Archives par mot-clé : thèse

Nguyen Thuy Phuong : L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 [parution]

[ndlr] Parution de l’ouvrage issu de la thèse de Nguyen Thuy Phuong. Présentation de l’éditeur, préface d’Eric Jennings, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Toronto : « un travail rigoureux, nuancé et subtil ».

Nguyen Thuy Phuong
L’ ÉCOLE FRANÇAISE AU VIETNAM DE 1945 À 1975
DE LA MISSION CIVILISATRICE À LA DIPLOMATIE CULTURELLE
Un volume broché, 15,5 × 23 cm, 286 pages — mars 2017
ISBN 978-2-36058-077-4 — Prix public 29.00 €

Cet ouvrage fait revivre la saga de l’école française au Vietnam de 1945 à 1975, ouvrant une fenêtre sur une histoire encore largement méconnue. Pendant trois décennies, des milliers de jeunes vietnamiens suivent un enseignement en langue française au sein d’établissements toujours prestigieux malgré leur passé colonial, havres de savoirs et de paix qui offrent à leurs élèves un véritable avenir dans un pays plongé dans la guerre. Dans cette étude richement documentée à partir de nombreuses archives et témoignages recueillis en France et au Vietnam, Nguyen Thuy Phuong met en lumière les circonstances politiques et idéologiques qui ont façonné cet enseignement à une époque de mutations profondes. Elle trace avec finesse comment la « mission civilisatrice » française se mue en diplomatie culturelle face aux défis que représentent l’arrivée des communistes au pouvoir dans le Nord et celle des Américains dans le Sud du Vietnam. Cette histoire vue du haut est appréhendée aussi par le bas. Le livre décrit, de façon sensible, un univers multiculturel complexe et fragmenté qui a laissé, au-delà des salles de classe, une empreinte profonde sur plusieurs générations d’élèves qui se ressent encore dans les mémoires recueillis.

Ce livre d’une jeune chercheuse talentueuse montre à quel point l’éducation est au cœur des enjeux diplomatiques, culturels et identitaires dans un monde bouleversé par la décolonisation. Une histoire à découvrir et à méditer à l’ère de la mondialisation.

Rebecca Rogers

Premier Prix de l’Histoire de l’éducation Robert Mallet (2015)

Source : Encrage

UQÀM : Phi-Vân Évelyne Nguyen, lauréate du prix de la meilleure thèse de doctorat

[ndlr] Félicitations à notre collègue Phi-Vân pour ce prix thèse bien mérité et aux autres personnes sélectionnées pour cette récompense annuelle de la Faculté des sciences humaines de l’Université du Québec à Montréal.

Prix de la meilleure thèse de doctorat

Phi-Vân Évelyne Nguyen (Ph. D. histoire, 2015) a été récompensée pour sa recherche intitulée Les résidus de la guerre: la mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non communiste (1954-1965). Sa thèse est l’aboutissement d’une étude patiente et minutieuse l’ayant menée au Vietnam, en France et aux États-Unis, sur les traces des quelque 800 000 personnes qui, en 1954, choisirent de quitter la zone communiste du pays, dans le nord, pour rejoindre ce que l’on désignait à l’époque comme le «monde libre». La chercheuse a étudié le parcours politique et culturel de ces réfugiés, depuis leur arrivée dans le sud du Vietnam, en 1954, jusqu’au déclenchement de la guerre, en 1965. Grâce à deux bourses postdoctorales du CRSH et de la Fondation suisse pour la recherche scientifique, Phi-Vân Évelyne Nguyen poursuit actuellement ses recherches à l’Université Cornell, aux États-Unis.

Source : Actualités UQAM (24/11/2016)

Résumé en anglais :

Phi Vân’s dissertation, « Les résidus de la guerre, La mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non-communiste, 1954–1965″ [War Residues: The Mobilization of Northern Refugees for a non-Communist Vietnam, 1954–1965] analyzes the political and cultural consequences of the migration of more than 800,000 Vietnamese who left the North to regroup into South following the 1954 Geneva ceasefire. Using archival documents collected in Vietnam, the United States and France, the dissertation shows that one important consequence of the migration was to radicalize non-Communist nationalism. Many migrants identified as « refugees of Communism » and considered they were personally tied to the fate of the Vietnamese nation since the Geneva partition. As a consequence, the 1954 refugees exhorted everyone within Vietnam and beyond to fight back Communism and reunite the Vietnamese nation.

Sur ce sujet voir : https://indomemoires.hypotheses.org/20609

Hoang Ngo: Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951 – PhD

[ndlr] Presentation de Christoph Giebel de la thèse de Hoang Ngo sur le bouddhisme socialement engagé des années 1927-1951, une période rarement considérée. Chronique publiée avec l’autorisation de son auteur.

Ref.: Hoang Ngo, Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951, Chair: Christoph Giebel.

Now that most of us have begun the new academic year around the world, I am very pleased to make the following announcement:

Recently, in the University of Washington (Seattle) History department, Hoang Ngo successfully defended his dissertation « Building a New House for the Buddha: Buddhist Social Engagement and Revival in Vietnam, 1927-1951. »  The dissertation is based on extensive archival and library research in Viet Nam and France; it was supervised by Laurie Sears, Raymond Jonas, and Christoph Giebel (chair), and earlier also by Professor Emeritus Charles « Biff » Keyes.

