Archives par mot-clé : Tran Van Van

Legacy Lost: The Political Life and Tragic Death of Tran Van Van – by Ryan Nelson

The Southeast Asian Research Group presents:

Legacy Lost:

The Political Life and Tragic Death of  Tran Van Van

* * *

Ryan August Lawrence Nelson

Trần Văn Văn (1908-1966) © 1966 AP Wire photo
Trần Văn Văn (1908-1966) © 1966 AP Wire photo

Masters Student

Southeast Asian Studies

 

UW – Madison

 6:00 PM, Thursday, April 4, 2013

 

Location: TBD

Free and open to the public

* * *

The chaotic political environment of the post-Ngo Dinh Diem assassination period of the Republic of Vietnam (RVN) remains an untapped resource for research, analysis, and interpretation. Between the time of Diem’s death in late-1963 and the country’s first open presidential election in 1967, various high-ranking generals in the RVN’s army orchestrated several coups and counter-coups against different civilian and military regimes. During this period of instability and democratic disruption a furious and complex political battle raged behind the scenes between the country’s leading civilian and military leaders over who would lead the nation and under what form of government. This contentious civilian-military dynamic, especially the defiant civilian politicians who opposed military rule, have been largely ignored by scholars, both Western and Vietnamese.

This paper remedies some of the deficiencies in the existing scholarly literature on the civilian-military divide and the more democratically-inclined civilian perspective by treating the political life and tragic death of the nation’s leading civilian political leader and military critic Tran Van Van. From 1965 until his tragic assassination in late-1966, Tran Van Van emerged as the main rival of Gen. Nguyen Cao Ky, the country’s flamboyant and authoritarian Prime Minister. This dichotomy between Van and Ky, perhaps more than any other political antagonism in the nation’s brief but complex history, best exemplifies the state of contentious differentiation among the RVN’s politically engaged leaders during the 1960s. First, this state of differentiation is dissected by comparing some of the major differences and sources of tension between Van and Ky and their inner circles. This will be followed by a chronological account of Van’s political life (1954 to 1966) which includes an analysis of the evidence relating to his assassination and its social and political consequences.

See SEARG – Tran Van Van (thanks for Ryan to inform us of his presentation).

The Long Charade: Political Subversion in the Vietnam War [1968]

[ndlr] Dans cet ouvrage paru en 1968 après l’assassinat de Tran Van Van (07/12/1966), le journaliste américain exposait sa théorie du complot pour expliquer l’échec d’une véritable solution politique au Sud Viêt-Nam. Il accusait la « faction nordiste » du parti Dai Viet (dit « Dai Viêt mandarinal ») d’être à l’origine, selon son opinion, d’une dégradation de la situation politique au Sud Viêt-Nam faisant ainsi le jeu de Hanoi. Nous rappelons ci-après le texte de la jaquette de couverture suivi d’un rare CR de lecture disponible en ligne. Nous ajoutons à cette fiche la note qu’établit l’agence UPI à la sortie de l’ouvrage et un article intéressant de Peter Dale Scott paru dans The Nation en janvier 1967.

Nous reviendrons plus longuement dans un prochain billet sur les arguments développés par Richard Critchfield et le rôle des partis Dai Viet sur la scène politique sudiste entre 1955 et 1975.

* * *

The story of American failure to understand the political nature of the war, a failure that allowed a small group of Northern-trained generals to deny democracy to the people of South Vietnam and to foster – by chance or design – policies that benefit Hanoi.

Richard Critfiled believes that true power has been effectively denied the people of South Vietnam through a series of political subversions that placed administrative control of the country in the hands of a ruthless, self-serving inner group of generals and politicians whose actions – by chance or design – often serve the interests of Hanoi.

In this provocative and challenging book, Critchfield, seasoned Asian correspondent for The Washington Star, who lived in South Vietnam for more than three years, has had the courage and the stamina to sort out appearances and realities in Saigon and Hanoi. Beginning with the hitherto unpublished accusation of an aristocratic and terrified millionaire just before he is murdered by unknown gunmen, Critchfield takes the reader on a fascinating personal and political odyssey through the hidden corridors of Asian political intrigue, pathways which are always deep and devious and often bloody.

We learn the identities of members of the secret Mandarin Dai Viet society, many of them high officials in the Thieu-Ky government, who have obstructed the war effort and subverted the democratic process. Critchfield shows how a small group of northern refugee generals seized power in South Vietnam in 1965, and how their policies acted against the best interests of the people. The involvement of the State Department, the CIA, various troubleshooters and ambassadors is discussed here in stunning detail.

Critchfield’s revelations are essentials to an adequate understanding of this frustrating and tragic conflict, no matter what the reader’s attitude is to the war. This book may well play a significant part in its resolution.

