Archives de catégorie : Actualités Viêt-Nam

Viêt-Nam : Nguyen Tien Trung, blogueur engagé emprisonné pour ses idées [Amnesty International]

[ndlr] A l’occasion de la Journée mondiale des Droits de l’homme, rappel sur le sort de Nguyen Tien Trung détenu au Viêt-Nam depuis juillet 2009. Amnesty International lance une pétition pour soutenir la libération de cet ancien étudiant de l’INSA à Rennes (2002 à 2007) aujourd’hui en prison dans son pays.

 

Blogueur, Nguyen Tien Trung militait pacifiquement pour la démocratie © AI
Blogueur, Nguyen Tien Trung militait pacifiquement pour la démocratie © AI

Blogueur, Trung militait pacifiquement pour la démocratie et publiait régulièrement des opinions critiques des autorités vietnamiennes quand il a été arrêté et condamné à la prison. Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion.

Né en 1983 au Viêt-Nam, Trung est parti pour la France pour faire ses études à l’Institut national des sciences appliquées de Rennes. Loin de chez lui, il s’initie aussi à l’action politique et commence à s’engager en faveur de la démocratie au Viêt-Nam (pays à parti unique où l’expression démocratique est très restreinte). En 2006, il envoie des lettres ouvertes aux autorités de son pays pour dénoncer l’absence de démocratie, les violations des droits humains et les abus de pouvoir. Il critique également le système éducatif qui met l’accent sur l’idéologie politique. L’absence de réponse le pousse à adresser ces lettres au site vietnamien de la BBC.

Cette même année, il fonde avec des amis l’Assemblée des jeunes Vietnamiens pour la démocratie [Tập Hợp Thanh Niên Dân Chủ], un groupe qui incite les jeunes Vietnamiens – dans leur pays ou à l’étranger – à appeler à des réformes politique et à l’instauration de la démocratie. Un an plus tard, son diplôme en poche, il retourne au Viêt-Nam. En mars 2008, il est appelé à faire son service militaire : en raison de ses convictions politiques, il refuse de prêter serment à l’armée et d’engager sa loyauté envers le parti communiste. Il est renvoyé de l’armée le 6 juillet 2009.

Dès le lendemain, il est arrêté chez ses parents à Ho-Chi- Minh-Ville avant d’être placé au secret. Un mois plus tard, une chaîne de télévision gouvernementale diffuse une vidéo dans laquelle il reconnaît avoir fait de la propagande contre l’État. Le 20 janvier 2010, il est jugé avec trois autres personnes pour « tentative de renversement du gouvernement du peuple». En vertu de l’article 79 du Code pénal, il est condamné à sept ans de prison puis trois ans de résidence surveillée.

Lors de son procès, Trung a reconnu avoir appelé à la démocratie mais il a nié avoir cherché à renverser le gouvernement. Trung n’a pas fait appel du jugement.

Ses co-accusés sont condamnés à des peines de cinq à 16 ans de prison. Deux d’entre eux ont été libérés depuis.


Marc Lévy défend le jeune blogueur Nguyen Tien… par Amnesty_France

Un climat ultra répressif

L’arrestation de Nguyen Tien Trung s’est produite dans le cadre d’une vague de répression contre des blogueurs et dissidents politiques vietnamiens en 2009.

Le gouvernement vietnamien ne tolère aucune critique. Les organisations indépendantes, syndicats, ONG et partis politiques ne sont pas autorisés et les médias sont contrôlés par l’État. Malgré ces restrictions, l’utilisation de blogs pour débattre des questions considérées comme sensibles a énormément augmenté.

Les autorités s’appuient sur des dispositions, formulées en termes vagues, liées à la sécurité nationale du Code pénal pour museler les détracteurs du gouvernement. Des dizaines de dissidents ont été condamnés et mis en prison au terme de procès bafouant les normes internationales d’équité. Des dizaines d’autres sont en détention provisoire : blogueurs, hommes d’affaires, militants syndicaux, avocats, chefs religieux, militants sociaux et environnementaux…

Le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a même appelé en 2012 le gouvernement du Viêt-Nam à prendre des mesures pour remédier à cette situation. Il a également appelé à la libération de Trung et de ses co-accusés.

Exprimez-vous car nul autre ne peut le faire en notre nom. Agissez maintenant ou jamais. Nguyen Tien Trung.

 

Source : Amnesty International, 04/12/2013.

* * *

Témoignage de Nam, le frère de Trung

Rencontre Amnesty à Paris 13e le 11 décembre 2013 :

« Vietnam et Libertés » (voir l’affiche) – salle C 100 (UFR Communication)

Cérémonie de la remise du Prix des Droits de l’Homme Viêt-Nam 2013 – Paris 08/12/2013

Le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam

en collaboration avec

L’Association France-Vietnam d’Entraide

 VHRN_logo

 

Cérémonie de la remise

du Prix des Droits de l’Homme Vietnam 2013


Paris, le 08 décembre 2013

de 15h à 19h

Studio Raspail

216 Boulevard Raspail

75014 Paris – France

* * *

Le PRIX des Droits de L’Homme Vietnam

Depuis 2002, chaque année le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam  choisit, pour remettre le Prix des Droits de l’Homme Vietnam, des militants qui se sont distingués dans leur combat pour la liberté, les droits de l’homme et la démocratie :

2002: Vénérable Thích Quảng Độ, Père Thaddeus Nguyễn Văn Lý

2003: MM. Nguyễn Vũ Bình, Lê Chí Quang, Nguyễn Khắc Toàn, Dr Phạm Hồng Sơn

2004:  M. Phạm Quế Dương, Dr. Nguyễn Đan Quế

2005: M. Lê Quang Liêm,  P. Pierre Phan Văn Lợi, Vénérable Thích Tuệ Sỹ

2006:  MM. Đỗ Nam Hải, Nguyễn Chính Kết

2007: M.  Hoàng Minh Chính, l’avocat Nguyễn Văn Đài, l’avocate Lê Thị Công Nhân

2008: Vénérable Thích Thiện Minh, le blogueur « Điếu Cày » Nguyễn Vă Hải, le magazine Tự Do Ngôn Luận

2009: L’écrivain Trần Khải Thanh Thủy, Révérend Nguyễn Công Chính

2010: Le journaliste Trương Minh Đức, le défenseur des droits des travailleurs Đoàn Huy Chương

2011: Le juriste Cù Huy Hà Vũ, Mlle Đỗ Thị Minh Hạnh, engagée dans la défense des droits des travailleurs.

2012: Mlle Phạm Thanh Nghiên, la blogueuse Tạ Phong Tần et Mme Huỳnh Thục Vy.

Cette année, le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam  a l’honneur de décerner à Paris, France, le Prix des Droits de l’Homme Vietnam 2013 à trois militants remarquables: M. Lê Quốc Quân, avocat, M. Trần Huỳnh Duy Thức, responsable d’un groupe de Recherche pour la Démocratie et M. Nguyễn Hoàng Quốc Hùng, défenseur des droits des travailleurs.

 

NguyenHoangQuocHungNGUYỄN HOÀNG QUỐC HÙNG

 Âgé de 32 ans, diplômé de l’École de technologie de Ho-Chi-Minh-Ville, a consacré tout son temps à la lutte pour les droits des travailleurs. Il a participé au deuxième congrès du Comité pour la protection des travailleurs en Malaisie, fin 2009. Cette même année, en compagnie de deux de ses camarades, il est allé aux Hauts Plateaux du Centre Vietnam photographier les opérations d’exploitation minière de bauxite des Chinois et les a ensuite publiées sur Internet. Il a été aussi l’un des organisateurs des grèves en faveur des droits des travailleurs, notamment à l’usine de chaussures My Phong dans la province de Trà Vinh, fin janvier 2010, avec la participation de plus de dix mille ouvriers. Arrêté le 24 février 2010 à Lâm Dông, il a été placé en isolement cellulaire, torturé mentalement et physiquement, ne pouvant recevoir aucune provision de sa famille. Devant un tribunal de première instance le 26 octobre 2010 et un tribunal d’appel le 18 mars 2011, Nguyen Hoang Quoc Hung et ses deux camarades ont bravement rejeté toutes les accusations de la part des procureurs. Il a toujours maintenu sa déclaration d’innocent et dénoncé le traitement inhumain qu’on lui avait fait subir au cours des interrogatoires. Il a été condamné à 9 ans de prison ; ses camarades Mlle Do Thi Minh Hanh et M. Doan Huy Chuong ont, chacun, été condamnés à 7 ans de prison.

 

LeQuocQuanLÊ QUỐC QUÂN

 Âgé de 42 ans, militant et avocat des droits de l’homme de longue date, a lutté pour la liberté religieuse en participant aux séances de prières et aux manifestations organisées par les catholiques de Hanoi devant l’ancienne nonciature apostolique du Vatican et à la paroisse de Thai Ha en 2007 et 2008. En tant qu’avocat, il s’est porté volontaire pour défendre ceux qui étaient injustement accusés, parmi ceux-ci le juriste Cu Huy Ha Vu. En tant que « patriote », il s’est joint aux manifestations contre les ambitions expansionnistes de la Chine. Il s’est également présenté comme candidat à l’Assemblée nationale afin de pouvoir poursuivre sa lutte dans l’arène officielle, mais le rejet de sa candidature a mis fin à cet effort.  Malgré de nombreuses arrestations et menaces de la part du gouvernement communiste vietnamien, il n’a pas abandonné la lutte pour la justice, la dignité humaine, et les droits de l’homme. Le 28 décembre 2012, il a été arrêté pour la troisième fois. Et au mois d’octobre dernier, il a été condamné à 30 mois de prison  et à une amende de 1,2 milliards de dông suite à une fausse inculpation d’évasion fiscale. Très estimé, en particulier par les jeunes et les intellectuels, Le Quoc Quan inspire l’admiration des organisations des droits de l’homme à travers le monde.

 

TranHuynhDuyThucTRẦN HUỲNH DUY THỨC

Âgé de 47 ans, cet ingénieur et homme d’affaires a réussi dans le domaine de la télécom-munication et a fondé avec M. Le Thang Long et M. Le Cong Dinh, le groupe de recherche Chấn (signifiant “Restauration”) dont le but était de proposer des solutions pour les réformes socio-économiques du pays. En 2007, il a ouvert un blog sous le nom de plume Tran Dong Chan, qui publiait ses réflexions sur les problèmes économiques et sociaux du Viêt Nam. Il est aussi l’auteur de deux ouvrages traitant de la réforme et de la démocratie, « Le chemin pour le Viêt Nam »  (dont il est co-auteur) et « À la recherche de la démocratie et de la prospérité». Dans ces deux livres, il appelle le gouvernement vietnamien à respecter les droits de l’homme et le peuple vietnamien à ne pas être soumis à la peur. Pour ses multiples écrits critiques, il a été arrêté le 24 mai 2009. Avec lui, tous les membres du groupe d’étude Chấn ont été par la suite condamnés à des peines sévères. À son procès le 20 janvier 2010, il a déclaré avec fermeté : « Je n’ai  tenté de renverser aucun gouvernement. Je n’ai fait que combattre les dictatures, et je continuerai mon combat aussi longtemps que nécessaire. » Il a été condamné à 16 ans d’emprisonnement et 5 ans de résidence surveillée.

* * *

 

Le réseau des droits de l’homme Viêt Nam

 

CONTEXTE

Dans les années 1990, alors que les violations des droits de l’homme au Viêt Nam ont été commises à un rythme alarmant, un front unifié des militants pour les droits de l’homme s’est fait jour. En novembre 1997, un rassemblement international des militants vietnamiens pour les droits de l’homme a eu lieu à Santa Ana en Californie afin de fonder  une coalition avec les objectifs suivants:

  • Améliorer l’efficacité des activités en matière des droits de l’homme à travers le monde en facilitant la coordination des militants et organisations vietnamiens.
  • Mobiliser l’appui des gouvernements, des médias, et des différentes organisations partageant les mêmes objectifs afin de promouvoir les droits de l’homme à travers le monde.
  • Sensibiliser le public quant aux violations des droits de l’homme au Viêt Nam.

