Tous les articles par indomemoires

Nguyễn Văn Danh

NguyenVanDanhM. Nguyễn Văn Danh, Inspecteur des Eaux, Forêts et Chasses de l’Indochine. Né en 1902 à Bến Tre (Cochinchine) de feu-Nguyễn Văn Liên, Đốc-phủ-sứ honoraire et Président du Syndicat Agricole.

Après des études secondaires à Paris, entre à l’Université de Toulouse où il conquit ses diplômes d’Ingénieur chimiste, de licencié ès-sciences (1924) puis de Docteur ès-sciences (1926).

Major de sa promotion au concours d’Officiers de Réserve, a accompli son service dans l’Infanterie coloniale.

Admis dans les cadres français des Eaux et Forêts, a été appelé à servir l’Inspection Générale de l’Agriculture, de l’Élevage et des Forêts, à la Direction locale des Eaux, Forêts et Chasses de Cochinchine, puis a été placé à la tête de la Circonscription de l’Ouest.

En 1939 a été chargé de Mission en France par le Ministre des Colonies, pour l’étude de l’alimentation rationnelle de l’Homme au Laboratoire de Physiologie de la Nutrition à l’École des Hautes Études (Ministère de l’Éducation Nationale).

La guerre l’ayant surpris au milieu de ses travaux, fut rappelé sous les drapeaux comme Lieutenant d’Infanterie dans la Métropole.

Affecté au débat de la mobilisation générale à la 52e Demi Brigade de Mitrailleurs, a été promu au grade de Capitaine à titre exceptionnel peu de temps après son stage à l’École Militaire où il suivit les cours de Commandant de Compagnie.

Appelé alors en Mission au Ministère de la Guerre, a été chargé de l’étude des questions intéressant le ravitaillement et l’alimentation rationnelle des Troupes Coloniales dans la Métropole.

Ses nombreux travaux lui ont valu, de la part du Haut Commandement, sa proposition pour le poste de Conseiller technique.

Ancien élève de l’École des Sciences Politiques et en même temps technicien, s’est attaché à l’étude des problèmes d’ordre économique et social. Est l’auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et littéraires.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 16.

* * *

8 mars 2014 : Issara – l’exil et le souvenir de l’exil [RFI]

© 2014 RFI
© 2014 RFI

[ndlr] A l’occasion de la Journée internationale de la femme, portrait de Issara (le prénom a été changé) par Daryan Kianpour à lire sur RFI : enfance insouciante puis brisée, guerre, camp rééducation, exil, engagement social.

Les bons souvenirs de son enfance sont rares. Issara a très vite été confrontée à la dureté de la vie, trop vite arrachée de l’insouciance de son enfance, au Laos. A 50 ans, toujours hantée par son passé, elle reste optimiste.

« Pour moi, l’exil n’a pas commencé en France. L’exil s’est emparé de la maison, chez moi, quand du jour au lendemain le décor a changé, les gens ont changé et papa est parti ». C’était en 1975 et Issara n’avait que 11 ans. Ce jour-là, de la suavité de l’enfance et de l’école, elle est soudainement jetée dans l’abomination de la guerre,  des troubles politiques et tout ce qu’ils comportent : les camps de réfugiés, la trahison, le mensonge, le mépris. « Ça te construit pour toute ta vie », susurre-t-elle.

Elle boit une gorgée de son chocolat chaud pour bien avaler son émotion. Regard attentif, les cheveux longs et lisses rangés derrière la tête, ses mains étranglent la tasse… pour se réchauffer ou se concentrer. Très pudique, elle est avare de mots pour décrire ses malheurs. Mais elle n’hésite pas à dire sa reconnaissance aux personnes qui l’ont accueillie à son arrivée en France, en 1979.

Lire la suite : RFI, 07/03/2014.

Bounsang Khamkeo : I, Little Slave – CR de lecture par Maureen Éon

BounsangKhamkeo_I_LittleSlaveI, Little Slave est un témoignage important sur le Laos des années 1970-1980. Les récits personnels de cette époque étant relativement rares, Bounsang Khamkeo nous livre un précieux regard sur une période méconnue de l’histoire contemporaine du Laos. Il analyse les conséquences politiques de la prise de pouvoir par les communistes et les répercussions tragiques de cet événement historique sur sa vie personnelle.

