissident Huy Duc, il exprime sur son blog Osin son point de vue sur la réforme de la constitution qui selon lui ne devrait pas consister pas à construire des abris pour le pouvoir communiste en déclin [22]. Et la liste des avis frondeurs est encore longue [23].

Quels sont les enseignements à tirer de cette joute politique ou de ce dialogue de sourds qui se répètent depuis plusieurs années ?

  • La chose la plus importante est illustrée par le fait que le PCV est désormais attaqué non plus sur son bilan mais sur sa raison d’être, sur son essence même, sur son utilité et son efficacité réelles pour le pays, et ceci  à l’intérieur du pays. Et cette contestation est désormais ouverte, déclarée, exprimée sur la place publique. Entaché par les affaires de corruption, par la mauvaise gestion économique, par la richesse accumulée au profit d’une nomenklatura méprisante, beaucoup pensent qu’il n’est plus crédible.
  • Deuxièmement, cela démontre aussi que le divorce entre une partie de la population et le PCV est consommé. La dislocation de cette osmose entre le Parti et le peuple, construite, promue, nourrie et contrôlée par le PCV est désormais un processus reconnu dont on ne peut prévoir l’issue. Autant la période de la guerre dans un Viêt-Nam divisé donnait à la RDVN le visage d’une population soudée derrière le Parti des Travailleurs (il aurait été dangereux de signifier alors une dissidence), autant la période du retour à la paix véritable, c’est-à-dire depuis la fin de l’aventure militaire au Cambodge (1989), a révélé le visage multiple et complexe d’un Viêt-Nam que les autorités communiste voulaient « unique » (mais qui ne l’a jamais été).
  • Troisièmement, le nombre de citoyens-dissidents de l’Etat-Parti est en constante augmentation et affiche désormais non plus quelques dizaines d’individus courageux mais rassemble aujourd’hui des dizaines de milliers de Vietnamiens dont une bonne partie vit et travaille au Viêt-Nam. Qui plus est, la contestation est le fait d’anciens « camarades », d’anciens responsables politiques, d’intellectuels membres du PCV ou proches de lui et donc hors de tout soupçon.

Cette nouvelle contestation intérieure est portée par des groupes de citoyens que le pouvoir communiste ne peut aisément taxer de « réactionnaires » ou d’organisation voulant « renverser le gouvernement populaire ». Ces intellectuels sont par ailleurs conscients de la portée surtout symbolique de leur acte :

Interrogé par Radio Free Asia, un des membres du groupe des premiers signataires, Mme Pham Chi Lan, a déclaré que, selon elle, les réformes suggérées dans la requête étaient à la fois conformes aux aspirations du peuple et accordées à l’évolution des divers pays dans le monde. Elle pense que les réformes démocratiques demandées seront difficilement acceptées par le Parti communiste vietnamien. Pourtant, souligne-t-elle, les dirigeants eux-mêmes sont persuadés que seules des réformes profondes pourront arracher le Parti à la crise qu’il traverse actuellement [23].

Face à cette situation inédite, le pouvoir va être obligé de choisir. Engager le second Renouveau préconisé depuis 2010 par les experts politiques et économiques ou faire le dos rond avant de lancer une nouvelle répression lorsque la fièvre « démocratique » sera apaisée. Le choix est cornélien car il engage l’avenir du Viêt-Nam sur le plan intérieur et extérieur. L’échec de la réforme constitutionnelle enverrait un signe négatif et désespérant pour les centaines de milliers de petits acteurs économiques et sociaux du pays et surtout pour la jeunesse en soif de changement. Un capital social non négligeable pour sortir de la crise et de la concurrence économique implacable que se livrent les pays de la région. Sur le plan extérieur, l’impossibilité de changer démontrerait que l’Etat-Parti vietnamien est acculé à une impasse historique. Pour ainsi dire, afin de conserver une certaine aura, en partie due à la couteuse guerre de réunification, le PCV a le devoir de prendre la mesure de la nouvelle aversion vietnamienne pour l’idéologie marxiste-léniniste que certains intellectuels dénoncent aujourd’hui clairement comme un « stalinisme », historiquement dépassé et politiquement nocif (voir à titre d’exemple les propos très directs du Professeur Tuong Lai).

