Archives de catégorie : Actualités Viêt-Nam

4 octobre 2013 : Le général Giap, héros du Vietnam indépendant, n’est plus [RFI] :

Le général Giap © AFP Photo / Ho / VNA
Le général Giap © AFP Photo / Ho / VNA

[ndlr] L’information est tombée sur tous les écrans vietnamiens : le général Vo Nguyen Giap est décédé le vendredi 4 octobre 2013 à 18h09 à l’âge de 103 ans et un mois selon le décompte vietnamien et 102 ans pour les Occidentaux.

* * *

Au Vietnam, le général Vo Nguyen Giap est mort. Considéré comme le héros de l’indépendance du pays, artisan de la débâcle française à Dien Bien Phu, il s’est éteint à l’âge de 102 ans ce vendredi 4 octobre. Retour sur son parcours hors normes.

RFI – Avec notre correspondant à Hanoï, Victor Guillot

C’est un héros, une légende vietnamienne qui s’est éteinte ce vendredi. L’homme était né en 1911, dans ce qui était à l’époque l’Indochine française.

Très vite, dès l’adolescence, le fils de mandarin se montre hostile au colonialisme français. Son aspiration à l’indépendance le mène sur les chemins du communisme. Il adhère au Parti indochinois dès les années 1930.

En 1941, il participe à la création du Viet Minh aux côtés d’Ho Chi Minh. Les destins des deux hommes sont désormais liés. L’oncle Ho confie à Vo Nguyen Giap la création de l’armée populaire vietnamienne.

C’est à sa tête qu’il vaincra les Français à Dien Bien Phu en 1954. Le militaire goûtera de nouveau au succès une vingtaine d’années plus tard, en tant que ministre de la Guerre du Vietnam Nord. Cette fois-ci, ce sera au tour des Américains de rentrer chez eux.

Au début des années 1980, celui qui se définissait comme un général autodidacte est écarté du bureau politique, avant d’être réhabilité quelques années plus tard – ce qui alimente les rumeurs de divergences de vues avec les dirigeants.

Le général Giap s’exprimait beaucoup moins depuis plusieurs années. Il apparaissait simplement de temps en temps dans la presse officielle pour une photo avec le Premier ministre ou le président.

La nouvelle de sa mort est tombée en début de soirée au Vietnam. Tien Phong, un des journaux créés lors de la guerre d’Indochine, a été l’un des premiers à annoncer cette disparition sur son site internet. Il salue le départ du « Napoléon vietnamien ».

Lire la suite : RFI, 04-10-2013.

A relire : Hanoï célèbre le controversé général Giap, RFI, jeudi 25 août 2011.

Voir également : AFP, Décès du général Giap, le vainqueur de Dien Bien Phu, Libération, 04-10-2013.

Rappels biographiques dans :

Jean Lacouture, « Giap, le volcan sous la neige », Le Monde, 04-10-2013 (publié initialement le 5 décembre 1952).

Jean-Claude Pomonti, Le général Giap, héros de l’indépendance vietnamienne, est mort, Le Monde, 04-10-2013.

Phương Uyên, Une pour Tous [Viêt Nam Infos]

[ndlr] Éditorial de Bùi Xuân Quang de la revue en ligne Viêt Nam Infos publié à la suite de la libération surprise de l’étudiante Nguyễn Phương Uyên à l’issue de son procès en appel le 16 août dernier. Une libération inattendue : « C’est sans doute la première fois dans les annales de la justice vietnamienne depuis 1975 » souligne Églises d’Asie.

Nguyen Phuong Uyen à la barre du Tribunal populaire de Long An le 16 mai 2013.
Nguyen Phuong Uyen à la barre du Tribunal populaire de Long An le 16 mai 2013.


Que s’est-il passé à Long An (Vietnam), ce 16 août ? Faut-il croire que cette frêle jeune fille de vingt et un ans est parvenue à terrasser un monstre prédateur comme dans les contes pour les âmes pures ? Nguyễn Phương Uyên, lors de son procès en appel, avec Đinh Nguyên Kha, son aîné de quelques années, a refusé toute aide d’avocats, préférant utiliser le peu de temps alloué à la défense pour s’exprimer. Elle ne demande pas un abaissement de peine (une vraie nouveauté) car selon elle, critiquer le Parti n’est pas trahir son pays. On a allégé sa condamnation de 6 années de prison ferme en 3 années avec sursis. Elle est sortie libre dans la joie de la famille et des amis qui se sont rassemblés devant le tribunal pour la soutenir.

Lire la suite : Viêt Nam Infos, 26/08/2013.

