Tous les articles par indomemoires

Nicolas Mariot : Faut-il être motivé pour tuer ? Sur quelques explications aux violences de guerre

[ndlr] Cet article de Nicolas Mariot, long compte-rendu critique de la nouvelle historiographie sur la “culture de guerre” des deux guerres mondiales, complète notre discussion de la séance 6 du séminaire consacrée au génocide cambodgien sous les Khmers rouges. Plus généralement, il permet d’approfondir notre réflexion sur les violences de guerre en péninsule indochinoise. Il est paru dans la revue Genèses, n° 53, décembre 2003, p. 154-177 et constitue un des documents de travail du séminaire L’ordinaire de la guerre organisé à l’ENS de Lyon. 

L’article est disponible en ligne sur le site du Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918 (CRID 14-18) :

Mariot_FautilEtreMotivéPourTuerLien : http://www.crid1418.org/doc/textes/mariot_motive.pdf

 

#Universitédebout #NousSommesUnis

DeuilNational

Message des présidents et directeurs d’établissement de l’Université de Lyon

#Universitédebout

Vendredi soir la barbarie a encore frappé avec une violence et une sauvagerie inouïes. Étaient particulièrement visés des lieux culturels, de loisir et de détente fréquentés en cette veille de weekend par une population cosmopolite, diverse dans ses origines, ses âges, ses nationalités, mais avant tout joyeuse, dont la seule responsabilité était d’exercer sa liberté d’aller et venir, de s’exprimer, d’embrasser les arts, la culture, la gastronomie ou encore d’aller en famille dans un stade. Bref de vivre dans une société ouverte, tolérante et multiculturelle.

Il n’existe pas de mots pour dire cette abjection.

Les assassins ont délibérément voulu frapper nos valeurs fondatrices, celles de l’Université qui a toujours combattu et continuera à combattre toutes les formes d’obscurantisme, de discrimination ou d’exclusion, celles de la République : Liberté, Égalité et Fraternité.

Face à la haine, la peur et la sidération paralysante qui sont les objectifs des assassins, nous devons opposer notre force, notre unité, notre dignité et le mouvement dynamique de nos idées.

La communauté universitaire fera face en opposant au visage de la haine celui de l’ouverture et de la tolérance.

Les pensées de la communauté académique de Lyon et Saint-Étienne vont aux victimes de cette barbarie sans nom, notre soutien et réconfort aux familles des victimes.

En ces jours de deuil national, tous les drapeaux des établissements de l’Université de Lyon seront en berne.

Nous observerons sur notre lieu de travail un moment de recueillement ainsi qu’une minute de silence lundi 16 novembre à 12h00.

#Universitédebout

#NousSommesUnis

Université de Lyon / Université Claude Bernard / Université Jean Moulin / Université Lumière / Université Jean Monnet / École normale supérieure de Lyon / INSA / École Centrale / Sciences Po Lyon / ENTPE / Vétagrosup / ENISE / CNRS

Terror in Little Saigon [présentation sur Democracy Now!]

[ndlr] L’affaire continue sur le site Democracy Now!

[Democracy Now! 11/11/2015] During the 1980s, five Vietnamese-American reporters were murdered in the United States. Despite lengthy FBI probes, none of the victims’ killers were ever brought to justice. Could a stunning new investigative documentary lead authorities to reopen the cases? We speak to journalists A.C. Thompson and Rick Rowley about their PBS Frontline report, “Terror in Little Saigon.” Thompson and Rowley uncover new evidence potentially tying a right-wing paramilitary Vietnamese exile group to the journalists’ deaths—and a U.S. government link that may have helped them evade justice.

[Democracy Now! 13/11/2015] During the 1980s, five Vietnamese-American reporters were murdered in the United States. Despite lengthy FBI probes, none of the victims’ killers were ever brought to justice. Part 2 of our conversation with A.C. Thompson and Rick Rowley, who teamed up on the new PBS Frontline report, Terror in Little Saigon. Thompson and Rowley uncover new evidence potentially tying a right-wing paramilitary Vietnamese exile group to the journalists’ deaths—and a U.S. government link that may have helped them evade justice. Could the documentary lead authorities to reopen the cases?