 

OBJECTIF

Promouvoir les droits de l’homme, les libertés civiles et toutes les autres libertés fondamentales en faveur de tous les citoyens vietnamiens, les droits et les libertés proclamés par les Nations Unies dans la Déclaration universelle des droits de l’homme

Président: M. Nguyễn Bá Tùng, DPA

Assistants au président : M. Nguyễn Thanh Trang et M. Lê Minh Nguyên, PhD

Vice-présidents:

Dr. Lâm Thu Vân, responsable du Canada
M. Nguyễn Mậu Trinh, chargé des relations avec le gouvernement des États Unis
M.  Đoàn Việt Trung, responsable de l’Australie

Mme Quản Mỹ Lan, responsable de l’Europe

M. Đoàn Thanh Liêm, avocat,  chargé des relations avec les ONG

Secrétaire général: M. Nguyễn Kim Bình

Trésorier : M. Nguyễn Quang Huy

Membres permanents des comités:

M. Nguyễn Ngọc Anh, Dr. Nguyễn Tiến Cảnh,  M. Trần Minh Công, M. Đoàn Thế Cường, M. Tôn Thất Dziên, Mlle Nguyên Dung, M. Ngô Văn Hiếu, Mme Nguyễn Thị Hồng Liên, M. Nguyễn Ngọc Quỳnh, M. Huỳnh Lương Thiện, Mme Đỗ Thị Thuấn, Mme Nguyễn Ninh Thuận, M. Trương Minh Trí, PhD, Mlle Nguyễn Khuê Tú, M. Chu Bá Yến.

CONSEIL DE SURVEILLANCE

Président: Dr Nguyễn Văn Đức

Membres: M. Đỗ Anh Tài, et M. Đỗ Như Điện

CONSEIL CONSULTATIF

Prof.  Nguyễn Ngọc Bích, M. Nguyễn Minh Cần, Maître Trần Thanh Hiệp, M. Đoàn Viết Hoạt, PhD, Rév. Nguyễn Hữu Lễ, Dr Nguyễn Quốc Quân, Maître Nguyễn Hữu Thống, Dr Nguyễn Văn Trần, Maître Lâm Lễ Trinh.

 

Contact

Le Réseau des droits de l’homme vietnamien est un organisme à but non lucratif qui jouit de l’exemption d’impôt conformément à la loi fédérale des États Unis.

Vietnam Human Rights Network

8971 Colchester Ave

Westminster, CA 92683 – USA

wwvv.vietnamhumanrights.net

Source : Association France-Vietnam d’Entraide (AFVE) / Vietnam Human Rights Network (VNHRN)

Info ou intox ? Aperçu sur les pièges de l’information officielle

[ndlr] Avertissement au lecteur. Des doutes ont été émis quant à l’authenticité des sites gouvernementaux cités dans le billet d’hier. Apparus sur la toile depuis 2011, ces sites diffusent jusqu’à présent des informations officielles. Par précaution car un doute persiste sur l’origine de ces sites, nous avons remplacé l’article d’hier par une réflexion sur cette source d’information.

Ecran_nguyentandung.org

Alors que nous avions mis en ligne hier vendredi 6 décembre un billet intitulé « Quand le site du PM vietnamien fait la promo de Mein Kampf » pour interroger le traitement de l’information sur un site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung [1], deux collègues chercheurs nous ont mis en garde sur l’authenticité des sites d’où provenait l’information [2].

Il existe en effet actuellement de sérieux doutes sur une collection de sites hébergés à l’étranger, apparus sur la toile en 2011, et qui, jusqu’à présent, se sont cantonnés à relayer et à diffuser largement l’information officielle en provenance de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

Il s’agit des principaux sites suivants :

  • Site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung (23,3 M. de visiteurs au Vietnam) et ses autres déclinaisons .biz ; .net ; .info
  • Site dédié au Secrétaire général du Parti Communiste du Vietnam Nguyen Phu Trong (près d’un million de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Président de la République de la RSVN Truong Tan Sang (1,8 M. de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Ministre de la Police populaire Tran Dai Quang (5,7 M. de visiteurs au Vietnam)

Autrement dit, l’action des piliers du régime communiste (État-Parti / Armée / Police) est suivie quotidiennement et soutenue par cette collection qui démultiplie l’information de façon quasi identique d’un site à l’autre. En particulier, l’information relative à la dissidence est souvent menaçante et injurieuse envers les contestataires comme le souligne le blogueur Anh Ba Sàm [3] ou encore envers les organes de presse étrangers en langue vietnamienne comme nous avons pu le constater lors de la parution d’articles sur le général Vo Nguyen Giap [4]. Si l’on en croit le « flagcounter » de chacun des sites, l’auditoire de ces relais du pouvoir est de plusieurs millions de personnes et révèle une portée internationale conséquente. En clair, il s’agit là d’un puissant instrument d’information.

Cette collection est complétée par un site dédié à la thématique de la Mer de Chine méridionale :

Et d’autres personnalités importantes (liste non exhaustive) :

  • Pham Vu Luan (ministre de l’éducation et de la formation)

Le « site-mère » (ou matrice) de cette série est estampillé « nguyentandung.org » du nom du Premier ministre vietnamien qui, malgré une apparence très professionnelle, serait un site illégal ne bénéficiant d’aucune validation du pouvoir actuel, le Premier ministre possédant son site officiel d’information depuis le mois d’août 2007 (voir note 2).

Plusieurs organes de presse, notamment le journal Tuoi Tre et le Quan Doi Nhan Dan, organe de l’Armée populaire, ont signalé dès septembre 2011 la dangerosité potentielle de ces sites [5]. Le journal Tuoi Tre fut le premier, relayé par le journal de l’armée populaire mais depuis les informations relatives à ce vrai ou faux piratage d’envergure sont en réalité assez maigres.

La question qui se pose est complexe. Ces sites, qui apparaissent aujourd’hui comme de véritables leaders d’opinion, sont-ils réellement des plateformes pirates off-shore déconnectées du pouvoir ? Sont-ils tolérés en tant que relais efficaces de la propagande d’État à l’étranger ? Ont-ils été créés par une officine spéciale de propagande du pouvoir dans le but de défendre le régime ? S’ils sont effectivement de « faux » sites sur lesquels le pouvoir n’a pas la main, quels sont les mobiles de leurs auteurs ?

La dangerosité d’une telle opération de propagande a été soulignée par Tuoi Tre. Selon l’avis des experts en cybersécurité les effets d’un tel piratage sont incalculables. Un concepteur professionnel de sites en  propose une analyse :

« les propriétaires de sites veulent susciter l’intérêt, la confiance du lecteur, en premier lieu en étant toujours crédibles, en fournissant rapidement l’information à l’instar des les journaux officiels au Vietnam. Après un certain temps lorsque le niveau de prestige est assuré, alors que la confiance du lecteur est à son plus grand niveau, les propriétaires des sites peuvent mettre en place des informations dont l’impact se révèle non des moindres pour le lecteur. Il suffit de diffuser une seule information fausse sur la politique [du gouvernement] à partir de ces pages pour provoquer des perturbations notables dans la société  » [6].

Certains internautes ont exprimé leur avis. Par exemple Thành Phong estime pour sa part que l’inquiétude suscitée par ces sites pouvant nuire au prestige des dirigeants n’est pas totalement justifiée. En s’appuyant sur son expérience de lecteur assidu effectuant un suivi régulier de ces sites, il relativise la question du « propriétaire masqué » : « je pense qu’il peut s’agir ici de pages d’information véritables des dirigeants. Elles émaneraient d’une organisation ou d’un d’un groupe de confiance hautement qualifié et chargé d’exécuter, de d’apporter les informations des dirigeants au plus près de la population » [7].

Le blogueur Anh Ba Sàm s’interroge sur le professionnalisme de ces sites et leur pérennité malgré les mises en garde du pouvoir. Pour lui, il est étrange que ces sites / blogs soient toujours très actifs, affichant simultanément les nouvelles de manière très professionnelle. Ceci prouverait qu’il existe du personnel, des techniciens dédiés à nourrir ce réseau et suppose un coût relativement important pour la maintenance de ce système. Il fait remarquer que l’accès à ces sites n’a d’ailleurs jamais été bloqué par les autorités du pays, notamment à travers un pare-feu efficace [8].

Il paraît en effet difficilement croyable que la mise en place de ces plateformes soit totalement déconnectée des sphères du pouvoir vietnamien. Si c’était le cas, nous aurions affaire à une affaire de contre-information d’une ampleur jamais égalée dans ce pays. Si cela s’avérait au contraire une affaire judicieusement montée par une officine secrète du pouvoir ou un « groupe d’intérêt » comme le suppose certains blogueurs cela pourrait servir le régime en cas de cyberattaques pour lui permettre de continuer à diffuser son credo. On peut également supposer que cette initiative « illégale » a été envisagée pour contrer la popularité des blogs dissidents et d’information libre les plus en vue. Affaire à suivre.

FG, 07/12/2013.

 

Notes

[1] L’article critiquait la présentation in extenso d’une traduction inédite de Mein Kampf en vietnamien accompagnée d’une iconographie racoleuse sur le site « nguyentandung.org » (mot clé Mein Kampf et thématique Chuyên đề).

[2] L’historien Shawn McHale et l’étudiant Louis Raymond, actuellement en Master ASIOC, nous ont rapidement mis en garde sur l’authenticité de ces sites. Shawn McHale a notamment rappelé que le site officiel du Premier ministre Nguyen Tan Dung est : thutuong.chinhphu.vn (depuis août 2007).

[3] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, Dan Luan, 21/06/2013 (Theo blog Trần Hùng và Anh Ba Sàm)

[4] Voir sur Mémoires d’Indochine : Le vieux général, le député audacieux et la jeune blogueuse.

[5] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011. Repris sur Bao Moi ; information reprise par la BBC le lendemain : Nhiều trang web ‘giả danh’ lãnh đạo, BBC, 12/09/2011. Voir aussi : THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

[6] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, art. cit.

[7] Thành Phong, Ai là “Chủ nhân giấu mặt” các trang web “giả mạo” lãnh đạo?, 20/08/2012.

[8] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, art. cit.

 

Pour en savoir plus (classement par date de parution) :

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011.

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo Đảng, Nhà nước, VTC News, 12/09/2011.

THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

Hoa Tử Huyền – MicronetNews, Phải làm gì với website mạo danh lãnh đạo cấp cao Việt Nam?, 05/10/2011.

Thùy Linh, Website chính thức của Thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng, 05/08/2013.

La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ?

QuocHoiVietNamComme il fallait s’y attendre, la décision de l’Assemblée nationale vietnamienne (ANV) sur le projet de refonte de la Constitution de 1992 (amendée en 2001) a été conforme aux injonctions du Parti communiste vietnamien (PCV). A plus de 97% des voix, la nouvelle constitution a été adoptée [1]. La décision de confirmer voire d’amplifier le rôle du PCV au sein de cette nouvelle mouture est historique. Elle marque pour nombre de citoyens l’entêtement d’un pouvoir politique hostile à la réforme ou plus exactement pétrifié par celle-ci.

Pour nombre de députés, mieux vaut attendre confortablement que de s’opposer et de s’investir sur la voie périlleuse d’une réforme politique dont personne ne connaît les limites. L’attentisme évite une prise de risque importante tout autant dans la perspective d’un effondrement (jugé par ailleurs peu probable) que dans celle d’une embellie politique (également peu envisageable sauf en cas de fort redémarrage économique). La fissure au sein du PCV est là, à la merci du temps, pour se transformer en fracture. Aperçu sur le changement constitutionnel et éléments de réflexion sur la nouvelle constitution qui entrera en vigueur au 1er janvier 2014.

Quelle lecture ?

La lecture de cet événement clé n’est guère évidente mais deux pistes peuvent être dessinées. La première consisterait à dire que l’Assemblée nationale a exprimé sa peur d’un changement de régime engendrant la perte du propre statut des députés actuels. En quelque sorte il s’agirait là d’un réflexe d’autodéfense du PCV (4 millions de membres) face à un monde extérieur, symbolisé par le réel, de plus en plus inquiétant. Ce monde réel, incarné par les intellectuels, les blogueurs insolents, les dignitaires religieux et les paysans indignés, gagne du terrain depuis plusieurs années n’hésitant plus à exprimer une opposition vive au communisme d’État tel qu’il est pratiqué aujourd’hui. Cette hostilité envers une idéologie jugée rétrograde et surtout paralysante s’est parfaitement illustrée lorsque l’Assemblée nationale a ouvert la consultation populaire sur le projet de refonte de la constitution. Elle fut portée par des membres du parti, par des intellectuels impatients et par de nombreux citoyens si l’on considère avec sérieux les 15.000 signataires du projet alternatif du Groupe des 72 [2].

