Tous les articles par indomemoires

Pierre Thoumelin : L’ennemi utile 1946-1954 [parution]

Thoumelin_L'EnnemiUtile[ndlr] Parution de l’ouvrage de Pierre Thoumelin sur les « vétérans de la Wehrmacht et de la Waffen-SS dans les rangs de la Légion étrangère en Indochine ». Actuellement en thèse ce chercheur explore le rôle des Allemands enrôlés dans la guerre d’Indochine. Présentation de l’éditeur.

Ce livre retrace l’itinéraire improbable de milliers d’anciens soldats allemands de la Wehrmacht et de la Waffen-SS, ayant servi le Troisième Reich durant la Seconde guerre mondiale, entre l’Europe au sortir de la guerre et l’Indochine française en cours d’émancipation. Depuis la création de la Légion étrangère en 1631, les Allemands ont toujours été présents en nombre dans ce corps d’armée unique au monde, où se côtoient les nationalités les plus diverses. Malgré une opinion publique française massivement hostile aux Allemands et à l’Allemagne après quatre années d’occupation nazie, l’armée française continue de recruter de très nombreux Allemands – et ce dès 1943 ! L’Allemagne en ruine et les camps de prisonniers de guerre, où les conditions de vie sont souvent atroces, sont un terrain privilégié pour les recruteurs de le Légion, qui font miroiter aux vétérans allemands l’idée d’une vie d’aventures dans des paysages exotiques. En réalité, l’armée française, en voie de reconstruction, est à le recherche d’hommes ayant une expérience de combat et connaissant les tactiques à employer contre des insurgés. Sur près de 73 000 légionnaires ayant combattu en Indochine près de 30 000 sont Allemands ou Autrichiens. Une germanisation galopante de la Légion donne naissance en France, et en Allemagne, aux rumeurs les plus folles. A l’assemblée nationale, les députés communistes dénoncent bientôt l’emploi de criminels de guerre nazis par l’armée française en Indochine. Fruit de plusieurs années de recherches dans les archives allemandes et françaises, cet ouvrage propose un regard croisé sur l’histoire de ces légionnaires allemands au service de la France. De nombreux témoignages inédits d’anciens légionnaires et de soldats français de corps expéditionnaire français ayant servi en Indochine permettent une mise en perspective approfondie de la documentation officielle. Pour le première fois, un livre s’intéresse de près à ces improbables relations franco-allemandes dans le domaine militaire et qui naissent avant la fin même de la Seconde guerre mondiale.

L’auteur : Pierre Thoumelin, officier de réserve de la Gendarmerie nationale, rédige actuellement sa thèse de doctorat d’histoire à l’université de Caen Basse-Normandie sur le rôle des soldats allemands de la légion étrangère entre 1946 et 1956.

 Réf. : Pierre Thoumelin, L’ennemi utile 1946-1954. Des vétérans de la Wehrmacht et de la Waffen-SS dans les rangs de la Légion étrangère en Indochine, Les Préaux, Schneider Text, 192 pages.

Le dernier refuge : film documentaire de Anne-Laure Porée et Guillaume Suon

Projection du film :

LeDernierRefuge

Le dernier refuge

Le GITPA (Groupe International de Travail pour les Peuples Autochtones)

s’associe à la présentation par Anne-Laure Porée et Guillaume Suon
du film qu’ils ont tourné au Cambodge

