Archives par mot-clé : sauvetage en mer

Maëva Pegliasco : « Parcours types » des Boat People 1975-1990

Ce compte-rendu de lecture s’appuie sur les quatre sources étudiées suivantes :

  • Voices-of-vietnamese-boat-peopleCargill, Mary Terell & Huynh, Jade Ngoc Quang (ed.), Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2001.

Cet ouvrage rapporte des témoignages bruts d’anciens Boat People et de leurs différentes expériences. Il s’agit ici seulement de récits de réfugiés vietnamiens ayant émigré aux États-Unis.

  • NathalieNguyen_VoyageOfHopeNguyen, Nathalie Huynh Chau, Voyage of Hope. Vietnamese Australian Women’s Narratives, Altona : Common Ground, 2005.

Cet ouvrage est également une collecte de témoignages de Boat People, mais cette fois analysés par l’auteur, et non simplement présentés de manière brute comme pour le livre précédent. De plus, la dimension de genre est clairement présente ici puisqu’il s’agit uniquement de récits de femmes vietnamiennes ayant trouvé refuge en Australie.

  • NamLe_LeBateauNam Le, Le Bateau, nouvelles, Paris, Albin Michel, 2008.

Il s’agit d’un ensemble de nouvelles dont le sujet n’est pas forcément en lien avec le thème des Boat People, sauf pour la dernière nouvelle, qui s’intitule également « The Boat ». L’auteur s’est inspiré de ses souvenirs personnels pour cette fiction (Nam Le est né au Vietnam en 1978, d’où il s’est enfui très jeune avec sa famille parmi d’autres Boat People pour l’Australie ; l’auteur a ensuite étudié aux Etats-Unis avant de devenir un romancier reconnu). La nouvelle raconte l’histoire d’une jeune vietnamienne de seize-ans, Maï, poussée par ses parents à fuir le Vietnam en bateau. Le récit rapporte essentiellement la traversée en bateau.

  • The Boat (2015), adapté par Matt Huynh

La nouvelle de Nam Le a été adoptée en roman graphique interactif (disponible en accès libre sur internet) par un jeune artiste australien d’origine vietnamienne. Le tout a été produit par SBS, un des principaux groupes télévisés australiens.

A travers tous ces récits et sources différentes, nous pouvons retracer le « parcours type » des Boat People vietnamiens, des raisons de leur départ, l’organisation du voyage, la traversée en bateau, le séjour temporaire en camps de réfugiés, jusqu’à l’adaptation au sein du pays d’accueil.

Les raisons du départ

La principale raison du départ en masse des Boat People à partir de 1975 fut la répression politique écrasante, notamment contre la population de l’ex Sud-Vietnam, une répression menée par le régime Nord-vietnamien parvenu au pouvoir, à la fin de la guerre. Ainsi, différentes mesures furent prises par le régime telles que l’internement au sein de camps de rééducation, le déplacement contraint vers les Nouvelles Zones Économiques, la confiscation de la propriété privée, la nationalisation des commerces et collectivisation terres agricoles, et enfin des discriminations en termes d’accès à l’éducation supérieure et au marché de l’emploi (spécialement pour la population du Sud liée à l’ancien régime). L’invasion du Cambodge par le Vietnam en 1978 ainsi que la guerre sino-vietnamienne de 1979 ne firent qu’empirer la situation, menant en plus à une persécution de la communauté sino-vietnamienne (ethnie Hoa). Ainsi, la raison majeure évoquée par les Boat People pour expliquer leur départ, comme le montrent bien les témoignages étudiés, est qu’il n’y a pas de futur envisageable et viable au Vietnam. La volonté que leurs enfants accèdent à un meilleur avenir a ainsi déclenché cette décision.

BoatPeople_Map1975-1996
Itinéraires en mer des Boat People 1975-1996, par Dong Tran © Archive of Vietnamese Boat People Inc.