Phuong Uyên après sa libération © Photo du blogueur Anh Chí
Phuong Uyên après sa libération
© Photo du blogueur Anh Chí

Disparition du Grand Vénérable Thích Minh Tâm, le 8 août 2013 [UBF]

VénérableThichMinhTam_par_ClaudeTruong-Ngoc_juillet2013[ndlr] Message de l’Union Bouddhiste de France à l’occasion du décès de Thích Minh Tâm, Grand Vénérable de la Pagode Khánh Anh. Décédé prématurément à l’âge de 75 ans, Thích Minh Tâm était un infatigable défenseur des droits de l’homme au Viêt-Nam. Sa présence chaleureuse au sein de la communauté vietnamienne de Paris nous manquera beaucoup.

 

Condoléances de l’UBF.

C’est avec stupeur et grande tristesse que l’Union Bouddhiste de France a appris le décès brutal et inattendu du Grand Vénérable Thich Minh Tâm, Président de la Congrégation Bouddhique Vietnamienne Unifiée en Europe et Abbé de la Pagode Khanh Anh de France, survenu le jeudi 8 août, en Finlande.

L’UBF présente ses condoléances sincères et émues à la famille du Grand Vénérable ainsi qu’aux membres de la Congrégation Bouddhique Vietnamienne Unifiée en Europe et de l’Association Bouddhique Khánh Anh. Elle joint ses prières à toutes celles qui, de par le monde, jaillissent à la mémoire d’un des plus grands dignitaires vietnamiens de notre temps, qui nous a quittés prématurément mais laisse une oeuvre considérable, que ses disciples auront à coeur de maintenir et développer, pour le bien de tous les êtres.

Source : UBF, 09/08/2013. Photographie N&B de Thich Minh Tam par Claude Truong-Ngoc, juillet 2013.

HT_Minh_Tam
© 2013 hoavouu.com

Autres annonces :

Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du « Décret 72 »

Depuis quelques années déjà, la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) est considérée par les organisations internationales de défense des droits de l’homme comme un « ennemi d’internet ». Avec la publication le 15 juillet 2013 d’un Décret du Premier ministre Nguyen Tan Dung imposant de nouvelles restrictions concernant l’utilisation de la toile au Viêt-Nam, cette image négative s’est renforcée [1]. Le Décret rendu public le 6 août a déjà suscité une vague de désapprobation chez les internautes et les États-Unis se sont immédiatement exprimés sur le sujet via leur ambassade à Hanoi [2].

banphiem-tay-danlambao
© 2013 Dan Lam Bao

L’affaire ne fait que commencer mais déjà les avis sont nombreux pour condamner cette directive liberticide qui devra en principe s’appliquer à partir du 1er septembre prochain. Que dit le Décret 72 ? Outre des dispositions habituelles qui visent à interdire la violence, la pornographie ou les dérives sectaires, le texte est une charge contre les éventuels futurs blogueurs qui s’évertueraient à surfer sur les actualités politiques, sociales ou économiques du pays en les analysant, les commentant ou les relayant dans le but de « ternir » l’image du Viêt-Nam [3].

Le journal Le Monde (édition du 2 août) donne la teneur générale du texte en citant cet extrait traduit :

Le décret interdit […] aux fournisseurs de service internet « de donner des informations contre le Vietnam, saper la sécurité nationale, l’ordre social et l’unité nationale, ou de déformer les informations, de calomnier et diffamer le prestige d’organisations, l’honneur et la dignité des individus » [4].

L’article de Nhat Vo Tran sur Médiapart, un des premiers à s’intéresser à cette affaire, analyse les conséquences du décret pour la liberté d’expression :

Le décret 72/2013/ND-CP est ainsi un terrible instrument de censure. Il exige des sociétés internet et autres fournisseurs d’informations sur internet au Vietnam de coopérer avec le gouvernement pour réprimer tout un éventail de comportements très vaguement définis. Ces « comportements interdits » comprennent « l’abus de l’accès et de l’utilisation d’internet et des informations sur la toile » pour « s’opposer à la République Socialiste du Vietnam », « la mise en danger de la grande unité du peuple », « l’atteinte au prestige des organisations et à l’honneur et à la dignité des individus », de « la mise en danger des belles coutumes et tradition de la nation », « la révélation des secrets d’État » (article 5). L’article 25 exige que toute information diffusée sur internet soit censurée en fonction de ces « comportements interdits » [5].

La plupart de ces dispositions ne sont pas nouvelles et apparaissent déjà dans le code pénal. Chacun sait que la critique ouverte et relayée sur la toile est fermement condamnée au Viêt-Nam par un Etat-Parti engoncé dans une paranoïa digne des temps de la Guerre Froide. L’organisation Reporters Sans Frontières a récemment engagé une campagne de mobilisation internationale visant à faire sortir de prison quelques 35 blogueurs détenus dont certains depuis 2008 et lourdement condamnés pour avoir exprimer des idées politiques sur internet. Le Monde rappelle quant à lui que « depuis le début de l’année, au moins 46 militants ont été condamnés, souvent à de longues peines de prison, pour activités contre l’Etat » [6]. Fait nouveau et inquiétant mis en avant par certaines dispositions de ce Décret, notamment les articles 5 et 25 : le traitement de l’information. En effet, le fameux décret « interdit aux 31 millions d’internautes vietnamiens de partager des articles d’actualité sur les blogs et les réseaux sociaux » [7]. Deux idées majeures s’invitent dans ce texte répressif :

