Eléonore TRAN : “Suturing Memory: Vietnamese Diaspora Artists and Photography” – 28 juin 2024 – Saigon Social Sciences Hub

Conférence en ligne sur Zoom organisée par le Saigon Social Sciences Hub (SSSH) à Hô Chi Minh-Ville.

Dear SSSH members and friends,
We hope this email finds you well and excited to join the 7th and last event of the SSSH Spring 2024 Session, starting tomorrow:

June 28th at 5:30 PM

(Vietnam time – UTC+7)


We will have the pleasure to host 

Eléonore TRAN

PhD candidate in Art History at the University of Paris 8, for a presentation entitled: 

“Suturing Memory: Vietnamese Diaspora Artists and Photography”.

For more information, please refer to the poster.

We hope to see many of you online tomorrow!
Best regards,

The SSSH Admin Board

Le président Tô Lâm prête serment [Le Courrier du Vietnam]

Tô Lam, ministre de la Sécurité publique est confirmé dans sa nomination de Président de la République socialiste du Viêt-Nam.

Le nouveau président de la République, Tô Lâm. Photo : VNA/CVN

Tô Lâm, membre du Bureau Politique, ministre de la Police, député de la XVe législature de l’Assemblée nationale, a été élu président vietnamien pour le mandat 2021-2026, lors d’une séance de travail sur le personnel de la 7e session de la XVe législature de l’Assemblée nationale, tenue mercredi matin 22 mai à Hanoï.

Lire la suite : https://lecourrier.vn/le-president-to-lam-prete-serment/1232247.html


Voir également :

VNA/CVN, “Assemblée nationale : Tô Lâm élu président du Vietnam”, Le Courrier du Vietnam, 22 mai 2024. URL : https://lecourrier.vn/assemblee-nationale-to-lam-elu-president-du-vietnam/1232242.html

VNA/CVN, “Biographie du président de la République, Tô Lâm”, Le Courrier du Vietnam, 22 mai 2024. URL : https://lecourrier.vn/biographie-du-president-de-la-republique-to-lam/1232263.html

AFP / La Croix, “Vietnam : To Lam, ministre de la sécurité publique, confirmé comme nouveau président”, La Croix, 22 mais 2024. URL : https://www.la-croix.com/vietnam-to-lam-ministre-de-la-securite-publique-confirme-comme-nouveau-president-20240522 (accès libre)


Vidéo de la prestation de serment du nouveau Président de la RSVN : https://media.chinhphu.vn/video/chu-tich-nuoc-to-lam-tuyen-the-nham-chuc-18952.htm

De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [3]

L’important puzzle de ce numéro hors-série qui, on l’espère, fera date au-delà des points de vente de nos gares SNCF, impose aux chercheur-es de reconsidérer cette histoire avec soin et de revisiter sources et archives. En effet, à travers plusieurs titres-concepts phares et chocs : « dé-coloniser l’Indochine », « narco-Etat », « or blanc du capitalisme », « porno-colonialisme », et quelques réalités sur l’homme blanc terrassé à Diên Biên Phu1 le capitalisme outrancier de la Banque d’Indochine ou du groupe Rivaud et leurs suites contemporaines… ce numéro hors série propose in fine une relecture critique de ce que fut la colonisation sous ses pires et néanmoins importants aspects.

Il est symptomatique de constater que les sujets novateurs, maniés avec moult précautions par les historien-nes professionnel-les, sont souvent portés par le journalisme d’investigation comme autrefois Yvonne Schultz, Andrée Viollis (mentionnée sur la dénonciation de la torture), Léon Werth, Louis Roubaud, Philippe Devillers, Bernard Fall ou Lucien Bodard (malgré l’exubérance de sa plume et de ses portraits hauts en couleurs frisant la caricature), l’ont fait, en enquêtant sur le terrain, pour décrire ce que Paul Mus devait appeler le « cosmodrame » qui se jouait en Asie dans sa dimension guerrière, cosmologique et anthropologique.

Le numéro hors-série avance sur des dossiers sensibles et propose une interprétation : « De quoi d’Indochine est-elle le nom ? », hier et aujourd’hui. Si on aimerait en savoir plus, au-delà des silences persistants, sur la construction politique et sociale franco-indochinoise in situ au Viêt-Nam, dont les asio-descendants sont les dignes héritiers et héritières, une étape est franchie, une borne est posée par l’équipe de Doan Bui. A partir de ces témoignages et aperçus culturels ou anthropologiques se dessine la possibilité d’une nouvelle histoire de l’Indochine colonisée et de ses interactions dont les asio-descendants sont le fruit. Aux intersections coloniales dénoncées dans ce numéro répondent aussi des interactions assumées voire revendiquées que les récits familiaux mettent en avant. Celles de lettrés, d’intellectuel-les, d’enseignantes et d’une élite qui a rêvé d’un projet politique à part égale et d’une décolonisation plus pacifique. Était-ce un rêve si illusoire ?

