Archives par mot-clé : Spratleys

Manifestation vietnamienne contre contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale

[ndlr] Manifestation d’étudiants vietnamiens contre “l’expansionnisme chinois” dans l’espace maritime revendiqué par le Viêt-Nam.

Plus de 300 vietnamiens et leurs amis internationaux du Collectif Vietnam se sont rassemblés le 23 janvier 2016 devant le Mur pour la Paix (Paris 7ème) pour appeler la communauté internationale à protester énergiquement contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale afin de préserver la liberté de navigation, de survol et “d’éviter tous risques de guerre”.

Lire la suite : Mediapart, 25/01/2016 / Blog de Nguyen Hoai-Tuong

Voir aussi : Anh Ngọc, Người Việt tại Pháp biểu tình phản đối Trung Quốc ở Biển Đông, VnExpress, 25/01/2016.

Protestation organisée par le Collectif Vietnam

Collectif Vietnam

Collectif Vietnam est un rassemblement des citoyens vietnamiens ou d’origines vietnamiennes et d’amis du Vietnam de toutes générations vivant, étudiant et travaillant en France qui souhaitent soutenir le Vietnam. Source : https://goo.gl/Zm6wfH

Maritime trade on the Biển Ðông Sea (the South China Sea) in History – 10/11/2015

[ndlr] Annonce d’un séminaire à New York sur l’histoire du commerce en Mer de Chine méridionale.

New York (November 10th, 2015).

The Institute for Vietnamese Culture & Education ( IVCE) is pleased to announce a seminar on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (the South China Sea) in History.

Topic I: Archaeological finds in the Biển Đông Sea (otherwise called the South China Sea), and historical documents found in the archives of Vietnam, Japan, China and Western countries reveal the important role of the Biển Đông Sea and Vietnam in the maritime trade network of the world between the Xth and the XXth centuries, especially in the Grand Commercial Era of world (XVIth to XVIIIth centuries). Vietnam is located on the vast western continental shelves running lengthwise along the Biển Đông Sea, where a series of harbors were convenient for the trade ships of international merchants to dock and do business since the XIth century. Vietnam also possessed and frequented several archipelagoes in the Biển Đông Sea, including the Paracels (quần đảo Hoàng Sa) and the Spratlys (quần đảo Trường Sa), that lie on these busy trade routes. Presented by Dr. Trần Đức Anh Sơn.

Topic II: State regulations on foreign maritime trade areas and merchants and state expeditions to archipelagos in the Biển Đông Sea (the South China Sea) under the various dynasties, from the Lý, Trần to the Lê and Nguyễn, in Vietnam (Xth to XXth centuries). The legal and general historical documents, such as: Đại Việt sử ký toàn thư [Complete Annals of Đại Việt], Khâm định Việt sử thông giám cương mục [Comprehensive Annals of Vietnam as Ordered by the King], Lê triều chiếu lệnh thiện chính [The Book on Good Government of the Lê Dynasty], Phủ biên tạp lục [Miscellaneous Chronicles of the Pacified Frontier] show how foreign trade areas were established and foreign merchants’ movements regulated. Besides promoting foreign trade, the State also made itself present in the Biển Đông Sea by launching state expeditions to the Paracels (quần đảo Hoàng Sa) and Spratlys (quần đảo Trường Sa) for salvage and asserting sovereignty. Presented by Dr. Tạ Văn Tài.

 TranDucAnhSon  Dr. Trần Đức Anh Sơn, Ph.D. in History (Vietnam National University in Hanoi, 2002) was awarded scholarships to study on museology, archaeology, history of art and management of cultural heritage in Japan, Korea and Germany. Dr. Trần Đức Anh Sơn is the author of several research books, including Blue and White porcelain of Huế – Some Academic Exchanges (ed.), Thuận Hóa in Huế 1997; Sino-Vietnamese Porcelain in the Nguyễn Period, Vietnam National University in Hanoi, 2008; Documents on Vietnam’s sovereignty over the Paracels, Văn hóa-Văn nghệ in HCMC, 2014; Ship and Shipbuilding in Vietnam in the Nguyễn Dynasty, Văn hóa-Văn nghệ in HCMC, 2014. He is currently a Vice-Director of Danang Institute for Socio-Economic Development and a Fulbright visiting scholar at Yale University.
 TaVanTai Dr. Ta Van Tai, Ph.D. (University of Virginia), LL.M. (Harvard Law School), was former professor of law and lawyer in South Vietnam prior to 1975, former research associate and lecturer at Harvard Law School, and is a practicing attorney in Massachusetts, USA. His publications include, among others, The Vietnamese Tradition of Human Rights, Institute of East Asian Studies, University of California-Berkeley, 1988; with co-author Nguyen Ngoc Huy, The Lê Code: Law in Traditional Vietnam, 3 Vols., Ohio University Press, 1987; The Rule of Law in 19th Century Vietnam and China, Chapter in Histoire de la Codification Juridique au Vietnam, ed. by Bernard Durand et. al., Faculty of Law of Montpellier University, February 2001; U.S.-Vietnam Trade Agreement, Harvard Asia Quarterly, Winter 2001; with co-authors Thanh Trai and Sesto Vecchi, Doing Business in Vietnam, Vietnam Council on Foreign Relations, Saigon, Vietnam 1970 and 1974; Ethnic Minorities’ Rights in Old Vietnam in Vietnam Forum, Yale University, March 1984 and May 1985; Confucianism: Rule by Law and Rule of Law, The Conference in Hanoi, Vietnam, co-sponsored by Vietnam and the Harvard-Yenching Institute, 2007; published also in the Vietnam Social Sciences Journal, Nos. 1 and 3, 2009. His awards include: Fulbright, then U.S. Agency for International Development, Asia Foundation, Ford Foundation and Aspen Institute. He is listed in Who’s Who in American Law, Who’s Who in the World, Who’s Who in America.

Place: Hamilton 309, Columbia University.
Time: Thursday, November 12th, 2015. 8.00 – 9.00pm: Seminar
9.00 – 9.30pm: Documentary on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (South China Sea)
Contact: Ngoc Le-Cascarino, ntl2105@columbia.edu
Sponsor: Columbia VSA, Weatherhead East Asian Institute and IVCE.