  • 1) Les Vietnamiens ne devront plus échanger d’informations sur l’actualité mais seulement sur des faits personnels (« la dernière photo de son chat ou le nouveau clip d’un chanteur à la mode », ironise Victor Guillot, correspondant pour RFI [7]) ;
  • 2) Les fournisseurs d’information comme Google, Facebook et autres sont chargés au mieux d’appliquer les nouvelles mesures en « nettoyant » leurs abonnés au pire de se mettre à l’heure d’une délation organisée en fournissant si besoin les identités des adresses IP « subversives » [8].

Le texte du Décret très long et très détaillé permettra en outre toutes les interprétations possibles car qui peut dire si ce qu’il écrit et communique aux autres ne possède pas un caractère anti-étatique ou pouvant ternir l’image du régime en place ? Le but de cette opération se présente officiellement comme « un grand bénéfice pour les utilisateurs » qui pourront ainsi disposer « d’informations correctes et propres » [9]. En réalité, cette disposition vise très concrètement une série de blogs contestataires très lus qui ont été la cible depuis quelques temps des Services de la Sécurité publique et des conservateurs les plus staliniens en posture d’avocat du régime autoritaire. On peut penser que les sites d’actualité politique Bauxite Viet Nam, Dan Lam Bao, Quan Lam Bao et autres blogs personnels comme celui de l’intellectuel Nguyen Xuan Dien, sont directement visés. D’ailleurs, la réaction du Nhân Dân, l’organe officiel du PCV, « estimant que le décret était «nécessaire» pour «nettoyer» internet utilisé pour «attaquer» le parti communiste et l’État », confirme l’objectif purement politique de la manœuvre [10].

Que penser de l’application de cette disposition qui doit entrer en vigueur en septembre ? Les observateurs les plus avisés comme Shawn Crispin (Comité pour la protection des journalistes) se demandent quelle sera l’efficacité réelle de cette disposition [11]. Quoi qu’il en soit, la répression des journalistes trop « bavards » travaillant sur des sujets chauds se poursuit. La correspondante de RFI Claire Arsenault signalait le cas de Vo Thanh Tung, un journaliste d’investigation spécialisé dans les affaires de corruption. Cet enquêteur de 31 ans officiant dans le journal Phap Luat [Lois] a été interpellé le 8 août pour avoir été vu recevant de l’argent d’un propriétaire de bar. Il enquêtait sur des policiers de la circulation qui recevaient des pots-de-vin de chauffeurs de camions et de bus [12]. Cette affaire en rappelle de précédentes notamment celle de Huynh Khuong, journaliste de Tuoi Tre [Jeunesse] qui écopa en septembre 2012 de quatre ans de prisons pour une accusation similaire alors qu’il menait une enquête sur les pratiques de corruption touchant le ministère des Transports. Bien que très lus et parfois même récompensés pour leur audace et leurs révélations (cas de Vo Thanh Tung), ces journalistes ne sont pas à l’abri d’une descente aux enfers si le pouvoir politique l’exige. Ceci pour les acteurs « réguliers » ou autorisés de l’information.

vietnam_freedieucay_danlambao
La cause du blogueur Dieu Cay relayée sur le site Dan Lam Bao

Pour les blogueurs la situation est bien pire. Sans statut officiel dans la presse, leurs écrits constituent immanquablement des « preuves » lors de procès iniques à l’issue desquels ils écopent de condamnations plus ou moins lourdes suivant leur degré de « repentance » ou d’acceptation des charges qui les accablent. Celles-ci assimilent le plus souvent les analyses politiques et sociales des blogueurs à de la subversion anti-étatique, voire à des tentatives de « renversement du gouvernement populaire ». On peut citer à cet effet la cause du célèbre Nguyen Van Hai, alias Dieu Cay [la pipe paysanne ou pipe à eau], qui croupit depuis 2008 dans les geôles de la RSVN. Le cas de cet internaute, net-citoyen et co-fondateur d’un club de « journalistes libres », a été récemment soulevé par les organisations des droits de l’homme. En effet, Nguyen Van Hai, épuisé, vient de mettre un terme à 35 jours de grève de la faim pour protester contre les conditions de sa détention [13].