KetQuaBieuQuyet

La seconde lecture est une lecture interne liée à la fois à la pratique de la députation au Viêt-Nam et au contenu de la nouvelle constitution. Quels furent les véritables mobiles qui conduisirent une majorité écrasante de 97% des députés à voter pour cette nouvelle constitution ? On doit en effet se poser la question sur ce score « soviétique » ou « nord-coréen » pour reprendre l’expression de Jonathan London dans son analyse du résultat [3]. Est-il seulement le fruit d’une peur, celle de perdre sa place, ses privilèges ou ses avantages ? Ou a-t-il été également motivé par une lecture différente par les uns et les autres d’un même texte ? Les uns y auraient vu un renforcement du PCV et les autres une « ouverture citoyenne », illustrée par l’important Chapitre deux en position stratégique juste derrière celui qui concerne le parti. Pour le savoir, il faut se replonger dans l’exégèse du texte adopté, exercice que seuls des constitutionnalistes expérimentés pourront mener prochainement lorsque la dite constitution prendra effet et sera confrontée au réel. S’il est évidemment trop tôt pour analyser son impact, on peut néanmoins rappeler en quelques lignes de quoi est faite cette constitution et souligner succinctement les apports par rapport à l’ancien texte.

En bref, entre une lecture brute au premier degré qui bute d’emblée sur l’article 4 du Premier Chapitre et une lecture fine des possibilités d’émancipation offertes par le Chapitre Deux, plusieurs options se présentent.

HienPhapVietNam

Quelques éléments clés de la constitution révisée

Pour les médias officiels, la nouvelle constitution de 2013 est ni plus ni moins une rédaction révisée de celle de 1992, l’inscrivant ainsi dans la continuité et non dans la rupture :

La Constitution de 1992 dans sa rédaction de 2013 affirme le rôle directeur du Parti communiste du Vietnam et témoigne de la volonté et de l’aspiration de l’immense majorité de la population, a souligné Nguyen Sinh Hung [président de l’Assemblée nationale], ajoutant que les députés et, plus généralement, tout le système politique, avaient fait de leur mieux pour recueillir des opinions et mettre au point le projet de révision [4].

La nouveauté est perceptible à travers deux aspects que nous soulignons en gras :

La Constitution de 1992 dans sa rédaction de 2013 comprend désormais 11 chapitres totalisant 120 articles, soit un chapitre et 27 articles de moins que la précédente version. Elle exprime mieux la nature démocratique de l’État vietnamien en cette période de transition vers le socialisme, comprenant des dispositions plus précises et plus complètes sur les régimes politique et économique, sur les droits de l’Homme, les droits et devoirs fondamentaux du citoyen, la structure de l’État… [5]

Comme l’ont relevé bon nombre d’observateurs étrangers, la nouvelle constitution confirme le rôle central du PCV, décrété « force dirigeante de l’État et de la société » dans l’article 4. (Đảng Cộng sản Việt Nam […] là lực lượng lãnh đạo Nhà nước và xã hội) [6]. Rien en change donc sur le plan de la direction politique du pays. Le multipartisme et le pluralisme politique ont été rejetés en bloc par une Assemblée nationale faisant figure plus que jamais de chambre d’enregistrement du PCV. Ce fait n’étonne d’ailleurs personne comme le déclare Le Hieu Dang, membre du PCV depuis 45 ans et ancien vice-président du Front de la Patrie à Ho Chi Minh-Ville, dans un entretien rapporté par Radio Free Asia (RFA) :

Tout d’abord, l’Assemblée nationale vietnamienne ne ressemble pas à l’assemblée nationale d’autres pays, tous les députés sont membres du parti, tous des cadres. Ce ne sont pas des activistes politiques ou sociaux, en réalité ils ne sont pas du côté du peuple. Je savais qu’ils adopteraient [la nouvelle constitution] de toute façon, car avant cela il y avait eu la réunion du Comité central sur ce sujet. Je ne suis absolument pas surpris (“Trước hết là Quốc hội Việt nam không phải như quốc hội các nước khác, toàn là đảng viên không, cán bộ không. Chứ họ không phải là những nhà hoạt động chính trị hay xã hội, thành ra họ đâu có đứng về phía dân. Tôi biết thế nào họ cũng thông qua thôi, vì trước đó có họp ban chấp hành trung ương đảng về việc đó rồi. Tôi không có gì ngạc nhiên hết).  [7]

Le second point important concerne l’économie du pays et la déception semble également prendre le dessus. Alors que l’on pouvait penser que le rôle des entreprises d’État serait redéfini et revu à la baisse, la nouvelle constitution conforte la jonction entre les élites politiques et les entreprises d’État. La fabrique de la nomenklatura qui détient le pouvoir politique et économique n’est pas remise en cause, elle est même confortée comme le démontre l’analyse officielle :

Sur le plan socioéconomique, la Constitution a fusionné les anciens chapitres sur l’économie et sur la culture, la société, les sciences, l’éducation et les technologies, afin d’affirmer les liens entre l’économie, la culture, l’éducation, les sciences et les technologies, et l’environnement, exprimant plus clairement la nature d’économie de marché à orientation socialiste du pays. Elle ne mentionne pas les composantes économiques dans le Programme mais affirme le rôle directeur du secteur de l’économie publique [8].

Un troisième aspect est l’absence de clauses protectrices sur la question foncière pourtant soulevée par les intellectuels soucieux de l’arbitraire qui touche le monde paysan. Le Hieu Dang, quelque peu pessimiste, résume la situation actuelle :

« Il y a deux questions, les questions de démocratie et les questions foncières, qui ont un caractère d’urgence pour les gens. Dans les campagnes, les paysans souffrent pour leurs terres, ils sont victimes de l’oppression des autorités locales. Le pays est indépendant mais le peuple n’est pas heureux. (Có hai vấn đề là vấn đề dân chủ và vấn đề ruộng đất rất bức thiết với người dân. Ở nông thôn, người dân khổ sở vì ruộng đất, bị chính quyền địa phương nó áp bức. Đất nước độc lập mà người dân đâu có sung sướng).” [9]

Or, sur ce point la nouvelle constitution formule une réponse timide. La question foncière fut pourtant débattue à l’Assemblée nationale mais déconnectée de la refonte du texte [10].

Quatrième point, et non des moindres, un rôle prépondérant est donné aux citoyens. Sur la forme, ceci apparaît d’emblée en plaçant ce chapitre en second juste après le « Régime politique », un aspect novateur par rapport au texte de 1992. Le Chapitre Deux décline en 36 clauses sur 120 au total (14 à 49) les droits et les devoirs de ceux-ci et les droits semblent à première vue revalorisés par rapport à l’ancien texte. Cependant, cette « revalorisation » apparaît en contradiction avec le Chapitre Un consacré au Régime politique. La tension qui existe désormais entre les deux pourra s’assouplir ou s’agrandir au contact des réalités quotidiennes. Et surtout, en insistant sur ce que doit faire ou pas le « bon citoyen », la nouvelle constitution n’échappe pas à une perception paternaliste de la société.

Cette nouvelle représentation populaire est présentée par la lecture officielle comme une avancée démocratique. Ce que souligne le professeur Le Minh Thong, vice-président de la Commission des lois de l’Assemblée nationale, sur le site d’information Vietnam + :

« C’est la première fois que la Constitution affirme que la République socialiste du Vietnam est un État de droit dont le peuple est maître ».

Il poursuit : « La Constitution exprime pour la première fois le droit à la démocratie directe du peuple, affirmant que le peuple exerce son pouvoir dans le cadre d’une démocratie directe, ou indirecte, par l’intermédiaire de la représentation à l’Assemblée nationale, au Conseil populaire et aux autres organes. C’est aussi la première fois que la Constitution affirme que le vietnamien est la langue nationale. La Constitution précise également les droits de l’homme et complète nombre de points relatifs aux droits des citoyens, sur la base des acquis du développement humain lors de ces près de 30 années du Renouveau. Elle affirme clairement la responsabilité de l’État dans la garantie des droits et devoirs fondamentaux du citoyen ». [11]

Le député Duong Trung Quoc. Une voix pour représenter les aspirations d'une partie de la population © 2013 V.Dũng
Le député Duong Trung Quoc. Une voix pour représenter les aspirations d’une partie de la population © 2013 V.Dũng 

Enfin, un point crucial est soulevé par l’un des deux députés qui n’ont pas validé le projet en s’abstenant de voter. Duong Trung Quoc formule une inquiétude :

« Dans l’histoire constitutionnelle de notre pays, c’est la première fois qu’est énoncé dans le préambule de la Constitution le concept selon lequel la Constitution est une ‘institutionnalisation du programme politique du Parti’ (Thể chế hóa Cương lĩnh), héritière des constitutions précédentes. Beaucoup de questions abordées dans le processus de modification constitutionnelle ne sont pas encore finalisées… les problèmes liés au système de gouvernement local, les administrations municipales, les conseils populaires locaux à tous les échelons, le processus délibératif reste peu clair » (« đây là lần đầu tiên trong lời nói đầu của Hiến pháp viết thẳng quan niệm Hiến pháp chỉ là thể chế hoá cương lĩnh” của Đảng và kế thừa những Hiến pháp có trước. Nhiều vấn đề mà quá trình thảo luận trong quá trình sửa đổi Hiến pháp còn chưa ngã ngũ…những vấn đề liên quan đến hệ thống chính quyền địa phương, chính quyền đô thị, hội đồng nhân dân các cấp quá trình thảo luận còn chưa rõ ràng »). [12].

Seule voix indépendante et autoproclamée comme telle, le député Duong Trung Quoc a motivé son abstention pour représenter la partie du peuple vietnamien qui ne se reconnaît pas totalement dans le nouveau texte [13].

La déception des pro-démocrates

Comme nous l’avions vu dans de précédents billets, la question de la refonte de la constitution a suscité tout au long de l’année un immense espoir. Celui-ci s’est incarné dans plusieurs groupes d’opinion, téméraires et décidés, pour faire évoluer le régime actuel vers une démocratie libérale à l’occidentale ou du moins vers le multipartisme. Des constitutions alternatives ont été proposées. Un site de partage d’idées a été créé (il fermera le 5 décembre prochain) [14]. Les espoirs de ces rénovateurs ont été au fil de l’année rapidement échaudés avec la mobilisation massive de la propagande d’État pour faire passer l’essentiel du texte initial. Cette déception est perceptible dans les propos sévères du professeur Tuong Lai :

Maintenant, une nouvelle constitution a été adoptée ne comportant rien de nouveau, aucun progrès, aucune envie de répondre à l’espoir de démocratie libérale, les clauses concernant les droits de l’homme sont toutes floues, voire même certaines ont été effacées, mais en plus de cela elle préconise un système totalitaire qui va à l’encontre à la démocratie et l’État de droit  » (Bây giờ hiến pháp mới được thông qua không có điểm có điểm gì mới, không có tiến bộ, không đáp ứng được khát vọng dân chủ tự do, những điều về quyền con người thì đều bị bị lu mờ đi, thậm chí còn bị gạt bỏ, mà còn đề cao một thể chế toàn trị đối ngược lại với dân chủ và pháp quyền.”) [15]

Autant dire que les pro-démocrates ne croient pas à la lecture de « l’ouverture citoyenne » que nous annoncions plus haut. Et comme l’ont rappelé plusieurs commentateurs, la responsabilité du pays incombe désormais au PCV seul. Il devra ainsi rendre des comptes. D’autres internautes sont encore plus amers comme Tuong Thuy qui conclut son analyse par cette phrase cinglante :

« En adoptant la Constitution de 1992 révisée, la treizième législature de l’Assemblée nationale commet une faute devant la Patrie, le Peuple et doit en assumer la responsabilité devant l’histoire » (Với việc thông qua Hiến pháp 1992 sửa đổi, Quốc hội Việt Nam khóa 13 đã có tội với Tổ Quốc, với Nhân dân và phải chịu trách nhiệm trước lịch sử.) [16]

A tout bien considérer, la consultation populaire de cette année a eu un double effet paradoxal. Contesté par des prises de positions franchement hostiles à son maintien au pouvoir, le PCV a saisi au vol cette tension pour in fine réaffirmer son rôle dominant/dominateur sur l’ensemble de l’État et de la société, une façon de réaffirmer sa toute-puissance. Deuxième effet de cette contestation publique, les députés ne pouvaient rester sourds aux appels du peuple pour l’ouverture politique. Cette question sensible aboutit dans le texte constitutionnel à un renforcement du rôle du peuple comme entité support du régime et de son fonctionnement. Ainsi, tout en prenant compte de certaines vues des contestataires (démocratisation, droits renforcés des citoyens), le texte contrebalance l’ouverture par la réaffirmation du rôle du parti sur l’État et les citoyens eux-mêmes.