La préparation et l’organisation du voyage

Les différents témoignages font état d’une préparation d’environ un ou deux ans avant le départ. Souvent, plusieurs tentatives de fuite ont été effectuées précédemment, leur échec s’expliquant par la délation (extrêmement répandue) ou simplement l’arrestation par les autorités policières. En ce qui concerne les sanctions appliquées par le régime vis-à-vis des fuyards, elles étaient extrêmement dures, une première tentative de fuite étant sanctionnée d’environ neuf mois de prison, une deuxième occasionnant un séjour en prison mais également des sévices physiques et la destruction de la quasi-totalité des biens des condamnés, de manière à ce que ces derniers soient privés de toute ressource financière à leur sortie de prison pour éviter un nouveau projet de fuite. En effet, s’enfuir du Vietnam en bateau demandait de mobiliser une forte somme d’argent ce qui explique le temps important de préparation.

Deux options s’offraient aux individus qui souhaitent fuir du Vietnam en bateau :

  • Soit l’achat par ses propres moyens financier d’un bateau de pêcheur (et donc ainsi se convertir au métier), de manière à pouvoir préparer son voyage sans éveiller les soupçons.
  • Soit avoir recours à un passeur, et rejoindre ainsi illégalement un bateau de taille plus importante contenant déjà des centaines d’autres personnes pour faire la traversée. Le prix à payer étant d’environ deux milles ou trois mille dollars par personne, la moitié pour les enfants, le tout souvent demandé en taels d’or. Il est à noter que le gouvernement vietnamien lui-même, en proie à une corruption endémique, prit part à ce trafic de réfugiés au cours des années 1978-1979 sous couvert d’un programme officiel, avant d’être rappeler à l’ordre par la communauté internationale.

Pour les individus qui décidaient de fuir par leur propre bateau de pêche, la stratégie consistait généralement à enfouir auparavant sous le sable de la plage les réserves en nourriture et différents équipements nécessaires au départ, ces objets étant déterrés la nuit du départ.

Pour les individus qui décidaient d’avoir recours aux services d’un passeur, un long voyage au sein du pays était souvent à faire pour rejoindre le point de départ choisi sur la côte. De nombreux moyens de transport étaient utilisés, comme le montre les récits étudiés : bus (surchargés), scooter (de même), ou même parfois à pied. Une fois arrivés au sein du port désigné, les individus devaient généralement se cacher chez des locaux mis au secret, ou au sein de bateaux surchargés, en attendant qu’on vienne les chercher pour le départ. La liaison avec le gros bateau destiné à la traversée en haute mer se faisait de nuit, les individus en fuite rejoignant le bateau principal à bord de navires plus petits ou de simples canoës. Différents systèmes de signaux étaient utilisés pour se reconnaitre, comme l’usage des phares des bateaux ou de bâtonnets d’encens allumés dans la nuit, comme l’illustre la nouvelle de Nam Le.

L’étape suivante était la sortie de nuit du port, afin de rejoindre les eaux internationales. Les Boat People étaient alors cachés au sein des cales du navire dans des conditions extrêmement dures et étouffantes, avec pour obligation de faire silence tandis que le bateau croisait souvent des patrouilles armées du régime. Des cas de course poursuite entre Boat People et gardes côtes ont été relatés au sein des ouvrages consultés, le but pour les fuyards étant d’atteindre les eaux internationales les premiers. En cas d’arrestation, certains récits témoignent d’une certaine corruption des autorités officielles, puisque les soldats acceptaient parfois de relâcher les fuyards en échange d’argent ou de biens précieux.

Le déroulement du voyage en mer

Les bateaux utilisés pour la traversée étaient surchargés par rapport à leurs dimensions. Ainsi, un bateau de deux mètres et demi de large et dix mètre de long pouvait transporter jusqu’à une centaine de personnes.

BoatPeople_barque
Vue du navire hôpital : barque surchargée secourue par Médecins du Monde en 1979 © DR

Les réserves de nourriture emportées consistaient généralement en eau, riz, sucre, patates douces séchées, nouilles instantanées et du lait pour les jeunes enfants. Du citron était également emporté car il représentait une importante source de vitamines. D’autres équipements essentiels étaient prévus : des bidons de fuel pour le moteur, des lampes torches ou feux de position destinés à envoyer des SOS aux bateaux croisés, et parfois des armes à feux. Les seuls instruments de navigation utilisés étaient généralement une boussole, des cartes et parfois un radio (capter des ondes permettait ainsi de se rendre compte si l’on se rapprochait des cotes d’un pays ou non). Les individus emportaient également avec eux quelques biens précieux comme des montres ou des anneaux en or, de manière à pouvoir les échanger contre de la nourriture ou des informations de direction en cas de rencontre avec des bateaux étrangers.

