Archives par mot-clé : transnationalisme

Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien

[ndlr] Note succincte sur l’apparition d’un nouveau mouvement politique unitaire.

Alors que la répression s’accentue sur les dissidents à l’intérieur du pays, une nouvelle organisation d’opposition au régime communiste de Hanoi a vu le jour en Californie. Dénommée Liên Hiệp Hội Đồng Quốc Dân Việt Nam ou « Conseil unifié du peuple vietnamien »1, elle a été fondée à l’initiative de deux dignitaires religieux : le Vénérable Minh Tuyên et Lê Phuoc Sang, président du Conseil exécutif de du Bouddhisme Hoa Hao.

Le vénérable Minh Tuyên, chef du comité d’organisation, en a précisé l’objectif :

« Le but du Conseil unifié du peuple du Viêt-Nam consiste d’abord à créer l’union, unifier le grand bloc national vietnamien. Dans un second temps, il s’agira de mettre tout en œuvre pour la lutte pour le salut national, de contribuer à la protection de la souveraineté nationale, sur terre et sur mer, et de contribuer à la construction d’un Viêt Nam libre, humaniste et prospère ».

De son côté, le Dr Lê Phuoc Sang, membre du comité d’organisation, a déclaré lors de la Déclaration officielle du 16 juillet :

« Après 42 ans d’exil, nous devons reconnaître que de nombreuses organisations ont été créées, mais le résultat n’est pas au rendez-vous, parce que nous ne combinons pas ensemble notre action. Nous avons besoin d’une force totale, non pas laisser telle association diriger telle autre association, de créer une harmonie, de travailler ensemble, établir la confiance dans le pays au service de nos ancêtres ».

La Déclaration politique lue le 16 juillet lors de la proclamation officielle du mouvement fait explicitement référence à la menace que représente l’expansionnisme chinois :

« Notre pays et notre peuple ont dû subir d’innombrables fois la domination étrangère, le cœur humain a été dévoyé, les gens ne se font plus confiance les uns les autres, de sorte que l’unification est très difficile à réaliser. Mais aujourd’hui, face au danger expansionniste de la Chine, si notre peuple ne réunit pas son esprit et son cœur et s’il n’endosse pas la responsabilité de sauver le pays et de le redresser, l’anéantissement ne pourra être évité ».

Brûle-parfum, bougeoirs, tablettes dorées, vases et fruits en cascade, un autel aux héros nationaux a été dressé dans le temple « Tổ Đình Minh Đăng Quang » à Santa Ana en Californie. Au centre de cet autel riche de symboles trône au centre le portrait de l’empereur Quang Trung (1753-1792), réunificateur du pays après une longue guerre civile. On distingue d’autres portraits : sur la gauche, ceux de Nguyen Trai (1380-1442), le lettré stratège du XVe siècle ; Phan Thanh Gian (1796-1867), l’ambassadeur suicidé en 1867 et Huynh Phu So (1919-1947), le fondateur du bouddhisme Hoa Hao ; sur la droite, le pape caodaiste Pham Cong Tac (1890-1959), le général Tran Hung Dao (1228-1300) et Phan Dinh Phung (1847-1895), le chef militaire du mouvement anticolonialiste « Aide au roi »… Plus bas sur la gauche, les portraits en grande partie cachés du général Duong Van Minh (1916-2001) et de Tran Van Huong (1902-1982)… deux anciens dirigeants de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975)2. Les oriflammes des fêtes traditionnelles, utilisés notamment pour le grand rassemblement populaire des Rois Hung, les ancêtres mythiques du Viêt-Nam, ornent l’autel de part et d’autre. Deux drapeaux figurent sur le côté droit : celui de la République du Viêt-Nam et celui du bouddhisme international adopté en 1950.

L’empereur Quang Trung (né Nguyễn Huệ), une des incarnations de la résistance anti-chinoise et de l’unification du territoire vietnamien © DR

Depuis plusieurs années, en particulier depuis les manifestations antichinoises de l’été 2011 et du printemps 20143, le sentiment nationaliste vietnamien se développe. La fondation de cette nouvelle organisation visant à unifier les forces de l’intérieur du pays à celles de l’extérieur participe de la consolidation d’un transnationalisme vietnamien d’opposition au régime autoritaire actuel. Si les actualités récentes liées à la pollution maritime démontraient l’implication des Catholiques en avant-poste de la contestation, c’est la première fois depuis les tensions avec la Chine que des dignitaires bouddhistes lancent un tel appel patriotique. Parviendront-ils à mobiliser les millions de bouddhistes que comptent le pays ?

