Archives par mot-clé : sciences politiques

Changing Lives in Laos: Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State [parution]

[ndlr] Parution d’une nouvelle publication sur le Laos contemporain sous la direction de Vatthana Pholsena et Vanina Bouté. Présentation de l’éditeur.

Changing Lives in Laos:

Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State

Edited by Vanina Bouté and Vatthana Pholsena

Changes in the character of the political regime in Laos after 2000, a massive influx of foreign investment, and disruptions to rural life arising from improved communications and new forms of mobility within and across the borders have produced a major transformation across the country. Witnessing these changes, a group of scholars carried out studies that document the rise of a new social, cultural and economic order. The contributions to this volume draw on original fieldwork materials and unpublished sources, and provide fresh analyses of topics ranging from the structures of power to the politics of territoriality and new forms of sociability in emerging urban spaces.

« In Changing Lives in Laos, Vanina Bouté and Vatthana Pholsena have assembled an invaluable collection of papers on Laos by key established and emerging scholars of the country. While Laos remains under-studied compared to most of the region, these chapters show an increasingly thorough engagement with people and places and a better understanding of the texture of transition and transformation. »
Jonathan Rigg, Department of Geography, National University of Singapore

« This new book on Laos, edited by two leading specialists on this country, features articles by a new generation of historians, anthropologists, geographers and political scientists. Studying state formation, new economic trends, and issues such as the cultural integration of ethnic minorities and rural migration, this interesting book brilliantly demonstrates how in less than fifty years Lao society has been deeply transformed. »
Yves Goudineau, Director of the French School of Asian Studies (EFEO), Chair in Comparative Anthropology of Southeast Asia (Paris)

________________________________________________________ 

CONTENTS
List of Illustrations
1. Introduction
Vanina Bouté and Vatthana Pholsena

PART I: STATE FORMATION AND POLITICAL LEGITIMATION
2. The History and Evolution of the Lao People’s Revolutionary Party
Martin Rathie
3. Shaping the National Topography: The Party-State, National Imageries, and Questions of Political Authority in Lao PDR
Oliver Tappe
4. ‘Special Operation Pagoda’: Buddhism, Covert Operations, and the Politics of Religious Subversion in Cold-War Laos (1957-60)
Patrice Ladwig
5. War Generation: Youth Mobilization and Socialization in Revolutionary Laos
Vatthana Pholsena
6. Socialist Pathways of Education: The Lao in East Germany
Nicole Reichert

PART II: NATURAL RESOURCE GOVERNANCE AND AGRARIAN CHANGE
7. The Poltical Ecology of Upland/Lowland Relationships in Laos since 1975
Olivier Évrard and Ian G. Baird
8. The New ‘New Battlefield’: Capitalizing Security in Laos’ Agribusiness Landscape
Michael B. Dwyer
9. Reaching the Cities: New Forms of Network and Social Differentiation in Northern Laos
Vanina Bouté

PART III: ETHNIC MINORITIES ENGAGING WITH MODERNITY
10. Ethnic Belonging in Laos: A Politico-Historical Perspective
Grégoire Schlemmer
11. Piglets Are Buffaloes: Buddhification and the Reduction of Sacrifices on the Boloven Plateau
Guido Sprenger
12. Rubber’s Affective Economies: Seeding a Social Landscape in Northwest Laos
Chris Lyttleton and Yunxia Li

PART IV: IN SEARCH OF OPPORTUNITIES: MOVING ACROSS AND OUTSIDE THE COUNTRY
13. Migration and Mobility in Laos
Sverre Molland
14. Patterns and Consequences of Undocumented Migration from Lao PDR to Thailand
Kabmanivanh Phouxay
15. Textiles Economy in Laos: From the Household to the World
Annabel Vallard

Bibliography
Contributors
Index

Source : NUS Press

Les collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon

Ce billet propose un aperçu des collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale à Lyon (UMR 5062). Nous présentons ci-après les principales collections de monographies et de périodiques en langue vietnamienne.

GiaiPhamMuaDong_1La politique d’acquisition d’ouvrages en vietnamien a débuté en 2003 grâce au soutien de la région Rhône Alpes (crédits INCA) et s’est poursuivie jusqu’à maintenant sur les fonds propres du laboratoire. La collection de monographies et de périodiques en langue vietnamienne de l’IAO est principalement composée d’ouvrages publiés depuis le début des années 1990 auxquels s’ajoutent des fonds plus anciens acquis depuis 2003 (fonds Georges Boudarel et Paul Mus) et des dons de chercheurs (Pierre Brocheux, Jean-Michel Cusset, Daniel Hémery, Philippe Langlet et Judy Stowe). Actuellement la collection rassemble plus de 5000 titres. Quelques 400 titres sont en cours de catalogage. A cela, il faut ajouter quelques 2500 titres de la collection du Fonds Boudarel également en cours de traitement ainsi que les ouvrages en vietnamien du fonds Langlet-Quach. A terme, près de 8000 ouvrages en langue vietnamienne seront disponibles.

