Archives de catégorie : Actualités Cambodge

Lost horizons: mediaeval city uncovered

[ndlr] Re-découverte de la cité historique Mahendraparvata à 40 kms au nord d’Angkor. L’information a été reprise en français dans Courrier International.

PhnomKulen

Cliquer sur l’image pour accéder au reportage complet © 2013 SMH

Archaeologists using revolutionary airborne laser technology have discovered a lost mediaeval city that thrived on a mist-shrouded Cambodian mountain 1200 years ago.

The stunning discovery of the city, Mahendraparvata, includes temples hidden by jungle for centuries – temples that archaeologists believe have never been looted.

An instrument called Lidar strapped to a helicopter which criss-crossed a mountain north of the Angkor Wat complex provided data that matched years of ground research by archaeologists. The research revealed the city that founded the Angkor Empire in 802AD.

Read more: The Sydney Morning Herald, 15/06/2013.

* * *

Cambodge • Découverte archéologique sur les origines d’Angkor

The Sydney Morning Herald l’a annoncé en une le 15 juin en tant qu’exclusivité mondiale.

Sous le titre : « Horizons perdus – découverte d’une cité médiévale », le quotidien australien relate le travail d’une équipe d’archéologues qui, à l’aide de coûteux relevés laser effectués depuis un hélicoptère, a confirmé l’organisation complexe d’une cité, dans le nord-ouest du Cambodge. Celle-ci avait prospéré voilà mille deux cents ans [l’empire khmer a été fondé en 802 après J.-C.], soit trois cent cinquante ans avant le temple emblématique d’Angkor Wat [début du XIIe siècle].

Ceci dit, comme l’explique l’archéologue Jean-Baptiste Chevance au Cambodia Daily, « il est exagéré de dire qu’une cité perdue a été découverte ». La plupart des monuments de la zone étaient en effet connus depuis longtemps, et Mahendraparvata, capitale du roi Jayavarman II, était évoquée dans des écrits anciens. Ce que l’étude révèle en revanche, c’est que les reliefs, enfouis sous la jungle à une quarantaine de kilomètres au nord d’Angkor, dans le nord-ouest du Cambodge, sont les vestiges d’une ville ingénieusement structurée, dotée de routes, de digues et de canaux, lieu de naissance de l’empire.

Source : Courrier International, 17/06/2013.

 

Les excuses de Frère N°2 (Nuon Chea): « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités »

[ndlr] La presse française relaie les regrets tardifs de Nuon Chea, l’idéologue des Khmers rouges jugé à Phnom Penh pour crimes contre l’humanité. Extraits.

31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber's preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC
31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber’s preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC 

 Khmers rouges/génocide: l’idéologue assume

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après le décès en mars de Ieng Sary, ministre des Affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

« Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a-t-il déclaré au cours de son procès devant le tribunal international de Phnom Penh, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui.

Lire la suite : Le Figaro, 30/05/2013.

* * *

Procès des Khmers rouges : Nuon Chea reconnaît sa responsabilité

L’idéologue du régime des Khmers rouges Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi 30 mai sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après la mort, en mars, de Ieng Sary, ministre des affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

Lire la suite : Le Monde, 30/05/2013.

* * *

Premiers remords de Nuon Chéa pour les crimes des Khmers rouges

Phnom Penh (Reuters) – Un responsable khmer rouge a exprimé jeudi du remords pour la mort d’environ 1,7 million de ses compatriotes lors du génocide perpétré dans les années 1970 par le régime maoïste et reconnu sa responsabilité pour la première fois depuis le début de son procès.

« Je suis responsable de ce qui s’est passé à l’époque du Kampuchéa démocratique », a déclaré Nuon Chéa devant le tribunal spécial mis en place avec le soutien de l’Onu et qui l’a inculpé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

« J’exprime de profonds regrets pour les événements qui ont eu lieu volontairement ou non. Je suis moralement responsable », a dit l’ancien n°2 et chef de la propagande du parti maoïste en adressant ses « condoléances » aux victimes de l’ex-régime présents dans le prétoire.

Lire la suite : Le Nouvel Observateur, 30/05/2013.