La portée de cet appel risque somme toute d’être limitée compte-tenu de la surveillance policière qui s’est intensifiée ces dernières années notamment sur les réseaux sociaux4. La fondation de cette nouvelle organisation, avec ses références puisées dans la tradition historique et le nationalisme religieux, revêt plus un caractère symbolique.

FG, d’après Người Việt, 17/07/2017, MàJ 18/07/2017.

Annexe :

Profession de foi de l’organisation et invitation :

Source : Vien Dong Daily, 07/07/2017.

 

Pour en savoir plus :

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien," in Mémoires d'Indochine, 18/07/2017, https://indomemoires.hypotheses.org/25393.

Notes

  1. Une organisation révolutionnaire intitulée de façon presque identique « Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân Việt Nam » et fondée aux Etats-Unis par des réfugiés politiques appelait en 1990 à renverser la pouvoir communiste. Voir sur Youtube « Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990 » Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990, au départ du document vidéographique, l’organisation est présentée par le Dr Nguyen Ton Hoan, un des dirigeants du Dai Viêt Quôc Dân Dang (Parti national du Grand Viêt-Nam) décédé en 2001 []
  2. Le portrait caché par l’ancien drapeau national est sans doute celui de l’empereur Bao Dai, présent sur l’autel de la même pagode lors des commémorations du 30 avril 2017. Voir : Văn Lan/Người Việt, Tổ Đình Minh Đăng Quang tưởng niệm các anh hùng VNCH, Người Việt, 30/04/2017 []
  3. Voir notre article : L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne []
  4. Dans sa profession de foi (encadré ci-dessus), l’organisation donne RV le 30 septembre 2017 pour rendre publique sa structure et l’identité de ses membres ou organisations adhérentes à l’extérieur du pays comme à l’intérieur []

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 7

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

cpa_annam_surlecanaldephucam
Annam, Hue – Sur le canal de Phu Cam

 

★ ★ ★

L’espace social et transnational indochinois d’hier et d’aujourd’hui

Séance 7 : mardi 22 novembre 2016 (F004)

Cette dernière séance replacera l’espace indochinois dans son contexte eurasiatique et transnational. En se libérant d’une grille d’analyse « occidentalo-centrique », une nouvelle lecture des guerres qui ont traversées l’Indochine est possible. On peut ainsi mieux comprendre comment les interactions entre les « trois empires », américain, soviétique (puis russe) et chinois ont pesé et continuent de peser sur cet espace, à la fois péninsulaire et maritime. Le positionnement géographique et politique du Viêt-Nam apparaît central comme le démontrent les tensions en Mer de Chine méridionale et ses répercutions sur le monde transnational vietnamien et chez les voisins cambodgiens ou laotiens. Quelle sera la place des sociétés, du centre et de la marge, dans cet espace traversé par des stratégies concurrentielles ?

Source mobilisée :

  • Goscha, Christopher, « La géopolitique vietnamienne vue de l’Eurasie : quelles leçons de la troisième guerre d’Indochine pour aujourd’hui ? », Hérodote, n° 157, La Découverte, 2e trimestre 2015, pp. 23-38.

★ ★ ★

Exposés oraux

Espace social indochinois, marges, genre et sociétés civiles :


  • scott_zomiaScott, James C., Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, 2013. (titre original : The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia)

Exposé de Thomas Licciardi

Présentation de l’éditeur : Seuil


  • ha_frenchwomenandtheempireHa, Marie-Paule, French women and the empire : the case of Indochina, Oxford University Press, 2014.

Exposé de Juliette Rolland

Présentation de l’éditeur : Oxford UP


  • formosoed_societescivilesdaseFormoso, Bernard (dir.), Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale : entre pilotage d’État et initiatives citoyennes, ENS éditions, 2016.

Exposé d’Émilie Guet

Présentation de l’éditeur : ENS éditions


Image « à la une  » : © Google Map


Mei Feng Mok: « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975 »

[ndlr] Présentation par Christoph Giebel de la thèse de Mei Feng Mok sur Cholon et sa population sous la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975. Chronique publiée avec l’autorisation de son auteur.

