Archives par mot-clé : URSS

Lê Thanh Nghị, « Report on meetings with Party leaders of eight socialist countries » [1965]

[ndlr] Signalement d’une archive en ligne sur le site du Wilson Center.

North Vietnamese Deputy Prime Minister and Politburo member Le Thanh Nghi recounts his discussions with socialist leaders in the summer of 1965, just as the war in the south was heating up.

“Report on Meetings with Party Leaders of Eight Socialist Countries”

During these talks, in each country we focused on providing to the Party and State leaders internal information on the Vietnamese people’s struggle against the American imperialist aggressors and on our Party Central Committee’s assessments and policies. We provided clear explanations of the plots of the American imperialists, described the victories our struggle has won, and explained our strategic resolve to defeat the American imperialists, to defend the North, liberate the South, and to advance toward the peaceful unification of our country. We described our determined resolve to overcome all difficulties and hardships in order to achieve total victory, and we clearly spelled out the certainty of our victory. We also told the Soviet Union and the Eastern European countries that if Vietnam did not resolutely defeat the American imperialist will to commit aggression, the American imperialists would become aggressive and would try to put their foot on our collective heads. They would escalate their acts of aggression and instigate wars against a number of the other fraternal countries, including even the Eastern European countries. We made careful presentations so that the fraternal countries would understand that we were not using only military measures in our struggle and that we were not rigid and machine-like; instead we made it clear that we have a clear and profound understanding of our nation’s most sacred revolutionary mission, which is also a heavy and glorious international duty for us.

In general, in all eight socialist countries that we visited (China, the Soviet Union, Poland, Germany, Bulgaria, Hungary, Czechoslovakia, and North Korea), the Party and State leaders whom we met all indicated that they agreed with our assessments and our analyses; they agreed with the policies and positions of our Party Central Committee; and they said that they would actively support and help us.

[Handwritten: Brother Tuan will type up an official copy, which should be about 20 pages long]

[Handwritten: 24 copies]

Pour citer ce document :

« Lê Thanh Nghị, ‘Report on Meetings with Party Leaders of Eight Socialist Countries’, » 1965, History and Public Policy Program Digital Archive, 8058 – “Báo cáo của Phó Thủ tướng Lê Thanh Nghị về việc gặp các đồng chí lãnh đạo của Đảng và Nhà nước 8 nước xã hội chủ nghĩa năm 1965,” Phủ Thủ tướng, Vietnam National Archives Center 3 (Hanoi). Obtained by Pierre Asselin and translated by Merle Pribbenow.

https://digitalarchive.wilsoncenter.org/document/134601

Source : Wilson Center Digital Archive

Người Nga nói thật về Chiến tranh Việt Nam

[ndlr] Article intéressant sur l’aide soviétique à la RDVN pendant la guerre du Viêt-Nam et son impact sur le déroulement de la guerre. A lire sur les journaux en ligne Dat Viet ou Dan Tri.

Cũng như không ai giấu diếm sự tham gia của các quân nhân chúng ta (Liên Xô) trong các hoạt động tác chiến tại Việt Nam. Nhưng không phải của các phi công mà là của các chiến sỹ tên lửa. Khác với pháo cao xạ và MiG, người Việt Nam nắm bắt việc sử dụng tên lửa khó khăn hơn. Chính vì vậy mà ở giai đoạn đầu của cuộc chiến tranh (phá hoại bằng không quân của Mỹ -ND), chính các chiến sỹ tên lửa Liên Xô đã sử dụng S-75.

Những quả tên lửa S-75 đầu tiên được phóng trên lãnh thổ Việt Nam là vào ngày 25/7/1965 – các tổ hợp tên lửa của Trung đoàn tên lửa phòng không số 236 Quân khu phòng không Matxcova (đang có mặt tại Việt Nam) đã bắn hạ 03 chiếc F-4 “Con ma”.

Không quân Mỹ có vinh dự là Lực lượng không quân đầu tiên trên thế giới đối đầu với các đợt tấn công bằng tên lửa phòng không ồ ạt. Cho đến tận ngày cuối cùng của chiến tranh (Việt Nam) – phải nói rằng trên thực tế đã diễn ra một cuộc chiến thực sự giữa các bộ não của các Trung tâm nghiên cứu khoa học và các phòng thiết kế Xô Viết và Mỹ.

Chính họ (các nhà khoa học và thiết kế) là người góp phần quyết định ai mạnh hơn – không quân hay bộ đội tên lửa phòng không. Hiệu quả tác chiến rất cao thời kỳ đầu (tức là số lượng tên lửa phải sử dụng để tiêu diệt một máy bay) của S-75 đã giảm xuống nhiều lần do Mỹ sử dụng phương tiện tác chiến điện tử, tên lửa chống radar và các chiến thuật mới.

[…]

Tổng cộng từ năm 1965 đến năm 1972 Liên Xô đã cung cấp cho Việt Nam 95 tiểu đoàn (cơ số đạn và tổ hợp phóng –ND) S-75 và 7.658 quả tên lửa phòng không.

Lire la suite : Dat Viet, 01/05/2015 – Lê Hùng (Lược dịch), sur 4 pages ; Dan Tri, 02/05/2015, sur 1 page.

Pour en savoir plus :

Photo en une : State President Truong Tan Sang presents a painting of President Ho Chi Minh to the association of former Russian military experts who helped Vietnam in the wars. Photo: © 2012 Nguyen Khang / VNA

Merle Pribbenow: The Soviet-Vietnamese Intelligence Relationship during the Vietnam War

[ndlr] Parution en décembre 2014 d’un article intéressant de Merle L. Pribbenow II. En téléchargement libre (pdf) sur le site du Wilson Center à Washington DC.