Triste palmarès, RSF rappelle que la RSVN figure au 172e rang sur 179 dans son index de la liberté de la presse en ligne [14]. RFI terminait son article consacré à Vo Thanh Tung en soulignant que ce pays est « devenu la deuxième prison au monde pour les acteurs de l’information, après la Chine » [15]. D’autres sites comme l’informatique.org n’hésitent pas à parler d’un « blocus informationnel sur le web » [16]. Cette disposition a néanmoins une conséquence sans doute peu attendue des autorités communistes : elle donne du crédit à des partis politiques d’opposition comme le Viêt Tân qui fustigent régulièrement l’omniprésence de la censure et le contrôle de l’information. Elle permettra en outre aux plus déterminés à trouver les astuces adéquates pour contourner la censure (langage codé, sites clandestins, tracts, manifestations de rue…).

Les quelques 12 millions d’abonnés à Facebook et les 31 millions d’internautes au Viêt-Nam risquent de donner beaucoup de fil à retordre à un Etat-Parti de plus en plus contesté. Le 07 août dernier, quelques blogueurs appartenant à un Réseau des Bloggeurs Vietnamiens (Network of Vietnamese Bloggers) se sont rendus à l’ambassade de Suède pour soumettre la « Déclaration 258 » dans le but de condamner le non respect par la RSVN des droits fondamentaux de liberté d’expression. Ce nouveau Réseau, qui indique qu’une résistance de net-citoyens s’organise, exige l’abrogation de l’article 258 du code pénal vietnamien (amendé en 2009) qui fait référence au : « crime d’abus des libertés démocratiques pour porter atteinte aux intérêts de l’Etat, aux droits et intérêts légitimes des organisations et / ou des citoyens » [17]. Car il faut savoir qu’en matière de stratégie politique le Viêt-Nam navigue toujours dans deux sens opposés, une stratégie payante pendant la guerre qui consiste à frapper à l’intérieur tout en négociant à l’extérieur. RSF rappelle que c’est précisément à l’heure du tout répressif sur la toile que la RSVN se porte candidate pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016 :

L’annonce de ce décret survient quelques jours seulement après que le Vietnam a décidé de poser sa candidature pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016. Reporters sans frontières rappelle que le paragraphe 9 de la résolution 60/251 de l’Assemblée générale du 3 avril 2006, instituant le Conseil des droits de l’homme prévoit que « les membres élus du Conseil observeront les normes les plus strictes en matière de promotion et de défense des droits de l’homme », des conditions que le pays est bien loin de remplir [18].

La machine à laver étatique pour policer les blogs vietnamiens risque fort de se gripper. Terminons par une note d’espoir aux internautes vietnamiens : « Les carottes sont cuites. Je répète : les carottes sont cuites… »

François Guillemot, 09/08/2013.

Notes

[1] Le décret n° 72/2013/NĐ-CP est publié sur le site du ministère de la justice : NGHỊ ĐỊNH. Quản lý, cung cấp, sử dụng dịch vụ internet và thông tin trên mạng, 15/07/2013.

[2] Washington préoccupé par les restrictions aux internautes vietnamiens, La Presse (édité à Montréal), 06/08/2013.

[3] Voir l’analyse de RFI : Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013. L’article 5 expose les différentes interdictions.

[4] Le Vietnam impose de nouvelles restrictions aux internautes, Le Monde avec AFP, 02/08/2013.

[5] Vietnam : Business (et censure) as usual…, Médiapart, 28/07/2013.

[6] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[7] Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013 (avec Victor Guillot).

[8] Médiapart, 28/07/2013, art. cit.

[9] RFI, 06/08/2013, art. cit. (avec Victor Guillot).

[10] La Presse, 06/08/2013, art. cit.

[11] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[12] Au Vietnam, journalistes et blogueurs plus que jamais dans la ligne de mire du pouvoir, RFI, 08/08/2013.

[13] Dieu Cay cesse sa grève de la faim, RSF continue d’exiger sa libération, RSF, 05/08/2013 et l’article du 23/07/2013.

[14] Le Vietnam veut interdire aux internautes de “parler d’actualité”, RSF, 02/08/2013.

[15] RFI, 08/08/2013, art. cit.

[16] Réseaux sociaux : le Vietnam impose la censure, L’informatique, 08/08/2013.

[17] Voir Statement from a network of Vietnamese bloggers: Vietnam should amend law to demonstrate Human Rights Council candidacy commitment, Dan Lam Bao.

[18] RSF, 02/08/2013, art. cit. Voir aussi le communiqué sur News Press.

RSF demande la libération des 35 blogueurs vietnamiens emprisonnés

[ndlr] Depuis le 24 juillet 2013, Reporters sans frontières (RSF) appelle à la mobilisation internationale pour la libération des 35 blogueurs emprisonnés au Vietnam. Sur la photo (ci-dessous) de la pétition en ligne, l’avocat Cu Huy Ha Vu.

RSF_BlogueursVietnam

RSF demande la libération des 35 blogueurs vietnamiens emprisonnés.

Le Vietnam est la 2ème prison du monde pour les blogueurs et cyberdissidents, après la Chine.

