Archives par mot-clé : sociologie

Paul Jobin : Autour du « scandale Formosa » au Viêt-Nam [table-ronde LCAO]

[ndlr] Annonce d’une conférence sur un sujet majeur de santé publique au Viêt-Nam.

Pour en savoir plus : LCAO

Image « à la une » : Manifestation du 15 mars 2017 à Taiwan © DR

Nicolas Lainez : Par-delà la traite des femmes vietnamiennes en Asie du Sud-Est – Anthropologie économique des carrières intimes

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Nicolas Lainez, anthropologue à l’EHESS.

 

Soutenance de thèse

Mardi 30 juin 2015

15h,  EHESS, 190 av. de France, 75013 Paris, salle du Conseil A

Soutenance de thèse d’anthropologie présentée publiquement par Nicolas LAINEZ

sous la direction de Michel Bozon

Par-delà la traite des femmes vietnamiennes en Asie du Sud-Est. 

Anthropologie économique des carrières intimes

À partir d’une enquête sur la traite prostitutionnelle conduite au Viêt Nam, au Cambodge et à Singapour, cette thèse propose une anthropologie économique des relations intimes que les femmes prostituées vietnamiennes nouent avec des opérateurs informels de crédit, avec des facilitateurs de la migration prostitutionnelle, avec des employeurs de l’industrie sexuelle, avec leur famille ainsi qu’avec les hommes qui rétribuent leurs services. Alors que l’économie de marché, à laquelle le Viêt Nam adhère depuis les réformes du Renouveau (Doi Moi) en 1986, pousse ces femmes à entreprendre, à investir, à s’endetter, à consommer et à migrer, de nombreuses embûches se dressent sur leur chemin : exclusion du marché de crédit, coût élevé de la migration transnationale régulée, obligations de solidarité familiale, inégalités de genre, risques de stigmatisation. Pour se frayer un chemin dans cet univers d’opportunités et de contraintes, elles utilisent l’intimité comme une ressource polyvalente et stratégique afin d’augmenter leurs marges de manœuvre et d’étoffer leurs répertoires d’action.

La réflexion proposée s’appuie sur un concept capable de rendre compte de la fluidité des parcours et de l’articulation entre économie et intimité : les carrières intimes. Cette perspective invite à examiner les parcours de dette à la lumière de l’évolution récente des marchés financiers et de la migration prostitutionnelle, mais aussi les trajectoires de care au regard du régime « familialiste » de bien-être promu par l’État, les carrières sexuelles au prisme des inégalités de genre et notamment de la division sexuelle du travail, ainsi que les carrières morales en référence à la politique de lutte contre les « fléaux sociaux ».

Nourrie d’un solide socle empirique privilégiant l’ethnographie économique de l’intimité et le suivi longitudinal ainsi que d’une longue expérience avec les ONG luttant contre la traite en Asie du Sud-Est, cette recherche dépasse rapidement son objet initial, la traite, pour mettre en relief des aspects inédits de la vie des femmes vietnamiennes et interroger la place de l’intimité dans l’économie de marché. Sur le plan théorique, ce travail construit son objet sur l’anthropologie de l’esclavage, la sociologie « déconstructiviste » de la traite, la sociologie économique de l’intimité et la sociologie des carrières.

Mot-clés : Traite, intimité, prostitution, dette, migration, care, morale, anthropologie, sociologie, Viêt Nam, Cambodge, Singapour

Jury :

  • Danièle BÉLANGER, Professeure à l’Université de Laval, rapporteure
  • Michel BOZON, Directeur de recherche à l’INED, directeur de thèse
  • Isabelle GUÉRIN, Directrice de recherche à l’IRD, rapporteure
  • Marie-Elisabeth HANDMAN, Maîtresse de conférence à l’EHESS, examinatrice
  • Pascale MOLINIER, Professeure à l’Université Paris-13, examinatrice

Image « à la une » : « Des panneaux de prévention de la traite installés par l’ONG Terre des Hommes sur la RN 91, la route qui mène à la frontière avec le Cambodge, à hauteur du district de Tnh Biên, province d’An Giang. Photo de Nicolas Lainez, 18/10/2009″.

Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche [synthèse]

[ndlr] Synthèse de la Journée d’études organisée par l’Institut d’Asie orientale (CNRS/UMR 5062) avec le soutien du GIS Asie et de l’UPS 2999 Réseau Asie & Pacifique.

Synthèse de la journée d’étude : ‘Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche ‘ (30 et 31 mars 2015)

Rédigée collectivement par Cao Liuying, Fleur Chabaille, Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Tan Xinxin, puis enrichie par les intervenants de la journée.

TerrainAsie2015_1

Cette journée d’étude centrée sur la problématique du terrain asiatique, organisée par un groupe de doctorants de l’Institut d’Asie Orientale avec le soutien du Réseau Asie Pacifique et de l’IAO, a permis de réunir les interventions de 15 jeunes chercheurs dont les travaux relèvent de disciplines et d’aires géographiques différentes. Cette rencontre a donc offert une occasion unique de décloisonnements disciplinaires et géographiques autour d’un aspect central et commun aux recherches menées en Asie. Elle représente de surcroît une première initiative de mise en commun de retours d’expérience entre doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs plus expérimentés sur une question rarement analysée en tant que telle. Les deux journées ont atteint l’objectif recherché, à savoir le partage des expériences et des difficultés rencontrées par chacun, et la suggestion mutuelle de solutions entre chercheurs de différents horizons disciplinaires et géographiques. En outre, la richesse des interventions et des échanges a fait ressortir quelques points fondamentaux et transversaux aux expériences de terrain. L’ensemble souligne l’importance cruciale de cette étape dans tout travail de recherche, fournit quelques clés pour aborder au mieux cette phase déterminante et met en évidence un certain nombre de pistes de réflexions.

Cette synthèse, rédigée en premier lieu par les organisateurs des journées, puis enrichie par les apports des intervenants et discutants, met en avant les principaux enjeux dont la saillance a animé les discussions. Les différents points abordés constituent également des pistes, à discuter, dans l’optique d’une valorisation ultérieure – les titres et le regroupement des questions qu’ils proposent étant purement indicatifs.

