Archives par mot-clé : soldat

Nguyen Cong Luan: Nationalist in the Viet Nam Wars – CR de lecture par Lauriane Simony

CR de lecture de Lauriane Simony : Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars: Memoirs of a Victim Turned Soldier, Bloomington, Indiana University Press, 2012, 598 p.

“What if South Viet Nam had won the war?” (153)

NguyenCongLuan_NationalistVietnamWarsNationalist in the Viet Nam Wars : Memoirs of a Victim Turned Soldier est une imposante autobiographie écrite en 2012 par Nguyên Công Luân. Elle a été publiée aux États-Unis où l’auteur a choisi d’immigrer en 1990, après avoir grandi et vécu au Viêt Nam pendant près de 50 ans. La vie de Nguyên Công Luân est exceptionnelle en ce qu’elle a été successivement marquée par l’occupation française, la guerre d’Indochine, la guerre du Viêt Nam et enfin les conflits entre le Viêt Nam et la Chine : c’est dans cette succession d’évènements traumatisants que le pluriel de Viet Nam Wars prend tout son sens. Cet ouvrage relève d’une démarche purement individuelle : le récit de l’auteur ne prétend ni à l’exhaustivité ni à l’objectivité. C’est avant tout son vécu et son histoire personnelle qui priment ; il affirme d’ailleurs très clairement : “This is not an academic study” (préface). Il ne s’agit donc ni d’une analyse d’historien ni de la biographie d’une figure célèbre : Nguyên Công Luan se présente au contraire comme « un inconnu ».

La guerre vue d’en bas

L’intérêt de sa démarche est double. D’une part, l’histoire contenue dans cet ouvrage est racontée d’en bas. Nguyên Công Luân explique : “Experiences from my childhood in my small home village during the 1946-54 war directed my concerns more to be to the bottom than to the top of a system. I was interested in matters related to enlisted men and poor peasants more than to what presidents and ministers declared” (183). D’autre part, l’histoire du Viêt Nam est présentée dans cet ouvrage du point de vue d’un soldat nationaliste non communiste, c’est-à-dire un perdant de la guerre du Viêt Nam. Encore aujourd’hui, il est impossible pour l’auteur de publier ses mémoires au Viêt Nam. En effet, il n’hésite pas à aborder des sujets qui fâchent, notamment en montrant, selon lui, la « vraie » face du régime communiste vietnamien. A travers ses mémoires, Nguyên Công Luân prend ainsi de la distance par rapport aux récits autorisés sur la guerre du Viêt Nam, le plus souvent écrits (du moins ce qui nous en parvient) par les élites ou les vainqueurs.

NguoiLinhVNCH
Soldat de la République du Viêt-Nam © DR

Ces mémoires invitent le lecteur à s’interroger sur l’idée de guerre et de traumatisme, ainsi que sur le devoir de mémoire individuel. En d’autres termes, la question que pose l’auteur est la suivante : comment raconter la guerre ? Si l’on associe souvent l’horreur à l’indicible, au refus de prendre la parole, on s’aperçoit ici que faire l’expérience de la guerre peut au contraire conduire à une sorte de besoin vital de prendre la parole pour extérioriser le traumatisme : “I had an urgent desire to publish my study to tell readers about what life in the northern half of our country was really like” (438). Nguyên Công Luân n’hésite pas à décrire de manière très crue les scènes les plus dures auxquelles il a pu assister au cours de sa vie – les détails les plus graphiques sur les techniques de torture mises en place par les deux camps durant la guerre du Viêt Nam ne sont pas laissés de côté.

Une expérience personnelle de la guerre

LinhVNCH_smallNationalist in the Viet Nam Wars est composé de cinq grandes parties dans lesquelles la vie de Nguyên Công Luân épouse les grands moments de l’histoire du Viêt Nam au XXe siècle. L’ouvrage s’ouvre sur l’enfance de l’auteur dans le nord du pays, dans une petite ville de la province de Vinh Yên au nord de Hanoi. Le début des mémoires correspond au moment où l’auteur se rend pour la première fois pleinement compte de ce que la guerre signifie : âgé de 9 ans seulement, Luân est kidnappé par un soldat de l’Armée française car il est suspecté de faire partie du Viêt Minh. Toute la première partie correspond à l’occupation française en Indochine et à l’invasion japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, l’auteur décrit la guerre d’Indochine et les bouleversements qu’elle entraine dans la vie de tous les jours : il accorde beaucoup d’importance à son quotidien à l’école et à la politisation précoce des adolescents. Cette seconde partie se clôt sur les Accords de Genève en 1954 et la division du pays – ce qui correspond pour Luân à la migration de sa famille du Nord vers le Sud du Viêt Nam.

S’ensuivent deux parties sur la guerre du Viêt Nam, la première retraçant l’optimisme du Sud, soutenu par les Américains et la seconde peignant la fatalité d’une défaite imminente des nationalistes face aux communistes. Nguyên Công Luân s’engage dans l’ARVN (l’Armée de la République du Viêt Nam) et décrit cette fois-ci la guerre du point de vue d’un soldat et non d’un civil comme lors de la guerre d’Indochine. Il intègre d’abord la 22ème division, puis il choisit de travailler dans le domaine de l’information au sein du programme Chiêu Hôi, très important puisqu’il consiste à convertir et rallier les communistes et à prendre en charge les personnes désillusionnées vis-à-vis de l’idéologie. Enfin, la dernière partie des mémoires concerne les premières années de sa vie sous le régime communiste après la défaite du Sud : il est fait prisonnier durant plus de 7 ans et parvient finalement à émigrer vers les États-Unis en 1990. Il s’agit là d’une partie « bilan » : l’auteur tente d’estimer l’impact de la guerre et de chiffrer les décès liés aux combats.

VNCH_ChuongTrinhChieuHoi
Sauf-conduit e la République du Viêt-Nam (Sud) attribué aux « ralliés » © DR

Ces cinq grandes parties sont elles-mêmes subdivisées en chapitres courts sous forme de vignettes qui épousent la mémoire de l’auteur. Là où les grandes parties suivent un ordre chronologique, les chapitres sont marqués par des allers-retours dans le temps, rythmés par des anecdotes personnelles ou des faits de la guerre qui ont marqué l’auteur lui-même. Si au regard de l’histoire, certains de ces événements peuvent sembler d’importance moindre, ils sont ici dûment mis en avant pour leur importance dans l’esprit de l’auteur. Ceci apparaît clairement lorsque l’on compare l’évocation très rapide de la victoire contre les Français à Diên Biên Phu, à laquelle il n’a pas pris part et qu’il décrit comme un fait relevant de l’Histoire avec un grand H, avec les conflits auxquels la 22ème Division de l’ARVN participe, dans la région de Kon Tum par exemple – conflits décrits très longuement dans l’ouvrage bien qu’ils soient rarement mentionnés dans les livres d’histoire.

Histoire collective et histoire personnelle : les aléas de la mémoire

Nationalist in the Viet Nam Wars se caractérise principalement par la superposition constante entre histoire collective et histoire individuelle. Celle-ci s’opère grâce à une combinaison habile entre récit chronologique et anecdotes personnelles. Cette imbrication des deux histoires est telle qu’on la retrouve parfois au sein d’une même phrase : “However, as my son looked better every day, the new regime seemed to be worse and worse” (238). Ici, la naissance du fils de Nguyên Công Luân correspond au coup d’État de novembre 1963 à Saigon et au renversement du Président Ngô Dinh Diêm. Les anecdotes personnelles qu’il choisit de relater sont d’ailleurs parfois complètement loufoques ou humoristiques car insérées dans son récit de guerre : l’effet de dissonance créé par cette superposition permet pendant un instant de relâcher la tension générale du récit. L’auteur consacre par exemple un paragraphe entier à son choix de se faire pousser une moustache avant d’embrayer sans aucune transition sur l’offensive du Têt en 1968.

La temporalité des événements décrits est en fait assez chaotique : les parties sont plus ou moins longues selon ce dont l’auteur se souvient. C’est pourquoi la toute première partie (A Grain of Sand) est la plus courte : elle correspond à l’enfance de Luân et ses souvenirs sont donc plus épars que lorsqu’il combat durant la guerre du Viêt Nam. A l’inverse, les chapitres qui constituent la 4ème partie, relatant le « bourbier vietnamien » pour reprendre une expression très largement utilisée dans la presse internationale, sont interminables car bâtis sur les victoires et les défaites militaires successives du Sud et du Nord. Dans ce cas, c’est la forme même de l’écriture qui nous donne à voir la stagnation de la guerre avant le dénouement de 1975.

VoAnhNinh_faminevictims
Victimes de la famine de l’hiver 1944-45 au Tonkin © 1945 Vo An Ninh

Au début de l’ouvrage, l’auteur affirme posséder une très bonne mémoire – mémoire qu’il perçoit tour à tour comme un don et un fardeau. Il aimerait en effet oublier certains éléments de sa vie qui le hantent, comme les conséquences de la famine de 1945 : les descriptions de ce passage sont d’ailleurs très pénibles car l’auteur décrit crûment pendant plusieurs pages les corps squelettiques des habitants de son village ou encore les actes de cannibalisme auxquels il assiste. On peut néanmoins se demander dans quelle mesure il se souvient réellement de tout ce qu’il raconte, en particulier lorsqu’il est très jeune : certains éléments ont probablement été reconstitués a posteriori, à partir des récits de ses proches. En effet, il adopte un point de vue très critique sur les situations qu’il vit. Lorsqu’il est kidnappé par l’Armée française à l’âge de 9 ans, il établit un parallèle entre la cruauté des soldats africains de CEFEO (Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient) et les communistes vietnamiens, du point de vue de leurs méthodes d’interrogation, afin de suggérer qu’un régime oppressif s’est substitué à un autre. Ceci relève bien sûr du point de vue rétrospectif de l’auteur, de ses analyses postérieures, et non de ses expériences de jeune garçon.