Histoire politique et militaire (cotes 200V et 201V)

D’une façon générale le catalogage « maison » s’est fait selon les grandes catégories thématiques suivantes : société, sciences politiques, droit, économie, espaces, histoire, littérature.

Les usuels, dictionnaires, bibliographies et annuaires statistiques sont rassemblés dans les cotes 010V à 070V. Les ouvrages concernant la société (démographie, structures, groupes, faits sociaux, santé, éducation, religion, médias, culture) sont classés en 100V (de 100V à 111V). Les ouvrages en sciences politiques, défense, relations internationales sont en 200V. (de 200V à 205V). Le droit est classé en 300V, l’économie en 400V. (de 400V. à 416V, une série 400 comprenant les industries, les entreprises, la gestion, l’emploi, les syndicats, l’agriculture, l’innovation, l’économie monétaire et fiscale…). En 500V sont classés les ouvrages dédiés aux espaces et milieux (géographie, architecture, transports, territoires…). L’histoire est rassemblée dans les cotes 600V (de 600V à 607V), de l’histoire ancienne à l’histoire urbaine en passant par les récits personnels et l’histoire politique. Enfin, la littérature et la linguistique sont regroupées dans les cotes 700V et 750V.

Monographies

Les grandes thématiques de la collection vietnamienne rejoignent celles des autres aires culturelles étudiées à l’IAO : Droit ; Économie ; Géographie ; Histoire ; Sciences politiques ; Sociologie.

Aperçu des compactus (BDL / ENS de Lyon)

Quelques séries importantes sont à noter :

La collection des annuaires statistiques couvre les années 1994 à 2014 mais comprend également des séries plus anciennes publiées en République Démocratique du Viêt-Nam avant 1975.

L’IAO dispose d’une collection de plus d’une centaine de dictionnaires anciens et actuels sur la langue et la culture vietnamiennes et sur des thématiques particulières (armée, culture, littérature, folklore, ethnies). Elle possède notamment le dictionnaire encyclopédique du Viêt Nam en 4 volumes, le dictionnaire encyclopédique sur Hanoi (11 volumes parus), des dictionnaires biographiques, des chronologies historiques en plusieurs volumes et des dictionnaires encyclopédiques sur la faune, la flore ou les plantes médicinales.

Instruments de travail (grands formats, dictionnaires, annuaires statistiques, encyclopédies, écrits d’Ho Chi Minh)

La collection comprend également des Sources historiques majeures sur le Viêt-Nam contemporain, notamment la série complète (54 volumes) des Documents du PCV. La bibliothèque de recherche de l’IAO est la seule bibliothèque en France à posséder cette série ainsi que la série complète des Documents de l’Assemblée nationale (commandée). Elle a acquis par don de l’EFEO le Corpus des inscriptions anciennes du Việt-Nam, actuellement 21 volumes. Elle détient également les classiques sur l’histoire ancienne du Viêt-Nam : Đại Việt sử ký toàn thư (3 vol.), Đại Nam thực lục (19 vol.) et une série de sources sur l’histoire de Hanoi éditée à l’occasion du millénaire (2010). D’autres documents sources méritent d’être cités comme la documentation récente sur la Mer orientale (Biển Đông, 4 tomes + d’autres monographies sur ce sujet) ou les exemplaires originaux des revues Nhân Văn et Giai Phẩm (photo d’introduction de ce billet) dans la collection de périodiques du Fonds Boudarel.

Collections des documents du PCV et de l’Assemblée nationale de la RSVN

Pour la recherche historique, signalons que les collections en plusieurs volumes sur l’histoire du Viêt-Nam sont importantes. Éditées principalement en RSVN ou pendant la période de la République du Viêt-Nam (1955-1975) ou encore à l’étranger (France et Canada), elles abordent l’histoire générale du Viêt-Nam, l’histoire de la guerre, l’histoire économique (Đặng Phong en 3 vol.), l’histoire de Saigon (collection Văn hóa Sài Gòn), l’histoire des femmes, l’histoire des Jeunesses de choc (TNXP), l’histoire des moyens de communications, l’histoire du Parti communiste vietnamien ou celle des partis nationalistes (cotes 600 à 607V).

Histoire politique, nationalisme et communisme (Cote 605V)

L’IAO possède une collection des documents politiques parus pendant la guerre (fonds Boudarel, ouvrages et dossiers) et les œuvres politiques des principaux dirigeants communistes vietnamiens : Hồ Chí Minh, Võ Nguyên Giáp, Duẩn, Trường Chinh, Nguyễn Văn Linh… (cotes 200V) ainsi que des monographies régionales du PCV plus une collection d’ouvrages sur le droit du travail, le droit pénal, le droit des entreprises (cotes 300V). Ces collections en langue originale sont très utiles pour étudier l’histoire du communisme vietnamien, son implantation, sa structure, ses réalisations ou encore son discours.