Après ce rapide éloge, j’aimerai proposer quelques suggestions pour approfondir la question. Le terme « décoloniser » est chargé de sens, il s’inscrit dans la logique des études décoloniales et invite donc à l’investiguer davantage2. Quelle approche décoloniale est possible avec l’Indochine, ce terme et ce qu’il recouvre au delà d’un effet de mode ? Celle de l’écriture de l’histoire de la conquête qu’il faudrait reprendre en analysant de nouveau les sources disponibles ? Et sur quelles sources s’appuyer ?3 Celle des représentations stéréotypées et fantasmées que recouvre le mot « Indochine » ? Celle des corps indochinois, construction sociale et politique de la période coloniale à l’indépendance post-coloniale ? Celle des rendez-vous manqués avec la voie pacifique et pourquoi l’échec répété des voies médianes ? Il aurait été intéressant en préambule de ce dossier de préciser les choses, qu’est-ce qui doit être ou peut être décolonisé et pourquoi est-ce utile ? Nos consciences, nos préjugés, nos ignorances… ? Et de quoi l’Indochine peut-elle être le nom ? Le sujet s’avère finalement complexe et Christopher Goscha de rappeler :

« L’Indochine est une construction coloniale qui se greffe en fait sur quelque chose de préexistant. Avant les Français, les Vietnamiens avaient été eux aussi des colonisateurs. Le Dai Nam de la dynastie des Nguyên dans les années 1830 inclut une bonne partie du Laos et du Cambodge. L’Indochine française reprend cette construction » (p. 59).

L’Indochine fut également le territoire de l’expansion communiste vietnamienne. Le résultat de ces trois guerres successives est terrifiant4. De son côté Viet Thanh Nguyên s’interroge sur nos représentations figées de l’Indochine :

« Comment lutter contre cette reconstruction nostalgique, cette mythologie rêveuse, mélancolique et si romantique ? » (p. 95)

Au fil des 99 pages, le terme Indochine se révèle donc multiple dans des sens divergents. En lisant le témoignage de Doan Bui “Voyage au pays des miens”, l’utilisation du terme “Indochine” interpelle. Historiquement, le Viêt-Nam devient indépendant officiellement en 1945 (RDVN) et conserve cette appellation même sous le régime de Bao Dai (État du Viêt-Nam, 1948-1954) or son voyage fait durer cette appellation jusqu’en 1954 à travers les expressions “un pays, l’Indochine, qui a cessé d’exister en 1954” (p. 9) et “Après 1954, il n’y a pas que l’Indochine qui disparaitra” (p. 13). Ce choix journalistique et cette auto-représentation démontrent que « dé-coloniser » ne coule pas de source et nécessite une opération mentale audacieuse, un retour sur soi exigeant. Car, ce que nous raconte Doan Bui de son voyage familial est aussi un attachement à un vocabulaire, “né de” et “usité par” la colonisation, un vocabulaire socialement et viscéralement intégré. Puissance de cet imaginaire dont joue encore beaucoup de Vietnamiens dans leur propre tourisme domestique.

On comprend alors que cette Indochine n’est finalement pas celle des Français, ni celle des colons, que le terme appartient autant aux Indochinois eux-mêmes qu’aux Occidentaux. Il y a une Indochine vietnamienne : celle des Vietnamien-nes qui ont cru à la France ou qui s’en sont nourris et qui ont effectué un compagnonnage chargé de sens, celle des « Petits Viêt-Nam de France », celle de la famille de Doan Bui, de Viêt Thanh Nguyên et sans doute dans une moindre mesure une Indochine cambodgienne et laotienne qui a peu à voir avec celle des oppresseurs. A chacun-e son destin5. Chacun et chacune s’approprient à sa façon la mémoire de ce vocabulaire chargé de drames et de convulsions. Car l’Indochine c’est aussi une histoire de guerres entre les royaumes khmers, laotiens, siamois, cham et vietnamiens… avec sa dimension vietnamienne impériale et impérialiste au niveau continental6. Quatre mots de vocabulaire “Riz, colonisation, langue nationale, métis” ferment la marche de cette histoire en l’ouvrant sur la question du langage si importante pour la transmission.7.

Enfin, ce numéro spécial qui se veut didactique méritait une page de références bibliographiques, une page « Pour approfondir » ces questionnements. Outre les sources mentionnées et sur lesquelles s’appuient les articles, d’autres études nouvelles et importantes pouvaient être citées. Sur l’histoire des femmes, sur les corps, sur la guerre ou encore sur une réconciliation nationale jamais entreprise par les vainqueurs. Et ces oublis ne sont pas spécifiques aux numéros spéciaux consacrés à l’Indochine. En effet (mais c’est un autre sujet), on reste surpris par la méconnaissance des collègues historien-nes en France de l’historiographie sur le Viêt-Nam dans des ouvrages d’histoire globale8. On complètera donc ces récits avec les études pionnières sur la colonisation des corps, sur l’histoire des femmes, sur le genre et la guerre, sur la littérature et les arts, et sur la nécessité de revisiter les sources de la colonisation avec un regard critique et réflexif9.