Review by Kirkus Review:

The dope; since 1965, with the aid of southerners [Nguyen] Khanh, [Nguyen Van] Thieu, et al., South Vietnam has been run by the Dai Viet, a « secret fascist brotherhood » of rich northerners including [Nguyen Cao] Ky, police chief Loan, and the sinister Dr. [Dang Van] Sung, sent south in 1954 by Le Duan, Hanoi’s political warfare strategist, and finally ousted this summer by middle-class southerners (and the U.S.?). This is the claim of Critchfield, who was Washington Star correspondent for over three years. His interview with Tran Van Van (later murdered) turned him on to the hypothesis that South Vietnam’s rulers have deliberately exacerbated its « internal contradictions » by sabotaging land reform, economic rationality, military prudence, while the police state destroyed any potential political base, and the NLF turned U.S. military power against itself like a judo throw. Critchfield justifies persecution of the Buddhists and ignores [Ngo Dinh] Diem’s terror, as well as eradication of local control in the villages, although he discusses counter-insurgency on the administrative level at length. (Also fascinating comments on regional differences and Saigon dirt.) In sum, there is a blatant equivocation between « manipulated by » and « collaborating with » Hanoi. Critchfield allows himself a further out by conceding that the Dai Viet may simply be « opportunistic power-seekers. » But one cannot dismiss the book as sheet fifth-column, stab-in-the-back, fantasy. Unlike Marguerite Higgins’ Our Vietnam Nightmare (1965) which prefigured a conspiracy theory, it will receive serious attention, though many critics will find it monumentally beside the point; as Douglas Pike told the author. « They don’t win by your hanky-panky plots in Saigon. »

More information on The Virtual Vietnam Archive (Vietnam Center and Archive):

On Tran Va Ba website:

Trần Văn Bá, portrait d’un résistant – par Olivier Todd [1987]

[ndlr] Le 8 janvier 1985, Tran Van Ba était exécuté au Viêt-Nam pour son appartenance à un mouvement de résistance anti-communiste dénommé le Front Unifié des Forces patriotiques pour la Libération du Viêt-Nam (Mặt trận Thống nhất các Lực lượng Yêu nước Giải phóng Việt Nam). Au crépuscule de la Guerre Froide, le journaliste Olivier Todd prenait fait et cause pour ce combattant de ce qu’il appelait « la troisième résistance » vietnamienne. Il rappelait, deux ans après la mort de Ba, le parcours étonnant de cet étudiant vietnamien rentré au Viêt-Nam pour organiser la lutte armée contre l’oppresseur. Si les analyses de Todd, publiées en mai 1987, avant la chute du mur de Berlin, ont été démenties depuis par les événements, l’article n’en est pas moins intéressant car le « culte de Tran Van Ba » (ngày giỗ, l’anniversaire de sa mort) est encore pratiqué aujourd’hui en région parisienne et en Belgique par ses fidèles anciens compagnons. Une « affaire Tran Van Ba » a surgi en plein cœur du XIIIème arrondissement de Paris en 2008 lorsqu’un comité de soutien préconisa de sceller une plaque commémorative à la mémoire du résistant dans un square tranquille de cet arrondissement. Cette idée provoqua une vive réaction des autorités vietnamiennes en France pour faire échouer ce qu’elles considéraient comme une provocation. Depuis sa mort en janvier 1985, Tran Van Ba continue de hanter les esprits. C’est sans doute parce que son corps n’a jamais été restitué à sa famille.

Si Tran Van Ba suscite autant d’intérêt –  et là se trouve sans doute la cause de son engagement -, c’est son histoire familiale tragique rappelée sur sa fiche biographique en ligne :

Son grand-oncle maternel, Bui Quang Chieu, premier ingénieur agronome vietnamien formé à Paris, fondateur du Parti Constitutionnaliste du Vietnam en 1919, a été assassiné, avec ses 4 fils et sa fille cadette en 1945 par les communistes.

Son père Tran Van Van, diplômé de HEC à Paris, a consacré sa vie à la modernisation politique, économique, et sociale du pays. Combattant de l’indépendance dans les maquis dans les années 40, ministre d’État chargé de l’économie dans le premier gouvernement indépendant du Viêt-Nam présidé par le roi Bao Dai en 1949, opposant au régime autocratique de Ngo Dinh Diem, puis à la junte militaire qui lui a succédé dans les années 60, député à l’assemblée constituante, il a été assassiné le 7 décembre 1966 à Saigon, alors qu’il se portait candidat aux élections présidentielles de 1967. [source]

Cet article avait inspiré notre mémoire de maîtrise soutenu en 1997 à l’Université Paris 7 et justement intitulé « Viêt-Nam la troisième résistance. Complots et résistance subversive contre la République Socialiste du Viet-Nam 1975-1995 ». Il fut rédigé dans une revue politique vietnamienne en langue française (aujourd’hui éteinte) à partir du discours que fit Olivier Todd pour le Comité Tran Van Ba.

FG, 09/01/2013.

