Archives par mot-clé : société

Sophie Quinn-Judge : The Third Force in the Vietnam War: The Elusive Search for Peace 1954-75 [parution]

[ndlr] Avis de parution d’une nouvelle étude l’historienne Sophie Quinn-Judge. Présentation de l’éditeur.

It was the conflict that shocked America and the world, but the struggle for peace is central to the history of the Vietnam War. Rejecting the idea that war between Hanoi and the US was inevitable, the author traces North Vietnam’s programs for a peaceful reunification of their nation from the 1954 Geneva negotiations up to the final collapse of the Saigon government in 1975. She also examines the ways that groups and personalities in South Vietnam responded by crafting their own peace proposals, in the hope that the Vietnamese people could solve their disagreements by engaging in talks without outside interference. While most of the writing on peacemaking during the Vietnam War concerns high-level international diplomacy, Sophie Quinn-Judge reminds us of the courageous efforts of southern Vietnamese, including Buddhists, Catholics, students and citizens, to escape the unprecedented destruction that the US war brought to their people. The author contends that US policymakers showed little regard for the attitudes of the South Vietnamese population when they took over the war effort in 1964 and sent in their own troops to fight it in 1965.

A unique contribution of this study is the interweaving of developments in South Vietnamese politics with changes in the balance of power in Hanoi; both of the Vietnamese combatants are shown to evolve towards greater rigidity as the war progresses, while the US grows increasingly committed to President Thieu in Saigon, after the election of Richard Nixon. Not even the signing of the 1973 Paris Peace Agreement could blunt US support for Thieu and his obstruction of the peace process. The result was a difficult peace in 1975, achieved by military might rather than reconciliation, and a new realization of the limits of American foreign policy.

Sophie Quinn-Judge is the Associate Director of the Centre for Vietnamese History at Temple University. She was for many years a South East Asia correspondent for the Far Eastern Economic Review and for The Guardian. One of the foremost scholars of the Vietnam War, she taught for many years at the LSE and SOAS.

Ref. : Quinn-Judge, Sophie, The Third Force in the Vietnam War: The Elusive Search for Peace 1954-75, London, I.B.Tauris & Co Ltd, 2017, 336 p. ISBN: 9781784535971

Source : I.B.Tauris

 

Mei Feng Mok: « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975 »

[ndlr] Présentation par Christoph Giebel de la thèse de Mei Feng Mok sur Cholon et sa population sous la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975. Chronique publiée avec l’autorisation de son auteur.

Ref.: Mei Feng Mok, Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975, University of Washington, History, PhD thesis, Chair: Christoph Giebel, 2016.

It is with great pleasure that I announce to VSG a newly minted Ph.D.

On 8 June 2016, at the History department of the University of Washington, Seattle (USA), Mei Feng Mok successfully defended her dissertation « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975. »  The dissertation is based on a variety of sources in Vietnamese, Chinese, French and English, most notably rare and rarely-used Chinese-language newspapers from Chợ Lớn.  Examiners were Laurie Sears, Sasha Welland, and Christoph Giebel (chair);  Moon-ho Jung and Madeleine Dong added guidance at earlier stages of research.  Before coming to UW, Mei Feng Mok earned an MA in History at the National University of Singapore (NUS) with Bruce Lockhart.

Focusing on social life ordered around markets, native place congregations and temples, schools and work places, hospitals and medicinal halls, sports clubs and restaurants, private homes and public leisure places, Mei Feng deftly provides a rich tapestry of Chợ Lớn’s Chinese community, particularly its middle class, and the changes it underwent over time.  She situates Chợ Lớn in multiple relations: as one center of greater Sài Gòn, economic conduit for the southern Vietnamese hinterlands, socio-cultural hub for Chinese communities throughout Indochina, nodal point in transnational Chinese exchanges linking San Francisco, Hong Kong, China, and Singapore, and contributor to Cold War-era and Taiwan/ROC-centric sinophonic articulations.