La plupart des passagers souffraient au cours de la traversée du mal de mer, occasionnant de nombreux vomissements. La chaleur et le soleil provoquaient également des difficultés majeures, les individus ayant le choix entre la chaleur étouffante de la cale ou l’exposition brulante au soleil sur le pont. Les conditions sanitaires à bord étaient particulièrement déplorables, surtout au sein des cales, les individus ne disposant d’aucunes commodités ou de moyen de se laver, ce qui multipliait le risque de maladies. L’ennui à bord était souvent de mise, beaucoup restant allongés immobiles ou dormant au cours de la traversée.

Les principaux risques étaient les suivants :

Tout d’abord le risque de tempête, qui pouvait couler le bateau, emporter des passagers, abimer les réserves de nourriture ou abimer le moteur. Il est à noter que la plupart des Boat People ne savaient pas nager.

Le risque d’être confronté à des pirates était également très important, notamment les pirates thaïlandais ou malais, qui détroussaient les individus, violaient les femmes, n’hésitaient pas à tuer et même à couler entièrement les bateaux.

Les problèmes liés au moteur (panne notamment) étaient extrêmement graves, car ils pouvaient ralentir considérablement la traversée, les réserves de nourriture s’épuisant alors progressivement. De nombreux récits font état de l’usage de méthodes approximatives pour réparer les moteurs, comme avoir recours à de la graisse alimentaire pour démarrer le moteur.

Enfin, le risque majeur était avant tout de se perdre en pleine mer, une conséquence qui pouvait advenir des tempêtes, de la rencontre avec des pirates ou de panne de moteur. Les réserves en eau et en nourriture s’épuisaient alors, menant à des mesures de rationnement ou parfois à des mutineries au sein d’une embarcation. Les enfants et les jeunes hommes étaient les premiers à mourir. Des cas de folie et de suicides sont mentionnés dans les récits étudiés. Les chants et les prières étaient tout ce qui aidait les individus à tenir.

Boat People 2
Réfugiés de la mer secourus par le Cap Anamur © DR

Les Boat People ayant survécu à la traversée en mer sont ceux qui ont été recueillis par des navires étrangers. Cependant, beaucoup de bateaux étrangers refusaient d’accomplir un tel geste en raison du retard que leur aurait fait prendre sur leur traversée le fait d’amener les réfugiés au sein de pays d’accueil. De plus, beaucoup prenaient les navires des Boat People pour des navires pirates. Parfois, certains navires acceptaient de s’arrêter et de ravitailler ou de guider les Boat People, mais pas de les recueillir à bord. Il pouvait arriver que de l’argent soit demandé en retour. En revanche, certains bateaux étrangers ont été affrétés spécialement pour recueillir les Boat People perdus en haute mer, comme le cargo allemand Cap Anamur ou le navire hôpital français l’Ile de Lumière.

Le séjour temporaire au sein des camps de réfugiés

Les principaux camps de réfugiés se situaient en Indonésie (camps de Galang), en Malaisie (camps de Pulau Bidong et de Sungei Besi), et aux Philippines (camps de Bataan). Des camps existaient également en Chine, à Hong-Kong, à Taiwan, ainsi qu’au Japon et en Corée mais ces derniers étaient plutôt secondaires en termes d’arrivée de réfugiés.

Les conditions de vie au sein des camps étaient très dures (rationnement de la nourriture, viols, mauvais traitements, conditions sanitaires extrêmement mauvaises), mais malgré tout la plupart des réfugiés ne regrettaient pas d’avoir quitté le Vietnam. Ainsi, même si les conditions de vie étaient difficiles comme nous venons de le mentionner, les camps de réfugiés offraient tout de même des cliniques, des lieux de culte et surtout des écoles, destinées tant aux enfants qu’aux adultes. Les changements de camps étaient fréquents. Il est important de préciser qu’au sein de ces camps existaient généralement des sections spéciales dédiées aux mineurs, nombreux à avoir tenté le voyage sans leur famille.

