Tous les articles par indomemoires

Anthony Reid, A History of Southeast Asia: Critical Crossroads, Wiley Blackwell, 2015 – Review

[ndlr] Signalement d’un CR de lecture par le  Professeur Craig J. Reynolds.

Reid_AHistoryOfSEA_2015

I first read this book in the warm humid climate of northern Queensland. As in Java, volcanic activity early in the earth’s history has left rich, fertile soil where grains, fruit and vegetables thrive. Rainfall can be plentiful or sparse; irrigation and water control are the keys to taming nature’s whims. This setting was just right to appreciate Tony Reid’s comprehensive, detailed and readable history of Southeast Asia. The book begins with a discussion of the people inhabiting the region’s humid tropics. As with many studies of the past being written today, climate and geography are not mere backgrounds but causal in human history.

Among the book’s many virtues is Reid’s ability to break down the two thousand years he had to cover in order to guide the reader through space and time. He encapsulates periods concisely in chapters of modest size. The charter era; gunpowder kings; becoming a tropical plantation; the last stand of Asian autonomies; the victory of the nationalist idea in the 1930s; the military, monarchy and Marx; and the making of nations and making minorities are just some of the themes pursued in this book. Without fussing about overlaps and exceptions, he divides the region’s religions five ways: the Islamised south; the Theravada Buddhist north; the Christianised east; Confucian Viet culture; and older Southeast Asian religious practices. Some readers will recognise the Age of Commerce (1580-1630) as the book’s centre of gravity but considering the geographical and temporal challenges he faced, I felt the coverage was remarkably even.

Reid says Southeast Asia is not India and not China but in doing so, asserts that the region cannot be understood without considering these Asian giants. Interactions with India and China are one of the book’s strongpoints, although I thought that the analysis of the relationship with China was more insightful than with India. To come to terms with the complexities of the twentieth century, he defines and develops an idea of Southeast Asian modernity by making comparisons with early modern Europe. In one of his most ambitious statements, this comparison leads him to state that the region played the most central role in world history as a crucible for the birth of modernity and the unification of markets. Women were especially vital in Southeast Asian economies as traders, healers, therapists and occasionally, rulers.

Lire la suite / Read more : Australian Institute of International Affairs

Colloque international franco-khmer “Mémoire des lieux – lieux de mémoire et création : architecture, ville, territoire” [4-5/12/2015]

[ndlr] Annonce d’un important colloque international au Cambodge.

Center of Khmer Studies (CKS) Vat Damnak – Siem Reap –

4 et 5 décembre 2015

Colloque international Franco-Khmer

“Mémoire des lieux :

lieux de mémoire et création : architecture, ville, territoire”

AfficheColloqueFrancoKhmer_2015

Organisateur : Center for Khmer Studies, Royal University of Fine-Arts of Phnom Penh, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville, Research Unit UMR AUSser of the French National Center of Scientific Research, Architectural and Urban Research Network “Métropoles d’Asie Pacifique”.

Accédez au programme en anglais : programme-en-anglais

Programme :

Vendredi 4 Décembre 2015

Accueil

Bienvenue et présentation de la journée : Krisna Uk, directrice du Center of Khmer Studies, Chandevy Men-Sisowath, Directrice du centre du patrimoine du Cambodge, vice-rectrice de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh, Nathalie Lancret, Directrice de recherche CNRS, directrice de l’UMR AUSser

Aménagement des lieux de mémoire
modérateur: Pierre Clément

  • Philippe Prost, Professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville et président de son conseil d’administration, chercheur UMR AUSser
    « Anneau de la mémoire » : pas de création sans mémoire

Pause

  • Serge Remy, consultant, chef d’étude pour la revalorisation patrimoniale du centre de conférence Chaktomuk à Phnom Penh (Agence française de Développement)
    Patrimoine de l’inhumanité : de la douleur à la reconnaissance
  • Directrice du centre du patrimoine du Cambodge, vice-rectrice de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh
    Enjeux de la valorisation des lieux de mémoire au Cambodge