The dissertation is organized into four main chapters:  

  • 1) Chợ Lớn’s built environment and human geography, its lived and shared spaces;  
  • 2) Education from kindergarten to adult learning between local and transnational networks and the state;  
  • 3) Sports and competitions over disciplining bodies and controlling social time;  
  • and 4) young adulthood, women in the public sphere, and socialization into multi-layered networks through marriage, work, philanthropy, and other ways of accumulating and spending social capital. 

Here Chợ Lớn emerges as a site of contestation between diasporic community interests, a « nation-building » Vietnamese state, and the transnational Chinese world not easily negotiated by individuals and further complicated by war, violence, and ideological divisions.

 Mei Feng’s work is bound to make significant contributions to a variety of fields:  e.g., to social history (and here everyday urban life) of which Việt Nam Studies are still desperately starved, to the growing body of studies on the Republic of Việt Nam (and a rare one where the RVN simply « is » rather than « fails »), to conversations about diasporic/minority communities with multiple identities in Việt Nam (and elsewhere), and to our knowledge of overseas Chinese and the dynamic currents in the Cold War-era transnational Chinese world.  Mei Feng will now take her talents and work to a Post-doctoral Fellowship position at the Asia Research Institute (ARI) in Singapore (NUS) where this important and exciting dissertation may well turn into a marvelous book.

 
Congratulations to Dr. Mei Feng Mok!
 
C. Giebel

UW-Seattle

Source : VSG

Image « à la une » : Le marché de Binh Tây à Cholon en 1960.

Nguyễn Quang Lập : Sài Gòn giải phóng tôi – Saigon m’a libéré

[ndlr] A lire sur la page Facebook de l’écrivain Nguyễn Quang Lập sa découverte de Saigon, un anniversaire fondateur.

Mãi tới ngày 30 tháng 4 năm 1975 tôi mới biết thế nào là ngày sinh nhật. Quê tôi người ta chỉ quan tâm tới ngày chết, ngày sinh nhật là cái gì rất phù phiếm. Ngày sinh của tôi ngủ yên trong học bạ, chỉ được nhắc đến mỗi kì chuyển cấp. Từ thuở bé con đến năm 19 tuổi chẳng có ai nhắc tôi ngày sinh nhật, tôi cũng chẳng quan tâm. Đúng ngày “non sông thu về một mối” tôi đang học Bách Khoa Hà Nội, cô giáo dạy toán xác suất đã cho hay đó cũng là ngày sinh nhật của tôi. Thật không ngờ. Tôi vui mừng đến độ muốn bay vào Sài Gòn ngay lập tức, để cùng Sài Gòn tận hưởng “Ngày trọng đại”.

Lire la suite : Facebook (29/04/2016)

Les collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon

Ce billet propose un aperçu des collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale à Lyon (UMR 5062). Nous présentons ci-après les principales collections de monographies et de périodiques en langue vietnamienne.

GiaiPhamMuaDong_1La politique d’acquisition d’ouvrages en vietnamien a débuté en 2003 grâce au soutien de la région Rhône Alpes (crédits INCA) et s’est poursuivie jusqu’à maintenant sur les fonds propres du laboratoire. La collection de monographies et de périodiques en langue vietnamienne de l’IAO est principalement composée d’ouvrages publiés depuis le début des années 1990 auxquels s’ajoutent des fonds plus anciens acquis depuis 2003 (fonds Georges Boudarel et Paul Mus) et des dons de chercheurs (Pierre Brocheux, Jean-Michel Cusset, Daniel Hémery, Philippe Langlet et Judy Stowe). Actuellement la collection rassemble plus de 5000 titres. Quelques 400 titres sont en cours de catalogage. A cela, il faut ajouter quelques 2500 titres de la collection du Fonds Boudarel également en cours de traitement ainsi que les ouvrages en vietnamien du fonds Langlet-Quach. A terme, près de 8000 ouvrages en langue vietnamienne seront disponibles.

Histoire politique et militaire (cotes 200V et 201V)

D’une façon générale le catalogage « maison » s’est fait selon les grandes catégories thématiques suivantes : société, sciences politiques, droit, économie, espaces, histoire, littérature.