Ref.: Mei Feng Mok, Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975, University of Washington, History, PhD thesis, Chair: Christoph Giebel, 2016.

It is with great pleasure that I announce to VSG a newly minted Ph.D.

On 8 June 2016, at the History department of the University of Washington, Seattle (USA), Mei Feng Mok successfully defended her dissertation « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975. »  The dissertation is based on a variety of sources in Vietnamese, Chinese, French and English, most notably rare and rarely-used Chinese-language newspapers from Chợ Lớn.  Examiners were Laurie Sears, Sasha Welland, and Christoph Giebel (chair);  Moon-ho Jung and Madeleine Dong added guidance at earlier stages of research.  Before coming to UW, Mei Feng Mok earned an MA in History at the National University of Singapore (NUS) with Bruce Lockhart.

Focusing on social life ordered around markets, native place congregations and temples, schools and work places, hospitals and medicinal halls, sports clubs and restaurants, private homes and public leisure places, Mei Feng deftly provides a rich tapestry of Chợ Lớn’s Chinese community, particularly its middle class, and the changes it underwent over time.  She situates Chợ Lớn in multiple relations: as one center of greater Sài Gòn, economic conduit for the southern Vietnamese hinterlands, socio-cultural hub for Chinese communities throughout Indochina, nodal point in transnational Chinese exchanges linking San Francisco, Hong Kong, China, and Singapore, and contributor to Cold War-era and Taiwan/ROC-centric sinophonic articulations.

The dissertation is organized into four main chapters:  

  • 1) Chợ Lớn’s built environment and human geography, its lived and shared spaces;  
  • 2) Education from kindergarten to adult learning between local and transnational networks and the state;  
  • 3) Sports and competitions over disciplining bodies and controlling social time;  
  • and 4) young adulthood, women in the public sphere, and socialization into multi-layered networks through marriage, work, philanthropy, and other ways of accumulating and spending social capital. 

Here Chợ Lớn emerges as a site of contestation between diasporic community interests, a « nation-building » Vietnamese state, and the transnational Chinese world not easily negotiated by individuals and further complicated by war, violence, and ideological divisions.

 Mei Feng’s work is bound to make significant contributions to a variety of fields:  e.g., to social history (and here everyday urban life) of which Việt Nam Studies are still desperately starved, to the growing body of studies on the Republic of Việt Nam (and a rare one where the RVN simply « is » rather than « fails »), to conversations about diasporic/minority communities with multiple identities in Việt Nam (and elsewhere), and to our knowledge of overseas Chinese and the dynamic currents in the Cold War-era transnational Chinese world.  Mei Feng will now take her talents and work to a Post-doctoral Fellowship position at the Asia Research Institute (ARI) in Singapore (NUS) where this important and exciting dissertation may well turn into a marvelous book.

 
Congratulations to Dr. Mei Feng Mok!
 
C. Giebel

UW-Seattle

Source : VSG

Image « à la une » : Le marché de Binh Tây à Cholon en 1960.

Janet A. Hoskins : The Divine Eye and the Diaspora – Vietnamese Syncretism Becomes Transpacific Caodaism [parution]

JanetHoskins_The DivineEyeAndTheDiaspora[ndlr] Parution d’une nouvelle étude sur le Caodaïsme vietnamien. Présentation de l’éditeur.

What is the relationship between syncretism and diaspora? Caodaism is a large but almost unknown new religion that provides answers to this question. Born in Vietnam during the struggles of decolonization, shattered and spatially dispersed by cold war conflicts, it is now reshaping the goals of its four million followers. Colorful and strikingly eclectic, its “outrageous syncretism” incorporates Chinese, Buddhist, and Western religions as well as world figures like Victor Hugo, Jeanne d’Arc, Vladimir Lenin, and (in the USA) Joseph Smith, the founder of Mormonism.

The book looks at the connections between “the age of revelations” (1925-1934) in French Indochina and the “age of diaspora” (1975-present) when many Caodai leaders and followers went into exile. Structured in paired biographies to trace relations between masters and disciples, now separated by oceans, it focuses on five members of the founding generation and their followers or descendants in California, showing the continuing obligation to honor those who forged the initial vision to “bring the gods of the East and West together.” Diasporic congregations in California have interacted with New Age ideas and stereotypes of a “Walt Disney fantasia of the East,” at the same time that temples in Vietnam have re-opened their doors after decades of severe restrictions.