Soviet_intelligence_CWIHP
Soviet intelligence gathering trawler Gidrofon in the Gulf of Tonkin, as photographed from USS Lipan, 1968 © Wilson Center / CWIHP

 

The Soviet-Vietnamese Intelligence Relationship during the Vietnam War / By Merle Pribbenow

In CWIHP Working Paper No. 73, « The Soviet-Vietnamese Intelligence Relationship during the Vietnam War: Cooperation and Conflict, » Merle Pribbenow explores the role played by Soviet Union’s intelligence agencies, namely the KGB and the GRU, in the Vietnam War. Long-held assumptions that the Soviets provided signals intelligence to the Vietnamese have never been positively confirmed, and this paper shows that great conflict between the intelligence organizations of these two nations, whose goals and policies were not always in agreement, existed from the First Indochina War until American withdrawal in 1975.

Merle L. Pribbenow II graduated from the University of Washington in 1968 with a bachelor’s degree in political science.  After serving in the CIA for 27 years, he retired in 1995 and is now an independent researcher/author specializing in the Vietnam War. Pribbenow is a longtime partner with the Cold War International History Project and has authored numerous papers with CWIHP including, e-Dossier No. 33 – North Vietnam’s « Talk-Fight » Strategy and the 1968 Peace Negotiations with the United States; e-Dossier No. 30 – Treatment of American POWs in North Vietnam; e-Dossier No. 28 – Vietnam Trained Commando Forces in Southeast Asia and Latin America; and Working Paper No. 73 – The Soviet-Vietnamese Intelligence Relationship during the Vietnam War: Cooperation and Conflict.

Source : Wilson Center

Nguyễn Thị Mai Hoa : Giúp đỡ quân sự của Liên Xô cho Việt Nam những năm chống chiến tranh phá hoại (1965-1972)

Soldats de la défense aérienne nord-vietnamienne dzavnt une rampe de missile soviétique SA-2  (cliquez pour agrandir)
Soldats de la défense aérienne nord-vietnamienne devant une rampe de missile soviétique SA-2 (cliquez pour agrandir)
© U.S. Air Force photo

[ndlr] Signalement d’un article intéressant et détaillé sur l’aide militaire soviétique à la République Démocratique du Viêt-Nam (Nord Viêt-Nam) entre 1965 et 1972.

Tiến hành kháng chiến chống Mỹ, cứu nước, trong cuộc đối đầu lịch sử với một đối phương mạnh hơn gấp nhiều lần, có tiềm lực kinh tế, quân sự vượt trội, Việt Nam luôn nhận được sự đồng tình, cổ vũ của các lực lượng khác nhautrên thế giới. Thắng lợi của cuộc kháng chiến chống Mỹ không tách rời sự ủng hộ quốc tế to lớn, trong đó có sự giúp đỡ của Liên Xô – quốc gia có nền công nghiệp quốc phòng hùng mạnh với những vũ khí chiến lược tối tân, hiện đại. Viện trợ quân sự toàn diện của Liên Xô, nhất là vào những thời điểm quan trọng của cuộc kháng chiến, đã tăng cường và tạo ra sức mạnh đáng kể cho Quân đội nhân dân Việt Nam.

1. Quyết định tăng cường viện trợ cho Việt Nam

Từ giữa những năm 60 (XX), ở Đông Nam Á diễn ra những thay đổi nhanh chóng. Mỹ tăng cường sự hiện diện, củng cố quyền lực trong khu vực, đẩy mạnh hỗ trợ các nước Đông Nam Á chống lại “nguy cơ của chủ nghĩa Cộng sản”. Trung Quốc – đối thủ cạnh tranh của Liên Xô, một mặt, vừa tiếp tục có thái độ thù địch với Liên Xô, vừa « tìm kiếm quan hệ với Washington để cân bằng địa vị với Liên Xô”[1], đẩy nhanh hòa hoãn với Mỹ; mặt khác, tích cực giúp đỡ Việt Nam chống Mỹ, thông qua Việt Nam mở rộng ảnh hưởng đối với các nước Đông Nam Á. Những sự kiện nêu trên minh chứng cho vị trí địa – chiến lược, địa – chính trị và địa – quân sự quan trọng của Đông Nam Á nói riêng, châu Á nói chung và tác động, ảnh hưởng, buộc Liên Xô phải nhìn nhận, cân nhắc lại quan hệ với khu vực này, khởi động lại chính sách châu Á. Trên con đường khẳng định vị thế, tham gia vào các vấn đề của khu vực, Việt Nam – quốc gia « điểm nóng » là sự lựa chọn thích hợp, « một kênh quan trọng giúp Liên Xô có thể thâm nhập vào Đông Nam Á, cô lập, ngăn chặn chiến lược mở rộng ảnh hưởng của Trung Quốc, không rơi vào thế yếu một khi Trung Quốc hòa hoãn với Hoa Kỳ »[2]. Chuyến thăm của Đoàn đại biểu Liên bang CHXHCN Xô-viết do Chủ tịch Hội đồng Bộ trưởng Liên Xô A.N. Kosygin dẫn đầu đến Việt Nam vào tháng 2-1965 là dấu mốc quan trọng, mở ra bước ngoặt trong quan hệ Việt – Xô với cam kết giúp đỡ toàn diện, cung cấp vũ khí củng cố khả năng phòng thủ của Việt Nam, chống lại sự tấn công bằng không lực của Mỹ. Đó là lựa chọn – như phân tích của Cục tình báo Trung ương Hoa Kỳ, « đảm bảo cho sự có mặt và ảnh hưởng lâu dài của Liên Xô ở Việt Nam (…). Đó cũng là cách Liên Xô giúp đỡ Việt Nam cộng sản chiến thắng – một chiến thắng không gắn với và khuyếch trương uy tín, thanh thế của Trung Quốc »[3].