Les usuels, dictionnaires, bibliographies et annuaires statistiques sont rassemblés dans les cotes 010V à 070V. Les ouvrages concernant la société (démographie, structures, groupes, faits sociaux, santé, éducation, religion, médias, culture) sont classés en 100V (de 100V à 111V). Les ouvrages en sciences politiques, défense, relations internationales sont en 200V. (de 200V à 205V). Le droit est classé en 300V, l’économie en 400V. (de 400V. à 416V, une série 400 comprenant les industries, les entreprises, la gestion, l’emploi, les syndicats, l’agriculture, l’innovation, l’économie monétaire et fiscale…). En 500V sont classés les ouvrages dédiés aux espaces et milieux (géographie, architecture, transports, territoires…). L’histoire est rassemblée dans les cotes 600V (de 600V à 607V), de l’histoire ancienne à l’histoire urbaine en passant par les récits personnels et l’histoire politique. Enfin, la littérature et la linguistique sont regroupées dans les cotes 700V et 750V.

Monographies

Les grandes thématiques de la collection vietnamienne rejoignent celles des autres aires culturelles étudiées à l’IAO : Droit ; Économie ; Géographie ; Histoire ; Sciences politiques ; Sociologie.

Aperçu des compactus (BDL / ENS de Lyon)

Quelques séries importantes sont à noter :

La collection des annuaires statistiques couvre les années 1994 à 2014 mais comprend également des séries plus anciennes publiées en République Démocratique du Viêt-Nam avant 1975.

L’IAO dispose d’une collection de plus d’une centaine de dictionnaires anciens et actuels sur la langue et la culture vietnamiennes et sur des thématiques particulières (armée, culture, littérature, folklore, ethnies). Elle possède notamment le dictionnaire encyclopédique du Viêt Nam en 4 volumes, le dictionnaire encyclopédique sur Hanoi (11 volumes parus), des dictionnaires biographiques, des chronologies historiques en plusieurs volumes et des dictionnaires encyclopédiques sur la faune, la flore ou les plantes médicinales.

Instruments de travail (grands formats, dictionnaires, annuaires statistiques, encyclopédies, écrits d’Ho Chi Minh)

La collection comprend également des Sources historiques majeures sur le Viêt-Nam contemporain, notamment la série complète (54 volumes) des Documents du PCV. La bibliothèque de recherche de l’IAO est la seule bibliothèque en France à posséder cette série ainsi que la série complète des Documents de l’Assemblée nationale (commandée). Elle a acquis par don de l’EFEO le Corpus des inscriptions anciennes du Việt-Nam, actuellement 21 volumes. Elle détient également les classiques sur l’histoire ancienne du Viêt-Nam : Đại Việt sử ký toàn thư (3 vol.), Đại Nam thực lục (19 vol.) et une série de sources sur l’histoire de Hanoi éditée à l’occasion du millénaire (2010). D’autres documents sources méritent d’être cités comme la documentation récente sur la Mer orientale (Biển Đông, 4 tomes + d’autres monographies sur ce sujet) ou les exemplaires originaux des revues Nhân Văn et Giai Phẩm (photo d’introduction de ce billet) dans la collection de périodiques du Fonds Boudarel.

Collections des documents du PCV et de l’Assemblée nationale de la RSVN

Pour la recherche historique, signalons que les collections en plusieurs volumes sur l’histoire du Viêt-Nam sont importantes. Éditées principalement en RSVN ou pendant la période de la République du Viêt-Nam (1955-1975) ou encore à l’étranger (France et Canada), elles abordent l’histoire générale du Viêt-Nam, l’histoire de la guerre, l’histoire économique (Đặng Phong en 3 vol.), l’histoire de Saigon (collection Văn hóa Sài Gòn), l’histoire des femmes, l’histoire des Jeunesses de choc (TNXP), l’histoire des moyens de communications, l’histoire du Parti communiste vietnamien ou celle des partis nationalistes (cotes 600 à 607V).

