Archives par mot-clé : Truong Sa

Manifestation vietnamienne contre contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale

[ndlr] Manifestation d’étudiants vietnamiens contre “l’expansionnisme chinois” dans l’espace maritime revendiqué par le Viêt-Nam.

Plus de 300 vietnamiens et leurs amis internationaux du Collectif Vietnam se sont rassemblés le 23 janvier 2016 devant le Mur pour la Paix (Paris 7ème) pour appeler la communauté internationale à protester énergiquement contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale afin de préserver la liberté de navigation, de survol et “d’éviter tous risques de guerre”.

Lire la suite : Mediapart, 25/01/2016 / Blog de Nguyen Hoai-Tuong

Voir aussi : Anh Ngọc, Người Việt tại Pháp biểu tình phản đối Trung Quốc ở Biển Đông, VnExpress, 25/01/2016.

Protestation organisée par le Collectif Vietnam

Collectif Vietnam

Collectif Vietnam est un rassemblement des citoyens vietnamiens ou d’origines vietnamiennes et d’amis du Vietnam de toutes générations vivant, étudiant et travaillant en France qui souhaitent soutenir le Vietnam. Source : https://goo.gl/Zm6wfH

Maritime trade on the Biển Ðông Sea (the South China Sea) in History – 10/11/2015

[ndlr] Annonce d’un séminaire à New York sur l’histoire du commerce en Mer de Chine méridionale.

New York (November 10th, 2015).

The Institute for Vietnamese Culture & Education ( IVCE) is pleased to announce a seminar on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (the South China Sea) in History.

Topic I: Archaeological finds in the Biển Đông Sea (otherwise called the South China Sea), and historical documents found in the archives of Vietnam, Japan, China and Western countries reveal the important role of the Biển Đông Sea and Vietnam in the maritime trade network of the world between the Xth and the XXth centuries, especially in the Grand Commercial Era of world (XVIth to XVIIIth centuries). Vietnam is located on the vast western continental shelves running lengthwise along the Biển Đông Sea, where a series of harbors were convenient for the trade ships of international merchants to dock and do business since the XIth century. Vietnam also possessed and frequented several archipelagoes in the Biển Đông Sea, including the Paracels (quần đảo Hoàng Sa) and the Spratlys (quần đảo Trường Sa), that lie on these busy trade routes. Presented by Dr. Trần Đức Anh Sơn.

Topic II: State regulations on foreign maritime trade areas and merchants and state expeditions to archipelagos in the Biển Đông Sea (the South China Sea) under the various dynasties, from the Lý, Trần to the Lê and Nguyễn, in Vietnam (Xth to XXth centuries). The legal and general historical documents, such as: Đại Việt sử ký toàn thư [Complete Annals of Đại Việt], Khâm định Việt sử thông giám cương mục [Comprehensive Annals of Vietnam as Ordered by the King], Lê triều chiếu lệnh thiện chính [The Book on Good Government of the Lê Dynasty], Phủ biên tạp lục [Miscellaneous Chronicles of the Pacified Frontier] show how foreign trade areas were established and foreign merchants’ movements regulated. Besides promoting foreign trade, the State also made itself present in the Biển Đông Sea by launching state expeditions to the Paracels (quần đảo Hoàng Sa) and Spratlys (quần đảo Trường Sa) for salvage and asserting sovereignty. Presented by Dr. Tạ Văn Tài.

 TranDucAnhSon  Dr. Trần Đức Anh Sơn, Ph.D. in History (Vietnam National University in Hanoi, 2002) was awarded scholarships to study on museology, archaeology, history of art and management of cultural heritage in Japan, Korea and Germany. Dr. Trần Đức Anh Sơn is the author of several research books, including Blue and White porcelain of Huế – Some Academic Exchanges (ed.), Thuận Hóa in Huế 1997; Sino-Vietnamese Porcelain in the Nguyễn Period, Vietnam National University in Hanoi, 2008; Documents on Vietnam’s sovereignty over the Paracels, Văn hóa-Văn nghệ in HCMC, 2014; Ship and Shipbuilding in Vietnam in the Nguyễn Dynasty, Văn hóa-Văn nghệ in HCMC, 2014. He is currently a Vice-Director of Danang Institute for Socio-Economic Development and a Fulbright visiting scholar at Yale University.
 TaVanTai Dr. Ta Van Tai, Ph.D. (University of Virginia), LL.M. (Harvard Law School), was former professor of law and lawyer in South Vietnam prior to 1975, former research associate and lecturer at Harvard Law School, and is a practicing attorney in Massachusetts, USA. His publications include, among others, The Vietnamese Tradition of Human Rights, Institute of East Asian Studies, University of California-Berkeley, 1988; with co-author Nguyen Ngoc Huy, The Lê Code: Law in Traditional Vietnam, 3 Vols., Ohio University Press, 1987; The Rule of Law in 19th Century Vietnam and China, Chapter in Histoire de la Codification Juridique au Vietnam, ed. by Bernard Durand et. al., Faculty of Law of Montpellier University, February 2001; U.S.-Vietnam Trade Agreement, Harvard Asia Quarterly, Winter 2001; with co-authors Thanh Trai and Sesto Vecchi, Doing Business in Vietnam, Vietnam Council on Foreign Relations, Saigon, Vietnam 1970 and 1974; Ethnic Minorities’ Rights in Old Vietnam in Vietnam Forum, Yale University, March 1984 and May 1985; Confucianism: Rule by Law and Rule of Law, The Conference in Hanoi, Vietnam, co-sponsored by Vietnam and the Harvard-Yenching Institute, 2007; published also in the Vietnam Social Sciences Journal, Nos. 1 and 3, 2009. His awards include: Fulbright, then U.S. Agency for International Development, Asia Foundation, Ford Foundation and Aspen Institute. He is listed in Who’s Who in American Law, Who’s Who in the World, Who’s Who in America.

Place: Hamilton 309, Columbia University.
Time: Thursday, November 12th, 2015. 8.00 – 9.00pm: Seminar
9.00 – 9.30pm: Documentary on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (South China Sea)
Contact: Ngoc Le-Cascarino, ntl2105@columbia.edu
Sponsor: Columbia VSA, Weatherhead East Asian Institute and IVCE.

Place: Terrace Room, Paige Hall, Tufts University.
Time: Friday, November 13th, 2015. 7 – 8pm: Seminar
8 – 8.30pm: Documentary on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (South China Sea)
Contact: Trang Nguyen, Minh_Trang.Nguyen@tufts.edu
Sponsor: Tufts Vietnamese Students Club, Tufts International Relations Department and IVCE.