Né dans une famille relativement aisée, il quitte le Laos à l’âge de dix-sept ans pour faire ses études en France, où il obtient un doctorat de sciences politiques de l’université de Toulouse. Son récit commence au moment où il retourne dans son pays en 1973. Il est installé à Vientiane lorsque le Pathet Lao prend le pouvoir en 1975. Arrêté par les forces communistes en juin 1981, il passe sept ans de sa vie en captivité avant d’être libéré en septembre 1988. Il choisit l’exil vers les États-Unis en mars 1989, estimant dès lors devoir témoigner publiquement de son expérience. Il en résulte cet ouvrage conséquent, dans lequel il cherche à livrer avec sincérité son passé difficile de captif du Pathet Lao.

Un regard interne sur la prise du pouvoir du Pathet Lao

Dans un premier temps, Bounsang Khamkeo nous fournit une description relativement détaillée de l’histoire du Laos depuis la colonisation française jusqu’en 1973, l’année de son retour au pays qui est marquée par le traité de Vientiane censé apaiser les tensions entre le gouvernement royal et les partisans communistes. L’esprit rempli de notions politiques et idéologiques acquises lors de ses études en France, Bounsang Khamkeo estime que seules les forces neutres peuvent contribuer à rééquilibrer le régime, entre une extrême-droite jugée trop corrompue et une gauche qui utilise des moyens politiques trop extrêmes.

L’auteur nous décrit sa redécouverte du Laos après ses quelques années d’absence. Il se dit frappé par la pauvreté, mais affirme cependant retrouver avec bonheur son attachement au pays. Sa propre opinion quant au régime politique en place ne transparaît indirectement qu’à certains passages du livre, et c’est davantage à travers ses interlocuteurs que Bounsang Khamkeo donne quelques pistes sur le ressenti d’une partie de la population face aux changements récents et à venir.

Quelques mois après son arrivé, il s’installe à Vientiane, et obtient un poste au Ministère des Affaires Étrangères. Sa présence dans la capitale lui permet de se rendre compte de la transformation politique sur le point de s’opérer : il décrit comment le Pathet Lao parvient à séduire les foules chaque jour davantage, non seulement grâce à leur apparente union et cohérence face à une droite morcelée, mais aussi grâce à la proximité sociale qui le rend plus accessible et plus humble aux yeux des Laotiens.

Les événements de 1975 au Vietnam et au Cambodge vont précipiter le changement au Laos. L’agitation qui naît ainsi à Vientiane nous est décrite à travers le regard de l’auteur, qui voit les étudiants inscrire sur les murs de nombreux slogans anti-impérialistes, et qui doit participer malgré lui aux manifestations anti-américaines. Bounsang Khamkeo nous explique également comment la confusion gagne certains groupes : des militaires de l’armée royale choisissent de se ranger aux côtés du Pathet Lao, quelques ministres des forces politiques de droite préfèrent démissionner, de nombreux marchands fuient vers la Thaïlande. La capitale est définitivement aux mains du Pathet Lao le 22 août 1975. S’ensuit une dynamique communiste qui se met très rapidement en marche, avec l’instauration de comités de quartier, de meetings politiques où chacun doit témoigner d’une expérience malheureuse vécue à cause d’une personne jugée « bourgeoise ». L’auteur n’échappe pas à ce climat, nous livrant un regard interne sur les moyens employés par les forces communistes dans leur mainmise progressive sur la population.

En 1977 Bounsang Khamkeo se voit proposer un poste au sein du Comité d’Intérim du Mékong, un organe intergouvernemental chargé à l’origine du développement régional entre le Laos et la Thaïlande. Suite à un conflit avec le président de ce comité, une personnalité influente en très bon termes avec le Pathet Lao, l’auteur sera injustement conduit en garde à vue, puis fait prisonnier. Il finit par être définitivement arrêté et conduit en camp de travail en juin 1981.

« Si c’était possible d’être heureux en prison, alors je l’étais »

Bounsang Khamkeo a été incarcéré dans deux camps de travail différents. Le premier, connu sous le nom de « Falaise Rouge », se situe au nord du pays, près de la frontière vietnamienne. La force du récit de sa détention tient dans sa volonté de conserver une certaine distance émotionnelle vis-à-vis de son expérience. En effet, il décrit d’une façon relativement objective les conditions déplorables dans lesquelles lui et ses compagnons étaient contraints de vivre, sans jamais tomber dans une forme d’apitoiement qui aurait pu naître par la nature même du récit. Certes, Bounsang Khamkeo est touché par ce qu’il voit et par ce qu’il vit, mais à la lecture on ne ressent aucun sentiment de plainte ni une volonté de susciter l’empathie.

