Archives par mot-clé : Shoah

Imre Kertész (1929-2016)

[ndlr] Signalement d’articles sur la disparition de l’écrivain hongrois, prix Nobel de littérature en 2002. Retour sur le destin d’un écrivain qui traversa deux totalitarismes, de la destruction nazie en Allemagne à la paralysie communiste en Hongrie, menant à une reconnaissance internationale tardive. Un homme de « culture européenne » qui découvrit la littérature derrière le rideau de fer et appréciait La nausée de Sartre ou L’étranger de Camus. Un travail d’une grande acuité sur l’identité et la mémoire.

Kertesz_EtreSansDestin« Je suis donc mort une fois pour pouvoir continuer à vivre – et c’est peut-être là ma véritable histoire ».

« Ce que je voulais décrire, c’est comment, dans un univers concentrationnaire, un adolescent pouvait être méthodiquement spolié de sa personnalité naissante. C’est l’état dans lequel vous vous trouvez lorsqu’on vous a confisqué jusqu’à l’idée même de votre histoire. Un état où il est interdit de se confronter à soi-même. Tout le défi du roman consistait à inventer une langue qui lie ces notions et indique une existence verrouillée. »

« Si l’Holocauste a créé une culture – ce qui est incontestablement le cas -, le but de celle-ci peut être seulement que la réalité irréparable enfante spirituellement la réparation, c’est-à-dire la catharsis. Ce désir a inspiré tout ce que j’ai jamais réalisé.»

«Quand je pense à un roman, je pense toujours à Auschwitz. Même quand je parle de quelque chose de tout à fait différent, je parle d’Auschwitz. Je suis un médium pour l’esprit d’Auschwitz. Auschwitz parle à travers moi. Tout le reste me semble stupide à côté de ça.»

Sabine Audrerie, « Le sujet d’Imre Kertész, c’était la liberté », La Croix, 31/01/2016. Entretien avec son éditeur suédois, Svante Weyler : Son sujet, au-delà des deux grands thèmes que sont l’Holocauste et le communisme, c’était la liberté. Nombre de lecteurs sont entrés dans son travail par « Être sans destin », persuadés qu’ils savaient ce qu’était l’Holocauste, et réalisant après que non.

Bruno Corty, Mort de l’écrivain hongrois Imre Kertész, Nobel de littérature, Le Figaro, 31/01/2016. […] Imre Kertész publie son premier roman, Être sans destin , dans l’indifférence générale, en 1975. Il a alors 46 ans. Il a mis dix ans à l’écrire. C’est un récit sans pathos, distancié, sur ses mois de déportation. Une grande œuvre bouleversante et provocante. […]

Gille Heuré, Imre Kertész, écrivain irréductible, Télérama, 31/03/2016. […] Etre dépossédé de son destin, de son identité, procède des immuables processus des régimes totalitaires. Le problème est ensuite de savoir comment on recouvre son identité et à quel prix. […]

Guy Konopnicki, Mort de Imre Kertész, le dernier juif de Budapest, Marianne, 31/03/2016. […] Imre Kertesh était le dernier témoin de cet espace qui n’a pas fini de hanter la littérature mondiale.

Christine Marcandier, Imre Kertész (1929-2016) : «Je vais continuer à vivre ainsi ma vie invivable», Diacritik, 31/01/2016. […] Le narrateur d’Être sans destin a quinze ans, comme Kertész déporté, il est l’observateur comme étranger à lui-même et au monde de ce qu’il vit. Le récit, descriptif, quasi dépourvu de dialogue, contraint le lecteur à adopter cette même distance. […] Pourtant, comme le rappelle l’écrivain dans Dossier K., il ne faut pas confondre sa vie et son œuvre : si l’homme est né en 1929, l’écrivain est lui né en 1961, quand il commence à écrire Être sans destin. […]