The dissertation investigates in particular social engagement of Vietnamese Buddhists, in itself the product of the Buddhist revival emerging in the 1920s. During the revival, Vietnamese Buddhists attempted to remake their religion into a this-worldly Buddhism, establishing Buddhist associations and monastic schools and publishing periodicals to propagate the Dharma. Their goal was to use Buddhism to effectively deal with the colonization of the country by the French and the challenges posed by colonial modernity.

Hoang follows in great detail the debates within and among the emerging Buddhist associations of Cochinchina, Annam, and Tonkin, particularly during the 1930s and early 1940s when new ideas and profound change caused much excitement and activities as well as great anxieties and self-doubt.  What was the best way to propagate the Dharma among the masses?  How could one separate the « true » monk from the « fake »?  What was to be the proper balance between the sangha and the laity?  How could Buddhist associations organize themselves and operate effectively within an all-encompassing colonial order of control?  What role was there for revived Buddhism in the national(ist) struggle?  These and other questions fueled an explosion of intense debates, both in personal interactions as well as in various print media, over doctrinal, organizational and institutional aspects of Buddhism.

Despite personal and institutional rivalries, tensions between leading monks,  newly empowered lay people, and French authority, and persistent regional divisions, the ideal of a unified, all-Vietnamese Buddhist organization remained a long-standing, if elusive goal.  Unity, however, would come about only in the twilight of the colonial empire and the early years of the Cold War, and via the catalyst of the World Buddhist Conference in Sri Lanka.  In an epilogue, Hoang links the (short-lived) moment of unity in 1951 to the Buddhist Struggle Movement in the 1960s Republic, the subject of his earlier, pre-dissertation work.  At the end of a rigorous and vigorous defense, Hoang’s committee urged him to turn this important and richly documented dissertation into a full-fledged book manuscript.

Congratulations to Dr. Hoang Ngo!
C. Giebel

UW-Seattle, USA

Source : VSG

Thèse en ligne (PDF) téléchargeable sur le site de l’Université de Washington : https://digital.lib.washington.edu/researchworks/handle/1773/33976

Daniel Hémery : Révolutionnaires légaux et pouvoir colonial à Saigon de 1932 à 1937 [Annexes]

[ndlr] Document annexe issu de la thèse de Daniel Hémery intitulée : Révolutionnaires légaux et pouvoir colonial à Saigon de 1932 à 1937. Le groupe et le journal « La Lutte », mars 1973. Nous présentons ici la liste des documents annexes de cette thèse remarquable. La table analytique du journal est proposée en 4 fichers PDF à télécharger. Les originaux sont rassemblés dans le Fonds Hémery de l’Institut d’Asie Orientale (IAO, umr 5062) à l’ENS de Lyon.

LaLutte_PermanenceElections

Liste des documents annexes

Hors-textes

I : Les mouvements de 1930-1931 en Cochinchine (carte).

II : Itinéraire politiques des militants de « La Lutte ».

III : Répartition numérique des extraits de presse cités dans « La Lutte » (octobre 1934 –  juin 1936).

IV : L’archipel de Poulo-Condore en 1932 (carte) + Plan du pénitencier de Poulo-Condore en 1932.

V : Variation de l’effectif des ouvriers journaliers de 38 établissements de Saigon-Cholon (1931-1936).

VI : Coût de la vie et salaires de la classe ouvrière à Saigon-Cholon (1928-1937).

VII : Les comités d’action en 1936 (carte 1) + Les comités d’action en 1936 (carte 2).

Annexes

1 : Schéma de l’organisation du Parti Communiste Indochinois au Sud en 1932, d’après la police française.

2 : L’implantation du Parti Communiste Indochinois en mars 1935, , d’après la police française (carte).

3 : Schéma de l’organisation du Parti Communiste Indochinois en mars 1935 dans la moitié Sud de l’Indochine, d’après la police française.

4 : Manifeste du 1er Congrès du Parti Communiste Indochinois (Macao, mars 1935).

5 : Origines sociales, études accomplies et activités professionnelles des militants de la « Lutte ».

6 : L’état d’esprit de la jeunesse radical[e] en 1926-1927 :

  • Tract rédigé par Nguyên-An-Ninh en mars 1926
  • « Quelques mots sur la lecture de M. Monet à Duong-Van-Loi », par Ta-Thu-Thâu
  • Allocution de Ta-Thu-Thâu aux étudiants chinois et vietnamiens à bord du « Chenonceaux » en octobre 1927.

7 : Les annonceurs de « La Lutte ».

8 : Journaux communistes clandestins publiés par le Parti Communiste Indochinois (1934-1937).

8 bis : Enfants errants de Saigon.

9 : Sociétés anonymes de caoutchouc subventionnées par le Gouvernement général de l’Indochine de 1931 à 1934.

10 : Les monopoles urbains à Saigon-Cholon (1932-1936).

11 : Evolution de l’impôt personnel en Cochinchine (1917-1937).

12 : Le thème national dans « La Lutte » (octobre 1934 – juin 1936).

13 : La page culturelle de « La Lutte » (octobre 1934 – juin 1936).