Caodaism forces us to reconsider how anthropologists study religious mixtures in postcolonial settings. Its dynamics challenge the unconscious Eurocentrism of our notions of how religions are bounded and conceptualized.

Source : University of Hawaii Press

  • Réf. : Janet Alison Hoskins, The Divine Eye and the Diaspora: Vietnamese Syncretism Becomes Transpacific Caodaism, Honolulu, HI, University of Hawaii Press, 2015, 308 p.

* * *

JanetAlisonHoskinsJanet Alison Hoskins is professor of anthropology and religion at the University of Southern California, Los Angeles. Her books include The Play of Time: Kodi Perspectives on History, Calendars and Exchange (1996 recipient of the Benda Prize in Southeast Asian Studies) and Biographical Objects: How Things Tell the Stories of People’s Lives (1998). She is the contributing editor of four books: Transpacific Studies: Framing an Emerging Field (with Viet Thanh Nguyen, University of Hawai‘i Press, 2014); Headhunting and the Social Imagination in Southeast Asia (1996); A Space Between Oneself and Oneself: Anthropology as a Search for the Subject (1999); and Fragments from Forests and Libraries (2001). She served as president of the Society for the Anthropology of Religion from 2011 to 2013, and has produced three ethnographic documentaries (distributed by www.DER.org), including « The Left Eye of God: Caodaism Travels from Vietnam to California” (2008). She has been a visiting researcher at the Institute for Advanced Study, Princeton; The Getty Research Institute, Los Angeles; the Anthropology Department, Oslo, Norway; the Southeast Asian Studies Center, Kyoto, Japan; and the Asia Research Institute, National University of Singapore.

Danielle Tan et Caroline Grillot : L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois »

[ndlr] Signalement d’un ouvrage en téléchargement libre sur le site de l’IRASEC (Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine) basé à Bangkok.

Entre fascination et peur, enthousiasme et hostilité, la nouvelle migration chinoise questionne. Les travaux sur « la Chine en Afrique » ont occulté l’importance de l’émergence de la Chine pour ses voisins les plus proches. Cette omission est particulièrement flagrante dans le cas de l’Asie du Sud-Est qui a toujours été le principal théâtre des engagements commerciaux de la Chine avec le monde. Considérée comme l’arrière-cour naturelle de la Chine, l’Asie du Sud-Est est un laboratoire complexe et hétérogène des circulations et des identités en construction à l’aube du « siècle chinois ».

La question des relations entre la Chine et le reste du monde est tantôt pensée en termes de domination, de menace, d’exploitation, et de soutien aux régimes autoritaires, tantôt en termes d’aubaine et d’opportunités de développement. Cette recherche propose de dépasser cette approche binaire en décrivant les stratégies mises en œuvre par les acteurs locaux pour atténuer l’inégalité des rapports de force, négocier l’asymétrie, contourner l’hégémonie, embrasser, résister ou manipuler les termes dictés par les capitaux chinois.

La présente étude, centrée sur les pays de l’ancienne Indochine française (Cambodge, Vietnam,Laos), constitue la première étape d’un projet éditorial plus large qui se donne pour ambition de relever ce défi.

Tan&Grillot_L'ASEdansLeSiècleChinoisCliquez sur l’image pour accéder au téléchargement (lien PDF en bas de page)

ou directement au document pdf : > Télécharger

Sommaire

Introduction (Danielle Tan)
L’émergence de la Chine: un sujet de débat croissant
Evolution des études sur la diaspora chinoise et ses problématiques
Les études sur la migration chinoise aujourd’hui: un enjeu géopolitique – Hypothèse et questionnements

Première partie – L’évolution de la migration chinoise en Asie du Sud-Est: le cas du Cambodge (Danielle Tan)
1- La première phase de migration: les commerçants du Nanyang
2- La deuxième phase de migration: la traite des coolies par les empires coloniaux
3- La migration chinoise aujourd’hui
Conclusion

Deuxième partie – L’Autre, ce voisin. Remarques sur les perceptions chinoises des Vietnamiens, frein au développement des échanges commerciaux (Caroline Grillot)
1- Les Vietnamiens, ces familiers dont on se méfie
2- Discours folklorique et question de classe
3- Quelques explications sur la pérennité des représentations sociales
4- Comment la position et le traitement réservés aux femmes déprécient l’image des Vietnamiens
Conclusion

Troisième partie – La Chine au Laos: développement, colonialisme intérieur ou néo-colonialisme?
1- Evolution de la présence chinoise au Laos
2- Les réseaux transnationaux chinois: les partenaires clés de la stratégie d’extraversion du régime laotien
Conclusion

Conclusion générale (Danielle Tan)
Bibliographie

Les auteures

Danielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle occupe actuellementun poste d’ATER à Sciences Po Lyon, et est rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’Irasec.