Le résultat, s’il y en a un, n’est pas très rassurant car il donne désormais plein pouvoir à l’élite politique, la seule qui ait droit de citer. Or, cette nomenklatura aux intérêts politiques et économiques savamment enchevêtrés peut s’estimer protégée par la nouvelle constitution. Telles sont les déceptions et inquiétudes diverses des défenseurs d’une franche ouverture démocratique. Dans un communiqué diffusé le 29 novembre, le Groupe des 72, critique vertement l’inscription d’un Parti au-dessus des lois et du peuple et la soumission de la Constitution au programme politique du PCV. Même si quelques avancées sont soulignées, les signataires loin de baisser les bras lancent un avertissement :

Nous exigeons que l’Assemblée nationale, le Gouvernement et les organes dirigeants du PCV respectent les droits naturels de l’homme et les libertés démocratiques des citoyens, avant tout la liberté d’expression, la liberté de la presse, le droit de créer des associations, le droit de manifester, le droit de voter et de se présenter. En particulier nous demandons dès à présent de mettre tout en œuvre pour l’organisation d’une élection honnête pour la 14e législature de l’Assemblée nationale afin qu’elle puisse représenter réellement le peuple, avoir la capacité d’agir et le droit de s’acquitter de ses responsabilités. (« Chúng tôi đòi Quốc hội, Chính phủ và cơ quan lãnh đạo ĐCSVN tôn trọng các quyền tự nhiên của con người và quyền tự do dân chủ của công dân, trước hết là quyền tự do ngôn luận, quyền tự do báo chí, quyền lập hội, quyền biểu tình, quyền bầu cử và ứng cử. Đặc biệt chúng tôi yêu cầu ngay từ bây giờ phải làm mọi việc cần thiết cho một cuộc bầu cử trung thực Quốc hội khóa XIV để Quốc hội thực sự đại diện cho dân, có năng lực và thực quyền đáp ứng được trách nhiệm của mình ») [17].

Pour eux, rien n’est réglé. Ceci dit, ils savent aussi qu’ils pourront défendre certains droits à l’expression politique en s’appuyant justement sur la nouvelle constitution et ils ne manqueront pas de le faire.

En guise de conclusion : l’expérience socialiste fracturée

En clair, le PCV n’a pas osé tranché pour la rupture. La stabilité politique est une valeur refuge pour le Parti. La voie choisie est un « juste milieu » entre un retour du PCV au centre pour réaffirmer sa légitimité – quelque peu écornée ces dernières années par le relatif échec économique reconnu par Nguyen Tan Dung lui-même (relatif tout de même au regard de nos économies occidentales qui peinent), par les grosses affaires de corruption, les brutalités policières contre des net-citoyens ou des paysans revendicatifs, etc. – et une volonté de mettre également le « peuple », l’idéal-type du communisme vietnamien, au-dessus de l’État mais encore et toujours sous le Parti. On le voit bien l’exercice est bancal et contradictoire mais il permet au PCV de se maintenir telle la figure de proue du navire Viêt-Nam qui surfe sur les vagues tumultueuses de la mondialisation. Cette position paternaliste et dans une certaine mesure néo-confucéenne est bousculée sur sa base par un peuple qui a bien compris que tout continuerait comme avant…

Tout continuera-t-il justement comme avant ? La question de la refonte de la constitution a propulsé sur le devant de la scène la fracture ouverte qui ronge peu à peu le Parti. Ceux qui désirent le changement ne sont pas les affreux « réactionnaires » d’antan livrés à la vindicte populaire, ce sont d’honorables compagnons de route qui ont saisi sans doute mieux que personne l’impasse dans laquelle le Parti se fourvoie entraînant dans son sillon (ou tentant de le faire) l’ensemble de la société. Les humbles et les courageux de l’Appel des 72 connaissent ce régime sur le bout des doigts, l’accompagnant et le subissant tant bien que mal depuis la période de la guerre.

En réalité, il n’y a pas à être surpris, la RSVN a toujours revendiqué son droit à l’expérience décliné par le vocable « État de droit socialiste » dans une « Économie de marché à orientation socialiste ». Faut-il y croire ou en rire ? Faut-il prendre au mot et à la lettre l’assertion de Lee Kuan Yew (ancien Premier ministre de Singapour) qui, se basant sur son expérience d’ancien conseiller du gouvernement communiste vietnamien, place dans ses récentes mémoires l’intertitre suivant pour décrire le Viêt-Nam ? : « Enfermés dans une mentalité socialiste » (Locked in a socialist mindset) [18]. L’application de la nouvelle constitution permettra de jauger en direct du durcissement politique que certains imaginent déjà ou de l’ouverture citoyenne désormais inscrite dans le marbre.

François Guillemot, 30/11/2013.

Notes

[1] Voir : AN : Adoption de la réforme constitutionnelle, Vietnam +, 28/11/2013.

[2] Voir sur Mémoires d’Indochine : FG, L’affaire de la refonte de la constitution vietnamienne : Fin de Parti ou fin de partie ?, 05/03/2013 et Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp, 07/02/2013.

[3] Jonathan London, Việt Nam ơi, đừng tuyệt vọng!, Diễn Đàn Xã Hội Dân Sự (XHDS), 29/11/2013.

[4] VNA, Clôture de la 6e session de l’Assemblée nationale, Vietnam +, 30/11/2013.

[5] AN : Adoption de la réforme constitutionnelle, art. cit.

[6] Voir le texte en ligne sur Mémoires d’Indochine : Toàn văn Hiến pháp sửa đổi [VnExpress] – Texte remanié de la constitution de la RSVN (pdf en bas d’article) ; voir aussi l’analyse d’Églises d’Asie : « L’hégémonie du Parti communiste encore renforcée par la nouvelle Constitution« , EDA, 28/11/2013.

[7] Ý kiến người dân về Bản hiến pháp sửa đổi mới được QH thông qua, RFA, 28/11/2013.

[8] VNA, Les nouveautés de la Constitution de 1992 à l’issue de sa révision, Vietnam +, 29/11/2013.

[9] Ý kiến người dân về Bản hiến pháp sửa đổi mới được QH thông qua, art. cit.

[10] VNA, AN : adoption de la loi sur le foncier, Vietnam +, 29/11/2013.

[11] VNA, Les nouveautés de la Constitution de 1992 à l’issue de sa révision, art. cit.

[12] Tại sao đại biểu Dương Trung Quốc không bấm nút?, Diễn Đàn Xã Hội Dân Sự (XHDS), 30/11/2013. Interview retranscrite sur Tuoi Tre, 30/11/2013.

[13] Idem.

[14] Voir l’entrée sur Wikipedia qui retrace l’ensemble des débats de 2013 : Đợt sửa đổi Hiến pháp 2013 ; voir aussi « L’Au revoir » de l’équipe du site Cùng Viết Hiến Pháp.

[15] Ý kiến người dân về Bản hiến pháp sửa đổi mới được QH thông qua, art. cit.

[16] Tường Thụy, Quốc hội khóa 13 phải chịu trách nhiệm trước lịch sử, Diễn Đàn Xã Hội Dân Sự (XHDS), 29/11/2013.

[17] Tuyên bố về Hiến pháp sửa đổi, Diễn Đàn Xã Hội Dân Sự (XHDS), 29/11/2013. Signé : Những người khởi xướng, hưởng ứng kiến nghị 72 và đã ký Lời kêu gọi dừng việc thông qua Hiến pháp sửa đổi gửi Quốc hội ngày 15-11-2013.

[18] Lee Kuan Yew, One Man’s View of the World, Singapore: Straits Times Press, 2013.

Toàn văn Hiến pháp sửa đổi [VnExpress] – Texte remanié de la constitution de la RSVN

HienPhapVietNam[ndlr] 97% des Députés de l’Assemblée nationale du Viêt-Nam ont approuvé le 28 novembre 2013 le texte remanié de la constitution de la RSVN. La nouvelle constitution révisée entrera en vigueur le 1er janvier prochain. Cet événement historique est d’ores et déjà très commenté. Texte du préambule et du chapitre 1 (« Régime politique ») reproduit ci-dessous avec le lien au texte intégral.

* * *

 

Dưới đây là bản Hiến pháp sửa đổi được Quốc hội thông qua sáng 28/11/2013

LỜI NÓI ĐẦU

Trải qua mấy nghìn năm lịch sử, Nhân dân Việt Nam lao động cần cù, sáng tạo, đấu tranh anh dũng để dựng nước và giữ nước, đã hun đúc nên truyền thống yêu nước, đoàn kết, nhân nghĩa, kiên cường, bất khuất và xây dựng nên nền văn hiến Việt Nam.

Từ năm 1930, dưới sự lãnh đạo của Đảng Cộng sản Việt Nam do Chủ tịch Hồ Chí Minh sáng lập và rèn luyện, Nhân dân ta tiến hành cuộc đấu tranh lâu dài, đầy gian khổ, hy sinh vì độc lập, tự do của dân tộc, vì hạnh phúc của Nhân dân. Cách mạng tháng Tám thành công, ngày 2 tháng 9 năm 1945, Chủ tịch Hồ Chí Minh đọc Tuyên ngôn độc lập, khai sinh ra nước Việt Nam dân chủ cộng hòa, nay là Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam. Bằng ý chí và sức mạnh của toàn dân tộc, được sự giúp đỡ của bạn bè trên thế giới, Nhân dân ta đã giành chiến thắng vĩ đại trong các cuộc đấu tranh giải phóng dân tộc, thống nhất đất nước, bảo vệ Tổ quốc và làm nghĩa vụ quốc tế, đạt được những thành tựu to lớn, có ý nghĩa lịch sử trong công cuộc đổi mới, đưa đất nước đi lên chủ nghĩa xã hội.

Thể chế hóa Cương lĩnh xây dựng đất nước trong thời kỳ quá độ lên chủ nghĩa xã hội, kế thừa Hiến pháp năm 1946, Hiến pháp năm 1959, Hiến pháp năm 1980 và Hiến pháp năm 1992, Nhân dân Việt Nam xây dựng, thi hành và bảo vệ Hiến pháp này vì mục tiêu dân giàu, nước mạnh, dân chủ, công bằng, văn minh.

CHƯƠNG I

CHẾ ĐỘ CHÍNH TRỊ

Điều 1

Nước Cộng hoà xã hội chủ nghĩa Việt Nam là một nước độc lập, có chủ quyền, thống nhất và toàn vẹn lãnh thổ, bao gồm đất liền, hải đảo, vùng biển và vùng trời.

Điều 2  

1. Nhà nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam là nhà nước pháp quyền xã hội chủ nghĩa của Nhân dân, do Nhân dân, vì Nhân dân.

2. Nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam do Nhân dân làm chủ; tất cả quyền lực nhà nước thuộc về Nhân dân mà nền tảng là liên minh giữa giai cấp công nhân với giai cấp nông dân và đội ngũ trí thức.

3. Quyền lực nhà nước là thống nhất, có sự phân công, phối hợp, kiểm soát giữa các cơ quan nhà nước trong việc thực hiện các quyền lập pháp, hành pháp, tư pháp.

Điều 3

Nhà nước bảo đảm và phát huy quyền làm chủ của Nhân dân; công nhận, tôn trọng, bảo vệ và bảo đảm quyền con người, quyền công dân; thực hiện mục tiêu dân giàu, nước mạnh, dân chủ, công bằng, văn minh, mọi người có cuộc sống ấm no, tự do, hạnh phúc, có điều kiện phát triển toàn diện.

Điều 4

1. Đảng Cộng sản Việt Nam – Đội tiên phong của giai cấp công nhân, đồng thời là đội tiên phong của Nhân dân lao động và của dân tộc Việt Nam, đại biểu trung thành lợi ích của giai cấp công nhân, Nhân dân lao động và của cả dân tộc, lấy chủ nghĩa Mác – Lê nin và tư tưởng Hồ Chí Minh làm nền tảng tư tưởng là lực lượng lãnh đạo Nhà nước và xã hội.

2. Đảng Cộng sản Việt Nam gắn bó mật thiết với Nhân dân, phục vụ Nhân dân, chịu sự giám sát của Nhân dân, chịu trách nhiệm trước Nhân dân về những quyết định của mình.