14 : Récit par Bui-Quang-Chiêu de la manifestation populaire à son retour de France le 24 mars 1926.

14 bis : « Protestation contre la guerre destinée aux militaires ».

15 : Commentaire inédit de L. Trotsky sur les élections de 1939 en Cochinchine.

15 bis : Pratique indochinoise de la question.

16 : Quelques dirigeants communistes vietnamiens emprisonnés (au 31.XII.1935).

17 : Effectifs des trois principaux centres de détention de l’Indochine.

18 : Amnistie et mesures de grâce de 1930 à juin 1936.

19 : Composition de l’effectif des principaux bagnes de Poulo-Condore au 22 avril 1936.

20 : Répartition des détenus entre les principaux bagnes de Poulo-Condore (au 5.II.1936).

21 : Chronologie partielle des mouvements de détenus dans les prisons du Nam-Ky de 1931 à 1936.

21 bis : Grève de la faim à Poulo-Condore.

22 : Trois budgets paysans.

23 : Effectifs de quelques entreprises du Sud.

24 : Qualifications de l’arsenal de Saigon en 1937.

25 : Répartition professionnelle des ouvriers de 38 établissements de Saigon-Cholon de 1931 à 1936.

26 : Les cochers de « boîtes d’allumettes ».

26 bis : Enquête chez les débardeurs de Khanh-Hôi.

27 : Nombre et dimension des entreprises « industrielles » en Cochinchine au début de 1937.

28 : Accidents du travail dans 20 entreprises de la région de Saigon-Cholon (octobre 1934 – juin 1936).

29 : Les salaires au Sud en 1935-1936 (en $).

30 : Salaires dans 7 entreprises de Saigon-Cholon en décembre 1936.

31 : Elections Coloniales des 3 et 17 mars 1935 dans les deux premières circonscriptions.

32 : Propositions soumises au Conseil Municipal de Saigon par la fraction ouvrière (1933-1936)

33 : Tract du Comité d’Action du groupe de « La Lutte », intitulé « Dong-Duong-Dai-Hôi » (Congrès Indochinois).

34 : La Comité de convocation du Congrès Indochinois (ou Comité Provisoire).

35 : Répartition socio-géographique de 212 comités d’action dans 14 provinces du Nam-Ky.

36 : Le mouvement gréviste en Indochine au 15 août 1936 au 15 janvier 1937.

37 : A) Les grèves au Sud en 1936-1937. B) Grèves encours au Sud par secteur d’activité (1936-1937). Tableau incomplet.

38 : Paysans expropriés : l’affaire de Rachgia vu par « La Lutte ».

39 : Liste des établissements ayant des délégués ouvriers présents à l’Assemblée Générale de la Fédération ouvrière du Nam-Ky (de tendance « trotskyste ») le 29 mai 1937.

40 : La condition des ouvriers des ateliers de chemins de fer de Truong Thi (Vinh, Nord Annam).

LaLutte_jeudi20-05-1937

Tables analytiques de « La Lutte ».

Première partie : liste des articles du journal : p. 1 à 65

Hémery_LaLutte_Table_01-21

Hémery_LaLutte_Table_22–39

Hémery_LaLutte_Table_40-55

Hémery_LaLutte_Table_56-65

[mention manuscrite : « pages manquantes 10, 37 »]

Pour citer cette ressource : IAO, Fonds Héméry, « Tables analytiques de La Lutte » in Daniel Héméry, Révolutionnaires légaux et pouvoir colonial à Saigon de 1932 à 1937. Le groupe et le journal « La Lutte ». Documents annexes, mars 1973.

Bibliographie

[pp. 66 à 85, document complet]

Photos

[6 planches, portrait de militants, trois unes du journal « La Lutte » en 1933, 1934 et 1937].

IAO_FondsHémery_MilitantsdeLaLutteLes principaux militants du groupe « La Lutte »

Image « à la une » : Détail de la permanence de « La Lutte » à Saigon pendant les élections municipales, Fonds Héméry © IAO

Franck Michelin: L’Indochine française et l’expansion vers le sud du Japon à l’orée de la guerre du Pacifique

[ndlr] Résumé de la thèse de doctorat d’histoire de Franck Michelin présentée et soutenue le 6 décembre 2014 à l’Université Paris-Sorbonne (Centre Roland Mousnier, UMR 8596).

 

L’Indochine française et l’expansion vers le sud du Japon à l’orée de la guerre du Pacifique

Politique étrangère et processus de décision

29 juin 1940 – 8 décembre 1941

Franck Michelin

L’occupation de l’Indochine française par le Japon entre juin 1940 et juillet 1941 constitue un événement-clé de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Désirant sortir de son isolement diplomatique et du bourbier du conflit chinois, le Japon profite de la victoire allemande en juin 1940 pour occuper le nord de l’Indochine, arrimer la colonie française à son économie, imposer sa médiation dans le conflit franco-thaïlandais, puis occuper le sud de l’Indochine avant de se lancer dans la Guerre du Pacifique. Pourtant, son ennemi désigné est, traditionnellement, l’URSS. Les raisons de cet hybris sont à chercher dans sa volonté de détruire le statu quo imposé par les puissances occidentales en Asie orientale, ainsi que dans une crise interne insoluble qui le font choisir le camp des pays totalitaires.