Si la carte postale « Indochine » à laquelle nous avons été trop habitués est quelque peu esquintée par ce numéro hors-série, elle permettra aux lectrices et lecteurs d’entrevoir ce que vécurent les Vietnamiens, les Cambodgiens et les Laotiens pendant la période de la domination française. Au Viêt-Nam, qui déclara par deux fois son indépendance en 1945, nos gouvernements refusèrent de concevoir à ce moment clé un destin à parts égales jusqu’à la guerre effroyable qui fit la bagatelle d’un million de morts. Le sacrifice d’une indépendance acquise par le prix du sang engendra la terrible guerre civile qui divisa encore les Vietnamiens pendant de longues décennies avec ce chiffre global, jamais totalement définitif, de plus de trois millions de morts. Un coût exorbitant pour la construction d’un État post-colonial devenu autoritaire et policier, engagé aujourd’hui dans le jeu complexe de la globalisation et de la géopolitique chinoise. La guerre civile indochinoise et ses interactions péninsulaires au XXe siècle reste encore à écrire10.

De quoi l’Indochine fût-elle donc le nom ? Du meilleur pour les élites, on en doute compte-tenu de la radicalisation révolutionnaire. Du pire pour les paysans, les petites gens, les révolutionnaires d’hier et les dissidents d’aujourd’hui, assurément. L’histoire le démontre déjà. De quoi l’Indochine est-elle aujourd’hui encore le nom : d’une histoire qui continue à glorifier l’œuvre française (« une installation » comme on déménage) ou d’une histoire décoloniale déconstruisant le puissant mythe ? D’un clivage post-guerre froide qui ne se tarit pas, d’un traumatisme collectif enfoui dans les mémoires, d’une identité plurielle qui ne sait quel visage afficher dans une société française toujours mal à l’aise avec son passé colonial ? Un peu tout cela à la fois. L’actualité de ces dernières semaines, accrochée à la mystique de Diên Biên Phu, nous le raconte aussi. De quoi l’Indochine sera-t-elle le nom ? Une affaire géopolitique d’États post-coloniaux sous emprise chinoise ? Une ancienne question mémorielle et identitaire ? Une disparition programmée des derniers oublié-es ? L’avenir nous le dira. Ne soyons pas trop pressés de le savoir.

A lire donc : “Indochine 1858-1954. La colonisation oubliée”, Le Nouvel Obs, hors-série n° 116, mai 2024.

François Guillemot, 10 mai 2024. MàJ 11/05/2024.


Illustration “à la une” : Port-folio Métissage par Tuan Andrew Nguyen © Le Nouvel Obs 2024

  1. N’oublions pas le 5e Bawouan, bataillon de parachutistes vietnamiens largués dans la cuvette au pires moments []
  2. Voir à titre d’exemple sur l’origine de cette approche : Lissel Qiroz et Philippe Colin, Pensées décoloniales. Une introduction aux théories critiques d’Amérique latine, Paris, Zones, 2023 []
  3. Voir notre chapitre : “Écrire l’histoire du Viêt-Nam sous la colonisation : l’avènement d’une nouveau récit national ?” dans Nguyen Giang Huong (dir.), Le portail France-Vietnam, Paris, Editions Kimé, 2021, p. 141-168 []
  4. Voir “Un démocide partagé” dans : Viêt-Nam, fractures d’une nation, Paris, La Découverte, 2018, p. 207-211 []
  5. Cf. Charles Keith, Subjects and Sojourners. A History of Indochinese in France, Berkeley, University of California Press, 2024 []
  6. Cf. Christopher Goscha, Indochine ou Vietnam, Paris, Vendémiaire, 2015 []
  7. Notez qu’encore une fois deux mots vietnamiens lourds de sens prédominent dans ce trop court lexique []
  8. A titre d’exemple voir les ouvrages : L. Bantigny, Q. Deluermoz, B. Godille, L. Jeanpierre, E. Palieraki (dir.), Une histoire globale des révolutions, Paris, La Découverte, 2023, qui ne cite que très peu d’études sur l’Asie, sans même un chapitre dédié au Viêt-Nam et voir Bruno Cabanes (dir.), Une histoire de la guerre. Du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, Points Histoire, 2018, ouvrage dans lequel les références sont datées avec des oublis tout aussi remarquables sur les études historiques de ces trente dernières années ! []
  9. Quelques références dans notre bibliographie en ligne : https://indomemoires.hypotheses.org/22968 []
  10. Pour l’inspiration, on pourra se reporter à Enzo Traverso, 1914-1945 la guerre civile européenne, Paris, Fayard/Pluriel, 2009 et son alter-ego Ernest Nolte, La guerre civile européenne. National-socialisme et bolchévisme, 1917-1945, Paris, Librairie académique Perrin / Tempus, 2011 []