* * *

En bref, comme en décembre 1986 lors du VIe congrès du PCV, il convient de « parler vrai » mais plus encore : il faut agir. Le PCV doit réfléchir à une nouvelle stratégie : le « changer pour faire du neuf » de l’époque de l’avènement du Đổi Mới (Renouveau) ne risque plus de faire recette tant il s’est concrétisé par un « changer pour survivre » en permettant l’avènement d’une riche et puissante nomenklatura aujourd’hui soucieuse de ses privilèges.

Il faudra donc être inventif, saisir cette occasion favorable pour passer en douceur à la transition démocratique. Sans quoi, à la fronde courtoise engagée par les intellectuels conquis par les rêves de démocratie et de multipartisme risque de succéder une déflagration sociale ou militaire entraînant le pays dans l’instabilité. Le risque est sérieux, c’est pourquoi une transition raisonnée, à la cambodgienne ou à la birmane – et le Viêt-Nam est dans une meilleure position -, permettrait au PCV de réformer le système en profondeur tout en conservant les clés du nouveau pouvoir (cas des transitions russes et des pays de l’Europe de l’Est des années 1990) ou à se ménager une porte de sortie sans conséquences politiques lourdes. Le second Đổi Mới prendra-t-il la forme d’un « changer pour rester » ou offrira-t-il au Viêt-Nam l’évolution pacifique qu’il mérite après des années de guerre et de totalitarisme ?

François Guillemot, 05/03/2013

 

Notes

[1] Nghị quyết số 38/2012/QH13 ngày 23/11/2012.

[2] Voir l’annonce officielle sur le site du gouvernement : VGP News, “Chính thức công bố Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992“, 02/01/2013.

[3] Voir : Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Editions The Gioi, 1995, p. 154. La constitution de 1992 sur le portail du gouvernement de la RSVN : “Hiến pháp nước CHXHCN Việt Nam“.

[4] Cf. Guillemot, François, “Viêt-Nam, résistances, révolutions, réunification”, in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, 30 chercheurs enquêtent sur l’identité nationale, Paris, Choiseul éditions & RFI, 2011, p. 365.

[5] Voir : “Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp 1992“. Voir l’analyse d’Eglises d’Asie : EDA, “Déjà 800 signatures pour une lettre ouverte demandant le remaniement de la Constitution“, 24/01/2013.

[6] L’article 45 stipule actuellement : “Les forces armées populaires doivent être d’une fidélité absolue envers la Patrie et le peuple ; se tenir prêtes à combattre pour défendre l’indépendance, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de la Patrie, la sûreté nationale, l’ordre et la sécurité sociale [sic], défendre le régime socialiste et les acquis de la révolution ; ensemble avec tout le peuple, édifier le pays”. Il n’est donc pas officiellement fait mention de la protection du PCV comme le stipule l’amendement n°70 : “Điều 70 (sửa đổi, bổ sung Điều 45) Lực lượng vũ trang nhân dân phải tuyệt đối trung thành với Đảng cộng sản Việt Nam, Tổ quốc và nhân dân, có nhiệm vụ bảo vệ độc lập, chủ quyền, thống nhất, toàn vẹn lãnh thổ của Tổ quốc, an ninh quốc gia và trật tự, an toàn xã hội; bảo vệ Đảng, Nhà nước, nhân dân, chế độ xã hội chủ nghĩa, cùng toàn dân xây dựng đất nước và thực hiện nghĩa vụ quốc tế”.

[7] Souligné par nous. EDA : “La requête pour la refonte de la Constitution, signée par des milliers de personnes, a été remise au bureau de l’Assemblée nationale“, 07/02/2013.

[8] Voir sur Mémoires d’Indochine : “Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp” et EDA : “Des évêques et des étudiants catholiques signent la requête pour la refonte de la Constitution“, 25/01/2013. Voir aussi les photographies de “supporters” sur le blog Dân Luận : “Cùng chụp ảnh ủng hộ Bản Kiến Nghị về Sửa Đổi Hiến Pháp 1992“.

