Archives par mot-clé : Tzvetan Todorov

Tzvetan Todorov, essayiste et historien des idées, est mort

[ndlr] Triste disparition d’un grand chercheur dont les travaux ont accompagné le séminaire Mémoires d’Indochine.

Tzvetan Todorov, essayiste et historien des idées, est mort

Français d’origine bulgare, né à Sofia en 1939, il était un théoricien de la littérature et a notamment travaillé sur le rapport des Occidentaux à l’altérité et sur l’expérience totalitaire.

L’essayiste et historien des idées Tzvetan Todorov est mort à 77 ans, a-t-on appris mardi 7 février. « Infinie tristesse d’apprendre la mort de Tzvetan Todorov, penseur de la liberté », a réagi Sandrine Tolotti, ex-rédactrice en chef du bimestriel littéraire Books, dont M. Todorov était membre du comité éditorial.

Lire la suite : Le Monde, 07/02/2017.

Pour en savoir plus :

  • Le philosophe et historien Tzvetan Todorov est mort, L’Express, 07/02/2017. L’essayiste franco-bulgare est décédé à 77 ans. Tzvetan Todorov avait quitté la Bulgarie dans les années 60 afin d’échapper au communisme. Il a notamment travaillé sur la pensée humaniste et sur le totalitarisme.
  • Disparition d’un humaniste : Tzvetan Todorov, Les Inrocks, 07/02/2017. Le philosophe et historien des idées Tzvetan Todorov est mort à l’âge de 77 ans. De la théorie poétique à la critique politique de son temps et à l’éloge des insoumis, il ne cessa de déployer une pensée profondément humaniste.
  • L’essayiste Tzvetan Todorov est mort, Télérama, 07/02/2017. […] Auteur de plus d’une quarantaine d’essais, il avait notamment publié Face à l’extrême, la vie morale dans les camps de concentration (1994),  La Vie commune, réflexion sur la nature sociale de l’homme (1995), Mémoire du mal, tentation du bien (2001), Les Ennemis intimes de la démocratie (2012). Son dernier ouvrage, Insoumis, était paru à l’automne 2016.
  • Agnès Bozon-Verduraz, Tzvetan Todorov, ou la lucidité de l’exilé, Télérama, 07/02/2017. L’intellectuel est mort le mardi 7 février à Paris à l’âge de 77 ans. Touche-à-tout des sciences humaines, cet enfant de Bulgarie était aussi dur avec la dictature qu’il était exigeant de la démocratie. Nous republions un entretien datant de 1996, paru à l’occasion de la sortie de son livre “L’Homme dépaysé”. Et plus de vingt ans après, ses paroles sonnent toujours aussi juste.
  • David Caviglioli et Grégoire Leménager, Mort de Tzvetan Todorov, le fantastique humaniste, BibliObs, 07/02/2017. Dans la vie intellectuelle française, Tzvetan Todorov, mort dans la nuit du 6 au 7 février à l’âge de 77 ans, a occupé une place singulière. On n’a jamais pu le rattacher à un camp. Il ne figure pas dans le panthéon de la French Theory. Très anti-communiste, notamment à cause de son parcours personnel, il a fait partie du moment antitotalitaire, sans devenir un «nouveau philosophe».

Image « à la une » : © 1996 ULF ANDERSEN / Aurimages / AFP

Tzvetan Todorov : La mémoire devant l’histoire [1995]

[ndlr] Signalement d’un article de Tzvetan Todorov très intéressant (paru en 1995) sur les problématiques du séminaire.

La mémoire est la faculté humaine de retenir des éléments du passé ; à ce titre, tout rapport au passé repose sur la mémoire. Le mot a cependant pris un sens plus restrictif, depuis quelques dizaines d’années, pour s’opposer à « histoire » ; il se réfère alors, de manière un peu vague, au rapport que l’individu entretient avec un passé personnel, alors que l’histoire se voit décrite (et parfois dédaignée) comme un discours impersonnel, froid, sec, abstrait, qui ignore le vécu humain. De nombreux ouvrages ont paru, souvent plébiscités par le grand public, qui exploitent la « mémoire orale » de préférence à celle qui se trouve entreposée dans les archives, mettent en scène les expériences quotidiennes plutôt que les événements d’importance historique et s’attachent au destin des individus, non à celui des collectivités.

[…]

Les historiens, cela se comprend, préfèrent la connaissance objective au récit subjectif. Comme les ethnologues, ils sont bien obligés parfois d’avoir recours aux témoignages oraux des individus, mais ils ne leur accordent confiance que s’ils peuvent les vérifier par d’autres moyens. Or, la question reste posée : peut-on réduire la mémoire, c’est-à-dire l’évocation du passé par celui qui en était le témoin, voire l’acteur, à la seule fidélité, à la seule défense des intérêts du groupe auquel il appartenait ou des siens propres ? La mémoire ainsi entendue n’entretient-elle aucun rapport avec la vérité ? Réciproquement, le discours de l’histoire se trouve-t-il suffisamment caractérisé par la seule aspiration à la connaissance et à la vérité ?

Lire la suite : Revue Terrain

Référence papier

Todorov T., 1995, « La mémoire devant l’histoire », Terrain, n° 25, pp. 101-112.

Référence électronique

Tzvetan Todorov, « La mémoire devant l’histoire », Terrain [En ligne], 25 | septembre 1995, mis en ligne le 25 avril 2005, consulté le 05 mai 2015. URL : http://terrain.revues.org/2854 ; DOI : 10.4000/terrain.2854