De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [2]

Adieu littérature, la guerre et la politique sont investies dans la seconde partie de ce numéro. Et il y a tant à dire. Ici, en France, gauche révolutionnaire et droite conservatrice se partagent le gâteau indochinois. La première, en louant “la lutte intrépide du résistant vietnamien”, essentialisé à satiété, en oubliant les alternatives politiques qui se sont jouées et qui ont été écrasées par le communisme de guerre. La seconde, en maintenant dans le formol une Indochine idyllique, idéale typique et exotique, en oubliant le coolie qui s’écroule sous les coups ou qui meurt dans les mines de charbon ou les plantations d’hévéas. Évidemment, il faut aller au-delà du compagnonnage du Parti ou du déni de l’exploitation meurtrière pour comprendre la colonialité de cette histoire.

Le journaliste François Reynaert commence ce périple politico-militaire en décrivant, à l’appui du dossier Nguyen Ai Quoc des archives d’Outre-mer (ANOM), la vie du futur Hô Chi Minh à Paris entre petits boulots et grandes idées anticoloniales. L’histoire est connue mais conserve sa part d’ombre. Que faire de cette lettre qu’il écrit en 1911 pour intégrer l’École coloniale ? Quelles sont ses relations au sein du groupe des Cinq Dragons ? L’agitateur se forme au contact d’amis communistes et devient formateur au sein du journal « Le Paria », dont le titre expose déjà la condition humaine du monde colonial coalisé à Paris.

Doan Bui revient sur les dossiers sensibles de la guerre d’Indochine que l’on a qualifié dès les années cinquante de « guerre sale ». Elle appuie où ça fait mal : utilisation du napalm, pratique de la torture, chemin de croix de Diên Biên Phu, « Valmy des colonisés », violences de guerre, bordels militaires de campagne (BMC)… mais son récit revient aussi sur cette lutte haineuse entre Blancs et Jaunes depuis mars 1945 lorsque les Japonais infligent une leçon d’humiliation au pouvoir colonial. On n’aura de cesse d’insister sur l’importance de l’intervention japonaise dans le processus révolutionnaire vietnamien. Les violences, la terreur politique et les atrocités corporelles commises par la guérilla vietminh ne sont pas éludées. Le tableau de la guerre sale dressé par Doan Bui, haut en noirceur, s’étonne de l’invisibilité des victimes face à l’inscription dans l’histoire des persécuteurs. Vraie question sur notre rapport aux événements du monde et sur la façon dont on les présente.

Paul Riché dans son article intitulé « Des rizières au djebel » fait le lien, encore assez peu mentionné dans les recherches académiques, entre guerre d’Indochine et guerre d’Algérie. Il rappelle ce choc polémologique qui incite les officiers français à s’intéresser à la guerre révolutionnaire et à y mettre en œuvre son pendant, la guerre contre-insurrectionnelle, jusqu’à l’invention de l’OAS et de la rébellion militaire à Alger. Le lourd tribut des « anciens de l’Indo » façonne l’imaginaire romantico-militaire du centurion taraudé par ce « Mal jaune » qui hante les consciences, popularisé par Jean Lartéguy.

Dans un entretien avec Doan Bui, l’historien Christopher Goscha répond à une question importante, celle des mots employés pour qualifier les trois guerres d’Indochine qui se succèdent entre 1945 et 1991. Il recadre le conflit indochinois dans le contexte d’une guerre indo-coréenne plus large menée par les Américains en Asie pour contrer l’expansionnisme chinois. Tout à la fois guerre de décolonisation “la plus violente du XXe siècle” et “guerre civile”, il rappelle la nécessité d’explorer ces aspects sur le modèle des contributions importantes des chercheur-es sur la guerre d’Algérie ou d’autres conflits. Notons que cet oubli sera réparé puisque Christopher Goscha dirige actuellement un ouvrage collectif sur ces questions suite à un colloque important à Montréal en 20231. Le sort tragique des derniers résistants Hmongs du Laos est évoqué pour clore cette partie sur la guerre, une aventure périlleuse partagée entre culture du pavot, recherche d’une autonomie montagnarde et engagement dans la lutte contre le communisme.