Place: Terrace Room, Paige Hall, Tufts University.
Time: Friday, November 13th, 2015. 7 – 8pm: Seminar
8 – 8.30pm: Documentary on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (South China Sea)
Contact: Trang Nguyen, Minh_Trang.Nguyen@tufts.edu
Sponsor: Tufts Vietnamese Students Club, Tufts International Relations Department and IVCE.

Source : VSG.

Image « à la une » : illustration de l’ouvrage : Trần, Đức Anh Sơn & Vũ, Hữu San, Ngành đóng thuyền và tàu thuyền ở Việt Nam thời Nguyễn : phụ lục đôi nét về hàng hải nước Việt xưa, TP. Hồ Chí Minh : Nhà xuất bản Văn hóa-văn nghệ, 2014.

Mer et îles du Viêt-Nam : une vision « dai vietnamienne » de l’histoire

Mer et îles du Viêt-Nam : une vision « dai vietnamienne » de l’histoire

Mise en ligne sur YouTube le 23 juin 2015 par la chaîne de télévision HTV (la télévision de Ho Chi Minh-Ville) du  film réalisé par le journaliste Nguyen Quy Hoa « Mer et îles du Viêt-Nam, les origines séculaires ». En cinq parties d’environ 30 minutes chacune, une fresque historique, agrémentée de courts entretiens de spécialistes [1], se déroule sous nos yeux pour promouvoir et expliquer la souveraineté vietnamienne sur les îles contestées de la mer de Chine orientale. Ce travail de (re)conquête d’une opinion publique interne et internationale pourrait s’avérer payant sur le long terme.

En deux heures et demi, un destin « dai-vietnamien » est retracé avec la mer comme toile de fond et, selon les auteurs, facteur essentiel de la survivance nationale. La mer est décrite comme un « espace vital et un espace culturel » tous deux intimement liés à la lutte pour l’existence du pays. Dans la première partie, les civilisations de Dong Son, Sa Huynh, Oc Eo et même du Champa (!) sont mobilisées à cet effet. Les dessins des tambours de bronze attestent de l’identité maritime des anciens Viet. L’empereur Ly Thai To est présenté comme le grand inspirateur de la protection du territoire national relayé par la célèbre diatribe du général Ly Thuong Kiet. Trois étapes permettent aux auteurs du film d’expliquer la souveraineté vietnamienne : la découverte de terres sans propriétaires ; l’appropriation de ces terres de façon légale ; l’administration de la souveraineté (des territoires découverts). On perçoit la complexité de la question à travers la terminologie de ce processus qui s’avère ni stable ni linéaire. Ainsi, pour appuyer cette « histoire écrite avec du sang » sont passés en revue les textes anciens vietnamiens et les encyclopédies chinoises mentionnant l’utilisation de la mer au profit du Viêt-Nam.

Cette utilisation « régulière » de la mer forme le fil directeur de la seconde partie. Les relations de voyage des étrangers sont mises en valeur pour appuyer la démonstration. En particulier, le rôle du Japon sur cet espace maritime entre le XVIe et le XVIIIe siècle est rappelé ainsi que les relations commerciales ou culturelles, voire matrimoniales, entre la ville de Hoi An et les Japonais. Le périple en mer se poursuit avec l’expérience des Portugais et des Néerlandais, grands navigateurs dans la région et témoins de l’expansion du royaume d’Annam.

Dans la troisième partie du film, une équipe de chercheurs mène l’enquête (qui a débuté de fait déjà dans la seconde partie) dans différents centres d’archives et bibliothèques au Portugal, en Hollande, en France, aux Etats-Unis, en Italie à la recherche de documents sources (cartes, lettres, traités de géographie, atlas) comme autant de précieux indices ou preuves. Ceux-ci doivent illustrer la légitimité de la revendication vietnamienne. Le voyage ne s’arrête pourtant ni en Inde, ni en Chine, ni en Indonésie, trois grands pays susceptibles d’avoir produit des cartes et des relations de voyages sur l’occupation des mers. Les relations de voyages des marchands arabes ne sont pas convoquées.

Cette série documentaire révèle l’importance que revêt l’espace maritime dans l’imaginaire national et la géopolitique vietnamienne d’aujourd’hui. Le destin « dai-vietnamien » de la lutte pour l’existence mis en scène avec un certain sens de la dramaturgie chère aux documentaires révèle également la portée transnationaliste de cette opération de communication à destination des Vietnamiens du monde entier et de la communauté internationale. Les expressions « espace vital » (không gian sinh tồn) et de « lutte pour l’existence » (tranh đấu sinh tồn) rythment le discours narratif. Elles rappellent, volontairement ou non, les discours des nationalistes Dai Viet des années quarante sur la « survivance nationale » (dân tộc sinh tồn) [2].

BandoHanNom_une
Cuốn Càn khôn Nhất lãm do Phạm Đình Hổ (1768-1839) biên tập có Đại Nam dư địa chí toàn đồ có bản đồ vẽ Hoàng Sa © 2014 Viet Bao

Si l’accent est mis sur la mention cartographique des archipels Paracels et Spratleys, la constitution de l’espace national vietnamien à travers les siècles n’est pas réellement abordée. Le processus multiséculaire de la marche vers le Sud (Nam Tiến), la destruction puis la disparition du Champa et la conquête des anciens territoires khmers ne sont pas mentionnés donnant la fausse impression que l’espace vietnamien actuel était déjà formé au Xe siècle. La quatrième partie, revient de façon plus détaillée sur le destin particulièrement tumultueux du Viêt-Nam au cours d’un vingtième siècle.

Cette partie, débutant par la colonisation française, rappelle le nouveau cadre juridique et administratif qui s’impose à la dernière dynatie vietnamienne des Nguyen. Les Français exploitent et mettent en valeur les Paracels. L’investigation se poursuit pendant la période de l’occupation japonaise lors de la Seconde Guerre mondiale et celle de l’Etat national de Bao Dai entre 1948 et 1954. Enfin, sont rapidement évoqués la division du pays puis le rôle clé de la République du Viêt-Nam dans le maintien de la souveraineté sur les Paracels jusqu’en 1975 (bataille perdue de Hoang Sa en 1974). Ainsi, les Paracels changent quatre fois de tutelles (française, japonaise puis de nouveau vietnamienne) entre 1885 et 1975.