Au Vietnam, les blogueurs apportent une information alternative, indépendante du pouvoir. Ils enquêtent sur la corruption, les problèmes environnementaux, les perspectives politiques du pays, etc. Les vagues d’arrestations de blogueurs, net-citoyens et journalistes se succèdent depuis plusieurs années. Avec à l’esprit les révoltes arabes, les autorités vietnamiennes ont accru la répression pour réduire au silence les voix dissidentes et parer à toute déstabilisation du régime.

Parmi les 35 blogueurs emprisonnés à ce jour : le militant des droits de l’homme Dieu Cay, l’avocat Le Quoc Quan, et les blogueurs Paulus Lê Son, Ta Phong Tan, Tran Huynh Duy Thuc ainsi que Nguyen Tien Trung. Ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison ferme pour “subversion”, “propagande contre l’Etat”, ou “tentative de renversement du gouvernement”, entre autres motifs fallacieux.

Leurs proches subissent les campagnes de diffamation et le harcèlement des autorités. Désespérée par le sort de sa fille, la mère de la blogueuse emprisonnée Ta Phong Tan s’était immolée par le feu en 2012.

Reporters sans frontières demande la libération immédiate des blogueurs et net-citoyens emprisonnés par le régime, la levée de la censure et l’abrogation des textes législatifs répressifs utilisés contre les acteurs de l’information, en particulier l’article 88 et la clause 1 de l’article 79 du code pénal.

Signer la pétition pour la libération des 35 blogueurs emprisonnés au Vietnam

* * *

Liste des 35 blogueurs emprisonnés :

Depuis le : 15 juin 2013 – Dinh Nhat Uy – Blogueur
Depuis le : 13 juin 2013 – Pham Viet Dao – Blogueur
Depuis le : 26 mai 2013 – Truong Duy Nhat – Blogueur
Depuis le : 27 décembre 2012 – Le Quoc Quan – Avocat, blogueur http://lequocquan.blogspot.com
Depuis le : 19 octobre 2012 – Nguyen Phuong Uyen – Net-citoyen
Depuis le : 19 octobre 2012 – Dinh Nguyen Kha – Blogueur
Depuis le : 8 août 2012 – Dinh Dang Dinh – blogger
Depuis le : 6 juillet 2012 – Le Thi Kim Thu
Depuis le : 1er décembre 2011 – Le Thanh Tung
Depuis le : 19 septembre 2011 – Tran Vu Anh Binh – Netizen, compositeur de musique
Depuis le : 5 septembre 2011 – Ta Phong Tan
Depuis le : 27 août 2011 – Tranh Minh Nhat
Depuis le : 18 août 2011 – Thai Van Dung
Depuis le : 7 août 2011 – Nguyen Van Duyet – contributeur de Vietnam Redemptorist News
Depuis le : 5 août 2011 – Nong Hung Anh – contributeur des blogs www.boxitvn.net et baokhongle.wordpress.com
Depuis le : 3 août 2011 – Paulus Lê Son – paulusleson.wordpress.com
Depuis le : 2 août 2011 – Dau Van Duong – Netizen
Depuis le : 2 août 2011 – Tran Huu Duc
Depuis le : 1er août 2011 – Chu Manh Son – Blogueur
Depuis le : 30 juillet 2011 – Dang Xuan Dieu – contributeur de Vietnam Redemptorist News
Depuis le : 30 juillet 2011 – Ho Duc Hoa – contributeur de Vietnam Redemptorist News
Depuis le : 30 juillet 2011 – Nguyen Van Oai
Depuis le : 25 juillet 2011 – Nguyen Van Ly
Depuis le : 28 avril 2011 – Nguyen Cong Chinh – Pasteur, net-citoyen
Depuis le : avril 2011 – Nguyen Ngoc Cuong
Depuis le : 26 mars 2011 – Lu Van Bay
Depuis le : 4 novembre 2010 – Cu Huy Ha Vu
Depuis le : 27 octobre 2010 – Vi Duc Hoi
Depuis le : 18 octobre 2010 – Phan Thanh Hai – Anh Ba SaiGon
Depuis le : 7 juillet 2010 – Tran Huynh Duy Thuc
Depuis le : 9 octobre 2009 – Nguyen Xuan Nghia
Depuis le : 9 octobre 2009 – Nguyen Kim Nhan
Depuis le : 7 juillet 2009 – Nguyen Tien Trung
Depuis le : 7 juillet 2009 – Tran Anh Kim
Depuis le : 19 avril 2008 – Nguyen Van Hai (Dieu Cay)

Source : RSF

Facts and Figures about employment states in Vietnam

[ndlr] Hoang Dan Lieu nous fait part de 7 documents en ligne [pdf] concernant la situation de l’emploi au Viêt-Nam en 2011 et 2012. Nous le remercions pour cette sélection.