L’occupation du sud de l’Indochine en juillet 1941 est un point de non-retour. Cette crise où l’Indochine française a joué un rôle central, permet à l’historien de découvrir le mécanisme du processus de décision dans le Japon d’avant la Seconde Guerre mondiale. Les groupes dirigeants japonais ne connaissent pas de lutte entre des faucons et des colombes, mais la rivalité permanente de factions qui cherchent prendre la tête du mouvement expansionniste. Car si l’expansion fait consensus, la décision, tant de la direction que des moyens, est l’objet d’âpres luttes. C’est cependant à l’occasion de l’occupation de l’Indochine et à mesure que la Guerre du Pacifique se rapproche, qu’une synthèse se fait en haut de l’État par la constitution d’un groupe dirigeant composé de militaires et de bureaucrates favorisant une évolution totalitaire du régime, couplée à la construction d’un empire en Asie et dans le Pacifique.

Mots clés : Indochine française ; Japon ; Guerre de l’Asie et du Pacifique ; Expansion vers le Sud ; Processus de décision

TroupesJaponaisesIndochine
Arrivée des troupes japonaises en Indochine © DR

The occupation of French Indochina by Japan from June 1940 to July 1941 constitutes a key event for World War history. Eager to escape its diplomatic isolation and the quagmire of the war in China, Japan takes advantage of German victory in June 1940 to occupy Northern Indochina, to ties up the French colony to its economy, to impose its mediation in the French-Thai conflict, occupy the Southern part of Indochina and, then, to launch the Pacific War. However its traditional foe was the USSR. The reasons of this hubris lie in its desire to destroy the status quo enforced by western powers in Eastern Asia, as well as in an insoluble internal crisis that made Japan choose the side of totalitarian countries.

The occupation of Southern Indochina in 1941 is a point of no return. This crisis where Indochina played a crucial part allows the historian to uncover mechanism of the decision-making process in Japan before the Second World War. Japanese leading groups do not operate on a partition between hawks and doves, but on a constant rivalry of factions who would try to take the lead of the movement for expansion. If expansion is the object of a consensus among leaders, the decision of its direction and means is the causes of fierce conflicts. However, the occupation of Indochina and the approach of the Pacific War lead to a synthesis at the top of the State, by the composition of a leading group made of military and bureaucrats who promote the totalitarian evolution of the regime coupled with the building of an empire in Asia and in the Pacific.

Key words: French Indochina ; Japan ; Pacific War ; Southern Expansion ; Decision-making Process

Lire sa position de thèse : F.Michelin-PositionThèse3

Annonce de la soutenance sur le site de l’Université Paris-Sorbonne

Photo de la soutenance sur le compte Twitter de Franck Michelin.

Liêm-Khê Luguern : Les « Travailleurs Indochinois ». Etude socio-historique d’une immigration coloniale

[ndlr] Signalement d’une thèse importante sur les « Travailleurs indochinois » soutenue le 19 juin 2014 à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales).

 

Les « Travailleurs Indochinois »

Etude socio-historique d’une immigration coloniale

SoLinhTho
Source : Vietdom.Blog

Thèse pour l’obtention du doctorat d’histoire présentée par

Liêm-Khê Luguern sous la direction de Gérard Noiriel

 

Jeudi 19 juin 2014, 14h30

EHESS 190 av. de France, 75013 Paris, Salle 015

 

Résumé

Cette thèse retrace l’histoire des 20 000 Indochinois requis en métropole en 1939 par le ministère du Travail dans les usines travaillant pour la Défense Nationale avant d’être pour partie rapatriés entre 1948 et 1952. Elle analyse dans une démarche socio-historique l’élaboration d’un « récit » de l’histoire des « travailleurs indochinois » de la Seconde Guerre mondiale et les obstacles méthodologiques, épistémologiques et conjoncturels qui s’y sont opposés. Elle questionne l’apparition médiatique de la figure du « travailleur indochinois », dans un contexte de réception collective travaillé par la question des identités. Pour dépasser le cadre imposé par ce « présent mémoriel », l’histoire des « travailleurs indochinois » replace les parcours de ces hommes dans le mouvement plus large des circulations en situation coloniale et impériale. Elle met ainsi en évidence le poids du déterminisme social dans l’expérience migratoire. Au-delà du discours public et de la catégorisation étatique, la déconstruction d’une domination montre l’extrême diversité de situations et de parcours sociaux que masque l’entité « travailleurs indochinois ». Elle conduit ainsi à contester la notion d’« imaginaire colonial », en montrant que les représentations et les témoignages sont ici le produit d’une lutte et d’une coproduction où l’élite lettrée des Indochinois a joué un rôle majeur. Interrogeant le glissement actuel dans les débats publics du « social » vers le « racial », mais aussi les notions de « subalterne » et de « fracture coloniale » qui réduisent les rapports sociaux à l’antagonisme colon / colonisé, cette thèse entend ainsi contribuer à déconstruire la catégorie d’immigration postcoloniale.