La troisième partie « Intersections coloniales » conte en quelques tableaux l’histoire transnationale des opprimé-es. On commence par l’exil forcé de l’empereur Hàm Nghi en Algérie, son destin d’artiste néanmoins bâillonné et surveillé (raconté par la documentariste Hélène Lam Trong) mais qui n’empêche pas le prince rebelle de conserver son aura de héros du mouvement de résistance “Aide au Roi” dans le Viêt-Nam d’aujourd’hui. Le sociologue Fabien Truong expose comment la France, coloniale et républicaine, de la Troisième République a théorisé « la hiérarchie des races » entre les différents peuples colonisés. Autrement dit, le devoir de civiliser les « races inférieures » devient un droit et se motive par l’émergence de la science anthropologique. Celle-ci entend « compter, mesurer, dénombrer, quantifier » cette « matière coloniale » qu’elle administre. On compare, décrit les corps, analyse leur robustesse et on les utilise comme ces quelques 90 000 Vietnamiens enrôlés pour la Première Guerre mondiale pour « leur endurance ». Mais cette « ère de violence » ne résiste bientôt plus ni à la science anthropologique ni à l’émancipation des artistes colonisés qui « rient en scène et se moquent de nous » (p. 68). La guerre ressurgit dans l’article de Sarah Diffalah pour nous rappeler que le CEFEO était aussi composé de « 180 000 soldats africains et maghrébins » entre 1947 et 1954. Les colonisés d’Afrique sont réquisitionnés pour combattre d’autres colonisés d’Asie. La gloire militaire illusoire qui leur est offerte et qui les attire est bien amère. Ils restent les grands oubliés des récits sur la Guerre d’Indochine, bribes de mémoires et sans sépultures. Les goumiers marocains sont pourtant en première ligne sur le désastre de la RC4 en 1950.

Les deux derniers volets de cette partie s’intéressent aux métis, aux rapatriés de la guerre et aux héritages sénégalais. Ils ouvrent le champ de la réappropriation par leurs descendant-es des récits oubliés de l’Indochine. Cette prise de parole balaye de nouveau l’histoire sociale de l’Indochine cette fois-ci en France. Doan Bui retrace l’histoire de la famille Sinnourretty, issue « d’une Indochine qui n’existait plus » figée dans le temps et dans l’espace dans le CAFI (Centre d’accueil des Français d’Indochine à Sainte-Livrade sur Lot). Un CAFI emblématique de la décolonisation dont la descendance métisse, à travers le travail d’histoire orale d’Alix Douart, s’attache à faire connaître la pénible existence « sous tutelle militaire » et d’en préserver la mémoire sociale2. Cette partie se termine par un port-folio intitulé “Métissage” qui rend compte du travail vidéo-artistique de Tuan Andrew Nguyen, « Le spectre des ancêtres en devenir », une installation abordant l’histoire méconnue ou passée sous silence des tirailleurs sénégalais et de leurs descendants. « Je ne suis Français que quand ils ont besoin de corps pour arrêter les balles, et noir le reste du temps », dit Anne-Marie Niame en imaginant une parole de son père Wally.

Ainsi, le pari de nous faire entendre d’autres voix s’avère réussi dans ces seconde et troisième parties consacrées à la guerre, aux corps et aux paroles qui surgissent et analysent avec soin le passé colonial.

La quatrième et dernière partie de ce numéro très dense réfléchit sur l’après. « Après l’oubli », que faire de toutes ces histoires, comment se les réapproprier, et faire entendre ces autres voix enfouies de l’histoire ? Une nouvelle génération « d’asio-descendants », terme générique qui prend modèle sur celui d’afro-descendants, à travers une « mumuration » grandissante nous dit Doan Bui, questionne « leur mémoire et leur histoire, trouée par les guerres et les exils » (p. 85). Doan Bui évoque ainsi à grands traits les fractures de cette nation vietnamienne qui se radicalisa sans se réconcilier :

« il nous faut décomposer pour recomposer, déconstruire le récit national pour le reconstruire, en intégrant les voix des marges”, écrit Doan Bui à propos des œuvres de l’artiste Dinh Q. Lê, récemment décédé.

Le souvenir et l‘émotion se télescopent avec la pièce de théâtre Saigon, un gros succès de Caroline Guiela dédié à sa mère, qui laisse entendre cet ultime “ictus” franco-vietnamien3.

Les trois articles suivants reprennent le chemin de la violence dont on propose une autopsie, voire une archéologie muséographique en ce qui concerne les bagnes. A travers son roman « Une sortie honorable », Eric Vuillard explore la géographie autoritaire de l’Indochine avec son exploitation mortifère et la brutalité du rapport colonial et guerrier que Raoul Peck, s’appuyant sur le roman de Conrad Au cœur des ténèbres, raconte si bien dans sa série documentaire « Exterminez toutes ces brutes »4. L’oubli des Vietnamien-nes, de ce qu’ils et elles ont à dire, rappelle que « l’histoire est écrite par les puissants, même lorsqu’ils sont vaincus » (p. 92). L’écrivain Viet Thanh Nguyen revient précisément sur l’invisibilisation de la guerre d’Indochine et de ses atrocités, faute d’images mais aussi sur cette « civilisation européenne » où se côtoient allègrement les Lumières avec les ténèbres. Voilà l’ambiguïté de cette Indochine analysée par les historiens Pierre Brocheux et Daniel Hémery dans leur ouvrage de référence sortie en 1995 et réédité en 2001. Lumières et ténèbres, la page peut-elle se tourner ?