La présentation du chercheur et les catégories qu’on lui assigne

Les interventions ont mis en lumière la confrontation de chacun à des situations particulières d’enquêtes qui conditionnent l’accès au « terrain ». Si la notion de terrain peut varier selon les disciplines (archives, observation participante, accès aux enquêtés, etc.), les contributions ont souligné la nécessité d’interroger comment chacun s’insère dans son milieu d’enquête. Cela a permis de montrer l’importance de la présentation de soi et des représentations que chacun peut se faire vis-à-vis du chercheur. Chacun a ainsi montré comment le statut ou la catégorie qui lui est assigné(e) et la manière dont il s’insère dans cet environnement amène à des stratégies diverses.

L’appartenance à une institution reconnue dans le pays étudié peut être un avantage de taille en termes d’accès au terrain (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier grâce à l’Université de Tokyo, Zhou Mingchao à l’Université d’Aix-Marseille, Yumiko Yamamoto au Centre d’études africaines à l’Université Jawaharlal-Nehru et au Département d’humanités et de développement à l’Université d’agriculture de Chine, Tan Xinxin grâce à l’Académie des sciences sociales de Shanghai). Cependant, dans certains cas, au contraire, l’affiliation universitaire constitue un obstacle. Dans le cas des centres africanistes au Japon la conflictualité entre acteurs institutionnels peut être une menace qui pèse sur la recherche au point de fermer ou d’ouvrir l’accès au terrain (cf. Yumiko Yamamoto). Si les tentatives d’affiliations officielles semblent nécessaires pour mener des recherches dans les pays asiatiques, cette première étape peut s’avérer compliquée en fonction des manières dont est perçu le chercheur, encourant le risque de se voir fermer des accès.

En Chine, la difficulté d’obtenir des autorisations officielles pour mener une enquête anthropologique (cf. Pascale-Marie Milan) ou la manière de se présenter, si l’on se présente comme politiste (cf. Zhou Mingchao), peut mener à des stratégies discursives pour se défaire des positions assignées. La rencontre informelle avec des acteurs institutionnels locaux (cf. Pascale-Marie Milan) ou une présentation (de soi) comme étudiante en sociologie (cf. Zhou Mingchao), peuvent être considérée comme des stratégies de contournement pour accéder au terrain. Un lien épistémique entre la position du chercheur sur son terrain et les données qu’il recueille nécessite en effet d’être attentif à la manière dont il s’inscrit dans son environnement d’enquête. Ainsi, il faut prendre garde à ne pas être assimilé à d’autres professions, telles que le journalisme (cf. Jérôme Soldani, Judith Audin), qui ne permettent souvent d’obtenir que des réponses convenues. Il est donc nécessaire pour le chercheur d’adapter la manière dont il se présente et fait état de ses recherches aux acteurs et aux contextes étudiés. Cette stratégie peut consister à modifier son statut en s’immergeant dans un milieu comme un enseignant (cf. Zhou Mingchao, Yves Russell), ou en participant aux activités ordinaires (cf. Pascale-Marie Milan et Jérôme Soldani).

La présentation du chercheur peut être encore plus délicate sur un terrain clivé où la relation enquêteur/enquêté s’inscrit elle-même dans la configuration de domination dont le chercheur tente de rendre compte. Cette situation nécessite que le chercheur procède à une adaptation constante de sa position en fonction des interlocuteurs dans les interactions, afin d’atténuer les biais introduits par sa présence sur le terrain et de ne pas aggraver la tendance à la méfiance ou au conformisme des enquêtés. Les terrains de recherche avec des groupes minoritaires (cf Pascale-Marie Milan) ou avec des populations migrantes stigmatisées (cf Zhou Mingchao) sont particulièrement soumis à la nécessité de l’intersubjectivité. Sur ce point-là, la situation d’entretien, en soi, se révèle comme un matériau d’enquête riche pour l’analyse sociologique, comme le montre l’enquête de Zhou Mingchao autour des interactions entre les metteurs en œuvre de proximité (direction de l’école et enseignants) et les usagers/ressortissants (élèves et parents d’élèves) de la politique scolaire ségrégative à l’égard des enfants de nongmingong en Chine.

TerrainAsie2015_2

Enfin, la problématique de l’image que le chercheur renvoie de soi et des catégories qu’on lui assigne entre également en résonance avec les questions de genre. En effet, la présentation de Charlotte Thomas a montré toute l’ambivalence, en termes de contraintes et d’opportunités, du fait d’être une chercheuse en Inde. Etre une femme, qui plus est occidentale à la peau et aux yeux clairs, contraint à adapter sa tenue vestimentaire afin de la dissimuler autant que possible, et peut évidemment fermer un certain nombre de portes, comme celles des lieux de socialisation nocturnes et alcoolisés. Cependant, le caractère flou de la situation et l’étonnement suscité auprès des enquêtés peuvent en ouvrir d’autres, en créant des situations étrangères aux acteurs et par conséquent de nouvelles marges de manœuvre pour le chercheur.

La question du genre s’avère particulièrement complexe selon les lieux. Les projections et représentations autour de la femme occidentale sont un aspect à prendre en compte (cf. Charlotte Thomas), mais au-delà des clichés sur les Occidentaux, souvent assignés à la catégorie de « touristes », d’autres « étiquettes » peuvent être accolées de manière plus étonnante. L’expérience de Pascale-Marie Milan sur la multiplicité des positions auxquelles le chercheur peut être assigné souligne la complexité de la positionnalité du chercheur. Tout un lot de clichés accompagne les représentations que l’on se fait des femmes occidentales. Tantôt assignée à la catégorie ontologique masculine du fait de son statut de touriste ou encore associée aux imaginaires érotiques que l’on se fait des femmes « blanches », elle a essayé de prendre différents positionnement en s’adaptant aux catégories locales d’entendement de la féminité afin d’accéder au terrain. Tan Xinxin a partagé un autre cas intéressant : ayant vécu plus de 5 ans en France et n’étant pas d’origine shanghaienne, elle a été interrogée plusieurs fois au sujet de sa nationalité pendant son terrain à Shanghai.