* * *

L’idéologue des Khmers rouges reconnaît sa responsabilité dans le génocide

C’est la première fois, depuis le début de son procès pour les crimes du régime de Pol Pot, que Nuon Chea exprime du remords. Il minimise toutefois sa responsabilité.

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Lire la suite : Libération, 30/05/2013.

* * *

Cambodge: les premiers remords de Nuon Chea, l’idéologue du régime des Khmers rouges

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, admet pour la première fois, ce jeudi 30 mai, sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de victimes entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea est l’un des deux derniers accusés encore jugés. « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a déclaré cet homme de 86 ans, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui. Son procès se déroule devant le tribunal international de Phnom Penh.

Lire la suite : RFI, 30/05/2013.

Pour suivre l’actualité du Tribunal de Phnom Penh : The Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia (ECCC).

Kem Sokha Says S-21 Was Vietnamese Conspiracy [The Cambodia Daily]

[ndlr] Kem Sokha, un homme politique cambodgien reconnu pour sa tolérance et son pacifisme affirme que la prison de Tuol Sleng (S-21) est un complot vietnamien. Le départ d’un négationnisme khmer ?

The Cambodian National Rescue Party propaganda poster © 2013
Propaganda poster of the Cambodian National Rescue Party
(Sam Rainsy, right, with Kem Sokha on the left) © 2013

Kem Sokha Says S-21 Was Vietnamese Conspiracy

By and – May 27, 2013

Survivors of the Khmer Rouge regime’s Tuol Sleng prison, which oversaw the killing of more than 12,000 men, women and children, have demanded that Kem Sokha, acting president of the Cambodia National Rescue Party (CNRP), apologize for comments he made recently denying the facility’s bloody history.

The Victims Association of Democratic Kampuchea demand­ed the apology at a press conference held on Saturday inside the grounds of the former Khmer Rouge prison, where they played snippets from a recording of a speech they say Mr. Sokha delivered on May 18 in Prey Veng and Takeo provinces.

In the recording, Mr. Sokha appears to accuse Vietnam of setting up the former school building to look like a Khmer Rouge prison and torture center.

“The Vietnamese created this place with pictures [of the victims]. If this place is truly Khmer Rouge they would have knocked it down before they left,” Mr. Sokha said in the recording.

“You should know that if the Khmer Rouge killed people, would they keep it to show to everyone? If they knew they killed many people, why would they keep this place?”

In a separate audio file on the website of the Council of Minis­ters, an undated speech that Mr. Sokha is also said to have delivered recently in Prey Veng province, follows the same line.

“Why would the Khmer Rouge be so stupid as to keep Tuol Sleng after killing many people, and keep it as a museum to show tourists?” Mr. Sokha said. “This is just staged. I believe it is staged, isn’t it?”

While the Vietnamese communist forces provided the Khmer Rouge with much training and direct military support in their 1975 victory over the Lon Nol government, the two sides soon fell out. The new communist government of Vietnam, with the aid of Khmer Rouge defectors, eventually toppled the regime in 1979 and kept an occupying force in the country for the next 10 years.

Tuol Sleng, which the Khmer Rouge called S-21, has since become a museum packed with photographs of former inmates and is one of the most popular, and harrowing, tourist attractions in the country.

The center also provided much of the evidence the Khmer Rouge tribunal used to sentence S-21 prison chief Kaing Guek Eav, alias Duch, to life in prison last year after convicting him of crimes against humanity.

At Saturday’s press conference, Chum Mey, president of the Victims Association of Democratic Kampuchea and one of the few people to have survived his time at Tuol Sleng, said he organized the event himself after hearing Mr. Sokha’s speech over the radio.

“It hurts me more than ever when Mr. Kem Sokha publicly states that Tuol Sleng prison is artificial and that Democratic Kampuchea was a theater organized by communist Vietnam,” he said. “These expressions unquestionably insult those who lost their lives in the Democratic Kam­puchea regime, and especially those who died at Tuol Sleng prison.”

Mr. Mey demanded that Mr. Sokha come to the former prison to apologize and retract his words in person.

“If Khem Sokha will not come to apologize, I will take other measures,” he said. “We will conduct a mass demonstration against him at his office.”

Contacted Sunday, Mr. So­kha declined to comment on his words and would neither confirm nor deny that he said them.