Un récit sélectif, graphique et construit

Ainsi, ce que nous lisons dans ces mémoires, c’est une histoire qui relève de la sélection : le récit n’est pas entièrement objectif – ce qu’il précise lui-même dans sa préface. A la manière d’un ressassement, certains sujets hantent l’auteur et sont traités à maintes reprises au cours du livre. Par exemple, le traitement des prisonniers de guerre est un sujet qui le touche tout particulièrement (son père, membre du parti national (VNQDD), a été emprisonné et torturé par les communistes et meurt en prison ; Nguyên Công Luân lui-même a été fait prisonnier après la guerre et a connu le travail forcé). Ses thématiques donnent lieu à des descriptions très graphiques.

D’autre part, l’auteur met en avant les faits ou les personnages « oubliés » de l’histoire. L’ouvrage constitue en effet un travail de mémoire important en ce qu’il réhabilite certains héros de guerre inconnus car mis volontairement de côté par le régime communiste, ou encore des « catégories » de personnes moins présentes dans l’historiographie du Viet Nam au XXe siècle, comme celle des femmes, des minorités ethniques, ou encore des soldats américains très proches de l’ARVN. Il tente de montrer en quoi l’assassinat du Président Diêm en 1963 (envers qui il est très critique) constitue un tournant majeur dans la guerre puisqu’il n’y aura plus, après lui, de figure politique assez forte pour maintenir une certaine stabilité au Sud (“The overthrow of President Diêm and the subsequent political disturbances contributed a psychological factor that was almost ignored in the literature of this war”, 251). En revanche, le décès d’Hô Chi Minh en 1969 est traité comme un simple fait divers relayé dans la presse.

LinhVNCH_30-04-1975
Saigon, le traumatisme du 30 avril 1975. Soldats de l’ARVN prisonniers des Bo Doi nord-vietnamiens © DR

L’histoire du Viêt Nam vue par Nguyên Công Luân est donc une histoire construite. Bien qu’il s’agisse de mémoires, on note une forme de mise en scène ou de dramatisation du récit dans certains chapitres. C’est le cas notamment de son récit de la chute de Saigon en avril 1975, l’un des événements les plus marquants de sa vie : il raconte comment il est resté aux côtés de ses hommes jusqu’à la dernière minute et étend la narration pour maintenir une forme de suspense – “Sai Gon was in its last hour” (454). L’auteur est d’ailleurs par moments tenté de réécrire l’histoire et ses rêveries prennent alors le pas sur la réalité. Il s’interroge ainsi sur ce qui se serait passé s’il n’y avait pas eu le Viêt Minh ou encore si le Sud avait gagné la guerre : “I guessed that with such a scenario, Viet Nam would have become a democracy like Thailand, or even the Philippines – not very stable politically, perhaps, but with greater economic development” (133).

Deux Viêt Nam : un point de vue critique sur l’histoire officielle

L’auteur n’a de cesse d’apporter des nuances vis-à-vis des différents discours qui s’entremêlent pendant la guerre : il tente de garder un point de vue critique sur les deux Viêt Nam. Il met en avant l’idée que la guerre du Viêt Nam a été une guerre totale, au sens où elle s’est déroulée à la fois sur le plan militaire et sur le plan idéologique : il accorde une importance égale à ces deux aspects de la guerre. Le profil de Nguyên Công Luân lui-même est intéressant car il est assez protéiforme : il a vécu à la fois en zone rurale et en zone urbaine, il a vécu la guerre à la fois comme soldat et comme civil, il a occupé des postes au sein de l’Armée très divers (sur le front et à l’arrière), il a vécu d’abord au Nord puis au Sud – et même à l’étranger. Ces expériences très diverses lui permettent d’avoir une vision assez globale de la situation.

LinhVNCH5
Le drapeau de la République du Viêt-Nam sur le champ de bataille © DR

Cependant, l’ouvrage souligne un paradoxe : la guerre du Viêt Nam est l’une des guerres les plus connues et documentées de l’histoire, elle a fait l’objet de nombreuses études académiques et de nombreux films mais c’est en fait, selon l’auteur, l’une des guerres les moins bien comprises sur la scène internationale, encore aujourd’hui “shrouded in a fog of misconceptions, bogus myths, and distorted facts” (préface). De plus, les récits des Vietnamiens eux-mêmes sur cette guerre sont très peu nombreux, la censure à l’intérieur du pays étant toujours à l’œuvre. Ainsi, plutôt que de se ranger derrière l’idéologie nationaliste, il examine les aspects positifs et négatifs de la colonisation française, de la présence américaine, et des deux idéologies opposées durant la guerre du Viêt Nam (nationaliste et communiste). Par exemple, il suggère que l’occupation française n’a pas été pire que le régime communiste qui a été imposé à tout le pays en 1975, mais il montre également certains aspects positifs du communisme que l’on oublie parfois, comme la place des femmes dans l’idéologie communiste.

Il rappelle que les dirigeants communistes se sont penchés sur les droits de femmes et en ont fait véritablement une cause nationale (ce qui ne semble pas avoir été le cas au Sud). Nguyên Công Luân met en valeur la diversité et la complexité des statuts et des groupes politiques pour se défaire de l’opposition binaire trop stricte entre nationalistes et communistes – il a lui-même beaucoup de respect pour l’objectif communiste qui est au départ d’établir une nation indépendante. C’est pourquoi il choisit de décrire les luttes intestines au sein du Parti Communiste Vietnamien et entre les différentes factions nationalistes. Il parle d’ailleurs de « lutte fratricide » pour qualifier la guerre du Viêt Nam : certes car il s’agit d’une guerre civile, mais aussi car c’est une lutte qui oppose les personnes d’une même famille, ou bien d’une même classe – il fait de sa propre classe une sorte de microcosme pour montrer à petite échelle la confrontation entre les différentes idéologies de l’époque.

BietDongQuan_VNCH
Rangers sud-vietnamien en communication pendant une opération © DR

Pour finir, Nguyên Công Luân s’interroge sur le rôle de la propagande dans la guerre du Viêt Nam et montre que de nombreux éléments relayés par la radio et la presse (à la fois à l’intérieur du pays et à l’extérieur) relèvent du mythe et non de la réalité. L’exemple le plus parlant, ce sont toutes les constructions autour de la figure d’Hô Chi Minh, transformé en véritable divinité. Il déconstruit avec ironie le discours des cadres du Viêt Minh : “They said that he himself wrote the most beautiful sentence, ‘All men are created equal’” (35) – phrase qui est en fait tirée de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis. Mais là encore, dans le discours de l’auteur lui-même, on peut s’interroger sur ce qui relève du mythe et ce qui relève de la vérité : il relaie certains discours hyperboliques de l’époque qui incitent à la peur et la violence, comme lorsqu’il parle d’un nationaliste démoniaque qui tue les communistes pour boire leur sang…

* * *

Ainsi, sans prétendre aucunement à l’objectivité puisqu’il relate avant tous les fait ayant ponctué sa vie personnelle, Nguyên Công Luân nous offre une fresque détaillée des guerres du Viêt Nam depuis la fin des années 1930 jusqu’à 1990. Son récit, très dense, est souvent dur à lire car excédant toute l’horreur que l’on peut imaginer. Cette autobiographie est un moyen pour lui de rendre justice à ceux que l’histoire, écrite le plus souvent par des non-Vietnamiens ou par des membres du Parti Communiste Vietnamien, a oubliés, tout en marquant une prise de distance vis-à-vis de la multiplicité des discours qui s’opposent sur la question de la nation vietnamienne.

Lauriane Simony, promotion ASIOC 2015-2016.

_______________

Lauriane Simony est actuellement étudiante en deuxième année de Master Asie Orientale Contemporaine à l’École Normale Supérieure de Lyon. Elle effectue ses recherches sur les différentes manifestations du nationalisme en Birmanie sous les occupations britannique et japonaise (1942-1948).

Image « à la une » : femme militaire de l’ARVN tenant un enfant blessé © National Geographic – Inside the Vietnam War, DVD 2008.

Lê Lan Anh : En terre ennemie + entretien avec l’auteure [2013]

LeLanAnh_EnTerreEnnemie[ndlr] Annonce de la traduction française du roman vietnamien Ở đất kẻ thù paru en 2007 au Viêt-Nam. Présentation de l’éditeur.

Le commandant James McClean, Jim, de la Marine américaine, est abattu au-dessus du Nord-Viêtnam. Blessé, il est gardé pendant vingt heures dans la maison de Monsieur Bi, et soigné par sa fille, Na. Le roman relate le parcours de ces trois personnages, et leur rencontre. Tout les sépare, la langue, la culture, la guerre. Mais la vie commune les oblige à des relations où le naturel affleure. Bi, plein de la haine dictée par l’hostilité de classe, a des gestes où perce sa nature humaine, vaine et compatissante.

Source : L’Harmattan

Texte original en ligne : Viet Nam Thu Quan (préface de Chu Lai)

 

Voir aussi dans la presse vietnamienne :

* * *

Ngo Van Chieu : Journal d’un combattant Viet-Minh – CR de lecture de Thomas Riondet

NgoVanChieu_JournalCombattantVietMinhLe Journal d’un combattant Viet-Minh de Ngo Van Chieu est un témoignage d’une expérience de guerre qui aurait dû interpeller ses contemporains mais dont la discrétion est encore aujourd’hui étonnante. Avec un style direct prégnant, l’ouvrage nous projette en immersion dans le Nord du Viêt-Nam lors du déclenchement de la guerre contre le Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient (CEFEO) en décembre 1946 jusqu’à la blessure fatale de l’auteur qui le fait sortir des combats en novembre 1952. Notre compte rendu insistera sur la double dimension de “l’ordinarité et de l’extraordinarité” en présentant séparément ces deux aspects de l’ouvrage : récit personnel pacifiste et témoignage dans les rouages de l’armée Viêt-Minh.