Le lundi 17 mars 2014 à 19h30 à la SCAM

5 avenue Velasquez

75008 Paris
métro : Villiers ou Monceau

nombre de place limité
réservation indispensable à alporee@hotmail.com
durée 65′

Le sujet de ce documentaire est très important et pertinent car il évoque un drame récent vécu non seulement par les Bunong du Cambodge mais également par la plupart des Proto-Indochinois actuels, sociétés autochtones ou « peuples traditionnels », plus d’une cinquantaine de groupes ethniques différents (Jörai, Rhadé, Mnong, Stieng, Srê, Cau Maa’, Katu, etc.) répartis sur le sud du Laos, l’est du Cambodge et surtout l’ouest du Vietnam central et méridional, désormais aux prises avec le monde dit moderne réduisant des peuples naguère libres dans leurs forêts et fiers à un lumpen-prolétariat de plus en plus abandonné à son sort dans les nouveaux terrains vagues du « réalisme » économique et politique le plus destructeur, subissant de plein fouet un ethnocide planifié après avoir subi des guerres insensées qui ne les concernaient pas et déversaient sur leurs terres ancestrales des défoliants (agent orange), du napalm, des bombes et des obus en nombre, puis l’acculturation forcée au sein de nouveaux Etats désireux d’unifier en force des populations hétérogènes dans une sommaire visée nationaliste, sans souci particulier de préserver les différences originelles qui constituent pourtant l’une des plus grandes richesses d’un pays. Le cynisme économique, politique et financier de ce modèle de monde dit « moderne », prédateur à court terme, est tel que l’altérité et la diversité culturelle mondiale des espaces sociaux larges comme des espaces sociaux restreints tel celui des Bunong, sont méprisées et censées, elles, devoir disparaître en tant que telles pour se dissoudre, désormais placée au bas d’une nouvelle échelle sociale imposée à tous, dans un moule universel incertain et arbitraire bien que donné – et pour quelle raison ? – pour panacée universelle et de toute façon inéluctable. Pierre Le Roux, ethnologue, Maître de conférences à l’Institut d’ethnologie de l’Université de Strasbourg, membre du réseau des experts du GITPA pour l’Asie.

Au cœur du Cambodge, la forêt équatoriale ancestrale est peu à peu décimée tout comme les communautés autochtones qui y vivent. Une jeune femme éduquée revient dans son village Bunong pour témoigner de cette dévastation, révélant pertes et résistances. En 20 ans, prés de 3 millions d’hectares de forêt ont été engloutis par l’exploitation extensive des multinationales agro-alimentaires, donnant au Cambodge l’un des plus fort taux de déforestation au monde. Au fil des témoignages, le film nous plonge dans l’agriculture traditionnelle et les rites ancestraux des Bunongs, autant d’actes de résistances face à cette force insatiable. Un documentaire d’observation qui donne la parole à une communauté minoritaire dans son combat trans-générationnel pour préserver sa culture, sa langue et son style de vie indigène. De larges plans panoramiques contribuent à la puissance esthétique de ce documentaire et à la force de son message. Fédération internationale des Droits de l’homme – FIDH

 

Source : CASE (Paris)

Poster_DernierRefuge

Informations sur le site du GITPA

Les peuples autochtones du Cambodge
Accaparement des terres

Viêt-Nam en transitions – Édité par Gilbert de Terssac, Truong An Quoc, Michel Catlla [ENS éditions]

Viêt-NamEnTransitions[ndlr] Vient de paraître aux ENS éditions dans la collection De l’Orient à l’Occident. Présentation de l’éditeur.

Le Viêt-Nam est en transitions sociales, économiques, politiques et culturelles. Tout en menant des réformes auprès de ses institutions, le pays tente d’articuler socialisme et marché en redonnant l’initiative à chacun. Sous quelles conditions et avec quels effets durables le Viêt-Nam y parvient-il ? Grâce à une vision d’ensemble, historiens, anthropologues, démographes, sociologues, ethnologues, géographes et économistes réunis dans cet ouvrage nous permettent d’identifier et de comprendre les transformations de la paysannerie, les changements alimentaires et de consommation, les évolutions des politiques publiques dans le domaine de la santé et des pratiques matrimoniales, les modifications dans les façons de vivre en ville, les innovations développées par les étudiants pour trouver un emploi ou encore les efforts considérables des individus qui travaillent dans l’informel pour survivre.