Mots-clés : colonisation, catégorisation, élites indigènes, Indochine, migration, mémoire, post-colonial, représentation, réquisition, Seconde Guerre mondiale, Subaltern Studies, Viêt-nam

Jury :

  • Alban BENSA, directeur d’études EHESS
  • Andrew HARDY, maître de conférences, École Française d’Extrême-Orient (EFEO)
  • Gérard NOIRIEL, directeur d’études EHESS, directeur de thèse
  • Philippe PAPIN, directeur d’études, EPHE
  • Philippe RYGIEL (Rapporteur), professeur, Université Paris - Ouest - Nanterre - La Défense
  • Emmanuelle SAADA (Rapporteur), professeure associée, Université Columbia, New York

Source : IRIS / EHESS

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/180145630

Julie Assier : Des écrivaines du Viêt-Nam en quête d’ancrage – Linda Lê, Kim Lefèvre et Anna Moï

LindaLê
L’écrivaine Linda Lê © Olivier Roller

[ndlr] Annonce de la Thèse de doctorat de Julie Assier en Littérature française et comparée conduite sous la direction du Professeur Christiane Chaulet Achour : « Des écrivaines du Viêt-Nam en quête d’ancrage. Linda Lê, Kim Lefèvre et Anna Moï ». Thèse soutenue le 29 novembre 2013, à l’Université de Cergy-Pontoise. Résumés en français et en anglais.

Cette thèse se propose d’interroger l’existence possible d’une francophonie littéraire du Viêt-Nam. En cernant le profil si particulier des oeuvres francophones de ce pays, notre démonstration consiste à éclairer leur position dans le champ littéraire. Leur marginalisation a semblé être un élément crucial à analyser, posant la question des causes, mais aussi des conséquences sur leur réception. En effet, leur difficulté à se constituer en ensemble littéraire autonome au sein d’une littérature nationale ou à s’intégrer dans la littérature française est apparue de façon prégnante. Cette oscillation tant au niveau d’un ensemble que d’une oeuvre particulière a été un des moteurs de notre analyse. Marquée du sceau de l’origine de ses acteurs et actrices, elle est perçue comme singulière. Mais elle n’est pas un volet de la littérature nationale du Viêt-Nam. Où est donc son avenir ? C’est pour mieux comprendre cette singularité que nous avons étudié les oeuvres de trois écrivaines contemporaines : Kim Lefèvre, Anna Moï et Linda Lê. Elles sont le visage le plus connu de cette francophonie, sans que leur projet initial soit de s’y inscrire. Elles empruntent des chemins littéraires différents, illustrant ainsi leur difficile quête d’ancrage. Leur place spécifique dans le champ critique francophone nous a obligée à des incursions critiques développées, d’où l’ampleur de la bibliographie. Celle-ci prépare et ouvre d’autres voies d’exploration.

Mots-clés : Francophonie littéraire vietnamienne – Histoire – Champ littéraire – Écrivaines – Exil.

* * *

Thèse_JulieAssier
Thèse de Julie Assier
(Cliquez pour agrandir l’image)

 

Women writers from questing integration:
Linda Lê, Kim Lefèvre et Anna Moï

This thesis investigates the potential existence of a French written literature from Vietnam. In exploring these singular works from this country, our aims are to highlight their specific position in the literary field. The marginalization of these works emerges as a key point to explain their origin as well as the consequences on their reading and broadcasting. The difficulty to constitute a separate field in the national Vietnamese literature or to be fully integrated in the French literature is evident. The oscillation of a particular work or a group of works between these two statuses was the foundation of our analysis. In addition, while they displayed defined specificities, they are not considered as an individual field in the national Vietnamese literature. What should be the future of such literary style? In view of a better understanding of its singularity, we specifically analyzed the works of three of the most famous contemporary women writers in this field: Kim Lefèvre, Anna Moï and Linda Lê. While their initial purpose was not to be a part of this literary trend, these authors used different ways to achieve works that could be classified in similar manner. This illustrates the difficulty to integrate them into a specific literary field. To analyze their specific position in the Francophone critical field, we constantly had to perform numerous critical incursions, which explains the large amount of bibliography. This thesis prepares and opens the way for further explorations.

Key words: Francophone Vietnamese literature – History – Literary field – Women writers – Exile.

Julie Assier est docteure ès lettres. Elle est actuellement  chargée de cours et secrétaire du CRTF à l’Université de Cergy-Pontoise. Ses travaux portent sur la littérature vietnamienne francophone. Elle s’intéresse par ailleurs à l’œuvre de Linda Lê et plus généralement à l’écriture des écrivaines vietnamiennes francophones. Elle a publié dans différents ouvrages collectifs du CRTF (dont Le féminin des écrivaines. Suds et périphéries ou encore le Dictionnaire des écrivains francophones classiques du Nord. Belgique, Canada, Québec, Luxembourg) et a coordonné avec Christiane Chaulet Achour l’ouvrage Vietnam littéraire… traversées (2012). Elle a également publié des CR dans la revue ELA. (source: page personnelle de l’auteure).

Voir également ses publications :

Thérèse Guyot-Becker : La servitude pour dette au Campa du sud au XVIIIe siècle [thèse]

[ndlr] Message d’Oscar Salemink à VSG que nous publions avec son aimable autorisation.