Hommage musical au Musicien Anh Bằng (1926-2015)

[ndlr] Le musicien Anh Bằng est décédé le 12 novembre 2015 à Orange County en Californie à l’âge de 89 ans (90 ans pour les Vietnamiens). Auteur d’environ 650 chansons, il est l’un des plus importants représentants de la musique “jaune” avant 1975 puis de la musique vietnamienne d’outre-mer. Il fut notamment le fondateur du Centre Musical Asie (Trung Tâm Asia) en 1981.

Hommage des internautes sur la chaîne Youtube.

Image “à la une” : Tuoi Tre.

“Terror in Little Saigon” : les conditions de la recherche de la vérité sont-elles réunies ?

La toile n’en finit pas de jaser sur le documentaire maladroit et anachronique de Frontline mis en ligne le 3 novembre 2015. Le documentaire a secoué l’opinion publique vietnamienne en exil et ravivé une tension politique mise en sourdine depuis quelques années. Chacun apporte désormais sa contribution au débat.

Le 9 novembre 2015, l’organe officiel du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) en a profité pour réitérer son credo d’un Việt Tân “terroriste” tout en soulignant à plusieurs reprises le “népotisme” de l’organisation à travers le terme “gia đình trị” qui rappelle le régime de feu Ngô Đình Diệm1. Outre les invectives habituelles contre le Việt Tân (une organisation politique qui suscite une haine viscérale autant de la part des autorités communistes de Hanoi que de certains exilés), des échanges fructueux et des ajustements ont été proposés dans les entretiens en ligne de plusieurs médias vietnamiens de Californie. Le journal Người Việt a ainsi publié ainsi quatre interviews pour confronter les points de vue et la télévision locale vietnamienne Truyền Hình Việt Nam Cali Today a posté sur YouTube également cinq entretiens2. L’intégration au sein du documentaire de certains éléments présentés dans ces documents aurait été des plus utiles pour éviter les amalgames, le côté racoleur du titre et les effets de flou sur des points cruciaux de l’enquête.

Parmi toutes ces réactions, signalons l’entretien en anglais entre l’avocat Nguyễn Hoàng Duyên et le journaliste A.C. Thompson3, un échange tendu mais qui apporte quelques clarifications sur le contexte et la fabrique de ce documentaire. Le journaliste revient sur les contraintes internes lors de sa réalisation, sur les maladresses et les manques. Au fil de l’entretien, il modère son propos sur les certitudes avancées dans le documentaire (sans les réfuter pour autant) et présente ses excuses à la communauté vietnamienne exilée pour les amalgames involontaires. L’enquête à charge contre “Le Front” reste de toute évidence inachevée4 et la question du soutien occulte des Etats-Unis demeure sans preuves tangibles. De son côté, en tant que témoin clé, un des fils de Ðạm Phong (qui apparaît dans le documentaire) a réitéré ses accusations contre “Le Front” à partir de ses discussions avec son père à l’époque des faits et des menaces téléphoniques contre sa famille faites au nom du “Front”5. Enfin, des représentants des amicales de vétérans de la communauté vietnamienne de Californie ont dénoncé avec vigueur l’utilisation abusive de leurs images et du discours attenant les présentant comme des “va-t-en guerre”. A ce titre, ils exigent le retrait des images du documentaire concernant leur amicale6.