Réfugiés57_1988
En couverture du magazine « Réfugiés » : Phanat Nikhom (Thailande). Réfugiés indochinois se préparant à partir pour un pays de réinstallation, avril 1988 © HCR/B. Genier

Les conditions pour quitter le camp de réfugiés et être accueilli au sein des États occidentaux étaient les suivantes :

  • être un ancien membre de l’armée ou du gouvernement Sud-Vietnamien. Ces derniers étaient ainsi accueillis d’office par les États-Unis ;
  • avoir des proches (famille) déjà sur place, ces derniers s’occupant ainsi des différentes formalités administratives ;
  • bénéficier d’un programme de parrainage, les réseaux religieux bénévoles ayant joué un rôle majeur dans l’accueil de réfugiés vietnamiens, notamment aux États-Unis ;
  • bénéficier de programmes nationaux spéciaux, comme l’Orderly Departure Program (ODP), un programme américano-vietnamien mis en place en 1979 qui consistait à soumettre une liste de demandeurs d’asile vietnamiens aux autorités américaines, ces dernières acceptant ou non les individus proposés par le gouvernement vietnamien ;
  • être mineur ou avoir été victime d’atrocités particulières, ce qui donnait immédiatement aux individus concernés le droit au statut officiel de réfugié (statut de plus en plus difficile à obtenir après le passage du Comprehensive Plan of Action (CPA) en 1989, une loi mise en place par le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies destinée à réduire le nombre d’arrivants vietnamiens en faisant la différence entre les réfugiés et les migrants économiques –refusés à la frontière-).

Ainsi, les individus correspondant aux catégories évoquées précédemment séjournaient entre quatre et dix mois au sein des camps de réfugiés, tandis que les individus ne correspondant pas à ces critères passaient cinq ans voire plus au sein des camps.

On distinguait en conséquence deux types de camps de réfugiés : les camps de réfugiés généraux (comme celui de Pulau Bidong en Malaisie), et les camps de préparation spécialement dédiés aux individus ayant été officiellement acceptés par des Etats étrangers (cas du camp de Bataan aux Philippines). Ces camps spéciaux préparaient ainsi les réfugiés à leur future vie au sein du pays d’accueil, et dispensaient une formation culturelle ainsi que des cours de langue. Le camp de Bataan était destiné aux Vietnamiens émigrant aux États-Unis.

Au final, la durée moyenne de transition entre la fin de la traversée en mer et l’arrivée au sein du pays d’accueil était de un à trois ans.

Vie et adaptation au sein du pays d’accueil

Les témoignages recueillis au sein des ouvrages consultés montrent que ce qui était avant tout recherché par les réfugiés vietnamiens dans le pays d’accueil était : la liberté ainsi que de meilleures conditions de vie (un meilleur accès à la nourriture notamment).

Une fois arrivés sur place, les réfugiés qui avaient été parrainés par une association (souvent religieuse) pour leur départ bénéficiaient à nouveau de l’aide de cette association pour remplir les diverses formalités administratives, trouver un logement ainsi qu’un emploi.

Malgré tout, les conditions de vie étaient souvent très difficiles pour les réfugiés vietnamiens, ces derniers ayant des difficultés à s’adapter à la langue (ce qui les empêchait ainsi de trouver un emploi correct), au climat, à la culture, à la nourriture. Des cas de racisme ambiant ou de rejet ont également été mentionnés.

EscapefromVietnam
Brandissant le drapeau de la République du Viêt-Nam (1955-1975), un groupe de jeunes réfugiés vietnamiens remercient leurs compatriotes au Canada pour l’aide au secours © DR

Les réfugiés vietnamiens devaient ainsi faire face au double défi de travailler (il s’agissait la plupart du temps d’emplois peu qualifiés) tout en suivant des cours de langue, le tout en devant parfois nourrir une famille ou envoyer de l’argent à la famille restée au Vietnam. Certains jeunes réfugiés qui avaient déjà suivi des études supérieures au Vietnam réussissaient à reprendre des études sur place, mais dans la plupart des cas ce sont les enfants de la deuxième génération qui menèrent des études supérieures.

Dans ces ouvrages, le désir de retourner au pays natal est extrêmement présent, une partie de la famille étant souvent restée sur place. Le sentiment d’être apatride caractérise la première génération de réfugiés vietnamiens. Le deuxième génération a fait face à une évolution identitaire complexe, les individus se sentant appartenir au pays d’accueil (dont ils possèdent la nationalité), mais tout en restant extrêmement connectés au pays d’origine de leurs parents, dont les traditions et la langue ont généralement perduré au sein du cadre familial.