[9] Voir RFA : “Vietnamese Reporter Fired for Critical Essay“, 26/02/2013 (Reported by Chan Nhu. Written in English by Joshua Lipes).

[10] Voir l’extrait vidéographique de l’émission de VTV1 sur le site de la BBC, 26/02/2013.

[11] Dan Lam Bao, “Déclaration des Citoyens libres“. Voir la version originale sur son blog : Nguyễn Đắc Kiên, “Vài lời với TBT ĐCS VN Nguyễn Phú Trọng“, 26/02/2013 et une autre traduction française sur le site Dân Luận.

[12] Voir sur le blog DanLamBao : “Lời Tuyên Bố của các Công Dân Tự Do“, 28/02/2013. Le blog annonce 4300 signatures après la mise à jour de la pétition en ligne le 05/03/2013.

[13] Voir aussi : Gia Minh, “Nhóm “Công dân tự do” ra tuyên bố ủng hộ PV Nguyễn Đắc Kiên“, RFA, 28/02/2013.

[14] voir l’analyse d’EDA : “L’Assemblée nationale embarrassée par la requête pour la refonte de la Constitution“, 20/02/2013.

[15] Voir EDA : “Le cardinal archevêque de Saigon propose un programme de rénovation (dôi moi) intégrale du pays“, 27/02/2013.

[16] id.

[17] Cf. : VNRs, “Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam gửi Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp năm 1992 nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp“, 01/03/2013. Voir l’analyse d’EDA : Pour approfondir. “Contribution de la Conférence épiscopale à la refonte de la Constitution de 1992“, 04/03/2013. Le texte original en vietnamien est disponible sur le site officiel de la Conférence épiscopale : “Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp“, 01/03/2013.

[18] BBC, “TBT Trọng nói về sửa đổi Hiến pháp“, 26/02/2013 et Thanh Quang, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, RFA, 04/03/2013.

[19] RFA, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, 04/03/2013.

[20] Voir le blog Ba Sàm : Võ Văn Tạo, “Giữ Điều 4 mới chính là suy thoái đạo đức, thưa ông Tổng Bí thư!“, 26/02/2013.

[21] Voir sur le site de Viet Tan : Nguyễn Thanh Giang, “Ông Nguyễn Phú Trọng rất hàm hồ“, 27/02/2013.

[22] Voir sur le site Facebook de Huy Đức : “Sửa Hiến Pháp Chứ Không Phải Xây Hầm Trú Ẩn“, 19/02/2013. Voir également sur Nam Nguyên, “Đảng yếu nên sợ hãi đa nguyên đa đảng?“, RFA, 01/03/2013.

[23] Voir Chân Như, “Người dân nghĩ gì về phát biểu của Tổng bí thư?“, RFA, 26/02/2013.

[24] EDA, art. cit., 07/02/2013.

* * *

Nhà báo Nguyễn Đắc Kiên trả lời phỏng vấn RFA

Chant des aveugles – Hà Thi Câu : il était une voix au Viêt Nam

[ndlr] Annonce de la disparition de la grande chanteuse Hà Thị Cầu, spécialiste de l’art traditionnel du “chant des aveugles”. L’article paru dans Vietnam + est suivi du film de Lương Đình Dũng réalisé en 2011 sur cette artiste authentique.

HatThiCau

Hà Thi Câu, une figure qui a contribué à la renaissance de l’art traditionnel hat xâm (chant des aveugles), s’est éteinte dimanche à l’âge de 96 ans dans son village natal de Quang Phuc, commune de Yên Phong, district de Yên Mô, province de Ninh Binh (Nord).

Il serait impossible de parler de cet art au Vietnam sans mentionner son nom. Élue artiste populaire par l’Association des lettres et des arts folkloriques du Vietnam, artiste émérite par l’État, lauréate du Prix Dào Tân, Hà Thi Câu appartient à une famille dont trois générations se sont consacrées au hat xâm avant elle.