Please join me in congratulating Dr. Thérèse Guyot-Becker with the successful defense of her doctoral thesis ’La servitude pour dette au Campa du sud au XVIIIe siècle: Étude des archives légales du « Panduranga-Campa » de la Société Asiatique de Paris’ [Serfdom for debt in 18th Centyury southern Champa : A study of the legal archives of Panduranga-Champa at the Société Asiatique de Paris]. Ms. Guyot defended at the École Pratique des Hautes Études (EPHE) of the Sorbonne in Paris.

The dissertation constitutes a meticulous and detailed empirical study of a collection of legal documents – mostly contracts about transactions – held at the Société Asiatique in Paris. The provenance of the collection is most likely the ‘trésor des roi chams’ described by Durand and Parmentier (1905). It consists of legal documents in three languages: Cham, Hán, and Hán-Nôm; the smaller section of documents in Hán and Hán-Nôm have been translated into modern Vietnamese by Vietnamese collaborators of Ms. Guyot, who translated the Cham language records which constitute the vast majority of the collection. By making this collection available for scholarship Ms Guyot has made an important contribution to our knowledge of Cham society in the 18th Century, under the tutelage of the Nguyễn Lords.

A Champa manuscript recounting the social culture of the Cham community of the early 18th century © Wikipedia
A Champa manuscript recounting the social culture of the Cham community of the early 18th century © 2009 Wikipedia / Gryffindor

The thesis is divided up in five chapters. The first chapter contains a description of the collection; of the various types of legal documents; of the styles in which they were written up; and of the various actors involved in the transaction. Not much else is known about 18th Century Cham  society, so the description of the monetary value of the transactions, of the places mentioned and especially of the dates of the contracts required a painstaking, pioneering labor on the part of Ms. Guyot who devised a system by which the Cham dates could be rendered in the Gregorian calendar. From this chapter it is clear that it took an enormous effort to make the collection accessible for scholarly description and analysis.

The subsequent four chapters engage the collection of legal documents from different vantage points. The methodological strategy of Ms Guyot is to see the collection as a quantifiable database which enables her to enumerate and calculate specific aspects, detect patterns and correspondences, and make these insights visible in a large number of tables (‘tableaux’) and charts (‘grafiques’). The author convincingly isolates and describes the terms of her statistical calculations, which is oftentimes a problem in quantitative research.

Chapter II describes the documents as sales documents, mostly concerning the selling of persons, either as definitive sale or as redeemable sale. It calculates the (monetary) value of the transactions and the average value of individual persons. And it compares the transactions involving three categories of people: villagers; notables and dignitaries; and the Po Taray (Cham princes).

Chapter III describes loans and debts – which are usually the precursor for the sale of persons. It describes loans with and without interest, and loans with collateral. It describes the various interest rates and types of collateral – oftentimes persons – and their distribution over various types of loans and their actors. And finally, it distinguishes again the transactions according to the category of the contractors – villagers, notables and dignitaries.

Chapter IV discusses the various types of redemption of debts, which might involve donations by third parties. It discusses legal procedures and legal cases when the pay-back was defaulted. And finally it discusses the various types and registers of redemption in Cham society of the time.

The final Chapter V engages the vernacular category of the person as property – halun – and asks the question whether halun constitute slaves or servants. It distinguishes between various categories of halun according to the reasons for their status as property: given up by others (‘aliénés’); endebted; or at fault in juridical terms. The chapter reviews the various rights and responsibilities of both masters and halun, and establishes that halun are not absolute property – i.e. reduced to objects – but remain subjects with the legal right to complain and seek justice. Finally, the chapter distinguishes between various types of halun, in the sense of their attachment to various types of ‘masters’ – e.g. villagers, notables, the prince, temples.

In the absence of much other knowledge of southern Cham society at the time, Dr Guyot-Becker made the philological choice to narrowly focus on this collection of Cham legal documents and make those documents accessible to contemporary scholarship, which in itself constitutes a veritable monk’s labor. That choice was presented as an effort to let herself be guided by the sources only, rather than by comparative insights derived from other sources and contexts. This choice may have prevented her from filling in the lines between the dots and offering a more coherent historical narrative, which hopefully will be developed in the time to come.

Ms Guyot-Becker’s thesis received the highest distinction from the jury (consisting of Philippe Papin [supervisor], Andrew Hardy, Eric Bourdonneau, and myself). The world has another scholar fluent in ancient Cham!

Oscar Salemink (11/02/2014)

Nguyen Thuy Phuong : L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 [thèse en ligne]

Nguyen Thuy Phuong a soutenu sa thèse de doctorat en Sciences de l’éducation le 20 septembre 2013 à l’Université Paris Descartes. Sa thèse est désormais en ligne sur le site de Paris Descartes. Elle peut être téléchargée en cliquant sur le titre :

L’école française au Vietnam de 1945 à 1975

* * *

logoUniversitéParisDescartes_SHSanté

L’école française au Vietnam de 1945 à 1975. De la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle

Résumé en français :

Ce travail de recherche historique retrace l’évolution de l’école française au Vietnam de 1945 à 1975, en s’appuyant à la fois sur les archives et sur les témoignages d’anciens élèves et professeurs. Dans l’Indochine coloniale, sous couvert de la « mission civilisatrice », les Français instaurent un système éducatif destiné à produire des subalternes, leur crainte étant de créer des « déclassés » menaçants pour l’ordre colonial. Pourtant, en dépit des résistances officielles, les élites vietnamiennes font entrer leurs enfants dans les lycées français réservés en principe aux Européens, s’appropriant en partie ces établissements.