Le volet littérature (cotes 700 et 750V) n’est pas négligeable car la collection comprend les plus grand auteurs vietnamiens : Dương Thu Hương, Khái Hưng, Nguyễn Hiến Lê, Nguyễn Huy Thiệp, Nguyễn Ngọc Ngạn, Nhã Ca, Nhất Linh, Phan Tứ, Tô Hoài, Võ Phiến, Vũ Trọng Phụng… ainsi que des collections de recueils de poésie et de théâtre populaire ou traditionnel (cote 100V).

Fonds Boudarel et ouvrages anciens

En outre, il faut signaler une collection de mémoires d’acteurs rassemblant plusieurs centaines de titres : Bùi Tín, Đồng Sĩ Nguyên, Hoàng Xuân Hãn, Nguyễn Quyết, Nguyễn Tường Bách, Nguyễn Văn To, Phm Duy, Phan Nhật Nam, Trần Văn Giàu, Trần Văn Khê, Võ Bm, Võ Nguyên Giáp, Xuân Vũ… (cotes 603V).

De même les principaux travaux d’intellectuels vietnamiens qui ont traversé le XXe siècle sont disponibles. Nous attirons l’attention également sur les précieuses sources en histoire ancienne et sur le bouddhisme du fonds Langlet-Quach que nous avions présentées dans un précédent billet.

Sur les questions économiques et sociales, la collection de l’IAO est à jour avec l’achat régulier des grandes analyses sur l’évolution économique depuis vingt ans (cotes 400V).

Périodiques

Il faut ajouter à cet ensemble unique en France l’abonnement annuel à 14 revues vivantes couvrant l’ensemble des sciences sociales (Histoire, Sociologie, Anthropologie, Droit, Économie, Sciences religieuses, etc.). Enfin, plus d’une centaine de revues mortes permettent d’approfondir dans le temps nos connaissances sur tel ou tel sujet.

Aperçu des collections de périodiques

Notre galerie de photographies affichent quelques collections en langues occidentales (français ou anglais) avec les revues Études vietnamiennes (depuis 1964, Hanoi), The Vietnam Forum (1983-1990, Yale) et Journal of Vietnamese Studies (depuis 2006, Berkeley).

Les 14 périodiques vivants couvrent les thématiques suivantes : histoire (3 revues dont une revue d’histoire du PCV), défense et armée (4 revues), économie (1 revue), sociologie (1 revue), ethnologie (1 revue), religion (1 revue), sciences humaines et sociales (1 revue), études de l’Asie du Sud-Est et gender studies (1 revue).

Sur plus de détail sur ces périodiques, voir notre billet sur les revues vietnamiennes de l’IAO (abonnements 2003-2015).

En ce qui concerne les sources journalistiques ancienne de la période indochinoise, voir notre billet sur les microformes : Collections sur l’Indochine : les microformes de l’IAO.

Pour rechercher un ouvrage de la bibliothèque de recherche de l’IAO à Lyon sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) : http://rechercher.bibliotheque-diderot.fr/primo_library/libweb/action/search.do

Les informations relatives aux inscriptions des lecteurs et à l’emprunt des ouvrages sont en ligne sur le site du laboratoire : Services

Pour finir, les efforts déployés par notre Institut depuis treize ans, grâce également aux premiers soutiens de la région Rhône Alpes et aux initiatives des historien.nes Christopher Goscha et Agathe Larcher-Goscha, permet aujourd’hui d’offrir aux chercheurs sur le Viêt-Nam contemporain une bibliothèque de recherche à la fois diversifiée dans ses thématiques et de haute qualité.

Texte et photos : François Guillemot, IR CNRS, responsable des Collections vietnamiennes à l’IAO.

MàJ 10/03/2016.

La nouvelle histoire des idées politiques [Repères 2015]

[ndlr] Cet ouvrage évoqué en séminaire est paru en avril 2015 dans la collection Repères (n° 639) des éditions La Découverte. Présentation de l’éditeur suivie de liens vers des recensions.

LaNouvelleHistoireDesIdéesPolitiquesL’histoire des idées politiques s’est longtemps résumée au commentaire savant de grands penseurs ou de grandes questions éternelles. Partout dans le monde, les entreprises de refondation se sont pourtant multipliées depuis les années 1970, portées par des approches parfois divergentes, mais s’accordant sur la nécessité de ne pas traiter les idées comme des objets désincarnés. Étrangement, ces développements n’ont eu, encore récemment, que peu de retentissement en France.

C’est à cette situation que remédie cet ouvrage. Disséquant les apports d’écoles consacrées (école de Cambridge, sémantique historique allemande, généalogie foucaldienne, histoire sociale des idées politiques bourdieusienne, etc.) et mettant en perspective des thématiques particulières (idées et milieux populaires, idées et décision publique, etc.), il offre des réponses à des questions essentielles : qu’est-ce qu’une idée politique ? Les idées politiques sont-elles le fruit du seul génie créateur de leurs auteurs ? Gouvernentelles le monde ?