Une belle voix naturelle, une viole à deux cordes et des claquettes, à huit ans, elle commence déjà à arpenter les marchés en chantant pour gagner de quoi vivre. Et pour l’anecdote, si ses parents et son époux étaient aveugles, elle voyait parfaitement.

Lire la suite : Vietnam +, 04/03/2013

* * *
Xẩm Đỏ Full – Hà Thị Cầu (2011)

Nghệ nhân: Hà Thị Cầu
Đạo diễn: Lương Đình Dũng
Biên kịch: Bùi Huy Đông
Quay phim: Trịnh Quang Tùng
Dựng phim: Phạm Thị Hảo
Âm thanh: Hoàng Thu Thủy
Họa sỹ: Trần Hoài Nam
Ánh sáng: Lê Văn Sơn
Giám đốc sản xuất: Trần Mạnh Thắng
Giám Sát sản xuất: Ngô Văn Quán
Nhà tài trợ: Diep Bach Duong Company
Nhà sản xuất: Tứ Vân Media

Phim do Liên hiệp các Hội UNESCO Việt Nam, Trung tâm UNESCO Điện ảnh Phát triền, Hãng truyền thông Tứ Vân thực hiện.

Nouvelle implantation de l’EFEO et de l’AFD à Hô-Chi-Minh-Ville

L’inauguration conjointe des locaux de l’implantation de la délégation au Sud du Vietnam du centre de l’EFEO de Hanoi et du bureau de représentation de l’AFD à Hô-Chi-Minh-Ville a lieu les 25 et 26 février.

Le 25 février, une réception est organisée dans les locaux de la villa du 113 Hai Ba Trung, en présence de l’ambassadeur de France au Vietnam, des autorités politiques du Comité populaire de Hô-Chi-Minh-Ville, du directeur de l’AFD au Vietnam et du directeur des études de l’EFEO. A cette occasion, une exposition composée d’une trentaine de panneaux présentera les attributions respectives de l’EFEO (Textes et Terrain. Remise en perspective de 20 ans d’activités de l’EFEO au Viêt Nam) et de l’AFD (AFD : Objectif développement), et évoquera la dynamique de rapprochement scientifique et opérationnelle qui fédère ces deux institutions.

EFEO_HCMV
La villa du 113 Hai Ba Trung à Ho Chi Minh-Ville

Le 26 février, une seconde exposition intitulée Imagerie populaire du Vietnam-triptyque, est inaugurée à la médiathèque de l’Idécaf (Institut d’échanges culturels avec la France). En une quinzaine de panneaux, cette exposition présente des extraits choisis issus, d’une part, des deux grands corpus collectés dans le courant de la première moitié du XXe siècle au Nord du pays (corpus Henri Oger et corpus Maurice Durand) et, d’autre part, d’un manuscrit original et enluminé du Luc Vân Tiên, poème épique du Sud, conservé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et qui fait l’objet d’un projet de numérisation-publication conduit par la délégation au Sud du Vietnam. Cette inauguration donne lieu à une conférence consacrée à l’imagerie populaire au Viêt Nam, et est animée par quatre intervenants: le professeur Phan Huy Lê (président de l’Association des historiens du Vietnam et correspondant étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris) ; Olivier Tessier (Encyclopédie des techniques annamites de Henri Oger) ; Philippe Papin (Imagerie populaire de Maurice Durand) ; Pascal Bourdeaux (le manuscrit du Luc Vân Tiên et le projet de numérisation-publication).

Source : EFEO

[AFP] Vietnam – L’économie fait naufrage, engloutissant les citoyens

Une vendeuse de rue passe devant une affiche marquant le 83e anniversaire de création du Parti communiste vietnamien. Les communistes célèbrent cet anniversaire pendant que leurs concitoyens tentent de survivre à la crise économique dont ils tiennent leurs dirigeants pour responsables.
© Agence France-Presse / Hoang Dinh Nam

Ruinés, les Vietnamiens montrent du doigt les communistes

Familles ruinées en Bourse, dépressions qui se multiplient ou bonus de fin d’année payés en chaussettes, de plus en plus de Vietnamiens sont touchés par une crise économique dont ils tiennent le gouvernement communiste pour responsable.