“I have no comment,” he said. “I have no concern. I’m concerned about the election.”

However, in an interview he gave to Radio Free Asia on Saturday, Mr. Sokha appears to confirm having made the comments.

“This was what I have learned from history,” he said. “I have learned that the Khmer Rouge had some connections with the Vietnamese. Therefore, this is just my idea, which is not an accusation. But I would like to say sorry if my ideas are different from others.”

Opposition lawmakers Mu Sochua and Yim Sovann, both CNRP candidates in July’s national election, said they had not heard Mr. Sokha’s words so could neither confirm nor deny his alleged comments about Tuol Sleng.

Mr. Sovann, however, said it was not party policy to claim that the Vietnamese had fabricated Tuol Sleng’s role as a prison and torture site.

“Vietnam used to support the Khmer Rouge in the past and the Khmer Rouge created Tuol Sleng prison,” he said. “This is my party’s position.”

Mr. Sovann also agreed that it was the Khmer Rouge who imprisoned and tortured people there.

Still, the opposition does have a history of taking a hard line against Vietnam. CNRP president Sam Rainsy regularly refers to Vietnamese as “yuon,” a common ethnic slur.

He has regularly accused the government of bowing to Vietnamese orders and is currently living in self-imposed exile to avoid an 11-year prison term on charges—which he believes to be politically motivated—tied to his challenges of Phnom Penh’s negotiations with Vietnam over their disputed border.

On Saturday, the U.N.’s visiting human rights envoy to Cambodia Surya Subedi told politicians in the country to refrain from “exploiting racial sentiments” in their electioneering.

“I urge all sides concerned to refrain completely from exploiting racial sentiments to garner support for their electoral campaign and work towards building a tolerant and cohesive society in Cambodia,” he said at a press conference.

Youk Chhang, director of the Documentation Center of Cam­bodia, the country’s leading archive of Khmer Rouge era records, said there could be absolutely no doubt that the regime had used Tuol Sleng as a prison and torture center.

“S-21 is an undeniable crime site of the Khmer Rouge; it is so clear cut,” he said.

Mr. Chhang would not comment on why Mr. Sokha would challenge that history, whether out of a genuine misunderstanding of the past or political calculation.

“His statements remind me that things can be forgotten if we don’t keep reminding the public,” Mr. Chhang said.

“There are thousands and thousands [of pieces] of evidence proving it was a crime site of the Khmer Rouge,” he added.

(Additional reporting by Neou Vannarin)

© 2013, The Cambodia Daily. All rights reserved. No part of this article may be reproduced in print, electronically, broadcast, rewritten or redistributed without written permission.

Reproduced on Mémoires d’Indochine with the kind authorization of the publisher of The Cambodia Daily.

Source : The Cambodia Daily, 27/05/2013.

Read more on The Cambodia Daily:

* * *

Voir aussi / see also :

Cambodian Activist Awarded for Work on Land Rights

Tep Vanny visits RFA in Washington, March 31, 2013. ® RFA
Tep Vanny visits RFA in Washington, March 31, 2013. ® RFA

Cambodian land rights activist Tep Vanny has received an international award for leading a battle against forced evictions with a vow to spare no efforts to win the freedom of a jailed fellow campaigner.

The housewife, who has been representing evicted residents from the Boeung Kak lake neighborhood in Phnom Penh which was razed to make way for a luxury residential development, was on Tuesday presented with the Leadership in Public Life Award by Vital Voices—a Washington-based organization which trains women leaders and social entrepreneurs.

“To me—just like other women in Boeung Kak who are suffering from forced evictions—this award is very meaningful,” Tep Vanny said during her acceptance speech at the award gala, which was also attended by U.S. Vice President Joe Biden and former Secretary of State Hillary Clinton.

“It means that the whole world has heard their voices and that the world is showing support for the Boeung Kak villagers. They don’t have to be alone anymore.”

She vowed to continue her demand for compensation for the more than 4,000 families who were relocated from the site since 2008 when Chinese-Cambodian company Shukaku Inc. grabbed their land and began draining the lake for commercial development.

“When I return I will continue my campaign,” she said, adding that 61 families are still holding out for a small parcel of land on the 133-hectare (330-acre) site.