Lire la suite : Van Hoa Nghe An, 13/02/2014.

  • Dernière parution : Nguyễn Thị Mai Hoa, Các nước xã hội chủ nghĩa ủng hộ Việt Nam chống Mỹ, cứu nước, Hà Nội, Nxb. Chính trị quốc gia – Sự thật, 2013.

Céline Marangé : Pour une histoire transnationale du communisme vietnamien – Réponse à Pierre Brocheux

Marangé_CommunismeVietnamienPour une histoire transnationale du communisme vietnamien. Réponse au compte-rendu de lecture de M. Pierre Brocheux daté du 23 mai 2013.

Céline Marangé, Le communisme vietnamien, 1919-1991. Construction d’un État-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, 612 pages.

Permettez-moi de répondre aux critiques qui ont été adressées à mon livre en partant de questions simples.

1. Pourquoi ne pas discuter du caractère novateur de la démarche et de l’originalité des conclusions ?

Le principal reproche adressé au livre est de ne pas être un ouvrage d’histoire sociale, ce qu’il n’a pas l’ambition d’être, et de ne pas suffisamment prendre en considération la culture confucéenne et les rapports de domination à l’œuvre dans la société coloniale. Ces deux interprétations ne sont pas dénuées d’intérêt : l’influence du confucianisme est indéniable, tandis que les inégalités de droit et l’exploitation humaine qui caractérisaient le régime colonial ont favorisé l’apparition d’idées radicales de natures diverses[1] – ce que montre le livre. Si importantes soient-elles, ces deux lectures ne sauraient tout expliquer ; elles ne suffisent pas en tout cas à expliquer la pénétration du communisme en Indochine dès le milieu des années 1920, ni son évolution ultérieure. Le glissement de la vulgate marxiste à l’interprétation culturaliste que l’on voit s’opérer depuis 20 ans a ceci de commode qu’il permet de cantonner l’histoire vietnamienne dans son cadre national et d’éluder la question des influences étrangères et des relations d’hégémonie au sein du monde communiste. Pour une raison qui m’échappe encore, le rôle du Komintern, parfaitement documenté depuis l’ouverture des archives soviétiques au début des années 1990, continue de faire l’objet de dénégations et de minimisations.

L’optique de mon livre était justement de replacer la naissance et l’évolution du communisme vietnamien dans son contexte transnational. L’approche globale qui a été la mienne n’a pas prétention à tout expliquer ; elle vient compléter d’autres interprétations qui gardent toute leur valeur. Cela étant, elle contribue indéniablement à éclairer le débat, notamment sur le rôle de la guerre froide et de la dispute sino-soviétique dans l’évolution du communisme vietnamien et des relations entre pays indochinois à partir des années 1960. La thèse centrale du livre est que le communisme vietnamien eut de moins de moins de spécificité à mesure que Hanoi s’affranchissait, à la faveur de la guerre du Vietnam, de la tutelle de Moscou et de Pékin. Il démontre, d’une part, les limites de l’influence soviétique et chinoise au Vietnam à partir de 1960, d’autre part, des phénomènes de mimétisme qui se renforcèrent avec le temps et qui sont, pour l’essentiel, liés au rôle central accordé à l’idéologie et à l’organisation dans le système communiste.

Certes le contexte régional sud-est asiatique, et non seulement indochinois, aurait pu être davantage mis en relief, en particulier en ce qui concerne les répercussions du massacre des communistes indonésiens en 1965[2]. Mais des historiens de renom comme Christopher Goscha s’étaient déjà attelés à la tâche[3]. J’ai concentré mon attention sur les relations des communistes vietnamiens avec les deux foyers du communisme mondial qu’ont été l’Union soviétique et la Chine en raison du sujet même du livre, de l’organisation pyramidale du système communiste mondial et des conditions d’émergence du communisme vietnamien, dont témoigne bien le parcours de Hồ Chí Minh de Paris à Moscou et Canton. Cependant, la principale raison était ailleurs, elle tenait à une simple constatation de bon sens : qui veut/doit mener la guerre contre des puissances aussi bien équipées que la France et les Etats-Unis doit pouvoir résister à la force de feu de l’artillerie moderne ; il a besoin d’armes, de fonds et de soutiens sur la scène internationale. Le dévouement et la disposition au sacrifice de la population, si grands, sincères (ou contraints) soient-ils, ne suffisent pas. Or ces besoins créent des relations de dépendance et offrent des moyens de pression à qui veut s’en servir.

2. Pourquoi ne pas faire part des apports historiographiques?

Les apports du livre dans la compréhension d’événements capitaux de l’histoire vietnamienne sont nombreux. Pour s’en tenir aux vingt années ayant suivi la proclamation, le 2 septembre 1945, de la République démocratique du Vietnam, on pourrait citer le désintérêt de Staline pour la cause du Vietminh au début de la guerre d’Indochine, établi à partir de sources diplomatiques françaises ; le rôle joué, en octobre 1952, par Staline et Liu Shao-qi dans le lancement de la réforme agraire et le passage à la guerre révolutionnaire que Hồ Chí Minh accepta pour obtenir des armes et poursuivre la guerre contre la France ; le retournement de Chou En-lai lors des négociations de Genève, notamment son attitude vis-à-vis de la partition du Vietnam à partir de la mi-juin 1954, mis en lumière à partir des archives des ministères français et chinois des Affaires étrangères ; les pressions exercées par Pékin sur les dirigeants nord-vietnamiens en 1963 pour les inciter à rompre leurs relations avec Moscou, telles qu’elles apparaissent dans les archives soviétiques et françaises et des documents en vietnamien ; les positions idéologiques et stratégiques des deux hommes forts de Hanoi, à la veille du déclenchement des hostilités avec les Etats-Unis en 1964, telles qu’elles ressortent des entretiens qu’ils eurent avec le communiste français Léo Figuères et les plus hauts dirigeants chinois[4].