* * *

Ces ouvrages ont été extrêmement intéressants afin de mieux comprendre le parcours des Boat People vietnamiens, d’autant plus que le sujet trouve un écho particulier au sein de l’actualité. Néanmoins, les témoignages rapportés relatent avant tout l’expérience de réfugiés ayant trouvé asile au sein de pays anglo-saxons (États-Unis, Australie). Il aurait été intéressant d’étudier également des récits d’individus ayant trouvé refuge en Europe (France, Allemagne, Grande-Bretagne), dont l’expérience aurait peut-être été différente, notamment en termes d’adaptation au sein du pays d’accueil.

Maëva Pegliasco, promotion ASIOC 2015-2016.

_______________

Étudiante du Master 2 Asie Orientale Contemporaine de l’École Normale Supérieure de Lyon, Maëva Pegliasco est actuellement en échange universitaire à Shanghai, où elle poursuit ses recherches sur la rivalité sino-américaine au sein de l’océan Indien et ses implications pour les États riverains, en particulier le cas de la Birmanie.

‘Chuyến đi kinh hoàng’ của thuyền nhân Việt [BBC]

[ndlr] Le témoignage terrifiant de Trinh Tung, une ancienne boat people, réminiscences d’un passé douloureux. A lire ou à écouter sur la chaîne vietnamienne de la BBC.

Năm 1988 Trịnh Tùng cùng con trai nhỏ và hơn 100 người khác chen chúc trên chiếc thuyền gỗ lao ra biển, rời Việt Nam.

Nay, khi nhớ lại, bà gọi đó là “chuyến đi kinh hoàng”. “Đến giờ nhiều khi tôi không nhớ gì về Việt Nam hết mà chỉ nhớ về chuyến đi,” bà nói với chương trình Newsnight của BBC.

Không lâu sau khi rời bến, chiếc thuyền nhỏ bị hỏng máy, và thức ăn, đồ uống cũng sớm cạn kiệt. Đoàn người tuyệt vọng chứng kiến nhiều tàu đi ngang qua, nhưng không một ai dừng lại giúp đỡ.

Ngày thứ 19, một chiếc tàu lớn mang cờ Mỹ dừng lại bên chiếc thuyền chở nhóm người di cư.

Lire la suite : BBC (tieng Viet), 25/05/2015.

Photo à la une : sauvetage en mer @ BBC

June 24 1979: Vietnamese Boat People – The Price of Freedom

[ndlr] Images rares d’un bateau de réfugiés vietnamiens sur le point de sombrer dans la mer à proximité des côtes malaises. Sauvetage en mer réussi et vue générale des réfugiés sur la plage de Poulo Bidong. [émission 60 Minutes, 1979]

June 24 1979 Vietnamese Boat People – The Price of Freedom

* * *

Réfugiés : STIRN a poulo-bidong

Dans le cadre de la campagne française « aide aux réfugiés », Olivier Stirn, secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, a rendu visite au camp de réfugiés de l’île de Poulo-Bidong et pour témoigner du soutien de la France aux boat people.- Visite du camp par la délégation.- Interview d’Olivier Stirn sur les conditions de vie deplorables de ce camp.- Visite du bateau « île de lumière » avec le docteur Kouchner.

INA, 2 juillet 1979.

Exposition Boat people – Bateaux de l’exil [du 3 décembre 2009 au 2 mai 2010]

L’exposition présente un problème de société contemporain : l’exode vietnamien de la fin des années 1970. Elle s’appuie sur un témoignage unique et inédit : une authentique embarcation de réfugiés conservée en Bretagne, la seule en France à être étudiée comme un véritable bateau de mémoire du XXe siècle.

Outre la possibilité offerte pour l’exposition dévoquer les Droits de l’Homme, l’humanitaire, l’engagement de la presse dans l’action humanitaire et l’engagement de la Bretagne par le biais de ses marins : de Combrit, de Crozon, de Douarnenez, de Plérin, de Plouarzel… Ce sujet contient toutes les caractéristiques liées aux migrations des réfugiés avec, ici, en particulier, le passage par la mer entre deux terres, le bateau devenant le vecteur de la traversée vers une autre existence.