De fait, c’est peut-être un point capital, l’enquête inachevée pose un double défi. Si celle-ci pose un défi évident pour le Việt Tân, notamment celui d’apporter des réponses précises sur son passé clandestin (ce qui apparaît illusoire au regard de la gravité des faits reprochés)7, elle pose tout autant un défi à A.C. Thompson celui d’aller au bout de sa logique, celle de la recherche de la vérité. C’est, selon Thompson, l’objectif des appels à témoins lancés sur la toile mais est-ce la bonne méthode ? Cette vérité peut-elle encore surgir des rangs d’une communauté divisée sur la façon de procéder dans la lutte contre le communisme et de la promotion de la démocratie ? Peut-elle tout autant sortir de la bouche d’un ancien membre qui chercherait avant tout à régler des comptes ? Peut-elle provenir d’un ancien prisonnier ayant participé aux “Marches vers l’Est”, vivant au Viêt-Nam, qui devra faire amende honorable pour s’assurer sa tranquillité au sein du régime policier actuel ? Dans le même ordre d’idée, peut-elle être divulguée par les autorités policières de la RSVN ?8 Ou par une personnalité quelconque qui, sur le sol américain, figure parmi les fidèles soutiens du régime en place ? De part et d’autre, le risque de manipulation est grand, une parole “corrompue” n’est pas à exclure. Or, personne jusqu’ici n’ose aborder cette délicate question si l’enquête se poursuit.

Que l’investigation se poursuive donc… de façon impartiale, sans sensationnalisme, sans manipulations et sans arrières pensées politiques. La perspective s’avère quasi impossible à cause des enjeux actuels autour de la lutte pour la démocratie du Viêt-Nam. Cette lutte de l’ombre, ce combat inégal de longue haleine, mobilise d’un côté l’appareil de sécurité intérieure (Công An) et les services secrets (tình báo) sophistiqués d’un Etat-Parti solidement soutenu sur le plan international contre, de l’autre côté, quelques centaines d’activistes pro-démocrates à l’intérieur et à l’extérieur du pays. A.C. Thompson n’a pas su, semble-t-il, mesurer un enjeu essentiel : celui d’une lutte plus globale contre la dictature communiste dépassant largement le cadre de l’assassinat non résolu de cinq journalistes vietnamiens sur le territoire américain dans la décennie 1980-1990. A l’heure où avocats, net-citoyens et journalistes indépendants tentent à l’intérieur du pays d’échapper à une répression de plus en plus marquée, l’enquête paraît biaisée9. Soyons clairs, ceci n’excuse en rien ces assassinats sur lesquels la lumière devra être faite.

Souhaitable sans aucun doute, la vérité peut-elle émerger dans ces conditions ? Toute la difficulté est désormais là.

FG, MàJ 13/11/2015

Sur la même chaîne, on pourra suivre les entretiens du journaliste Nguyễn Xuân Nam :

Avec le Secrétaire général du Parti Việt Tân, une réfutation en bloc des accusations portées contre “Le Front” [vidéo mise en ligne le 06/11/2015] :

Avec l’ancien Colonel et chroniqueur Giao Chỉ Vũ Văn Lộc, retour sur le climat des années 80 et rappel du contexte de la résistance anticommuniste [vidéo mise en ligne le 05/11/2015] :

Avec Đỗ Hùng, représentant de la communauté vietnamienne de Little Saigon, plaidoyer pour sa ville et son développement pacifique depuis 25 ans [vidéo mise en ligne le 08/11/2015] :

Avec les représentants des amicales militaires de la communauté vietnamienne de Californie dénonciation de l’amalgame fait à partir des images les concernant [vidéo mise en ligne le 12/11/2015] :

Les article parus dans le journal Người Việt :


Les articles parus sur la chaîne vietnamienne de la BBC à Londres :

 

(à suivre).

Image “à la une” : “Le Front” lors de sa déclaration politique du 08/03/1982 sur la frontière thailandaise. Photo de Đỗ Thông Minh.