Au fur et à mesure de son témoignage, le choc initial se fond dans un récit presque banal. L’exercice de mémoire auquel l’auteur se livre est ici intéressant à identifier : on a le sentiment qu’il se ré-accoutume progressivement pendant l’écriture aux conditions de vie difficiles qui étaient les siennes. L’accent est davantage mis sur les événements que sur la description de son quotidien de prisonnier, et les repères de temps sont de moins en moins présents, mis à part le 26 décembre 1984, jour où il est transféré dans un second camp de détention, le « Sop Hao numéro 7 ».

Sa tâche principale du deuxième temps de son incarcération était de s’occuper de l’élevage de buffles d’eau du camp. Le ton qu’il emploie lorsqu’il décrit ce travail est relativement posé, voire optimiste. De la même façon, à ce moment-là du récit il n’évoque quasiment plus les conditions de vie du camp, qui semblaient pourtant tout autant difficiles que celles de la Falaise Rouge. Il s’attache à souligner les éléments positifs de son quotidien, jusqu’à finir par affirmer qu’il se considérait comme heureux.

Le processus de sa libération s’enclenchera progressivement à partir de mai 1987, lorsqu’une délégation d’enquête du Ministère de l’Intérieur arrive au camp Sop Hao numéro 7. À cette occasion, chaque prisonnier est chargé d’écrire sa confession, et se voit interrogé individuellement. L’entretien entre les officiels et Bounsang Khamkeo se déroule relativement à l’avantage de ce dernier, qui sera libéré en septembre 1988.

À son retour, il apprend que sa femme n’a cessé de faire tout ce qui était en son pouvoir pour prouver l’innocence de son mari, jouant ainsi un rôle dans sa libération par l’intermédiaire d’un jeu de relations. Si Bounsang Khamkeo décrit son bonheur de retourner auprès des siens, il ne cache pas être désagréablement surpris par le climat de surveillance et de méfiance politique qui règne dans la capitale. En aucun cas il ne doit mentionner son expérience en camp de travail, et il se rend compte qu’il est suivi dans ses moindres mouvements par son ancien ennemi. La pression exercée sur lui est telle qu’il choisit finalement de partir pour les États-Unis, en se donnant pour mission finale de raconter son expérience pour ne pas qu’elle sombre dans l’oubli, comme l’auraient souhaité les communistes du Pathet Lao.

Un réel travail de distanciation

Dans ce témoignage très complet et sans aucune prétention, Bounsang Khamkeo s’est attaché à décrire chaque situation de la façon la plus neutre et la plus honnête possible. Le ton est sincère, les souvenirs aussi. Une telle prise de distance est louable dans la mesure où, dans cet exercice de mémoire, l’auteur a réussi à séparer ses propres souvenirs de leur portée émotionnelle. L’ensemble est écrit dans un style qui reste très agréable du début à la fin des quatre cents pages du livre.

L’une des qualités de l’ouvrage réside également dans l’absence de jugement de valeur envers ceux qui auraient pu se voir attribuer le mauvais rôle de l’histoire, à savoir les communistes du Pathet Lao. Bounsang Khamkeo ne les accuse jamais directement d’être la cause de son malheur, s’abstenant ainsi de faire de son livre un plaidoyer contre le communisme. Il n’explique sa position que brièvement en début de récit lorsqu’il s’avoue peu convaincu par les théoriciens du socialisme. Dans la suite de l’ouvrage, son opinion apparaît en filigrane au travers des épisodes qu’il choisit de raconter, et non dans le ton qu’il emploie pour parler du Pathet Lao. Il décrit par exemple les brutalités policières dont il est témoin, les réunions politiques publiques forçant à la dénonciation, ainsi que les répercussions économiques concrètes de l’installation du pouvoir communiste. Bien que de tels faits soient relatés de façon volontairement neutre, le choix de les raconter et d’y accorder une certaine importance renseigne le lecteur sur les propres sentiments de l’auteur.

La richesse de son témoignage demeure donc intacte. Bounsang Khamkeo a réussi à en faire non seulement un outil précieux pour les historiens, mais aussi un ouvrage abordable à destination du grand public.

Maureen Éon, promotion ASIOC 2014-2015.

Réf. : Bounsang Khamkeo, I little slave: a prison memoir from communist Laos, Spokane, Washington: Eastern Washington University Press, 2006, 422 p.

*

Maureen Éon est étudiante à l’École Normale Supérieure (ENS) de Lyon, au sein du master Asie Orientale Contemporaine. Ses recherches portent actuellement sur l’éducation de la diaspora chinoise de Malaisie.