Les enjeux méthodologiques lors de la conduite d’entretien et le décloisonnement des disciplines qui en ressort

Une fois cette étape franchie, la réalisation des entretiens implique plusieurs questionnements majeurs. Parmi eux, la méthode d’enregistrement a été abordée et remise en cause à de nombreuses reprises. Pour la plupart des intervenants, elle constitue une entrave trop importante dans la mesure où elle altère la qualité et l’authenticité des propos échangés. Par conséquent, la plupart des chercheurs ont fait le choix de s’en passer (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier, Charlotte Thomas, Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani). Pour d’autres, l’obstacle est parfois balayé en décidant de ne pas demander de permission et d’enregistrer sans autorisation lorsque la présence flagrante d’un enregistreur changera manifestement le discours de l’interviewé (cf. Yves Russell). Cette décision est cruciale et pose des enjeux d’efficacité, d’éthique dont la perception est différente selon les pays (Etats-Unis, Chine, France), voire de risque. Elle suppose parfois une véritable remise en question disciplinaire, notamment en sociologie où l’entretien enregistré est considéré comme le garant de la scientificité du travail de recherche (cf. Judith Audin).

Dans les cas où l’enregistrement n’est pas de mise, la prise de notes est alors fondamentale. Elle doit cependant s’intégrer dans le cadre d’une méthode rigoureuse. L’un des problèmes majeurs repose sur l’accumulation de matériels et la manière de les référencer : l’enchaînement des entretiens ne doit pas se faire au détriment de la retranscription. Ainsi, certains mettent en place une méthodologie particulière avec un temps de latence entre chaque série d’entretiens (cf. Audrey Soula) qui s’accompagne d’une retranscription dans la foulée (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier). Reprendre ses notes à chaud est en effet crucial quand aucun enregistrement n’a été réalisé, en particulier quand ces dernières constituent un mélange de langue asiatique, de français et d’anglais. Parfois un interprète local est aussi indispensable pour faire des retranscriptions dans les cas où les entretiens se font en dialecte local, à l’image de l’expérience de Tan Xinxin avec le cas shanghaien.

Si la prise de notes devant les enquêtés est parfois évitée dans les méthodes anthropologiques (cf. Jérôme Soldani qui profite de ses moments de répit pour remplir son carnet de recherche au début de son enquête chez les joueurs de baseball professionnels), certains outils permettent de prendre des notes discrètement, en faisant mine par exemple de répondre à un message depuis son téléphone portable (Adrien Fauve et Judith Audin). Cela permet de prendre le temps du recul et de la réflexion entre chaque entretien et de ne pas se laisser entraîner par l’effet « boule de neige ». Face à cette abondance de ressources, les jeunes chercheurs ont pu échanger plusieurs « astuces » pour éviter de se retrouver ensevelis sous la matière disponible et effectivement récoltée, à l’image des monographies réalisées en milieu, puis fin de séjour (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre), et du resserrement stratégique de la problématique opérée par Audrey Soula face à la profusion d’entretiens et de rencontres qui s’offraient à elles, en sélectionnant certains lieux d’enquêtes en particulier sur un double terrain de recherche.

Ce risque qui se retrouve dans toutes les disciplines, en dépit de leurs différences méthodologiques, a permis aux participants de partager une riche discussion sur les outils permettant de faire du terrain. Le point de vue interdisciplinaire de cette journée a en effet permis de montrer des choix de méthodes très variés, souvent complémentaires et se chevauchant parfois, le spectre allant de l’observation flottante (cf. Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani, Charlotte Thomas) à l’observation non participante et distanciée (cf. Judith Audin), en passant par l’observation participante (cf. Yves Russell, Zhou Mingchao) et la méthode également classique des entretiens semi-directifs (Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Yumiko Yamamoto). Chacune comporte ses propres avantages et inconvénients, mais le principal enseignement mis en évidence lors de ces journées est l’absence de réelle spécificité disciplinaire en ce qui concerne les dispositifs méthodologiques mobilisés sur le terrain. Les chercheurs privilégient plutôt une approche pragmatique et une adaptation aux caractéristiques de leur question de recherche et de leur terrain, rompant parfois avec la méthodologie « classique » de leur discipline. C’est notamment le cas des dispositifs d’enquête présentés par Charlotte Thomas, Judith Audin et Zhou Mingchao, qui ont mis la méthode ethnographique au service de leur recherche en science politique, comme a pu le mettre en relief Danielle Tan lors de la discussion.

TerrainAsie2015_3

Enfin, au-delà de ces enjeux que l’on pourrait penser propres à des disciplines comme l’anthropologie, la sociologie ou la science politique, d’autres difficultés nécessitent une forte capacité d’adaptation du chercheur dans un spectre disciplinaire plus large encore au sein des sciences humaines et sociales. Elles peuvent notamment être liées à l’existence d’un terrain documentaire dispersé entre le Japon, l’Inde et la Chine (cf. Yumiko Yamamoto en science politique) ou un « terrain géographique éclaté » pour reprendre l’expression de Cécile Armand (cf. Cécile Armand en histoire et Laurent Sovet en psychologie). Ces distances supposent une grande disponibilité et flexibilité face aux imprévus, par exemple un programme de numérisation qui empêche la consultation de certaines séries d’archives (cf. Cécile Armand) et impératifs du doctorat qui demandent des retours nécessaires en France pour suivre des formations et assurer des enseignements (cf. Laurent Sovet). Ces entraves peuvent être en partie contournées par une préparation numérique du terrain rigoureuse et parfois fastidieuse, avant sa découverte physique (cf. Tan Xinxin). Certaines spécificités du travail de terrain en histoire sont ainsi ressorties : dans cette discipline, les interlocuteurs ne sont souvent pas des êtres humains mais des entités matérielles (archives papiers, photos, films, etc.) de plus en plus dématérialisées (cf. Tan Xinxin et Cécile Armand).

Les débats entre chercheurs de domaines différents ont surtout permis de réaliser que, malgré le fait que le « terrain », dans sa double dimension de « méthode » et d’ « objet », connaisse des acceptions différentes selon les disciplines, le dialogue interdisciplinaire peut se révéler extrêmement fructueux. En effet, bien que les méthodes soient elles-mêmes disciplinairement définies (à l’image de l’enquête de terrain ethnographique), elles ne sont cependant pas le monopole de la discipline dont elles sont issues.