Tep Vanny also vowed to continue seeking the freedom of Yorm Bopha, who was ordered jailed for three years for committing “intentional violence » in connection with the beating of a suspected thief. Human rights groups have said she was targeted for championing the right to housing for the Boeung Kak evictees.

“I hope that we will have a good result [in our fight] for Yorm Bopha,” she said.

Secretariat director of Cambodia’s Housing Rights Task Force Sia Phearum, who was invited to attend Tuesday’s reception, told RFA’s Khmer Service Wednesday that the award would “change the situation in Boeung Kak.”

“Even though it is a bit difficult for the government to accept, I hope that through Tep Vanny’s award … the government will be forced to recognize the truth and act to serve the people,” he said.

Sia Phearum said that during his visit to the U.S. he met with State Department officials and members of the New York-based Human Rights Watch to ask for their intervention in the Boueng Kak issue and to assist in obtaining Yorm Bopha’s release.

‘The reality in Cambodia’

On Monday, Tep Vanny sat down with RFA’s Khmer Service in Washington to discuss the situation of the Boeung Kak villagers, saying she believed that the award—and a tour in Europe last week to promote a related documentary film—would help bring international attention to the dispute.

« The world is monitoring this case,” she said. « Our struggle is no longer useless and we are no longer isolated like before.”

But she said she would not be satisfied until the government released Yorm Bopha, honored the land request of the remaining families at the site, and ended “widespread forced evictions” in Cambodia.

Tep Vanny said that she has been under constant surveillance by police in Cambodia and expressed frustration that the government would rather “threaten” her than listen to her concerns.

“Every time we submit petitions [to the government] for help, there are hundreds of police officers at the scene,” she said.

She said that she was saddened to have to speak negatively about her homeland while traveling abroad, “but this is the reality in Cambodia.”

“The government is killing us little by little … We are suffering rather than dying instantly.”

Reported by Sarada Taing and Samean Yun for RFA’s Khmer Service. Translated by Samean Yun. Written in English by Joshua Lipes.

Source : RFA, 03/04/2013

Tep Vanny during a protest © 2012 KI Media
Tep Vanny during a protest © 2012 KI Media

Phnom Penh : Disparition de Ieng Sary, ancien co-fondateur des Khmer rouges, à l’âge de 87 ans

[ndlr] Articles de presse relatant la disparition de Ieng Sary, un des derniers chefs khmers rouges. « Il disparaît sans avoir jamais expliqué son rôle dans l’appareil marxiste totalitaire qui a détruit un quart de la population du Cambodge en moins de quatre ans (1975-79), vidant les villes, supprimant la monnaie, la religion et l’éducation, et plongeant la société dans la terreur et la paranoïa », rappelle l’AFP dans l’article du 14 mars 2013. Ce co-fondateur avec Pol Pot du mouvement Khmer Rouge s’est éteint sans avoir répondu de ses actes alors que le Tribunal international de Phnom Penh traverse une crise financière sans précédent. Portraits.

IengSary
Ieng Sary lors de son procès à Phnom Penh le 10 janvier 2012.
(Photo handout ECCC Nhet Sokheng. Reuters)

Mort de Ieng Sary, ancien ministre khmer rouge

Ieng Sary, l’ex-ministre des affaires étrangères du régime cambodgien des Khmers rouges, est mort jeudi 14 mars, à l’âge de 87 ans. Ancien visage public du régime marxiste totalitaire, responsable de la mort de près de 2 millions de personnes, il était jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il est mort « après avoir été hospitalisé le 4 mars », a déclaré Lars Olsen, porte-parole du tribunal.

Comme chef de la diplomatie, cet intellectuel, formé en France dans la mythologie de la révolution de 1789, était bien souvent le seul point de contact entre la direction particulièrement secrète du « Kampuchéa démocratique » et ses rares alliés dans le monde, notamment la Chine. Plus de trente ans après la chute du régime, il disparaît sans avoir donné la moindre explication, ni sur ses responsabilités ni sur le fonctionnement d’un appareil qu’il a servi quasiment jusqu’au bout.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique avec AFP, 14/03/2013.