Source : VSG.

Image « à la une » : illustration de l’ouvrage : Trần, Đức Anh Sơn & Vũ, Hữu San, Ngành đóng thuyền và tàu thuyền ở Việt Nam thời Nguyễn : phụ lục đôi nét về hàng hải nước Việt xưa, TP. Hồ Chí Minh : Nhà xuất bản Văn hóa-văn nghệ, 2014.

Mer et îles du Viêt-Nam : une vision « dai vietnamienne » de l’histoire

Mer et îles du Viêt-Nam : une vision « dai vietnamienne » de l’histoire

Mise en ligne sur YouTube le 23 juin 2015 par la chaîne de télévision HTV (la télévision de Ho Chi Minh-Ville) du  film réalisé par le journaliste Nguyen Quy Hoa « Mer et îles du Viêt-Nam, les origines séculaires ». En cinq parties d’environ 30 minutes chacune, une fresque historique, agrémentée de courts entretiens de spécialistes [1], se déroule sous nos yeux pour promouvoir et expliquer la souveraineté vietnamienne sur les îles contestées de la mer de Chine orientale. Ce travail de (re)conquête d’une opinion publique interne et internationale pourrait s’avérer payant sur le long terme.

En deux heures et demi, un destin « dai-vietnamien » est retracé avec la mer comme toile de fond et, selon les auteurs, facteur essentiel de la survivance nationale. La mer est décrite comme un « espace vital et un espace culturel » tous deux intimement liés à la lutte pour l’existence du pays. Dans la première partie, les civilisations de Dong Son, Sa Huynh, Oc Eo et même du Champa (!) sont mobilisées à cet effet. Les dessins des tambours de bronze attestent de l’identité maritime des anciens Viet. L’empereur Ly Thai To est présenté comme le grand inspirateur de la protection du territoire national relayé par la célèbre diatribe du général Ly Thuong Kiet. Trois étapes permettent aux auteurs du film d’expliquer la souveraineté vietnamienne : la découverte de terres sans propriétaires ; l’appropriation de ces terres de façon légale ; l’administration de la souveraineté (des territoires découverts). On perçoit la complexité de la question à travers la terminologie de ce processus qui s’avère ni stable ni linéaire. Ainsi, pour appuyer cette « histoire écrite avec du sang » sont passés en revue les textes anciens vietnamiens et les encyclopédies chinoises mentionnant l’utilisation de la mer au profit du Viêt-Nam.

Cette utilisation « régulière » de la mer forme le fil directeur de la seconde partie. Les relations de voyage des étrangers sont mises en valeur pour appuyer la démonstration. En particulier, le rôle du Japon sur cet espace maritime entre le XVIe et le XVIIIe siècle est rappelé ainsi que les relations commerciales ou culturelles, voire matrimoniales, entre la ville de Hoi An et les Japonais. Le périple en mer se poursuit avec l’expérience des Portugais et des Néerlandais, grands navigateurs dans la région et témoins de l’expansion du royaume d’Annam.

Dans la troisième partie du film, une équipe de chercheurs mène l’enquête (qui a débuté de fait déjà dans la seconde partie) dans différents centres d’archives et bibliothèques au Portugal, en Hollande, en France, aux Etats-Unis, en Italie à la recherche de documents sources (cartes, lettres, traités de géographie, atlas) comme autant de précieux indices ou preuves. Ceux-ci doivent illustrer la légitimité de la revendication vietnamienne. Le voyage ne s’arrête pourtant ni en Inde, ni en Chine, ni en Indonésie, trois grands pays susceptibles d’avoir produit des cartes et des relations de voyages sur l’occupation des mers. Les relations de voyages des marchands arabes ne sont pas convoquées.

Cette série documentaire révèle l’importance que revêt l’espace maritime dans l’imaginaire national et la géopolitique vietnamienne d’aujourd’hui. Le destin « dai-vietnamien » de la lutte pour l’existence mis en scène avec un certain sens de la dramaturgie chère aux documentaires révèle également la portée transnationaliste de cette opération de communication à destination des Vietnamiens du monde entier et de la communauté internationale. Les expressions « espace vital » (không gian sinh tồn) et de « lutte pour l’existence » (tranh đấu sinh tồn) rythment le discours narratif. Elles rappellent, volontairement ou non, les discours des nationalistes Dai Viet des années quarante sur la « survivance nationale » (dân tộc sinh tồn) [2].

BandoHanNom_une
Cuốn Càn khôn Nhất lãm do Phạm Đình Hổ (1768-1839) biên tập có Đại Nam dư địa chí toàn đồ có bản đồ vẽ Hoàng Sa © 2014 Viet Bao

Si l’accent est mis sur la mention cartographique des archipels Paracels et Spratleys, la constitution de l’espace national vietnamien à travers les siècles n’est pas réellement abordée. Le processus multiséculaire de la marche vers le Sud (Nam Tiến), la destruction puis la disparition du Champa et la conquête des anciens territoires khmers ne sont pas mentionnés donnant la fausse impression que l’espace vietnamien actuel était déjà formé au Xe siècle. La quatrième partie, revient de façon plus détaillée sur le destin particulièrement tumultueux du Viêt-Nam au cours d’un vingtième siècle.

Cette partie, débutant par la colonisation française, rappelle le nouveau cadre juridique et administratif qui s’impose à la dernière dynatie vietnamienne des Nguyen. Les Français exploitent et mettent en valeur les Paracels. L’investigation se poursuit pendant la période de l’occupation japonaise lors de la Seconde Guerre mondiale et celle de l’Etat national de Bao Dai entre 1948 et 1954. Enfin, sont rapidement évoqués la division du pays puis le rôle clé de la République du Viêt-Nam dans le maintien de la souveraineté sur les Paracels jusqu’en 1975 (bataille perdue de Hoang Sa en 1974). Ainsi, les Paracels changent quatre fois de tutelles (française, japonaise puis de nouveau vietnamienne) entre 1885 et 1975.

La dernière partie, consacrée au Viêt-Nam officiellement réunifié depuis juillet 1976, présente la lutte contre la Chine populaire comme un enjeu majeur, d’abord sur le front du Nord en février 1979 puis sur le front maritime de Truong Sa en 1988. En particulier, cette partie insiste sur les nouvelles et récentes prétentions chinoises, la fameuse « langue de boeuf » en neuf ou dix traits (suivant les cartes), sur cet espace maritime international. Dans cette partie se succèdent les différents avocats du discours officiel sans éviter l’effet propagandiste. Sur le plan esthétique, l’image est assombrie par un effet de lumière (halo plus filtre) peu valorisant. Enfin, les cinq dernières minutes ne nous épargnent pas une lourdeur de plus en nous résumant le film pour le cas où n’où n’aurions pas saisi son objectif premier.