* * *

Pour en savoir plus :

Nguyen Ky Nguyen : Saigon après 1975 – Une histoire oubliée [parution]

NguyenKyNguyen_SaigonAprès1975[ndlr] Paru en décembre 2013. Présentation de l’éditeur et aperçu sur Google Books.

L’auteur, né en 1959 à Saigon, a vécu sa jeunesse pendant la période la plus violente de la guerre, celle de l’offensive de 1972 aboutissant à La Conférence de Paris, jusqu’à la chute de Saigon le 30 avril 1975.

Ce livre nous parle de sa ville natale sous la nouvelle ère communiste, avec ses mutations, ses déportations, son épuration de la classe intellectuelle. Nguyen Ky nous livre des anecdotes de vie et dévoile à travers ses yeux d’adolescent les affrontements des adultes face à leur conscience devant les sentiments d’abandon et leur participation à la destruction de toute une jeunesse.

A la fin de la guerre, Nguyen Ky fut envoyé dans un camp de rééducation en automne 1975. C’est en mars 1977 qu’il put s’exiler en France où il réside depuis, exerçant à Bordeaux une carrière scientifique universitaire.

Il a publié en 2010 son premier volume autobiographique La mémoires des Âmes croisées (Éditions Baudelaire) qui retrace la vie de la jeunesse de Saigon entre 1972 et 1975.

* * *

Prix du livre anticolonial : Histoire des plantations Michelin au Viêt Nam

Panthou_LesPlantationsMichelinAuViêtNam[ndlr] Message d’Eric Panthou auteur de cette étude en deux parties. Récit de Tran Tu Binh, transcrit par Ha An, traduit par Carola Kaufmann et Jacques Joubert et annoté par Éric Panthou.

J’ai le plaisir de vous annoncer que le livre Histoire des plantations Michelin au Viêt Nam, a reçu le 16 février le Prix du livre anticolonial, décerné par un jury de libraires lors du Salon du livre anticolonial qui s’est tenu à Paris.

Parmi les récents lauréats, notons en 2008, Alain Ruscio et Sébastien Jahan (dir.), Histoire de la colonisation : réhabilitation, falsifications et instrumentalisation (éd. Les Indes Savantes) ; en 2010, Claude Liauzu, Colonisations, migrations, racismes : Histoires d’un passeur de civilisations (éd. Syllepse)

Ce prix vient après différentes recensions positives signées par des spécialistes du Viêt Nam dans plusieurs revues faisant référence dans le domaine de l’histoire coloniale et sociale (Moussons, Le Mouvement Social, Carnets du Viêt Nam, La Lettre de l’Association Française sur la Recherche en Asie du Sud-Est, l’Académie des Sciences d’Outre Mer). Une recension est à paraître dans Outre Mers.

Je vous rappelle par ailleurs que la première édition étant épuisée, nous avons procédé à un second tirage donnant lieu à une édition revue et corrigée. Celle-ci est disponible depuis début janvier auprès de l’éditeur ou auprès de moi.

Vous pouvez consulter un dossier complet de 12 pages sur le livre (présentation du livre, des auteurs, extraits des principales recensions, table des matières, etc) sur le site de l’UPC63.

Eric Panthou (Clermont-Ferrand).

Quelques avis :

  • Jean-Louis Margolin, Maître de Conférence, Université Aix-Marseille, IrAsia, Moussons, n°22, 2013, p. 173-177.

« On a là un ouvrage en partie double : d’abord, le long récit autobiographique du haut cadre communiste Tran Tu Binh (« Phu-Riêng, la Rouge : récit d’une révolte sur une plantation Michelin d’Indochine en 1930 », publié en vietnamien en 1965) ; ensuite, l’étude récente, très fouillée, du spécialiste d’histoire sociale du Puy-de-Dôme, Éric Panthou (« Aux sources du particularisme des plantations Michelin en Indochine, de leur origine à 1939 »). Le caractère disparate de ces textes, et leurs divergences mêmes, font un ensemble passionnant, et extrêmement instructif, tant sur les faits que sur leur réfraction mémorielle et politique. […]

Si l’on souhaite avoir une vision plus nuancée (ce qui ne signifie pas complaisante, on va le voir) et plus globale des plantations coloniales d’hévéas, on se tournera donc plutôt vers Éric Panthou, qui porte successivement son analyse sur leur rationalité économique, le statut et le traitement de leur main-d’œuvre, enfin sur les conséquences politiques – tensions et mobilisations – des violences qui s’y exerçaient. »

  • Alain Ruscio, historien, spécialiste de la décolonisation en Indochine. Extrait d’une critique parue dans Le Monde diplomatique, août 2013.