Les deux derniers chapitres semblent trouver grâce aux yeux de P. Brocheux. C’est heureux car ils constituent le cœur de la démonstration. Ils s’interrogent, en effet, sur la ressemblance croissante du régime vietnamien au modèle soviétique initial suivant deux angles de vue complémentaires : la construction du socialisme et la construction nationale. Hanoi entretenant des relations difficiles avec Moscou et Pékin dans l’immédiat après-guerre, cette conformité ne peut être attribuée à la contrainte directe ou à des politiques d’influence. Le chapitre 8 offre une réflexion sur l’évolution des modes d’exercice du pouvoir après 1975, à partir notamment de l’étude de la réforme légale. Il démontre à la fois l’importance des processus d’emprunt et l’orthodoxie idéologique des dirigeants vietnamiens. Le chapitre 9 s’intéresse à l’évolution de la politique ethnique dans un temps plus long. Il fait apparaître des logiques de consolidation de l’État et de sécurisation des frontières, rappelant des pratiques coloniales, mais aussi des politiques ayant (eu) cours en Chine et en Union soviétique, comme la sédentarisation forcée des minorités nomades, le recours à la migration de membres de l’ethnie majoritaire, des politiques d’assimilation culturelle et la réécriture du récit des origines de façon à affirmer une identité inclusive et supranationale.

3. Pourquoi ne pas mettre en lumière la richesse et la variété des sources ?

À ce sujet, il me faut d’abord apporter une rectification. Il est inexact d’écrire que le livre n’apporte rien de neuf sur la période coloniale que j’aurais couverte en « déversant des fiches ». Je me suis appuyée, dans les premiers chapitres, sur un large éventail de sources primaires, notamment sur des mémoires, sur des documents d’archives du Komintern en russe et sur des rapports de la Sûreté conservés dans les fonds du Service de Protection du Corps Expéditionnaire du Haut-Commissariat pour l’Indochine aux archives d’Outre-mer à Aix-en-Provence. Pourquoi P. Brocheux, biographe de Hồ Chí Minh, ne s’est-il pas plutôt attaché à approfondir les discussions que j’ai prudemment engagées, à partir de nouveaux documents d’archives, sur les conditions de l’arrestation de Phan Bội Châu à Shanghai, en juin 1925, moins de deux semaines après la fondation du Thanh Niên, ou encore sur les conditions dans lesquelles s’est décidée à Moscou la création du parti, fondé à Hong Kong en février 1930, en particulier sur le fait de savoir si Hồ Chí Minh était à Moscou plutôt qu’au Siam à l’automne 1929, comme le laissent supposer les mémoires de Jeannette Veermersch et le témoignage de « retours de Russie » chinois, rapporté dans une note de la Sûreté ? Quant à la mise à l’écart de Hồ Chí Minh dans les années 1930, elle est attestée par de nombreux documents et confirmée par les études de Sophie Quinn-Judge et d’Anatoli Sokolov [5].

Au sujet des sources, je me contenterai d’ajouter que l’enquête s’appuie aussi sur le dépouillement de la presse officielle, la lecture des revues théoriques du parti et l’étude de la propagande, travail long et fastidieux effectué lors d’un séjour de deux ans au Vietnam. Je voudrais également insister sur l’importance de lire et d’étudier les écrits de la dissidence vietnamienne. De Nguyễn Minh Cần à Bùi Tín et Trần Độ, de Nguyễn Chí Thiện à Dương Thu Hương, de Vũ Thư Hiên à Bùi Ngọc Tấn, ces œuvres ont pour immense mérite de jeter une lumière crue sur les arcanes du régime et ses ressorts répressifs ou encore de porter un regard personnel sur l’expérience concentrationnaire vietnamienne. Elles constituent en soi des documents historiques, à traiter en tant que tels, avec intérêt et précaution. En quoi seraient-elles moins légitimes que les publications et hagiographies officielles ? Peut-on faire l’économie de leur lecture ? À titre de comparaison, serait-il concevable d’étudier la période stalinienne en ignorant l’œuvre et le destin, à la fois singulier et emblématique, des écrivains Varlam Chalamov, Alexandre Soljenitsyne, Vassili Grossman ou Evguenia Guinzbourg ?

Ho Chi Minh au Ve congrès du Komintern à Moscou, le 1er juillet 1924 © Agence RIA Novosti
Ho Chi Minh (assis au centre) au Ve congrès du Komintern à Moscou, le 1er juillet 1924
© Agence RIA Novosti

4. Concernant les coquilles notées par P. Brocheux, je me permets d’y répondre ainsi. Il est particulièrement ardu de n’en faire absolument aucune dans un volume qui compte 612 pages. Est-il vraiment si grave de confondre une baie et une île ? Par ailleurs, si le terme « người » signifiant « l’homme » peut être considéré comme une forme d’humilité lorsqu’il était utilisé par Hồ Chí Minh à la première personne[6], il constitue une marque de déférence participant du culte de la personnalité lorsqu’il est repris à la troisième personne et doté d’une majuscule dans la presse et la propagande. « Người » étant apparemment le nom donné aux génies dans le Vietnam ancien, cette habitude de langage pourrait, en outre, être interprétée comme une façon implicite de prêter à Hồ Chí Minh des pouvoirs surnaturels, ce qui n’aurait rien d’anodin dans un pays où le monde des morts fait intégralement partie de l’imaginaire et du quotidien des vivants[7].