La dernière partie, consacrée au Viêt-Nam officiellement réunifié depuis juillet 1976, présente la lutte contre la Chine populaire comme un enjeu majeur, d’abord sur le front du Nord en février 1979 puis sur le front maritime de Truong Sa en 1988. En particulier, cette partie insiste sur les nouvelles et récentes prétentions chinoises, la fameuse « langue de boeuf » en neuf ou dix traits (suivant les cartes), sur cet espace maritime international. Dans cette partie se succèdent les différents avocats du discours officiel sans éviter l’effet propagandiste. Sur le plan esthétique, l’image est assombrie par un effet de lumière (halo plus filtre) peu valorisant. Enfin, les cinq dernières minutes ne nous épargnent pas une lourdeur de plus en nous résumant le film pour le cas où n’où n’aurions pas saisi son objectif premier.

L’intérêt majeur de ce film documentaire réside ainsi autant dans ce qu’il montre que dans ce qu’il omet de dire sur la formation du Viêt-Nam indépendant que l’on connaît aujourd’hui et sur la réalité des relations sino-vietnamiennes entretenues entre la République socialiste du Viêt-Nam et la République populaire de Chine. Ce dernier aspect, notamment les tractations secrètes entre les deux Etats communistes depuis 1990, permettrait de mieux saisir les raisons, les tenants et les aboutissants de la politique de fait accompli chinoise. Le mutisme des autorités vietnamiennes sur ces accords est peu rassurant et ouvre la porte à toutes les interprétations.

Enfin, réalisé par la télévision d’Ho Chi Minh-Ville avec un narrateur à l’accent sudiste, le film témoigne de la résurgence depuis quelques années d’un nationalisme anti-chinois porté à la fois par de nombreux intellectuels du pays [2] et par des figures importantes de la dissidence (par ex. Cu Huy Ha Vu). Dernier point quelque peu surprenant : le film documentaire donne la priorité à l’histoire des Paracels (Hoàng Sa), les ilôts vietnamiens perdus en 1974, alors que l’on sait que la mainmise chinoise est effective sur ce territoire depuis cette date.  Ce qui nous amène à conclure que le Viêt-Nam place sa « lutte pour l’existence » dans une perspective de longue durée, ce qui, par le passé, a démontré une certaine efficacité.

FG, 10/07/2015, MàJ

[1] Avec la participation des chercheurs, journalistes, avocats, religieux et experts (par ordre d’apparition) :

[2] Un vocabulaire qui trouve ses origines dans le social-darwinisme en vogue au début du XXe siècle et que l’on peut suivre dans les textes de l’école Dong Kinh Nghia Thuc ou du lettré révolutionnaire Phan Boi Chau.

[3] A titre d’exemple, voir la mise en garde de Mme Bui Tran Phuong, rectrice de l’université Hao Sen (Ho Chi Minh-Ville), à ses étudiants lors du discours d’ouverture de la campagne de recrutement. Cf. Diễn văn Hiệu trưởng nhân lễ trao bằng tốt nghiệp lần thứ 26, Dai Hoc Hoa Sen, 23/06/2015.

 

English version

Episode 1: https://www.youtube.com/watch?v=gTfnz7TSedk

Episode 2: https://www.youtube.com/watch?v=Cu00mR9X_NE

Episode 3: https://www.youtube.com/watch?v=i93hfKUrZP0

Episode 4: https://www.youtube.com/watch?v=XYFCshLoEDY

Episode 5: https://www.youtube.com/watch?v=B22KfiCfDcU

 

Image « à la une » : carte du Dai Nam du XVIIIe siècle sur laquelle apparaît les Paracels (Hoàng Sa), source Viet Bao (lien ci-dessus).

Mer Orientale : la “souveraineté territoriale” infondée de la Chine [Vietnam +]

[ndlr] Le Viêt-Nam et la communauté internationale s’inquiètent des constructions militaires illégales de la République Populaire de Chine en Mer de Chine méridionale. Une affaire qui attise de nouveau les tensions sur le plan régional. A lire sur Vietnam +.

Les constructions d’îles semi-artificielles à grande échelle dans l’archipel de Truong Sa (Spratly), le déploiement d’armes et de munitions sur ces îles artificielles… violent arrogamment la souveraineté du Vietnam, provoquent de profondes inquiétudes dans les pays avoisinant cette zone comme ceux de la communauté internationale, sur leurs conséquences pour la liberté, la sécurité et la sûreté de la navigation maritime et aérienne en Mer Orientale. Il s’agissait de l’un des points ayant suscité une attention soutenue et ayant été le plus discuté lors du 14e Dialogue de Shangri-La à Singapour.

[…]

Depuis 2014, la Chine a construit environ 800 ha, soit une superficie plus vaste que le total des superficies revendiquées par l’ensemble des autres parties en présence. [souligné par nous]

[…]

Lire la suite : Vietnam +, 04/06/2015.

Image « à la une » : l’ilôt Tư Nghĩa photographié en janvier 2015. Source : Trung Quốc ráo riết xây dựng đảo trái phép trên Biển Đông, Doi song va Phap luat, 21/02/2015.

 

Des documents sur la souveraineté nationale en Mer Orientale [Vietnam+]

[ndlr] La question des archipels vietnamiens dans les annales impériales de la dynastie des Nguyen. La bibliothèque de l’IAO (Fonds Langlet-Quach) possède la collection complète de cette précieuse réédition japonaise.

 

Le chercheur Hô Tan Phan vient de remettre au Comité national des frontières des documents sur la souveraineté nationale sur les deux archipels de Hoàng Sa (Paracel) et de Truong Sa (Spratly).

Il s’agit d’une copie du recueil « Dai Nam thuc luc » (Annales royales du Grand Viet Nam) de la dynastie des Nguyên (1802-1945), réédité par l’université japonaise de Keio. En effet, les annales originales sont des ouvrages xylographiques. Le « Dai Nam thuc luc » [大南寔錄] comprend plus de 550 livres totalisant près de 33.000 pages. Il a été élaboré par le Bureau d’historiographie qui, créé en 1820 sous le règne du roi Minh Mang, était chargé de la recherche, de la mise au point rédactionnelle, de la gravure et de l’impression des tablettes de la dynastie des Nguyen. De 1961 à 1981, l’université japonaise de Keio a étudié et photographié ces tablettes pour publier enfin une version de 20 tomes de plus de 8.000 pages.