A suivre

François Guillemot, 10 mai 2024.

Suite : De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [3]

  1. Cf. “Repenser la guerre d’Indochine : violences civiles et coloniales”, UQAM, 13 et 14 octobre 2023. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/40246 []
  2. Cf. Son audio-documentaire : https://indomemoires.hypotheses.org/40590 []
  3. “ictus amnésique”, crise passagère de la mémoire immédiate, sorte de bug. Ce terme désigne une pathologie qui s’illustre par une “manifestation brutale d’un état morbide affectant le système nerveux”, source : ATiLF []
  4. Cf. Raoul Peck, “Exterminez toutes ces brutes, documentaire historique de 3h48, France / États-Unis, Arte éditions, 2021 []

De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [1]

L’histoire de l’Indochine française, qui se termine tragiquement par une guerre de décolonisation d’une violence inouïe1, est depuis quelques années présente dans nos imaginaires à travers des numéros spéciaux de revues et a investi également la toile avec plusieurs films documentaires traitant de la guerre2. De nature différente et de qualités inégales, ces produits culturels grand public dévoilent notre vision de l’Indochine souvent teintée d’exotisme, d’épopées, d’émotions en tout genre, de malheurs et de regrets. Les récits qui en sont faits parlent le plus souvent de notre point de vue franco-français (ce qui paraît logique) avec la difficulté de faire appel à d’autres perspectives qu’elles soient vietnamiennes, laotiennes ou cambodgiennes (au premier chef), américaines, russes, sud-coréennes, marocaines, algériennes, issues des ethnies minoritaires…, bref en croisant les points de vue sur une histoire excessivement complexe et tourmentée. Le numéro hors-série du Nouvel Obs que nous proposons de décrypter va à contre sens de cet exotisme suranné, raison pour laquelle il parait important de s’attarder dessus.

L’éditorial de Doan Bui donne le ton : « Dé-coloniser ». Décoloniser un fantasme, né et promu en France pendant des décennies au détriment des populations « indigènes » en donnant la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas assez eu ou qui se sont terré-es dans des silences prolongés. Pour Doan Bui, il s’agit, à travers ce numéro, de « renverser le regard », de remettre au centre du jeu, intellectuel et sonore, « ceux qui ont été trop longtemps des figurants de cette histoire » à travers un « récit polyphonique » qui interroge notre vision de l’Indochine3. L’intention est louable et le défi ambitieux. Pour ce faire, le dossier est divisé en quatre grandes thématiques : « Conquête et domination », « La défaite de l’homme blanc », « Intersections coloniales », « Après l’oubli », chacune explorant les aspects les plus méconnus voire rocambolesque de cette histoire indochinoise. Si l’Indochine a été finalement décolonisée par ses acteurs les plus radicaux dans une immense souffrance collective, l’origine de ces drames trouvent souvent leur source dans la brutalité de la colonisation. Ce numéro hors-série apparait, en quelque sorte, animé de cette volonté de nous remettre quelques idées en place, sans trop d’œillères pour les vainqueurs communistes vietnamiens de ce désastre.

Conquête, domination, violences, défaites, exploitation, intersections et mémoires sont donc les mots clés qui rythment la nouvelle histoire de l’Indochine qui se dévoile sous nos yeux. Un récit qui tranche d’avec les numéros spéciaux habituels qui peuplent les kiosques de nos gares dans lesquels le souvenir émouvant de la belle colonie, “perle de l’Extrême-Orient”, côtoie l’héroïsme de nos soldats tombés à Diên Biên Phu. On ne parlera pas ici « d’installation française » pour la conquête de ce territoire comme le titre un numéro spécial de la revue “Les grands moments de l’histoire” actuellement en vente. Ici le cadre se brise sur des réalités coloniales beaucoup plus brutales, du côté de l’histoire des colonisé-es même si le tableau est encore incomplet.

Le numéro débute par une frise chronologique utile (accompagnée d’une carte) qui survole près d’un siècle d’occupation en 1858 et 1954. De quoi conserver en mémoire au fil de la lecture les dates clés d’une histoire aussi passionnante qu’effrayante, tout dépendant de quel côté du miroir on se placera. Cette périodisation apprivoise une vision vietnamienne de l’histoire qui évoqua dans certains ouvrages “la guerre de cent ans” pour qualifier la longue lutte anticoloniale. Le premier article permet, en entrée de jeu, à Doan Bui de convoquer la complexité d’une histoire familiale, la sienne, et de la guerre civile en filigrane, dans laquelle se mêlent l’engagement du grand-père, le destin tragique de l’oncle Câu, la mémoire chuchotée du napalm des Français, la purge du Parti des Travailleurs dans les années cinquante, la division imposée du pays, le déplacement de la guerre au Sud, bref la violente course vers l’unification politique de 1976 et le destin transnational des Vietnamien-nes.