Après avoir lancé en 1986 la transition vers l’économie de marché, le Vietnam était vite devenu un modèle pour les pays de la région, grâce à une forte croissance, un afflux d’investissements étrangers et l’émergence d’une classe moyenne.

Mais le pays est désormais en plein marasme économique, à cause de décennies de mauvaise gestion, selon les experts. Et les Vietnamiens ont perdu leurs économies et leur confiance envers le gouvernement. « Ma famille n’a jamais été dans pire situation […]. Tous nos actifs ont disparu », commente Nguyen Thi Huong, 37 ans, qui travaille dans l’immobilier.

Ses revenus se sont raréfiés avec la stagnation du secteur, et elle a perdu tout son argent dans des investissements immobiliers et en Bourse. Alors elle a dû vendre son luxueux appartement de Hanoï et retourner vivre, avec sa famille, chez sa mère, dans un tout petit logement décrépi.

« Nos dirigeants doivent être tenus pour responsables de la situation désespérée du marché immobilier et de la crise économique actuelle », insiste-t-elle, au diapason de beaucoup de ses compatriotes. Loin de l’euphorie des années de forte croissance, jusqu’à un pic de 8,4 % en 2005. « Pendant cette période, tout le monde était surexcité, rêvant que le Vietnam devienne riche du jour au lendemain », se rappelle un analyste qui préfère garder l’anonymat. « Mais le gouvernement a fait des erreurs en matière de politiques macroéconomiques et les conséquences émergent maintenant. Elles touchent tout le monde de plein fouet ».

La crise du crédit, la hausse des faillites et la stagnation des marchés immobilier et boursier ont frappé la classe moyenne, et pas seulement au portefeuille. De plus en plus de Vietnamiens se font ainsi soigner pour dépression ou stress, selon les médias d’État. « Je n’ai jamais vu autant de patients qu’en 2012 venir pour des problèmes psychologiques » liés à la perte d’un travail ou à une faillite, souligne le Dr Le Hieu, d’un hôpital psychiatrique d’Ho Chi Minh-Ville, sur le site VietnamNet. Mais pour Tran Thanh Hung, propriétaire d’un magasin de meubles à Hanoï, ce n’est pas une surprise. « L’argent et la confiance de la population sont épuisés », relève-t-il.

La croissance a atteint son plus bas niveau en treize ans en 2012, à 5 %. Soit la « pire crise économique » du pays qui jusqu’alors souffrait d’une « longue maladie cachée », estime l’économiste Nguyen Quang A. « C’est comme une tumeur qui vient de surgir. Et cela force le parti communiste à y faire face », insiste-t-il.

Les problèmes sont légion, d’un secteur public mal géré qui cumule des dettes vertigineuses à un marché boursier qui a perdu la moitié de sa valeur depuis un pic en 2007, en passant par la crise d’un secteur bancaire plombé par les créances douteuses. Et le parti communiste qui exerce un pouvoir sans partage ne semble pas prêt à s’attaquer aux groupes d’intérêts puissants qui ont paralysé l’économie, note les experts.

Alors plus de 55 000 petites et moyennes entreprises ont mis la clé sous la porte l’an dernier selon les chiffres officiels, entraînant une hausse du chômage. Des conséquences qui se font d’autant plus sentir en cette période de Nouvel An lunaire vietnamien, dont les célébrations ont commencé dimanche et qui est traditionnellement accompagné des bonus de fin d’année.

Mais beaucoup d’entreprises ont dû faire des économies. Ainsi Tran Thi Hai, ouvrière du textile, a reçu 70 paires de chaussettes au lieu d’un 13e mois de salaire, selon la presse d’État. « Je vais les vendre dans les rues pour avoir un peu d’argent. C’est mieux que rien ».