HoTanPhanMr. Ho Tan Phan and the valuable document. © VietnamNet

Selon le chercheur Ho Tan Phan, ces annales historiques comprennent 13 parties sur l’étendue de la souveraineté du Vietnam concernant Hoàng Sa et Truong Sa. Il s’agit donc d’une solide preuve de la souveraineté vietnamienne sur ces deux archipels. -VNA

Source : Vietnam +, 07/06/2015.

Voir aussi :

Image « à la une » : le Đại Nam thực lục en 20 volumes dans le Fonds Langlet-Quach © FG

Paracel Spratly Archipelagos – Historical Truth [Danang 19-21 June 2014]

[ndlr] Mise en ligne sur le site de Tran Huu Dung (Viet Studies) des communications faites au colloque de Danang des 19-21 juin 2014.

HoangSaTruongSa_SuThatLichSu_2014Pour accéder au PDF en ligne (18 MB), cliquez sur l’image

TƯ LIỆU ĐẶC BIỆT:  Toàn Bộ Kỷ Yếu Hội Thảo Hoàng Sa – Trường Sa (Đà Nẵng 19-21-6-14)

* * *

Laurent Gédéon : Mer de Chine méridionale – les racines géopolitiques de la crise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise

Par Laurent Gédéon

Institut d’Asie Orientale

UMR 5062 – CNRS – Ecole normale supérieure de Lyon

Le contexte

Le 2 mai 2014, la République populaire de Chine (RPC) a implanté une plateforme de forage en mer de Chine méridionale, dans un secteur revendiqué par le Vietnam. Cette implantation a été à l’origine d’une crise aigüe entre Hanoi et Pékin, marquée par des incidents maritimes entre navires des deux pays et des manifestations antichinoises au Vietnam, certaines accompagnées de graves violences à l’encontre d’usines et d’ouvriers chinois.

Cette rivalité prend sa source en mer de Chine méridionale (figure 1), un espace maritime qui présente trois caractéristiques géopolitiques majeures. La première est liée à sa centralité géographique qui en fait un point de jonction entre Asie du Sud-Est insulaire et Asie du Sud-Est « continentale ». La seconde se rapporte au fait que, dans une région où la plupart des conflits frontaliers terrestres ont été résolus (avec toutefois quelques exceptions telles celle du temple de Preah Vihear qui oppose le Cambodge à la Thaïlande ou encore celle de la province de Sabah, sujette à une rivalité entre la Malaisie et les Philippines), cet espace reste un lieu de rivalités et d’affrontement. Enfin, la mer de Chine méridionale est traversée par une des voies maritimes (Sea lane of communication) les plus importantes de la planète, véritable cordon ombilical entre l’Asie du Nord-Est et le Moyen-Orient ainsi que l’Europe.

schina_sea_88Figure 1 : la mer de Chine méridionale et les archipels contestés

Source : The University of Texas Librairies

La plateforme chinoise, appelée « Haiyang Shiyou-981 », a été implantée à 15 degrés, 29 minutes 58 secondes de latitude Nord et 111 degrés 12 minutes 06 secondes de longitude Est, soit légèrement au sud de l’île de Tri Tôn (située à 15 degrés, 47minutes et 0 secondes Nord et 111 degrés, 12 minutes et 0 secondes Est). Cet îlot fait partie de l’archipel des Paracels (Xisha – 西沙 pour les Chinois et Hoàng Sa pour les Vietnamiens), archipel qui comprend des récifs ainsi qu’une quinzaine d’îles, l’ensemble couvrant une superficie de près de 15 000 km². Il se situe à équidistance (environ 450 km) du Vietnam et de la Chine.

Cet archipel fait l’objet de revendications de la part de trois acteurs distincts : la République populaire de Chine, Taiwan et le Vietnam. Les revendications de ces pays sont similaires, chacun revendiquant la totalité du territoire. La souveraineté effective y est assurée par la RPC depuis le 20 janvier 1974, date de l’expulsion des soldats sud-vietnamiens qui y étaient présents par les troupes chinoises.

Toutefois et bien que centrale dans la crise actuelle, la question des Paracels ne saurait être séparée de celle de l’archipel des Spratleys et, partant, de la question de la mer de Chine méridionale dans son ensemble.

L’archipel des Spratleys ou Spratly (Nansha – 南沙 en chinois, ou encore Trường Sa en vietnamien) comprend une centaine d’îles réparties sur près de 160 000 km². Il se situe à environ 550 km du Vietnam et à près de 1 500 km des côtes chinoises.

La situation y est encore plus complexe et tendue que dans les Paracels puisque pas moins de six pays le revendiquent, en totalité pour ce qui est de la RPC, du Vietnam et de Taiwan et en partie en ce qui concerne les Philippines, la Malaisie et Brunei. Les revendications chinoises et vietnamiennes concurrencent, de ce fait, les ambitions croisées de trois autres pays de l’ASEAN (figure 2).

Afin de donner du poids à leurs revendications respectives et d’éviter un scénario « à la Paracels », les acteurs du conflit ont pratiqué la politique du fait accompli en occupant militairement la quasi-totalité des îlots. C’est ainsi que le Vietnam est présent sur 27 d’entre eux, les Philippines sur 9, la République populaire de Chine en occupe également 9, la Malaisie 3, quant à Taiwan, il n’en occupe qu’un, celui d’Itu Aba qui est aussi le plus étendu.

AFP_Mer-chine-meridionale

Figure 2 : Contentieux en mer de Chine méridionale

Source : Agence France Presse

Les enjeux

Les enjeux portant sur ces territoires insulaires sont divers mais ont peut globalement les réduire en trois catégories : enjeux politiques, enjeux économiques et enjeux géostratégiques.

Sur le plan politique, la question des archipels représente un indéniable enjeu interne pour les parties en présence, en particulier le Vietnam et la Chine car il permet de canaliser les dynamiques nationalistes dans un sens maîtrisé par les autorités. Les derniers événements survenus au Vietnam témoignent cependant du fait que des débordements sont toujours possibles avec des effets potentiellement beaucoup plus dévastateurs que prévu.