Quant à Vũ Thư Hiên, il est bien le fils de Vũ Đình Huỳnh – autant pour moi. Je maintiens néanmoins que père et fils ont été arrêtés et emprisonnés en 1967. Plutôt que d’insister sur cette erreur de nom, si regrettable soit-elle, n’aurait-il pas mieux valu discuter de l’événement, proprement stupéfiant s’il était un jour avéré par des documents d’archives, que Vũ Thư Hiên relate dans ses mémoires et que le témoignage d’un haut dignitaire communiste chinois semble corroborer, à savoir le viol répété et le meurtre, en 1957, de la femme cachée de Hồ Chí Minh par le ministre de la Sécurité publique Trần Quốc Hoàn, resté en poste jusqu’en 1981 ? Nuit en plein jour, les mémoires de Vũ Thư Hiên, disponibles uniquement en vietnamien à ma connaissance, peuvent être consultés ici. L’extrait mentionné que j’ai traduit du vietnamien – et qui demeure sujet à caution – est placé en annexe du livre (pp. 536-541), de même que le décret de 1967 sur les crimes contre-révolutionnaires que j’ai découvert dans un carton non classé des archives du MAE (pp. 550-558).

5. À travers ce livre, je plaidais, en toute modestie et à l’instar d’autres jeunes historiens, pour une histoire transnationale, décloisonnée et désidéologisée du communisme vietnamien, que j’étudiais vu du haut. Ce faisant, je me suis attachée à mettre en regard des sources primaires et secondaires vietnamiennes, soviétiques, chinoises, françaises et américaines. Je cherchais, par ailleurs, dans un effort permanent de clarté, à rendre accessible à tout un chacun cette histoire complexe et controversée, en particulier la période coloniale, qui, en dépit de son importance pour la compréhension du temps présent, n’est pas suffisamment connue du public français à mes yeux. Enfin, j’avais à cœur d’incarner cette histoire en puisant dans des journaux intimes, des récits de vie et la littérature, de relater, à chaque fois que l’occasion se présentait, de quelle manière la grande Histoire avait été vécue par les simples gens et les militants, notamment par les femmes. De ces trois points de vue au moins, je ne pense pas avoir démérité.

Céline Marangé, 31/05/2013.

Docteur en science politique, Institut d’Études Politiques de Paris.

Post-doctorante en histoire russe, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Courriel : celine.marange@univ-paris1.fr


[1] Cf. Daniel Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine : communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, Maspéro, 1975 ; Hue-Tam Ho Tai,  Radicalism and the Origins of the Vietnamese Revolution, Cambridge, Harvard University Press, 1992 ; François Guillemot, Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955, Paris, Les Indes Savantes, 2012.

[2] À ce sujet, un récent documentaire de Joshua Oppenheimer, « The Act of Killing », montre toute la cruauté et l’étendue du massacre des communistes indonésiens, en laissant surgir la parole nue des bourreaux, suivant une démarche comparable à celle du cinéaste Rithy Panh dans « S21. La machine de mort khmère rouge ».

[3] Cf. Christopher Goscha,  Thailand and the Southeast Asian Networks of the Vietnamese Revolution (1885-1954), Londres, Routledge et Curzon, 1999 et « Le Vietnam et le monde extérieur: le cas des conseillers vietnamiens au Laos », Communisme, n°80-82, 2004-2005, pp. 161-192.

[4] Des documents provenant des archives du ministère chinois des Affaires étrangères ont été traduits en anglais et mis en ligne par le Cold War International History Project du Woodrow Wilson Center à Washington. Cf. le bulletin n°16 du CWIHP, 2007-2008, accessible en cliquant sur ce lien. Les carnets de Léo Figuères peuvent être consultés aux archives du PCF à Bobigny.

[5]. Cf. Sophie Quinn-Judge, Hô Chi Minh. The Missing Years, 1919-1941, Londres, Hurst, 2002 ; Anatoli A. Sokolov, Komintern i V’etnam. Podgotovka v’etnamskih politicheskih kadrov v kommunisticheskih vuzah SSSR, 20-30-e gody. (Le Komintern et le Vietnam. La formation des cadres politiques vietnamiens dans les établissements d’enseignement supérieur soviétiques, 1920-1930), Moscou, Éditions de l’Académie des sciences de Russie, 1998, en russe.

[6] Il faut préciser ici qu’en vietnamien les pronoms personnels varient en fonction du contexte d’interlocution. Au lieu de dire « je », qui est formel, on peut se désigner comme « grande sœur », « petite sœur/petite-amie/épouse », « tante », « enfant », « maman », « amie »,  etc., en fonction de la personne à qui on s’adresse et du respect qu’on lui voue.

[7] Cf. l’ouvrage de l’anthropologue Heonik Kwon sur les âmes errantes des personnes disparues et laissées sans sépulture pendant la guerre du Vietnam : Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, UK, Cambridge University Press, 2008.

Le blog « Dân Làm Báo » interroge la guerre civile vietnamienne

Sous la plume du journaliste-citoyen Đặng Chí Hùng, trois articles audacieux d’une série intitulée « Les vérités qu’il convient de connaître » font le point sur le déroulement de la guerre civile vietnamienne. Ils interpellent le pouvoir actuel sur l’écriture de l’histoire de la révolution et de la guerre.

Outre les objectifs politiques clairement affichés de cette série d’articles, elle nous renseigne sur ce que peut penser une partie de la jeunesse vietnamienne de l’histoire de la guerre menée par l’Etat-Parti entre 1945 et 1975.