Discussion

Déjeuner

Patrimoine urbain et projets
modérateur: Nathalie Lancret

  • Pierre Clément, Professeur honoraire de l’ENSA de Paris-Belleville, chercheur associé UMR AUSser
    Patrimoine et création, les leçons des villes d’Asie du Sud-Est
  • Pornthum Timtimol, Architecte paysagiste, département de Beaux-Arts du Ministère de la Culture (Thaïlande)
    Permanences urbaines et paysagères dans l’urbanisation de Rattanakosin (Bangkok)
  • Vipakorn Thumwimol, Architecte paysagiste, présidente de l’association thaïlandaise des architectes paysagistes (Thai Association of Landscape Architects)
    La mémoire des lieux dans les projets de paysage en Thaïlande
  • Natacha Pakker, Ecole de Chaillot
    Une approche de traitement des lieux de mémoires à travers les différents ateliers et projets en Asie de Sud Est et ailleurs (Europe de l’est, Maghreb)

Pause

Conclusion

table ronde animée par François Brouat, directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, avec :

  • Bruno Favel, chef du département des affaires européennes et internationales, direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication
  • Ros Borath, Président du comité national pour le patrimoine mondial, Directeur général adjoint des monuments et de l’archéologie du site d’Angkor
  • Chandevy Men-Sisowath, Directrice du centre du patrimoine du Cambodge, vice-rectrice de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh

Samedi 5 Décembre 2015

Accueil

  • François Brouat, Directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville –  ENSA Paris-Belleville
    Une coopération internationale au long cours. Un réseau pluridisciplinaire pour la recherche et l’enseignement
  • Cyril Ros, enseignant à l’ENSA de Paris-Belleville, chercheur associé UMR AUSser
    Point de vue sur l’enseignement du projet architectural et urbain en Asie du Sud-Est
  • Aline Hétreau-Pottier, membre de l’équipe Asie de l’ENSA de Paris-Belleville
    Le relevé d’architecture et les enquêtes ethnographiques
  • Cyril Ros, Serge Rémy et Nathalie Lancret
    Présentation du projet sur la station balnéaire de Kep et son territoire
  • Virginie Picon-Lefebvre, Professeur à l’ENSA de Paris-Belleville, chercheur UMR AUSser
    La narration touristique et la fabrique des territoires

Pause

Présentation des étudiants

Exposition et buffet

Source : AUSSER

Sáng lập viên Mặt Trận Hoàng Cơ Minh tiết lộ một số điều quan trọng [13/11/2015]

[ndlr] Interview intéressante avec Do Thong Minh, un des fondateurs du Front National Unifié de Libération du Viêt-Nam. A suivre sur la chaîne YouTube de Cali Today. Une vue de l’intérieur pour comprendre les premiers pas de ce mouvement de résistance de la frontière thaïlandaise à la scission de 1984 aux Etats-Unis.

« Vivre au Kampuchéa démocratique » – Exposition 16-28/11/2015

[ndlr] Dernier jour d’exposition dans le cadre du 40e anniversaire de la création de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), les SHS face aux images d’archives.

« Vivre au Kampuchéa démocratique »

Une exposition photographique organisée et légendée par Adriana Escobar et Andrea Morales Acero (CESPRA)

Du 16 au 28 novembre 2015

Dans l’atrium du « France », 190-198 avenue de France, 75013 Paris.

1975: tandis qu’à Paris naissait l’EHESS, au Cambodge, les Khmers rouges arrivaient au pouvoir. Quarante années plus tard, Andrea Morales Acero et Adriana Escobar, deux doctorantes du CESPRA, mettent en lumière vingt-trois photographies d’archive qui montrent une partie du quotidien des Cambodgiens durant le régime du Kampuchéa démocratique. Dans le cadre du 40e anniversaire de l’EHESS, elles présentent ces clichés dans l’atrium du France, jusqu’au 28 novembre prochain, à travers une exposition qu’elles ont intitulée « Vivre au Kampuchéa démocratique ». Là où un œil non averti voit des photographies de propagande qui vantent les travaux des champs et le mariage heureux, les chercheuses décryptent les changements, souvent extrêmement violents, imposés à la société cambodgienne et à son mode de vie, que ces photos trahissent malgré elles. Sont ainsi posées la question de l’utilisation des photographies comme source d’information en histoire et en science politique, et celle de l’impératif méthodologique de leur recontextualisation.