Arnault Skornicki est maître de conférences en science politique à l’université Paris-Ouest-Nanterre, membre de l’ISP (Institut des sciences sociales du politique). Spécialiste d’histoire sociale des idées politiques et économiques aux XVIIIe-XIXe siècles, il est notamment l’auteur de L’Économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières (CNRS Éditions, 2011).

Jérôme Tournadre est chargé de recherche CNRS à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique, CNRS/université Paris-Ouest/ENS Cachan). Spécialiste de sociologie des intellectuels, des idées politiques contemporaines et des mouvements sociaux, il a publiéAu-delà de la gauche et de la droite, une troisième voie britannique ? (Dalloz, 2006) et Après l’apartheid. La protestation sociale en Afrique du Sud (PUR, 2014).

Source : La Découverte

Recensions :

Giovanni Carpinelli, « Arnault SKORNICKI et Jérôme TOURNADRE, 2015, La Nouvelle Histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, 123 p. », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 16 septembre 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://ress.revues.org/3156

Manuel Cervera-Marzal, « Skornicki (Arnault), Tournadre (Jérôme), La nouvelle histoire des idées politiques. », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, juin 2015, pp. 515‑516.

Arthur Hérisson, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://lectures.revues.org/18003

Louis Pinto, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lire les sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://llss.hypotheses.org/821

Lien vers l’ouvrage en ligne sur le portail CAIRN : https://www.cairn.info/la-nouvelle-histoire-des-idees-politiques–9782707174260.htm

Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche [synthèse]

[ndlr] Synthèse de la Journée d’études organisée par l’Institut d’Asie orientale (CNRS/UMR 5062) avec le soutien du GIS Asie et de l’UPS 2999 Réseau Asie & Pacifique.

Synthèse de la journée d’étude : ‘Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche ‘ (30 et 31 mars 2015)

Rédigée collectivement par Cao Liuying, Fleur Chabaille, Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Tan Xinxin, puis enrichie par les intervenants de la journée.

TerrainAsie2015_1

Cette journée d’étude centrée sur la problématique du terrain asiatique, organisée par un groupe de doctorants de l’Institut d’Asie Orientale avec le soutien du Réseau Asie Pacifique et de l’IAO, a permis de réunir les interventions de 15 jeunes chercheurs dont les travaux relèvent de disciplines et d’aires géographiques différentes. Cette rencontre a donc offert une occasion unique de décloisonnements disciplinaires et géographiques autour d’un aspect central et commun aux recherches menées en Asie. Elle représente de surcroît une première initiative de mise en commun de retours d’expérience entre doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs plus expérimentés sur une question rarement analysée en tant que telle. Les deux journées ont atteint l’objectif recherché, à savoir le partage des expériences et des difficultés rencontrées par chacun, et la suggestion mutuelle de solutions entre chercheurs de différents horizons disciplinaires et géographiques. En outre, la richesse des interventions et des échanges a fait ressortir quelques points fondamentaux et transversaux aux expériences de terrain. L’ensemble souligne l’importance cruciale de cette étape dans tout travail de recherche, fournit quelques clés pour aborder au mieux cette phase déterminante et met en évidence un certain nombre de pistes de réflexions.

Cette synthèse, rédigée en premier lieu par les organisateurs des journées, puis enrichie par les apports des intervenants et discutants, met en avant les principaux enjeux dont la saillance a animé les discussions. Les différents points abordés constituent également des pistes, à discuter, dans l’optique d’une valorisation ultérieure – les titres et le regroupement des questions qu’ils proposent étant purement indicatifs.

La présentation du chercheur et les catégories qu’on lui assigne

Les interventions ont mis en lumière la confrontation de chacun à des situations particulières d’enquêtes qui conditionnent l’accès au « terrain ». Si la notion de terrain peut varier selon les disciplines (archives, observation participante, accès aux enquêtés, etc.), les contributions ont souligné la nécessité d’interroger comment chacun s’insère dans son milieu d’enquête. Cela a permis de montrer l’importance de la présentation de soi et des représentations que chacun peut se faire vis-à-vis du chercheur. Chacun a ainsi montré comment le statut ou la catégorie qui lui est assigné(e) et la manière dont il s’insère dans cet environnement amène à des stratégies diverses.