3. Các tổ chức của Đảng và đảng viên Đảng Cộng sản Việt Nam hoạt động trong khuôn khổ Hiến pháp và pháp luật.

Điều 5

1. Nước Cộng hoà xã hội chủ nghĩa Việt Nam là quốc gia thống nhất của các dân tộc cùng sinh sống trên đất nước Việt Nam.

2. Các dân tộc bình đẳng, đoàn kết, tôn trọng và giúp nhau cùng phát triển; nghiêm cấm mọi hành vi kỳ thị, chia rẽ dân tộc.

3. Ngôn ngữ quốc gia là tiếng Việt. Các dân tộc có quyền dùng tiếng nói, chữ viết, giữ gìn bản sắc dân tộc, phát huy phong tục, tập quán, truyền thống và văn hoá tốt đẹp của mình.

4. Nhà nước thực hiện chính sách phát triển toàn diện và tạo điều kiện để các dân tộc thiểu số phát huy nội lực, cùng phát triển với đất nước.

Điều 6

Nhân dân thực hiện quyền lực nhà nước bằng dân chủ trực tiếp, bằng dân chủ đại diện thông qua Quốc hội, Hội đồng nhân dân và thông qua các cơ quan khác của Nhà nước.

Điều 7

1. Việc bầu cử đại biểu Quốc hội và đại biểu Hội đồng nhân dân được tiến hành theo nguyên tắc phổ thông, bình đẳng, trực tiếp và bỏ phiếu kín.

2. Đại biểu Quốc hội, đại biểu Hội đồng nhân dân bị cử tri hoặc Quốc hội, Hội đồng nhân dân bãi nhiệm khi không còn xứng đáng với sự tín nhiệm của nhân dân.

Điều 8

1. Nhà nước được tổ chức và hoạt động theo Hiến pháp và pháp luật, quản lý xã hội bằng Hiến pháp và pháp luật, thực hiện nguyên tắc tập trung dân chủ.

2. Các cơ quan nhà nước, cán bộ, công chức, viên chức phải tôn trọng Nhân dân, tận tụy phục vụ Nhân dân, liên hệ chặt chẽ với Nhân dân, lắng nghe ý kiến và chịu sự giám sát của Nhân dân; kiên quyết đấu tranh chống tham nhũng, lãng phí và mọi biểu hiện quan liêu, hách dịch, cửa quyền.

Điều 9

1. Mặt trận Tổ quốc Việt Nam là tổ chức liên minh chính trị, liên hiệp tự nguyện của tổ chức chính trị, các tổ chức chính trị – xã hội, tổ chức xã hội và các cá nhân tiêu biểu trong các giai cấp, tầng lớp xã hội, dân tộc, tôn giáo và người Việt Nam định cư ở nước ngoài.

Mặt trận Tổ quốc Việt Nam là cơ sở chính trị của chính quyền nhân dân; đại diện, bảo vệ quyền và lợi ích hợp pháp, chính đáng của Nhân dân; tập hợp, phát huy sức mạnh đại đoàn kết toàn dân tộc, thực hiện dân chủ, tăng cường đồng thuận xã hội; giám sát, phản biện xã hội; tham gia xây dựng Đảng, Nhà nước, hoạt động đối ngoại nhân dân góp phần xây dựng và bảo vệ Tổ quốc.

2. Công đoàn Việt Nam, Hội nông dân Việt Nam, Đoàn thanh niên cộng sản Hồ Chí Minh, Hội liên hiệp phụ nữ Việt Nam, Hội cựu chiến binh Việt Nam là các tổ chức chính trị – xã hội được thành lập trên cơ sở tự nguyện, đại diện và bảo vệ quyền, lợi ích hợp pháp, chính đáng của thành viên, hội viên tổ chức mình; cùng các tổ chức thành viên khác của Mặt trận phối hợp và thống nhất hành động trong Mặt trận Tổ quốc Việt Nam.

3. Mặt trận Tổ quốc Việt Nam, các tổ chức thành viên của Mặt trận và các tổ chức xã hội khác hoạt động trong khuôn khổ Hiến pháp và pháp luật. Nhà nước tạo điều kiện để Mặt trận Tổ quốc Việt Nam các tổ chức thành viên của Mặt trận và các tổ chức xã hội khác hoạt động.

Điều 10

Công đoàn Việt Nam là tổ chức chính trị – xã hội của giai cấp công nhân và của người lao động được thành lập trên cơ sở tự nguyện, đại diện cho người lao động, chăm lo và bảo vệ quyền, lợi ích hợp pháp, chính đáng của người lao động; tham gia quản lý nhà nước, quản lý kinh tế – xã hội; tham gia kiểm tra, thanh tra, giám sát hoạt động của cơ quan nhà nước, tổ chức, đơn vị, doanh nghiệp về những vấn đề liên quan đến quyền, nghĩa vụ của người lao động; tuyên truyền, vận động người lao động học tập, nâng cao trình độ, kỹ năng nghề nghiệp, chấp hành pháp luật, xây dựng và bảo vệ Tổ quốc.

Điều 11

1. Tổ quốc Việt Nam là thiêng liêng, bất khả xâm phạm.

2. Mọi hành vi chống lại độc lập, chủ quyền, thống nhất và toàn vẹn lãnh thổ, chống lại sự nghiệp xây dựng và bảo vệ Tổ quốc đều bị nghiêm trị.

Điều 12  

Nước Cộng hoà xã hội chủ nghĩa Việt Nam thực hiện nhất quán đường lối đối ngoại độc lập, tự chủ, hòa bình, hữu nghị, hợp tác và phát triển; đa phương hóa, đa dạng hóa quan hệ, chủ động và tích cực hội nhập, hợp tác quốc tế trên cơ sở tôn trọng độc lập, chủ quyền và toàn vẹn lãnh thổ, không can thiệp vào công việc nội bộ của nhau, bình đẳng, cùng có lợi; tuân thủ Hiến chương Liên hợp quốc và điều ước quốc tế mà Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam là thành viên; là bạn, đối tác tin cậy và thành viên có trách nhiệm trong cộng đồng quốc tế vì lợi ích quốc gia, dân tộc, góp phần vào sự nghiệp hòa bình, độc lập dân tộc, dân chủ và tiến bộ xã hội trên thế giới.

Điều 13

1. Quốc kỳ nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam hình chữ nhật, chiều rộng bằng hai phần ba chiều dài, nền đỏ, ở giữa có ngôi sao vàng năm cánh.

2. Quốc huy nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam hình tròn, nền đỏ, ở giữa có ngôi sao vàng năm cánh, xung quanh có bông lúa, ở dưới có nửa bánh xe răng và dòng chữ “Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam”.

3. Quốc ca nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam là nhạc và lời của bài “Tiến quân ca”.

4. Quốc khánh nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam là ngày Tuyên ngôn độc lập 2 tháng 9 năm 1945.

5. Thủ đô nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam là Hà Nội.

Lire la suite : VnExpress, 28/11/2013.

Accès au texte intégral en pdf : HienPhapVietNamSuaDoi_28-11-2013

La Sécurité publique continue de détruire les maisons funéraires des H’mongs, symboles de leur nouvelle religion [EDA]

[ndlr] Tension croissante en novembre entre les H’mongs et les autorités locales. Analyse d’Eglises d’Asie.

HmongsNovembre2013

Bien qu’ils soient parvenus jusque dans la capitale pour faire entendre leurs protestations, les H’mongs de quatre provinces septentrionales du Vietnam continuent d’être victimes de la répression des autorités locales. Les forces de l’ordre ont pris pour cible leurs maisons funéraires, construites pour y déposer les défunts et y accomplir les rites funéraires.

Les agents de la Sécurité publique organisent des opérations destinées à détruire les maisons funéraires, constructions symboliques du changement de vie introduit par la religion « Duong Van Minh » [Dương Văn Mình], qualifiée de « culte pervers » (Ta Dao) par le gouvernement. De plusieurs sources convergentes (1), on apprend que, dans la matinée du 24 novembre, les forces de la Sécurité publique ont lancé une opération contre le village de Na Heng, commune de Nam Vang (ou Nam Quang), district de Bao Lam, dans la province de Cao Bang, frontalière de la Chine. Dès la veille au soir, d’importantes forces de police avaient été rassemblées au chef-lieu du district. Lors de l’attaque, au matin avant l’aube, une quarantaine de H’mongs s’étaient porté à la hauteur de la maison funéraire pour essayer de la protéger. Selon les témoignages oraux rapportés par la population, 37 personnes auraient été blessées et 17 menottées et arrêtées par les forces de l’ordre. Celles-ci ont également confisqué toutes les caméras et les appareils photographiques.

Lire la suite : Eglises d’Asie, 25/11/2013.

* * *

Sur ce sujet, voir la vidéo sélectionnée par

Giải Phóng Viên Vỉa Hè 23 (tháng 11. 2013)

Với sự hỗ trợ của Phóng Viên Không Biên Giới

XXIIIe Prix du Reporter de Rue (novembre 2013)

Soutenu par Reporters Sans Frontières

* * *

Autre vidéo sur un groupe de jeunes H’mong à Hanoi expliquant ses revendications.

Nguyen Van Phu: Vietnam’s Press Turns Partly Private

baochi_VietNam[ndlr] Evolution dans les pratiques de la presse éditée au Viêt-Nam. A lire sur Asia Sentinel, l’article de Nguyen Van Phu sur les débuts d’une privatisation partielle de la presse et de l’information en ligne. Focus également sur le phénomène des « bulletins électroniques » émanant de compagnies ou d’acteurs privés.

Stealth journalism takes over from the state-owned press

Travelling abroad as a journalist, I am frequently asked, “Does Vietnam have freedom of the press?” My beating-about-the-bush answer often starts with something like, “You have to understand that all press in Vietnam is owned by the government.”

Unfortunately, I can no longer get away with such an apologetic opening. Although nobody admits it, more and more Vietnamese newspapers and magazines, both printed and online, are owned by private companies. This encouraging trend may foster a free press as long as the government chooses to look the other way.

A quick visit to any sidewalk news stall in Hanoi or Ho Chi Minh City will confirm this trend. There one finds an array of familiar English-language mastheads such as Elle, Cosmopolitan, Harper’s Bazaar, Her World, Esquire or Women’s Health… on display with the content entirely in Vietnamese, partly localized and somewhat titillating. It is highly doubtful that Vietnam’s Politburo would care to educate its people on how to have the best date or why men cheat.

Read More : Asia Sentinel, 25/11/2013

Ngô Đình Diệm, cinquante ans après (1963-2013)

NgoDinhDiem_2-11-2013Cinquante ans après l’assassinat du Président de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963), Ngo Dinh Diem (1901-1963) et de son frère Ngo Dinh Nhu (1910-1963), des cérémonies de recueillement se sont déroulées un peu partout dans les communautés vietnamiennes exilées. Plus surprenant, un hommage non officiel a été rendu à l’ancien Président au Viêt-Nam même sous l’égide des Rédemptoristes de Saigon (voir vidéo en fin d’article). Ce court billet rappelle les principaux textes édités à l’occasion du cinquantenaire du coup d’Etat de 1963, témoignages historiques d’une époque révolue qui intéresse de plus en plus les historiens. Nous remercions le professeur Nguyen The Anh pour le signalement de la plupart de ces documents.

Billet mis à jour le 7/11/2013.

FG

Le témoignage de l’écrivain Nguyen Minh Can sous forme de réflexion sur le Viêt-Nam de l’époque dans son contexte asiatique et de réhabilitation pour l’ancien Président :

Tôi hồi đó đã phải nghe biết bao điều vu khống, xuyên tạc rất bỉ ổi, bây giờ nghĩ lại thấy « người ta » đểu cáng, nhỏ nhen, bẩn thỉu vô cùng! Nhưng với thời gian càng ngày tôi càng hiểu rõ cụ Ngô Đình Diệm hơn. Đó là một người yêu nước thật sự chứ không phải là con người lợi dụng lòng yêu nước của kẻ khác vì mục đích chính trị của mình, mà như vậy thì không phải là yêu nước thật tâm. Cái đáng quý của cụ Diệm là cuộc sống trong sạch, có thể nói khổ hạnh, Có người nói là cụ Diệm độc tài, cũng có thể là như thế. Nhưng anh thử  nhìn xem cái thời đó trong các nước châu Á lân cận VN, có nước nào không độc tài, chẳng cần nói Trung Quốc, Việt Nam, Bắc Triều Tiên làm gì, đó lũ độc tài man rợ nhất, mà ngay cả Nam Hàn, Đài Loan, Singapor, Mã-lai-á, Nam dương… không  đâu là không có độc tài cả, Những chế độ của các nước đó mà so với cái độc tài của cụ Diệm thì phải thẳng thắn nhận rằng độc tài của cụ Diệm nhẹ hơn nhiều, vì độc tài của cụ mà lại có bầu cử tương đối tự do, lại chấp nhận đối lập, chấp nhận một phần quyền tự do báo chí, tự do xuất bản, tự do lập hội… Tôi khen cụ đã tổ chức rất tốt cho việc đón nhận, tổ chức nơi ăn chốn ở và công việc làm ăn cho gần một triệu con người miền Bắc di cư vào Nam, đó là một thành tựu rất nổi bật, cố nhiên có sự tài trợ của Mỹ. Vì tôi so với việc CP miền Bắc đón nhận gần hai nghìn dân Việt ở Thái Lan trở về (theo lời kêu gọi của CP miền Bắc), mà người ta tổ chức đón tiếp, bố trí công việc làm ăn chẳng ra sao cả, bà con rất bất mãn, có người ném cả cái radio ra đường rồi hét to: « vì mày nói dối (ý nói nghe Đài HN) nên ta tin mà trở về, bây giờ cơ sự thế này đây! », co người thất vọng tự tử… Tôi tin rằng dần dần, chắc nhiều người sẽ hiểu về cụ hơn. Cái lễ tưởng niệm ở nấm mò của cụ có ghi là HUYNH và của em cụ có ghi là ĐỆ cho thấy đây là bước đầu của « tảng băng tan ».