L’intérêt majeur de ce film documentaire réside ainsi autant dans ce qu’il montre que dans ce qu’il omet de dire sur la formation du Viêt-Nam indépendant que l’on connaît aujourd’hui et sur la réalité des relations sino-vietnamiennes entretenues entre la République socialiste du Viêt-Nam et la République populaire de Chine. Ce dernier aspect, notamment les tractations secrètes entre les deux Etats communistes depuis 1990, permettrait de mieux saisir les raisons, les tenants et les aboutissants de la politique de fait accompli chinoise. Le mutisme des autorités vietnamiennes sur ces accords est peu rassurant et ouvre la porte à toutes les interprétations.

Enfin, réalisé par la télévision d’Ho Chi Minh-Ville avec un narrateur à l’accent sudiste, le film témoigne de la résurgence depuis quelques années d’un nationalisme anti-chinois porté à la fois par de nombreux intellectuels du pays [2] et par des figures importantes de la dissidence (par ex. Cu Huy Ha Vu). Dernier point quelque peu surprenant : le film documentaire donne la priorité à l’histoire des Paracels (Hoàng Sa), les ilôts vietnamiens perdus en 1974, alors que l’on sait que la mainmise chinoise est effective sur ce territoire depuis cette date.  Ce qui nous amène à conclure que le Viêt-Nam place sa « lutte pour l’existence » dans une perspective de longue durée, ce qui, par le passé, a démontré une certaine efficacité.

FG, 10/07/2015, MàJ

[1] Avec la participation des chercheurs, journalistes, avocats, religieux et experts (par ordre d’apparition) :

[2] Un vocabulaire qui trouve ses origines dans le social-darwinisme en vogue au début du XXe siècle et que l’on peut suivre dans les textes de l’école Dong Kinh Nghia Thuc ou du lettré révolutionnaire Phan Boi Chau.

[3] A titre d’exemple, voir la mise en garde de Mme Bui Tran Phuong, rectrice de l’université Hao Sen (Ho Chi Minh-Ville), à ses étudiants lors du discours d’ouverture de la campagne de recrutement. Cf. Diễn văn Hiệu trưởng nhân lễ trao bằng tốt nghiệp lần thứ 26, Dai Hoc Hoa Sen, 23/06/2015.

 

English version

Episode 1: https://www.youtube.com/watch?v=gTfnz7TSedk

Episode 2: https://www.youtube.com/watch?v=Cu00mR9X_NE

Episode 3: https://www.youtube.com/watch?v=i93hfKUrZP0

Episode 4: https://www.youtube.com/watch?v=XYFCshLoEDY

Episode 5: https://www.youtube.com/watch?v=B22KfiCfDcU

 

Image « à la une » : carte du Dai Nam du XVIIIe siècle sur laquelle apparaît les Paracels (Hoàng Sa), source Viet Bao (lien ci-dessus).

Mer Orientale : la “souveraineté territoriale” infondée de la Chine [Vietnam +]

[ndlr] Le Viêt-Nam et la communauté internationale s’inquiètent des constructions militaires illégales de la République Populaire de Chine en Mer de Chine méridionale. Une affaire qui attise de nouveau les tensions sur le plan régional. A lire sur Vietnam +.

Les constructions d’îles semi-artificielles à grande échelle dans l’archipel de Truong Sa (Spratly), le déploiement d’armes et de munitions sur ces îles artificielles… violent arrogamment la souveraineté du Vietnam, provoquent de profondes inquiétudes dans les pays avoisinant cette zone comme ceux de la communauté internationale, sur leurs conséquences pour la liberté, la sécurité et la sûreté de la navigation maritime et aérienne en Mer Orientale. Il s’agissait de l’un des points ayant suscité une attention soutenue et ayant été le plus discuté lors du 14e Dialogue de Shangri-La à Singapour.

[…]

Depuis 2014, la Chine a construit environ 800 ha, soit une superficie plus vaste que le total des superficies revendiquées par l’ensemble des autres parties en présence. [souligné par nous]

[…]

Lire la suite : Vietnam +, 04/06/2015.

Image « à la une » : l’ilôt Tư Nghĩa photographié en janvier 2015. Source : Trung Quốc ráo riết xây dựng đảo trái phép trên Biển Đông, Doi song va Phap luat, 21/02/2015.

 

André Menras : « Tâche d’huile » et « coups de bélier » – l’affaire de la plateforme de forage chinoise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

L’affaire de la plateforme de forage chinoise :

une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en « tâche d’huile » et en « coups de bélier » pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Par André Menras (Hồ Cương Quyết)

Chercheur indépendant

AndréMenras_24-05-2014
André Menras à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon © 2014 IAO

 

On ne peut pas comprendre la situation présente si l’on se confine à quelques évènements récents sous peine de considérer les affrontements actuels comme l’expression de « disputes » territoriales dans lesquelles les parties concernées seraient renvoyées dos à dos dans une confusion de responsabilité et de légitimité. Une telle neutralité poncepilatique exclurait toute possibilité de règlement équitable sans lequel la paix ne saurait exister et durer. L’examen chronologique des événements historiques marquants est absolument nécessaire, sinon suffisant, pour identifier les sources du conflit et leur expression actuelle afin de peser plus efficacement pour son règlement.

Tout au long de cette intervention je ne parlerai pas de Mer de Chine méridionale car ce géonyme attribué par les cartographes coloniaux et, à partir des années 60, repris dans une grande majorité des atlas, porte, innocemment ou non, une connotation malsaine sur le plan de la souveraineté. De « Mer de Chine » à « Mer de la Chine » il n’y a en effet qu’un petit mot à penser pour déposséder au profit de l’Empire les nations riveraines de cet espace maritime vital pour elles. Cette Méditerranée de l’Asie du Sud-Est n’est ni historiquement, ni juridiquement, ni dans la pratique ancestrale, un lac exclusivement chinois. Elle est le bien commun des nations qui la bordent et de la communauté internationale qui en emprunte le passage avec une fréquence sans cesse accrue.

DaiNamNhatThongToanDo
Đại Nam nhất thống toàn đồ

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1°) Chronologie de l’annexion chinoise de l’archipel des Paracels

L’examen détaillé des dates historiques depuis la période précoloniale jusqu’ à aujourd’hui révèle clairement la naissance puis la montée en puissance des appétits chinois sur Les Paracels et au-delà, en passant par l’annexion totale de l’Archipel jusqu’à l’installation actuelle de la plateforme de forage dans la zone économique exclusive du Vietnam.