Cambodge : mort de Ieng Sary, le « frère numéro trois » du Kampuchéa démocratique

Ieng Sary, l’homme le plus célèbre aux côtés de Pol Pot à la tête des Khmers rouges pendant et après leur meurtrier passage au pouvoir au Cambodge (1975-1979), est mort le 14 mars 2013 à Phnom Penh, après avoir souffert de problèmes de santé divers et de troubles cardiaques. Il était inculpé pour « crimes contre l’humanité » par le Tribunal spécial Khmers rouges à composante internationale en charge de l’instruction des responsables encore en vie du génocide cambodgien.

Son âge se situait entre 87 et 93 ans, les incertitudes d’état-civil ne permettant pas d’être plus précis.

Ieng Sary était le beau-frère de Pol Pot, mort en 1998, et, lors du drame cambodgien, fut le chef de la « diplomatie » du Kampuchéa démocratique, à la tête du ministère des affaires étrangères d’un régime coupé de la quasi-totalité du reste du monde. Il était alors surtout l’homme de Pékin et le fidèle rouage de la politique étrangère chinoise auprès de ses chefs.

Il fut en particulier responsable de l’appel lancé aux Cambodgiens de la diaspora, réfugiés en Occident et en Chine après avoir fui les bombardements américains sur leur pays, pour qu’ils rentrent dans un Cambodge « libéré » après la victoire communiste d’avril 1975. La plupart de ces personnes de « retour de l’étranger » finirent assassinées dans des camps de travaux forcés ou sous la torture.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique, par Francis Deron (1953-2009) avec Bruno Philip, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary meurt pendant son procès

Il avait 87 ans et il est mort brutalement, alors même qu’il était jugé pour son rôle dans la terreur Khmer rouge. En moins de quatre ans, entre 1975 et 1979, un quart de la population du Cambodge a été décimé par ce régime dont Ieng Sary était l’un des piliers.

Il ne reste désormais que deux dirigeants à juger aujourd’hui, l’un âgé de 81 ans, l’autre de 86 ans.

Ieng Sary souffrait d’une maladie du cœur et avait été hospitalisé il y a dix jours.

Source : Rue 89, 14/03/2013 (lire la suite sur Libération.fr).

Ieng Sary, le « frère numéro 3 » des Khmers rouges, est mort

Portrait – La disparition à 87 ans de ce pilier de la dictature cambodgienne met fin abruptement à son procès pour génocide et crimes contre l’humanité.

Etudiant à Paris dans les années 50, il avait fait la leçon à l’un de ses camarades : «Tu es trop sensible. Pour faire de la politique, il faut être dur.» Nul doute que Ieng Sary, décédé hier à Phnom Penh à l’âge de 87 ans, fut dur. C’était l’un des plus puissants dirigeants Khmers rouges et l’un des plus retors. Dans la galaxie sanguinaire du régime qui a dirigé le Cambodge entre avril 1975 et janvier 1979, Ieng Sary occupait le poste de vice-premier ministre des Affaires étrangères. Tour à tour frère numéro 2 ou 3, il était le l’homme le plus visible de la secrète «Angkar», l’organisation qui a fait régner la terreur en exécutant au moins 1,7 million de personnes en moins de quatre ans. Aux côtés de Pol Pot, l’obscur frère numéro un, de son adjoint Nuon Chea, l’idéologue exterminateur, de Ta Mok, le «boucher» de l’ouest cambodgien, ou de Son Sen, le patron de la police secrète, Ieng Sary affichait le visage en apparence lisse de la diplomatie khmère rouge.

Cet homme grand et replet – même aux pires moments des privations imposées par l’utopie polpotiste – jouissait d’un pouvoir considérable dans le Kampuchéa démocratique des Khmers rouges. Ieng Sary s’en est toujours défendu, comme il a toujours nié toute part dans les atrocités commises par le régime marxiste totalitaire. Il disparaît sans avoir livré la moindre explication sur son rôle et sa fonction passés devant les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens qui le jugeaient avec Nuon Chea et Khieu Samphan, l’ex-chef de l’Etat, pour génocide et crimes contre l’humanité. Depuis une quinzaine d’années, Ieng Sary rejetait la responsabilité de la terreur sur Pol Pot, «l’unique et suprême architecte de la ligne, de la stratégie et de la tactique du parti», et sur Nuon Chea qui a «mis en œuvre toutes les décisions de Pol Pot pour torturer et exécuter ceux qui ont exprimé des opposées et ceux qu’ils haïssaient comme les intellectuels».