L’ouvrage, comme la destinée guerrière de Ngo Van Chieu, tient du hasard. Ce sont avant tout des moments critiques de l’Histoire qui ont permis la naissance de cet ouvrage. Comment un jeune Vietnamien catholique éduqué dans une famille francophile devient cadre militaire engagé dans la résistance communiste contre l’occupation française ? De même, il aura fallu une rencontre surprenante à la conférence de Genève de juillet 1954 entre Jacques Despuech, ancien membre du CEFEO devenu journaliste, et Ngo Van Chieu présent dans la délégation vietnamienne pour que naisse l’ouvrage. Despuech va découvrir les notes et mémoires de guerre de Ngo Van Chieu et propose alors à celui-ci d’en faire un journal de guerre, un revirement étonnant pour le traducteur improvisé qui précise en fin d’ouvrage que si cette rencontre avait eu lieu en 1946 il n’y aurait eu que la haine d’un ennemi pour un autre en lieu et place de cette relation d’amitié qui a su éteindre les braises encore chaudes du conflit.

Désormais oublié dans une relative solitude il serait possible d’imaginer une réhabilitation de ces mémoires, nous n’hésitons pas ici à placer le potentiel rôle historique du Journal d’un combattant Viet-Minh au même niveau que Le Feu de Barbusse, prix Goncourt l’année de sa parution en 1916 et traduit en Anglais dès 1917. Le Journal de Ngo Van Chieu est paru dans l’immédiat après-guerre en 1955 et représente une source historiographique passionante de par sa singularité autant que par son ordinarité. Témoignage à la fois extraordinaire par son récit d’une destinée de combats imprévue mais tout autant classique car pensé dans l’immédiateté de l’action collective. C’est dans tous les cas un ressenti, une expérience qui nous est transmise à travers de nombreuses descriptions d’atmosphères, scènes de batailles, développement des tactiques et premières découvertes de l’âge adulte. Ngo Van Chieu ne se met pas en scène comme un héros guidé vers la passion résistante mais au contraire comme un individu dont le ressenti affecte beaucoup le récit : éloignement de sa famille, blessures, foi catholique, enthousiasme naïf puis recul critique sur les dogmes du parti et surtout pacifisme sont omniprésents. Des éléments généralement absents de l’historiographie officielle, basée sur l’histoire évènementielle ou le parcours de grands hommes comme en témoigne la littérature abondante sur le général Giap.

 

« La guerre a été contraire à tout ce que j’avais imaginé »

Le glissage qui s’opère dans les titres des chapitres est intéressant et permet de comprendre que l’on est face à un récit avant tout personnel. D’un chapitre comme « les volontaires » vers un dernier intitulé « les soldats » est mis en lumière le passage d’une situation de patriote naïf à soldat de métier prêt à mourir.

En 1941, Ngo Van Chieu a 20 ans, il fit sa rencontre avec les révolutionnaires en 1946. Il semble alors plus préoccupé par la demande en mariage qu’il envisage après avoir été séduit par une des résistantes, dans laquelle il découvre la figure de la femme libérée qu’il n’imaginait pas : « qui aurait pu croire que nous avions de telles femmes ? » (p. 37) se demande-t-il alors. C’est donc dans un engouement teinté de naïveté qu’il s’engage dans le PCI, emporté comme la plupart de ses jeunes contemporains par le discours d’Ho Chi Minh de 1945 et la vision des « soldats triomphants ». Une prise de confiance dans les possiblités qu’offre cet avenir l’amène à rejoindre plus activement la lutte  dans laquelle il fera l’apprentissage d’une liberté inhabituelle. L’anectode du capitaine de caserne révèle la naïveté de Ngo Van Chieu, qui, s’étant engagé dans un procès avec plusieurs camarades contre leur supérieur alcoolique admettra au terme du procès qu’il s’était emporté et avait abusé de cette  liberté nouvellement acquise et remettant en cause les hiérarchies traditionnelles.

Cependant, c’est la guerre qui vient rapidement à bout du jeune engagé. Les récits d’escarmouches sont violents et jusqu’en 1950, Ngo Van Chieu souligne souvent qu’il est « fou de peur ». De nombreuses expériences traumatisantes, comme la première rencontre avec le napalm en janvier 1951, se confrontent alors au souvenir d’une enfance d’avant-guerre où Van Chieu se souvient « nous étions heureux ».

Il en émane un regard critique sur le conflit qui est instructif à plusieurs égards, particulièrement dans la perspective de l’ordinarité du combattant Viet-Minh qu’était Ngo Van Chieu. L’engagement de ce dernier a beau être marqué par un certain suivisme, il se déclare plusieurs fois et dès 1946 « neutre » dans le conflit contre les nationalistes du VNQDD. Il s’en désole souvent en mentionnant un combat inutile, une consternation qui va de pair avec l’émotion qui l’atteint lorsqu’il affronte le contingent indigène, des combats « contre [ses] frères » (p.190). Un sentiment de trahison de ses propres valeurs qu’il retrouve lors de sa rencontre avec une vietnamienne âgée l’ayant caché lors de sa blessure due à un bombardement de napalm en 1951. Le fils de celle-ci est prêtre et Chieu ne peut cacher sa foi catholique, avouant même « je ne suis pas communiste » (p. 162), et son désir de retrouver sa femme l’emporte sur son patriotisme coupant ainsi le récit de la guerre pendant plusieurs mois. Tout se passe alors comme si Ngo Van Chieu aurait souhaité ne jamais participer à la guerre tant le pacifisme est omniprésent, il la décrit souvent comme un massacre aléatoire, une fièvre s’emparant des Hommes, lui même incapable de contrôler ses coups au coeur de l’action et attaquant des silhouettes plus que des ennemis. D’ailleurs aucune rancoeur ne ressort de son témoignage, il affirme que « seule la guerre est responsable » (p. 217), cette « maudite guerre » (p.199) qui a pourtant obtenu de sa part une implication totale, car nécessaire à la victoire du Viêt-Minh.

Soldats de l'Armée populaire du Viêt-Nam lors de la campagne des frontières en 1950 © Ninh Thuan online
Soldats de l’Armée populaire du Viêt-Nam lors de la campagne des frontières en 1950. A droite le vétéran Tô Đình Cắm © Bao Ninh Thuan online

 

« Maintenant ce sont eux qui nous évitent »

A travers le parcours de Ngo Van Chieu il est possible de comprendre dans quelle mesure le Viêt-Minh est une armée dont l’évolution est permanente, la tactique adaptative et la stratégie pourtant immuable. De 1946 à 1951, le Viêt-Minh va passer, au sens propre, de l’ombre à la lumière. Jusqu’à la mi-1947, Chieu fait un constat en observant les conditions de vie des soldats : « nous ne pourrons jamais tenir contre la France » (p. 93). Il est alors persuadé que seule la guérilla pourra assurer une victoire à long terme, pour autant il ne semble pas très confiant lorsqu’il parle d’une « bande désorganisée » qui remporte quelques escarmouches malgré « un manque de coordination » qu’il relève à plusieurs reprises. Une bonne illustration serait la devise du Viet-Minh de cette époque, rappelée par Chieu : « tuez l’ennemi avec les armes que vous lui prendrez » (p. 62).

A partir de l’automne 1951, Ngo Van Chieu note une claire amélioration du matériel, notamment grâce au soutien chinois, et prend fortement conscience de cette évolution en revoyant une photo d’une troupe Viêt-Minh de 1946. Le discours change fortement et beaucoup de fierté ressort du combattant qui affirme désormais que les troupes sont sur « le chemin de la victoire » à travers une « guerre organisée », sa confiance semble totale. Lors des derniers affrontements qu’il engage, il note avec fierté et étonnement la nouvelle puissance de feu des bataillons, les réserves de munitions importantes, la formation de ses soldats. C’est un nouveau luxe dû au soutien des alliés de la RDVN contre la France et à une meilleure organisation logistique dans lesquels il voit des indicateurs prématurés de la victoire inéluctable des troupes Viêt-Minh sur le CEFEO.

Il ne faut toutefois pas se méprendre sur l’enthousiasme de l’auteur. Certes, comparé à 1946 où le Viêt-Minh craignait l’approche des Français et se battait armé de vieilles baïonettes aux côtés d’anciens officiers japonais désoeuvrés, le rapport de force change considérablement à partir de décembre 1950. Cependant, des précisions éparses apportées par Chieu relativisent l’illusion d’une « reconquête » facile : transport d’artillerie à dos d’homme, parcours de troupes pieds nus, protection contre le napalm par des nattes humides, impuissance face à l’aviation française et autres faiblesses persistantes de l’armée Viêt-Minh semblent quotidiennes.

Cet apprentissage de la « guerre de la jungle » semble avoir marqué l’auteur comme le traducteur, qui l’a probablement vécu dans les mêmes conditions, ce dernier consacrant plusieurs pages au milieu de l’ouvrage à une description précise des structures et fonctionnements de la guérilla Viêt-Minh de cette époque. Malgré des évolutions importantes, des conditions de vie et d’armement, c’est la logique de guérilla qui marquera profondément le Viêt-Minh et une fois engagé totalement dans le conflit il révèlera une fonction sociale considérable et décisive aussi bien stratégiquement, dans le cadre de la guerre révolutionnaire, que pour son intégration dans la société vietnamienne.

 

Interactions sociales

Le Viêt-Minh s’est très tôt organisé au sein de la société du Nord Viêt-Nam. La première mission de Ngo Van Chieu comme membre du PCI fut d’organiser une collecte de fonds pour acheter les armes américaines et chinoises qui l’amenèrent à deposséder des bourgeois par des pratiques malsaines, qui, de son propre aveu, remontent à l’époque de la colonisation. Pourtant, c’est aussi en opposition aux réflexes anti-démocratiques de l’Empire français que se construit le Viêt-Minh. L’anectode du capitaine de caserne l’évoque au début du parcours de Chieu mais une fois ce dernier devenu cadre il relate en détail certains procédés spécifiques au Viêt-Minh. Notamment la prise en compte de toutes les opinions du bataillon dans la prise de décisions tactiques : chaque soldat élabore un plan d’attaque pour l’affrontement à venir tandis que le cadre a pour rôle de « faire participer le combattant à l’action menée par le commandement » (p. 205).  De plus, les soldats votent pour chaque décision à prendre qui affecte leur régiment, illustré dans un passage par un débat suivi d’un vote sur le sort réservé à un traître. La participation active requise favorise l’intégration des membres du corps en même temps qu’elle permet la surveillance minutieuse des Cadres des opinions “déviantes”.