Florence Noiville, L’écrivain hongrois Imre Kertész, Prix Nobel de littérature, est mort, Le Monde, 31/01/2016. […] Un homme libre. Imperméable à toute sorte de pose, sociale ou littéraire : voilà ce qu’aura été Imre Kertész toute sa vie. A travers ses livres traduits tous chez Actes sud, dont Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas (1995), Liquidation (2004), Le Refus (2002) ; Journal de galère (2010), Le Chercheur de traces (2003)… – l’écrivain se présentait comme quelqu’un qui, « du nazisme au stalinisme, aura accumulé suffisamment de savoir intime sur la dictature » pour la traduire en une expérience créatrice.  […]

Thomas Regnier, Imre Kertész, le juste, est mort, L’Obs, 31/03/2016. […] L’écriture de l’Holocauste comme «lutte»: tout Kertész est dans cette formule. Lutte, parce qu’aux prises avec la page blanche on se réapproprie la littérature, qu’Auschwitz n’a pas anéantie mais qu’il a «mise en suspens». Lutte, parce qu’en évoquant l’Holocauste, entre réalité et fiction, on restitue son universalité à l’événement. […]

Œuvres traduites en français :

  • Kertész, Imre, Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas, Arles, Actes Sud, 1995. Trad. de « Kaddis a meg nem született gyermekért » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Être sans destin : roman, Arles, Actes Sud, 1997. Trad. de « Sorstalanság » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Un autre : chronique d’une métamorphose, Arles, Actes Sud, 1999. Trad. de « Valaki más. A változás kronikája » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Le refus, Arles, Actes Sud, 2002. Trad. de « A kudarc » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Le chercheur de traces, Arles, Actes Sud, 2003. Trad. de « A nyomkereső » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Liquidation, Arles, Actes Sud, Babel, 2004. Trad. de « Felszámolás » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Le drapeau anglais suivi de Le chercheur de traces et de Procès-verbal, Arles, Actes Sud, 2005. Trad. de « Az angol lobogó », de « A nyomkeresõ » et de « Jegyző̈könyv » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Roman policier, Arles, Actes Sud, 2006. Trad. de « Detektívtörténet » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Dossier K., Arles, Actes Sud, 2008. Trad. de Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, L’Holocauste comme culture : discours et essais, Arles, Actes Sud, 2009. Trad. de Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
  • Kertész, Imre, Journal de galère, Arles, Actes Sud, 2010. Trad. de « Gályanapló » par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai.
Image « à la une » : About Imre Kertész, Kaddish.

Filmer la guerre : Les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946) – Exposition

ImpressionFilmer la guerre

Les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946)

Du vendredi 9 janvier 2015 au dimanche 27 septembre 2015

Dès 1941, dans les pas de l’Armée rouge, des opérateurs soviétiques sont envoyés sur le front et captent les traces des crimes nazis.

À qui ces films sont-ils destinés ? Quels sont les processus de production et de diffusion de ces centaines d’heures de tournage ? Est-ce dans le but de participer à la mobilisation de tout un peuple pour la lutte contre « l’envahisseur fasciste » ? Pourquoi la judéité des victimes est-elle parfois gommée et parfois mise en évidence ?

Les films présentés concernent les images de l’ouverture des fosses et des traces des exécutions de masse en Europe de l’est (Babi Yar, Rostov, Krasnodar, Kertch, etc.), de la libération des camps de concentration et d’extermination (Klooga, Maidanek, Auschwitz, etc.), et des multiples procès et exécutions qui suivirent la Libération. Aux côtés de cinéastes célèbres comme Roman Karmen, les autorités politiques s’impliquent dans la construction d’une histoire de la « Grande guerre patriotique » au cinéma.

Source : Mémorial de la Shoah

FilmerLaGuerre_2015

Cliquer sur l’image pour accéder au site

Publication :

Filmer la guerre : les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946). Catalogue de l’exposition, éd. Mémorial de la Shoah, 2015.