Les impondérables du travail de terrain, porteurs d’entraves et d’opportunités

Ces qualités d’accommodement face aux obstacles rencontrés, qui ressortent de toutes les interventions, révèlent également que les difficultés du terrain ne sont pas forcément là où on les attend. Les terrains volontiers qualifiés d’« autoritaires » comme la Chine peuvent être ceux qui sont les plus fermés, mais aussi paradoxalement les plus ouverts (cf. Yves Russell, Judith Audin et Adrien Fauve, et Zhou Mingchao). S’il est en théorie nécessaire d’obtenir des autorisations pour mener à bien ses recherches, le caractère non-homogène et décentralisé du pouvoir réel accorde parfois aux chercheurs une grande marge de manœuvre en cas d’arrangement avec les autorités locales, notamment si le sujet n’est pas politiquement sensible, à l’image de l’expérience de Pascale-Marie Milan en Chine. Dans le cas de la République populaire de Chine, Jean-François Huchet et Christine Cornet ont par ailleurs apporté une mise en perspective intéressante puisque le processus de formalisation et de codification de l’accès au terrain en Chine semble laisser moins de flexibilité aux chercheurs, tandis que le flou et les zones d’ombres antérieurs leurs accordaient davantage de libertés.

Le contournement peut également se faire sur le terrain linguistique. Malgré l’insuffisance de leur capacité linguistique, certains chercheurs ont montré qu’ils avaient réussi à délimiter leur recherche de manière à surmonter cet obstacle (cf. Cécile Armand, Judith Audin). Cela peut même constituer un argument qui justifie l’enregistrement de conversations auprès des enquêtés (cf. Judith Audin et Adrien Fauve) ou ne pas poser problème quand l’introduction et la présence d’un intermédiaire local sont de toute façon indispensables (cf. Charlotte Thomas). La tentation d’utiliser l’anglais peut être forte, mais le risque est d’avoir un interlocuteur qui n’ait pas un niveau suffisant, ce qui peut engendrer des problèmes de compréhension. Néanmoins, la bonne volonté de discuter avec les enquêtés dans leur langue est parfois bloquée par le désir de ces derniers à s’exprimer en anglais malgré tout (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre).

En outre, à l’image de l’obstacle linguistique qui peut parfois constituer une ressource dont ne bénéficieraient pas des chercheurs locaux, un certain nombre de difficultés ou d’échecs apparents peuvent paradoxalement être vus comme d’authentiques et précieux résultats de recherche. Charlotte Thomas dans le cas de l’Inde et Nicolas Leprêtre et Benoit Granier dans le cas du Japon ont ainsi montré que si des silences ou des réponses « langue de bois » peuvent rendre difficile la collecte d’informations précises, ils sont également révélateurs de tensions et de relations de pouvoir, que des entretiens ultérieurs sont susceptibles de mettre au jour ou qui seront exploités comme tel dans le cadre de la thèse.

Prendre en compte les spécificités du terrain en Asie, tout en questionnant la pertinence de la distinction par « pays » ou « région »

Cette diversité des « surprises », obstacles et déblocages rencontrés sur le terrain conduisent à réorienter et décloisonner la réflexion d’un point de vue géographique. Comme l’a souligné François Guillemot, compte tenu des différences locales au sein d’un même pays, il n’est sans doute pas toujours pertinent de raisonner en termes de « pays » ou de « région ». A titre d’exemple, selon l’objet d’étude, l’accessibilité peut être plus grande en Chine qu’au Japon. De plus, le critère d’accessibilité ne suffit pas : il ne garantit ni la profusion, ni la qualité des informations délivrées. En adoptant des stratégies de contournement, les chercheurs peuvent même dans certains cas récolter davantage d’informations dans des pays pourtant « autoritaires » et « fermés » comme la Chine que dans des démocraties libérales où le discours est souvent très policé (cf. Pascale-Marie Milan et Yves Russell).

Cette remarque fait écho au constat général selon lequel les relations interpersonnelles jouent un rôle crucial et apparaissent comme un élément fondamental, dans l’ensemble des expériences de terrain relatées. D’une part, l’introduction auprès des enquêtés grâce à des « contacts introducteurs » (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre) et la familiarisation avec son nouvel environnement de recherche grâce à des « tuteurs de terrain » (cf. Yumiko Yamamoto) sont décisifs dans l’obtention et le bon déroulement des entretiens. Certaines contributions ont également montré le rôle crucial du réseau, élément primordial pour rendre compte d’un système social dans le cas d’une ethnographie multi-située (cf. Audrey Soula).

La mise en place d’un réseau de contacts en lien avec son objet d’étude peut être une stratégie efficace qui nécessite à la fois d’être réactif et intrusif (cf. Vladimir Stolojan-Filipesco). L’appui sur un réseau académique (cf. Tan Xinxin) mais aussi familial peut s’avérer également un atout de poids (cf. Yves Russell, Jérôme Soldani, Pascale-Marie Milan, Audrey Soula). En particulier, si Zhou Mingchao a pu obtenir le parrainage du Bureau de l’éducation pour son travail de terrain, c’est en partie grâce à la présentation préliminaire de son proche qui avait précédemment eu des relations professionnelles avec le personnel du Bureau, ce qui rejoint aussi le constat général sur le rôle important des relations interpersonnelles (dit du guanxi en chinois). Néanmoins, la variable interpersonnelle est également la source d’un certain nombre de problèmes puisque les contacts introducteurs peuvent perturber les entretiens lorsqu’ils font le choix d’accompagner le chercheur (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre). En outre, d’autres paramètres plus personnels, notamment des sentiments d’empathie ou de compassion, peuvent aussi remettre en question le chercheur dans son objectivité (cf. Sun Jiawen, Zhou Mingchao).

Bien gérer la temporalité du travail du terrain

Toutes ces stratégies nécessitent du temps pour être mises en place, sans compter la recherche de financements qui peut être tout aussi chronophage, bien qu’une connaissance fine des institutions concernées et des procédures permet d’apporter des ressources financières et matérielles insoupçonnées (cf. Laurent Sovet). Cet impératif constitue un leitmotiv majeur de la journée d’étude, au cours de laquelle l’enjeu de la temporalité a été abordé et discuté sous de multiples dimensions. D’une part, des réflexions ont abondé sur la question selon laquelle le terrain constituerait ou non une rupture, ce qui pose des questions plus générales relatives à la temporalité de la recherche et à la distance accordée à un « terrain » lorsqu’on y vit. D’autre part, l’inscription du terrain dans la durée ouvre des portes et permet des pratiques impossibles sur une courte période.