Lire la Préface de Daniel Weissberg en PDF

Sommaire :

1. Les transitions au Viêt-Nam : de quoi parle-t-on ? — Gilbert de Terssac, Truong An Quoc, Michel Catlla

2. Étudier la diversité de la paysannerie : l’approche typologique — Christophe Gironde

3. Innovations en milieu rural et stratégies paysannes — Nguyen Duc Truyen

4. Du village traditionnel aux villages : espace social local et mobilité — Olivier Tessier

5. Conflits fonciers entre l’État et les paysans : l’anthropologue confronté au terrain — Nguyen Van Suu

6. L’évolution des espaces matrimoniaux dans le delta du fleuve Rouge — Mai Van Hai

7. Nouvelles pratiques de consommation alimentaire, perceptions des risques et de la qualité des aliments par les consommateurs urbains vietnamiens — Muriel Figuié, Nicolas Bricas, Paule Moustier

8. Consommation et apprentissage du supermarché au Viêt-Nam. Le client en action — Sophie Bernard

9. Mobilités intra-urbaines et politiques urbaines à Hô Chi Minh Ville et Hanoi — Nguyên Thi Thiêng, Patrick Gubry, Lê Thi Huong

10. Transition économique et dynamique sur le marché du travail au Viêt-Nam. Caractéristiques et rôle de l’économie informelle — Mireille Razafindrakoto, Jean-Pierre Cling, François Roubaud

11. Les règles d’ajustement pour accéder à l’emploi. Le cas des jeunes diplômés de Hanoi — Truong An Quoc, Gilbert de Terssac

12. Prise en charge des séropositifs VIH/sida. Innovation et continuité des soins dans un contexte de rupture — Myriam de Loenzien

13. Violences de genre au sein de la famille et action publique — Le Thi Quy

14. Mobilités culturelles. À la recherche d’une « empreinte » vietnamienne — Alain Henry

Tendances émergentes et voies possibles — Gilbert de Terssac, Truong An Quoc, Michel Catlla

Source : ENS éditions

Vietnam : l’Internationale des blogueurs [par RSF]

RSF_Ennemisd'Internet2014[ndlr] A l’occasion du 12 mars, Journée mondiale contre la cyber-censure, Reporters sans frontières (RSF) a rendu public aujourd’hui son rapport Ennemis d’Internet 2014. Voici l’amorce de l’article concernant le Viêt-Nam. Un état des lieux inquiétant. Notons que le rapport dans son introduction n’épargne ni les États-Unis (espionnage NSA) ni la France dans une moindre mesure.

Le pouvoir vietnamien ne tolère aucun débat politique en ligne et musèle sans pitié blogueurs et cyberdissidents qui osent remettre en question sa légitimité ou sa politique interne. Pour contrôler l’information en ligne, il a déployé une force de frappe judiciaire, administrative et technologique, centrée sur le Ministère de l’Information et des Communications. Même si les autorités et la justice ne se privent pas d’abuser des articles 88 et 79 du code pénal pour emprisonner les acteurs de l’information, le MIC conduit sa propre politique de censure du Net, de plus en plus écrasante et minutieuse.

Lire la suite : Ennemis d’Internet, 12/03/2014.

* * *

A lire sur ce sujet sur Mémoires d’Indochine :

Việt Nam Độc Lập 1941-1945 [ressources en ligne]

[ndlr] Le site de l’historien Stein Tonnesson affiche une collection de 122 numéros en ligne du journal clandestin Việt Nam Độc Lập [Viêt-Nam Indépendant] édités par le Front Viêt-Minh de 1941 à 1945. La série est accompagnée d’une traduction anglaise. Sur les conditions l’élaboration de ce bulletin, voir le récit du Général Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée – Ho Chi Minh rentre au pays.

Titre_VietNamDocLap

The following are photocopies and handwritten or typed English translations of the clandestine journal Viet Nam Doc Lap, which was edited by Ho Chi Minh and Pham Van Dong in the border area between Vietnam and China from 1941 to 1945. The originals are in the Museum of Revolution (Hanoi).

Accès à la collection : ClioStein (Source Material on Vietnam).

* * *

N° 106 (21 septembre 1941)
VNDL – N° 106 (21 septembre 1941)
Annonce de la création de la Brigade de Propgande Armée de Libération du Viêt-Nam (VNQL, n° 201, 5 janvier 1945).
Annonce de la création de la Brigade de Propagande de l’Armée de Libération du Viêt-Nam
(VNDL, n° 201, 5 janvier 1945).