Histoire politique, nationalisme et communisme (Cote 605V)

L’IAO possède une collection des documents politiques parus pendant la guerre (fonds Boudarel, ouvrages et dossiers) et les œuvres politiques des principaux dirigeants communistes vietnamiens : Hồ Chí Minh, Võ Nguyên Giáp, Duẩn, Trường Chinh, Nguyễn Văn Linh… (cotes 200V) ainsi que des monographies régionales du PCV plus une collection d’ouvrages sur le droit du travail, le droit pénal, le droit des entreprises (cotes 300V). Ces collections en langue originale sont très utiles pour étudier l’histoire du communisme vietnamien, son implantation, sa structure, ses réalisations ou encore son discours.

Le volet littérature (cotes 700 et 750V) n’est pas négligeable car la collection comprend les plus grand auteurs vietnamiens : Dương Thu Hương, Khái Hưng, Nguyễn Hiến Lê, Nguyễn Huy Thiệp, Nguyễn Ngọc Ngạn, Nhã Ca, Nhất Linh, Phan Tứ, Tô Hoài, Võ Phiến, Vũ Trọng Phụng… ainsi que des collections de recueils de poésie et de théâtre populaire ou traditionnel (cote 100V).

Fonds Boudarel et ouvrages anciens

En outre, il faut signaler une collection de mémoires d’acteurs rassemblant plusieurs centaines de titres : Bùi Tín, Đồng Sĩ Nguyên, Hoàng Xuân Hãn, Nguyễn Quyết, Nguyễn Tường Bách, Nguyễn Văn To, Phm Duy, Phan Nhật Nam, Trần Văn Giàu, Trần Văn Khê, Võ Bm, Võ Nguyên Giáp, Xuân Vũ… (cotes 603V).

De même les principaux travaux d’intellectuels vietnamiens qui ont traversé le XXe siècle sont disponibles. Nous attirons l’attention également sur les précieuses sources en histoire ancienne et sur le bouddhisme du fonds Langlet-Quach que nous avions présentées dans un précédent billet.

Sur les questions économiques et sociales, la collection de l’IAO est à jour avec l’achat régulier des grandes analyses sur l’évolution économique depuis vingt ans (cotes 400V).

Périodiques

Il faut ajouter à cet ensemble unique en France l’abonnement annuel à 14 revues vivantes couvrant l’ensemble des sciences sociales (Histoire, Sociologie, Anthropologie, Droit, Économie, Sciences religieuses, etc.). Enfin, plus d’une centaine de revues mortes permettent d’approfondir dans le temps nos connaissances sur tel ou tel sujet.

Aperçu des collections de périodiques

Notre galerie de photographies affichent quelques collections en langues occidentales (français ou anglais) avec les revues Études vietnamiennes (depuis 1964, Hanoi), The Vietnam Forum (1983-1990, Yale) et Journal of Vietnamese Studies (depuis 2006, Berkeley).

Les 14 périodiques vivants couvrent les thématiques suivantes : histoire (3 revues dont une revue d’histoire du PCV), défense et armée (4 revues), économie (1 revue), sociologie (1 revue), ethnologie (1 revue), religion (1 revue), sciences humaines et sociales (1 revue), études de l’Asie du Sud-Est et gender studies (1 revue).

Sur plus de détail sur ces périodiques, voir notre billet sur les revues vietnamiennes de l’IAO (abonnements 2003-2015).

En ce qui concerne les sources journalistiques ancienne de la période indochinoise, voir notre billet sur les microformes : Collections sur l’Indochine : les microformes de l’IAO.

Pour rechercher un ouvrage de la bibliothèque de recherche de l’IAO à Lyon sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) : http://rechercher.bibliotheque-diderot.fr/primo_library/libweb/action/search.do

Les informations relatives aux inscriptions des lecteurs et à l’emprunt des ouvrages sont en ligne sur le site du laboratoire : Services

Pour finir, les efforts déployés par notre Institut depuis treize ans, grâce également aux premiers soutiens de la région Rhône Alpes et aux initiatives des historien.nes Christopher Goscha et Agathe Larcher-Goscha, permet aujourd’hui d’offrir aux chercheurs sur le Viêt-Nam contemporain une bibliothèque de recherche à la fois diversifiée dans ses thématiques et de haute qualité.

Texte et photos : François Guillemot, IR CNRS, responsable des Collections vietnamiennes à l’IAO.