L’appartenance à une institution reconnue dans le pays étudié peut être un avantage de taille en termes d’accès au terrain (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier grâce à l’Université de Tokyo, Zhou Mingchao à l’Université d’Aix-Marseille, Yumiko Yamamoto au Centre d’études africaines à l’Université Jawaharlal-Nehru et au Département d’humanités et de développement à l’Université d’agriculture de Chine, Tan Xinxin grâce à l’Académie des sciences sociales de Shanghai). Cependant, dans certains cas, au contraire, l’affiliation universitaire constitue un obstacle. Dans le cas des centres africanistes au Japon la conflictualité entre acteurs institutionnels peut être une menace qui pèse sur la recherche au point de fermer ou d’ouvrir l’accès au terrain (cf. Yumiko Yamamoto). Si les tentatives d’affiliations officielles semblent nécessaires pour mener des recherches dans les pays asiatiques, cette première étape peut s’avérer compliquée en fonction des manières dont est perçu le chercheur, encourant le risque de se voir fermer des accès.

En Chine, la difficulté d’obtenir des autorisations officielles pour mener une enquête anthropologique (cf. Pascale-Marie Milan) ou la manière de se présenter, si l’on se présente comme politiste (cf. Zhou Mingchao), peut mener à des stratégies discursives pour se défaire des positions assignées. La rencontre informelle avec des acteurs institutionnels locaux (cf. Pascale-Marie Milan) ou une présentation (de soi) comme étudiante en sociologie (cf. Zhou Mingchao), peuvent être considérée comme des stratégies de contournement pour accéder au terrain. Un lien épistémique entre la position du chercheur sur son terrain et les données qu’il recueille nécessite en effet d’être attentif à la manière dont il s’inscrit dans son environnement d’enquête. Ainsi, il faut prendre garde à ne pas être assimilé à d’autres professions, telles que le journalisme (cf. Jérôme Soldani, Judith Audin), qui ne permettent souvent d’obtenir que des réponses convenues. Il est donc nécessaire pour le chercheur d’adapter la manière dont il se présente et fait état de ses recherches aux acteurs et aux contextes étudiés. Cette stratégie peut consister à modifier son statut en s’immergeant dans un milieu comme un enseignant (cf. Zhou Mingchao, Yves Russell), ou en participant aux activités ordinaires (cf. Pascale-Marie Milan et Jérôme Soldani).

La présentation du chercheur peut être encore plus délicate sur un terrain clivé où la relation enquêteur/enquêté s’inscrit elle-même dans la configuration de domination dont le chercheur tente de rendre compte. Cette situation nécessite que le chercheur procède à une adaptation constante de sa position en fonction des interlocuteurs dans les interactions, afin d’atténuer les biais introduits par sa présence sur le terrain et de ne pas aggraver la tendance à la méfiance ou au conformisme des enquêtés. Les terrains de recherche avec des groupes minoritaires (cf Pascale-Marie Milan) ou avec des populations migrantes stigmatisées (cf Zhou Mingchao) sont particulièrement soumis à la nécessité de l’intersubjectivité. Sur ce point-là, la situation d’entretien, en soi, se révèle comme un matériau d’enquête riche pour l’analyse sociologique, comme le montre l’enquête de Zhou Mingchao autour des interactions entre les metteurs en œuvre de proximité (direction de l’école et enseignants) et les usagers/ressortissants (élèves et parents d’élèves) de la politique scolaire ségrégative à l’égard des enfants de nongmingong en Chine.

TerrainAsie2015_2

Enfin, la problématique de l’image que le chercheur renvoie de soi et des catégories qu’on lui assigne entre également en résonance avec les questions de genre. En effet, la présentation de Charlotte Thomas a montré toute l’ambivalence, en termes de contraintes et d’opportunités, du fait d’être une chercheuse en Inde. Etre une femme, qui plus est occidentale à la peau et aux yeux clairs, contraint à adapter sa tenue vestimentaire afin de la dissimuler autant que possible, et peut évidemment fermer un certain nombre de portes, comme celles des lieux de socialisation nocturnes et alcoolisés. Cependant, le caractère flou de la situation et l’étonnement suscité auprès des enquêtés peuvent en ouvrir d’autres, en créant des situations étrangères aux acteurs et par conséquent de nouvelles marges de manœuvre pour le chercheur.

La question du genre s’avère particulièrement complexe selon les lieux. Les projections et représentations autour de la femme occidentale sont un aspect à prendre en compte (cf. Charlotte Thomas), mais au-delà des clichés sur les Occidentaux, souvent assignés à la catégorie de « touristes », d’autres « étiquettes » peuvent être accolées de manière plus étonnante. L’expérience de Pascale-Marie Milan sur la multiplicité des positions auxquelles le chercheur peut être assigné souligne la complexité de la positionnalité du chercheur. Tout un lot de clichés accompagne les représentations que l’on se fait des femmes occidentales. Tantôt assignée à la catégorie ontologique masculine du fait de son statut de touriste ou encore associée aux imaginaires érotiques que l’on se fait des femmes « blanches », elle a essayé de prendre différents positionnement en s’adaptant aux catégories locales d’entendement de la féminité afin d’accéder au terrain. Tan Xinxin a partagé un autre cas intéressant : ayant vécu plus de 5 ans en France et n’étant pas d’origine shanghaienne, elle a été interrogée plusieurs fois au sujet de sa nationalité pendant son terrain à Shanghai.