De nombreuses contributions ont mis en avant le rôle du hasard et des impondérables dans l’obtention de contacts et d’entretiens (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre, Jérôme Soldani, Audrey Soula), ainsi que la nécessité d’être insistant et d’avoir quelque chose à échanger sur le long terme (cf. Yves Russell) ou de littéralement suivre le cheminement des interlocuteurs à l’intérieur d’un espace social plutôt que dans un espace physique (cf. Audrey Soula). Cette implication nécessite une préparation en amont et n’exclut pas non plus quelques coupures. Dans ce long processus, la patience est une qualité essentielle. De plus, l’immersion ne doit pas empêcher une prise de recul constante vis-à-vis de l’objet étudié. Jean-François Huchet a notamment insisté sur le difficile équilibre à trouver dans le rapport avec son terrain et les risques à être trop aspiré par ce dernier. Pour les prévenir, il est préférable de maintenir un va-et-vient constant entre le terrain et la théorie en s’interrogeant sur la manière dont le questionnement théorique est modifié par l’expérience pratique de l’enquête. C’est là tout l’enjeu de la construction du sujet sur place qui doit s’accompagner d’une transparence sur les obstacles rencontrés par le chercheur.

En permettant à chacun d’exprimer un franc retour d’expériences, cette journée a eu le mérite de lever en partie le voile sur ces difficultés et de dégager des stratégies qui pourront sans doute servir à d’autres jeunes chercheurs s’apprêtant à fouler leur premier terrain en Asie.

Photo à la une : FG, Terrain à Tokyo, décembre 2014 / Photos de la Journée d’études : Cao Liuying.

Kimberly A. Goyette : Stratification and the Emergence of the Post-Secondary Private Education Sector in Vietnam

[ndlr] Annonce d’une conférence au colloque Gobal Education de l’Université Drexel le 21 avril 2015.

Stratification and the Emergence of the Post-Secondary Private Education Sector in Vietnam

Kimberly A. Goyette, Ph.D., Temple University

Private education is the fastest-growing sector of post-secondary education in Asia and worldwide.  This growth is especially notable in developing countries with a long history of state-controlled, public education.  Vietnam has had a strong public, post-secondary education sector that has only recently begun to experience growth in non-public institutions.  In this research, I investigate how the growth of the private sector may influence stratification in Vietnam.  I find that private and other types of non-public institutions are more likely to serve more advantaged students from South Vietnam. They pay higher costs to acquire their post-secondary credentials; however, these students also seem to choose more lucrative fields like science, technology and engineering, and business, perhaps as a way to ensure good returns to this investment.  This research suggests that as the private sector in Vietnam expands, the influence of family background and region of residence on post-secondary attendance may grow.

KimberlyAGoyetteAbout the Speaker

Kimberly A. Goyette is an associate professor of sociology and the director of the Center for Vietnamese Philosophy, Culture, and Society at Temple University.  Her recent work looks at relationships between schools, housing, and race in the U.S., and explores the privatization and internationalization of universities in Southeast Asia (CV pdf).

Source : Global Education Colloquium

Solène Granier : Domestiques indochinois – CR de lecture par Sara Moisy

Granier_DomestiquesIndochinoisL’ouvrage Domestiques indochinois de Solène Granier est paru aux éditions Vendémiaire en 2014. Venant combler un « vide historiographique », celui de la domesticité et des domestiques indochinois qui ont migré puis travaillé en métropole, cet ouvrage pose la question du statut du domestique, un statut très ambivalent puisqu’il est à la jonction de plusieurs statuts : celui du colonisé, celui du migrant, celui du travailleur, celui du dominé ou encore celui du non-ayant droit.

Pour qualifier la situation des domestiques indochinois, l’auteure met en avant trois dimensions : celle de l’expérience professionnelle et de l’identité professionnelle, celle de l’itinéraire migratoire individuel ou collectif et celle des interactions sociales dans trois espaces donnés que sont la colonie, l’espace migratoire et la métropole. Solène Granier utilise la notion d’Indochinois pour désigner les domestiques migrants originaires du Vietnam, du Cambodge et du Laos, même si la grande majorité étudiée est originaire des trois provinces vietnamiennes. Ses approches sont historique et sociologique : elle croise l’histoire des migrations coloniales de 1897 à 1939 à l’analyse des relations sociales entre groupes qui composent la société coloniale, la société colonisée et la société migrante.

Trois idées principales permettent de retracer les évolutions du statut de domestique à travers le temps et les différents espaces et de rendre compte de la réalité des pratiques, en allant notamment à l’encontre de certaines prénotions sur la domesticité coloniale. Tout d’abord, il s’agit de la relation et de l’évolution de la mise à distance des perceptions de l’Autre, entre la colonie et la métropole, entre le colonisé et le colon, qui permettent de rendre compte du statut et de la trajectoire sociale du domestique (1). Ensuite, le lieu principal d’interaction sociale entre le domestique et le métropolitain demeure celui du « foyer familial », à savoir la famille française ou européenne dans laquelle l’Indochinois travaille en tant que boy et l’Indochinoise en tant que congaï. Il apparaît que les interactions en son sein sont plus complexes et plus nuancées ; il s’agit en ce sens de « la réalité » des pratiques sociales (2). Enfin, l’histoire des domestiques indochinois doit prendre en compte l’expérience migratoire : elle apparaît comme un processus de construction de l’identité du domestique et comme un interstice où le colonisé est acteur de son propre parcours migratoire (3).

Évolution de la mise à distance colonie-métropole à travers le temps et les espaces coloniaux

On peut découper l’évolution de la relation colonie-métropole en trois étapes historiques majeures (a) et l’analyser à l’aune de cadres de pensées et de modes de vie différenciés (b).

  • Les étapes historiques de la mise à distance

La première étape historique, de 1897 à 1920, correspond à la construction de l’identité coloniale et de la domination du métropolitain sur le colonisé. C’est le temps de l’affirmation de l’idéologie colonialiste et des premières interactions entre « employeurs blancs » et « domestiques jaunes ». Il s’agit d’asseoir la supériorité du métropolitain et le domestique est fortement mis à distance ; Solène Granier parle d’une figure du boy asexué, dévirilisé, efféminé et inculte. L’arrivée des femmes européennes dans la société coloniale accentue par ailleurs cette distance car, selon les discours coloniaux, la femme devient garante de l’ordre moral au sein du foyer ; elle doit maintenir les distances entre les corps tout en acceptant les influences mutuelles qui s’y développent. La seconde, de 1920 à 1930, correspond à la période des premières migrations de masse, le port de Saïgon étant devenu une plaque tournante entre la métropole et la colonie avec l’ouverture de lignes régulières qui nécessitent une main-d’œuvre indochinoise. C’est également le début du tourisme colonial, avec ce que Solène Granier qualifie d’« hôtels flottants » et de « domesticité flottante ». Ces deux phénomènes ont pour effet de démocratiser la migration, devenant une migration de masse qui modifie radicalement la distance métropole-colonie. L’arrivée de migrants indochinois en métropole s’effectue parallèlement au retour des soldats en Indochine ; la perception de l’Autre change, ce dernier devenant de plus en plus familier. La troisième période enfin, de 1930 à 1939, correspond au temps de la rationalisation des rapports entre métropolitains et colonisés avec la popularité que connaît la domesticité coloniale en France. La mise à distance existe toujours mais son ampleur est très réduite et les distances physiques et sociales peuvent dans certains cas disparaître.