MàJ 10/03/2016.

Colloque « Vietnam : Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? » – 11 mars 2016

[ndlr] Programme définitif.

Colloque

« Vietnam : Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? »

Fondation Gabriel Péri

Vendredi 11 mars 2016

Maison de la chimie, 28 rue Saint-Dominique, 75007 Paris

M° Invalides (ligne 8) ou Assemblée nationale (ligne 12)

 dcsvn-2015-02

Programme

9h        Accueil Café

9h30     Allocutions d’ouverture :

  • S.E.M. Nguyen Ngoc Son, Ambassadeur du Vietnam en France,
  • Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri.

 9h45 – 11h20 :  Quelle originalité de la politique vietnamienne ? 

Animateur : Daniel Cirera, Secrétaire général du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri

  • Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France au Vietnam
  • Patrice Jorland, ancien diplomate
  • Sylvie Fanchette, géographe, chargée de recherche, HDR, IRD : Les rapports États-paysanneries et les enjeux fonciers
  • Pr DSc Phan Xuân Sơn, Académie nationale de politique Ho Chi Minh, membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV

11h20 – 13h :  Après le 12e congrès du PCV, quoi de neuf ?

Animateur :  Paul Fromonteil, membre du bureau national de l’association d’amitié franco-vietnamienne

Témoignage : Dominique Bari, journaliste

  • Jean-Philippe Eglinger, ingénieur, chef d’entreprise, enseignant à l’INALCO
  • Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier : La politique étrangère du Vietnam avant et après le Congrès.
  • Bùi Thế Giang, Directeur général de la Direction de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, Commission des relations extérieures du Comité central du PCV

13h – 14h30 :  Déjeuner

14h30 – 16h30 :   Le PCV, un parti encore marxiste ?

Animateur : Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri

  • Benoît De Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM
  • Philippe Delalandeéconomiste, directeur des collections sur l’Asie à l’Harmattan, membre du groupe d’études prospective Asie21-futuribles
  • Hugues Tertrais, fondateur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine, professeur émérite à l’Université de Paris I ‐ Panthéon‐Sorbonne
  • Pr DSc Vũ Minh Giang,  membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV

16h30 : Conclusion

  • Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri

Entrée libre sur inscription nominative préalable : inscription@gabrielperi.fr (cliquer sur le lien ou envoyer un mail en précisant Inscription Vietnam 11 mars 2016)

Laurent Gédéon : Saigon-Cholon, au fil de l’eau [récit visuel]

[ndlr] Recit visuel de Laurent Gédéon (IAO, ENS de Lyon) sur l’arroyo chinois.

Saigon-Cholon, au fil de l’eau

Ce récit visuel se présente sous la forme d’un itinéraire qui suit le cours de l’arroyo chinois, voie d’eau qui reliait Saigon à l’ancienne ville chinoise de Cholon. Les photos, prises en quasi-totalité au cours de la première moitié du XXe siècle, mettent en lumière la double fonction, économique et sociale, de cet environnement. Celui-ci apparaît à la fois comme un lieu d’habitat pour une frange de la population et un espace par lequel transitent les flux de marchandises entre Cholon et Saigon.

L’Asie du Sud-Est 2016 [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique.

L’Asie du Sud-Est 2016

Bilan, enjeux et perspectives

ASE2016_couvDirigé par Abigaël Pesses
Les Indes Savantes – Irasec, Paris – Bangkok, janvier 2016, 456 p.
ISBN : 978-2-84654-444-3

Établissant une rétrospective des faits majeurs de l’année 2015, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l’année 2016 dans une région de près de 600 millions d’habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques et l’Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et d’experts, L’Asie du Sud-Est 2016 offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Outre une analyse claire et détaillée sur chacun des onze pays de la région, L’Asie du Sud-Est 2016 propose quatre dossiers et un débat sur des sujets d’actualité représentatifs des changements en cours. De nombreux outils pratiques sur l’Asie du Sud-Est sont également disponibles, au nombre desquels une chronologie par pays des événements des douze derniers mois ainsi qu’un répertoire des principaux partis politiques en Asie du Sud-Est.