 

Une étude en ligne de ce journal :

  • Morragotwong Phumplab, “Việt Nam Độc Lập (The Independent Vietnam)”: Newspapers, propaganda and its competence in anti-colonialism (1941 -1945) : Document 52 [PDF]

 

S. E. Trần Thanh Đạt

SE_TranThanhDatS. E. Trần Thanh Đạt, Ministre de l’Éducation Nationale. Né en 1891 à Tiên Nộn (Thừa Thiên, Annam).

Diplômé de l’enseignement primaire supérieur. Secrétaire à la Résidence Supérieure en Annam de 1908 à 1919.

Admis à l’École de Droit et d’Administration en 1919, en est sorti diplômé en 1922.

Nommé Commis la même année.

Admis à l’École des Hautes Études du Gouvernement Annamite et reçu n°1 à l’examen de sortie en 1925.

Versé dans les cadres du Gouvernement Annamite et désigné comme Tạm-Phái au Ministère de l’Intérieur.

Désigné successivement comme Tri-Phủ de Quảng Ninh (Quang Binh) puis comme Tri-Phủ de Thăng Bình (Quảng Nam).

Viên Ngoại du Conseil Cơ Mật en 1929 et 1930.

Nommé Quản-Đạo du Haut Donnaï (Dalat) en 1931 et Án-Sát du Quảng Nam en 1932.

Lãnh-Thương-Tá (Secrétaire Général) du Ministère de l’Éducation Nationale.

Promu Tham-Tri au même Département en 1937.

Tuần-Vũ du Bình Thuận de février 1940 à mai 1942.

Nommé Ministre de l’Éducation Nationale le 12 mai 1942.

Commandeur du Dragon d’Annam.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, pp. 16-17.

Nguyễn Văn Danh

NguyenVanDanhM. Nguyễn Văn Danh, Inspecteur des Eaux, Forêts et Chasses de l’Indochine. Né en 1902 à Bến Tre (Cochinchine) de feu-Nguyễn Văn Liên, Đốc-phủ-sứ honoraire et Président du Syndicat Agricole.

Après des études secondaires à Paris, entre à l’Université de Toulouse où il conquit ses diplômes d’Ingénieur chimiste, de licencié ès-sciences (1924) puis de Docteur ès-sciences (1926).

Major de sa promotion au concours d’Officiers de Réserve, a accompli son service dans l’Infanterie coloniale.

Admis dans les cadres français des Eaux et Forêts, a été appelé à servir l’Inspection Générale de l’Agriculture, de l’Élevage et des Forêts, à la Direction locale des Eaux, Forêts et Chasses de Cochinchine, puis a été placé à la tête de la Circonscription de l’Ouest.

En 1939 a été chargé de Mission en France par le Ministre des Colonies, pour l’étude de l’alimentation rationnelle de l’Homme au Laboratoire de Physiologie de la Nutrition à l’École des Hautes Études (Ministère de l’Éducation Nationale).

La guerre l’ayant surpris au milieu de ses travaux, fut rappelé sous les drapeaux comme Lieutenant d’Infanterie dans la Métropole.

Affecté au débat de la mobilisation générale à la 52e Demi Brigade de Mitrailleurs, a été promu au grade de Capitaine à titre exceptionnel peu de temps après son stage à l’École Militaire où il suivit les cours de Commandant de Compagnie.

Appelé alors en Mission au Ministère de la Guerre, a été chargé de l’étude des questions intéressant le ravitaillement et l’alimentation rationnelle des Troupes Coloniales dans la Métropole.

Ses nombreux travaux lui ont valu, de la part du Haut Commandement, sa proposition pour le poste de Conseiller technique.

Ancien élève de l’École des Sciences Politiques et en même temps technicien, s’est attaché à l’étude des problèmes d’ordre économique et social. Est l’auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et littéraires.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 16.

* * *