Par ailleurs, la rectification des « déviances » semble avoir été un rôle important des unités Viêt-Minh notamment dans leurs luttes contre l’analphabétisme et leurs actions de sensibilisation à l’hygiène. Hors des combats, les troupes Viêt-Minh organisaient des cours et exercices afin de lutter contre l’analphabétisme des populations rurales. Ngo Van Chieu raconte, sans remords, les nombreuses humiliations infligées aux paysans qui ne parvenaient pas à lire correctement ainsi que les règlements liés à l’hygiène durement imposés par le Viêt-Minh, un apprentissage coercitif dans un cadre militaire qui semblait nécessaire à l’auteur. D’ailleurs Chieu se réfère souvent à la nécessité de « gagner la confiance du peuple », un potentiel slogan pour la guérilla dont la proximité avec la population locale relève de la nécessité tactique, d’où le système de « mamans des combattants » dans lequel des femmes prennent en charge des soldats avec la certitude que d’autres feront de même avec leurs fils. C’est donc un système d’interactions sociales que met en place le Viêt-Minh, dans lequel les femmes ont un rôle important à jouer, notamment dans les « services de guerre », assurant à l’armée de résistance une assise populaire et un contrôle du territoire décisifs dans la « mobilisation » du pays pour les décennies suivantes.

* * *

L’ouvrage de Ngo Van Chieu possède des limites qui sont propres au choix de narration, à savoir le journal de guerre, au regard de critères scientifiques. Toutefois, dans la perspective d’un regard interne sur l’histoire vietnamienne il possède une grande valeur de par son récit idéal-typique d’un jeune combattant emporté par les évènements comme l’ont été beaucoup de ses contemporains au Nord mais également par l’opportunité d’étudier le parcours extra-ordinaire d’un catholique issu d’un milieu relativement aisé devenant Cadre de la guérilla communiste et ses implications en terme de distance critique. A tel point qu’il est difficile d’évaluer l’environnement d’une telle oeuvre, d’autant plus qu’elle n’a jamais connu une influence permettant une étude historique, qui oscille entre engagement relatif et témoignage participatif. Le réalisme des récits de combats et la somme de détails témoignent de l’authenticité d’un récit au service d’un pacifisme frustré.

Ngo Van Chieu ne niera jamais la fierté qui l’habite lorsqu’il voit ses frères d’armes devenir des soldats défendant une patrie retrouvée, pourtant par son évolution personnelle qui l’amène à devenir un commandant aguerri qui « ne ressent plus rien » (p. 196) c’est une condamnation catégorique de la guerre qui se dessine. Un véritable testament « barbussien » sur les horreurs des faits de guerre, la folie du fanatisme et la nostalgie pacifique, lourd de sens pour une nation qui ne cessera de verser le sang et les larmes que 20 ans plus tard.

 

Thomas Riondet, promotion ASIOC 2013-2014

 

Réf. : Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viet-Minh, Paris, Editions du Seuil, 1955. (traduit et adapté par Jacques Despuech).

Thomas Riondet est étudiant à l’ENS de Lyon. Au terme d’un parcours à Sciences Po Lyon passant par l’apprentissage du Japonais, les études asiatiques et un séjour académique d’une année à l’université Kwansei Gakuin (Nishinomiya, Japon), il est désormais en cours de rédaction de son mémoire de recherche portant sur les enjeux géopolitiques de la relation entre le Japon et Taiwan.

[parution] Défendre l’empire. Des conflits oubliés à l’oubli des combattants – Frédéric Garan (dir.)

Garan_Défendrel'Empire[ndlr] Vient de paraître aux éditions Vendémiaire dans la nouvelle collection Empires dirigée par Sophie Dulucq et Jean-François Klein. Présentation de l’éditeur.

La mémoire de l’histoire des anciens combattants « indigènes » s’arrête généralement avec la victoire sur le nazisme à l’image de ceux qui ont combattu jusqu’au bout pour libérer la France. Cette mémoire, très sélective, est entretenue par les pouvoirs politiques qui « oublient » qu’à la suite de la Seconde Guerre mondiale, ces soldats ont été appelés pour défendre l’Empire dans les conflits de décolonisation… Mobilisés par une France affaiblie pour des raisons militaires mais aussi économiques et politiques, ils ont participé à la répression de l’insurrection de Madagascar et sont intervenus massivement pendant la guerre d’Indochine.

Cet ouvrage retrace les parcours collectifs de ces « Sénégalais », Maghrébins, Malgaches et Réunionnais, auxquels répondent des portraits de combattants où se dessinent des destins poignants. Une mise en perspective qui nous amène au plus près de ces soldats, de leur engagement à leur présence sur le terrain, avant de se clore sur les luttes de ces anciens combattants pour la reconnaissance de leur pension – c’est-à-dire de leur participation à la défense de l’Empire.

Sommaire :

  • Introduction, pp. 5-15
  • Armelle Mabon : « Prisonniers de guerre malgaches durant la Seconde Guerre mondiale », pp. 17-31
  • Christophe Giudice : « Hédi Abdelkader, un tunisien de la France libre », pp. 33-39
  • Jean Fremigacci : « Bataillons marocains en campagne à Madagascar », pp. 41-96
  • Frédéric Garan : « Une brève histoire d’amour dans l’empire », pp. 97-101
  • Michel Bodin : « Les ‘Sénégalais’ de la guerre d’Indochine », pp. 103-135
  • Christophe Giudice : « Mohamed Hédi Guertili, de la Phalange africaine aux troupes coloniales », pp. 137-140
  • Pierre-Eric Fageol, « Réunionnais en Indochine », pp. 141-165
  • Michel Bodin : « Tunisiens en Indochine », pp. 167-189
  • Christophe Giudice : « Slimane Ayari ou les regrets d’une jeunesse perdue », pp. 191-193
  • Christophe Giudice : « Des Marocains ralliés au Vietminh », pp. 195-222
  • Frédéric Garan : « Le dernier combat des tirailleurs malgaches », pp. 223-256
  • Conclusion, pp. 257-261
  • Annexes dont Pierre-Eric Fageol : « Les Réunionnais morts en Extrême-Orient », pp. 267-281
  • Notes : pp. 283-312
  • Les auteurs : pp. 314-315

Frédéric Garan est maître de conférences à l’université de La Réunion, chercheur au CRESOI et directeur de publication de la revue Tsingy.

Source : Editions Vendémiaire

Dien Bien Phu vu d’en face – CR de lecture par Camille Belléguic

Cet ouvrage est un recueil de témoignages réalisé par une équipe de sept journalistes vietnamiens indépendants de décembre 2007 à février 2009 auprès de vétérans de la bataille de Ðiện Biên Phủ. Il est le fruit de 250 entretiens, dont un auprès du général Võ Nguyên Giáp ; 161 ont été retenus pour la version vietnamienne et 88 pour la version française. Ils sont classés par ordre chronologique au fil du déroulement du conflit.

L’objectif affiché du livre est de rompre avec les fausses représentations autour du conflit, qu’elles soient françaises ou vietnamiennes. D’une part, du point de vue français, il vise à combattre l’oubli par la société française de cette histoire coloniale et l’indifférence dans laquelle fut accueillie la nouvelle de la défaite de Ðiện Biên Phủ. D’autre part, du point de vue vietnamien, il entend offrir un autre point de vue que celui de l’histoire officielle et héroïsante des soldats pour réévaluer, grâce à la mémoire de ceux-là, la part de simplicité et d’humanité derrière chacun d’eux. Ðào Thanh Huyn écrit à ce propos : « Il existe dans mon pays plusieurs ouvrages sur Ðiện Biên Phủ […] mais souvent ils parlent d’une population, d’une masse, d’une communauté. […] Dans notre livre, les témoins sont de toutes fonctions et de tous grades. Ils parlent à la première personne du singulier. Ils ne racontent pas un héroïsme sublime et surhumain »[1]. Cette volonté affichée de réaliser une micro-histoire a pour but de rendre compte de la réalité du terrain vécue par des individus confrontés à la guerre afin, sans doute, de critiquer l’histoire vue d’en haut. Jean-Pierre Rioux justifie cette entreprise de la manière suivante dans la préface : « la vérité quelle qu’elle soit, comme on disait jadis au fond des campagnes françaises et vietnamiennes, ‘‘n’a qu’un chemin’’. Et surtout pas celui, trop balisé, de l’histoire officielle, avec ses mensonges déconcertants »[2].

La structure de l’ouvrage reprend celle du conflit autour de Ðiện Biên Phủ : d’abord, la parole est rendue aux non-soldats participant au conflit, notamment les dân công(civils en service au front dits « travailleurs civiques »), puis la préparation de la campagne est abordée, enfin ce sont les expériences de la bataille en elle-même dont il est question.

« Tout un peuple s’en va au front »

Le premier élément à noter à la lecture des occupations des témoins est leur grande diversité. L’organisation du combat dépassait largement les bộ đội (soldat) et cán bộ (cadre), et tout un ensemble de professions étaient requises. Tout d’abord, les dân công aidaient à transporter et à acheminer armes, vivres, vêtements et matériel divers pour le front, dans des quantités qui devaient être suffisantes pour tenir longtemps. Ils marchaient jusqu’à 30 kilomètres par nuit en portant 40 kilogrammes d’équipement et de vivres. Au sujet de l’équipement individuel minimum nécessaire pour les soldats, on apprend en outre ce à quoi pouvait ressembler les conditions de vie de chacun : « Sans compter les armes et les munitions, les vêtements, la moustiquaire et une couverture, chaque soldat doit aussi emporter un boyau de riz pesant au moins 12 kg, et une pelle ou une pioche à manche courte pour creuser des abris. De plus, chacun se munit d’un tube de bambou contenant l’eau potable. Moi qui suis un musicien en herbe, je transporte aussi une mandoline »[3].