Caroline Grillot est anthropologue (Paris X-Nanterre) et sinologue (Inalco). Elle a passé plus de dix ans en Chine où elle a étudié le chinois à l’Université du Shandong (1994-1995) et du Sichuan (1998-2000) grâce au soutien du ministère des Affaires Etrangères et Européennes. Elle est actuellement postdoctorante au Max Planck Institute for Social Anthropology (Halle, Allemagne) et chercheure associée à l’Irasec et à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon).

Source : IRASEC

Feu vert patriotique et contradictions vietnamiennes

La fin de la semaine dernière aura été marquée par trois événements importants : la vingtième journée annuelle des droits de l’homme pour le Viêt-Nam qui s’est déroulée le 9 mai à Washington, la fête des mères (Ngày của Mẹ) le dimanche 11 mai et la fin de la fête anniversaire du Bouddha (Vesak 2014) qui s’est également terminée le 11 mai. Ces trois événements ont été partiellement occultés par la dimension explosive qu’a pris la question des Paracels (Hoàng Sa). Comme l’avaient annoncé plusieurs associations de la société civile, le Viêt-Nam a connu une fin de semaine marquée par d’importantes manifestations contre la Chine. Celles-ci ont commencé le vendredi 9 mai devant l’ambassade de Chine à HCM-Ville puis les 10 et 11 mai avec beaucoup plus d’intensité dans les grandes villes du pays [1]. Le dimanche 11 mai, le rue vietnamienne s’est exprimée avec fougue. Des milliers de citoyens ont défilé à Hanoi, Hue, Danang ou Ho Chi Minh-Ville. Environ 5000 étudiants ont manifesté pacifiquement dans le centre ville de la métropole du Sud [2]. On avait rien vu de cette ampleur depuis le mois de juin 2011.

BieuTinhChongTrungQuoc_2014
Manifestation devant le consulat de Chine à HCM-Ville le 10 mai 2014

Ces manifestations tolérées par le régime ne sont pas dues au hasard. En effet, avec l’organisation par l’Association des avocats d’Ho Chi Minh-Ville le 10 mai d’un meeting sur cette crise, le feu vert avait été clair [3]. L’idée première du pouvoir était de se servir de la rue pour appuyer les protestations officielles du gouvernement vietnamien qui ne décolère pas devant les empiètements répétés de la Chine populaire. En second lieu, les manifestations permettaient de donner une résonance internationale à cette crise [4]. Comme à l’époque de la guerre, les communautés favorables au régime furent mobilisées à l’étranger par exemple en Allemagne (à Berlin), en République Tchèque ou au Japon [5]. La plupart des slogans véhiculés ce dimanche n’avaient rien de subversifs, ils déclaraient leur soutien sans réserve au Parti, à l’Armée dans leur combat contre la Chine. D’autres visaient indirectement le seul parti au pouvoir, le Parti Communiste Vietnamien (PCV), accusé d’avoir mené le pays à la situation présente à cause de sa mauvaise gestion des affaires en mer orientale. En particulier, le communiqué de presse du 9 mai des principaux opposants au régime proclamait avec une once de surenchère : « Nous condamnons fermement les actes d’agression de la Chine qui ont violé la souveraineté du Viêt-Nam, dans le même temps nous exprimons notre opposition à la veule, lâche et inacceptable attitude du gouvernement vietnamien » [6]. Plus mesurée, une déclaration commune de vingt organisations politiques exilées demandait une réponse forte du gouvernement vietnamien, appelait à une mobilisation de la population toute entière mais exigeait aussi la libération de tous les prisonniers de conscience et la condamnation officielle de la Chine par les instances juridiques internationales [7]. Ainsi, les manifestations et déclarations politiques de la fin de semaine ont-elles montrées un double visage : celui du nationalisme pur et dur, largement majoritaire, et celui de la contestation interne, minoritaire et encore timide mais terriblement gênante pour le pouvoir en place.