Lire la suite : Libération, par Arnaud Vaulerin à Kyoto, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary décède avant la fin de son procès

Au Cambodge, l’ancien ministre des Affaires étrangères des Khmers rouges, Ieng Sary, est décédé ce jeudi matin à l’âge de 87 ans. Ieng Sary était l’un des anciens dirigeants Khmers rouges à être jugés dans le procès qui leur est intenté pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il ne reste aujourd’hui plus que deux accusés.

Pour les anciennes victimes, la mort d’un des anciens responsables Khmers rouges, avant même la fin de son procès, est une terrible nouvelle. Ieng Sary comparaissait en même temps que trois autres leaders de ce régime sanguinaire, dont son épouse, Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales, finalement déclarée folle et inapte à passer en justice.

Lire la suite : RFI, 14/04/2013.

Khmer Rouge’s Ieng Sary dies during genocide trial

PHNOM PENH, Cambodia (AP) — Ieng Sary, who co-founded the brutal Khmer Rouge movement in 1970s, was its public face abroad and decades later became one of its few leaders to be put on trial for the deaths of an estimated 1.7 million Cambodians, died Thursday morning before the case could be finished. He was 87.

His death before any verdict was reached in the lengthy case dashed hopes among survivors and court prosecutors that he would ever be punished for his alleged war crimes stemming from the darkest chapter in the country’s history.

Ieng Sary was being tried by a joint Cambodian-international tribunal along with two other former Khmer Rouge leaders, both in their 80s, and there are fears that they, too, could also die before justice is served. Ieng Sary’s wife, former Social Affairs Minister Ieng Thirith, had also been charged but was ruled unfit to stand trial last year because she suffered from a degenerative mental illness, probably Alzheimer’s disease.

Lars Olsen, a spokesman for the tribunal, confirmed Ieng Sary’s death. The cause was not immediately known, but he had suffered from high blood pressure and heart problems and had been admitted to a Phnom Penh hospital March 4 with weakness and severe fatigue.

« We are disappointed that we could not complete the proceeding against Ieng Sary, » Olsen said, adding the case against his colleagues Nuon Chea, the Khmer Rouge’s chief ideologist, and Khieu Samphan, an ex-head of state, will continue and will not be affected.

Ieng Sary founded the Khmer Rouge with leader Pol Pot, his brother-in-law. The communist regime, which ruled Cambodia from 1975 to 1979, claimed it was building a pure socialist society by evicting people from cities to work in labor camps in the countryside. Its radical policies led to the deaths of an estimated 1.7 million people from starvation, disease, overwork and execution.

Read more / Lire la suite : Associated Press, by Sopheng Cheang, 14/03/2013.

Cambodge : femmes sans toit ni loi [Arte – 8 mars 2013]

Honneur aux femmes le 8 mars dans ARTE Journal.

Avec ce reportage au Cambodge sur les traces des femmes du quartier de Borei Keila à Phnom Penh. Hier elles étaient voisines, aujourd’hui elles sont sœurs dans la douleur. Mais elles luttent ensemble pour survivre et faire valoir leurs droits. Droit à un toit, droit à un logement qu’elles possédaient et dont elles ont été expulsées avant de le voir détruit sous leurs yeux au nom du développement urbain. Ce genre d’expulsions forcées est de plus en plus fréquent au Cambodge, les terrains récupérés sont ensuite attribués à des sociétés souvent proche du pouvoir. Les femmes, premières victimes de ces évictions, ont organisé leur résistance, quitte à risquer la prison.

Un reportage de M. Vallerey.

Permalien : Vidéos Arte

[brève] Cambodge : Vers une dynastie politique ?

Le fils du Premier ministre a été désigné comme candidat de son parti pour les prochaines élections législatives. Les dirigeants au pouvoir nient toute forme de népotisme.