Il est toutefois nécessaire de concevoir ces étapes à l’aune des cadres de pensées et des modes de vies dans lesquels elles s’inscrivent. Les influences entre métropolitains et domestiques indochinois sont inégales mais réciproques ; elles permettent de poser la question de la transposition des modèles respectifs dans le territoire de l’Autre.

  • Transposition des cadres de pensée et des modes de vie

Dans le cas de la société coloniale en Indochine, on a une transposition de la hiérarchie sociale métropolitaine et de la conception du service domestique. La domesticité apparaît comme un « marqueur de la stature coloniale » ; la subordination est essentielle et le rapport de domination, aussi bien racial que social, est au cœur de la relation professionnelle. Le métropolitain acquiert une double supériorité, en sa personne de colonisateur et d’employeur. Ces conceptions, au départ du moins et dans le cas de la domesticité sur le territoire indochinois, ne s’éloignent donc pas des conceptions traditionnelles du domestique qui prévalaient en France. Dans le cas des domestiques migrants en métropole, on a une transposition du modèle de migration et de solidarité collective indochinois. En effet, les migrations sont le fait des villages indochinois, qui ne sont pas des espaces figés mais bien des espaces en mouvement dans lesquels de nombreuses migrations rurales s’effectuent. La migration vers la métropole ne constitue donc qu’une étape supplémentaire dans le parcours migratoire de certains domestiques. Par ailleurs, les traditions communautaires et villageoises de la société vietnamienne ont permis aux migrants de tisser des réseaux pour être travailler dans les hôtels flottants lors de la traversée ou dans des familles lors de l’arrivée en métropole.

Pour autant, ces modèles sont perméables et leurs frontières mouvantes. En réalité, la nature des relations sociales dans les espaces coloniaux est plus complexe et résulte de l’espace ambivalent que constitue le « foyer familial » ou « foyer colonial ».

Réalité des pratiques sociales au sein du foyer colonial

La réalité se comprend à travers l’imbrication des sphères professionnelle et privée qui rend le rapport professionnel ambigu (a) et influence la nature des relations sociales au sein du foyer (b).

  • Imbrication des sphères professionnelle et privée

Au sein du foyer, on a tout d’abord une imbrication des sphères professionnelle et privée. Le rapport professionnel est donc ambigu, puisqu’il mélange domination et proximité. Une transaction peut s’effectuer entre des valeurs morales et des contreparties financières : Solène Granier parle de probité et de respect pour la personne du domestique et de l’assurance de rétribution pour l’employeur. Une violation, qu’elle soit du côté métropolitain ou du côté migrant, est considérée comme un motif valable et légal de plainte. Il y a également la dimension symbolique de la domesticité pour les classes métropolitaines supérieures ; employer des domestiques est le symbole de la vie bourgeoise et de la possession des ressources économiques et sociales. Il y a donc un double besoin : un besoin pratique pour faire face à la crise de la domesticité dans la capitale parisienne en employant des domestiques étrangers, et un besoin social, à savoir celui du statut bourgeois et du prestige de l’Empire. Les dépendances sont néanmoins réciproques puisque la migration et le travail de domestique peuvent apparaître comme le moyen de fuir la pauvreté pour les Indochinois.

DomestiquesIndochine
© Blog études coloniales

Cette imbrication n’est pas sans influence sur la nature de la relation sociale au sein du foyer familial. Elle permet d’aller à l’encontre de certaines visions de la littérature anti-coloniale et d’apporter les nuances nécessaires pour rendre compte des véritables pratiques.

  • Réalité des rapports sociaux au sein du foyer familial

Tout d’abord, il existe un contrat de travail entre le domestique et l’employé. Malgré cet encadrement toutefois, les pratiques restent diverses selon les employeurs : le montant du salaire varie, l’échéance de paiement également, certains sont payés en biens matériels, certains domestiques ont le droit à un jour de congés par semaine et à du temps libre le soir alors que d’autres sont contraints par des corvées quinze heures par jour. Néanmoins, cela a le mérite d’aller à l’encontre des approches misérabilistes du domestique ; grâce à ce contrat, les litiges existent et chaque partie peut se défendre. Le rapport de domination varie également. L’auteure dénonce en ce sens la littérature anti-coloniale qui dépeint parfois ce qu’elle appelle les « relations turbulentes », faites de violences et de domination sévère et montre en quoi certains rapports peuvent devenir affectueux et de quelle façon certaines amitiés naissent entre métropolitains et domestiques. Il y a même la formation de couples mixtes, majoritairement entre femmes métropolitaines et domestiques hommes indochinois.

Cette réalité permet de faire passer le domestique du statut d’objet à celui de sujet, analysant désormais les trajectoires individuelles et le domestique migrant en tant qu’acteur de son expérience migratoire.

Expérience migratoire : trajectoires individuelles et collectives et réappropriation

L’expérience migratoire s’effectue par la maîtrise du parcours migratoire et professionnel (a) et par l’insertion au sein des espaces de socialisation plus ou moins politisés (b).