Que penser de ce regain de patriotisme à double tête ? Les tenants du national-communisme version « Viêt-Nam – Hô Chi Minh » ont pu proclamer leur soutien sans faille au gouvernement vietnamien en mettant l’idéal patriotique au-dessus de tout. « La Patrie avant tout », « la nation en danger » figuraient en bonne place dans les slogans de ce courant. Pour les tenants d’une contestation plus vive à la fois anti-chinoise et antigouvernementale, la manifestation du 11 mai présentait tous les ingrédients d’une « manifestation d’État », d’une « manifestation à orientation socialiste » (non sans humour) promue et autorisée par un régime en quête de soutien populaire [8]. A l’inverse de la posture officielle, certains dissidents ou blogueurs s’étaient même interdits de rejoindre les cortèges téléguidés par le pouvoir pour conserver leur intégrité critique et intellectuelle. Mais en réalité, rien n’est aussi simple. La blogueuse Pham Thanh Nghien, assignée à résidence à Haiphong, avait appelé à manifester tandis que le net-citoyen Nguyen Lan Thang exprimait son refus [9]. Du côté des intellectuels critiques, si de nombreuses figures incitèrent leurs compatriotes à rejoindre les rangs anti-chinois, le professeur Tuong Lai, depuis HCM-Ville, protesta publiquement contre les mots d’ordre antigouvernementaux affichés dans l’appel des membres de la société civile [10]. Il mettait en avant le soutien indéfectible et unitaire dont devait bénéficier le gouvernement en ces temps de vives confrontations, par média interposés, avec la Chine. Il considérait qu’attaquer le gouvernement dans ce contexte de crise régionale consistait en une erreur politique et que la solidarité nationale devait primer. En d’autres termes, critiquer le gouvernement et donc l’affaiblir revenait à faire le jeu de la Chine.

ToQuocTrenHet_2014
« La patrie avant tout »

D’autre blogueurs, et cela reste le principal tracas de la Sécurité publique, ont exprimé à la fois leur patriotisme et leur rejet de la politique gouvernementale jugée globalement trop timorée voire « à la botte des Chinois ». Ils ont également placé le Parti-État devant ses propres contradictions. Comment peut-on à la fois emprisonner les blogueurs qui défendent un patriotisme anti-chinois (alertant l’opinion publique depuis des années sur le « danger chinois ») et vouloir promouvoir ce même patriotisme au sein de la société vietnamienne ? Cela donne à voir qu’il co-existe en réalité deux formes de patriotisme qui s’opposent, le premier légal et aux ordres du Parti, le second illégal, volatile, rebelle et difficile à contrôler ou à mesurer. Ce trait de politique intérieure n’est d’ailleurs pas spécifique au Viêt-Nam. Il traverse souvent les États, démocratiques ou non, bousculés dans leur légitimité.

La seconde contradiction concerne les relations sino-vietnamiennes sur un plus long terme. On le sait, la Chine a toujours eu cette image ambivalente de modèle et de menace pour le Viêt-Nam. A l’ère contemporaine, les deux pays possèdent à leur tête deux partis communistes omnipotents qui furent tout au long du XXe siècle successivement amis puis ennemis et de nouveau amis. Les relations entre les deux Partis-États sont en principe bonnes et régulièrement confirmées par des visites amicales. Cependant l’affaire des Paracels a mis le feu aux poudres alors que l’on pouvait considérer cette affaire close depuis la fameuse note diplomatique signée de la main de Pham Van Dong et adressée à la Chine populaire le 14 septembre 1958. Acte malheureux à une époque où le Nord Viêt-Nam avait grand besoin du soutien chinois pour mener sa révolution socialiste intérieure puis sa guerre d’unification contre le Sud. Pendant ce temps, la République du Viêt-Nam (l’ancien Sud Viêt-Nam soutenu par les Etats-Unis) défendait les armes à la main les îlots contestés mais perdait la bataille navale en 1974 avant la fin de la guerre [11]. En 1988, dans un contexte de tension extrême avec la Chine, le Viêt-Nam réunifié (RSVN) se lançait lui aussi dans la bataille (cette fois-ci dans la zone maritime des îles Spratleys) sans succès. Depuis lors, les Paracels avaient été un peu oubliées du fait de la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays communistes à partir de 1992 et du développement d’un nouveau partenariat politique et économique.