Le fils du Premier ministre Hun Sen, Hun Many, a été désigné comme candidat aux prochaines élections législatives prévues pour juillet prochain, indique le quotidien The Cambodia Daily. D’autres fils de dignitaires du régime sont également présents sur les listes du Parti du Peuple Cambodgien (PPC), notamment Dy Vichea, le fils de l’ancien chef de la police et gendre de Hun Sen. Le fils du ministre de l’Intérieur et celui du vice-Premier ministre sont également candidats.

Cambodge_PPC
Un militant du PPC, le Parti du peuple cambodgien de Hun Sen, arbore un drapeau aux couleurs du parti dans les rues de Siem Reap.
© 2008 Reuters

Niant toute forme de népotisme, le député Cheam Yeap a justifié ce choix : « Les enfants des dirigeants du PPC sont talentueux et détiennent un master. » Ils seront capables, selon lui, de diriger le pays et de le conduire sur la route du développement.

Le PPC contrôle aujourd’hui 90 des 123 sièges de l’Assemblée nationale.

Source : Courrier International, 22/02/2013.

[AFP] Cambodge: crise financière au tribunal pour les Khmers rouges

Les Khmers rouges, au pouvoir entre 1975 et 1979, ont mis en place une dictature violente, faisant près de deux millions de morts. © Archives / Reuters.

 

Didier LAURAS
Agence France-Presse
PHNOM PENH

Ereinté par les critiques depuis son premier jour, le tribunal de Phnom Penh pour les Khmers rouges a surmonté toutes les épreuves, mais celle qu’il affronte actuellement menace en théorie jusqu’à son existence: il n’a plus d’argent.

Le budget 2013 n’a toujours pas été voté par les bailleurs de fonds, qui demandent au Cambodge un effort supplémentaire avant d’eux-mêmes augmenter leur participation.

Les employés étrangers ont été officiellement reconduits jusqu’à l’été. Mais depuis le 1er janvier, quelque 270 employés cambodgiens travaillent sans contrat. Ils n’ont pas été payés depuis novembre.

La cour doit trouver environ 9,5 millions de dollars. Une somme modeste sur le papier, mais une fortune compte tenu des relations tourmentées entre les donateurs et le gouvernement de Phnom Penh, accusé de ne rien faire pour sauver une juridiction qui juge les plus hauts responsables du régime de Pol Pot (deux millions de morts entre 1975 et 1979).

«Il y a une certaine lassitude des bailleurs qui se battent pour financer le tribunal et ont parfois l’impression que le gouvernement n’est pas pleinement mobilisé sur le sujet», constate un diplomate étranger. «Personne ne semble avoir d’argent pour payer».

D’autres sources évoquent un bras de fer malsain entre les bailleurs et le gouvernement de Hun Sen, un ex-Khmer rouge devenu premier ministre en 1985. «Il y a deux voitures lancées l’une contre l’autre à pleine vitesse pour voir qui tournera et évitera l’accident», ironise un cadre étranger du tribunal.

Entré en fonction en 2006 après des années de négociations, le tribunal a essuyé toutes les critiques. Corruption, pression politique sur les dossiers, lenteur des procédures au risque de voir mourir les trois derniers accusés, tous octogénaires, avant que justice soit rendue.

Lire la suite, La Presse, 10/02/2013

Mort de l’ancien roi du Cambodge Norodom Sihanouk – RFI

© AP

Par RFI – Norodom Sihanouk est décédé lundi 15 octobre 2012 [1] à Pékin à l’âge de 89 ans. La nouvelle a été délivrée par l’agence Chine-Nouvelle, qui n’a pas donné plus de précision. L’ancien souverain venait régulièrement en Chine pour y recevoir des soins. dans un communiqué, Pékin déplore le décès d’un «grand ami». Sihanouk, dont le règne avait été l’un des plus longs d’Asie, est considéré comme l’un des pères fondateurs de la Francophonie et du Mouvement des non-alignés.

C’est un monument de l’histoire du XXe siècle qui vient de s’éteindre. « Sihanouk est le Cambodge », considère tout bonnement son biographe officiel Julio Jeldres. Cinéaste, journaliste, compositeur, poète, demi-dieu pour les siens, Norodom Sihanouk était en fait et surtout un animal politique, le souverain qui aura perdu et retrouvé son trône à deux reprises. Un personnage déroutant et ambigu.