Et le reportage de Kim Thanh sur la cérémonie de Portland :

TRONG NIỀM TƯỞNG TIẾC KHÔN NGUÔI
Mùa thu Portland có những cơn mưa bất chợt, lạnh hắt hiu, vừa đủ cho hồn buồn bã tìm về kỷ niệm và tình người. Như chiều nay, thứ bảy 2/11 –lễ Các Đẳng Linh Hồn (Fête des Morts). Tôi nhớ, ôi biết bao là nhớ, ba mẹ quý yêu đã lìa bỏ cõi trần từ bao thu rồi, nhớ những người thân gia đình đang nằm sâu dưới huyệt lạnh, nhớ những đồng đội thân thương đã gục ngã ở chiến trường xưa hay ngục tù cải tạo. Nhớ dung nhan và dư hương của một cuộc tình đã lỡ, chôn vùi trong một nghĩa trang nào xa lắc lơ bên phương trời cũ.
Cơn mưa bất chợt, tái tê. Như chiều nay. Tôi đến nhà thờ La Vang, NE Alameda Dr., cách vùng SE của tôi khoảng 30 phút, đúng 6 giờ khi Lễ Các Linh Hồn sắp bắt đầu, nhưng phải loanh quanh tìm chỗ đậu xe mất chừng mười phút, và xa trên bốn blocs, vì parking nhà thờ và dọc hai bên con đường dài chật ních, hơn thường lệ. Phải chăng giáo dân biết trước chiều nay sẽ có buổi tưởng niệm cố tổng thống Ngô Đình Diệm, như mỗi năm, nên đã đến đông hơn, mặc dù không có thông cáo trên các báo địa phương, khác với những buổi tổ chức văn nghệ dạ vũ, gây quỹ, từ thiện, hội thảo này nọ? Lễ tưởng niệm, như thế, sẽ diễn ra âm thầm, không gọi mời ai. Ngay cả danh tánh những người tổ chức cũng không được nêu. Chỉ chuyền tin cho nhau. Ai biết và có lòng mến mộ cụ sẽ đến, một cách âm thầm như cái chết thảm thương và cô đơn của cụ cùng với bào đệ, trong chiếc xe thiết giáp, một trưa nào, cách đây đúng nửa thế kỷ. Tôi biết, nhờ một người bạn gọi điện thoại báo cho.
Lire la suite : Nguyet San Viet Nam, Monday 4 November 2013.
BanThoCung_NgoDinhDiem
Cérémonie du souvenir à Portland © 2013 Nguyet san Viet Nam

Autres articles à lire en ligne ou à télécharger (pdf) :

  • Bui Ngoc Vu, « Ngô Đình Diệm – Ngô Đình Nhu, son épouse Mme Nhu, et les ambassadeurs des Etats-Unis à Saigon », 05/05/2013.

Lire la suite (pdf) : AEJJR

  • Bui Ngoc Vu, « Le feu vert américain et le meurtre du Président Diệm », Magazine Good Morning, 03/10/2013.

Les deux évènements majeurs de l’année 1963, la crise bouddhique en premier,elle-même agissant comme un catalyseur et favorisant l’arrivée du deuxième, le coup d’Etat du 1er novembre, ne font pas l’objet de ce document. Les récits détaillés de leur histoire sont maintenant très bien connus car bien des livres et de documents ont déjà été publiés à leur sujet. L’auteur du présent document s’est plus intéressé au contexte d’ensemble et aux dessous de l’histoire de la période entre le feu vert américain (le 23 août) et le déclenchement du coup d’état (le 1er novembre), en prenant comme source principale les documents américains déclassifiés et publiés sur le site officiel du Département d’État. Ceux utilisés pour cet article proviennent des volumes III et IV de FRUS 1961-1963 et sont référencés sous la forme [Doc n*. auteur. date]. L’article limité plutôt à une présentation des faits est une version simplifiée d’un chapitre d’un ouvrage à paraître, traitant plus complètement de la 1ère République du Việt-Nam.

Lire la suite (pdf) : AEJJR

 

Annonce d'une cérémonie en hommage à Ngo Dinh Diem organisée à Montréal © 2013 Thoi Bao
Annonce d’une cérémonie en hommage à Ngo Dinh Diem organisée à Montréal © 2013 Thoi Bao
  • Byron Williams, « 50 Years Ago, the Official Beginning of a Quagmire », Huffington Post, 02/11/2013.

This year has certainly been the year of 50th anniversaries. From the March on Washington to the 16th Street Baptist Church Bombing to the upcoming JFK assassination, 2013 has definitely been the year of golden commemorations. November 2 happens to also fall into the category of 50th anniversaries, but this one is unlikely to garner much fanfare – South Vietnamese President Ngo Dinh Diem was assassinated following a military coup.

Read More : Huffington Post

 

  • Chinh Dao, « Jean Baptiste Ngô Ðình Diệm (1897 – 1963): Thời Kỳ Chưa Nắm Quyền, 1897-1954 », Hop Luu, 31/10/2013.

Ngày 25/4/1961, Tướng Edward G. Lansdale–người được coi như hiểu biết rất rõ Việt Nam Cộng Hòa [VNCH]–viết báo cáo lên Thứ trưởng Quốc phòng Roswell L. Gilpatric, Chủ tịch Ủy Ban Ðặc Nhiệm Việt Nam [Presidential Task Force on Vietnam], về “No Din Zee’em” (Ngô Ðình Diệm) như sau: Ông ta lùn, mập tròn. . . Nhiều người không chú ý đến cặp mắt đen hay liếc trộm [snapping] của ông ta mà chỉ chú ý đến cặp giò vừa đủ chạm mặt đất khi ngồi. Tuy nhiên, ông ta không cảm thấy ngượng ngùng về chuyện lùn, và có vẻ rất tự nhiên chung quanh những người Mỹ cao lớn…

Lire la suite : Hop Luu

 

  • Lai Nguyen An, MỘT BÀI BÁO CỦA PHAN KHÔI NĂM 1935 VIẾT VỀ NGÔ ĐÌNH DIỆM, Viet Studies, 03/11/2013.

Năm 1935, khi Phan Khôi (1887-1959) đang làm Chủ bút báo Tràng An ở Huế, ông có viết bình luận nhân sự kiện Triều đình Huế, dưới thời vua Bảo Đại, đã có 2 quyết định liên quan đến Ngô Đình Diệm: cách chức, sau đó khai phục chức Thượng thư cho ông ta. Trong lời bình luận, Phan Khôi lưu ý đến các phương diện khí tiết của người làm quan và “tâm thuật” của sĩ phu trước các quyết định của triều đình. Bài này có in trong tập: Phan Khôi, Tác phẩm đăng báo 1935 /Lại Nguyên Ân sưu tầm, biên soạn/ Nxb. Tri Thức, Hà Nội, phát hành tháng 10/2013.

Xin giới thiệu cùng bạn đọc : Viet Studies

 

  • Ngô Đình Diệm, la mésalliance américaine, Le Point, 05/11/2013.

Le 2 novembre 1963, les États-Unis font assassiner leur allié vietnamien de très longue date et s’enlisent dans une guerre sans fin.

Lire la suite : Le Point

 

  • John Prados (edited by), The Diem Coup After 50 Years – John F. Kennedy And South Vietnam, 1963 National Security Archive Electronic Briefing Book No. 444

Read more : NSAEBB

  • John Prados, « Ngo Dinh Diem in the Crosshairs« , National Security Archive, 02/10/2013.

Read on :  National Security Archive

 

  • « Giáo dân ở VN viếng ông Ngô Đình Diệm », BBC Tieng Viet, 02/11/2013.

Ngày 1/11, hàng chục người đã công khai đến viếng mộ cố Tổng thống Việt Nam Cộng hòa Ngô Đình Diệm nhân 50 năm ngày mất của ông tại nghĩa trang Mạc Đĩnh Chi, Lái Thiêu, Bình Dương. Thông tin từ trang chuacuuthe.com cho biết buổi lễ có sự góp mặt của các giáo dân ở miền Nam và do cha Antôn Lê Ngọc Thanh chủ trì.

Lire la suite : BBC

 

Beverly Deepe Keever, Dangerous History of ‘Regime Change’, 23/10/2013.

Official Washington justifies military and political interventions in other countries under the theory of “U.S. exceptionalism.” But these “regime changes” often have unexpected results, as with the bloody coup d’Etat that removed South Vietnamese President Diem a half-century ago. On Nov. 1, 1963, a half-century ago, the South Vietnamese government that the United States had backed for nearly a decade was toppled in a military coup d’etat, an act of regime change approved by President John F.  Kennedy.

Read More : Global Research

 

Charles Trueheart, Misalliance: Ngo Dinh Diem. The Opening Act ‘Sink or swim with Ngo Dinh Diem.’, Weekly Standard, June 10, 2013, Vol. 18, No. 37.

Fifty years ago this coming All Saints’ Day, the United States government concluded its patronage of Ngo Dinh Diem by dispatching him from the presidency of South Vietnam. His removal, in a U.S.-countenanced Vietnamese military coup, might have been less dramatic had President Diem not perished, with his brother and svengali Ngo Dinh Nhu, at the hands of junior Vietnamese officers entrusted with their safe exfiltration. But the coup’s consequences remained the same: a succession of keystone-kops military governments that finally settled on Nguyen van Thieu, who won elections and survived his own incompetence, and American impatience, even longer than Diem had.

Read More : Weekly Standard

 

  • Haydon Cherry, Review Essay : « Cauldron of Misalliances » (Edward Miller. Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam. Cambridge, MA: Harvard University Press, 2013. 432 p. /// Jessica Chapman. Cauldron of Resistance: Ngo Dinh Diem, the United States, and 1950s Southern Vietnam. Ithaca, NY: Cornell University Press, 2013. 296 p.).

Read more (pdf) : Cross-Currents, Berkeley

Illustrations en couleurs extraites de Nguyen San Viet Nam.

_____________________

 

La célébration au Viêt-Nam :

 

For the first time, Catholics and others attended a memorial service for the president murdered on 2 November 1963 by his generals backed by Washington. A nationalist and patriot, he represented an alternative to Ho Chi Minh for many Vietnamese. So far, Hanoi has muddied (and tarnished) his memory.

Giai đoạn lịch sử đầy biến động tại miền Nam từ năm 1945 đến năm 1975 gắn liền với tên tuổi Ngô Đình Diệm – Tổng thống đầu tiên của chính quyền Sài Gòn. Khi tôi bắt đầu thực hiện loạt bài viết này, cũng là đúng 50 năm ngày hai anh em ông Ngô Đình Diệm và Ngô Đình Nhu bị nhóm đảo chính quân sự bắn chết, 1/11/1963 – 1/11/2013.

Le 1er novembre dernier, les communautés catholiques vietnamiennes partout dans le monde ont commémoré le 50e anniversaire de la mort tragique du président de la Première République du Vietnam, Jean-Baptiste Ngô Dinh Diêm, assassiné avec son frère Jacques Ngô Dinh Nhu, à Cholon, le 2 novembre 1963, lors d’un coup d’Etat fomenté contre lui.