VietnameseWomenLabourForce
According to the ILO, about 72% of Vietnamese women are in the labour force, higher than in most countries worldwide © 2013 talkvietnam

 

NHỮNG DỮ LIỆU THỰC TẾ VỀ

“Lao động Việt Nam”

  • Cái nhìn toàn cảnh về những hiện trạng công việc và thất nghiệp ở Việt Nam, bao gồm những phần tốt và những công việc không chính thức: Vietnam Employment Trends 2010

Source : VSG

Le Quoc Quan trial postponed

LeQuocQuan
© 2012 AFP

Human Rights Watch issued an appeal for dissident blogger and lawyer Le Quoc Quan, currently imprisoned and who was scheduled for trial in Hanoi today (July 9). The trial was abruptly postponed, because the judge to preside over the trial became suddenly ill, said an official announcement.

However, fellow dissident and lawyer Nguyen Van Dai said it was more likely because of security concerns about demonstrations. Prayer services for Quan have been held in Catholic churches around the country.

See:

  • Vietnam: Drop Charges Against Le Quoc Quan

The trial of Le Quoc Quan, scheduled for July 9, was postponed in the afternoon of July 8. The trial has not been rescheduled. Read more : HRW, 08/07/2013.

and

  •  Dissident Vietnamese Lawyer’s Trial Abruptly Postponed

Vietnamese authorities abruptly postponed the trial of prominent dissident lawyer Le Quoc Quan on Monday, saying the judge scheduled to hear the case is ill, while lawyers and relatives said the hearing was put off to avoid publicity and international attention. Read more : RFA, 08/07/2013.

SupportersLeQuocQuan
Supporters wear t-shirts bearing a portrait of Le Quoc Quan during a mass held for him at a Catholic church in Hanoi on July 7, 2013. © AFP

The RFA report includes an interesting picture of Catholics in a Hanoi church wearing t-shirts with Quan’s picture. The HRW report includes a poem from him.

Steve Denney

Library assistant. UC Berkeley

[ndlr: message from Steve Denney on Vsg (09/07/2013) posted here with his kind permission]

Insolite : Un médecin rend les os de son bras à un ex-soldat amputé… quarante ans après !

Le médecin américain Sam Axelrad (drote) tenant les os du bras amputé de l'ex-soldat vietcong Nguyen Quang Hung (gauche), chez ce dernier à An Khe, dans la province de Gia Lai, le 1er juillet 2013 © AFP
Le médecin américain Sam Axelrad (drote) tenant les os du bras amputé de l’ex-soldat vietcong Nguyen Quang Hung (gauche), chez ce dernier à An Khe, dans la province de Gia Lai © AFP

[ndlr] Cette nouvelle insolite a fait le tour de la blogosphère jusqu’au Viêt-Nam bien entendu.

Un médecin américain a rendu lundi à un ancien soldat de la guérilla communiste Vietcong les os de son bras amputé pendant la guerre du Vietnam et conservé précieusement pendant près de quarante ans.

Le bras, dont il ne reste que les os attachés ensemble après l’opération chirurgicale en 1966, a été remis à Nguyen Quang Hung chez lui à An Khe, dans la province de Gia Lai des Hauts-Plateaux du centre du Vietnam.

« J’étais le gardien de ce bras », a déclaré par téléphone Sam Axelrad, qui s’est dit « incroyablement heureux » d’avoir pu enfin rendre ce macabre souvenir de guerre à son propriétaire légitime.

Hung, ancien soldat vietcong, était arrivé moribond dans la base du médecin américain en 1966, après avoir été touché par balle et avoir contracté la gangrène.

« Quand j’ai amputé son bras, nos médecins l’ont pris, ont enlevé la chair, et l’ont réassemblé parfaitement avec des fils, et ils me l’ont donné », a expliqué le médecin.

« Quand j’ai quitté le pays six mois plus tard, je n’ai pas voulu jeter le bras, je l’ai mis dans ma malle et je l’ai emporté chez moi. Et toutes ces années, il est resté dans ma maison ».

Des décennies plus tard, Axelrad est retourné au Vietnam, a découvert que Hung était toujours vivant et finalement pu lui rendre son bien après quelques obstacles logistiques et des mois de discussions avec le consulat vietnamien aux États-Unis et les autorités américaines des transports.

« Il s’est avéré que vous ne pouvez prendre des os dans votre valise », a noté le médecin qui a donc tout simplement mis le bras dans ses bagages en soute.

Hung, 74 ans, père de sept enfants, s’est réjoui de ces retrouvailles un peu particulières. « Ces os sont la preuve de ma contribution à la guerre. Je vais les garder dans ma maison, dans une vitrine », a-t-il déclaré, espérant qu’ils pourraient l’aider à être reconnu comme invalide de guerre, un statut et une pension qui lui ont été refusés après la perte de ses dossiers militaires.

La remise de ce bras est « tout à fait uniquement dans l’histoire de l’échange des restes humains de la guerre du Vietnam », a commenté de son côté Ron Ward, de la JPAC, unité américaine chargée des soldats disparus au combat au Vietnam.