Le premier article paru le 26/09/2012 est intitulé « La vérité sur la grande victoire du Printemps 1975 » est une déconstruction du mythe de la faiblesse intrinsèque de l’Armée de la République du Viêt-Nam (ARVN). L’auteur se concentre sur les aspects militaires de la campagne Ho Chi Minh déclenchée contre le Sud en exposant le tournant décisif de 1973 date du désengagement américain et de l’abandon du financement de l’ARVN. Il souligne le déséquilibre flagrant qui existait entre les deux armées après 1973 entre l’Armée populaire du Nord suréquipée et solidement soutenue par l’URSS et la Chine et l’ARVN au Sud à laquelle on coupe massivement les crédits. Il désacralise ainsi la « guerre juste » menée par Hanoi en précisant l’importance de ses soutiens extérieurs.

Le deuxième article, paru le 16/10/2012, intitulé « La République du Viêt-Nam : victime de la politique de calomnie systématique » (l’expression vietnamienne utilisée est intraduisible) est une tentative de réhabilitation de la défunte République du Viêt Nam. Dans un premier temps, l’auteur entend pourfendre deux idées martelées par la propagande officielle. La première est celle d’une « invasion américaine » et donc d’une occupation américaine du Sud Viêt-Nam au profit exclusif des Etats-Unis et ce dès 1960. La seconde est celle du « régime fantoche » de Saigon qui pour Dang Chi Hung n’avait rien de « fantoche » mais au contraire présentait le visage d’une République indépendante, souveraine et économiquement développée, dans laquelle un réel processus démocratique était en cours.

Le troisième, paru le 27/11/2012, intitulé « Soulèvement ou terrorisme ? », pose la question cruciale de la tactique de guerre préconisée par les cadres communistes de la résistance (FNL) et du parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Dang Lao Dong Viet Nam) au Nord pour déstabiliser le régime de Saigon. L’auteur pointe le fait que le terrorisme urbain fut préconisé bien avant le débarquement des troupes américaines sur le sol sud-vietnamien mais également après leur départ. L’utilisation du terrorisme comme stratégie de conquête du Sud émanait d’un choix politique de la RDVN. Cette stratégie coûteuse en vies humaines est dénoncée par le jeune auteur qui pose la question suivante : « En agissant ainsi, le Parti communiste vietnamien s’évertuait-il ‘à tuer des Américains’ ou à tuer son propre peuple ? ».

Nous n’entrerons pas ici, dans ce court billet, sur le contenu parfois polémique de chaque article et les arguments présentés dans le but de comparer les deux régimes (l’ancien du Sud, le nouveau après 1975). Il est assez évident que l’auteur entend moins défendre le bilan de l’ancien régime de Saigon que de présenter une charge contre l’actuel régime communiste taxé de « fantoche » puisque, selon son auteur, il fut « à la solde » de l’URSS et de la Chine et reste tributaire de cette dernière. Il nous paraît par contre intéressant de saisir les motivations de l’auteur qui, étant né après 1975, n’a jamais connu la République du Viêt Nam. Sa motivation part d’un constat simple celui de ses concitoyens qui ont vécu sous la République du Sud et qui « regretteraient » cette époque plus démocratique. Voici la question qui taraudait Dang Chi Hung depuis presque dix ans et qu’il livre en introduction du second article : « Pourquoi un régime pourri, affublé des termes d’ ‘armée fantoche’, de ‘pouvoir fantoche’, peut-il avoir autant de gens qui s’en souviennent et le regrettent ? ». En clair, pourquoi l’ancien régime saigonnais reste-t-il auréolé d’une crédibilité plus forte que le nouveau pouvoir mis en place après 1975 (RSVN) ?

A travers cette série d’articles, l’auteur, lui-même fils d’un officier de l’Armée populaire, vise trois objectifs très politiques : rappeler à ceux qui ont défendu et soutenu la République du Viêt-Nam que leur voix a été entendue et respectée ; permettre à ceux qui ont été trompés par le régime communiste (comme l’a été son propre père) de prendre conscience du véritable visage du régime de l’oncle Hô ; et avertir ceux qui continuent d’abuser le peuple pour des raisons pécuniaires que la vérité ne peut être éternellement bafouée. Il en appelle à ceux-ci « de ne plus se mentir, de ne plus tromper le peuple, de laissez parler leur âme en toute conscience ».

Publiés sur un des blogs les plus populaires du moment, ces articles démontrent l’intérêt que portent les jeunes Vietnamiens à leur propre histoire (voir les centaines de commentaires pour chacun des articles). Il pose la question cruciale des conséquences de la longue guerre civile et de la légitimité du régime en place (comment est-il parvenu à ces fins ?). L’entreprise guerrière menée par les dirigeants communistes à partir des années quarante est reconsidérée, débarrassée de ses slogans mobilisateurs et patriotiques pour faire ressurgir la réalité cruelle de la guerre et les différences politiques notables entre les deux régimes antagonistes entre 1955 et 1975 dans la conduite de la guerre comme dans la vie quotidienne. Plus encore, en proposant cette comparaison saisissante (sur laquelle il y a débat) entre une semi-démocratie en devenir au Sud et un totalitarisme déshumanisant au Nord pendant deux décennies, il pousse en quelque sorte le pouvoir actuel à reconsidérer la nature même du socialisme qu’il entend incarner.