Après la Seconde Guerre mondiale, le Vietnam s’engage dans la voie de l’indépendance, obligeant les Français à repenser leur doctrine scolaire, qui, après avoir cru un moment que la France resterait « l’éducatrice de l’Indochine », se résolvent à un rôle d’accompagnement via la création d’une mission culturelle. Il n’est plus question de limiter l’accès des Vietnamiens aux lycées français mais au contraire de leur ouvrir les portes pour leur proposer un enseignement de haut niveau. La défaite française de Điện Biên Phủ en 1954, qui voit la France se désengager du Vietnam, accélère la mutation de l’ancien système éducatif colonial. En passant sous la tutelle des Affaires étrangères, l’enseignement français au Vietnam devient un instrument de la diplomatie culturelle. Les Français espèrent qu’une présence culturelle assurée notamment par leurs prestigieux lycées leur garantira une influence déterminante. Au Nord, dans la République Démocratique du Vietnam pro-soviétique, le Lycée Albert-Sarraut devient la seule école occidentale à fonctionner dans un État du bloc communiste, et permet aux Français de conserver en pleine Guerre froide un lien privilégié avec un pays considéré en Occident comme un ennemi. Cette expérience unique s’achève en 1965 faute d’entente entre Français et Nord-Vietnamiens sur la nature du lycée. Au Sud, dans la République du Vietnam nationaliste et pro-américaine, la situation reste plus longtemps favorable aux Français. Les élites vietnamiennes se pressent aux portes des lycées français, gages d’un enseignement de qualité et d’un meilleur avenir pour leurs enfants dans un pays en guerre. Pour les Français, cette attirance pour leurs écoles et pour la culture française leur permet de contrer l’influence grandissante des États-Unis, qui investissent lourdement dans la réforme de l’État sud-vietnamien et notamment dans celle du système éducatif. Cependant, les gouvernements sud-vietnamiens, pour des raisons politiques, décrètent à la fin des années 1960 la nationalisation progressive de ces écoles. Après la réunification en avril 1975, tous les établissements français sont rendus au Vietnam. Telle qu’il est raconté par l’histoire « officielle » des archives, le parcours du système d’enseignement français au Vietnam se termine donc par un échec. Au Nord comme au Sud, les satisfactions qu’en retirent les dirigeants français sont minimales. Les élites vietnamiennes ne se sont pas ralliées aux positions françaises. Culturellement, la francophonie au Vietnam régresse dès les années 1950.

En revanche, pour la centaine d’anciens élèves que nous avons interrogés sur cette période de leur vie, le système d’enseignement français est décrit comme un véritable succès, en dépit de parcours familiaux et scolaires particulièrement tourmentés. Leur perception de l’école française est unanimement positive. Ils ont étudié au sein de ces établissements dans une ambiance pacifique, studieuse et égalitaire. Ils reconnaissent à l’école française un rôle fondamental dans la construction de leur personnalité, ainsi que dans leur réussite personnelle au cours de leur existence. C’est grâce à cette école qu’ils sont devenus des êtres « complets », riches de leur double culture. De leur point de vue, l’école française au Vietnam après la colonisation est une réussite. On voit ici, au travers de cette comparaison entre l’interprétation historique et l’interprétation mémorielle de l’école française au Vietnam entre 1945 et 1975, combien histoire et mémoire sont complémentaires dans notre compréhension du passé.

Mots clés : Vietnam, Indochine, France, diplomatie culturelle, école, lycée, enseignement secondaire, politiques éducatives, colonisation, décolonisation

* * *

Résumé en anglais :

 

The French schools in Vietnam from 1945 to 1975: from the civilizing mission to cultural diplomacy

 

Thuy Phuong NGUYEN

PhD on Educational Sciences, University Paris Descartes

Abstract 

This historical research traces the evolution of the French schools in Vietnam from 1945 to 1975, drawing from archives and interviews with former students and teachers. In colonial Indochina, under the guise of the « civilizing mission », the French established an educational system designed to produce only subordinates, as they feared that a better education would create individuals likely to threaten the colonial order. Yet, in spite of the resistance of colonial authorities, Vietnamese elites always managed to send their children to the local French schools that were, in principle, open only to Europeans.