Ngo Dinh Diem sur Mémoires d’Indochine :

Le vieux général, le député audacieux et la jeune blogueuse

Daituong_VoNguyenGiap_50namDienBienPhuLe départ du vieux général Vo Nguyen Giap, héros militaire de la RDVN et de la RSVN, a suscité une impressionnante vague d’émotion au Viêt-Nam, plus particulièrement à Hanoi et à Quang Binh [1]. L’impact fut moindre dans l’ancienne Saigon (Ho Chi Minh-Ville) qui rappelle que le vieux clivage Nord-Sud de l’époque de la Guerre froide n’a pas totalement disparu. De toute part, la presse s’est emballée pour évoquer à travers des articles élogieux le destin de cet homme qui marqua le XXe siècle vietnamien en guerre.

A l’étranger, les agences d’informations qui possèdent un programme en langue vietnamienne (BBC, RFA ou RFI) ont consacré des dossiers spéciaux à la disparition attendue du vieux général [2]. D’autres sites d’informations en vietnamien situés à l’étranger ont fait de même comme Dien Dan Forum en France ou le très suivi Viet Studies aux Etats-Unis [3].

Généralement très bien informés et ayant fait appel à des expertises extérieures de chercheurs, historiens et politistes, ces sites ont pu offrir un vision pluraliste du destin si particulier du grand personnage de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. A titre d’exemple, Bui Tin, l’ancien rédacteur en chef du Nhân Dân, a offert son point de vue basé sur son expérience personnelle lorsqu’il était encore au Viêt-Nam [4]. Le politiste australien, spécialiste des questions de défense, Carlyle Thayer s’est intéressé aux « deux biographies » (officielle et non autorisée) du général dans un entretien sur RFI [5]. L’historienne Nguyen Lien Hang, auteure de Hanoi’s War (2012) revient sur le rôle limité de Giap au sein de l’appareil communiste et ses relations conflictuelles avec les deux Lê (Lê Duân et Lê Duc Tho) sur la conduite de la guerre [6].

Au Viêt-Nam même, après avoir recadré les commentaires spontanés, l’appareil d’Etat n’a offert qu’une seule voix, celle de la mythification absolue qui se résume au tryptique « Guerre – Patrie – Socialisme ». Mais plus encore, (est-ce une coincidence ?) les sites officiels des plus hautes personnalités de l’Etat (Truong Tan Sang, Nguyen Tan Dung, Nguyen Sinh Hung, Tran Dai Quang), ont offerts à leurs lecteurs des attaques en règle contre les centrales d’informations étrangères en langue vietnamienne, un jour avant l’annonce officielle du décès du Général. La BBC s’est retrouvée ainsi transformée en une officine du M16, les services secrets britanniques, RFA assimilée à peu de chose près à la CIA (« outil au service du gouvernement américain ») et RFI à une succursale occulte du Ministère des Affaires étrangères de la République Française [7]. Cela n’est pas juste ridicule mais souligne l’embarras dans laquelle se trouve l’information officielle en RSVN face à la contradiction et plus généralement au pluralisme d’opinion. Les jours suivants les attaques se sont concentrées sur les auteurs d’articles sur le parcours historique de Vo Nguyen Giap, articles parus sur les même médias étrangers de langue vietnamienne.

Jamais opposant mais indépendant

Cependant, quelques voix se sont élevées à l’intérieur même du pays pour exprimer une forme de lassitude face aux discours convenus (ceux-ci étant sans doute nécessaire au niveau des dirigeants) relayés de but en blanc dans la presse nationale et sur internet. L’historien et député de l’Assemblée nationale de la RSVN, M. Duong Trung Quoc, interviewé par la BBC, a donné son avis sur le traitement réservé à cet événement et préconisé quelques idées à l’attention des dirigeants actuels [8]. Son avis est intéressant à plus d’un titre. D’abord, parce que le célèbre député s’exprime dans son pays et il s’adresse à une chaîne étrangère (BBC) vilipendée par les scribes du régime. Ensuite parce, en l’espace de cinq minutes chrono, il a des choses à dire que l’on peut résumer de la façon suivante. Vo Nguyen Giap fut partie prenante d’un système politique et privilégia au delà de toutes considérations personnelles « la stabilité politique » du régime. A ce titre, il fut selon Duong Trung Quoc, « communiste jusqu’à la dernière minute de sa vie ». Malgré le fait que sa parole « indépendante » n’ait pas été suivie, Giap donnait son avis pour faire évoluer l’appareil dans l’esprit de la Rénovation continue mais, étant lui-même un des rouages essentiels de cet appareil,  il ne fut jamais un « opposant ». Jamais « opposant » mais toujours « indépendant », une position délicate qui peut expliquer son silence. Duong Trung Quoc évoque ensuite l’importance que revêt la figure de Giap au sein du peuple vietnamien et que c’est le peuple lui-même qui en fera (ou non) un « saint », un « héros » de l’histoire vietnamienne. A ce titre, il souligne l’importance de la tradition populaire pour les héros d’antan (Lê Loi, Tran Hung Dao). Il rappelle l’héritage pesant de la guerre et les conséquences terribles de cette dernière sur les familles vietnamiennes déchirées : camps de rééducation, boat people, communautés exilées. Selon Duong Trung Quoc, l’Etat vietnamien n’a pas été assez loin dans le processus de réconciliation nationale. Il termine par une appréciation générale de la situation difficile du Viêt-Nam actuel sur le plan de la morale, de la « pensée Ho Chi Minh » incarnée par Giap et en appelle à la clairvoyance des dirigeants envisager une auto-transformation (tự thay đổi) du parti (voir la vidéo ci-dessous).

Le dialogue avec le vieux général décédé s’est poursuivi avec la jeune blogueuse Huynh Thuc Vy. Dans un courageux texte mis en ligne sur son blog intitulé « Quelques réflexions sur M. Giap » (Vài suy nghĩ về ông Giáp), elle pose les questions dérangeantes que le pouvoir actuel ne serait entendre [9]. Cette discussion imaginaire avec le vieux général qui restera sans réponse pose de vraies questions sur le destin complexe d’un homme qui fut Ministre de l’Intérieur de la RDVN en 1945-46 puis en charge des affaires militaires à partir de mars 1946 et qui s’est muré dans un silence pesant pendant des décennies après la victoire de Dien Bien Phu. Huynh Thuc Vy n’entend pas attaquer personnellement le vieux général qui n’est plus. Ce n’est pas son but et se serait bien inutile. Son objectif est d’interroger deux aspects de la vie du général : 1) Sa réaction face aux grands enjeux de la RDVN puis de la RSVN ; 2) L’héritage qu’il laisse aux jeunes générations.

Où étiez-vous mon général ?

Sur un premier plan, elle interpelle le général sur sa responsabilité historique. Elle questionne le silence du vieux général sur les étapes clés de l’évolution du Viêt-Nam communiste.

« Que faisiez-vous lorsque l’avocat Nguyen Manh Tuong appelant à la démocratie et à l’état de droit était en disgrâce [en 1956] ? » ; « Où étiez-vous lorsque Nguyen Huu Dang, Tran Dan, Huu Loan furent accusés et opprimés ? » ; « Que pensiez-vous lorsque le général Tran Do a courageusement protesté avant d’être réprimé ? » ; « Qu’avez-vous fait lorsque Hoang Minh Chinh est entré en dissidence et puis jeté en prison ? », telles sont les questions qui resteront sans réponses de la jeune blogueuse [10].

Deuxièmement, elle souligne l’héritage du général : un héritage douloureux dont les plaintes se font encore entendre aujourd’hui dans les campagnes vietnamiennes. Ses questionnements qui intéressent les historiens ne visent pas tant le vieux général décédé que tous ceux « qui sont encore en vie », « ceux qui encore bercés d’illusions sur ce régime » et enfin la jeune génération dont elle fait partie. De ce fait, elle questionne l’avenir de son pays. Que laisse derrière lui le général Giap : « une dictature persistante, des vies brisées, une répression continue, des morts injustes »… En bref, un héritage lourd que le Viêt-Nam actuel doit gérer tant bien que mal.

HuynhThucVy
Huynh Thuc Vy © 2012 phovanblog

Ces deux interventions, l’une d’un député reconnu sans langue de bois et l’autre d’une jeune blogueuse sous surveillance, interrogent toutes deux les choix politiques qui conduisent la transformation du pays. A l’heure du départ du dernier « acteur-fondateur-constructeur-stratège » du régime communiste que faire de cet héritage lorsqu’une page d’histoire se tourne ? La même question taraude l’écrivaine Pham Thi Hoai dans son article aux accents pacifistes sur la disparition du général. Une page d’histoire se tourne et le moment d’en prendre conscience est arrivé [11]. Les dirigeants vietnamiens en sont tout à fait conscients mais auront-ils le courage de promouvoir et d’accompagner sereinement la transformation politique attendue du pays ?

Pour l’heure, la contradiction et le débat d’idées semblent insupportables pour l’Etat-Parti vietnamien qui, à court d’arguments, mobilise ses plumes agressives pour insulter les analystes qui ne sont pas conformes à la doxa officielle. L’hagiographie doit passer contre les commentaires qui interrogent le mythe. Ainsi Bui Tin, Nguyen Hung, le bloggeur Huynh Ngoc Chenh, le sénateur américain John McCain, moi-même (pour mon billet publié par la BBC) et bien d’autres encore sont insultés sur les blogs et sites officiels. Cette brève passe d’armes (l’émotion est retombée depuis) démontre que les vieux réflexes de la « Réforme de la pensée », si bien décryptés par Georges Boudarel dans ses études sur le communisme vietnamien, sont toujours vivaces au détriment de la diversité des opinions [12]. Figure incontournable de l’histoire du communisme vietnamien, le vieux général est désormais sujet à la fabrication d’un véritable mythe, intéressant en lui-même à étudier en profondeur. Le culte autour de la personne du général, la cérénomie à Hanoi et les funérailles à Quang Binh sont en eux-mêmes des données historiques qui devraient intéresser les anthropologues. Vo Nguyen Giap ne fut pas le dissident de l’intérieur comme le pensaient parfois les médias occidentaux, il ne fut pas non plus en parfaite adéquation avec l’appareil politique et étatique dont il faisait partie et qu’il soutenait. L’émotion passée, la page tournée, l’histoire peut reprendre son cours et la recherche son processus scientifique.

François Guillemot, 16-10-2013.

Notes

[1] Voir la vidéo sur You Tube : [LIVE] Lễ Quốc tang: Lễ an táng Đại tướng Võ Nguyên Giáp tại quê nhà Quảng Bình (1:19) [Funérailles nationales : Les funérailles du Général Vo Nguyen Giap dans sa province de Quang Binh].

[2] Voir sur la BBC : Việt Nam để tang Đại tướng Giáp ; voir les articles sur Vo Nguyen Giap sur RFA (recherche par mot clé) et RFI (recherche par mot clé).

[3] Voir Dien Dan – Forum et Viet Studies (voir sous l’illustration de la couronne de fleurs offerte au général).

[4] Bui Tin, Tướng Võ Nguyên Giáp, như tôi từng biết [Le Général Vo Nguyen Giap tel que je l’ai connu], Bui Tin Blog / VOA, 04/10/2013.

[5] Trong Nghia, Những điều ít được biết đến về Tướng Giáp [Des choses peu connues sur le Général Giap], 13/10/2013.

[6] Nguyễn Liên Hằng, Khoảng trống trong đời Tướng Giáp [Les temps vides dans la vie du Général Giap], BBC Tieng Viet, 14/10/2013.

[7] Voir sur le site du Premier ministre Nguyen Tan Dung (rubrique « Lecteurs ») : Mộc Miên, Những sự thật cần phải biết về BBC, RFA, RFI ? [Les vérités qu’il faut connaître à propos de BBC, RFA, RFI ?], 03/10/2013 et Mộc Miên, Vì sao BBC, RFA, RFI ém nhẹm những lời khen quốc tế dành cho Việt Nam? [Pourquoi la BBC, RFA et RFI ont étouffé les éloges internationaux concernant le Viêt-Nam], 04/10/2013. Les jours suivants, les attaques concernent les auteurs des articles sur le Général Giap (voir infra).

[8] Tướng Giáp luôn muốn ‘ổn định chính trị’ [Le général Giap désirait constamment la ‘stabilité politique’], 14/10/2013.