« Dans la seconde partie, l’historien Éric Panthou a rassemblé à peu près toute la documentation disponible sur les plantations Michelin en Indochine à l’époque coloniale. Le tableau, d’abord apocalyptique se nuance ensuite : la mortalité était telle qu’il fallut assurer un minimum de repos à ces coolies, puis les soigner… La colonisation fut bien l’une des phases de la mondialisation capitaliste. »

  • Jeanne-Marie Amat-Roze  (recensions de l’Académie des sciences d’outre-mer)

« Cet ouvrage associant témoignage et analyse historique en miroir est une  contribution originale et de grand intérêt pour mieux connaître et comprendre l’Indochine  d’hier et le Vietnam d’aujourd’hui. »

  • Caroline Herbelin, La Lettre de l’Association Française pour la Recherche sur l’Asie du Sud-Est, 2013, n°83

« Il s’agit d’un travail universitaire très documenté sur une face oubliée de l’histoire sociale de la multinationale clermontoise. […] C’est à une nouvelle approche de la politique sociale de Michelin, en contexte colonial, que cette étude vous invite »

  • Philippe Dumont, Carnets du Viêt Nam, n°37, juin 2013, p. 44-45.

« Eric Panthou, qui annote fort honnêtement les anciens propos de l’ancien rebelle développe ensuite sur 180 pages un travail d’ordre universitaire très circonstancié pour examiner les conditions historiques qui ont conduit la société Michelin à gérer ses propres plantations d’hévéas en Indochine. Alignant les chiffres, croisant les sources, accumulant les données, l’auteur s’intéresse aux deux plantations « modèles » de Michelin, celle de Phu Riêng et de Dâu Tiêng, pour souligner comment le taylorisme clermontois superposé aux méthodes coloniales aboutit, dans ces camps de travail où l’ « l’engagé » n’est plus qu’un matricule, à un travail contraint et à un traitement totalement déshumanisé où seule la violence industrielle a force de loi.

C’est sans doute ce souci de mettre l’accent sur la responsabilité directe de la famille Michelin dans l’élaboration, depuis Clermont-Ferrand, d’un système d’exploitation colonial à la logique économique implacable qui éloigne trop les événements de février 1930 à Phu Riêng de leur contexte vietnamien. […] En historien mesuré, Eric Panthou, lui, ramène sans doute trop ce qui s’est passé à Phu Riêng à une simple grève et il n’évoque qu’incidemment la répression telle qu’elle s’exerce « à l’échelle de la colonie ». [… ]

Mais l’important est que la lecture de cet ouvrage donne par ses informations suffisamment à réfléchir par ailleurs : à savoir sur les conditions de vie de milliers d’hommes et de femmes dont on nie l’humanité, main-d’œuvre systématiquement déconsidérée, maltraitée et surexploitée sur une plantation française d’hévéas dans les années trente. »

« Ce récit engagé [celui de Tran Tu Binh]  renseigne avec force détails sur la manière dont ont été vécus les événements par un acteur majeur du mouvement et constitue une source rare sur le quotidien des travailleurs dans les plantations Michelin. Par sa nature même, ce récit comprend de nombreuses exagérations, soulignées par Éric Panthou dans les notes de bas de page et l’étude qui constitue la seconde partie de l’ouvrage. [… ]

L’étude d’Éric Panthou permet donc de montrer à quel point l’adaptation des pratiques métropolitaines de Michelin en Indochine a conduit à un système particulier, marqué par la violence, jusqu’à s’opposer à « l’esprit Michelin » de Clermont-Ferrand. D’un point de vue purement formel, on peut regretter l’absence des accents diacritiques, ce qui ne laisse pas d’étonner dans un ouvrage sur le Việt Nam, qui cherche à redonner aux populations locales toute leur place, et d’ailleurs y parvient. »

  • HO Hai Quang, Professeur d’Economie à l’Université de la Réunion, auteur en 1982 de la thèse intitulée Le rôle des investissements français dans la création du secteur de production capitaliste au Vietnam méridional.

« Bravo pour votre travail, Les plantations Michelin au Viet Nam que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt. Vous avez eu l’excellente idée de mettre à la portée de tous, le témoignage de Tran Tu Binh. Quant à votre propre contribution, on voit que vous avez cherché à être objectif, honnête et critique. Les sources que vous citez seront précieuses pour ceux qui voudront approfondir le sujet. Vous avez également rectifié quelques inexactitudes et exagérations »

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

« Michelin ou l’opportunité coloniale : l’exemple de l’Indochine » [31:41]

Video Campus (Université Blaise Pascal)

Điểm yếu của điệp viên Phạm Xuân Ẩn [VietnamNet]

PhamXuanAn[ndlr] Entretien avec le Professeur Larry Berman sur « les points faibles » de l’espion vietnamien Pham Xuan An (1927-2006). A lire sur VietnamNet en complément de la biographie publiée en 2007 (Perfect Spy).