A) Durant la période précoloniale, l’An Nam a édifié sur l’archipel une souveraineté incontestée.

Depuis les seigneurs Nguyen, en 1702, la première brigade de Hoang Sa (alors appelé Cat Vang) est constituée avec 70 jeunes hommes du village de An Vinh (dont les descendants vivent toujours à Ly Son) pour, sous les ordres des seigneurs se rendre chaque année dans l’archipel, y récupérer des restes d’épaves, et en ramener des produits de la mer. Avec les empereurs Nguyen la tradition se continue et se développe.

  • 1816 : Gia Long déclare les droits souverains de l’empire d’An Nam [Viêt Nam] sur l’archipel appelé alors « Cat Vang « .
  • 1833-1836 : Ming Mang ordonne l’érection d’un temple, la construction d’une stèle de souveraineté et la plantation d’arbres.
  • 1867 : Tu Duc décerne le titre de héros à des « binh si », soldats de la mer, ayant péri dans leur périple vers Hoang Sa… Autant d’actes étatiques cohérents et annuels de la part de l’empire d’An Nam [Dai Nam] qui justifient pleinement droit à souveraineté. Sans aucune contestation de la part de quelque autre État.

B) Première période coloniale jusqu’au début du XXème siècle : La Chine reconnaît implicitement cette souveraineté.

  • 1884 : traité de Hue. « La France s’engage à garantir l’intégrité des États de SM. Le roi d’An Nam ». Et donc des Paracels. La même année édition d’une carte chinoise de « l’empire unifié  » dont le point le plus austral est la pointe sud de l’île d’Hai Nan. Elle ne comprend donc pas Les Paracels.
  • 1885 : traité franco-chinois de Tianjin. La Chine renonce à toute prétention de suzeraineté sur l’An Nam et donc sur les Paracels.
  • 1906 : édition d’un manuel national d’enseignement de la géographie : le « Zhong guo dilixue giao keshu ». La limite australe de l’empire est toujours l’île d’Hai Nan.

C) Première période coloniale jusqu’en 1945 : naissance des appétits chinois.

  • 1909 : débarquement de 24h des troupes de l’Amiral Li Zhu sur l’île de Pattle. Opération commanditée par le gouverneur du Guang xi-Guangdong.
  • 1925 : le Gouverneur Général d’Indochine annonce que l’Archipel est sous la souveraineté de l’An Nam sous protectorat français.
  • 1925-1936 : série d’articles d’Henri Cucherousset dans « L’Éveil économique de l’Indochine » qui proteste contre la « mollesse » des devoirs protecteurs de la France sur l’archipel.
  • 1931-1932 : la Chine adjuge l’exploitation du guano (phosphates) sur l’archipel à des particuliers. Protestation officielle française.
  • 1937-1939: détachement de gardes coloniaux dépêché sur Pattle pour y construire un phare, une station météo, une station TFS et y dresser une stèle portant l’inscription « République française-Royaume d’An Nam-Archipel des Paracels : 1816-île de Pattle 1938 ».

D) Deuxième période coloniale jusqu’en 1954 : les appétits chinois deviennent prétentions souveraines naissantes.

  • 1945 : la Chine nationaliste reçoit mission de désarmer les Japonais au nord du 16ème parallèle.
  • 1947 : les troupes de Chang Kaï-chek débarquent sur les Paracels orientales. La France envoie un détachement militaire qui prend garnison sur Pattle et demande un arbitrage international. Refus de la Chine. La même année, apparition de la première ligne en U en 11 traits, matérialisant les prétentions souveraines chinoise sur 80% de la mer du Sud Est asiatique.
  • 1950 : la Chine évacue sa garnison de l’île boisée. Le contrôle de l’archipel est officiellement remis à l’empereur Bao Dai.
  • 1951 : conférence de San Francisco. Les Paracels et les Spratleys abandonnées par les Japonais, ne sont attribuées à personne. L’URSS propose de les placer sous la souveraineté de la Chine de Mao. Proposition rejetée à l’écrasante majorité. Le ministre des Affaires étrangères de Bao Dai réaffirme la souveraineté du Vietnam. Silence de la France.
  • 1954 : Accords de Genève. Toutes les îles passent sous l’administration de la République du Sud Vietnam. Pas de protestation de la Chine présente lors des négociations.

E) L’après Genève jusqu’au départ des Américains : la violence du fait accompli.

  • 1956 : retrait des Français et relève par les troupes de la République du Viêt-Nam sur Pattle et le groupe du croissant (Sud-ouest de l’archipel). Les troupes de la République populaire de Chine débarquent discrètement sur la partie orientale (Amphitrite) et ne la quitteront plus.
  • 1958 : note diplomatique du Premier ministre de la RDVN Pham Van Dong qui « enregistre et approuve » une déclaration de la RPC fixant à 12 milles nautiques la limite des eaux territoriales de la Chine. Pékin utilise encore aujourd’hui cette note pour étayer son argumentation de souveraineté.
  • 1974 : la marine de guerre chinoise s’empare de la totalité de l’archipel. 64 morts vietnamiens. La 7ème flotte US à proximité, appelée au secours par son allié sud-vietnamien, ne réagit pas. L’observateur de la République du Viêt-Nam à l’ONU demande un examen de la question par le Conseil de Sécurité. Sans succès. Aucun soutien des USA ni de la France.
tuongniem-haichien-HS1974
19 janvier 2014 : commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels © 2014 Tin Tuc Hang Ngay

F) L’après 1974 jusqu’en 2009 : consolidation de la base de Hoang Sa, légitimation et nouveaux coups de force.

  • 1982 : Convention de Montego Bay sur le droit à la mer signée et ratifiée par la Chine et le Vietnam : « Aucun État ne peut légitimement soumettre une partie de la Haute mer à sa souveraineté ».
  • 1988 : coup de force sanglant à Gac Ma (Johnson reef). 74 morts vietnamiens de la République Socialiste du Vietnam.
  • 1992 : la Chine octroie à la compagnie US Crestone Energy une concession d’exploitation située dans la ZEE du Vietnam.
  • 1989-1995 : occupation par la Chine de récifs et d’îlots supplémentaires dont celui de Panganaban reef (Mischief reef) dans la ZEE des Philippines.
  • 2002 : signature de la « Déclaration de (bonne) conduite » (DOC), gentlemen agreement, entre la Chine et les pays de l’ASEAN. « …Ne pas faire usage de la force ou de menace pour régler les différents ; ne pas compliquer la situation par de nouvelles édifications… » Début d’une campagne chinoise de menaces et de chantage pour dissuader les compagnies pétrolières étrangères de coopérer avec le Vietnam et les Philippines dans les ZEE de ces pays.
  • 2007 : loi chinoise instituant la ville de « Tam Sa » dépendant de Hai Nan et basée à Phu Lâm (Paracels).
BaoVeHSTS
« Ensemble exploitons et protégeons la mer et les îles du Viêt-Nam »

G) A partir de 2009, accélération de l’escalade et de sa légitimation.