Paru dans Le Devoir (Montréal), 14/02/2013

Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp

M. Nguyễn Đình Lộc, chef de la délégation et ancien Ministre de la Justice de la RSVN (1992-2002)

Le lundi 4 février à 10 heures du matin, 16 personnalités représentant les quelques 2500 signataires d’une proposition politique relative à la modification de la Constitution de 1992 se sont rendues au bureau de la Commission (37 Hung Vuong, Hanoi) chargée de recueillir les avis de la population. M. Lê Minh Thông, vice-président de la commission juridique de l’Assemblée nationale, rédacteur en chef adjoint des projets d’amendements et compléments à la Constitution de 1992 ainsi que le personnel de la Commission, a rencontré la délégation. Lors de cet échange, les motivations des 16 personnalités ont été exposées de façon directe et explicite. Les propositions politiques énoncées lors de cette rencontre tiennent en quelques idées forces : abandon du “stalinisme-maoïsme”, démocratisation, multipartisme et respect des libertés publiques. Le compte-rendu vietnamien de l’ensemble de la réunion a été mis en ligne sur le Blog Ba Sàm [Commérage, l’Agence d’information du “Café du commerce”].

Si de nombreux citoyens restent septiques quant à la portée véritable de cette consultation populaire orchestrée par le PCV dans le but de modifier la constitution de 1992, des milliers de signataires se sont sincèrement prêtés au jeu considérant que la situation présente du pays sur les plans économiques et géopolitiques nécessitait une réponse forte du pouvoir dans le sens de l’ouverture. L’occasion de peser légalement sur le cours des événements offerte par la consultation populaire est rare et précieuse. L’année du Serpent qui arrive nous dira si cette journée du lundi 4 février 2013 ouvrira ou non une nouvelle ère historique. Quoiqu’il en soit, la démarche volontariste et médiatique de ces intellectuels et anciens responsables politiques est en elle-même une réponse inédite qui se veut fondatrice d’un nouveau Viêt-Nam démocratique et pluraliste, plus respectueux de ses citoyens.

FG, 07/02/2013

Trao kiến nghị về Hiến pháp – 4/02/2013

Membres de la délégation : Nguyễn Quang A, nguyên Viện trưởng Viện IDS, Hà Nội; Phan Hồng Giang, TSKH ngành nghiên cứu văn học, Hà Nội; Lê Công Giàu, nguyên Phó Bí thư thường trực Đoàn TNCS HCM – TPHCM, TPHCM; Chu Hảo, nguyên Thứ trưởng Bộ KH & CN, Hà Nội; Phạm Duy Hiển, nguyên Phó Viện trưởng Viện năng lượng nguyên tử Việt Nam, Hà Nội; Vũ Đức Khiển, nguyên Chủ nhiệm Ủy ban Pháp luật Quốc hội, Hà Nội (vắng mặt đột xuất); Tương Lai, nguyên thành viên Ban nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, Hà Nội; Phạm Chi Lan, nguyên thành viên Ban nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, Hà Nội; Hồ Uy Liêm, nguyên Phó Chủ tịch Liên hiệp các Hội KH & KTVN, Hà Nội; Nguyễn Đình Lộc, nguyên Bộ trưởng Bộ Tư pháp, Hà Nội (Trưởng đoàn); Huỳnh Tấn Mẫm, nguyên Chủ tịch Tổng hội Sinh viên Sài Gòn, TPHCM; Nguyên Ngọc, Nhà văn, Hội An; Hoàng Xuân Phú, GS, Viện Toán học, Hà Nội; Nguyễn Minh Thuyết, nguyên Phó Chủ nhiệm Ủy ban Văn hóa-Giáo dục & Thanh thiếu niên-Nhi đồng Quốc hội, Hà Nội; Nguyễn Trung, nguyên thành viên Ban Nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, Hà Nội; Tô Nhuận Vỹ, Nhà văn, Huế.

Au premier rang, de gauche à droite : Hồ Uy Liêm, Nguyễn Trung, Phạm Chi Lan, Nguyên Ngọc, Nguyễn Đình Lộc, Huỳnh Tấn Mẫm, Tương Lai, Nguyễn Minh Thuyết, Tô Nhuận Vỹ.
Au second rang, de gauche à droite : Lê Công Giàu, Chu Hảo, Nguyễn Quang A, Phạm Duy Hiển, Hoàng Xuân Phú, Phan Hồng Giang. (Ảnh: Lê Kiên).