Lire l’entretien de Stéphane Dennery avec Andrea Morales Acero et Adriana Escobar : EHESS

Kỷ niệm ngày giỗ nhà cách mạng Nhượng Tống (8/11/1949)

[ndlr] Fiche biographique du lettré révolutionnaire Nhượng Tống, un des fondateurs du Việt Nam Quốc Dân Đảng (Parti National du Viêt-Nam) assassiné à Hanoi en 1949.

Nhượng Tống (1897 – 1949)

Sáng lập viên Nam Đồng Thư Xã.
Sáng lập viên, lãnh tụ Việt Nam Quốc Dân Đảng.

Nhượng_Tống

Ông tên thật là Hoàng Phạm Trân, do bút danh Nhượng Tống nên còn gọi là Hoàng Nhượng Tống. Ông quê ở làng Đỗ Hoàng, huyện Ý Yên, tỉnh Nam Định. Tự học Quốc văn và Pháp văn. Học lực rất uyên bác dù không có văn bằng nào cả.

Thân sinh của ông là cụ Hoàng Hồ, gia cảnh rất thanh bạch. Thân phụ là một danh sĩ đời nhà Nguyễn, tuy tuổi còn nhỏ nhưng đã đỗ tú tài và thường đi tuyên truyền, kêu gọi trường kỳ chống Pháp. Điều này ảnh hưởng rất lớn đến hoạt động chính trị của Nhượng Tống sau này. Ông được thụ giáo Hán học đến năm 16 tuổi, và làm con nuôi ông Phạm Bùi Cẩm ở phủ Lý Nhân, tỉnh Hà Nam.

Năm 1924, làm trợ bút cho tờ “Thực Nghiệp Dân Báo” ở Hà Nội, lấy bút hiệu Nhượng Tống.

Năm 1929, bị bắt và kết án 10 năm cấm cố, đày ra côn đảo.

Cuối năm 1936, về nguyên quán tiếp tục thụ án.

Trong thời gian này ông viết văn, dịch sách, và làm thầy lang, bán thuốc bắc tại chợ Thành Cách, huyện Thanh Liêm, Hà Nam.

Sau khi mãn hạn 5 năm biệt xứ, Nhượng Tống rời chợ Thành Cách về Hà Nội, sinh sống với nghề viết văn và tiếp tục họat động công tác Đảng. Ông là người đầu tiên dịch “Đại Việt Sử Ký Toàn Thư” ra quốc ngữ.

Năm 1948, làm cố vấn chính trị cho Tổng Trấn Nghiêm Xuân Thiện. Tiếp tục hành nghề thầy thuốc tại 128 phố Chợ Hôm, Hà Nội.

Sáng ngày 20 tháng 8 năm 1949 nhằm ngày 26 tháng 7 năm Kỷ Sửu, ông bị ám sát, bắn xuyên qua gáy. Kẻ bắn ông tên là Nguyễn Văn Kịch, người làng Mai Động, Quỳnh Lôi, ngoại thành Hà Nội, là biệt động nội thành của CS.

Lire la suite : VietQuoc.com

Image “à la une” : l’équipe des éditions Nam Đồng thư xã à Hanoi en 1927.

Rappel : Rencontres de l’AFRASE – 27/11/2015

2015 Rencontres de l’Association pour la Recherche Française sur l’Asie du Sud-Est « Genre et sexualités en Asie du Sud-Est ».