Les enjeux économiques, certainement les plus médiatisés, portent principalement sur les ressources halieutiques et les réserves en hydrocarbure de la région. Ils sont étroitement liés à la question de la définition de la zone économique exclusive (ZEE) des pays riverains dont le principe a été défini par la convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 (UNCLOS). Cette convention, également connue sous le nom de convention de Montego Bay, a été ratifiée par le Vietnam le 25 juillet 1994 et par la Chine le 7 juin 1996.

La ZEE, telle que définie par la convention, est large de 200 milles marins ; elle prolonge la mer territoriale (12 milles) ainsi que la zone contiguë (24 milles) (figure 3). On note que si les États ont juridiction sur cet espace, ils ne peuvent en principe, y entraver le passage des navires étrangers. Si la ZEE de chaque pays semble ainsi, de prime abord, clairement définie, la question du prolongement possible du plateau continental (jusqu’à 350 milles) apparaît comme un facteur de complexité voire de conflictualité supplémentaire. Ce dernier point est particulièrement vrai en ce qui concerne la partie ouest de la mer de Chine méridionale. Bien évidemment, ces différentes délimitations s’appliquent (avec certaines réserves) aux îles et îlots ce qui leur accorde une importance considérable et explique largement les rivalités intenses dont ils font l’objet.

Continental_shelf_definitionFigure 3 : les délimitations maritimes selon la convention de Montego Bay

Source : 2B1st Consulting

Il est cependant à noter que, pour la Chine, la question de la zone économique exclusive et celle du plateau continental ne se posent pas vraiment car elle revendique la totalité de la Mer de Chine Méridionale. L’espace maritime revendiqué par la RPC se superpose de ce fait aux ZEE des autres pays riverains et même, dans certains cas, à leurs mers territoriales. Il est délimité par la « ligne en neuf traits » (Nine Dash Line), également appelée « ligne en U » ou encore « langue de bœuf » (voir figure 1).

Outre les enjeux politiques et économiques, on peut identifier des enjeux stratégiques. Ces archipels exercent en effet plusieurs fonctions géostratégiques notamment celles de relais insulaire et de points de projection maritime. A ceci s’ajoute le fait que la mer de Chine méridionale représente le débouché est du détroit de Malacca, détroit dont l’importance géopolitique n’est plus à souligner et par lequel passe l’importante voie maritime internationale évoquée plus haut.

Les discours

L’analyse des discours émis par les acteurs montre qu’ils portent globalement sur trois registres :

Le registre de la légitimité historique. En effet, comme souvent dans les conflits d’antériorité, les acteurs cherchent à légitimer leur présence ou leurs revendications en s’appuyant sur des éléments historiques plus ou moins récents. Ces éléments sont fréquemment à l’origine des représentations les plus passionnées au sein des opinions publiques.

La légitimité juridique est également souvent invoquée en s’appuyant sur le droit international. La convention de Montego Bay apparaît à cet égard comme une référence incontournable notamment pour ce qui a trait à la définition de la ZEE de chaque État. Il faut cependant souligner que la Chine a établi son propre cadre juridique : c’est ainsi que les deux archipels des Paracels (Xisha) et des Spratly (Nansha) ont été intégrés administrativement à la province de Hainan le 13 avril 1988. L’Assemblée nationale de la RPC a ensuite voté une loi le 25 février 1992 plaçant les quatre cinquièmes de la mer de Chine méridionale sous la souveraineté de Pékin. Le texte réaffirme en outre l’appartenance au territoire chinois des cinq archipels des mers de Chine méridionale et orientale : Zhongsha (Macclesfield), Xisha, Nansha, Dongsha (Pratas) et Diaoyutai (Senkaku).

Cette position juridique chinoise est loin d’être simplement anecdotique. Même si cette décision est contestée par les acteurs régionaux, on ne peut que constater que la Chine monte régulièrement en puissance et devient, de ce fait, un acteur toujours plus agissant dans les relations internationales. Or ce sont ces acteurs qui pèsent sur l’évolution du droit international et c’est pourquoi la RPC peut tabler, à terme, sur une évolution du cadre juridique allant dans le sens de ses intérêts. Dans cette hypothèse, elle transformerait ainsi une situation de facto en situation de jure. C’est dans cette logique qu’il faut situer l’implantation des plateformes pétrolières chinoises, notamment celle de Haiyang Shiyou-981.

Bien évidemment, pour contrer une telle évolution, le Vietnam n’a de cesse, de manière inverse, de revendiquer ses droits sur la zone, y compris les Paracels dont il a été évincé depuis près de 40 ans.

Un dernier registre porte sur la légitimité géographique. Celle-ci est en effet parfois invoquée par les adversaires de la Chine pour lui dénier tout droit sur les Spratleys en raison de son éloignement considérable de l’archipel.

A ce stade et pour comprendre en profondeur les raisons de la conflictualité en mer de Chine méridionale, il est nécessaire de les rattacher à la question plus large de la stratégie maritime globale de la RPC.

La stratégie maritime chinoise

La montée en puissance économique de la Chine est inséparable de la dimension maritime. Le discours de Pékin est, à cet égard, dénué d’ambiguïté et lie étroitement sécurité nationale (notamment énergétique) et développement économique en particulier pour ce qui a trait à la sécurité énergétique. Or, il est clair que celle-ci nécessite la sécurisation des voies d’accès en particulier celle qui passe par la mer de Chine méridionale (figure 4). A ce facteur s’ajoute le fait que l’essentiel des importations et des exportations, vitales pour l’économie chinoise, s’effectue par voie maritime. La maîtrise des espaces marins, à tout le moins ceux par lesquels passent des routes maritimes stratégiques, apparaît donc fondamentale aux yeux de Pékin car elle garantit le maintien du développement économique du pays.

oil_trade_flows_map

Figure 4 : les flux d’hydrocarbures en mer de Chine méridionale

Source : US Energy Information Administration

Plus largement, il semble de plus en plus clair que la Chine ambitionne de développer progressivement son influence maritime. En témoigne la part du budget militaire allouée au développement de la marine chinoise, qui s’accroît d’année en année. Cette dynamique s’inscrit dans une volonté politique sur le long terme qui a été explicitée par Hu Jintao dans le rapport d’activité qu’il a présenté le 8 novembre 2012 à l’occasion du 18ème Congrès du PCC. Or, on mesure que la montée en puissance de ce nouvel acteur maritime ne peut que le faire entrer en concurrence, à terme, avec les autres puissances maritimes existantes à commencer par les États-Unis.