[9] Thai Binh, Bộ mặt ghê tởm của RFA và Bùi Tín khi nói về Đại tướng Võ Nguyên Giáp!, [Le visage ignoble de RFA et de Bui Tin lorsqu’ils parlent du Général Vo Nguyen Giap], 05/10/2013. Voir aussi : Vien, Gui BBC va TS François Guillemot: Cho cu sua con khach bo hanh cu buoc [A l’attention de la BBC et du Dr François Guillemot: les chiens aboient, la caravane passe], 09/10/2013. L’article, réécrit plus poliment, complété et signé Mộc Miên, fut repris en boucle sur les sites des dirigeants de la RSVN sous le titre poétique : Cỏ làm sao che được mặt trời! [Comment l’herbe pourrait-elle masquer le soleil ?], 17/10/2013 (site du P.M. Nguyen Tan Dung). En dehors de ces articles de propagande, d’autres médias vietnamiens aux Etats-Unis ont pris au sérieux notre propos et celui d’autres historiens, voir par exemple : Võ Nguyên Giáp và bi kịch thất bại [Vo Nguyen Giap et l’échec tragique], Nguoi Viet, 12/10/2013.

[10] Nguyen Huu Dang (1913-2007), Tran Dan (1926-1997) et Huu Loan (1916-2010) sont trois figures importantes du mouvement des revues Humanisme et Belles Oeuvres jugé et condamné en janvier 1960. Le général Tran Do (1923-2002), ami de Giap, fut un des premiers à demander une évolution démocratique pour son pays et Hoang Minh Chinh (1920-2008) est un ancien compagnon de route, militant du Parti Démocrate de 1944 à 1988 (date d’existence de ce parti réactivé en 2006, connu sous le nom de « Parti Démocrate du 21e siècle » pour le différencier de la formation d’origine).

[11] Pham Thi Hoai, Vĩnh biệt một thời đại [L’adieu à une époque], 07/10/2013.

[12] Georges Boudarel, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991. (voir en particulier le chapitre 4 : « De l’accumulation des barils de poudre made in China à l’explosion de l’été 1956 », pp. 145-231). Boudarel fut l’auteur également d’une biographie sur le général, intitulée simplement Giap (éditions Atlas, 1977). La première biographie publiée en France fut celle de Gérard Le Quang, Giap ou la guerre du peuple, parue chez Denoël en 1973 avant la fin de la guerre.

* * *

Les personnages :

  • Duong Trung Quoc : Historien et député de l’ANV. Connu pour ses prises de positions au sein de l’Assemblée, il se veut, tout comme Giap, un esprit indépendant mais pas un opposant. Il n’est pas membre du PCV et son comportement agace parfois les conservateurs du régime.
  • Huynh Thuc Vy : Jeune blogueuse résidant à Tam Ky dans la province de Quang Nam, elle est sous surveillance policière et fut déjà arrêtée pour son activisme lors des manifestations patriotiques antichinoises. Son père, l’écrivain Huynh Ngoc Tuan, fut condamné à dix ans de prison entre 1992-2002 pour ses écrits pro-démocratiques.

Illustration du haut (gauche) :  photo signée de Vo Nguyen Giap à l’occasion du cinquantième anniversaire de la bataille de Dien Bien Phu. Source : nguoiduatin.vn

Vo Nguyen Giap, le « Napoléon vietnamien », héros intangible

GeneralGiap_10-07-2008_Hanoi
Le général Giap, le 10 juillet 2008 à son domicile à Hanoi. © Hoang Dinh Nam / AFP

Le décès du général Vo Nguyen Giap n’est pas une surprise mais sa disparition est indéniablement d’ores et déjà celle d’un grand personnage de l’histoire mondiale. Figure mythique de la révolution et de la guerre d’Indochine, il incarne à lui seul la victoire de Dien Bien Phu, un pari militaire insensé qui symbolise encore aujourd’hui la victoire des peuples colonisés sur l’Occident. Ce « coin d’enfer » décrit par Bernard Fall, les Français s’en souviendront pendant longtemps.

Pourtant, Giap conserva une aura même chez ses farouches adversaires français. Il suscita l’admiration chez d’autres Français comme le photographe Roger Pic qui possédait un grand portrait de lui dans son atelier à Montparnasse ou l’historien Alain Ruscio, compagnon de route du communisme vietnamien, qui mena plusieurs entretiens importants avec le général [1]. Son Guerre du peuple, armée du peuple deviendra la bible d’une génération contestataire et tiers-mondiste dans les années soixante-dix [2]. Référence incontournable de la polémologie nord-vietnamienne, il suscitait beaucoup d’intérêt dans les médias et aimait jouer les stratèges dans les reportages télévisés occidentaux consacrés à la guerre du Viêt-Nam.

Mais le destin du général Vo Nguyen Giap est complexe comme l’a démontré le biographe Cecil B. Currey [3]. S’il fait figure de héros pour la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) à l’époque d’Ho Chi Minh, il représente aussi une autre voie plus nationaliste que le Viêt-Nam refusa de prendre dans les années soixante lors des tensions sino-soviétiques. Pro-soviétique dans son patriotisme, il ne fut pas directement attaqué comme le fut le général Lê Liêm et de nombreux autres cadres de l’armée populaire lors des procès pour « révisionnisme anti-parti » (1966-1967). Le général vainqueur du colonialisme restait pratiquement intouchable. Le colonel Bui Tin, ancien rédacteur en chef du Nhân Dân, est certainement un de ceux qui connaissent le mieux cette période sombre où le parti choisit avec Le Duan, Le Duc Tho, Pham Hung ou Nguyen Chi Thanh (décédé prématurément en 1967) l’autoritarisme, la propagande et le communisme de guerre [4].

Vo Nguyen Giap apparaît pour d’autres Vietnamiens, anticommunistes et exilés, comme le principal instigateur de la lutte contre les partis nationalistes concurrents du Viêt-Minh en 1945-1946. Giap signe les décrets de septembre 1945 contre les organisations dite « réactionnaires ». A ce titre, il symbolise la terrible répression au Nord contre le VNQDD (affaire On Nhu Hau) [5]. Sa stratégie militaire très dispendieuse en femmes (il faut le souligner) et en hommes est aussi souvent remise en cause aujourd’hui par la jeune génération. Car Dien Bien Phu, malgré l’exploit, fut une boucherie pour les deux camps et les Vietnamiens payèrent chère cette bataille comme le démontre les travaux des journalistes indépendants Dao Thanh Huyen, Dang Duc Tue, Nguyen Xuan Mai… [6]. Sa stratégie ne fut pas « celle de la paix » comme il le rapporte dans une mise en scène adressée à une journaliste de L’Humanité (le quotidien du Parti communiste français) en 2004, sa stratégie fut celle de la victoire sur le long terme et au prix d’un sacrifice humain incomparable [7].

Ho Chi Minh et Vo Nguyen Giap en 1954 © VOV
Ho Chi Minh et Vo Nguyen Giap en 1954 © VOV

Je me souviens de Georges Boudarel qui, grâce à ses connections avec Hanoi, savait que Giap avait rédigé près de mille pages de mémoires. Celles-ci furent publiées en France en trois volumes et malgré la forte attente, Giap continuait à offrir cette vision « orthodoxe » de l’histoire national-communiste vietnamienne [8]. Contesté dès l’échec de l’offensive du Têt en 1968 (à laquelle il s’opposa avec Ho Chi Minh contre le Politburo), il vit ses prérogatives en matière militaire et politique s’amoindrir pendant les dernières années de la guerre du Viêt-Nam et plus encore après la réunification [9]. Il se plia à toutes les épreuves du parti communiste vietnamien pour ne jamais trahir Ho Chi Minh. Ce fut sa ligne de conduite jusqu’au bout, presque une obsession. Rester fidèle à son maître vertueux et déterminé. C’est aussi pour cette raison que, paradoxalement, il incarne aujourd’hui une forme de droiture et d’héroïsme dans un Viêt-Nam en proie à la dégradation sociale et morale. Sa conduite et son hygiène de vie simples sont un modèle pour beaucoup de ses compatriotes. Il appela dans les années 1990 à un « Dien Bien Phu économique » (Saigon Eco) et, sur ce plan, il ne fut pas déçu. Son nom reste aussi associé aux blogs dissidents qui contestent la puissance maritime chinoise sur la mer orientale et l’exploitation de bauxite sur l’ancienne piste Ho Chi Minh [10].

Le général Vo Nguyen Giap est assurément le héros dont le Viêt-Nam a besoin pour relever le défi de la transformation pacifique du pays, une paix qu’il chérissait à la fin de sa vie. Il est resté très populaire jusqu’à sa mort. Lui qui conduisit tant de jeunes gens à la mort, lui qui haïssait les autres nationalistes, c’est bien cela le paradoxe. Il était l’ultime survivant du carré de dirigeants autour d’Ho Chi Minh (Truong Chinh, Pham Van Dong, Le Duan, Le Duc Tho). Son histoire, intimement liée à celle du parti et de l’armée populaire, reste à écrire.

François Guillemot, 05-10-2013. Version mise à jour le 06-10-2013.

Notes

[1] Vo Nguyen Giap, une vie. Propos recueillis par Alain Ruscio. Hanoi, 1979-2008, Paris, Les Indes Savantes, 2010.

[2] Vo Nguyen Giap, Guerre du peuple, armée du peuple, Paris, Maspéro, PCM 14, 1967 (première édition chez Maspéro dans les Cahiers Libres en 1966). Paru précédemment en français à Hanoi aux Editions en Langues Etrangères , 1961. Une guerre du peuple remarquablement bien analysée dans Christopher Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011.

[3] Cecil B. Currey, Victory at Any Cost. The Genius of Vietnam’s Gen. Vo Nguyen Giap, Potomac Books Inc., coll. The Warriors, 2005 (rééd.). Version française amoindrie des notes de bas de page : Vo Nguyên Giap – Viêt-nam, 1940-1975. La Victoire à tout prix, Paris, Phébus, coll. De Facto, 2003. Sans doute la biographie la mieux informée.

[4] Mặc Lâm, Tướng Võ Nguyên Giáp từ trần, thọ 103 tuổi, RFA, 04-10-2013. Voir aussi Bui Tin, 1945-1999: Vietnam, la face cachée du régime, Paris, Kergour, 2000 et surtout son témoignage éclairant : Bùi Tín, Tướng Võ Nguyên Giáp, như tôi từng biết, VOA, 04-10-2013.

[5] Sur cette affaire, voir notre article : « Au cœur de la fracture vietnamienne : l’élimination de l’opposition nationaliste et anticolonialiste dans le Nord du Vietnam (1945-1946) », in Naissance d’un Etat-Parti. Le Viêt Nam depuis 1945. The Birth of a Party-State. Vietnam since 1945, Christopher E. Goscha & Benoît de Tréglodé (Ed.), Paris, Les Indes Savantes, 2004, pp. 175-216.

[6] Dao Thanh Huyen & al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde Editions, 2010.

[7] Vo Nguyen Giap: « Ma stratégie était celle de la paix », interview de Dominique Bari en 2004, republiée dans L’Humanité, 04-10-2013.

[8] Vo Nguyen Giap, Mémoires 1946 -1954. Tome 1 : La résistance encerclée. Tome II : Le chemin menant à Dien Bien Phu. Tome III : Dien Bien Phu, le rendez vous de l’histoire, Fontenay-sous-Bois, Anako éditions, 2003-2004.

[9] Certains historiens considèrent que Vo Nguyen Giap fut isolé au sein de l’appareil dirigeant dès 1960. Sur ces aspects, voir le chapitre 15 du journaliste Huy Duc consacré à Giap dans Ben Thang Cuoc (tome 2, pp. 134-178) reproduit sur le site Viet Studies. Sur la conduite de la guerre, voir l’ouvrage de Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War (University of North Carolina Press, 2012) et l’article de Merle Pribbenow, « General Giap and the Mysterious Evolution of the Plan for the 1968 Tet Offensive » (Journal of Vietnamese Studies, Vol. 3, Issue 2, Summer 2008, pp. 1-33). Son destin rejoint celui d’autres patriotes au sein du parti (comme Dang Van Viet par exemple) qui furent isolés ou broyés par l’État totalitaire qu’ils avaient eux-mêmes contribué à mettre en place aux côtés d’Ho Chi Minh.

[10] Voir sa photographie sous forme d’un avertissement qui orne la page d’ouverture du site Bauxite Viet-Nam.

* * *

Une version précédente de cet article a été traduite en vietnamien par la BBC et mise en ligne le 05-10-2013 sous le titre : Tướng Giáp – người hùng và nghịch lý (Le général Giap, héros paradoxal).

Le chapitre consacré au général Giap de l’ouvrage de Huy Duc a été traduit en anglais : HuyDuc_TheWinningSide-Vol2Chap15GeneralGiap