Source : Le Dauphiné, 01/07/2013 (AFP).

Sam Axelrad et Nguyen Quang Hung en 1967 © AP
Sam Axelrad et Nguyen Quang Hung en 1967 © AP

Autres sources :

AFP, Un Américain rend l’os de son bras amputé à un ex-soldat vietcong, Libération, 01/07/2013.

Mike Ives, Dr. Sam Axelrad, Former U.S. Military Physician, Returns To Vietnam To Give Back Arm To Soldier, Huffington Post, 01/07/2013.

Anh Ngọc, Bác sĩ Mỹ trả xương cho bộ đội Việt Nam sau 47 năm, tintonghop.info, 02/07/2013.

Anh Ngọc, Bác sĩ Mỹ trả xương cho bộ đội Việt Nam sau 47 năm, VN Express, 02/07/2013.

Trần Hiếu – Quỳnh Hoa, Bác sĩ Mỹ trả xương tay cho người lính Việt Nam, Thanh Nien Online, 02/07/2013.

SamAxelrad_NguyenQuangHung3
Les deux hommes le 1er juillet 2013 © AP

 

Stéle commémorative : la mémoire de Phan Boi Chau honorée par les Japonais

TuongPhanBoiChauLe 7 juin 2013, l’association japonaise Asaba a fait don à la ville de Huê d’une stèle commémorative à la mémoire du nationaliste vietnamien Phan Boi Chau. La stèle a été placée près de la célèbre et imposante statue du révolutionnaire, elle-même située à proximité de la Rivière des Parfums à Huê. Comme l’indique la première phrase gravée dans le marbre, la stèle célèbre le quarantième anniversaire des relations nippo-vietnamiennes (1973-2013). Le texte fait mention des relations particulières entre Phan Boi Chau (1867-1940) et Asaba Sakitaro (1867-1910), un médecin japonais avec qui il se lia d’amitié en 1908. Alors que le mouvement Dong Du (1905-1908) initié par le révolutionnaire vietnamien traversait de grandes difficultés, le médecin japonais l’aida financièrement et le soutint politiquement. La stèle mentionne le fait que Phan Boi Chau fit ériger une stèle au Japon en hommage au médecin décédé prématurément de maladie en 1910 à l’âge de quarante trois ans. En effet, lorsqu’il revint au Japon en 1918, Phan Boi Chau appris que son ami était décédé des années plus tôt. C’est à cette occasion qu’il fit ériger une stèle pour exprimer sa profonde gratitude envers son bienfaiteur.

FG, 23/06/2013.

  • Pour en savoir plus, lire l’article de Vinh Sinh, « Phan Boi Chau va Asaba Sakitaro » trong  « Việt Nam và Nhật Bản Giao Lưu Văn Hóa », NXB Văn Nghệ, TP HCM, 2001, tr. 217-230.

* * *

Japan presents Hue City with memorial stele of patriot Phan Boi Chau

The Department of Culture, Sports and Tourism in the central province of Thua Thien-Hue and the Vietnam-Japan Friendship Association hosted a ceremony to receive the memorial of patriot Phan Boi Chau from the Japanese Asaba Association and the people of Japan, on June 7.

BiaPhanBoiChau
Bia tưởng niệm cụ Phan Bội Châu do Hiệp hội Asaba trao tặng – Ảnh: B.N.L

The memorial stele has been placed near Phan Boi Chau statue alongside Huong River in Hue City, in memory of his service for the liberation of Vietnam from the French colonial regime and to mark Vietnam-Japan friendship.

When the Dong Du (Travelling to the East for study) Movement met with difficulties in 1908, Phan Boi Chau met with Asaba Sakitaro–a Japanese doctor, who helped him in his time of turmoil.

After leaving Japan, Phan Boi Chau continued his activities in several countries in the world. In 1918, he returned to Japan and learnt that his friend had passed away nine years ago.

Phan Boi Chau and people from Asaba Umeda Village in Fukuroi City then raised funds for a memorial stele of the late doctor near his tomb.

The Asaba Association and the Japanese people have now presented a stele in honor of Phan Boi Chau to Hue City. This is to commemorate both Phan Boi Chau and Asaba Sakitaro and promote the strong friendship and cooperation between Thua Thien-Hue Province and Fukuroi City.

By Van Thang – Translated by Hai Mien

Source : SGGP English Edition, 08/06/2013.

Asaba Sakitaro (1867-1910)
Asaba Sakitaro (1867-1910)

Voir aussi :

Disparition de l’archéologue japonais Nishimura Masanari dans un accident de la route au Viêt-Nam

[ndlr] A la suite d’un tragique accident de la route, le chercheur Nishimura Masanari est décédé hier au Viêt-Nam. La presse vietnamienne lui rend hommage.