Compte tenu de ce qui précède, on comprend que, contrairement aux autres acteurs concernés par la dispute des Spartleys et des Paracels, la République populaire de Chine intègre cette question dans la rivalité beaucoup plus large qui l’oppose aux Etats-Unis. On peut donc poser comme hypothèse que la récente montée de la conflictualité autour de la plateforme pétrolière Haiyang Shiyou-981 viserait, au-delà du seul Vietnam, à adresser un message aux Américains et à renforcer la position de Pékin dans le bras-de-fer qui l’oppose à Washington au sujet des espaces maritimes limitrophes de la RPC (figure 5).

1042-MerChineMeridionale-655Figure 5 : les zones maritimes revendiquées par la PRC

Source : Courrier International

——————

Pour citer cet article :

Gédéon, Laurent (29 mai 2014), « Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15040 (Page consultée le …).

Spratly Islands: Reef Madness [ABC]

[ndlr] Reportage australien sur les îles Spratleys en compagnie de pêcheurs et de militaires philippins.

ReefMadness_ABCCliquez sur l’image pour accéder au reportage d’Eric Campbell

Eric Campbell takes us on a journey to a place few outsiders ever get to experience – the place some say could be the trigger for the world’s next major conflict – the Spratly Islands, smack bang in the middle of the oil-rich South China Sea.

In an Australian television exclusive, he catches a series of boats to reach the remote chain of islands and coral reefs that are claimed by no fewer than six countries – China, the Philippines, Vietnam, Malaysia, Taiwan and Brunei.

Many of the so called “islets” are simply specks of submerged rock in the middle of nowhere, but have been built up by competing nations over the years in order to bolster their claims of ownership.

There are military forces from different countries living on different islands, often within shouting distance of each other.

They’re probably the most contested islands in the world. It’s believed the undersea bed in the region is rich in oil and gas, it’s an important shipping lane, and there are vast fishing grounds to be exploited.

“We call our island group the submerged Saudi Arabia of the Philippines”, the mayor of one island tells Foreign Correspondent. Mayor Eugenio Bito-onon runs a municipality with just 150 residents – Kalayaan, which means Freedomland in the local language.

Posing as fishermen, Campbell and his crew go to Ayungin Shoal, where besieged marines live on a rusting, scuttled ship on the submerged reef.

Chinese maritime forces attempt to stop them in a high-speed chase.

The crew managed to reach the shallow coral before the vessels could block them.

They found a group of hungry marines living on fish they catch on the reef as Chinese ships circle the reef 24 hours a day.

Source : ABC.net (Broadcast: 20/05/2014)

La souveraineté réaffirmée du Vietnam sur les archipels de Hoang Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratly) [2013]

TruongSaHoangSa[ndlr] Lu sur le site officiel du PCV. L’information date d’avril 2013.

Des chercheurs vietnamiens et étrangers ont avancé des preuves juridiques et historiques affirmant la souveraineté du Vietnam sur les archipels de Hoang Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratly), lors d’un colloque international tenu à Quang Ngai (Centre).

Ce colloque international de deux jours intitulé “Souveraineté sur les archipels de Hoang Sa et Truong Sa – Aspects historiques et juridiques” s’est clôturé dimanche dans la ville de Quang Ngai, province éponyme du Centre. Il a réuni une cinquantaine de chercheurs vietnamiens et étrangers, dont des experts des Etats-Unis, de Russie, du Canada, de Suisse, d’Australie, d’Inde, de République de Corée, des Philippines et du Vietnam.

Des chercheurs ont mis au clair des preuves juridiques et historiques de la souveraineté du Vietnam sur ces deux archipels et ont discuté des orientations et solutions pour le règlement pacifique des différends en Mer Orientale, a déclaré le professeur associé-docteur Pham Dang Phuoc, directeur de l’Université Pham Van Dông, organisateur de ce colloque international.

Ils ont également montré que la Chine n’avait pas suffisamment de preuves de sa souveraineté sur ces deux archipels, tandis que le Vietnam l’a établie, selon eux, sur ces deux archipels, de façon continuelle et pacifique conformément au droit international.

Ils ont aussi repoussé la revendication irraisonnable d’une souveraineté sur ce que la Chine appelle la « ligne des neufs tronçons » et la fondation par la Chine de la soi-disant « Ville de Shansha », revendication qui porte gravement atteinte à la souveraineté du Vietnam sur les deux archipels de Hoang Sa et de Truong Sa.

Ce dimanche, les délégués se sont rendus sur des sites historiques liés aux activités de pratique de la souveraineté du Vietnam sur les archipels de Hoang Sa et de Truong Sa. Ils ont également assisté à une cérémonie commémorative des soldats vietnamiens tombés pour la souveraineté du Vietnam sur Hoang Sa, laquelle est organisée dans le district insulaire de Ly Son, province de Quang Ngai.

VNA, 29/04/2013.

Source : Parti Communiste Vietnamien

Hoang Sa – Truong Sa : Petite bibliographie indicative [1974-2014]

Paracel&SpratlyLe 40e anniversaire de la bataille des Paracels et ses diverses commémorations (autorisées et non autorisées) au Viêt-Nam nous donne l’occasion de présenter une bibliographie indicative sur les différends en Mer de Chine méridionale. Toute référence importante manquante peut nous être signalée. Cette sélection d’ouvrages et d’articles sera ainsi complétée et mise à jour.