Cela évoque une autre activité à laquelle on s’attend moins, celle d’artiste. Des danseurs et musiciens accompagnaient le mouvement des troupes, jouaient pour les blessés ou les soldats qui allaient partir à l’assaut, vivant dans la même peur de se faire repérer par les avions. Bien qu’appréciés par les bo doi, ils ne jouirent pas du même statut qu’eux. Un artiste l’explique : « On tombe amoureux mais on ne peut l’exprimer. Dans mon groupe, il y a une jeune fille qui m’aime bien. […] La cellule du Parti me rappelle à l’ordre tout de suite. […] Les combattants se sacrifiaient plus que nous les artistes, c’est pourquoi j’admettais tout de suite la critique »[4]. Outre le divertissement, l’information avait un rôle primordial, et des journalistes étaient présents dans les tranchées. Suivant les directives éditoriales des commissaires politiques, ils fabriquaient leur journal de manière artisanale et montèrent un système de facteurs de sorte que chaque compagnie en eût au moins un exemplaire. Enfin, à l’instar des journalistes, le personnel médical au front connaissait les mêmes pénuries de matériel et devait se débrouiller pour réaliser son travail, par exemple : « Pour arrêter les hémorragies des membres supérieurs, nous plaçons des morceaux de calebasse ou de noix de coco autour des coudes et nous servons de pansements pour faire une ligature »[5].

« Histoires de soldats »

La campagne de Ðiện Biên Phủ commença le 20 novembre 1953 avec le parachutage de soldats français dans la cuvette. Le général Giáp écrit dans ses mémoires : « Le parachutage ennemi à Ðiện Biên Phủ faisait partie de nos prévisions, même si nous ignorions la date et le lieu exacts »[6]. Les témoignages tendent pourtant à remettre en question cette lucidité et montrent davantage une surprise de la part du Việt Minh : « Tant le service des renseignements que le Comité militaire central sont surpris du parachutage français à Ðiện Biên Phủ »[7].

La préparation de la campagne fut l’occasion de découvrir le potentiel militaire de l’Armée populaire par ses propres soldats : certains voyaient des canons et de la DCA pour la première fois, d’autres vomissaient dans les camions car ils n’avaient jamais monté dedans auparavant… Le terrain difficile et la peur d’être attaqué rendaient l’acheminement des pièces d’artillerie plus difficile, mais la marche sur les routes représentait déjà une étape de la socialisation militaire : « Tout au long de la route règne une ambiance de fête »[8]. Ce terrain était également habité par des populations sans lien avec les troupes et c’était une partie du travail des commissaires politiques que de les acquérir à la cause du Việt Minh, à des fins aussi stratégiques qu’idéologiques : « Le Conseil provincial des ravitaillements […] décide de mobiliser les populations ethniques à soutenir l’armée […]. Les habitants du Nord-Ouest fourniront plus de 10 000 tonnes de paddy gluant et des centaines de tonnes d’autres aliments »[9].

Cette section accorde une place importante à la décision du général Giáp de changer de stratégie dans la bataille. Contre l’influence de conseillers chinois tels que Wei Guoqing, défendant l’idée « attaque éclair, victoire rapide », il décida le 26 janvier 1954 de repousser l’attaque sous le mot d’ordre « attaque sûre, progression sûre », car « si l’ennemi accepte de combattre à Ðiện Biên Phủ, c’est qu’il a choisi ce terrain »[10]. Bien que l’on puisse supposer que cette version des faits fût reconstruite a posteriori, elle semble confirmée par les témoignages des cadres présents lorsque la décision fut prise.

« Les 56 jours et nuits de la bataille »

Cette troisième partie relate principalement les expériences de combat des soldats. Chaque situation étant unique, il est difficile d’en faire une présentation générale ; néanmoins, quelques remarques générales peuvent être faites. Tout d’abord, d’un point de vue formel, la bataille consista à prendre dans un premier temps les trois collines occupées par les Français au nord de la cuvette. Ce fut une victoire amère, car si en moins d’une semaine cette offensive fut terminée, elle se paya au prix de violents combats : « Deux autres unités qui ont participé à l’attaque contre Him Lam sont décorées de la médaille du Mérite militaire de troisième classe tandis que la nôtre ne reçoit rien. […] La moitié de notre bataillon est morte ou blessée, nous sommes tous très tristes »[11]. Ce témoignage rend compte de l’état d’esprit des soldats prêts à partir à l’assaut, résumé dans le mot d’ordre suivant : herbe verte (mort) ou poitrine rouge (couvert de décorations)[12]. Une deuxième phase de l’offensive consista à empiéter de plus en plus grâce à une série de tranchées et de tunnels sur le territoire contrôlé par les Français, au point de couper la piste de l’aéroport. Enfin, la troisième offensive au début du mois de mai conclut la bataille grâce à l’arrivée de lance-roquettes et à l’acheminement d’une tonne de dynamite sous la colline Éliane 2, bastion longuement défendu par les Français. Le 7 mai l’état-major français fut capturé et le 8 mai s’ouvrit la conférence de Genève.

Ces témoignages rompent avec l’idée de l’héroïsme véhiculée par l’historiographie officielle vietnamienne. Même si les soldats considéraient comme héroïques leurs camarades « sacrifiés », ils n’en éprouvaient pas moins une certaine amertume relative à la violence de la guerre. En effet, dans la bataille, l’individu est nié et oublié à partir du moment où il meurt : « De jeunes volontaires demandant à être incorporés et des adolescents de 16 ans à peine ne savent pas encore comment tirer au fusil […]. Ces jeunes-là entrent dans la guerre et personne n’a le temps de connaître leur identité ou de prendre note de leurs faits d’armes »[13]. Cette question de l’oubli des morts semble hanter les combattants qui vivent au milieu des cadavres : « Je vis entre les morts. Plusieurs ont dû attendre quelques jours pour être ramenés en arrière, leur corps n’est plus intact. Beaucoup ne sont pas identifiés, car on n’a même pas eu le temps d’enregistrer le nom, l’âge ou le pays natal des nouvelles recrues. Il y en a qui restent à jamais sur cette colline, nous n’avons pas réussi à récupérer leur corps »[14]. Dans les tranchées, un respect se noue vis-à-vis des morts et de leurs corps : « nous avons vraiment marché sur le corps de nos ennemis mais aucun être humain n’est fier d’enjamber le corps inanimé d’un autre. […] On hésite à se déplacer entre les tranchées car la glaise colle aux semelles des chaussures et, dans cette boue, il y a du sang et de la chair de nos camarades de nos adversaires »[15].

Ce témoignage renvoie à une relation complexe à l’adversaire. L’ennemi est l’ennemi, mais au-delà de cette considération militaire, une forme de respect ambigu se nouait à l’égard des soldats français très semblables aux bộ đội : « On sait que ces gens, quand ils sont vivants, veulent nous tuer comme nous voulons les abattre. Mais mourants, mercenaires ou colonialistes, ils sont comme nous, des jeunes hommes qui n’ont pas encore de femme et qui invoquent leur maman avant de s’éteindre »[16]. Ce respect se maintint après la victoire, car après avoir frappé un prisonnier de guerre français qui ne comprenait pas le vietnamien, un bộ đội se fit réprimander : « Thi est sévèrement critiqué devant nous tous. Nous en tirons une leçon sur la politique du Parti et de l’État envers les prisonniers »[17].

Ainsi, cet ouvrage a un double intérêt : d’une part, à l’instar de tout recueil de témoignage de vétérans, il permet de se représenter la réalité du terrain de la guerre, et d’autre part, il se détache complètement de la mythologie de l’historiographie officielle de l’État vietnamien.

Camille Belléguic, promotion Asioc 2012-2013.

 


[1] Nguyên Xuân Mai, p. 83

[2] Lê Doan Khôi, p. 43

[3] Dào Thanh Huyên, p. 15

[4] Jean-Pierre Rioux, p. 9

[5] Lê Thê Trung, p. 48

[6] Võ Nguyên Giáp, p. 57

[7] Lê Trong Nghia, p. 67

[8] Pham Van Nhâm, p. 82

[9] Trân Thinh Tân, p. 93

[10] Võ Nguyên Giáp, p. 107

[11] Minh Cao, p. 150

[12] Dinh Van Dinh, p. 152

[13] Phan Thanh Tùng, p. 179

[14] Nguyên Nhu Thiên, p. 180

[15] Dô Ca Son, pp. 204-205

[16] Ibid.

[17] Trân Huu Duc, p. 239

Réf. :  Dào Thanh Huyên, Dang Dúc Tuê, Nguyên Xuân Mai, … [et al.], Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010, 271 p.

Notice Sudoc

 

Éléments de bibliographie

  • BROCHEUX Pierre et al., Du conflit d’Indochine aux conflits indochinois, Bruxelles, Éditions Complexe, 2000.
  • DALLOZ Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006.
  • SCHŒNDŒRFFER Pierre, La 317e section, France, 1965, 124 min.
  • TERTRAIS Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990, De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, 2004.

Camille Belléguic est étudiant en Master 2 à l’ENS de Lyon. Il a soutenu en 2012 un mémoire d’histoire contemporaine sur « La démocratisation de la Corée du Sud (1987-1988) » à l’IEP de Rennes. Ses recherches actuelles portent sur la normalisation des relations diplomatiques nippo-coréennes (1961-1965).