Première partie. Cette belle entrée en matière est suivie par un rappel de l’histoire du pays entre « conquête et domination ». Louis Raymond, qui fut assidu au séminaire Mémoires d’Indochine, retrace à grands traits “l’histoire d’une invasion”. La guerre de conquête avec ses soubresauts connectés au destin de la France dure trente ans. Trente années d’une guerre coloniale d’une grande violence, d’une affligeante cruauté, dont Pierre Loti témoigne dans Le Figaro de 1897 en faisant le récit réaliste de la guerre d’Annam à laquelle il a assisté4.

Dans un entretien très clair et pédagogique, Olivier Tessier, anthropologue, chercheur à l’EFEO, rappelle l’importance de la maitrise de l’eau (endiguement, irrigation, drainage) dans l’histoire de la construction du territoire vietnamien et de la société. Il complète avec l’univers mental des Vietnamiens d’antan qui font appel aux divinités pour se protéger des inondations et sécheresses. L’enquête du reporter Clément Lacombe, bien sourcée, nous emmène au cœur du « narco-Etat » ou « narco-système » de la France en Indochine, véritable manne financière et bombe sanitaire, dénoncée jusqu’à Paris par le groupe des Cinq Dragons dans Le procès de la colonisation française, publié à Paris en 1924, sous le nom de Nguyen Ai Quoc, le futur Hô Chi Minh mais probablement rédigé par l’avocat Phan Van Truong5. Il investigue ce que recouvre les termes « Régie de l’opium » avec ses hordes de fonctionnaires qui fabriquent et supervisent la vente du puissant narcotique. Il en retrace l’apogée sous la mandature de Paul Doumer puis bien au-delà, pendant la Première Guerre mondiale au niveau transnational et enfin pendant la guerre mondiale suivante en ancrant la culture du pavot chez les montagnards Hmongs (que l’on retrouve plus loin dans ce numéro). L’opium reste un outil idéal de financement après la révolution vietnamienne de 1945 en s’infiltrant dans l’économie de la guerre d’Indochine et en terminant sa course dans les années 1970 à Marseille au sein de la French Connexion ! La trajectoire comprimée sous cet angle est impressionnante.

Sur la base du récit historique d’Eric Panthou sur l’entreprise Michelin, Clément Lacombe explore ce que fut l’exploitation, ô combien meurtrière, du caoutchouc qui illustra l’arrière-plan idyllique de quelques films français sur cette Indochine rêvée. Le mythe se déconstruit au fil de la lecture. Le journaliste établit le lien sur la durée entre l’exploitation des indigènes et la construction d’un empire capitaliste qui affiche aujourd’hui ouvertement encore ses racines coloniales.

Grace Ly, autrice engagée, s’engouffre dans l’histoire des femmes sous la forme d’une dénonciation du « porno-colonialisme ». Les mots sont forts pour décrire la colonisation et la sexualisation des corps de très jeunes femmes dénudées dont l’image est reproduite sur des cartes postales touristiques ! Les images « des petites épouses », objet sexuel de son patron blanc, forment l’essentiel de la production de ce que l’historienne Isabelle Tracol-Huynh nomma le « porno colonial » dans sa thèse. Le regard colonial est aussi obscène dans les romans où les auteurs affichent souvent leur désir sexuel décomplexé loin de la métropole comme le rappelle Jennifer Yee, autrice d’une étude marquante sur les « clichés de la femme exotique ». Ce voyage à travers quelques stéréotypes coloniaux nous invite à réfléchir à l’aune de ce que peut produire aujourd’hui l’intelligence artificielle conclut Grace Ly. La décolonisation de nos regards sur les corps indochinois conserve une puissante actualité.6

Le voyage historique se termine par une ode littéraire en hommage à « Duras la vietnamienne ». Doan Bui resitue l’écrivaine dans son contexte vietnamien, symbolisé par son « écriture métisse » qui jongle avec les pronoms personnels. Elle immerge l’écrivaine dans son milieu naturel, à Sadec, Saigon ou dans « la mélodie sinueuse du temps passé ». Un très beau texte qui paradoxalement ne rompt pas avec un certain exotisme. C’est aussi ça l’Indochine, une emprise sentimentale.