LuoiBoCependant, les actions récurrentes de la Chine contre des pêcheurs vietnamiens depuis quelques années – l’année 2011 consistant en une sorte d’apothéose – ont ravivé la question des îlots perdus au mois deux fois militairement par les Vietnamiens. Ces derniers n’ont jamais accepté la défaite faisant valoir qu’historiquement ces îlots appartenaient à l’empire vietnamien (Dai Viêt) depuis des siècles. L’affaire est donc compliquée car, de son côté la Chine communiste, a régulièrement affirmé que la mer méridionale faisait partie intégrante de son immense domaine maritime. Le fameux tracé chinois en mer de Chine fut caricaturé par les Vietnamiens en une « langue de bœuf » effrontée. La Chine affiche ces dernières années sa présence militaire et stratégique dans la région de façon unilatérale et sans complexe. Le Viêt-Nam a tout fait pour porter l’affaire au niveau international. Mais l’impact de cette diplomatie nécessaire reste mitigé. Au dernier sommet de l’ASEAN (le 24e) qui vient de se dérouler à Nay Pyi Taw, la capitale du Myanmar, l’organisation régionale des dix pays d’Asie du Sud-Est n’a émis qu’une protestation de forme se gardant bien d’attaquer la Chine de front [12]. Au Viêt-Nam de régler ce différend de manière pacifique avec son grand voisin. La marge de manœuvre de la RSVN est donc très faible. Va-t-elle oser s’engager dans un court et bref conflit maritime comme en 1988 ? La Chine va-t-elle également faire tonner le canon pour donner une leçon à son insolent voisin ? Comment vont réagir les opinions publiques des deux pays ? Quel impact sur l’économie vietnamienne ? Autant de question qui vont occuper les États-majors militaires, politiques et économiques ces prochains mois. Si l’on en croît le site des Syndicats d’Ho Chi Minh-Ville, la guerre de l’information est déjà en cours par hackers interposés [13].

HaNoi_TuDoChoNguoiYeuNuoc
« Liberté pour les patriotes »

Du côté vietnamien, l’agitation officielle du nationalisme n’est pas sans danger et pourrait être reprise par la rue avec plus de force et de virulence. La RSVN n’a en réalité, compte tenu de ses bonnes relations politiques, rien à gagner à entrer en conflit avec la Chine populaire. Elle n’en a pas les moyens et le résultat risque fort d’être contre-productif. Seulement, tiraillée entre une partie de son propre appareil militaire très remontée et la pression constante exercée par la Chine, elle se doit de réagir pour ne pas perdre la face. Enfin, on peut observer qu’une grande partie de l’opinion publique vietnamienne commence à s’inquiéter de cette situation de crise et que les jeunes générations redoutent déjà un éventuel rappel sous les drapeaux pour « la défense de la patrie socialiste contre l’expansionnisme chinois ». Entre un nationalisme à fleur de peau illustré par un esprit de sacrifice toujours valorisé en temps de crise et une réponse mesurée, pacifique et pragmatique, le Viêt-Nam est à la recherche d’un équilibre aujourd’hui difficile à trouver.

FG

Position de la plate-forme chinoise dans les Paracels
Position de la plate-forme chinoise dans les Paracels © BienDong.net

Notes

[1] Pour un aperçu général, voir les dossiers photos sur le site de la BBC : Anti China Protest Gallery ; sur le site du parti Viêt Tân : Phóng sự hình ảnh cuộc biểu tình tại Hà Nội ngày 11/5/2014 et sur le blog Dân Làm Báo : Tường thuật Biểu Tình Yêu Nước 11.5.2014 – Cả nước xuống đường. Voir aussi l’article illustré du site Dân Trí : Người dân ba miền xuống đường phản đối Trung Quốc, Dân Trí, 11/05/2014 ; l’article de Diễn Đàn Forum et ses liens vers des reportages photographiques : Biểu tình lớn ở Hà Nội, TP. Hồ Chí Minh, Huế, Đà Nẵng. Voir également le tag « Bien Dong » sur le site « non-officiel » du Premier ministre vietnamien. Alors qu’il est actuellement emprisonné, le site de Ba Sàm (Nguyen Huu Vinh) est un des plus complets renvoyant à de très nombreux liens.