Sommaire

Les dossiers de l’année

  • L’Asean peut-elle transformer l’Asie du Sud-Est en région intégrée ? (Bruno Jetin)
  • La Chine en Asie du Sud-Est : entre pré carré et rivalités géopolitiques grandissantes (Barthélémy Courmont, Frédéric Lasserre et Éric Mottet)
  • L’Inde et l’Asie du Sud-Est, une relation proche mais lointaine (Jean-Raphaël Chaponnière)
  • Les zones communes de développement : une solution en mer de Chine méridionale ? (Nathalie Fau)

Débat

  • Appropriations politiques des rôles féminins en Asie du Sud-Est (Sarah Anaïs Andrieu, Élodie Coffre et Abigaël Pesses)

La région

  • Birmanie (Bénédicte Brac de la Perrière)
  • Brunei (Marie-Sybille de Vienne)
  • Cambodge (Julie Blot et Anne Yvonne Guillou)
  • Indonésie (Jean-Marc de Grave)
  • Laos (Éric Mottet)
  • Malaisie (Elsa Lafaye de Micheaux)
  • Philippines (François-Xavier Bonnet)
  • Singapour (Éric Frécon)
  • Thaïlande (Jean Baffie)
  • Timor-Leste (Christine Cabasset)
  • Vietnam (Laurent Gédéon et François Guillemot)

Annexe

  • Répertoire des principaux partis politiques  en Asie du Sud-Est (François Vezier)

Source : IRASEC

Ngày trở về – Dấu chân người Việt [VTV4]

[ndlr] Signalement d’une émission intéressante intitulée Ngày trở về – Dấu chân người Việt [Le jour du retour – l’empreinte vietnamienne] consacrée aux destins de Vietnamiens aux quatre coins du monde.

L’émission de près de deux heures s’intéresse :

  • au destin des prisonniers politiques vietnamiens relégués dans les bagnes de Guyane sous la colonisation française ; en particulier le cas de Tran Tu Yen est mis en avant avec le concours de Christelle Dedebant (env. 25 mn) ;
  • à celui des travailleurs indochinois réquisitionnés pendant la Seconde Guerre mondiale et riziculteurs en Camargue accompagné d’un commentaire du journaliste Pierre Daum (env. 15 mn) ;
  • à la vie quotidienne de plusieurs générations de Vietnamiens vivant en Allemagne témoin de la réunification allemande (env. 15 mn) ;
  • au métier des Vietnamiens des États-Unis spécialisés dans la manucure  (env. 15 mn) ;
  • à l’histoire de Nguyen An, l’architecte vietnamien qui dessina la Cité interdite de Pékin (env. 12 mn) ;
  • aux découvertes de trois scientifiques vietnamiens résidant aux États-Unis et en Allemagne : le docteur Le Trong Phi ; Nguyen Trong Hien travaillant à la NASA ; Tan Le et son invention étonnante en bioinformatique de contrôle des objets à distance… (env. 30 mn)

Une saga qui vise à valoriser l’excellence vietnamienne à travers le monde tant sur le plan humain que sur le plan scientifique malgré les vicissitudes de l’histoire.

Sébastien Ledoux : Le devoir de mémoire – une formule et son histoire [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Ledoux_LeDevoirDeMémoireD’où vient l’expression « devoir de mémoire » ? Comment s’est-elle imposée dans notre langage courant ? À partir de nombreux entretiens, d’archives inédites et de sources numériques massives, Sébastien Ledoux retrace la trajectoire de cette formule qui éclaire la relation souvent douloureuse que la France entretient avec son histoire récente. Forgé à l’orée des années 1970, le terme investit le débat public dans les années 1990, accompagnant le « syndrome de Vichy » et la réévaluation du rôle de la France dans la mise en œuvre de la Solution finale, avant d’être repris pour évoquer les non-dits de la mémoire coloniale. Doté d’une forte charge émotive, il traverse les débats sur la recomposition du récit national, la place du témoin, le rôle de l’historien, la patrimonialisation du passé ou la reconnaissance des victimes, qui traduisent un tournant majeur et accouchent de nouvelles questions dont l’actualité est toujours brûlante. Ce sont les mutations de la société française des cinquante dernières années qui sont ici analysées par le biais de ses nouveaux rapports au passé que le « devoir de mémoire » est venu cristalliser.