Les Rencontres de l’AFRASE réunissent périodiquement des chercheurs en sciences humaines et des acteurs impliqués dans les sociétés du Sud-Est asiatique pour échanger connaissances et expériences sur différents sujets.

 

VENDREDI 27 NOVEMBRE 2015 :13h30 – 18h00

EHESS 105, boulevard Raspail

Amphi. François Furet

Métro : Saint-Placide/ Notre-Dame des Champs Entrée libre.

Réserver avant le 24 novembre à afrasebureau@gmail.com

14h – 15h45 : Projection & discussions autour de 2 documentaires, en présence de Justine Meignan :

  • Walang ilaw sa bahay, 40’ de Justine Meignan sur les femmes migrantes philippines et leurs enfants.
  • Red over the rainbow, 28’ de Vincent Baumont sur la LGBT Pride d’Hanoi.

16h-18h Table-ronde

  • Cynthia Embido Benejo (ISS, Rotterdam)
  • François Guillemot (Institut d’Asie Orientale, Lyon)
  • Laurence Husson (IrAsia, Aix-Marseille)
  • Estelle Miramond (Univ. Paris 7 / CASE)

Autour de deux documentaires et d’une table-ronde composée de chercheur.se.s, cette rencontre permettra d’échanger sur les questions de genre et de sexualité qui traversent les pays d’Asie du Sud-Est. Les migrations féminines, les rôles de femmes dans la guerre, les revendications LGBT ou la problématique de la traite seront abordés à rebours des stéréotypes qui circulent sur ces thématiques.

Lien : AFRASE

RedOverTheRainbow_VimeoCliquer sur l’image pour accéder au film de Vincent Baumont sur Vimeo

Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique

Réflexion et hypothèse de travail sur l’élite communiste vietnamienne. L’interrogation d’un de nos lecteurs sur la sociologie des boat people vietnamiens me donne l’occasion de revenir succinctement et à grand traits sur les possibles filiations du communisme vietnamien. Des filiations multiples, croisées, composées de liens de forte ou de faible intensité, que seule une base de données prosopographique relationnelle pourrait contribuer à éclairer.

Un corpus conséquent

De quoi est faite l’élite politique vietnamienne d’aujourd’hui ? Quelles en sont les composantes ? Quelles filiations sont prépondérantes ? Quelles articulations entre-elles ? Une des sources essentielles permettant l’approche prosopographique1 pour l’étude du Parti communiste vietnamien depuis sa fondation en 1930 est le site officiel du parti2. Les notices biographiques des dirigeants de l’organisation et des membres du Comité central constituent une source officielle précieuse que l’on peut confronter aux sources archivistiques et aux nombreuses publications biographiques ou monographies régionales publiées au Viêt-Nam. A travers les différents sites officiels de l’Etat-Parti, l’ensemble des données aujourd’hui publiques et disponibles sur la toile se comptent par milliers. La constitution d’une base de données sur le modèle de celle élaborée depuis 1989 par Jean-Pierre Dedieu pour l’étude de la monarchie espagnole du XVIIIe et du XIXe siècles permettrait un traitement efficace de ces données3.

On peut évaluer à la louche un corpus (échelon national) de plus de dix mille fiches brassant les différentes composantes du PCV depuis sa création : les dirigeants du Parti et de l’État ; les membres du Comité central (le bureau politique, le secrétariat général…) pour chaque congrès (de 1930 à 2011 : I à XI, le XIIe congrès en janvier 2016) ; les membres des dix comités du Parti liés au Comité central ; les cellules du Parti rattachées au Comité central. A cela s’ajoutent les députés de l’Assemblée nationale4, les membres du Parti aux différents échelons de l’administration locale ou de la représentation populaire (Comités populaires et Conseils populaires) sur trois niveaux : provinces et cités-provinces, districts, communes.

Une double filiation mandarinale/paysanne et sino-soviétique ?