Giới thiệu « Hồi Ký Trả Ta Sông Núi » của Ðại tá Phạm Văn Liễu

Phạm Ðiền Như vào tối Thứ Bảy hằng tuần, tạp chí Văn Học Nghệ Thuật do Phạm Điền phụ trách lại đến với quý vị nghe đài. Trả Ta Sông Núi là tựa đề cuốn Hồi Ký của đại tá Phạm Văn Liễu, do nhà xuất bản Văn Hóa ở Houston, Texas ấn hành. Cuốn I và II đã được phổ biến, cuốn III trên đường đến nhà in. Tuần này tạp chí giới thiệu cuốn hồi ký Trả Ta Sông Núi của cựu đại tá Phạm Văn Liễu…

Trong tình trạng sách vở viết về Việt Nam còn thiếu thốn hiện nay, thêm một cuốn sách được một người trong cuộc, từng nằm trong cơn lốc và chứng nhân của các biến động lịch sử kéo dài từ năm 1945 cho đến 1975, tự nó có một giá trị đóng góp lớn cho việc tìm hiểu các sự kiện lịch sử quan trong trong giai đọan lịch sử này.

Tác giả viết hồi ký về cuộc đời mình nên không tránh khỏi những phê phán chủ quan. Độc giả, từ nhiều hướng nhìn khác nhau, có thể đồng ý hay không đồng ý đối với các phê phán lịch sử đó của tác giả. Tuy nhiên , các sự việc tác giả nêu ra với tư cách một người trong cuộc, tự nó cống hiến các sự kiện giá trị, giúp người đọc thấy được bối cảnh chính trị của nhiều thập niên qua, khi dân Việt bước vào giai đọan chiến đấu chống thực dân Pháp và sau đó là chủ nghĩa cộng sản.

Việc để lại cho thế hệ trẻ kinh nghiệm Việt Nam là chủ trương chính của tác giả Phạm Văn Liễu khi viết hồi ký chọn tựa đề cho các tập hồi ký này là “Trả Ta Sông Núi”. Ông Phạm Văn Liễu không xem viết hồi ký là một trò chơi văn chương. Ông muốn qua cuốn hồi ký, kể lại được các trạng huống, các cơn lốc lịch sử và trách nhiệm của thế hệ thanh niên lên đường thập niên 40, tham gia chính trị hay ở trong quân đội. Ông đề cập đến các nguyện ước, hòai bão từ thuở thiếu thời cho đến nay.

Tác giả Pham Văn Liễu thuộc thế hệ thanh niên sống lý tưởng và tham dự trực tiếp vào các cuộc chiến đấu ngay từ giữa thập niên 1940 , can dự trong nhiều vai trò khác nhau. Sau ngày miền Nam sụp đổ, sống lưu vong tại Hoa Kỳ, ông Phạm Văn Liễu tiếp tục theo đuổi cuộc đấu tranh cho nhân quyền và dân chủ ở Việt Nam. Do sức khỏe bị suy yếu, sau thời gian bị kích tim , việc viết hồi ký là phương tiện để đại tá Phạm Văn Liễu kéo dài cuộc tranh đấu.

Trang bìa sau tập Hồi Ký Trả Ta Sông Núi, tác giả không đề cập đến sự thành công, mức độ thành đạt trên đường sự nghiệp mà chỉ cho hay, ông “ nghiền ngẫm viết lại những lỗi lầm đời mình dài theo dòng lịch sử quốc dân làm món quà cho người bạn trẻ”. Một đọan khác, ông viết nguyên văn “ biết đâu những kinh nghiệm máu và nước mắt đời tôi chẳng giúp cho vài ba bạn trẻ nào đó hằng tâm với đất nước, tránh được những vết xe đổ của người đi trước. Ông Phạm Văn Liễu cho biết đó là tâm nguyện duy nhất của người viết.

Tác giả Phạm Văn Liễu, 75 tuổi, sinh quán làng Thọ Vực, phủ Xuân Trường, tỉnh Nam Định. Phần lớn thanh niên thế hệ ông sống có lý tường, yêu nước và tham gia các họat động đấu tranh giành độc lập từ sớm. Năm 1945, ông đã vào trường Quân Chính Vĩnh Yên ở Việt Trì, sau đó trường Lục Quân Trần Quốc Tuấn ở Yên Bái. Sau khi trốn sang Tàu một thời gian vì bị ruồng nã, ông trở về nước và chọn binh nghiệp. Ông tốt nghiệp Võ Bị Liên Quân Đà Lạt khóa 5 vào năm 1952, sau đó là trường Hải Quân Nha Trang.

Ông Phạm Văn Liễu từng sang Mỹ tham dự các khóa tu nghiệp quân sự ở Fort Benning , tiểu bang Georgia, Hoa Kỳ trong hai năm 1956-1957.

Cuộc đời của ông là một chuỗi thăng trầm. Danh sách các chức vụ ông được giao phó trong quân đội cũng như chính quyền dân sự khá dài, chúng tôi chỉ nêu một vài trách nhiệm được nhiều người biết hơn cả trong đó có Sáng lập và Chỉ Huy Trưởng Thủy Quân Lục Chiến Việt Nam 1955, Tham Mưu Trưởng trường Võ Bị Quốc Gia Đà Lạt năm 1957, Chỉ Huy Trưởng Trung Tâm Huấn Luyện Quang Trung Năm 1964. Thứ trưởng Bộ Thanh Niên Nội Các Phan Huy Quát 1965, Tổng Giám Đốc Cảnh Sát Quốc Gia năm 1965-66. Về họat động xã hội và chính trị, năm 1945, tác giả tham gia đòan Thanh Niên Khất Thực để cứu đói 1945; Đại Việt Quốc Dân Đảng 1945. Từng lưu vong qua Trung Hoa 1946 đến 49, lưu vong qua Kampuchia từ 1960 đến 1965 vì liên hệ đến vụ đảo chánh bất thành và từ sau tháng Tư năm 1975, sống lưu vong tại Mỹ.

Trong cuộc đời họat động kéo dài từ giữa thập niên 1940 đến nay, ông Phạm Văn Liễu trực tiếp hay gián tiếp đã có mặt trong các biến động và có cơ hội tiếp xúc, liên hệ đến các nhân vật thời cuộc. Ngay chính ông cũng là một nhân vật có nhiều huyền thọai, như tham dự cuộc đảo chính hụt Tổng Thống Ngô Đình Diệm 1960, và chính biến nhằm lật đổ tướng Nguyễn Khánh.

* * *

Phạm Ðiền Như vào tối Thứ Bảy hằng tuần, tạp chí Văn Học Nghệ Thuật lại đến với quý thính giả. Tuần này tạp chí tiếp tục đề cập đến hồi ký Trả Ta Sông Núi qua cuộc nói chuyện với tác giả Phạm Văn Liễu. Đây cũng là kỳ chót về đề tài này…

Đại tá Phạm Văn Liễu tham dự cuộc đảo chánh lật đổ chế độ Ngô Đình Diệm 11 tháng 11 năm 1960. Khi nỗ lực này thất bại ông cùng với Đại tá Nguyễn Chánh Thi và một số nhân vật khác chạy sang sống lưu vong ở Cambodia. Mãi cho đến năm 1963, khi cuộc đảo chính lật đổ ông Diệm thành công, Hội Đồng Tướng Lãnh đã cho nhóm lưu vong ở Cambodia về nước.

Tiếp sau năm 1963 , miền nam Việt Nam bị xáo trôn mạnh vì những cuộc lên đường, xuống đường của sinh viên, giáo phái, của xung đột chính trị nội bộ. Các cuộc chỉnh lý, chính biến, triệt hạ quyền lực giữa các tướng lãnh đã xảy ra. Sự lên xuống hay thay bậc đổi ngôi của các nhân sự lãnh đạo đã khiến miền nam liên tục bị bất ổn. Ngòai xáo trộn nội bộ, đây cũng là giai đọan cộng sản Miền Bắc khai thác các kẽ hở, và sự suy yếu của miền Nam để gia tăng các họat động của họ. Tập II của Hồi Ký Trả Ta Sông Núi đưa ra rất nhiều chi tiết phong phú mô tả giai đọan tao lọan này.

Cuốn hồi ký Trả Ta Sông Núi cống hiến nhiều dữ kiện lịch sử rất đáng chú ý. Vì thời lượng, tạp chí chỉ nêu một điểm đại cương tác giả đã tâm sự. Mời quý thính giả theo dõi…

© 2004 Radio Free Asia, 2003-04-03 : phần I ; phần II

The Face of the Enemy, a documentary project

Over five million Vietnamese and 58 000 Americans died in what one side calls the American War and the other side calls the Vietnam War. Whilst countless stories have been told from the American point of view, very little has been heard from the Vietnamese side.

The Face of the Enemy is a documentary project that tells the story of the Vietnamese who fought in the American war, in their own words. In the film and installation veterans and their families have the chance, often for the first time, to recall the experiences that transformed and changed their lives. The project is built from over 150 hours of filmed interviews. The addition of rare archive footage and personal photos of the veterans themselves aids the attempt to chart a new perspective on one of the most decisive conflicts in modern history.

The project focuses more on personal stories than on the chronological events of the war. What did the Vietnamese feel when they joined the army? When they first arrived at the front? How did they see their comrades? The enemy? Their families back at home? How did the families at home think of the men and the woman at the front?

Trailer

The Film

Directed photographed and produced by Erik Pauser / Producer Dylan Williams / Editor Clas Lindberg / Music JeanLouis Huhta  / Sound Ania Pauser, Nguyen Dinh Thien Y, Alan Hayslip / Additional photography Lars Siltberg / Location manager Nguyen Dinh Thien Y / Sound design Ove Valeskog Studio Snickeboa / Colorgrading and online Lars Siltberg, Henrik Lago / Postproduction facilities/ Presentationsdesign Cinepost studios / Translation Tue Nguyen Dinh, Thien Y, Thao Jörgenssen, Tran Thi Ha, Vu Tuan Anh, Nguyen Than Huong, Huonh Thi Than Nguyen, Pham Cong Phoung.