Ainsi, cette première partie “Conquête et domination” oscille entre jalons socio-historiques et dénonciations d’une terre d’exploitation (caoutchouc, opium, sexe) dans laquelle les “indigènes”, opprimé-es restent finalement encore relativement muet-tes. Ce qui pose la question des sources et de la possibilité de faire parvenir jusqu’à nous des voix effacées de l’histoire coloniale. A ce titre, le “Voyage au pays des miens” de Doan Bui revêt une valeur particulière car l’autrice énonce des bribes d’une histoire orale familiale qui pourrait s’étoffer.

A suivre.

François Guillemot, 10 mai 2024.

Suite : De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [2]

Illustration “à la une” : Infographie par Mehdi Benyezzar, Doan Bui et Eric Aeschimann © Le Nouvel Obs 2024


Notes ci-dessous

  1. Aujourd’hui reconsidérée à l’aune de nouvelles découvertes en archives []
  2. Les derniers en date : “Indochine, une guerre oubliée”, film documentaire de David Korn-Brzoza, 2024 ; “Vietnam, une guerre civile”, documentaire de Bernard George, 2024. Pour les numéros spéciaux de revues, voir : “L’Indochine, de l’installation française à Dien Bien Phu”, Les grands moments de l’Histoire, n° 50, mai-juin-juillet 2024 ; “L’Indochine française, de la conquête à Dien Bien Phu”, Le Figaro Histoire, avril-mai 2024 ; “France-Indochine, la sale guerre”, L’Histoire, n° 499, septembre 2022 ; « Quand l’Indochine était française (1856-1956) », Historia, n° 900, janvier 2022 ; []
  3. En ce sens, ce travail rejoint l’objectif de mon séminaire Mémoires d’Indochine, enseigné à l’ENS de Lyon de 2012 à 2022 []
  4. Cf. Pierre Loti, Trois journées de guerre en Annam, Paris, Éditions du Sonneur, 2006, nouvelle édition en 2014 []
  5. Réf. Nguyen Ai Quoc, Le procès de la colonisation française. 1ère série : Moeurs coloniales, Paris, Librairie du Travail, 1924 ; dernière réédition en date chez Le Temps des cerises, 2012. Voir aussi : Pierre Brocheux, « Phan Văn Trường, 1876-1933. Acteur d’une histoire partagée », Moussons, n° 24, 2014, p. 19-32 []
  6. Sur ce sujet, voir notre communication de mai 2016 : “Le corps indochinois. Histoire d’une émotion inégale”. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/22811 []

Assurer les services de l’arrière dans la campagne de Dien Bien Phu [infographie Nhân Dân]

A l’appui d’une infographie parlante, rappel de la formidable mobilisation du gouvernement de la RDVN et de l’Armée populaire vietnamienne sur les services de l’arrière lors de la bataille de Diên Biên Phu. Infographie publiée sur le site de l’organe officiel du PCV.

La Victoire de Dien Bien Phu est l’une des victoires glorieuses dans l’histoire de la lutte du peuple vietnamien contre les agresseurs étrangers au 20e siècle. C’était une victoire de la résistance de longue durée et pénible du peuple vietnamien sous la direction du Parti et du Président Ho Chi Minh. L’un des facteurs majeurs de la victoire, c’étaient la volonté et les efforts de tout le peuple et de toute l’armée pour surmonter toutes les difficultés et libérer le pays.

Voir l’infographie : https://fr.nhandan.vn/assurer-les-services-de-larriere-dans-la-campagne-de-dien-bien-phu-post89221.html


Image “à la une” : procession de vélos pour ravitailler Diên Biên Phu, source : VNA

Christèle Dedebant : Le bagne des Annamites. Les derniers déportés politiques en Guyane [parution]

Parution d’une longue enquête historique de la journaliste Christèle Dedebant sur une histoire complètement oubliée des bagnes coloniaux. Présentation de l’éditeur.

Surveiller et punir dans l’Empire colonial français.
Le 6 mai 1931, aux abords du bois de Vincennes, on inaugurait l’une des attractions majeures de l’entre-deux-guerres : l’Exposition coloniale internationale. Au même moment, de l’autre côté du globe, le vapeur français “La Martinière” quittait le port de Saigon dans le plus grand secret. Dans ses cales, 535 “indigènes” de 18 à 35 ans, – des “Annamites”, comme on appelait les Indochinois, enfermés dans des cages de fer, en partance pour la Guyane. Ce 17 mai 1931, quand le vapeur “La Martinière” avait levé l’ancre en direction de Cayenne, la France était à la tête du deuxième empire colonial du monde. Sa domination s’exerçait sur un territoire dix-huit fois plus vaste que l’Hexagone.

Docteure en histoire contemporaine, journaliste au magazine Géo, Christèle Dedebant vit à Aix-en-Provence et faits de fréquents séjours à Cayenne.

URL éditeur : https://www.actes-sud.fr/le-bagne-des-annamites


Photographie “à la une” : Camp Crique Anguille. Allée dans les vestiges. Photo : Chatsam, 10 juin 2017 (source : Wikipedia)

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search