Les enjeux méthodologiques lors de la conduite d’entretien et le décloisonnement des disciplines qui en ressort

Une fois cette étape franchie, la réalisation des entretiens implique plusieurs questionnements majeurs. Parmi eux, la méthode d’enregistrement a été abordée et remise en cause à de nombreuses reprises. Pour la plupart des intervenants, elle constitue une entrave trop importante dans la mesure où elle altère la qualité et l’authenticité des propos échangés. Par conséquent, la plupart des chercheurs ont fait le choix de s’en passer (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier, Charlotte Thomas, Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani). Pour d’autres, l’obstacle est parfois balayé en décidant de ne pas demander de permission et d’enregistrer sans autorisation lorsque la présence flagrante d’un enregistreur changera manifestement le discours de l’interviewé (cf. Yves Russell). Cette décision est cruciale et pose des enjeux d’efficacité, d’éthique dont la perception est différente selon les pays (Etats-Unis, Chine, France), voire de risque. Elle suppose parfois une véritable remise en question disciplinaire, notamment en sociologie où l’entretien enregistré est considéré comme le garant de la scientificité du travail de recherche (cf. Judith Audin).

Dans les cas où l’enregistrement n’est pas de mise, la prise de notes est alors fondamentale. Elle doit cependant s’intégrer dans le cadre d’une méthode rigoureuse. L’un des problèmes majeurs repose sur l’accumulation de matériels et la manière de les référencer : l’enchaînement des entretiens ne doit pas se faire au détriment de la retranscription. Ainsi, certains mettent en place une méthodologie particulière avec un temps de latence entre chaque série d’entretiens (cf. Audrey Soula) qui s’accompagne d’une retranscription dans la foulée (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier). Reprendre ses notes à chaud est en effet crucial quand aucun enregistrement n’a été réalisé, en particulier quand ces dernières constituent un mélange de langue asiatique, de français et d’anglais. Parfois un interprète local est aussi indispensable pour faire des retranscriptions dans les cas où les entretiens se font en dialecte local, à l’image de l’expérience de Tan Xinxin avec le cas shanghaien.

Si la prise de notes devant les enquêtés est parfois évitée dans les méthodes anthropologiques (cf. Jérôme Soldani qui profite de ses moments de répit pour remplir son carnet de recherche au début de son enquête chez les joueurs de baseball professionnels), certains outils permettent de prendre des notes discrètement, en faisant mine par exemple de répondre à un message depuis son téléphone portable (Adrien Fauve et Judith Audin). Cela permet de prendre le temps du recul et de la réflexion entre chaque entretien et de ne pas se laisser entraîner par l’effet « boule de neige ». Face à cette abondance de ressources, les jeunes chercheurs ont pu échanger plusieurs « astuces » pour éviter de se retrouver ensevelis sous la matière disponible et effectivement récoltée, à l’image des monographies réalisées en milieu, puis fin de séjour (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre), et du resserrement stratégique de la problématique opérée par Audrey Soula face à la profusion d’entretiens et de rencontres qui s’offraient à elles, en sélectionnant certains lieux d’enquêtes en particulier sur un double terrain de recherche.

Ce risque qui se retrouve dans toutes les disciplines, en dépit de leurs différences méthodologiques, a permis aux participants de partager une riche discussion sur les outils permettant de faire du terrain. Le point de vue interdisciplinaire de cette journée a en effet permis de montrer des choix de méthodes très variés, souvent complémentaires et se chevauchant parfois, le spectre allant de l’observation flottante (cf. Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani, Charlotte Thomas) à l’observation non participante et distanciée (cf. Judith Audin), en passant par l’observation participante (cf. Yves Russell, Zhou Mingchao) et la méthode également classique des entretiens semi-directifs (Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Yumiko Yamamoto). Chacune comporte ses propres avantages et inconvénients, mais le principal enseignement mis en évidence lors de ces journées est l’absence de réelle spécificité disciplinaire en ce qui concerne les dispositifs méthodologiques mobilisés sur le terrain. Les chercheurs privilégient plutôt une approche pragmatique et une adaptation aux caractéristiques de leur question de recherche et de leur terrain, rompant parfois avec la méthodologie « classique » de leur discipline. C’est notamment le cas des dispositifs d’enquête présentés par Charlotte Thomas, Judith Audin et Zhou Mingchao, qui ont mis la méthode ethnographique au service de leur recherche en science politique, comme a pu le mettre en relief Danielle Tan lors de la discussion.