Produced by Brandklipparen Amp film  / A coproduction with SVT – Axel Arnö / With support from The Swedish Film Institute – Hjalmar Palmgren / The Swedish Arts Grants Committee / YLE – Iikka Vekhalati / DR – Mette Hoffman / Längmanska Kulturfonden / Helge Ax:son Johnsons stiftelse

Archive: SVT / Doan Thi Cong / The National Archives and Records Administration (NARA) / Vietnam Film institute / Larry Nibble Archives / Caprice record.

Web Project

Producer Erik Pauser / Design Mats Renvall / Programming Nils Ola Nilsson / Site curators Erik Pauser, Sophie Holgersson, Ana Valdés / The webproject is supported by Framtidens kultur / Production company Brandklipparen.

Source : The Face of the Enemy, a Documentary Project

See also Story tellers gallery with:

Christian Langworthy
Cu Chi commander – Tran Van Thuan
Doctor Pham Duong and his wife Truong Thi Ngoc Lan and their son Lam
Female Guerilla Fighters – Mrs. Tran Thi Nho, Mrs. Dang Thi Huong, Mrs. Le Thi Suong
Mrs Vo Thi Tram
Le Ly Hayslip
Mr. Do Duc Diu. Former soldier in the regular North Vietnamese army
Mr Diu: Hang – The daughter of Mr. Diu
Mr Diu: Mrs. Pham Niec
Mr. Nguyen van Ma and his wife Do Thi Bich Canh
Doan Thi Cong
Bao Ninh
To Tien Hoa
Hoang Van Tinh
Nguyen Than
Mr. Tran Thi Vong and his wife
Hoang Dinh Phuong

Le Ly Hayslip : Entre Ciel et Terre – par Hélène Lê

S’il est un seul bouquin à recommander aux générations qui par chance ne vécurent pas la Guerre du Vietnam, il s’agit bien d’Entre le Ciel et la Terre (When Heaven and Earth change places : A Vietnamese Woman’s Journey from War to Peace).

Le Ly Hayslip, à l’aide de Jay Wurts, y conte son parcours de simple paysanne vietnamienne, tour à tour enfant, soldate, amante. Edité en 1998, le texte n’a pas perdu de sa force et s’ancre plus que jamais dans l’actualité. Le destin de cette grande dame qui inspira Oliver Stone, pour un troisième film consacré à la guerre du Vietnam (Entre Ciel et Terre, 1993), fascine par la compassion qui s’en dégage.

Parce qu’il est un témoignage de femme – un des seuls qu’il soit possible de trouver en librairie -, cet ouvrage autobiographique est dénué d’une violence cliché que l’on associe à la Guerre du Vietnam, nombre de films cultes aidant. Le Ly Hayslip ouvre les portes d’un dialogue en vu d’une compréhension, dont le manque engendra la haine sous ses yeux d’enfant, d’adolescente puis de femme. Pour la première fois, une Vietnamienne tente de saisir à l’aide des enseignements bouddhistes reçus de son père, le mécanisme complexe de la violence, omniprésent dans son existence. Dire qu’elle y parvient lui volerait de son crédit et pourtant… Au fil des pages, pardonner et aimer ses propres bourreaux devient possible, à l’instar de ce qu’elle fit.

S’il n’y avait pas eu son désir de paix, qui aurait braqué les projecteurs sur de simples paysans, acteurs obligés de cette guerre ? Du côté américain, les hommages aux soldats vétérans ne font pas défaut. A tel point qu’il n’est plus un seul Américain qui ne sache les séquelles psychologiques liées aux multiples massacres perpétrés au Vietnam.
En revanche, on néglige par manque de matière les dommages collatéraux qu’elle causa chez toute une génération de paysans vietnamiens enrôlés dans un idéal de patriotisme instrumentalisé. Le Ly Hayslip rétablit cet oubli à travers une réflexion sur le concept de bonheur chez les Vietnamiens, intelligemment confronté à celui de ses compatriotes d’adoption américains.

A l’adresse des Vietnamiens qui ont fui le pays suite à la guerre, Le Ly Hayslip offre un hommage symbolique à ceux qui comme elle, demeurent entre ciel et terre. Mais bien au delà d’une simple leçon d’amour, il s’agit d’un puissant message universel de tolérance et de paix. La seule arme qui vaille véritablement la peine d’être dégainée.

Hélène Le

A lire !
Hayslip Le Ly, When Heaven and Earth change places : A Vietnamese Woman’s journey from War to Peace, 1989.

Hayslip Le Ly, Child of War, Woman of Peace, 1993.

Réf. : Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris : Editions du Seuil, 1993.

Source : Buddha Channel TV

* * *

« En 1986, citoyenne des Etats-Unis après avoir vécu seize ans en Amérique, je suis retourné au Vietnam. Je voulais savoir ce qu’étaient devenus ma famille, mon village, mon peuple et l’homme que j’avais aimé et qui m’avait donné mon premier fils. Je suis partie avec beaucoup de souvenirs et de nombreuses questions. Ce livre est l’histoire de ce dont je me souviens et de ce que j’ai découvert. »

Phung Thi Le Ly Hayslip

San Diego, Californie, 1989

« Ðiện Biên Phủ vu d’en face », paroles de vétérans vietnamiens – par Carole Vann

par Carole Vann | Infosud/Tribune des droits humains ///

Pour la première fois au Vietnam, de jeunes journalistes revisitent l’histoire de leur pays en publiant les souvenirs des vétérans de Dien Bien Phu, où a eu lieu le 7 mai 1954 la victoire décisive des Vietminh contre le colonisateur français. Au fil des récits, les mythes propagandistes se déconstruisent.

Après une guerre, l’histoire s’écrit généralement dans la perspective du vainqueur. Il en résulte une « vérité » tronquée où la voix des vaincus est occultée. Curieusement, au Vietnam, lors de la guerre contre l’occupant français, les vainqueurs sont longtemps restés silencieux.

La victoire décisive des Vietminh le 7 mai 1954 à Dien Bien Phu est pourtant la seule bataille « rangée et perdue par une armée européenne pendant toute l’histoire des décolonisations », selon l’historien Jean-Pierre Rioux, spécialiste de ces questions.

Côté français, 16 000 hommes solidement équipés avaient été parachutés dans la région. Côté vietnamien, 55 000 « bôdoi » (combattants vietminh) bien moins armés, et surtout 260 000 civils, pieds nus pour la plupart.

Sans oublier l’utilisation déterminante de 21 000 bicyclettes pour l’acheminement des armes et des vivres.

Or, si les témoignages français sont nombreux sur la défaite, les quelques récits vietnamiens existants ont été soigneusement moulés dans le discours propagandiste. La version officielle des faits, destinée à nourrir la solidarité et la fierté patriotiques, a fait l’impasse sur les individus et leurs histoires personnelles.

Donner la parole aux témoins

Face à ces « trous de mémoire » dans l’histoire de leur pays, six journalistes vietnamiens, dont un ancien vétéran de Dien Bien Phu, se sont lancés, 55 ans après l’événement, dans une enquête auprès des derniers témoins de cette page historique.

Entre 2007 et 2009, ils ont parcouru le pays à la recherche de ces autres petites vérités sur une mythique bataille qui ouvrait la voie à la décolonisation dans les pays du tiers monde.

Ils ont ainsi recueilli les témoignages de 250 vétérans du nord au sud du Vietnam -parmi eux le célèbre général Giap, qui a mené les Vietminh- pour en faire un recueil inédit et poignant d’humanité.

Publié l’année passée au Vietnam, « Dien Bien Phu vu d’en face », préfacé par Jean-Pierre Rioux, paraît aujourd’hui en français.

Transporteurs de riz ou de munitions, artistes envoyés au front pour remonter le moral des troupes, journalistes, médecins, infirmiers, femmes et hommes, se livrent au côté des « bôdoi », ces « hommes verts » au casque rond tant redoutés par les soldats français.

Mais pour la première fois de leur vie, ils racontent non pas « les actes héroïques guidés par le Parti et qui ont mené à la victoire du peuple », des faits lus et relus dans les manuels scolaires et les journaux nationaux.

Cette fois-ci, ce sont les récits sur leurs peurs, leurs amours, leurs rêves, toutes ces pensées intimes qui leur passaient par la tête quand les armes et les explosions se déchaînaient, dans cette terrible cuvette de Dien Bien Phu.

Pour anéantir le camp retranché de l’Union française en Indochine, l’Armée populaire du Vietnam a mené trois phases d’offensives.

Les combattants de l’ombre

Au fil des pages, le mythe de « La Victoire finale des héros au patriotisme infaillible » s’efface derrière une mosaïque d’évocations simples de ces combattants de l’ombre. Ainsi, cette jeune danseuse qui s’est enrôlée pour pouvoir échapper au contrôle familial et parcourir le pays.

Ou ce citadin, un « petit bourgeois » pour ses compagnons d’armes paysans. Ces derniers, irrités par sa maladresse, acceptaient de faire les tâches manuelles à sa place. En échange, le « petit bourgeois » leur racontait « Les Misérables » de Victor Hugo.

Il y avait aussi, dans une tranchée alors que les armes pétaradaient, cette toute jeune infirmière pétrifiée de honte, parce qu’un soldat blessé lui demandait de l’aider à uriner.

C’est le hasard d’une rencontre qui a ouvert les yeux des auteurs, eux-mêmes enfants chéris du régime de Hanoï. Dang Duc Tuê raconte :

« Jusqu’en 2004, nous ne savions pas grand chose de Dien Bien Phu, tout était très abstrait. Pire, on ne se posait même pas de questions par rapport aux récits héroïques dont nous étions bercés ».

Ce journaliste talentueux, en partie formé en France, était invité le mois dernier au Congrès du journalisme d’investigation à Genève pour raconter l’aventure qu’a constitué cette enquête dans un pays encore très verrouillé politiquement.