François Guillemot, 28/11/2012

* * *

Những sự thật cần phải biết – Sự thật về « đại thắng mùa xuân 1975 »

Kính thưa bạn đọc DLB, cùng với loạt bài « Những sự thật không thể chối bỏ » đã đăng trên Danlambao thì tôi xin tiếp tục gửi đến bạn đọc loạt bài mới mang tựa đề « Những sự thật cần phải biết » bao gồm 30 bài. Những bài viết về « Những sự thật không thể chối bỏ » viết về những sự thật của nhân vật gián điệp, bán nước và giết người hàng loạt: Hồ Chí Minh. Loạt bài « Những sự thật cần phải biết » sẽ có 3 phần: Những sự thật về Việt Nam Cộng Hòa, Những sự Thật về đảng cộng sản Việt Nam và Những sự thật về những đệ tử của Hồ Chí Minh. Tại sao là « Những sự thật cần phải biết »? Vì tôi muốn tất cả những ai bị lừa dối, nhất là những thế hệ trẻ, biết những sự thật mà nó đáng lẽ ra phải được công nhận nhưng đã bị đảng cộng sản bóp méo nhằm mục đích cai trị độc tài tại Việt Nam. Đó cũng là một trong những việc để góp phần chấn hưng dân trí nhằm đem lại mùa xuân dân chủ của dân tộc.

Lire la suite : Dan Lam Bao

Những sự thật cần phải biết (2) – Việt Nam Cộng Hòa – Nạn nhân của chính sách “Ngậm máu phun người”

Thưa các bạn, là một người trẻ tuổi, chưa một lần được biết đến ngôi trường của Việt Nam Cộng Hòa (VNCH), cũng chưa từng được sống dưới chế độ tự do non trẻ đó, tuy nhiên qua nhiều sách báo, tài liệu và nhân chứng sống, cộng với những suy nghĩ của mình, tôi nhận thấy một điều đó là một chế độ, một nhà nước khác hẳn với những lời tuyên truyền của cộng sản.

Có một câu hỏi làm tôi day dứt gần 10 năm trời khiến tôi phải tự mình đi tìm câu trả lời cho nó đó là: “Tại sao một chế độ thối nát, được quy chụp là Ngụy quân, ngụy quyền lại được người dân thương nhớ, tiếc nuối?”. Và cuối cùng tôi cũng tìm ra câu trả lời cho câu hỏi đó trong bài này đó là “Việt Nam Cộng Hòa chỉ là nạn nhân của một chính sách ngậm máu phun người của đảng cộng sản Việt Nam”.

Vì sao tôi nói vậy? Vì không có một chế độ xấu xa nào mà hàng triệu công dân của nó ở Hải ngoại lẫn những người vẫn còn ở lại trong nước đã từng sống trong chế độ đó và thân nhân họ, thậm chí những người miền Bắc có tư duy đều thương tiếc. Con người ta có một tâm lý chung đó là luôn muốn quên đi cái dĩ vãng xấu xa, không tốt đẹp. Vậy khi hàng triệu người dù cho phải ly tán vẫn nhớ về nó thì đó không thể là điều xấu xa. Đó chính là câu trả lời chính xác nhất.

Lire la suite : Dan Lam Bao

Những sự thật cần phải biết – Nổi dậy hay khủng bố?

Chính sách khủng bố nằm trong chiến lược của đảng cộng sản Việt Nam và họ đã giấu nó dưới từ ngữ bóng bẩy là “Nhân dân nổi dậy và đồng khởi” để biện minh cho hành động dã man của mình. Ngay từ khi quân đội Mỹ chưa có mặt ở Việt Nam trước năm 65 và sau khi họ đã rút về nước thì hàng loạt các cuộc bắn giết, khủng bố bừa bãi, ám sát vẫn diễn ra. Vậy người đảng cộng sản đang “giết Mỹ” hay là giết chính đồng bào của mình? Trong bài viết này tôi xin nêu ra một sự thật: chính đảng cộng sản ấy là kẻ đã xâm phạm chủ quyền của nước khác một cách thô bỉ nhất. Sự kiện gây chiến và xâm lăng của VNDCCH đối với VNCH đã được biết đến như một góc độ lịch sử đau thương của dân tộc…

Lire la suite : Dan Lam Bao

Viêt-Nam : De l’Etat-Parti et de son fonctionnement

Dans sa contribution au débat, Philippe Papin revient sur la question essentielle des sources d’inspiration de l’Etat-Parti vietnamien et de son fonctionnement. Son message amical est publié sous sa forme originale de lettre personnelle avec son autorisation.

Viêt-Nam : De l’Etat-Parti et de son fonctionnement

Contribution au débat autour du livre de Christopher Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre.

Cher François,

Merci de tes commentaires et d’avoir fait connaître le petit débat qui est en train de se nouer autour du livre de Christopher Goscha, notre ami commun. J’ai pris position dans ce débat, je vais maintenant dire deux mots en réponse à ton commentaire, mais, d’abord, je tiens à réaffirmer très clairement mon admiration pour le travail de Christopher. Soyons plus précis. Parmi ses immenses mérites, il en est un qui précède notre débat, qui précède l’étude du contenu et des points éventuels de divergence, qui précède aussi les faits, les chiffres et les sources : ce « mérite a priori », c’est d’avoir écrit un vrai livre d’histoire, j’entends un livre qui contient de l’enjeu – applicable à d’autres lieux et à d’autres temps – sur la lecture que nous faisons des choses passées, en l’occurrence de ces phénomènes universels que sont la guerre, la mobilisation en vue de la guerre, l’idéologie et ses outils de domination, et bien sûr cette figure étrange qu’est l’État-Parti (mais est-elle si étrange, si dépourvue de déclinaisons anciennes ?). Christopher n’a pas seulement apporté de l’information. Il a proposé un modèle d’interprétation. C’est à ce titre qu’il a considérablement fait avancer notre questionnement. C’est à ce titre aussi qu’il s’expose – au bon sens du terme – à des réactions sur le fond.