Visiter le site de l’exposition : Boat people – bateaux de l’exil

Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival [2000]

On April 10, 1975, the Hanoi government of North Vietnam took control over the South. South Vietnamese, particularly « intellectuals » and those thought to have been associated with the previous regime, underwent terrible punishment, persecution and « re-education. » Seeking their freedom, thousands of South Vietnamese took to the sea in rickety boats, often with few supplies, and faced the dangers of nature, pirates, and starvation. While the sea and its danger claimed many lives, those who made it to the refugee camps still faced struggle and hardships in their quest for freedom.

Here are collected the narratives of nineteen men and women who survived the ordeal of escape by sea. Today, they live in the United States as students, professors, entrepreneurs, scientists, and craftspeople who have chosen to tell the stories of their struggles and their triumph. Each narrative is accompanied by a brief biographical note.

Mary Terrell Cargill is an associate professor of English at Christian Brothers University in Memphis, Tennessee. Jade Ngoc Quang Huynh, a native of Vietnam, is an assistant professor at Appalachian State University in Boone, North Carolina, where he teaches creative writing.

Réf. : Cargill, Mary Terrell & Huynh, Jade Ngoc Quang, Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson, NC – London, Mc Farland, 2000, 192 p.

Aperçu Google Books

Nghia M. Vo: Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992 [2006]

The biggest diaspora in Vietnamese history occurred between 1975 and 1992, when more than two million people fled by boat to escape North Vietnam’s oppressive communist regime. Before this well-known exodus from Vietnam’s shores, however, there was a massive population shift within the country. In 1954, one million fled from north to south to escape war, famine, and the communist land reform campaign. Many of these refugees went on to flee Vietnam altogether in the 1970s and 1980s, and the experiences of 1954 influenced the later diaspora in other ways as well.

This book reassesses the causes and dynamics of the 1975-92 diaspora. It begins with a discussion of Vietnam from 1939 to 1954, then looks closely at the 1954 « Operation Exodus » and the subsequent resettlements. From here the focus turns to the later events that drove hundreds of thousands of Vietnamese to flee their homeland in 1975 and the years that followed. Planning for escape, choosing routes, facing pirates at sea, and surviving the refugee camps are among the many topics covered. Stories of individual escapees are provided throughout. The book closes with a look at the struggles and achievements of the resettled Vietnamese. (McFarland book description).

Nghia M. Vo is a Vietnamese-American, helped found the nonprofit Saigon Arts, Culture & Education Institute, and has written multiple books on Vietnamese culture. He lives in Virginia. He strives to document Vietnamese-American culture through conferences, publications and a website www.sacei07.org. He is also the author of The Bamboo Gulag: Political Imprisonment in Communist Vietnam (McFarland 2004).

Réf. : Nghia M. Vo, The Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992, Jefferson, NC – London, McFarland, 2006, 208 p.

 * * *

Book reviews

Concise history of Vietnamese Refugees, by Smallchief, 06/04/2007

This is a clear, readable, and concise book about Vietnamese refugees. There have been a large number of books on this subject, but this is one of the better and more complete ones I have encountered.

The author begins with a subject neglected by many authors — a description of the refugee flight that came about as a result of the French defeat and the Communist takeover of North Vietnam in 1954. About one million people fled North Vietnam at that time. He then jumps forward 20 years to an account of the many different phases of the 1975-1992 humanitarian crisis — and crisis it was — beginning as a consequence of the defeat of the U.S.-supported South Vietnamese government in 1975. Throughout the narrative, he mixes in the personal stories of individuals escaping from Communism, their life in the refugee camps, and their later experiences in the United States. Finally, he describes the refugee policies of the countries who hosted and helped — sometimes reluctantly — Vietnamese refugees: the United States, Thailand, Malaysia, France, Canada, Australia, and others.

The author draws most of his material from previously published books, but his insights often have a interesting twist of their own, perhaps because the author himself is Vietnamese, experienced some of the events he describes, and reflects the view — very anti-communist — of many in the American Vietnamese community.