Tenter d’inscrire le Viêt Minh dans une filiation de longue durée en plaçant le mouvement indépendantiste fondé par Ho Chi Minh en mai 1941 dans la continuité des lettrés résistants du Can Vuong (Mouvement “Aide au Roi”, 1885-1895) est une perspective séduisante mais qui pose problème5. La sociologie du mouvement communiste vietnamien tout au long du XXe siècle montre que c’est en réalité plus complexe. Car si une filiation avec les partisans du Can Vuong est réelle, elle ne concerne pas que le mouvement national-communiste. D’autres partis révolutionnaires comme le VNQDD ou le Dai Viet peuvent en effet s’inscrire dans cette généalogie sociale et politique6. En ce qui concerne le mouvement communiste, il faudrait voir s’il n’y a pas plutôt rupture volontaire avec cette filiation emblématique à partir des années 1950. Entre 1925 et 1930, l’histoire de la genèse du parti expose les premières difficultés pour unifier les différentes factions communistes vietnamiennes et démontre la multiplicité des trajectoires7. Dans le même ordre d’idée, la lutte à mort entre les kominterniens et les trotkistes dans les années 1937-1945 illustre la tentative d’unifier le communisme vietnamien dans une ligne stalinienne unique.

Après l’accession au pouvoir en 1945, par deux fois, notamment pendant la période des deux guerres (1945-1954 + 1955-1975), la sociologie du Viêt-Minh va être modifiée, toute la question (et la difficulté) est de pouvoir mesurer la profondeur de cette transformation et son inscription dans le temps. Une première transformation s’opère avec la réforme agraire radicale (déc. 1953-1956) lorsque celle-ci met violemment hors jeu la génération de lettrés affiliés au Viêt-Minh à laquelle se rattachent (à titre d’exemple) Vo Nguyen Giap ou Dang Van Viet. La filiation mandarinale est écrasée au profit de la filiation paysanne ou supposée telle8. La seconde transformation, plus politique que sociale, intervient avec la fracture de 1966-1967 lors de l’affaire dite du “révisionnisme anti-parti”. A ce moment, un second coup de massue est infligé à la filiation mandarinale pro-soviétique au profit de la filiation paysanne maoïste représentée par l’ascension de Le Duan à la tête du parti Lao Dong à partir de 19609. Pour faire court, le communisme de guerre, moteur de la réunification par la force, l’emporte jusqu’en 1975 contre la coexistence pacifique Nord-Sud10.

Des fractures non refermées

Ces deux fractures internes au mouvement communiste ou national-communiste vietnamien ont à mon sens fortement impacté à la fois la sociologie du parti mais aussi les choix politiques qui découlèrent de cette transformation. Ces crises ont laissé des traces à l’intérieur du Parti communiste vietnamien jusqu’à nos jours11. Elles sont décelables dans les filiations politiques des membres du PCV, dans la composition des lieux de pouvoir du parti. Pour ainsi dire, les maoïstes ont gagné la guerre d’un point de vue militaire tandis que les pro-soviétiques ont su relever le pays après la disparition des premiers et la jonction entre les deux s’est réalisée sans grande purge publique “à la chinoise”. En maintenant un équilibre entre ces branches multiples (politiques et régionales) le PCV a pu concevoir sa rénovation à la fin des années 80. Celle-ci intervient néanmoins après dix ans de gabegie économique et, ce n’est pas un hasard, après la mort des vieux dirigeants, notamment des idéologues pro-chinois.

Le Doi Moi (Rénovation, perestroika vietnamienne) marque le retour définitif des “experts” sur les “rouges”. Le pragmatisme redevient la règle, c’est en réalité une question de survie pour le régime qui fait face à une situation économique et sociale désastreuse. Le Parti effectue un virage idéologique clair (inscrit dans les différences des constitutions de 1980 et de 1991) et amorce une libéralisation économique avec l’abandon du “droit de maître collectif” cher à Le Duan. Tout ceci est accompagné et soutenu par un virage diplomatique très bien maîtrisé entre 1990, date du retour de la paix avec la Chine (conférence secrète de Chengdu) et 1995, adhésion à l’ASEAN sans parler de la normalisation des relations avec les États-Unis avec la fin de l’embargo en février 1994.