 

Trao Kiến nghị về Hiến pháp 1

Photo collective des représentants des 2500 signataires.

Trao Kiến nghị về Hiến pháp 2

Arrivée de la délégation au Bureau de la Commission situé au 37 Hung Vuong à Hanoi.

Trao Kiến nghị về Hiến pháp 3

Présentation des participants à la table ronde et début des interventions.

Trao Kiến nghị về Hiến pháp 4

Présentation par le professeur Tuong Lai des changements politiques préconisés par les signataires. Extrait du texte vietnamien de son intervention à la suite de la vidéo.

GS Tương Lai: “Tại sao chúng tôi làm cái việc kiến nghị sửa đổi Hiến pháp và trong một thời gian vắn tập trung cao độ trí tuệ của một nhóm người. Bên cạnh cái kiến nghị là đưa ra một cái dự thảo Hiến pháp mới dựa trên những cái thành tựu mà như là anh Lộc đã trình bày, vượt qua cái thời kỳ, cái tư duy của Stalinit, Maoit về chuyên chính vô sản. Và đã gọi là chuyên chính vô sản thì không thể có một cái Hiến pháp là công cụ của dân để mà kiểm soát nhà nước.

Thực chất Hiến pháp là Bộ luật cơ bản để mà ai kiểm soát ai, là dân kiểm sát cái quyền lực, để dân trao quyền mà không bị mất quyền. Đó là cái bi kịch lớn nhất của loài người từ xưa đến nay mà đến bây giờ vẫn chưa vượt qua được. Nhưng mà dù sao những thành tựu của văn minh nó cũng đã bước những cái bước tiến để nó đạt tới cái chỗ là dân qua công cụ của pháp luật mà trước hết là qua Hiến pháp – cái đạo luật cơ bản mà anh Nguyễn Đình Lộc vừa nói để mà kiểm soát quyền lực của nhà nước, để nhà nước không phải muốn làm gì thì làm mà nhà nước chỉ làm được những cái việc mà luật pháp cho phép, còn dân thì được làm tất cả những việc gì mà luật pháp không cấm. Và như vậy thì không thể có khái niệm về chuyên chính vô sản được, cho nên cái đó phải loại trừ ra khỏi đời sống tinh thần của đất nước thì mới có thể bàn tới chuyện Hiến pháp. Chừng nào còn giữ cái tư duy ấy, chừng ấy không thể có Hiến pháp và mọi cái sự sửa đổi vụn vặt đều trở nên vô nghĩa. Cái tinh thần ấy chính là tinh thần chúng tôi đưa ra trong Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp. Và đó cũng là tinh thần mà trí tuệ dồn vào để đưa ra như là một tài liệu tham khảo về Hiến pháp sắp tới của một nước Việt Nam dân chủ.

Chúng ta đã bao nhiêu núi xương sông máu đổ ra để giành được độc lập, nhưng mà có độc lập mà không có tự do, không có dân chủ, không có hạnh phúc thì độc lập không có ý nghĩa gì. Điều này thì nó trở thành câu nói cửa miệng của mọi người rồi. Nhưng mà trên thực tế chúng ta mới có độc lập nhưng mà chúng ta chưa có dân chủ, chưa có tự do. Trên thực tế cho đến hiện nay là nông dân, bà con Dương Nội vẫn đang ngồi biểu tình và trên những cái video mà phi chính thức đó, ngoài luồng đó thì vẫn thấy là dân… Mặc dầu là trong những cái diễn văn thì chưa bao giờ những cái từ “vì dân”, “phục vụ dân”, “gần dân” nó lại nhiều như bây giờ. Và dân nói là gần dân, phục vụ dân và đừng thụi dân như người ta đang thụi dân trên, ngay cả vấn đề đối với bà con Dương Nội, bà con Văn Giang. Cho nên cái Hiến pháp này tôi đề nghị, nhân ở đây thì đề nghị là các vị ở trong cái … tiếp nhận ý kiến sửa đổi Hiến pháp làm sao để lắng nghe cho được cái tiếng nói của dân. Và trong tiếng nói của dân thì có tiếng nói của cái nhóm trí thức mà chúng tôi đã kiến nghị, thì chúng tôi xin có ý kiến thêm là như vậy.”