  • Maîtrise du parcours migratoire et professionnel

Les Indochinois font parfois le choix de partir en métropole. Leur parcours migratoire n’est donc pas le simple fait de leur employeur et l’on distingue les stratégies familiales individuelles et les stratégies migratoires. Dans le premier cas, le départ est motivé par la perspective de la rémunération ; les domestiques en partance pouvaient en effet bénéficier d’une avance de salaire par l’employeur, versée à la famille du domestique. Dans le second cas, il s’agit pour certains domestiques de sortir de leur position de vulnérable et de la précarité de leur situation sociale. La profession de domestique étant accessible et connue des communautés de migrants, la perspective d’une embauche en métropole pouvait être perçue positivement. Une fois installés en métropole, les domestiques peuvent également maîtriser leur parcours professionnel. Solène Granier prend l’exemple de la rupture du contrat de travail comme pouvoir du domestique vis-à-vis de l’employeur. Selon elle, cette pratique relève de l’émancipation car le domestique est celui qui se réapproprie non seulement sa trajectoire professionnelle mais également son droit de participation à la vie sociale en métropole. Elle qualifie même cette rupture d’acte subversif.

Cette décision du domestique de rompre son contrat est d’autant plus motivée par le soutien que peuvent apporter les réseaux associatifs de la communauté indochinoise et par les solutions qu’offrent les réseaux professionnels à Paris.

  • Espaces de socialisation et politisation des espaces

Du fait de la transposition du modèle associatif vietnamien en métropole et d’une certaine proximité géographique des domestiques à Paris, les réseaux professionnels permettent de faire dialoguer employeurs et employés. La domesticité étant fortement associée à la bourgeoisie, Paris constitue en ce sens un grand lieu de regroupement des Indochinois. Ainsi, la plupart d’entre eux habite chez leurs employeurs au sein des quartiers bourgeois des 7ème, 8ème et 16ème arrondissements. Leur proximité géographique les amène à se retrouver dans des cafés du quartier et à alimenter le bouche à oreille déjà important dans ce milieu professionnel. Les petites annonces dans les journaux lus par les classes supérieures parisiennes permettent aux domestiques de s’insérer dans le monde bourgeois et d’y demeurer. En outre, le modèle associatif n’est pas seulement réservé aux milieux professionnels. D’autres associations, plus sociales ou politiques voient le jour au sein de la communauté indochinoise dans les années 1920. Les associations représentent un espace de socialisation et un lieu de rassemblement pour les Indochinois, en particulier les domestiques de la capitale. L’auteure donne l’exemple de l’Association des Cuisiniers Annamites et Domestiques de Maisons Bourgeoises, fondée en 1922, qui constitue l’un des premiers groupements corporatifs de domestiques. Cette association vit de cotisations qui financent ses actions dans les domaines divers que sont l’aide au chômage ou à la maladie, l’épargne et plus festif, les fêtes communautaires. Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses associations font l’objet d’un double processus de politisation : il relève d’une part de l’émigration d’une élite indochinoise vers la capitale à des fins politiques au sein des courants nationalistes et communistes et d’autre part par l’insertion d’idéologies politiques au sein même des associations. Cette participation à la vie politique – certains domestiques adhèrent même à des partis politiques en France tel que la SFIO – renvoie à nouveau aux pratiques d’émancipation que peuvent produire les domestiques indochinois.

* * *

Cet ouvrage est dans l’ensemble très agréable à lire. Solène Granier y aborde également les questions de genre, à travers la présence des femmes au sein des foyers familiaux ou l’engagement politique des domestiques indochinoises. L’auteure fait le choix en partie d’une microhistoire.

Néanmoins, le croisement des différents niveaux d’analyse, bien qu’il soit indispensable, rend parfois l’ouvrage complexe, dans la mesure où les passages entre ces différents niveaux s’effectuent sans cesse et où il est difficile de prendre la mesure de leurs effets explicites et implicites. Par ailleurs, Solène Granier fait elle-même le constat de la dimension d’autorité des archives, ces dernières provenant en grande majorité des récits et des discours tenus par les employeurs ou les fonctionnaires métropolitains et non des domestiques eux-mêmes.

Sara Moisy, promotion ASIOC 2014-2015

Réf. Solène Granier, Domestiques indochinois, Paris : Vendémiaire, coll. Empires, 2014, 221 p.

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/177834536

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

Pierre Brocheux : L’Indochine comme sociogénèse d’une rencontre et d’une transculturation – Recension d’ouvrages

Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]

Sara Moisy est étudiante du Master Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Elle séjourne actuellement à Pékin et effectue un mémoire de recherche en sociologie sur les jeunes diplômés chinois à l’épreuve de la déqualification.

Kimberly Kay Hoang: Dealing in Desire. Asian Ascendancy, Western Decline, and the Hidden Currencies of Global Sex Work [parution]

KimberlyKayHoang_DealingInDesire[ndlr] Nouvelle parution aux presses de l’université de Californie. Présentation de l’éditeur.

This captivating ethnography explores Vietnam’s sex industry as the country ascends the global and regional stage. Over the course of five years, author Kimberly Kay Hoang worked at four exclusive Saigon hostess bars catering to diverse clientele: wealthy local Vietnamese and Asian businessmen, Viet Kieus (ethnic Vietnamese living abroad), Western businessmen, and Western budget-tourists. Dealing in Desire takes an in-depth and often personal look at both the sex workers and their clients to show how Vietnamese high finance and benevolent giving are connected to the intimate spheres of the informal economy. For the domestic super-elite who use the levers of political power to channel foreign capital into real estate and manufacturing projects, conspicuous consumption is a means of projecting an image of Asian ascendancy to potential investors. For Viet Kieus and Westerners who bring remittances into the local economy, personal relationships with local sex workers reinforce their ideas of Asia’s rise and Western decline, while simultaneously bolstering their diminished masculinity. Dealing in Desire illuminates Ho Chi Minh City’s sex industry as not just a microcosm of the global economy, but a critical space where dreams and deals are traded.

Contents

Acknowledgments

Introduction: Dealing in Desire

1. Sex Work in HCMC, 1867–Present
2. The Contemporary Sex Industry
3. New Hierarchies of Global Men
4. Entrepreneurial Mommies
5. Autonomy and Consent in Sex Work
6. Constructing Desirable Bodies
7. Sex Workers’ Economic Trajectories
Conclusion: Faltering Ascent

Appendix: The Empirical Puzzle and the Embodied Cost of Ethnography
Notes
Bibliography
Index

Kimberly Kay Hoang is Assistant Professor of Sociology at Boston College.

Source : University of California Press

 

Bourdieu aujourd’hui: entretien avec l’historien, Blaise Wilfert-Portal [2012]

mediapart[ndlr] Pour illustrer notre propos lors de la séance introductive du séminaire, voici un petit rappel des liens possibles entre histoire et sociologie, en l’occurrence ici celle de Pierre Bourdieu. Retour sur la notion de champ, espace social de position, et questionnement autour des notions de monde social et d’État national.