Một vài lần trong cuộc đời của một điệp viên, ông ấy đã cứu những người Mỹ và người Việt phía Cộng hòa, điển hình là trường hợp bác sĩ Trần Kim Tuyến. Đó là điểm yếu khiến ông ấy gặp rắc rối sau này.

LTS: Bản đầy đủ của cuốn sách với tựa đề khá dài « X6 – Điệp viên hoàn hảo – Cuộc đời hai mặt phi thường của Phạm Xuân Ẩn » đã gây được sự chú ý lớn tại Việt Nam và Mỹ. Như một hồi kí của điệp viên Phạm Xuân Ẩn dưới góc nhìn của nhà sử học danh tiếng Larry Berman, « X6 – Điệp viên hoàn hảo » đã giải mã khá nhiều cho người Mỹ về một người anh hùng của Việt Nam và vẫn đang là dấu hỏi của CIA đến tận bây giờ.

Sau khi sự kiện 11/9 xảy ra, người Mỹ rất quan tâm tới trường hợp của Phạm Xuân Ẩn và rất muốn biết cách nào ông đã xâm nhập sâu vào thế giới báo chí cao cấp Mỹ, lấy được những thông tin tối mật mà không hề bị lộ thân phận cho đến tận giờ phút cuối cùng.

Giáo sư Larry Berman tin rằng ông thật may mắn khi được Phạm Xuân Ẩn trao gửi những thông tin và tâm sự quý giá lúc cuối đời – dù Berman biết ông chỉ có được một phần trong rất nhiều những biến cố, suy tư trong cuộc đời Phạm Xuân Ẩn.

Ông chia sẻ suy nghĩ với Tuần Việt Nam.

Lire la suite : VietnamNet, 05/03/2014.

Mangkra Souvannaphouma : Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée – CR de lecture par Théo Clément

Souvannaphouma_Laos_AutopsieMonarchieAssassinéeComme son titre le laisse présumer, l’ouvrage Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée, fait le pari d’une relecture historique de la période 1953-1975 (c’est-à-dire de l’indépendance jusqu’à la fin de la monarchie) très largement acquise aux idéaux de la monarchie laotienne destituée par le Pathet Lao le 2 décembre 1975.

Rédigée par un membre de l’ancienne famille royale (fils du dernier roi du Laos) ayant passé la majeure partie de sa jeunesse en France, cette reconstitution historique fournit au lecteur un accès privilégié aux cercles de pouvoir et militaires de la monarchie durant la progressive déliquescence des institutions royales laotiennes. Très au fait des intrigues de pouvoir et des luttes internes qui déchirent la famille royale (notamment du fait de l’adoption du marxisme-léninisme par le frère du roi, et oncle de l’auteur, Souvanouphong), fourmillant de détails et d’anecdotes personnelles, le récit relaté par le Mangkra Souvannaphouma est cependant très largement grevé par une vision partiale et très idéologisée des processus politiques qui secouent le Laos de l’époque. Privilégiant l’évocation de souvenirs précis et au détriment des « tendances lourdes » et autres déterminants politico-économiques,  Autopsie d’une monarchie assassinée procède d’une lecture idéaliste de l’histoire, vu à travers ses « grands hommes » plus que par les « lames de fond » qui animent la société civile laotienne (cette dernière étant la grande absente de l’ouvrage). Membre de la famille royale, militaire de carrière formé à l’Ecole de Guerre, issu des classes très privilégiées de l’ancienne élite politique et économique, Mangkra Souvannaphouma revisite l’histoire du Laos et de la famille royale selon une trame très conservatrice et mettant en œuvre une vision idéalisée du Royaume laotien qui bascule parfois dans l’absurde, voire même la provocation (en invoquant notamment l’entente cordiale de son père, Souvannaphouma, avec des collaborateurs français notoires tels que René Bousquet ou Maurice Papon).