Son émérite consœur, Dao Thanh Huyen, qui a suivi le même cursus, renchérit :

« Nous avions hérité passivement de cette mémoire collective, écrite dans les manuels et répétée dans les médias : les Français et les Américains étaient les méchants envahisseurs, et nous, nous avions gagné toutes les guerres. Mais du pourquoi et du comment, nous n’en savions rien. »

« Le déclic qui a bouleversé notre regard »

En 2004, les deux journalistes dispensent une formation dans la région de Dien Bien Phu. Parmi leurs stagiaires, Oncle Mai (Bac Mai), à l’époque tout jeune agent de liaison, leur confie « ses » souvenirs de la bataille. Huyen confie :

« Il a été le déclic qui a bouleversé notre regard. A travers ses récits, des hommes et des femmes liés à cette guerre se sont mis à exister. »

Guidés par Bac Mai, devenu entre-temps l’un des co-auteurs du recueil, les deux journalistes vont de surprise en surprise. Quel n’est pas leur étonnement lorsqu’un historien militaire, invité comme expert à la formation, brise l’un des mythes fondateurs de la victoire de Dien Bien Phu :

« Savez-vous qu’il n’y a jamais eu de drapeau vietminh planté le 7 mai 1954 sur le bunker du général de Castries [il menait les troupes françaises au moment de la défaite, ndlr] ? »

Ils apprennent alors que cette image avait été montée après la guerre pour le documentaire du réalisateur soviétique Roman Karmen. Les photos prises lors du tournage ont été diffusées ensuite dans le monde entier. Se substituant à la réalité, cette scène est devenue LE symbole incontesté de la victoire vietminh, et des pays opprimés, contre le colonisateur.

« Le pays avait d’autant plus besoin de ces versions officielles que les guerres se sont enchaînées au Vietnam. Celle contre les Américains, puis contre les Chinois au nord et les Khmers rouges au sud. Il fallait donc entretenir le patriotisme.

Du coup, lorsque la paix est arrivée dans les années 1980, cette “ vérité ” biaisée était déjà bien ancrée, même chez les vétérans. »

Aujourd’hui, alors que la bataille de Dien Bien Phu a plus d’un demi-siècle, le Vietnam osera-t-il enfin se délester de sa grande histoire au profit des petites histoires de son peuple ? C’est en tout cas ce qu’espèrent les auteurs du recueil.

Tuê raconte :

« La démarche n’a pas été sans encombres. Nous avons essuyé pas mal de refus des vétérans. Certains sans explications, d’autres ont proclamé ne pas vouloir revisiter la version officielle des faits.

D’autres encore ne voulaient pas être “floués une fois de plus par des journalistes incapables d’entendre un autre son de cloche que celui du Parti”. »

Selon Tuê, si la version vietnamienne a pu être publiée, c’est grâce à un concours de circonstances favorables : festivités autour des 55 ans de Dien Bien Phu, préface d’un prestigieux historien du pays, et soutien au sein des Editions politiques nationales, l’éditeur officiel du Parti.

Comment les autorités fabriquent les héros

Pour Jean-Pierre Rioux, un tel livre contribue à sortir la bataille de Dien Bien Phu de l’histoire officielle du Vietnam. Et Mari Carmen Gonzalez, historienne spécialiste de la mémoire liée au franquisme, de constater :

« On peut y décrypter comment les autorités sélectionnent et fabriquent les héros alors qu’eux-mêmes ne se perçoivent pas comme tels. »

Comme lorsque ce soldat raconte :

« J’étais parmi les plus pauvres, et des gens de ma famille avaient été tués par des Français en 1949. C’est peut-être pour ces deux raisons que j’ai eu le titre de “ héros ”, alors que nous étions nombreux à œuvrer dans le tunnel… »

Un autre militaire :

« Je parle français. J’entends parfois des soldats adverses crier avant de mourir. Des frères d’armes illettrés me demandent : “Que dit-il ?” “Il appelle sa maman…”

Mourants, mercenaires ou colonialistes, ils sont comme nous, des jeunes hommes qui n’ont pas encore de femme et qui invoquent leur maman avant de s’éteindre. »

Pour Mari Carmen Rodriguez, une telle humanisation face à la souffrance de l’autre ne peut rimer avec un discours propagandiste.

Les auteurs insistent toutefois sur la nature journalistique et non historiographique de leur démarche. « Pour nous, il s’agissait avant tout de sauver ces souvenirs avant que les témoins ne disparaissent », précise Huyen.

Jean-Pierre Rioux confirme :

« Ces témoignages constituent un matériau fabuleux sur lequel travailler. C’est le début de la parole libérée. Mais pour que ce travail puisse être traité de manière historique, il faut pouvoir accéder aux archives, ce qui n’est pour l’instant pas possible du côté vietnamien.

Or tant que l’histoire officielle prédomine, cela restera difficile. Ce problème n’est d’ailleurs pas spécifique à la guerre d’Indochine, il existe aussi en Algérie. »

Quoiqu’il en soit, la roue tourne aussi au Vietnam. Depuis que le recueil est paru dans le pays de Ho Chi Minh, nombre de journalistes sur place ont poursuivi l’enquête pour le compte de leur média.Tuë se réjouit :

« Ils s’intéressent maintenant plus aux individus qui ont fait l’histoire, au lieu de se contenter des quelques héros mis en avant par les autorités. C’est très encourageant. »

Source : Rue89

Journal d’un combattant Viêt Minh

[ndlr] La parution en 2011 du carnet de guerre à Dien Bien Phu de Pham Thanh Tâm et du recueil de témoignages Dien Bien Phu vu d’en face (2010) nous donne l’occasion de redécouvrir le Journal d’un combattant Viêt Minh de Ngo Van Chieu, paru en 1955, « traduit et adapté » par Jacques Despuech.

Ngo Van Chieu, officier Viêt Minh, membre de la Délégation de la République Démocratique du Viêt Nam à la Conférence de Genève de juillet 1954, remet à Despuech une « masse de documents, carnets, feuilles éparses, mal tenus, couverts de boue et de sueur, qu’il traînait avec lui et où il avait noté ses impressions de route » (p. 7) qui a servi à l’élaboration de l’ouvrage.

L’historien Alain Ruscio avait fait une présentation succincte de ce journal dans La guerre « française » d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance que nous reproduisons ci-dessous.

Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viêt Minh, Paris, Editions du Seuil, 1955.

Document recueilli et traduit par Jacques Despuech.

En 1954, durant la Conférence de Genève, Jacques Despuech fait la connaissance de Ngo Van Chieu, délégué de la RDVN. Les deux hommes sympathisent. Le Vietnamien sort un jour de ces dossiers un vieux cahier et le confie au journaliste. C’est de document que Despuech publie un an plus tard. Cette présentation, faite par Despuech lui-même dans la préface, incite à la méfiance, reconnaissons-le. Cependant, à la lecture, la possibilité (la probabilité ?) d’avoir affaire à un document authentique s’impose. Les situations sont vraisemblables, la chronologie est respectée, le ton général est bien celui d’un journal personnel.

L’ouvrage commence en 1941. L’auteur, né dans une famille catholique, s’intéresse à la vie politique internationale. La défaite française lui paraît « incompréhensible » (p. 19). De même pour les divers renoncements français, en Indochine, devant les exigences japonaises. Les Japonais ne sont d’ailleurs pas populaires auprès des Vietnamiens. Survient le 9 mars 1945. La vie politique vietnamienne connaît une certaine effervescence. Dans la rue, les gens parlent beaucoup. Durant l’été apparaissent les premiers orateurs Viêt Minh. Bonne description de l’exaltation nationaliste et révolutionnaire des journées d’août 1945 (p. 22 et suiv.), puis de la journée de la proclamation de l’Indépendance (p. 40 et suiv.). Chieu adhère au Viet Minh. Muté  dans la province de Vinh, il y connaît ses premiers affrontements avec le Corps expéditionnaire. Il signale la présence de militaires japonais, peu nombreux. Par contre, de nombreux miliciens vietnamiens formés par les Japonais intègrent alors le Viêt Minh. Retour à Hanoi. Description de l’état d’esprit de la population lors des Accords du 6 mars, puis du retour des Français (pp. 67 et suiv.). Les incidents commencent, puis se multiplient. Bonne description de l’état d’esprit des militants Viêt Minh de base, fait de confiance en Hô Chi Minh et de mécontentement face aux empiètements français. L’auteur reconnaît qu’il y a eu divergence de vues entre les politiques et les miliciens Tu Ve. Dénonciation de la surenchère des nationalistes. La préparation militaire s’intensifie. Les militaires Viêt Minh reçoivent « fin octobre » l’ordre de se tenir prêts à toute éventualité (p. 102). Concernant l’affaire de Hanoi en décembre, Chieu estime que les Français sont seuls responsables.

Le récit s’interrompt à ce moment [décembre 1946] pour reprendre en octobre 1950. Récit des premiers combats de la bataille des frontières puis de la bataille elle-même (pp. 125 et suiv.). Excellentes pages sur l’imbrication du militaire et du politique, la répartition des tâches entre le commandant militaire et le commissaire politique, les séances de critiques et d’autocritiques… Chieu reconnaît qu’après la bataille des frontières, les combattants pensaient arriver très vite à Hanoi (pp. 140 et suiv.) mais le combat se durcit. L’apparition du napalm, par exemple, suscite l’effroi des combattants. Même les plus aguerris sont terrifiés (pp. 147 et suiv.). Chieu est alors blessé. Il est affecté à l’éducation politique des prisonniers du Corps expéditionnaire. Il qualifie la volonté de convaincre ceux-ci de « naïve » (p. 183). De retour au front, il y est de nouveau blessé.

Alain Ruscio

 

Réf. : Alain Ruscio (dir.), La guerre « française » d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance, Paris, Les Indes Savantes, 2002, pp. 682-683.