Source : Ba Sàm, 05/02/2013

* * *

Trao bản Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp 1992 cho Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992

Hà Nội, ngày 4 tháng 2 năm 2013

Kính gửi: Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992

Chúng tôi, những công dân có tên trong Danh sách kèm theo, đại diện cho 72 người đã trực tiếp ký tên vào KIẾN NGHỊ VỀ SỬA ĐỔI HIẾN PHÁP 1992 và hàng ngàn người khác đã tham gia ký tên tiếp, hôm nay đến Địa điểm tiếp nhận ý kiến đóng góp của nhân dân tại 37 Hùng Vương Hà Nội, để trao Bản Kiến nghị này cho Quý Ủy ban.

Với tư cách công dân, chúng tôi yêu cầu Quý Ủy ban tiếp nhận bản Kiến nghị và xem xét tiếp thu ý kiến của chúng tôi theo đúng quy định của luật pháp, nhằm cùng toàn dân xây dựng một bản Hiếp pháp sửa đổi thích hợp nhất cho Đất nước trong bối cảnh hiện nay.

Chúng tôi sẵn sàng cử đại diện của mình thảo luận, làm rõ chính kiến của mình trước Quý Ủy ban vào bất kỳ thời điểm nào trước ngày 31 tháng 3 năm 2013.

Trân trọng cám ơn!

T/M những người đại diện

DANH SÁCH ĐOÀN ĐẠI BIỂU ĐI TRAO “KIẾN NGHỊ VỀ DỰ THẢO SỬA ĐỔI HIẾN PHÁP 1992” CỦA NHÂN SĨ TRÍ THỨC CHO ỦY BAN DỰ THẢO SỬA ĐỔI HIẾN PHÁP CỦA QUỐC HỘI

(Hà Nội ngày 4 tháng 2 năm 2013)

  1. Nguyễn Quang A, nguyên Viện trưởng Viện IDS, Hà Nội
  2. Phan Hồng Giang, TSKH ngành nghiên cứu văn học, Hà Nội
  3. Lê Công Giàu, nguyên Phó Bí thư thường trực Đoàn TNCS HCM TP HCM, TP HCM
  4. Chu Hảo, nguyên Thứ trưởng Bộ KH&CN, Hà Nội
  5. Phạm Duy Hiển, nguyên Phó Viện trưởng Viện Năng lượng Nguyên tử Việt Nam, Hà Nội
  6. Vũ Đức Khiển, nguyên Chủ nhiệm Ủy ban Pháp luật Quốc hội, Hà Nội (vắng mặt đột xuất)
  7. Tương Lai, nguyên thành viên Ban Nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, TP HCM
  8. Phạm Chi Lan, nguyên thành viên Ban Nghiên cứu của Thủ tướng Chính phủ, Hà Nội
  9. Hồ Uy Liêm, nguyên Phó Chủ tịch Liên hiệp các Hội KH&KTVN, Hà Nội
  10. Nguyễn Đình Lộc, nguyên Bộ trưởng Bộ Tư pháp, Hà Nội (Trưởng đoàn)
  11. Huỳnh Tấn Mẫm, nguyên Chủ tịch Tổng hội Sinh viên Sài Gòn, TP HCM
  12. Nguyên Ngọc, nhà văn, Hội An
  13. Hoàng Xuân Phú, GS Viện Toán học, Hà Nội
  14. Nguyễn Minh Thuyết, nguyên Phó Chủ nhiệm Ủy ban Văn hóa – Giáo dục & Thanh thiếu niên – Nhi đồng Quốc hội, Hà Nội
  15. Nguyễn Trung, nguyên thành viên Ban Nghiên cứu của Thủ trướng Chính phủ, Hà Nội,
  16. Tô Nhuận Vỹ, nhà văn, Huế

Source : Cuu Thieu Sinh Quan Viet Nam