Dès les premières pages, le ton est donné : mentionnant le fantasme d’un Laos « originel », stable et pacifié par plusieurs siècles de monarchie, dans lesquels les laotiens vivent « avant tout d’amour » et dont les maux viennent « du dehors, de l’étranger ». Ainsi, dans la représentation politique déroulée par l’auteur, les Laotiens vivaient dans un cosmos de paix et de tranquillité (l’ouvrage s’ouvre notamment sur une description de la luxuriante faune et flore du pays) sans se soucier des choses administratives ou politiques (l’auteur s’empresse néanmoins de rapporter que les colonisateurs français ont eu la bienveillance de remédier à ce travers) et que cette phase anhistorique originelle a été perturbée par « l’étranger », à savoir les Grandes Puissances (à l’exception de Paris, épargné tout au long de l’ouvrage), la Guerre Froide et ses protagonistes (URSS, Etats-Unis, Chine Populaire) mais aussi et surtout le Viêt-Nam. En effet, la matrice nationaliste de l’auteur le pousse à exacerber la distinction entre ce qui relève de l’interne (le Laos monarchiste paisible, insouciant et dévot) et l’externe, soit un monde instable qui essaie tant que possible de semer la discorde républicaine contre les intérêts des Laotiens. De cette évocation de souvenirs on retient surtout l’incompréhension manifeste d’une partie de l’ancienne élite laotienne incapable de saisir les enjeux politiques posés par la Guerre Froide et la décolonisation, puisque l’ensemble de l’ouvrage fait l’impasse sur des variables clés (inégalités, question ethnique, rôle de la jeunesse etc.) en se borne à évoquer la « perfidie communiste » sans même chercher expliquer le succès du marxisme-léninisme au Laos autrement que par l’ingérence vietnamienne.

Car s’il est un thème en particulier qui met en lumière la mauvaise foi dans cet ouvrage, c’est notamment la question du rôle joué par le Viêt-Nam dans la trajectoire historique du Laos. Il serait évidemment faux de penser que le Viêt-Nam du nord n’est pour rien dans la diffusion de la pensée marxiste-léniniste-maoïste au Laos, cependant, faut il, comme le fait l’auteur, nécessairement assimiler tout les mouvements politiques progressistes (Néo Lao Issara, Front Patriotique Lao, Pathet Lao etc.) qui animent le Laos post indépendance comme des émanations de Hanoï, au point de les qualifier de « Lao-viet » ? En effet, le patriotisme exacerbé de l’auteur le laisse penser que les laotiens progressistes, les pro-républicains ne peuvent être de véritables laotiens et sont nécessairement téléguidés par « l’étranger » (c’est-à-dire le Viêt-Nam) ; témoigne de cette vision nationaliste des choses l’interprétation faite par l’auteur de l’acronyme NLHX (soit Néo Lao Hak Xat, Front Patriotique Lao) en « Néo Lao Habile Xénophile » : raisonnant principalement en terme de Nation, l’auteur n’évoque pas une seule fois la possibilité qu’une certaine partie de la société laotienne, notamment les plus défavorisés, puissent trouver séduisant l’idée d’une lutte des classes internationale (et donc être plus proches du Viet Minh que de la monarchie laotienne). La mauvaise foi intervient quand l’auteur narre sa fuite à l’étranger via la Thaïlande royaliste (qualifiée de « Deuxième Patrie » et donc la famille royale n’est pas sans liens de sang avec celle du Laos) et fait montre d’une sympathie manifeste envers l’ancien colonisateur français. Admiration culturelle avant tout certes (le texte est saturé de références littéraires et historiques françaises), mais sympathie politique aussi, comme en témoignent les descriptions parfois enflammées de personnages politiques français.

On ne peut certes pas reprocher à l’auteur ses sympathies conservatrices, mais le lecteur glisse vite d’un recul critique légitime à une posture « paranoïaque », remettant quasiment systématiquement en cause la parole de l’auteur puisqu’on en vient à constamment la soupçonner de partialité militante. Les présupposés rétrogrades de l’auteur sautent par ailleurs aux yeux du lecteur français des années 2010, notamment à travers quelques anecdotes « croustillantes », par exemple lorsque Mangkra Souvannaphouma explique qu’il a eu la présence d’esprit d’indiquer à sa femme le bulletin de vote qu’il faut glisser dans l’urne. Le texte étant rédigé directement en Français, on peut légitimement supposer qu’il vise avant tout un lectorat français et laotien installé en France ; or, les quelques incohérences du texte, le pari d’un parti pris total et assumé et une certaine naïveté laisse constamment le lecteur en proie au doute. Cet état de fait est par ailleurs d’autant plus vrai que le texte est constamment exempt de sources et que la précision des faits rapportés ne saurait être ramenée à la seule mémoire d’homme. En effet, la reconstitution très précise, parfois minute par minute, de certaines chronologies, tout comme le contenu de discussions informelles avec des passants anonymes il y a trente ans posent la question de la véracité des souvenirs rapportés ; cela ne signifie pas nécessairement que l’auteur mente intentionnellement, mais en tous cas le texte procède d’une certaine forme de reconstitution très postérieure aux faits. Problème étant, pour toutes les raisons évoquées plus haut, le « pacte autobiographique » qui veut que le lecteur accepte de se reposer sur l’auteur en ce qui concerne les faits rapportés s’effrite vite, et les souvenirs très précis rapportés trente ans plus tard sans autre forme d’explication achève de briser la confiance du lecteur.