Memories become history, by Viet Reader, 07/04/2007

I lived through all the periods of Vietnamese history mentioned in the book. I witnessed (as a child) the 1954 exodus from the North, the 1975 event leading to the concentration camps, the exodus of the boat people from Vietnam and their life outside of Vietnam. It’s quite an extraordinary and pleasant experience for me to read « The Vietnamese Boat People ». It’s like being led on an instructive tour to your own hometown, guided by a scholarly (and surgeon) friend who writes English in a way very few of us can, to revisit familiar places that you thought you have always known so well, only to find out that there are a lot of new things and perspectives about your own past and your country’s past. With the book,my own eclectic, personal pieces of memory seem to find their place in the jigsaw puzzle. It may help former refugees like myself, and hopefully our English speaking progeny, find a sense of meaning and purpose from our turbulent and traumatic past. For some of us, this may also provide some relief from lingering guilts and regrets about our past lost cause, and maybe, a sense of closure necessary to start a new chapter for our life and for our former country that still stays behind in every way.

Source : Amazon

Aperçu sur Google Books

10 novembre 1978. Qui veut des 2 500 boat people vietnamiens à bord du cargo Hai Hong ? Kouchner !

[ndlr] Article de Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos paru dans le magazine Le Point du 10 novembre 1978. A travers le récit de l’odyssée du cargo Hai Hong, les journalistes dénoncent le « trafic de chair humaine » orchestré par la RSVN avec ses propres citoyens candidats à l’exil.

Le gouvernement vietnamien organise lui-même le trafic de réfugiés, qui lui rapporte des centaines de millions de dollars.

Le petit Tranh, 9 ans, est blotti contre sa mère. Il a faim, il a soif, son corps est couvert d’eczéma. Il a peur. Où est son papa ? Le petit garçon n’a même plus la force de se plaindre. Sa petite soeur est dans le même état que lui. Ils sont ainsi des centaines d’enfants, mais aussi des femmes, des vieillards et des hommes, entassés sur ce vieux rafiot baptisé Hai Hong. Voilà seize jours, depuis leur embarquement à Hô Chi Minh-Ville (Saïgon), que 2 449 Vietnamiens fuyant le communisme vivent un terrible calvaire. On leur avait dit que la traversée ne prendrait que quelques jours, mais elle s’éternise. Les provisions apportées par la mère de Tranh ont vite disparu. Depuis, c’est l’enfer. La chaleur, la pisse et la merde répandues partout, les pleurs, le bruit, les maux de ventre. Le cargo est devenu un immense barbecue chauffé par un soleil de plomb. L’odyssée du Hai Hong, qui fait forcément penser à celle de l’Exodus, fait la une de tous les journaux du monde le 10 novembre 1978.

Lire la suite : Le Point, 10 novembre 1978. Le Point.fr – Publié le

 

Archives télévisuelles :

2500 boat people fuyant le régime communiste de Saïgon sont bloqués sur le cargo le « Haï Hong » au large de la Malaisie et de l’Indonésie en attendant une terre d’accueil. Ils sont jugés immigrants illégaux. Leur situation devient tragique, ils n’ont ni eaux ni nourriture et les enfants sont couverts d’exéma. A bord du bateau il y a eu une mutinerie et le bateau connaît des problèmes techniques. La pression internationale a permis de débloquer une aide humanitaire de base : leur distribuer de l’eau et des vivres.

Création d’un comité de soutien aux réfugiés politiques du Vietnam et qui meurent chaque jour dans des bateaux en Mer de Chine. Interview de Bernard KOUCHNER qui explique le but de ce comité : envoyer un bateau au secours des boat people et la place de Médecins sans Frontière pour assurer la partie médicale. Interview d’Yves MONTAND sur le sens de son engagement au sein de ce comité, comme d’autres intellectuels (SARTRE, Raymond ARON…).

Reportage sur les réfugiés viêtnamiens en Malaisie. Les boat people qui s’échouent sur une plage racontent leur exode et leur condition de vie dans les bateaux.

 

Réfugiés vietnamiens en France (TF1 30/11/78)

Transbordement des réfugiés vietnamiens du cargo Haï-Hong dans 2 vedettes. Arrivée en France des réfugiés à l’aéroport de Roissy. Ruée des journalistes. Embarquement des passagers à bord des cars Air France. Arrivée dans cité d’accueil.