Préface de Pascal Ory

Enseignant à Sciences Po Paris et chercheur en histoire contemporaine à Paris 1 (Centre d’histoire sociale du xxe siècle), Sébastien Ledoux a consacré sa thèse à l’histoire du « devoir de mémoire » pour laquelle il a obtenu en 2015 le Prix de la recherche de l’INA.

Source : CNRS éditions

  • Sébastien Ledoux était l’invité de Jean Lebrun sur France Inter pour l’émission « La marche de l’histoire », jeudi 21 janvier 2016.

Jonathan D. London: Where to from here for Vietnam? [East Asia Forum]

[ndlr] L’analyse du XXe Congrès par Jonathan D. London (City University of Hong Kong) à lire sur East Asia Forum.

While Vietnam’s 12th Party Congress was billed as a contest for leadership of the party between sitting party secretary Nguyen Phu Trong and sitting prime-minister Nguyen Tan Dung, it might well be remembered as marking the beginning of a generational shift in the party’s top leadership. Yet a generational shift does not necessarily entail major changes. Indeed, for all the excitement and tension that surrounded the congress, the current mood in Vietnam is one of anti-climax.

So what happened? Through a mix of procedural means and clever politicking that took many by surprise, Nguyen Phu Trong secured himself a second term as general secretary of Vietnam’s Communist Party. In the process, he and his supporters appear to have effectively short-circuited the political career of the self-styled political maverick Nguyen Tan Dung — the current prime minister, who until as recently as a few months ago was held to be the favourite for the leadership post.

Dung’s own legacy was his downfall. Though widely labelled a reformer, Dung’s record never squarely fit that characterisation. Mostly, he was a smooth politician who built up a powerful patronage network and initiated reforms that promoted the interests of well-placed persons and foreign investors, sometimes to the detriment of the country’s economic performance. While Dung projected himself as being committed to a more open and democratic Vietnam, his critics dismissed such a possibility. Still, much to the chagrin of his critics, Dung’s enigmatic style and wit led many Vietnamese to see his bid for secretary general as a bid for a new direction in Vietnamese politics that, though imperfect, would at the very least bring change.

Instead, the opposite has occurred. It is the party conservatives who are smiling. In the immediate aftermath of the Congress the state-run press was awash with photos of Trong being congratulated by his handpicked clutch of appointees. In contrast, images of Dung have him either standing stoically by or back turned, heading for the exits.

Lire la suite : East Asia Forum, 04/02/2016.

Ouvrages et articles récents de Jonathan D. London:

  • DrJonathanLondonLondon, Jonathan D. (ed.), The Routledge Handbook of Contemporary Vietnam, Oxfordshire UK, Routledge (Forthcoming in 2015).
  • London, Jonathan D. (ed.), Politics in Contemporary Vietnam: Party, State, and Authority Relations, New York and London, Palgrave Macmillan, 2014.
  • Malesky, Edmund and Jonathan London, “Reviewing the Political Economy of Development in China and Vietnam”, Annual Review of Political Science, 17, 2014.
  • London, Jonathan D., “Welfare Regimes in China and Viet Nam”, Journal of Contemporary Asia, Volume 44 (1): 84-107, 2014.
  • London, Jonathan D., “The Promises and Perils of Hospital Autonomy: Reform by Decree in Vietnam”, Social Science and Medicine, Volume 96 (2013), p. 232-240, 2013.
  • London, Jonathan D. (ed.), Education in Vietnam, Singapore, ISEAS Press, 2011.
  • London, Jonathan D., “Globalization & the Governance of Education in Viet Nam”, Asia-Pacific Journal of Education, Vol. 30, No. 4, December 2010.
  • London, Jonathan D., “Viet Nam and the Making of Market Leninism”, The Pacific Review, Vol. 22 No. 3 July 2009: 373–397, 2009.

 

Pour en savoir plus sur les enjeux de l’après Congrès :