  • 2009 : en mars, L’USNS américain « Impeccable » se voit barrer la route au large d’Hai Nan par des bâtiments de la flotte chinoise. Avril : à Quinddao, grand show international de la puissance militaire navale chinoise. Mai : note diplomatique chinoise au secrétaire général de l’ONU en réaction au dépôt de l’acte de souveraineté du Vietnam et de l’acte conjoint que ce pays a déposé avec la Malaisie. La Chine y affirme ses prétentions souveraines matérialisées par la ligne en U en 9 traits (ou langue de boeuf) englobant 80% de l’espace maritime et la totalité des archipels de la mer du Sud-Est asiatique. Du 16 mai au 1er août : Pékin décrète unilatéralement l’interdiction de pêcher dans la zone. Octobre : sommet de l’ASEAN en Thaïlande. La Chine refuse d’aborder de façon multipartite la question des différends en Mer du Sud-Est asiatique. Décembre : Pékin annonce sa décision de « développer le tourisme sur une grande échelle » dans la zone en U. L’assemblée nationale adopte la loi sur « la protection et le développement des îles ».
  • 2011 : en mai, agression sur le « Binh minh 02 » navire d’exploration sismique de la compagnie PetroVietnam, en ZEE du Vietnam. Septembre : agression sur le « Viking », autre navire vietnamien de prospection, dans la ZEE du Vietnam.
  • 2012 : sommet de l’ASEAN. La Chine fait pression sur le Cambodge, alors président, pour empêcher un communiqué commun en faveur d’un « Code de conduite » ayant force de loi en mer du Sud-Est asiatique. Avril-mai : affrontement de 3 semaines avec Les Philippines à Scarborough shoal (archipel des Spratleys) en ZEE des Philippines. Juillet : la Chine fait élire le Président de « Tam Sa » et installe un centre de communication satellitaire 3G sur l’île de Phu Lam. Août : vingt-trois-mille chalutiers chinois partent de Quang Dong et Hai Nan pour aller pêcher en mer du Sud-Est asiatique. Création aux Paracels d’une unité militaire de l’APL à l’échelle d’une division pour la « zone de défense de Tam Sa » comme « un appareil pour gouverner la mer ».
  • 2013 : en juin, édition du livre « Ville de Tam Sa, Chine : Histoire, ressources et rôle dans la défense nationale ». Novembre : zone d’Identification aérienne crée par la Chine dans la Mer dite de Chine orientale, vis à vis du Japon. Le Japon et les 10 pays de l’ASEAN se déclarent d’accord pour « coopérer davantage afin de garantir la liberté de survol et la sécurité de l’aviation civile ».
  • 2014 : en janvier, décret de la province de Hai Nan qui exige une autorisation pour tout chalutier « étranger » en activité dans la zone en U, sous peine de fortes amendes et de sanctions allant jusqu’ à la confiscation du chalutier et la comparution devant un tribunal chinois. Mai : implantation d’une plateforme de forage géante (HD 981) en pleine ZEE du Vietnam. Affrontements au large de l’île Tri Tôn (archipel de Hoang Sa) 10 policiers de la marine vietnamienne blessés, 4 bâtiments vietnamiens éperonnés et endommagés, un chalutier vietnamien coulé.
MerAsieDuSudEst
Le tracé en rouge de la « langue de bœuf chinoise » sur 80% de l’espace maritime

2°) Lignes de force de la stratégie expansionniste de Pékin

  • 1°) Dans ce « going out » annexionniste vers le Sud maritime, Pékin a commencé par le plus proximal : Les Paracels.
  • 2°) A partir de cette base qu’elle consolide, elle jette des ponts vers de nouvelles bases, par tache d’huile ou par coups de force ponctuels, à l’intérieur des ZEE des nations riveraines qu’elle veut transformer en « zones disputées ».
  • 3°) Toutes ces actions sont basées sur la violence militaire et sur la surprise. Aucun des traités ou accords signés aussi bien sur le plan international que sur le plan local ne sont respectés.
  • 4°) Au niveau tactique, Pékin utilise toujours des périodes de vide ou de faiblesse de puissance pour porter de nouveaux coups. (départ des colonialistes français en 1956, départ des USA en 1974, faiblesse de la RSVN privée du soutien de l’URSS dès la fin des années 70, faiblesse relative des USA, malgré leur politique de « pivot » vers la zone Pacifique-Asie… Faiblesse économique de l’Europe demandeuse de contrats chinois provisoirement salvateurs).
  • 5°) Sa tactique diplomatique et économique est toujours celle de la division. Par gratifications ou par rétorsions économiques. Le refus d’arbitrage international ou de discussion multilatérale est une constante historique de sa diplomatie.

3°) Responsabilités et dette de la communauté internationale

  • a) L’État colonialiste français a d’une certaine façon aidé l’An Nam a se libérer de l’emprise chinoise et a assimiler des « territoires sans maître » (dans les Spratleys ) dont le Vietnam a hérité au titre de l’ « Uti Possidetis Suis ». Mais, d’un autre côté, il a quelquefois aiguisé les appétits chinois en oubliant ou trahissant les intérêts de l’État « protégé » pour ses propres visées à court terme. « Les Paracels pourraient constituer une matière de marchandage ou une contre-partie à des concessions (avec la Chine) de notre part sur d’autres points » (lettre du 20 mars 1930 de P. Pasquier, Gouverneur général de l’Indochine au ministre des colonies). Il en est de même du mutisme de la France lors de la Conférence de San Francisco en 1951 et lors de l’invasion chinoise des Paracels en 1974…
  • b) Les USA, administration Nixon-Kissinger : abandon total lors de l’invasion chinoise de 1974. Mutisme de la 7ème flotte à proximité. Kissinger : « La position des USA est de ne pas soutenir les prétentions de souveraineté vietnamiennes sur les îles. » (Foreign relations of the United States 1969-1976; Volume VIII; China 1973-1976: Document 66).
  • c) Aujourd’hui. Toutes proportions gardées, l’Histoire a déjà connu des dictatures ponctuellement puissantes en quête d’ « espace vital ». Le traité de Munich en 1938 a montré l’illusion qui consiste à acheter la paix à de tels régimes en abandonnant à leurs appétits des espaces souverains d’autres nations. Winston Churchill commentait ainsi ce genre d’abandon : « On nous a proposé la honte ou la guerre. Nous avons choisi la honte et nous avons eu la guerre ». Être neutre aujourd’hui, c’est faire respecter le droit international contre la politique de la canonnière. C’est aussi une façon de ne pas subir soi-même la loi du canon.
ngu_dan_VietTTXVN
Pêcheurs vietnamiens © TTXVN

4°) Les pêcheurs du Centre du Vietnam :

les droits de l’Homme s’arrêtent-ils où commence la mer ?