Pour l’Agence France-Presse, « pendant plus de 50 ans, le petit homme au caractère souvent déconcertant et à la voix haut perchée, grand amateur de champagne et de foie gras, (…) s’est déployé inlassablement sur la scène diplomatique internationale en dépit d’une carrière à éclipses ».

Né le 31 octobre 1922 à Phnom-Penh, il n’a pas 20 ans lorsque la France coloniale, en 1941, le choisit pour succéder à son grand-père. Il obtient sa couronne de roi avec l’aval du gouverneur général d’Indochine, l’amiral Jean Decoux.

Dans les années 1950, après la brève incursion japonaise dans les affaires indochinoises puis le retour des Français, le jeune monarque goûte à la gestion politique à proprement parler, en véritable chef de gouvernement. Il se lance alors dans la première œuvre de sa vie : la « croisade royale pour l’Indépendance », qui porte enfin ses fruits en 1953, sans violence.

Libérateur de son peuple, Norodom Sihanouk consacre alors le reste de sa vie à la politique. En 1955, il cède sa couronne à son père mais garde le pouvoir, et peaufine sa stratégie de neutralité entre les deux blocs. Il est en première ligne entre 1955 et 1956, au côté de l’Egyptien Nasser, du Yougoslave Tito, de l’Indonésien Soekarno et de l’Indien Nehru, pour lancer le Mouvement des pays non-alignés. Il dirige son pays sans opposition jusqu’en 1969, sur la base d’un vaste rassemblement royaliste et socialiste.

Les années 1960 constituent une période d’alliances plus affirmées. Le monarque se rapproche d’abord du bloc de l’URSS, puis de la Chine à la fin de la décennie. Le général de Gaulle est reçu à Phnom-Penh en 1966. C’est également au début des années 1960, au côté des colonies africaines fraîchement libérées (la Tunisie de Habib Bourguiba, le Niger de Hamani Diori et le Sénégal de Léopold Sédar Senghor) que le Cambodgien milite pour que la communauté linguistique francophone, auquel il attache une grande importance, se dote d’institutions intergouvernementales durables.

La suite de l’histoire de Norodom Sihanouk est digne d’un roman, tandis que le pays s’enfonce dans l’instabilité. Le roi perd son trône en 1970, s’installe en Chine, récupère le titre de chef d’Etat en 1975 au côté des Khmers rouges (dans une alliance improbable avec Pol Pot), avant de démissionner un an plus tard, d’être placé en résidence surveillée par ses alliés, puis de fuir en Corée du Nord à leur chute.

Dix ans plus tard, après plusieurs années d’activisme international, il revient au pays en héros, fort d’avoir obtenu la signature des accords de paix de Paris en 1991. Il reprend sa place en 1993. Et en 2004, Norodom Sihanouk abdique une dernière fois, en faveur de son fils Sihamoni, invoquant son âge et des raisons de santé.

Pendant les onze dernières années de son règne, il aura vu grandir, impuissant, l’influence du Premier ministre Hun Sen et de son fils Norodom Ranariddh, président de l’Assemblée nationale. Après son retrait, il continuera de donner de ses nouvelles et publie ses observations sur la vie publique par internet. Parfois avec humour, comme le pointe notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde. Ainsi Norodom Sihanouk déclarait, en 2005 sur internet, «se porter de mieux en mieux», tout en présentant «ses plus humbles excuses à toutes les personnes qui souhaitent sa mort». Ses proches faisaient alors l’objet de vives attaques de la part du Premier ministre Hun Sen.

En 2009, après six mariages, une nombreuse progéniture (dont une partie décimée par les Khmers rouges) Norodom Sihanouk écrit : « cette trop longue longévité me pèse comme un poids insupportable ».

Source : RFI (Radio France Internationale)

A lire dans les archives de RFI : « Sihanouk : l’histoire du roi qui abdiqua deux fois »

  • Lire son portrait sur TV5 Monde : « Norodom Sihanouk : père de l’indépendance cambodgienne… et de la francophonie »

[1] France Info annonce le décès dans une nouvelle publiée le dimanche 14 octobre à 23:53.

* * *

Le Cambodge en deuil après la mort de N. Sihanouk (Euronews 15-10-2012)