Ces choix d’énonciation sont regrettables car le contenu de l’ouvrage s’avère parfois tout à fait éclairant : en effet, l’auteur fait du lecteur un témoin privilégié des débats ayant lieux dans les hautes sphères politiques du Laos,  ce qui permet d’identifier les réactions d’acteurs majeurs face aux défis politiques que rencontre le Laos. Ainsi, on sera surpris par le fait que le Roi soit beaucoup moins contrarié par la montée en puissance des communistes laotiens que le reste de la famille (à l’exception évidemment du « Prince rouge » Souphanouvong), et la réécriture de l’histoire familiale, qui se superpose à l’histoire du pays dans l’esprit de l’auteur, permet de bien saisir les enjeux de pouvoir qui secouent le Laos. Par ailleurs, il est tout à fait intéressant de constater à quel point la fameuse « piste Hô-Chi-Minh », qui traverse Laos et Cambodge, constitue une véritable obsession de la part des gouvernants, non seulement parce que cela constitue un viol de la souveraineté du Laos, mais aussi parce que cette piste constitue un important vecteur logistique pour le Pathet Lao.

La question ethnique est aussi abordée, notamment l’expérience des Hmongs pendant la guerre, ce qui permet au passage de grandement nuancer le portrait souvent manichéen qui est fait de cette ethnie : le livre montre bien que les Hmongs n’ont pas tous collaboré aveuglément avec la CIA, mais que la communauté Hmong a été partagée entre différentes attitudes (immobilisme, fuite, résistance, collaboration avec le pouvoir). Le discours un peu paternaliste de l’auteur à leur égard relève par ailleurs, en creux, quelques données des problématiques posées par la mosaïque ethnique laotienne. Problème étant, comme expliqué plus haut, on n’en saura pas beaucoup plus, malgré le fait que cette question semble essentielle dans la chute de la monarchie, puisque, selon Mangkra Souvannaphouma, cette déliquescence est une affaire de personnes plus que de contradictions politiques, économiques, ethniques ou culturelles. Le lecteur n’en apprendra pas beaucoup plus non plus sur la République Populaire Démocratique Lao, puisque l’auteur s’est réfugié en France dès l’arrivée au pouvoir du Pathet Lao, via une étape rocambolesque en Thaïlande. La fin de l’ouvrage porte en effet plus sur l’organisation d’une opposition monarchiste en exil en France à travers plusieurs groupuscules, et des différentes interactions entre l’ancienne famille royale et le pouvoir politique français (l’auteur fut en effet décoré de la Légion d’Honneur) que sur le Laos socialiste. On pourrait d’ailleurs être surpris du fait que Mangkra Souvanaphouma ne s’étende pas tellement sur le bilan économique, humain ou social de la RPDL, qui peut sembler critiquable à bien des égards, mais c’est somme toute assez logique vis-à-vis de sa démarche : le crime le plus impardonnable des « lao-viets » ne peut être autre que l’assassinat de la monarchie.

* * *

Cet ouvrage laisse donc un goût assez amer au lecteur dans la mesure où, s’il n’est pas sans apporter des éléments éclairants sur la métamorphose du Laos entre 1953 et 1975, le manque de recul critique, encore trente ans après les faits, et les explications simplistes de l’auteur surprennent. Si cet ouvrage constitue une somme intéressante exposant le point de vue d’un homme très informé sur les mouvements de pouvoir sur une période clé de l’histoire du Laos, il est évident que l’on ne peut s’en contenter et que seul quelques facettes de la réalité sont données à voir au lectorat.

Théo Clément, promotion ASIOC 2013-2014.

Réf. : Mangkra Souvannaphouma, Laos : Autopsie d’une monarchie assassinée, Paris, L’Harmattan, coll. Recherches asiatiques, 2010.

Théo Clément est étudiant en Master à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon. Actuellement en échange à l’Université de Pékin, il travaille principalement sur les relations bilatérales Chine-Corée du Nord.