FG

* * *

* * *

Documents officiels

  • Bộ ngọai giao, nước Cộng Hòa Xã Hội Chủ Nghĩa Việt Nam, Quần đảo Hoàng Sa và quần đảo TrườngSa : lãnh thổ Việt Nam, Hà Nội : Nxb Khoa Học Xã Hội, 1984, 25 p.
  • China. Wai jiao bu, La souveraineté incontestable de la Chine sur les îles Xisha et les îles Nansha : document du Ministère des affaires étrangères de la République populaire de Chine, 30 janvier 1980, Beijing, 23 p.
  • Ministry of Foreign Affairs, National Boundary Commission, Viet Nam’s Sovereignty over Hoang Sa and Truong Sa Archipelagoes, Hanoi : National Political Publishing House, 2012, 55 p.
  • Ministry of Foreign Affairs Socialist Republic of Vietnam, The HoàngSa and TrườngSa archipelagoes and international law, Hà Nội : Ministry of Foreign Affairs, 1988, 57 p.
  • Republic of Vietnam, Ministry of foreign affairs, White paper on the HoangSa (Paracel) and Truong Sa (Spratly) Islands, Saigon : Ministry of foreign affairs, 1975, 105 p.
  • Vietnam. Bộ ngoại giao. Vụ thông tin báo chí, Vietnam‘s sovereignty over the HoangSa and TruongSa archipelagoes, Hà Nội : Ministry of Foreign Affairs, Socialist Republic of Viet Nam, 1979, 60 p.

Études vietnamiennes (en vietnamien et en français)

  • Đặc khảo về Hoàng Sa và Trường Sa, Sài Gòn : Sử địa, 1975, 350 p. (Tập san Sử địa,1975, n° 29).
  • Đinh Kim Phúc (chủ biên), Chủ quyền quốc gia Việt Nam trên hai quần đảo Hoàng Sa – Trường Sa, Hà Nội : Nhà xuất bản Tri thức, 2010, 150 p.
  • Les Archipels Hoàng Sa et Trưòng Sa (Paracels et Spratly) : dossier, Hanoi : Le Courrier du Vietnam, 1981, 58 p.
  • Lưu Văn Lợi, Cuộc tranh chấp Việt-Trung về hai quần đảo Hoàng Sa và TrườngSa : lưu hành nội bộ, Hà Nội : Nxb Công an nhân dân, 1995, 213 p.
  • Lưu Văn Lợi, Le différend vietnamo-chinois sur les archipels Hoàng Sa et Trường Sa, Hanoi : Editions Thế Giới, 1996, 139 p.
  • Lưu Văn Lợi, The Sino-Vietnamese difference on the Hoàng Sa and Trường Sa archipelagoes, Hanoi : Thế Giới Publishers, 1996, 157 p.
  • Nguyễn Q. Thắng, HoàngSa, Trường Sa, Thành phố Hồ Chí Minh : Nxb Trẻ, 1988, 235 p.
  • Nguyễn Q. Thắng, Hoàng Sa – Trường Sa lãnh thổ Việt Nam nhìn từ công pháp quốc tế, Hà Nội : Nhà xuất bản Tri thức, 2008, 399 p.
  • Nguyễn Việt Long, Hoàng Sa – Trường Sa các sự kiện, tư liệu lịch sử – pháp lý chính. Tập 1 (Thế kỷ XV- 2000), Thành phố Hồ Chí Minh : Nxb Trẻ, 2014.
  • [Nhiều tác giả], Bằng chứng lịch sử và cơ sở pháp lý. HoàngSa,TrườngSa là của Việt Nam = Paracel and spratly belong to Vietnam, TP Hồ Chí Minh : Nhà xuất bản Trẻ, 2011, 359 p.
  • Quần đảo HoàngSa và quần đảo TrườngSa, bộ phận lãnh thổ của Việt Nam, Hà Nội : Sự thật, 1982, 54 p.
  • Quang Loi, Le Minh Nghia, Vu Phi Hoang… [et al.], Les Archipels HoangSa et TruongSa (Paracels et Spratly) : dossier. II, Hanoi : Le Courrier du Vietnam, 1984, 170 p.
  • Thiện Cẩm (chủ biên), Biển Đông và hải đảo Việt Nam : kỉ yếu tọa đàm khoa học, Hà Nội : Nhà xuất bản Tri thức, 2010, 164 p.
  • Tran-Minh Tiet, L’agression sino-communiste des îles Paracel viêtnamiennes. La guerre pour la paix, Paris : Nouvelles éditions latines, 1975, 100 p.
  • Trần Thế Cung & Nguyễn Văn Thanh (Eds.), Tưởng niệm 40 năm Tết Mậu Thân & 34 Trận Hải Chiến Hoàng Sa của Hải Quân Quân Lực VNCH, Westminster (Californie) : Tuần báo Trách Nhiệm, 2008.
  • Viện khoa học và công nghệ Việt Nam, Biển Đông, Hà Nội : Nhà xuất bản Khoa học tự nhiên và công nghệ, 2009, 4 volumes.
  • Võ Long-Tê, Les archipels de Hoàng-sa et de Trường-sa selon les anciens ouvrages vietnamiens d’histoire et de géographie, Saigon : Ministère de la Culture, de l’Éducation et de la Jeunesse, République du Vietnam, 1974, 201 p. (préface de Nguyễn Thế-Anh ; poème-préface de Tố-nguyên Nguyễn Thọ-Dực).
  • Vũ Hữu San, Địa-lý Bien Đông với hoàng-sa và trướng-sa = Eastern sea geography and Paracel, Spratly archipelagoes, Fremont, Calif.: Uy-ban bao-vệ sự vẹn-toàn, [1995], 264 p.
  • Vũ Phi Hoàng, Hai quần đảo Hoàng Sa và Trường Sa, bộ phận lãnh thổ Việt Nam, Hà Nội : Quân đội nhân dân, 1988, 102 p.