L’Histoire, c’est aussi la vie quotidienne des simples gens. Pour des dizaines de milliers de pêcheurs vietnamiens qui doivent aller gagner leur vie autour des îles Paracels, c’est une tragédie permanente car chaque sortie en mer peut être la dernière.

La plupart des informations concernant les agressions chinoises sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des garde-côtes et du Comité populaire de district de Ly Son. Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, et de la BBC). Ces statistiques sont cependant incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités et les pêcheurs n’ont pas la liberté et l’organisation pour les communiquer. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, j’ai pu répertorier des centaines d’agressions. Environ 2000 pêcheurs en ont été victimes. 30 tués ou « disparus » par temps calme. 120 dont le chalutier a été éperonné et qui ont été sauvés in extremis. 500 emprisonnés sur l’île de Phu Lam de quelques jours à près de 2 mois et libérés contre rançon payée par la famille (7000 à 8000 USD). Matériel de pêche systématiquement détruit ou confisqué. Prise de pêche confisquée.

Voir en fin d’article le film documentaire « Hoang Sa Vietnam : La meurtrissure ». (film toujours interdit de projection au Vietnam).

Ces hommes et leurs familles sont les victimes d’une véritable politique terroriste qui vise à vider cette partie de la mer des pêcheurs vietnamiens absolument sans défense pour les remplacer par des pêcheurs chinois. Jusqu’ici les organisations internationales comme Amnesty international, interpellées pour réagir face à ces traitements inhumains, sont restées sans réaction. L’État du Vietnam non seulement ne protège toujours pas ses pêcheurs mais n’ose même pas les organiser pour faire un procès à la Chine devant le Tribunal international sur le droit à la mer…

Lyon, le 24 mai 2014

André Menras

Pour citer cet article :

Menras, André (30 mai 2014), « L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15066 (Page consultée le …).

La souveraineté réaffirmée du Vietnam sur les archipels de Hoang Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratly) [2013]

TruongSaHoangSa[ndlr] Lu sur le site officiel du PCV. L’information date d’avril 2013.

Des chercheurs vietnamiens et étrangers ont avancé des preuves juridiques et historiques affirmant la souveraineté du Vietnam sur les archipels de Hoang Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratly), lors d’un colloque international tenu à Quang Ngai (Centre).

Ce colloque international de deux jours intitulé “Souveraineté sur les archipels de Hoang Sa et Truong Sa – Aspects historiques et juridiques” s’est clôturé dimanche dans la ville de Quang Ngai, province éponyme du Centre. Il a réuni une cinquantaine de chercheurs vietnamiens et étrangers, dont des experts des Etats-Unis, de Russie, du Canada, de Suisse, d’Australie, d’Inde, de République de Corée, des Philippines et du Vietnam.

Des chercheurs ont mis au clair des preuves juridiques et historiques de la souveraineté du Vietnam sur ces deux archipels et ont discuté des orientations et solutions pour le règlement pacifique des différends en Mer Orientale, a déclaré le professeur associé-docteur Pham Dang Phuoc, directeur de l’Université Pham Van Dông, organisateur de ce colloque international.

Ils ont également montré que la Chine n’avait pas suffisamment de preuves de sa souveraineté sur ces deux archipels, tandis que le Vietnam l’a établie, selon eux, sur ces deux archipels, de façon continuelle et pacifique conformément au droit international.

Ils ont aussi repoussé la revendication irraisonnable d’une souveraineté sur ce que la Chine appelle la « ligne des neufs tronçons » et la fondation par la Chine de la soi-disant « Ville de Shansha », revendication qui porte gravement atteinte à la souveraineté du Vietnam sur les deux archipels de Hoang Sa et de Truong Sa.

Ce dimanche, les délégués se sont rendus sur des sites historiques liés aux activités de pratique de la souveraineté du Vietnam sur les archipels de Hoang Sa et de Truong Sa. Ils ont également assisté à une cérémonie commémorative des soldats vietnamiens tombés pour la souveraineté du Vietnam sur Hoang Sa, laquelle est organisée dans le district insulaire de Ly Son, province de Quang Ngai.

VNA, 29/04/2013.

Source : Parti Communiste Vietnamien

Hoang Sa – Truong Sa : Petite bibliographie indicative [1974-2014]

Paracel&SpratlyLe 40e anniversaire de la bataille des Paracels et ses diverses commémorations (autorisées et non autorisées) au Viêt-Nam nous donne l’occasion de présenter une bibliographie indicative sur les différends en Mer de Chine méridionale. Toute référence importante manquante peut nous être signalée. Cette sélection d’ouvrages et d’articles sera ainsi complétée et mise à jour.

FG

* * *

* * *

Documents officiels

  • Bộ ngọai giao, nước Cộng Hòa Xã Hội Chủ Nghĩa Việt Nam, Quần đảo Hoàng Sa và quần đảo TrườngSa : lãnh thổ Việt Nam, Hà Nội : Nxb Khoa Học Xã Hội, 1984, 25 p.
  • China. Wai jiao bu, La souveraineté incontestable de la Chine sur les îles Xisha et les îles Nansha : document du Ministère des affaires étrangères de la République populaire de Chine, 30 janvier 1980, Beijing, 23 p.
  • Ministry of Foreign Affairs, National Boundary Commission, Viet Nam’s Sovereignty over Hoang Sa and Truong Sa Archipelagoes, Hanoi : National Political Publishing House, 2012, 55 p.
  • Ministry of Foreign Affairs Socialist Republic of Vietnam, The HoàngSa and TrườngSa archipelagoes and international law, Hà Nội : Ministry of Foreign Affairs, 1988, 57 p.
  • Republic of Vietnam, Ministry of foreign affairs, White paper on the HoangSa (Paracel) and Truong Sa (Spratly) Islands, Saigon : Ministry of foreign affairs, 1975, 105 p.
  • Vietnam. Bộ ngoại giao. Vụ thông tin báo chí, Vietnam‘s sovereignty over the HoangSa and TruongSa archipelagoes, Hà Nội : Ministry of Foreign Affairs, Socialist Republic of Viet Nam, 1979, 60 p.