Tiến sĩ Masanari. Ảnh: Báo Thanh tra © 2013 VN Express
Tiến sĩ Masanari. Ảnh: Báo Thanh tra © 2013 VN Express

Nhà khảo cổ Nhật tử vì nạn giao thông ở Việt Nam

Tiến sĩ Nishimura Masanari, nhà khảo cổ người Nhật gắn bó hơn 20 năm với Việt Nam, hôm qua thiệt mạng vì tai nạn giao thông ở Hà Nội.

Tiến sĩ Masanari qua đời sau một tai nạn giao thông trên đường 5, khi đi xe máy để khảo sát cuộc khai quật mới. Bệnh viện Hữu nghị Việt Đức ở Hà Nội và Viện Khảo cổ học Việt Nam đang phối hợp, hỗ trợ gia đình của nhà khoa học để chuẩn bị công việc hậu sự cho ông.

Tiến sĩ Masanari sẽ được hỏa táng tại đài hóa thân Hoàn Vũ. Sau đó, tro cốt của ông sẽ được gia đình mang về Nhật.

Ông Masanari sinh năm 1965, tại thành phố Shimonoseki, Nhật Bản. Ông có tên tiếng việt là Lý Văn Sỹ và nói tiếng Việt rất tốt. Ông bắt đầu đến Việt Nam năm 1990, trong chương trình hợp tác giữa Nhật Bản và Việt Nam để khai quật một số mộ cổ ở Nghĩa Đàn, Nghệ An.

Hơn 20 năm qua, ông có nhiều công trình nghiên cứu khảo cổ có giá trị ở Việt Nam. Ông là người phát hiện mảnh khuôn đúc trống đồng duy nhất từ trước đến nay, có niên đại khoảng thế kỷ 1-3 sau Công nguyên. Điều này cho thấy, trống đồng được đúc ra từ chính Việt Nam, chứ không phải từ nơi khác mang đến.

Lire la suite : VN Express, 10/06/2013.

Người Việt tiếc thương nhà khảo cổ Nhật Bản

Trên các diễn đàn và mạng xã hội, nhiều người bày tỏ lòng thương tiếc tiến sĩ Nishimura Masanari, người có công lớn với ngành khảo cổ Việt Nam và vừa tử nạn hôm qua.

Sự ra đi của tiến sĩ người Nhật Bản Masanari, người có 20 năm gắn bó với nền khảo cổ Việt Nam. khiến nhiều người cảm thấy xót xa nuối tiếc. Những lời tri ân và thương tiếc xuất hiện trên khắp các diễn đàn, mạng xã hội, với những lời chia sẻ của mọi người Việt Nam, nhất là những người từng được gặp và làm việc cùng ông.

Nickname minhtamphamdht viết: « Vĩnh biệt anh, người bạn lớn của gia đình chúng tôi, kỷ niệm và sự ân tình của gia đình anh với chúng tôi sẽ không bao giờ quên. Xin chia buồn cùng chị Noriko và các cháu về nỗi đau này ».

Trên trang xuandienhannom.blogspot.com, Ngô Hoài Chung, người từng cộng tác với Masanari nhớ như in những lần gặp tiến sĩ người Nhật. « Tôi từng gặp tiến sĩ trong quá trình tổ chức khai quật tại làng cổ Đông Sơn, Thanh Hoá năm 2008 ».

Sau đó, năm 2009, anh cùng tiến sĩ Nguyễn Giang Hải đi công tác tại Nhật Bản, và anh đã đến thăm tiến sĩ Masanari tại nhà riêng. « Ông và vợ ông là tiến sĩ Noriko cùng hai con trai đã có nhiều năm gắn bó với Việt Nam. Ông luôn coi Việt nam như là quê hương thứ hai ».

Lire la suite : VN Express, 10/06/2013.

Sur le Blog de Nguyen Xuan Dien :

Voir aussi :

Vietnam-based archaeologist Nishimura Masanari dies in road accident

Japanese archaeologist Nishimura Masanari, who had been based in Vietnam for more than 20 years, died in a road accident in Hanoi on Sunday, June 9th. The accident occurred while Dr. Masanari was driving on Highway 5, on his way to an excavation site in a northern port city of Hai Phong. The scientist has contributed to Vietnam’s archaeology during his 23 years of stay, participating in major discoveries as well as restoration of museums.

Associate Professor and Vietnam Archaeologists’ Association deputy general secretary Nguyen Lan Cuong said that the scientist’s death has “stunned” Vietnamese archaeologists. Cuong, who had also worked with Dr. Masanari, acknowledged his archaeological contributions. “Nishimura Masanari was an honest man who always helped his friends. He is one of the archaeologists who have the deepest research works in the field in Vietnam,” he said. The 48-year old Japanese archaeologist, who was also fluent in Vietnamese, was even given “Ly Van Sy” as his Vietnamese name.

Lire la suite : Japan Daily Press, 10/06/2013.

* * *

EXPAT LIVING: Nhà khảo cổ học Nhật Bản Nishimura Masanari