Le maintien du PCV au pouvoir repose sur l’équilibre (toujours recherché lors des congrès) entre les différentes filiations historiques, lettrée, paysanne mais aussi régionale, voire extra-nationale. En effet, il faut intégrer dans le jeu au moins trois filiations “externes” depuis 1975 dont l’éducation politique a peu à voir avec le communisme d’antan : celle des “sudistes”, d’abord écartés puis remobilisés pour sortir de l’impasse économique, celle des “retours de l’Ouest” du Doi Moi, cette génération d’experts formés dans les pays du bloc soviétique et enfin celle des “diplomates / entrepreneurs” formée dans les universités et écoles de commerce des pays capitalistes notamment aux États-Unis, à Singapour, en Australie ou en Europe. Cette dernière s’impose de plus en plus dans le paysage économique. Elle est aujourd’hui une ressource indispensable au bon maintien de l’économie.

Alors que le Viêt-Nam s’est converti depuis 25 ans à l’économie de marché “socialiste”, la classe des entrepreneurs du parti, souvent dénommée dans la presse comme “groupes d’intérêts” (nhom loi ich) liés aux différentes factions du pouvoir, se positionne désormais comme le maillon fort du régime. Comme le rappelait Philippe Papin dans son analyse socio-culturelle du Viêt-Nam, sur le plan politique l’enjeu reste le même : “L’enjeu, c’est de conserver le contrôle – ou prétendre le conserver, cela peut suffire – sur une machine économique de plus en plus autonome mais qu’il faut pourtant rendre compétitive pour assurer la stabilité sociale, le développement et l’intégration régionale”12. La recherche d’un équilibre entre les différents groupes politico-économiques dans le contexte d’une économie de plus en plus mondialisée (voir l’accord récent sur le TPP) est à ce titre particulièrement importante.

L’unification nationale, un moyen et non une fin

Le Viêt-Minh (1941-1951) a, chacun sait, joué un rôle crucial dans la lutte pour l’indépendance mais il a failli dans l’unification des forces nationales dès 1946. Il faut dire que la France a pesé considérablement dans les divisions vietnamiennes (soutien et mise en place de la République autonome de Cochinchine le 1er juin 1946 alors que le gouvernement de la RDVN négociait l’unification du territoire). La disparition du Viêt-Minh en tant qu’organisation populaire unitaire en 1951 au profit de la création du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam sur le modèle chinois atteste que le mouvement indépendantiste fut plus un moyen qu’une fin. Il permit l’accession au pouvoir d’une poignée de cadres communistes déterminés (Ho Chi Minh, Vo Nguyen Giap, Truong Chinh, Pham Van Dong, Le Duan, Le Duc Tho) pour mener à bien la révolution et la guerre. Le schéma de l’alliance patriotique fut reproduit au Sud à travers le FNL-Sud Viêt-Nam cette fois-ci contre les “américano-fantoches” selon la terminologie communiste avec un certain “succès” (obtenir le contrôle total sur le plan politique).

Ce groupe très restreint de leaders communistes allait conserver le pouvoir suprême jusqu’à sa disparition. Le décès des figures historiques (ou la mise à l’écart de certains dirigeants comme Vo Nguyen Giap) permit, après la décennie noire de l’économie subventionnée (1976-1986), d’ajourner la “triple révolution socialiste” pour promouvoir l’économie de marché “à orientation socialiste” (1991) qui a enrichi les nouvelles élites du Parti depuis vingt-cinq ans. Nous sommes donc désormais loin des premiers mandarins affiliés au Viêt-Minh et la filiation chinoise reste particulièrement prégnante au regard des rapports amicaux entre les deux Partis communistes. La Chine populaire pèse encore lourdement sur le destin intérieur du Viêt-Nam par ses relais économiques et sociaux mais aussi via la filiation politique qu’elle entretient au sein du Parti frère. Pour l’étude du communisme vietnamien et plus généralement pour saisir les ressorts cachés de l’évolution politique du pays, l’approche prosopographique nous paraît indispensable. A l’approche du XIIe Congrès du PCV prévu en début d’année 2016, le partage du pouvoir et le bon équilibre à trouver entre ces différentes filiations semble de plus en plus difficile. L’étude des ces filiations et des réseaux qui en découlent seraient des plus utiles pour saisir cette évolution interne et imaginer le futur.