After World War II, Vietnam embarked on the path of independence, forcing the French to rethink their educational policy in a country that was no longer a colony. After believing for a while that France would remain « the educator of Indochina », the French accepted to play a supporting role in Vietnamese education through the creation of a cultural mission. There was no longer question of limiting access to French schools: rather, those schools opened their doors wide to Vietnamese students to offer them a high-quality education. The French defeat of Dien Bien Phu in 1954, which resulted in France’s political withdrawal from Vietnam, accelerated the transformation of the former colonial education system. Passing under the tutelage of Foreign Affairs, the French schools in Vietnam became an instrument of cultural diplomacy. The French hoped that their continuing cultural presence, and particularly their prestigious lycées, would grant them a decisive influence in Vietnamese affairs. In the North, in the pro-Soviet Democratic Republic of Vietnam, the Lycée Albert Sarraut became the only western school to operate in a communist nation, allowing the French to maintain a special relationship with a country that the West considered as an enemy. This unique experience was terminated in 1965 due to lack of agreement between the French and the North Vietnamese on the nature of the school. In the South, in the nationalist, pro-American Republic of Vietnam, the situation remained favorable to the French. Vietnamese elites rushed the gates of French schools, which promise them a quality education and a better future for their children in a war-torn country. For the French, the attractiveness of their schools and of French culture allowed them to counter the growing influence of the United States, who were then pushing ahead with reform, especially in the Vietnamese educational system. Nevertheless, the South Vietnamese government, for political reasons, decreed in the late 1960s the gradual nationalization of the French school system. After the Reunification of April 1975, all French schools were returned to the Vietnamese state. As told by the « official » history described in the archives, the story of the French educational system in Vietnam ends in failure. In both North and South Vietnam, French efforts in cultural diplomacy in Vietnam came to naught. Not only the Vietnamese elites did not concur with the French political positions, but the prominence of French language and culture actually decreased in Vietnam from the 1950s onwards.

However, the hundred or so alumni we have interviewed about this period of their lives have described the French school system as a success. Their perception of the French schools is overwhelmingly positive, in spite of all of the personal difficulties and travails caused by the wars. They enjoyed the peaceful, studious and egalitarian atmosphere of the lycées. Today, they praise the fundamental role that these schools played in the construction of their personality and in their lifetime achievements. This schooling made them fully realized human beings, possessors of a rich dual culture. From their point of view, the French schools in postcolonial Vietnam were successful. Through this comparison between the historical and memorial perception of the French educational system in Vietnam between 1945 and 1975, we see how history and memory complement each other for our better understanding of the past.

Keywords : Vietnam, Indochina, France, cultural diplomacy, school, high school, secondary education, educational policies, colonization, decolonization

Profil de Nguyen Thuy Phuong

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/175621691

Paul Sorrentino’s PhD Thesis presented by Oscar Salemink

© 2011 VTC News
© 2011 VTC News

Dr. Paul Sorrentino had successfully defended his thesis “Áp vong: appliquer l’âme. Rituels non-médiumniques de possession par les morts dans le nord du Vietnam” [translated as “Áp vong: To affix the soul. Non-mediumnic rituals of possession by the dead in the north of Vietnam” by the author himself] at the Sorbonne in Paris, last Friday, November 29th.

Although the thesis has a rather “French” length (496 pp.) I found it a great pleasure to read as it contains wonderful ethnographic descriptions of unusually high quality. For instance, I was blown away by the 60-page ethnographic narrative in the Prélude about a search through possession for the grave of a person called Ông Trượng. The reporting is detailed, lively, precise, and the researcher appears very perceptive of what was said or unsaid, which lexicological register was used; what was done or not done; who looked where or did not look. It was only the first example of compelling ethnography in the thesis that I found highly emotive, having some experience with the importance that many Vietnamese people attach to honoring their dead ancestors or relatives – including those who died in the wars and whose graves are unknown. Sorrentino also dissects and interprets the various meanings of specific words from different registers (everyday Vietnamese, sino-Vietnamese, political vocabulary, Buddhist terms, etc.) in an expert manner.

Áp vong appears to be a relatively recent phenomenon, which might be somewhat comparable to lên đồng [spirit possession linked up with Mother Goddess worship] or gọi hồn [soul calling]. In those two forms of spirit possession, ritual specialists are possessed by deities (lên đồng) or souls of dead people (gọi hồn). There is an abundant literature in various languages (Vietnamese, English, French) about lên đồng, and an emerging literature about gọi hồn (e.g. Heonik Kwon, Mai Lan Gustafsson, Kirsten Endres, Phan Đăng Nhật and myself), but áp vong – a neologism in Vietnamese – has to my knowledge not yet been the object of systematic study. The main difference with the other forms of possession is that with áp vong, the persons to be possessed are not ritual experts themselves (although experts do play a role in guiding the ritual) but relatives or descendants of the dead persons – hence lay people themselves.

The author devotes a chapter to the question how it is possible that this practice emerged and spread so quickly – mostly after 2000 – and offers a detailed picture of the various persons and institutions involved in that process. The possession rituals tend to be only minimally ritualized, and the practice is now being promoted and practiced in “scientific” institutions that claim expertise in extra-sensorial [ngoại cảm] forms of knowing and sensing, and that uses a mix of scientistic and Buddhist discourses. Interestingly, instead of being dismissed as superstition [mê tín dị đoan] some of the institutions enjoy support from the highest echelons of the Party.

Sorrentino uses a constructivist theoretical framework that offers a vocabulary to interpret how the various protagonists (relatives, ritual experts) arrive at a common interpretation of the possession event in situations of utter uncertainty and oftentimes confusion. That (theoretical) framework might evolve further in the future as the practice itself evolves and – perhaps – routinizes and ritualizes. However, the great merit of this thesis is that it offers amazingly insightful – sometimes very intimate – ethnographies of the practice at a stage of formation, and as such it will be of great use to other scholars who may wish to study this phenomenon in the future. The thesis received the highest distinction from the examiners.

I can only hope that Sorrentino’s work will soon become publicly available – not only in French, but also in Vietnamese and English.

Oscar Salemink, Professor in the Anthropology of Asia, 02/12/2013.