Études vietnamiennes (en vietnamien et en français)

  • Đặc khảo về Hoàng Sa và Trường Sa, Sài Gòn : Sử địa, 1975, 350 p. (Tập san Sử địa,1975, n° 29).
  • Đinh Kim Phúc (chủ biên), Chủ quyền quốc gia Việt Nam trên hai quần đảo Hoàng Sa – Trường Sa, Hà Nội : Nhà xuất bản Tri thức, 2010, 150 p.
  • Les Archipels Hoàng Sa et Trưòng Sa (Paracels et Spratly) : dossier, Hanoi : Le Courrier du Vietnam, 1981, 58 p.
  • Lưu Văn Lợi, Cuộc tranh chấp Việt-Trung về hai quần đảo Hoàng Sa và TrườngSa : lưu hành nội bộ, Hà Nội : Nxb Công an nhân dân, 1995, 213 p.
  • Lưu Văn Lợi, Le différend vietnamo-chinois sur les archipels Hoàng Sa et Trường Sa, Hanoi : Editions Thế Giới, 1996, 139 p.
  • Lưu Văn Lợi, The Sino-Vietnamese difference on the Hoàng Sa and Trường Sa archipelagoes, Hanoi : Thế Giới Publishers, 1996, 157 p.
  • Nguyễn Q. Thắng, HoàngSa, Trường Sa, Thành phố Hồ Chí Minh : Nxb Trẻ, 1988, 235 p.
  • Nguyễn Q. Thắng, Hoàng Sa – Trường Sa lãnh thổ Việt Nam nhìn từ công pháp quốc tế, Hà Nội : Nhà xuất bản Tri thức, 2008, 399 p.
  • Nguyễn Việt Long, Hoàng Sa – Trường Sa các sự kiện, tư liệu lịch sử – pháp lý chính. Tập 1 (Thế kỷ XV- 2000), Thành phố Hồ Chí Minh : Nxb Trẻ, 2014.
  • [Nhiều tác giả], Bằng chứng lịch sử và cơ sở pháp lý. HoàngSa,TrườngSa là của Việt Nam = Paracel and spratly belong to Vietnam, TP Hồ Chí Minh : Nhà xuất bản Trẻ, 2011, 359 p.
  • Quần đảo HoàngSa và quần đảo TrườngSa, bộ phận lãnh thổ của Việt Nam, Hà Nội : Sự thật, 1982, 54 p.
  • Quang Loi, Le Minh Nghia, Vu Phi Hoang… [et al.], Les Archipels HoangSa et TruongSa (Paracels et Spratly) : dossier. II, Hanoi : Le Courrier du Vietnam, 1984, 170 p.
  • Thiện Cẩm (chủ biên), Biển Đông và hải đảo Việt Nam : kỉ yếu tọa đàm khoa học, Hà Nội : Nhà xuất bản Tri thức, 2010, 164 p.
  • Tran-Minh Tiet, L’agression sino-communiste des îles Paracel viêtnamiennes. La guerre pour la paix, Paris : Nouvelles éditions latines, 1975, 100 p.
  • Trần Thế Cung & Nguyễn Văn Thanh (Eds.), Tưởng niệm 40 năm Tết Mậu Thân & 34 Trận Hải Chiến Hoàng Sa của Hải Quân Quân Lực VNCH, Westminster (Californie) : Tuần báo Trách Nhiệm, 2008.
  • Viện khoa học và công nghệ Việt Nam, Biển Đông, Hà Nội : Nhà xuất bản Khoa học tự nhiên và công nghệ, 2009, 4 volumes.
  • Võ Long-Tê, Les archipels de Hoàng-sa et de Trường-sa selon les anciens ouvrages vietnamiens d’histoire et de géographie, Saigon : Ministère de la Culture, de l’Éducation et de la Jeunesse, République du Vietnam, 1974, 201 p. (préface de Nguyễn Thế-Anh ; poème-préface de Tố-nguyên Nguyễn Thọ-Dực).
  • Vũ Hữu San, Địa-lý Bien Đông với hoàng-sa và trướng-sa = Eastern sea geography and Paracel, Spratly archipelagoes, Fremont, Calif.: Uy-ban bao-vệ sự vẹn-toàn, [1995], 264 p.
  • Vũ Phi Hoàng, Hai quần đảo Hoàng Sa và Trường Sa, bộ phận lãnh thổ Việt Nam, Hà Nội : Quân đội nhân dân, 1988, 102 p.

Monographies en langues occidentale et chinoise

  • Baker, John C. & Wiencek, David G., Cooperative monitoring in the south China sea. Satellite imagery, confidence-building measures, and the spratly islands disputes, Westport, Connecticut, London : Praeger, 2002, 220 p.
  • Catley, Robert, Spratlys : the dispute in the South China Sea, Aldershot : Brookfield, USA: Ashgate, 1997, 221 p.
  • Chemillier-Gendreau, Monique, La souveraineté sur les archipels Paracels et Spratleys Monique, Paris, Éd. L’Harmattan, 1996, 350 p.
  • Chemillier-Gendreau, Monique, Sovereignty over the Paracel and Spratly Islands, The Hague; Boston: Kluwer Law International, 2000, 264 p.
  • Chen, Hsin-Chih, Les îles Paracel et Spratly vues de la Chine nationaliste. Revendications de souveraineté pendant les années 1930-1950 dans la mer de Chine méridionale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de François Joyaux, Université Panthéon-Sorbonne, Paris 1, 2001, 615 f.
  • Emmers, Ralf, Geopolitics and maritime territorial disputes in East Asia, London – New York : Routledge, Routledge security in Asia Pacific series, no. 11, 2010, 188 p.
  • Fu, Kuncheng & Shui Binghe, Zhongguo yu Nan Zhongguo Hai wenti [China and the South China Sea issues], Taibei : Wen jin tang shuju, 2007, 446 p.
  • Hill, R. D. ; Owen, Norman G. ; Roberts, E. V. (Eds.), Fishing in troubled waters. Proceedings of an academic conference on territorial claims in the south China sea, Hong Kong : Centre of Asian Studies, University of Hong Kong, Centre of Asian Studies Occasional Papers and Monographs, No 97, 1991, 359 p.
  • Hu, Nien-Tsu Alfred & McDorman, Ted L. (Ed.), Maritime issues in the South China Sea : troubled waters or a sea of opportunity, Milton Park, Abingdon, Oxon [U.K.] : New York : Routledge, 2013, 178 p.
  • Lasserre, Frédéric, Le dragon et la mer. Stratégies géopolitiques chinoises en mer de Chine du Sud, Paris – Montréal, L’Harmattan, 1996, 320 p.
  • Odgaard, Liselotte, Maritime security between China and Southeast Asia. Conflict and cooperation in the making of regional order, Aldershot : Burlington, VT : Ashgate, 2002, 296 p.
  • Samuels, Marwyn S., Contest for the South China Sea, New York: Methuen, 1982, 203 p.
  • Wu, Shicun & Zou, Keyuan (eds.), Maritime security in the South China Sea. Regional implications and international cooperation, Farnham: Burlington, Vt. : Ashgate, 2009, 272 p.