FG

Image “à la une” : affiche de propagande célébrant le 85e anniversaire de la naissance du PCV.

A lire sur Mémoires d’Indochine :

Notes

  1. Claire Lemercier & Emmanuelle Picard, Quelle approche prosopographique?, Hal, 2010 ; Emmanuelle Picard et le LARHRA organisent depuis 2012 un séminaire intitulé “La prosopographie: objets et méthodes”. La quatrième édition de cette année 2015-2016 s’intéresse plus particulièrement aux questions de recherche mobilisant la prosopographie []
  2. Báo điện tử Đảng Cộng sản Việt Nam []
  3. Voir la présentation succincte : Fichoz, base de données pour l’histoire sociale ; Jean Pierre Dedieu et Álvaro Chaparro, « De la base au réseau. L’apport des bases de données à l’étude des réseaux », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 01 février 2013 []
  4. Un important travail avait été initié par Matthieu Salomon, voir : “Les élections législatives du 19 mai 2002 (XIe Assemblée nationale) : Processus de sélection des candidats et vote populaire dans le Vietnam contemporain”, in Christophe Gironde et Jean-Luc Maurer (sous la dir.), Le Viêt-Nam à l’aube du XXIe siècle, Paris, Karthala, 2004, pp. 41-71 []
  5. Une perspective surtout inscrite dans l’historiographie des années 70 et 80 avec les études de Jean Chesneaux, Charles Fourniau et Nguyen Khac Vien. Sur quelques portraits du Can Vuong, voir l’article en trois volets du sociologue Trinh Van Thao sur Mémoires d’Indochine []
  6. Par exemple Truong Chinh Duong, l’arrière-grand père de Truong Tu Anh, chef du parti national du Grand Viêt-Nam, avait été un acteur du Can Vuong au niveau local dans la province de Phu Yen, voir : François Guillemot, Dai Viet, indépendance et révolution au Viêt-Nam, Paris, Les Indes savantes, p. 53 []
  7. Huynh Kim Khanh, Vietnamese Communism 1925-1945, Ithaca, Cornell University Press, 1982 []
  8. Voir les témoignages personnels de Bui Tin ou de Dang Van Viet sur ce sujet : Bui Tin, 1945-1999 Vietnam la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999 ; Dang Van Viet, Souvenirs d’un colonel Vietminh : portrait, Paris, Indo éditions, 2006 []
  9. Martin Grossheim, ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives, Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 451-477 ; Sophie Quinn-Judge, “The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68”, Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 479-500  []
  10. Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War. An international history of the war for peace in Vietnam, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2012  []
  11. Voir par exemple les débats soulevés en septembre 2014 autour de l’exposition hanoïenne sur l’histoire de la Réforme agraire (1946-1957), exposition rapidement fermée pour “un problème électrique”, on ne pouvait pas mieux dire au sens figuré. Voir Bàn về triển lãm Cải cách ruộng đất, BBC tieng Viet, 09/09/2014 ; Đóng triển lãm ‘Cải cách Ruộng đất’?, BBC tieng Viet, 11/09/2014 ; Hoàng Phương, Khoảng lặng bên trong triển lãm Cải cách ruộng đất, VN Express, 11/11/2014 ; Pham Chi Dung, Triển lãm Cải cách ruộng đất: “Nông dân hết thời, địa chủ vạn đại”, VNTB, 13/09/2014 []
  12. Philippe Papin, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La Documentation française, 2003, p. 129 []