TerrainAsie2015_3

Enfin, au-delà de ces enjeux que l’on pourrait penser propres à des disciplines comme l’anthropologie, la sociologie ou la science politique, d’autres difficultés nécessitent une forte capacité d’adaptation du chercheur dans un spectre disciplinaire plus large encore au sein des sciences humaines et sociales. Elles peuvent notamment être liées à l’existence d’un terrain documentaire dispersé entre le Japon, l’Inde et la Chine (cf. Yumiko Yamamoto en science politique) ou un « terrain géographique éclaté » pour reprendre l’expression de Cécile Armand (cf. Cécile Armand en histoire et Laurent Sovet en psychologie). Ces distances supposent une grande disponibilité et flexibilité face aux imprévus, par exemple un programme de numérisation qui empêche la consultation de certaines séries d’archives (cf. Cécile Armand) et impératifs du doctorat qui demandent des retours nécessaires en France pour suivre des formations et assurer des enseignements (cf. Laurent Sovet). Ces entraves peuvent être en partie contournées par une préparation numérique du terrain rigoureuse et parfois fastidieuse, avant sa découverte physique (cf. Tan Xinxin). Certaines spécificités du travail de terrain en histoire sont ainsi ressorties : dans cette discipline, les interlocuteurs ne sont souvent pas des êtres humains mais des entités matérielles (archives papiers, photos, films, etc.) de plus en plus dématérialisées (cf. Tan Xinxin et Cécile Armand).

Les débats entre chercheurs de domaines différents ont surtout permis de réaliser que, malgré le fait que le « terrain », dans sa double dimension de « méthode » et d’ « objet », connaisse des acceptions différentes selon les disciplines, le dialogue interdisciplinaire peut se révéler extrêmement fructueux. En effet, bien que les méthodes soient elles-mêmes disciplinairement définies (à l’image de l’enquête de terrain ethnographique), elles ne sont cependant pas le monopole de la discipline dont elles sont issues.

Les impondérables du travail de terrain, porteurs d’entraves et d’opportunités

Ces qualités d’accommodement face aux obstacles rencontrés, qui ressortent de toutes les interventions, révèlent également que les difficultés du terrain ne sont pas forcément là où on les attend. Les terrains volontiers qualifiés d’« autoritaires » comme la Chine peuvent être ceux qui sont les plus fermés, mais aussi paradoxalement les plus ouverts (cf. Yves Russell, Judith Audin et Adrien Fauve, et Zhou Mingchao). S’il est en théorie nécessaire d’obtenir des autorisations pour mener à bien ses recherches, le caractère non-homogène et décentralisé du pouvoir réel accorde parfois aux chercheurs une grande marge de manœuvre en cas d’arrangement avec les autorités locales, notamment si le sujet n’est pas politiquement sensible, à l’image de l’expérience de Pascale-Marie Milan en Chine. Dans le cas de la République populaire de Chine, Jean-François Huchet et Christine Cornet ont par ailleurs apporté une mise en perspective intéressante puisque le processus de formalisation et de codification de l’accès au terrain en Chine semble laisser moins de flexibilité aux chercheurs, tandis que le flou et les zones d’ombres antérieurs leurs accordaient davantage de libertés.

Le contournement peut également se faire sur le terrain linguistique. Malgré l’insuffisance de leur capacité linguistique, certains chercheurs ont montré qu’ils avaient réussi à délimiter leur recherche de manière à surmonter cet obstacle (cf. Cécile Armand, Judith Audin). Cela peut même constituer un argument qui justifie l’enregistrement de conversations auprès des enquêtés (cf. Judith Audin et Adrien Fauve) ou ne pas poser problème quand l’introduction et la présence d’un intermédiaire local sont de toute façon indispensables (cf. Charlotte Thomas). La tentation d’utiliser l’anglais peut être forte, mais le risque est d’avoir un interlocuteur qui n’ait pas un niveau suffisant, ce qui peut engendrer des problèmes de compréhension. Néanmoins, la bonne volonté de discuter avec les enquêtés dans leur langue est parfois bloquée par le désir de ces derniers à s’exprimer en anglais malgré tout (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre).

En outre, à l’image de l’obstacle linguistique qui peut parfois constituer une ressource dont ne bénéficieraient pas des chercheurs locaux, un certain nombre de difficultés ou d’échecs apparents peuvent paradoxalement être vus comme d’authentiques et précieux résultats de recherche. Charlotte Thomas dans le cas de l’Inde et Nicolas Leprêtre et Benoit Granier dans le cas du Japon ont ainsi montré que si des silences ou des réponses « langue de bois » peuvent rendre difficile la collecte d’informations précises, ils sont également révélateurs de tensions et de relations de pouvoir, que des entretiens ultérieurs sont susceptibles de mettre au jour ou qui seront exploités comme tel dans le cadre de la thèse.