  1. An Chiến, “Bộ mặt thật của tổ chức khủng bố Việt tân” [Le véritable visage de l’organisation terroriste Viêt Tân], Nhân Dân, 09/11/2015. Rappelons que ceci intervient alors qu’à l’approche du XIIe congrès du PCV, des dissidents ont dénoncé le népotisme à l’intérieur du Parti []
  2. Voir les liens en fin de billet []
  3. Publié sur le site Cali Today : “AC Thompson trả lời các vấn đề qua phim ‘Terror in Little Saigon'” [AC Thompson répond aux questions soulevées par le film Terror in Little Saigon’], 09/11/2015 []
  4. “I don’t think it’s conclusive” reconnaît Thompson à plusieurs reprises []
  5. “Phim ‘Terror in Little Saigon’: Con trai ông Ðạm Phong lên tiếng” [‘Terror in Little Saigon’ : le fils de Dam Phong fait entendre sa voix], Người Việt, 11/11/2015 []
  6. Voir en ligne : Liên hội Cựu Quân Nhân và Hội Thiết Giáp phản đối phim ‘Terror in Little Saigon [La Fédération des anciens combattants et l’Association des blindés de l’ARVN protestent contre le film ‘Terror in Little Saigon’]. En particulier, la boucle animée de l’article de AC. Thompson, “Terror in Little Saigon. An old war comes to a new country” qui utilise des images du défilé commémoratif du 30 avril (date de la chute de Saigon) est d’un goût douteux []
  7. Voir à titre d’exemple dans un autre contexte autrement plus meurtrier la difficulté d’obtenir des informations fiables dans le cas de l’IRA et de son unité nommée The Squad chargée des assassinats []
  8. Lesquelles avaient réalisé en 2010 [?] un documentaire de près de 30 minutes sur la résistance anticommuniste sous le titre “Những cuộc hành quân không tới đích” diffusé sur VTV1 []
  9. Deux exemples récents parmi d’autres : Gia Minh, Vietnamese Authorities Detain And Beat Two Human Rights Activists, RFA, 09/11/2015 ; Gia Minh, Vietnamese Police Detain Lawyer Working on Case of Death-in-Custody Victim, RFA, 12/11/2015 []

Phim ‘Terror in Little Saigon’: Con trai Ðạm Phong lên tiếng

[ndlr] Intervenant dans le débat sur le documentaire “Terror in Little Saigon”, Nguyễn Thanh Tú, un des fils du journaliste Ðạm Phong, s’exprime dans le journal californien Nguoi Viet. Lettre et entretien à l’appui pour faire surgir la vérité.

DamPhong_NguyenThanhTu_NguoiViet
Nguyễn Thanh Tú, un des fils du journaliste Nguyễn Ðạm Phong. Il avait 19 ans lors de l’assassinat de son père © 2015 Edmund D. Fountain/ProPublica

“Tên tôi là Nguyễn Thanh Tú. Tôi là một nhân vật trong phim Terror in Little Saigon. Mặt Trận cứ việc tha hồ phủ nhận rằng không hề biết có đơn vị K9. Tôi có thể nói với quý vị rằng gia đình tôi ngày nào cũng liên tiếp phải nhận những lời hăm dọa từ Mặt Trận…

…Cha tôi, Nguyễn Ðạm Phong, đã dành số báo Tự Do cuối cùng của ông để phơi bày sự gian lận của các lãnh đạo Mặt Trận. Ðiều trớ trêu là, nhiều người quay lưng với cảnh sát của thành phố Houston, và cơ quan FBI khi cha tôi bị ám sát vào năm 1982, rất có thể giờ đây đồng ý là quan điểm của bố tôi đúng. Vấn đề là, ông đã đúng, nhưng ông đi trước mọi người những 33 năm. Tôi là nhân chứng cho “sự thực” còn sống, chứ không phải những lời đồn đãi. Tôi từng tham dự những buổi gặp gỡ thành viên Mặt Trận với bố tôi và chứng kiến những chiến thuật họ sử dụng, từ mua chuộc đến hăm dọa.”

(Hết thư)

Lire la suite : Nguoi Viet, 11/11/2015.

* * *

Lire les autres entretiens sur cette affaire :