Monographies en langues occidentale et chinoise

  • Baker, John C. & Wiencek, David G., Cooperative monitoring in the south China sea. Satellite imagery, confidence-building measures, and the spratly islands disputes, Westport, Connecticut, London : Praeger, 2002, 220 p.
  • Catley, Robert, Spratlys : the dispute in the South China Sea, Aldershot : Brookfield, USA: Ashgate, 1997, 221 p.
  • Chemillier-Gendreau, Monique, La souveraineté sur les archipels Paracels et Spratleys Monique, Paris, Éd. L’Harmattan, 1996, 350 p.
  • Chemillier-Gendreau, Monique, Sovereignty over the Paracel and Spratly Islands, The Hague; Boston: Kluwer Law International, 2000, 264 p.
  • Chen, Hsin-Chih, Les îles Paracel et Spratly vues de la Chine nationaliste. Revendications de souveraineté pendant les années 1930-1950 dans la mer de Chine méridionale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de François Joyaux, Université Panthéon-Sorbonne, Paris 1, 2001, 615 f.
  • Emmers, Ralf, Geopolitics and maritime territorial disputes in East Asia, London – New York : Routledge, Routledge security in Asia Pacific series, no. 11, 2010, 188 p.
  • Fu, Kuncheng & Shui Binghe, Zhongguo yu Nan Zhongguo Hai wenti [China and the South China Sea issues], Taibei : Wen jin tang shuju, 2007, 446 p.
  • Hill, R. D. ; Owen, Norman G. ; Roberts, E. V. (Eds.), Fishing in troubled waters. Proceedings of an academic conference on territorial claims in the south China sea, Hong Kong : Centre of Asian Studies, University of Hong Kong, Centre of Asian Studies Occasional Papers and Monographs, No 97, 1991, 359 p.
  • Hu, Nien-Tsu Alfred & McDorman, Ted L. (Ed.), Maritime issues in the South China Sea : troubled waters or a sea of opportunity, Milton Park, Abingdon, Oxon [U.K.] : New York : Routledge, 2013, 178 p.
  • Lasserre, Frédéric, Le dragon et la mer. Stratégies géopolitiques chinoises en mer de Chine du Sud, Paris – Montréal, L’Harmattan, 1996, 320 p.
  • Odgaard, Liselotte, Maritime security between China and Southeast Asia. Conflict and cooperation in the making of regional order, Aldershot : Burlington, VT : Ashgate, 2002, 296 p.
  • Samuels, Marwyn S., Contest for the South China Sea, New York: Methuen, 1982, 203 p.
  • Wu, Shicun & Zou, Keyuan (eds.), Maritime security in the South China Sea. Regional implications and international cooperation, Farnham: Burlington, Vt. : Ashgate, 2009, 272 p.

Articles de recherche

  • Chiu, Hungdah, “South China Sea Islands: Implications for Delimiting the Seabed and Future Shipping Routes”, China quarterly, 1977, Vol. 72, pp. 743-765.
  • Gau, Michael Sheng-ti, “The U-Shaped Line and a Categorization of the Ocean Disputes in the South China Sea”, Ocean development and international law, 2010, Vol. 43, issue 1, pp. 57-69.
  • Keyuan, Zou, “Maritime Boundary Delimitation in the Gulf of Tonkin”, Ocean development and international law, 1999, Vol. 30, issue 3, pp. 235-254.
  • Keyuan, Zou, “China’s U-Shaped Line in the South China Sea Revisited”, Ocean development and international law, 2012, Vol. 43, issue 1, pp. 18-34.
  • Li, Mingjiang, “China and Maritime Cooperation in East Asia: recent developments and future prospects”, Journal of contemporary China, 2010, Vol. 19, issue 64, pp. 291-310.
  • Long, Jayh, “The Paracels Incident”, Asian affairs, 1974, Vol. 1, issue 4, pp. 229-239.
  • Long, Le Kim ; Flaaten, Ola ; Anh, Nguyen Thi Kim, “Economic performance of open-access offshore fisheries. The case of Vietnamese longliners in the South China Sea”, Fisheries research, 2008, Vol. 93, issue 3, pp. 296-304.
  • Smith, Robert W., “Maritime Delimitation in the South China Sea: Potentiality and Challenges”, Ocean development and international law, 2010, Vol. 41, issue 3, pp. 214-236.
  • Song, Yann-huei, “The Potential Marine Pollution Threat from Oil and Gas Development Activities in the Disputed South China Sea/Spratly Area: A Role that Taiwan Can Play”, Ocean development and international law, 2008, Vol. 39, issue 2, pp. 150 -177.
  • Song, Yann-huei, “The South China Sea Workshop Process and Taiwan’s Participation”, Ocean development and international law, 2010, Vol. 41, issue 3, pp. 253 -269.
  • Thao, Nguyen Hong [Nguyen Hong Thao], “Vietnam and the Code of Conduct for the South China Sea”, Ocean development and international law, 2001, Vol. 32, issue 2, pp. 105-130.
  • Thao, Nguyen Hong & Ramses, Amer, “Managing Vietnam’s Maritime Boundary Disputes”, Ocean development and international law, 2007, Vol. 38, issue 3, pp. 305 -324.
  • Thao, Nguyen, “A New Legal Arrangement for the South China Sea?, Ocean development and international law, 2009, Vol. 40, issue 4, pp. 333 -349.
  • Thao, Nguyen & Ramses, Amer, “Coastal States in the South China Sea and Submissions on the Outer Limits of the Continental Shelf”, Ocean development and international law, 2011, Vol. 42, issue 3, pp. 245 -263.
  • “The truth about Vietnam-China relations over the last 30 years” [condensed], Journal of contemporary Asia, 1980, Vol. 10, issue 3, pp. 325 -344.
  • Tonnesson, Stein, “The South China Sea in the Age of European Decline”, Modern Asian Studies, 2006, Vol. 40, issue 1, pp. 1-57.
  • Trung, Nguyen Nhu, “The gas hydrate potential in the South China Sea”, Journal of petroleum science & engineering, 2012, Vol. 88-89, pp. 41 -47.
  • Valencia, Mark J., “The South China Sea: Prospects for marine regionalism”, Marine Policy, 1989, Vol. 2, issue 2, pp. 87-104.
  • Valencia, Mark J., “Discussions with continental shelf committee of the Council of Ministers of Vietnam”, Marine Policy, 1989, Vol. 13, issue 4, pp. 364 -365.
  • Valero, Gerardo M. C., “Spratly archipelago dispute: Is the question of sovereignty still relevant?”, Marine Policy, 1994, Vol. 18, issue 4,  pp. 314 -344.
  • Vu, Hai Dang, “A Bilateral Network of Marine Protected Areas Between Vietnam and China: An Alternative to the Chinese Unilateral Fishing Ban in the South China Sea?”, Ocean development and international law, 2013, Vol. 44, issue 2, pp. 145-169.

* * *

Voir aussi :