Prendre en compte les spécificités du terrain en Asie, tout en questionnant la pertinence de la distinction par « pays » ou « région »

Cette diversité des « surprises », obstacles et déblocages rencontrés sur le terrain conduisent à réorienter et décloisonner la réflexion d’un point de vue géographique. Comme l’a souligné François Guillemot, compte tenu des différences locales au sein d’un même pays, il n’est sans doute pas toujours pertinent de raisonner en termes de « pays » ou de « région ». A titre d’exemple, selon l’objet d’étude, l’accessibilité peut être plus grande en Chine qu’au Japon. De plus, le critère d’accessibilité ne suffit pas : il ne garantit ni la profusion, ni la qualité des informations délivrées. En adoptant des stratégies de contournement, les chercheurs peuvent même dans certains cas récolter davantage d’informations dans des pays pourtant « autoritaires » et « fermés » comme la Chine que dans des démocraties libérales où le discours est souvent très policé (cf. Pascale-Marie Milan et Yves Russell).

Cette remarque fait écho au constat général selon lequel les relations interpersonnelles jouent un rôle crucial et apparaissent comme un élément fondamental, dans l’ensemble des expériences de terrain relatées. D’une part, l’introduction auprès des enquêtés grâce à des « contacts introducteurs » (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre) et la familiarisation avec son nouvel environnement de recherche grâce à des « tuteurs de terrain » (cf. Yumiko Yamamoto) sont décisifs dans l’obtention et le bon déroulement des entretiens. Certaines contributions ont également montré le rôle crucial du réseau, élément primordial pour rendre compte d’un système social dans le cas d’une ethnographie multi-située (cf. Audrey Soula).

La mise en place d’un réseau de contacts en lien avec son objet d’étude peut être une stratégie efficace qui nécessite à la fois d’être réactif et intrusif (cf. Vladimir Stolojan-Filipesco). L’appui sur un réseau académique (cf. Tan Xinxin) mais aussi familial peut s’avérer également un atout de poids (cf. Yves Russell, Jérôme Soldani, Pascale-Marie Milan, Audrey Soula). En particulier, si Zhou Mingchao a pu obtenir le parrainage du Bureau de l’éducation pour son travail de terrain, c’est en partie grâce à la présentation préliminaire de son proche qui avait précédemment eu des relations professionnelles avec le personnel du Bureau, ce qui rejoint aussi le constat général sur le rôle important des relations interpersonnelles (dit du guanxi en chinois). Néanmoins, la variable interpersonnelle est également la source d’un certain nombre de problèmes puisque les contacts introducteurs peuvent perturber les entretiens lorsqu’ils font le choix d’accompagner le chercheur (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre). En outre, d’autres paramètres plus personnels, notamment des sentiments d’empathie ou de compassion, peuvent aussi remettre en question le chercheur dans son objectivité (cf. Sun Jiawen, Zhou Mingchao).

Bien gérer la temporalité du travail du terrain

Toutes ces stratégies nécessitent du temps pour être mises en place, sans compter la recherche de financements qui peut être tout aussi chronophage, bien qu’une connaissance fine des institutions concernées et des procédures permet d’apporter des ressources financières et matérielles insoupçonnées (cf. Laurent Sovet). Cet impératif constitue un leitmotiv majeur de la journée d’étude, au cours de laquelle l’enjeu de la temporalité a été abordé et discuté sous de multiples dimensions. D’une part, des réflexions ont abondé sur la question selon laquelle le terrain constituerait ou non une rupture, ce qui pose des questions plus générales relatives à la temporalité de la recherche et à la distance accordée à un « terrain » lorsqu’on y vit. D’autre part, l’inscription du terrain dans la durée ouvre des portes et permet des pratiques impossibles sur une courte période.

De nombreuses contributions ont mis en avant le rôle du hasard et des impondérables dans l’obtention de contacts et d’entretiens (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre, Jérôme Soldani, Audrey Soula), ainsi que la nécessité d’être insistant et d’avoir quelque chose à échanger sur le long terme (cf. Yves Russell) ou de littéralement suivre le cheminement des interlocuteurs à l’intérieur d’un espace social plutôt que dans un espace physique (cf. Audrey Soula). Cette implication nécessite une préparation en amont et n’exclut pas non plus quelques coupures. Dans ce long processus, la patience est une qualité essentielle. De plus, l’immersion ne doit pas empêcher une prise de recul constante vis-à-vis de l’objet étudié. Jean-François Huchet a notamment insisté sur le difficile équilibre à trouver dans le rapport avec son terrain et les risques à être trop aspiré par ce dernier. Pour les prévenir, il est préférable de maintenir un va-et-vient constant entre le terrain et la théorie en s’interrogeant sur la manière dont le questionnement théorique est modifié par l’expérience pratique de l’enquête. C’est là tout l’enjeu de la construction du sujet sur place qui doit s’accompagner d’une transparence sur les obstacles rencontrés par le chercheur.

En permettant à chacun d’exprimer un franc retour d’expériences, cette journée a eu le mérite de lever en partie le voile sur ces difficultés et de dégager des stratégies qui pourront sans doute servir à d’autres jeunes chercheurs s’apprêtant à fouler leur premier terrain en Asie.

Photo à la une : FG, Terrain à Tokyo, décembre 2014 / Photos de la Journée d’études : Cao Liuying.