Tran Van Ba (1945-1985)

* * *

Trần Văn Bá, portrait d’un résistant* – par Olivier Todd

« Je ne sais pas si certains d’entre vous se souviennent du procès monté à Saïgon, dite maintenant Ho Chi Minh-Ville par les dirigeants de la République, dite ‘démocratique’ du Viêt-Nam [République Socialiste du Viêt-Nam]. Il y a trois ans, ils ont fait filmer tout le procès, dans le plus pur style stalinien : les avocats n’avaient aucun droits, les inculpés non plus. Et, parmi eux, il y en avait un, qui était reconnaissable car il avait une tâche de vin près de l’arcade sourcilière gauche. C’était Tran Van Ba…

Je crois qu’il faut essayer d’éviter de parler d’une façon trop pompeuse de Ba, même s’il a été condamné à mort, même si, dans la communauté vietnamienne aujourd’hui, il est considéré, non pas comme édifiant, mais comme exemplaire. Les communistes vietnamiens disaient que la 1ère guerre d’Indochine, c’était la première résistance, que la 2ème, c’était la deuxième résistance. Ce qu’ils n’avaient visiblement pas prévu, c’est qu’il y a une 3ème résistance, anticommuniste celle-là, et que Ba était l’un des meilleurs combattant de cette résistance.

Il était arrivé en France dans les années 1960. Son père [Tran Van Van] avait été assassiné. Il a été chargé de cours à Nanterre et ce n’était pas facile d’être chargé de cours à Nanterre dans les années 1960 parce que les nationalistes étaient immédiatement traités de fascistes. Ensuite, il a été secrétaire général de l’Association des Étudiants [AGEVP]. C’était un homme extrêmement fraternel, vigilant, inquiet, qui s’intéressait beaucoup à son pays. Il était très anticommuniste mais n’était pas d’une tolérance excessive pour le gouvernement de Saïgon de l’époque. Simplement il avait choisi son camp qui était le camp des nationalistes.

Au cours des années, il a beaucoup réfléchi, tout en étant peut-être pas au départ ce qu’on aurait appelé un intellectuel. Il a fait le premier geste de résistance, à Paris, le lendemain du 30 avril 1975, lorsque les chars communistes ont pris Saïgon. Il a été à l’Ambassade du Viêt-Nam, où l’ambassadeur n’en menait pas large, et a lui même détruit tous les documents qui s’y trouvaient parce qu’il savait que cette ambassade serait remise au pouvoir communiste. Je dis cela parce que, lorsque Saïgon est tombé le 30 avril, des centaines de milliers de dossiers laissés, soit par des Vietnamiens, soit par des Américains, sont tombés aux mains des communistes nord-vietnamiens.

Ba, pendant des années a réuni ses camarades et se demandait ce qu’il pouvait faire. Et puis il en a eu assez de parler et, surtout, il en a eu assez d’entendre beaucoup de gens de la diaspora vietnamienne, tous très bienveillants, mais tous parlaient, parlaient. Il a décidé de s’engager sur le terrain. Il a décidé d’être l’un des tous premiers résistants au Viêt-Nam, et il l’a été, et il est parti.

Il a beaucoup travaillé au Viêt-Nam. La preuve qu’il avait des réseaux de soutien et que cette résistance existe, cette preuve a été donnée par les communistes puisqu’ils ont empilé des armes près de l’Assemblée nationale à Saïgon en disant que c’était Ba qui les avaient introduites. En tout cas, quoiqu’il en soit, dans la mesure où il a pu survivre pendant deux années, en faisant des allers-retours entre le Viêt-Nam, la Thaïlande et le Cambodge, la preuve était faite, il y avait une résistance. Au Viêt-Nam comme en France, sont résistants ceux qui parlent très peu et non ceux qui s’agitent beaucoup à l’étranger.

C’est un geste assez extraordinaire. Ba savait très bien qu’il y avait une énorme différence entre les régimes autoritaires de droite et les régimes totalitaires de gauche. Ces derniers ne sont bio-dégradables. On a vu des régimes autoritaires se défaire les uns après les autres : les colonels grecs, l’Espagne de Franco, le Portugal, toute l’Amérique latine en ce moment… mais, on a jamais vu à ce jour un régime communiste, ayant été communiste, cesser de l’être. Ba, avec beaucoup d’autres, qui sont là-bas aujourd’hui ou qui travaillaient avec lui, avait fait ce pari.

Je crois que c’est tout à fait remarquable et que, il faut le dire, c’est dû à une espèce de… , je ne sais pas comment dire… , d’assurance ou même presque d’arrogance vietnamienne. Les Vietnamiens n’ont pas capitulé. Je ne sais pas si cette assurance, ou cette arrogance, est une qualité ou un défaut, en tous cas, ils sont très très endurants et je crois qu’il faut que les gens sachent : ils n’ont pas accepté la communisation, que ce soit dans l’intérêt ou pas de l’équilibre mondial. C’est pour cela que nous avons constitué le Comité Tran Van Ba… »

Olivier Todd, propos retranscrits dans Le Viêt-Nam Libre, n° 93, mai 1987, pp. 3-4.

* Le titre est de Mémoires d’Indochine.

Extrait de « Témoignages de vigilance, d’amitié et de solidarité » prononcés à l’occasion de l’organisation, le 27 avril 1987, par le Comité International Tran Van Ba et la Société Internationale pour les Droits de l’Homme (SIDH), d’un concert au profit des boat people et pour la défense des droits de l’homme au Viêt-Nam.