Articles de recherche

  • Chiu, Hungdah, “South China Sea Islands: Implications for Delimiting the Seabed and Future Shipping Routes”, China quarterly, 1977, Vol. 72, pp. 743-765.
  • Gau, Michael Sheng-ti, “The U-Shaped Line and a Categorization of the Ocean Disputes in the South China Sea”, Ocean development and international law, 2010, Vol. 43, issue 1, pp. 57-69.
  • Keyuan, Zou, “Maritime Boundary Delimitation in the Gulf of Tonkin”, Ocean development and international law, 1999, Vol. 30, issue 3, pp. 235-254.
  • Keyuan, Zou, “China’s U-Shaped Line in the South China Sea Revisited”, Ocean development and international law, 2012, Vol. 43, issue 1, pp. 18-34.
  • Li, Mingjiang, “China and Maritime Cooperation in East Asia: recent developments and future prospects”, Journal of contemporary China, 2010, Vol. 19, issue 64, pp. 291-310.
  • Long, Jayh, “The Paracels Incident”, Asian affairs, 1974, Vol. 1, issue 4, pp. 229-239.
  • Long, Le Kim ; Flaaten, Ola ; Anh, Nguyen Thi Kim, “Economic performance of open-access offshore fisheries. The case of Vietnamese longliners in the South China Sea”, Fisheries research, 2008, Vol. 93, issue 3, pp. 296-304.
  • Smith, Robert W., “Maritime Delimitation in the South China Sea: Potentiality and Challenges”, Ocean development and international law, 2010, Vol. 41, issue 3, pp. 214-236.
  • Song, Yann-huei, “The Potential Marine Pollution Threat from Oil and Gas Development Activities in the Disputed South China Sea/Spratly Area: A Role that Taiwan Can Play”, Ocean development and international law, 2008, Vol. 39, issue 2, pp. 150 -177.
  • Song, Yann-huei, “The South China Sea Workshop Process and Taiwan’s Participation”, Ocean development and international law, 2010, Vol. 41, issue 3, pp. 253 -269.
  • Thao, Nguyen Hong [Nguyen Hong Thao], “Vietnam and the Code of Conduct for the South China Sea”, Ocean development and international law, 2001, Vol. 32, issue 2, pp. 105-130.
  • Thao, Nguyen Hong & Ramses, Amer, “Managing Vietnam’s Maritime Boundary Disputes”, Ocean development and international law, 2007, Vol. 38, issue 3, pp. 305 -324.
  • Thao, Nguyen, “A New Legal Arrangement for the South China Sea?, Ocean development and international law, 2009, Vol. 40, issue 4, pp. 333 -349.
  • Thao, Nguyen & Ramses, Amer, “Coastal States in the South China Sea and Submissions on the Outer Limits of the Continental Shelf”, Ocean development and international law, 2011, Vol. 42, issue 3, pp. 245 -263.
  • “The truth about Vietnam-China relations over the last 30 years” [condensed], Journal of contemporary Asia, 1980, Vol. 10, issue 3, pp. 325 -344.
  • Tonnesson, Stein, “The South China Sea in the Age of European Decline”, Modern Asian Studies, 2006, Vol. 40, issue 1, pp. 1-57.
  • Trung, Nguyen Nhu, “The gas hydrate potential in the South China Sea”, Journal of petroleum science & engineering, 2012, Vol. 88-89, pp. 41 -47.
  • Valencia, Mark J., “The South China Sea: Prospects for marine regionalism”, Marine Policy, 1989, Vol. 2, issue 2, pp. 87-104.
  • Valencia, Mark J., “Discussions with continental shelf committee of the Council of Ministers of Vietnam”, Marine Policy, 1989, Vol. 13, issue 4, pp. 364 -365.
  • Valero, Gerardo M. C., “Spratly archipelago dispute: Is the question of sovereignty still relevant?”, Marine Policy, 1994, Vol. 18, issue 4,  pp. 314 -344.
  • Vu, Hai Dang, “A Bilateral Network of Marine Protected Areas Between Vietnam and China: An Alternative to the Chinese Unilateral Fishing Ban in the South China Sea?”, Ocean development and international law, 2013, Vol. 44, issue 2, pp. 145-169.

* * *

Voir aussi :

Nguyễn Đình Đầu : Người Việt Nam không chia rẽ – Les Vietnamiens ne sont pas divisés

nha-nghien-cuu-nguyen-dinh-dau[ndlr] Entretien rare avec le chercheur Nguyen Dinh Dau, originaire de Hanoi, aujourd’hui âgé de 93 ans. Avant de débuter l’entretien, le commentateur rappelle brièvement le parcours personnel de Nguyen Dinh Dau avant 1975 au sein de la résistance anticoloniale, de la révolution de 1945 puis aux côtés de la « Troisième force » pendant la guerre du Viêt-Nam.

Filmé dans son appartement d’Ho Chi Minh-Ville, le vieil homme se remémore la chute de Saigon en évoquant le rôle clé de Duong Van Minh le 30 avril 1975. Il rend ensuite hommage au général Tran Van Tra en insistant sur le caractère « national et uni » des Vietnamiens. Il entend ainsi mettre l’accent sur l’importance de la réconciliation nationale, raison qui le poussa à rester au Viêt-Nam après la réunification. L’entretien se concentre peu après sur la question sensible des îles Spratleys et Paracels à travers les cartes. Cela lui permet de réaffirmer la souveraineté ancienne du Viêt-Nam sur ces îlots contestés. Depuis des décennies, Nguyen Dinh Dau a rassemblé pour ses recherches un fonds cartographique exceptionnel de plus de 3000 cartes.

* * *