 


Bourdieu aujourd’hui: entretien avec l… par Mediapart

A l’occasion des dix ans de la mort de Pierre Bourdieu et de la parution de son cours « Sur l’Etat », Mediapart a interrogé de jeunes chercheurs sur l’actualité de la pensée du sociologue. Ici, l’historien, Blaise Wilfert-Portal, maître de conférences à l’Ecole Normale Supérieure.

Profil de Blaise Wilfert-Portal (ENS)

The 2014 AAS Annual Conference: Philadelphia – Panels on Southeast Asia

[ndlr] La grande conférence annuelle de l’Association for Asian Studies se déroulera du jeudi 27 mars au dimanche 30 mars 2014 à Philadelphie. Aperçu des différents panels de cette année sur l’Asie du Sud-Est.

AAS-AnnualConf_2014Cliquez sur l’image pour accéder au programme complet en ligne

Southeast Asia

40. Cambodian Ceramics, Settlement Patterns, and Environmental Adaptation. Sponsored by Center for Khmer Studies. John Miksic, National University of Singapore

144. Center for Lao Studies: Changing Faces of Lao Communities. Vinya Sysamouth, Center for Lao Studies

42. Changing Dynamics of the Burma/Myanmar’s Borderlands: Historical and Ethnographic Perspectives. Yoko Hayami, Kyoto University

209. Connected and Local Histories of Arakan: New Textual and Epigraphic Studies. Sponsored by Burma Studies Group. Christian Lammerts, Rutgers University

142. Constructions of Childhoods in Colonial and Post-Colonial Vietnam. Olga Dror, Texas A&M University

210. Dien Bien Phu: Long Histories and Contested Futures. Sponsored by Vietnam Studies Group. Christian Lentz, University of North Carolina at Chapel Hill

341. Domestic Politics and Foreign Policy in Southeast Asia: Implications for Regional Order (ROUNDTABLE). Ann Marie Murphy, Seton Hall University

109. Ghosts, Magic, and Healing in Thailand. Justin McDaniel, University of Pennsylvania

279. Global City’s Dharma: Buddhism and Modernity in Singapore. Jack Meng-Tat Chia, Cornell University

111. Hanoi’s Domestic and International Challenges during the Vietnam War. Pierre Asselin, Hawaii Pacific University

312. Imagining Indonesia’s Forests: A Multidisciplinary Discussion on Forest Use, Perception, and Change across the Archipelago. Sponsored by The American Institute for Indonesian Studies (AIFIS). Rebakah Daro Minarchek, Cornell University

246. Inhabiting the Shadows: Political, Economic, and Cultural Repertoires in Contemporary Cambodia. Sponsored by Center for Khmer Studies. Andrew Mertha, Cornell University

247. Masculinities and Femininities in the Indonesian Islamic Revival. Sponsored by Indonesian and East Timor Studies Committee (IETSC). Nancy Smith-Hefner, Boston University

178. Migration, ‘Illegality’ and Citizenship in Contemporary Malaysia. Catherine Allerton, London School of Economics

314. Mortuary Ritual and Material Culture in Southeast Asia. Alison Carter, University of Wisconsin-Madison

80. Myanmar: The Dynamics of Positive Change (ROUNDTABLE). David Steinberg, Georgetown University

245. New Histories of Vietnamese Political Parties, 1920-1955. Haydon Cherry, North Carolina State University

79. New Media and Malaysia’s 2013 Election. Ross Tapsell, The Australian National University

143. New Perspectives on the Chinese in the Modern Colonial Philippines. Justin Jackson, Columbia University

18. Political Dynasty in Indonesia: Family Networks, Personality Politics and the Pursuit of Democracy. Jemma Purdey, Deakin University

9. Postcolonial Nation-Building in Southeast Asia During the Cold War. Sinae Hyun, University of Wisconsin-Madison

280. Post-Conflict Issues in Aceh, Poso and Ambon: Individuals, NGOs, and Local Governments. Sponsored by Indonesian and East Timor Studies Committee (IETSC). Julie Chernov Hwang, Goucher College

131. Practicing Politics in Malaysia and Singapore. Sponsored by Malaysia, Singapore, Brunei Study Group. Eric Thompson, National University of Singapore

78. Queer Southeast Asia: States, Markets, and Media. Sponsored by Southeast Asia Council. Peter Jackson, Australian National University

41. Reconfiguring Informality: Space and Livelihood Remapped in East and Southeast Asian Cities. B. Lynne Milgram, OCAD University

179. Refashioning Identities: The Politics of Dress in Early Modern Southeast Asia. Leslie Woodhouse, UC Berkeley

343. Rethinking Affect, Emotion, and Sentiment in post-reform Vietnam. Allen Tran, Bucknell College

177. Rethinking Philippine Studies through Histories of Money and Finance: New Perspectives on Colonialism, Nationalism, and Democracy. Sponsored by Philippine Studies Group. Allan Lumba, Harvard University

342. Sharia Dynamics: Everyday Life and Sociopolitical Conflict (Double Panel). Timothy Daniels, Hofstra University

211. Southeast Asian Language Programs: Current State and Future Opportunities for Collaboration. Sponsored by COTSEAL. Ellen Rafferty, University of Wisconsin-Madison

10. Speculative Orientations in Economic Life in Southeast Asia (Part 1). Sarah Grant, University of California, Riverside

176. The Expansion of the Notion of Indigenous Identity in Southeast Asia. Sponsored by Thailand, Lao and Cambodia (TLC) Group. Ian Baird, University of Wisconsin-Madison

313. The Future of ASEAN and New Member States with a Special Focus on Thailand (ROUNDTABLE). Pram Sousamout, Chulalongkorn University

175. The ‘Losers’ of Southeast Asia – Histories, Societies, and States outside the Center. Taylor Easum, New York University

212. When is Politics? Islam and the Idea of ‘the Political’ in Indonesian Studies. Sponsored by IETSC. Richard Fox, Universität Heidelberg

110. Where History and Archaeology Intersect: Southeast Asian Case Studies. Sponsored by Southeast Asia Council. Nam Kim, University of Wisconsin-Madison; Miriam Stark, University of Hawai’i-Manoa

Source : AAS Annual Conference

Programme complet en ligne : Digital Asian Studies ou AAS