[2] Công Quang – Đình Thảo, Sinh viên TPHCM xuống đường biểu tình phản đối Trung Quốc, Dân Trí, 11/05/2014.

[3] NLĐO, Đồng lòng hy sinh để bảo vệ chủ quyền, Lao Dong, 10/05/2015 ; Chính quyền VN ‘bật đèn xanh’ biểu tình?, BBC, 10/05/2014.

[4] Như Tâm, Biểu tình phản đối Trung Quốc gây tiếng vang trên báo quốc tế, VN Express, 11/05/2014.

[5] Đức Vũ, Người Việt năm châu tiếp tục phản đối hành động của Trung Quốc, Dân Trí, 12/05/2014 ; My Loan, Người Việt Nam khắp thế giới đồng loạt phản đối Trung Quốc, Tuoi Tre, 12/05/2014. Une résonance internationale dûment relayée sur les sites vietnamiens ce matin.

[6] We resolutely condemn China aggression and Vietnam’s spineless acts, 09/05/2014.

[7] Tuyên bố chung của 20 tổ chức trên thế giới về giàn khoan TQ trong lãnh hải VN / Declaration of Vietnamese organizations all over the world re. the Chinese Haiyang 981 RIG in Vietnam’s waters.

[8] Mặc Lâm, Khắp nước biểu tình chống Trung Quốc, RFA, 10/05/2014.

[9] Anh Vũ, Biểu tình chống TQ xâm lược: Nên tham gia hay không?, RFA, 09/05/2014.

[10] Giáo sư Tương Lai: Phản đối quyết liệt mưu đồ chính trị của tổ chức phản động DĐXHDS, Truong Sa Hoang Sa Info, 11/05/2014.

[11] De fait les Paracels à hauteur de Danang au Centre du Viêt-Nam relevaient de la République du Viêt-Nam (Sud) sur le plan international et non de la RDVN (Nord). Voir : Từ Đặng Minh Thu, Chủ quyền trên hai quần đảo Hoàng Sa và Trường Sa. Thử phân tích lập luận của Việt Nam và Trung Quốc, Thoi Dai Moi, so 11, 07/2007.

[12] Mike Yves & Thomas Fuller, Vietnam Fails to Rally Partners in China Dispute, New York Times, 11/05/21014.

[13] Chánh Trung, Hàng trăm website bị hacker Trung Quốc tấn công, Nguoi Lao Dong, 12/05/2014.

Kieu-Linh Caroline Valverde: Transnationalizing Viet Nam Community, Culture, and Politics in the Diaspora [ppk]

Valverde_TransnationalizingVietNam[ndlr] Parution de l’édition en paperback de l’ouvrage de Caroline Valverde paru chez Temple University en 2012.

* * *

New in Paperback in Asian American Studies

Transnationalizing Viet Nam
Community, Culture, and Politics in the Diaspora

Kieu-Linh Caroline Valverde

Vietnamese diasporic relations affect—and are directly affected by—events in Viet Nam. In Transnationalizing Viet Nam, Kieu-Linh Caroline Valverde explores these connections, providing a nuanced understanding of this globalized community. Valverde draws on 250 interviews and almost two decades of research to show the complex relationship between Vietnamese in the diaspora and those back at the homeland.

Arguing that Vietnamese immigrant lives are inherently transnational, she shows how their acts form virtual communities via the Internet, organize social movements, exchange music and create art, find political representation, and even dissent. Valverde also exposes how generational, gender, class, and political tensions threaten to divide the ethnic community.

Transnationalizing Viet Nam paints a vivid picture of the complex political and personal allegiances that exist within Vietnamese America and shape the relations between this heterogeneous community and its country of origin.

Contents:

  • Transnationalizing Viet Nam
  • Popular music: Sounds of home resistance and change
  • Social transformations from virtual communities
  • Defying and redefining Vietnamese diasporic art and media as seen through Chau Huynh’s creations
  • Whose community is it anyway? Overseas Vietnamese negotiating their cultural and political identity: The case of Vice-Mayor Madison Nguyen
  • Vietnamese diaspora revisited

Read an excerpt from Chapter 1 (pdf).

Réf. Kieu-Linh Caroline Valverde, Transnationalizing Viet Nam: community, culture, and politics in the diaspora, Philadelphia, Temple University Press, 2012, 185 p.