Sur le point que tu soulèves dans ton commentaire, à savoir celui des racines coloniales et confucéennes de l’État, je me demande s’il n’y aurait pas davantage intérêt à regarder du côté des expériences soviétiques et des théories qui, en ce domaine, existaient cinquante ans avant que les révolutionnaires vietnamiens ne se posent la question de savoir quel type de régime ils allaient mettre en place. Christopher l’écrit, d’ailleurs, rappelant à plusieurs reprises que le Vietnam a déroulé le programme socialiste académique, sans nulle surprise, sans beaucoup d’innovation. Or la création/manipulation de l’État administratif par le Parti, lequel s’y cache et s’y enjolive, est précisément dans le programme. Elle est dans Lénine, elle est dans la Bible socialiste. Tous les mécanismes de cette machinerie compliquée existent déjà, sont détaillés dans les livres, sont sous les yeux des Vietnamiens, ont été véhiculés par le Komintern depuis trente ans. D’emblée, donc, je ne vois pas qu’on se soit privé au Vietnam d’une construction politico-administrative qui, en quelque sorte, avait fait ses preuves. Or, quoi qu’on en dise, dans cette construction, qui ne craint rien de plus que la technocratisation, que la dissolution de la doctrine dans la gestion, l’État administratif est conçu comme un ectoplasme : il est dans la main du Parti. Il suffit pour s’en convaincre de voir fonctionner au sein des institutions la fusion progressive, du bas vers le haut, marche après marche, des organes civils dans les organes politiques (la base est encore mêlée, le comité central a pour fonction d’équilibrer les forces, et le Politburo, tout en haut, de coiffer l’ensemble par le Parti seul). Il suffit aussi de poser la loupe sur un service administratif quelconque (les têtes de ce service ne sont que des subordonnés dans la hiérarchie du Parti : pratique très futée du « croisement des fonctions »). Et encore de constater, tout simplement, que les secrétaires du Parti, eux, à tous les niveaux des comités directifs, n’exercent que rarement des fonctions administratives : ils sont hors jeu car, via leurs subordonnés, ils dominent le jeu.

Mais si la captation de l’État par le Parti ne pose pas trop de problème, car la pratique existe et on peut la prouver, la mise en place de cette « recette » est plus compliquée. Si je résume grossièrement, la question est : comment tout cela a-t-il commencé ? En gros, toujours, Christopher pense que, pour qu’il y ait captation, il faut quelque chose à capter. D’autres, dont moi, je crois, estiment que tout a été bâti en vue de cette captation, et que finalement le mot même de captation est trompeur car il renvoie à un état (avec un « e » minuscule) idéal des choses qui n’a jamais existé. C’est là où le livre de Christopher est capital, à l’endroit où commence ce partenariat entre deux appareils qui sont posés côte à côte et qui pourtant sont inextricablement mêlés. De quand date l’emmêlement, voilà notre problème !

Aujourd’hui en tout cas, et chez les soviétiques hier, je ne vois pas comment on peut parler d’une structure étatique qui existerait hors l’appareil du Parti qui la fabrique et la contrôle, qui en recrute et mute les agents, qui domine toutes les carrières et qui est la source unique de légitimité. Alors, hier, a fortiori, comment la chose aurait-elle été possible ? Ou alors, et c’est là où ton commentaire est important, il faut nécessairement supposer la pérennité de structures administratives locales (coloniales, confucéennes) qui, parce qu’elles existaient déjà, auraient pu en effet être captées. C’est tout notre débat. Il se trouve que, de mon côté, je ne vois rien d’ancien, ni de local, dans les structures administratives en question. Je vois des comités, des coopératives, des unités de production, des cellules, des congrès, des bureaux permanents : bref, toute la chaîne du centralisme démocratique et tout ce vocabulaire technocratique qui trahit d’emblée ses origines. En d’autres termes, je vois mal comment on peut arguer de l’existence d’une structure étatique indépendante quand celle-ci, dans sa forme, ses effectifs, son peu de réalité sur la gestion des affaires, ressemble à s’y méprendre au joli cache-sexe tissé par l’Internationale depuis des décennies. Nos Vietnamiens n’ignoraient rien des techniques utiles pour tisser ce cache-sexe. Ils connaissaient leur Lénine sur le bout des doigts.

J’admets volontiers l’idée qu’il ait pu y avoir des continuités historiques locales (encore que…), mais, quand on cherche à comprendre la mise en place d’un régime qui se veut en rupture avec le passé, quand on examine le « fonctionnement vrai » de la machine, quand on pose la loupe sur cette machine elle-même, sur ses rouages, ses petites dents crantées, je me demande pourquoi nous devrions, nous les historiens, aller chercher dans le passé national ce qui, simplement, logiquement, pourrait avoir été pris dans la modernité (et l’efficacité) de l’époque : l’URSS. Et comme on sait tout de la manière dont les bolcheviques se sont imposés, dans un contexte de guerre et d’effondrement des structures anciennes, dans un contexte où ils étaient minoritaires parmi la population paysanne, alors pourquoi ne pas regarder de ce côté là ? Or de côté là, c’est bel et bien le Parti qui tire les ficelles : et, là, on a des archives pour le prouver. Attention, je ne me place là que du point de vue politico-administratif, évidemment pas du point de vue de la vie sociale, de la vie des gens, des autres rythmes et des autres logiques à l’œuvre.

En tout cas, pour en revenir à notre sujet, il est évident que l’horizon de la guerre d’Indochine n’était pas seulement la libération du colonialisme : il était aussi la prise du pouvoir, à partir de zéro, et sa conservation. Ce n’était pas août 44 : c’était octobre 17. Christopher le dit : alors, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout.

Avec toute ma grande amitié,

Philippe