Archives par mot-clé : santé publique

Patrick Heuveline : La mémoire des corps : Conséquences sanitaires du régime khmer rouge – Phnom Penh, 4 avril 2017

[ndlr] Annonce d’une prochaine conférence à Phnom Penh dans le cycle des Conférences « Temps, Espace, Mémoire » IRASEC organisé par Anne Yvonne Guillou, anthropologue CNRS / IRASEC, Phnom Penh, 4 avril 2017.

La mémoire des corps : Conséquences sanitaires du régime khmer rouge

Patrick Heuveline, Professeur au département de Sociologie à l’UCLA


Mardi 4 avril à 18h30


Conférence en français traduite en khmer et en anglais
Entrée libre

Les rations alimentaires distribuées durant le régime khmer rouge aux groupes de population déportés étaient insuffisantes au vu des dépenses physiques liées au travail forcé et ont conduit à une malnutrition généralisée. L’invasion vietnamienne qui a chassé les Khmers Rouges du pouvoir a aussi perturbé la récolte et, avec des stocks de nourriture réduits, une famine s’en est suivie. Les preuves les plus flagrantes de ces effets de la malnutrition ont été réunies à propos des famines en Europe aux 19e et 20e siècles. Toutefois, le Cambodge présente un cas très différent de celui des pays européens.

Source : Institut Français Cambodge

Institut français du Cambodge
218 rue 184 – BP 827 – Phnom Penh
T: +855 (0) 23 213 124 / 125

Paul Jobin : Autour du « scandale Formosa » au Viêt-Nam [table-ronde LCAO]

[ndlr] Annonce d’une conférence sur un sujet majeur de santé publique au Viêt-Nam.

Pour en savoir plus : LCAO

Image « à la une » : Manifestation du 15 mars 2017 à Taiwan © DR

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : Séance 5

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 5 : mardi 3 novembre 2015

Femmes et guerres d’Indochine : actrices et victimes

Le rôle des femmes pendant les guerres d’Indochine a souvent été minoré et reste largement absent des histoires de ces conflits. A travers le témoignage de Tran Thi Truyen, infirmière de guerre, les conditions de vie des jeunes filles engagées sur la Piste Ho Chi Minh seront évoquées. Nous verrons avec Duong Thi My Trung, paysanne de Soc Trang, les questions du déplacement de population et de la prostitution pendant la guerre du Viêt-Nam. A travers ces deux témoignages, seront abordés les stratégies de survie en contexte de guerre, les questions de santé, le rôle des héroïnes officielles… Nous nous interrogerons sur les possibilités d’action des femmes, le difficile partage entre victimes et actrices. Les trois exposés de la seconde partie du séminaire nous permettrons de poursuivre cette investigation sur le genre.

Sources orales à discuter :

Interview with Tran Thi Truyen, 1981

TranThiTruyen[date : 11 février 1981, durée : 18:01, trad. en anglais en regard]

Interview with Duong Thi My Trung, 1981

DuongThiMyTrung[date : 17 mars 1981, durée : 06:37, traduction en anglais en regard]

Exposés oraux

  • LySanMaes_MonCambodge3Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris : L’Harmattan, coll. Graveurs de mémoire, 2012.

CR de lecture de Stella Ramamonjisoa

Présentation de l’éditeur : L’Harmattan

 

  • Bayly_AsianVoicesInAPostColonialAgeBayly, Susan, Asian voices in the postcolonial age: Vietnam, India and beyond, New York: Cambridge University Press, 2007.

CR de lecture de Béatrice Zani

Présentation de l’éditeur : Cambridge UP

 

  • « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique ».

Exposé de Marjolaine Fourton

 

Pour en savoir plus :

  • Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014.
  • Nguyen, Nathalie Huynh Chau, Memory is another country. Women of the Vietnamese Diaspora, Santa Barbara, California: Praeger, 2009. (traduit en français sous le titre : La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013). CR de lecture par François Guillemot (Carnet de recherche “Femmes et guerres au Viêt-Nam“).
  • Phan Thanh Hao & Karen G. Turner, Even the Women Must Fight. Memories of War from North Vietnam, New York: John Wiley & Sons, 1998.
  • Taylor, Sandra C., Vietnamese Women at war. Fighting for Ho Chi Minh and the revolution, Lawrence: University Press of Kansas, Modern war studies, 1999.
  • Weaver, Gina Marie, Ideologies of Forgetting. Rape in the Vietnam War, New York: State University of New York Press, 2010.

Ressources en ligne :

Carnet de recherche Femmes & Guerres au Viêt-Nam

Anne Yvonne Guillou : Cambodge, soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société – CR de lecture par Mathieu Durand

Guillou_CambodgeSoignerDansLesFracasDeLhistoireL’histoire tourmentée du Cambodge méritait d’être étudiée au-delà des thèmes militaires ou politiques, d’où l’intérêt majeur de l’ouvrage d’Anne Yvonne Guillou, Cambodge : soigner dans les fracas de l’histoire, médecins et société. En apportant une compréhension anthropologique de l’histoire de la médecine au Cambodge, en condensant certes à l’essentiel sa thèse de doctorat (citée en réf.), l’auteure se demande quelle a été la place de la médecine au Cambodge, du protectorat français à la fin des années 1990 (date des enquêtes de terrain qui y furent menées). Sans oublier la médecine traditionnelle, Anne Yvonne Guillou étudie le rôle et le statut des médecins au Cambodge, depuis 1863, formés par la « médecine occidentale » que l’on peut qualifier, comme l’auteure, de biomédecine.

Après une première partie retraçant l’histoire de la médecine « occidentale » au Cambodge, mobilisant le concept d’« invention » de cette médecine au cours de la colonisation (voire même après), les parties suivantes apportent un regard anthropologique sur la place des médecins dans le Cambodge des années 1990, d’abord à l’hôpital (lieu de diverses confrontations entre des humanitaires étrangers et le personnel médical khmer), puis au sein de la société (avec les mutations des relations entre le patient et le thérapeute). L’ouvrage se base sur des observations participantes dans plusieurs hôpitaux et dispensaires du Cambodge (ainsi que dans des camps de réfugiés en Thaïlande), en plus d’une consultation des archives coloniales en France et au Viêt Nam.

Des médecins indochinois aux médecins fonctionnaires

S’attardant sur « l’invention de la profession médicale » depuis le protectorat français, Anne Yvonne Guillou évoque le cas des « médecins indochinois » au Cambodge. Malgré cette dénomination, le pouvoir colonial n’avait pas de médecins khmers à sa disposition, la plupart des médecins au Cambodge étant issus des territoires de l’actuel Viêt Nam, outre le fait qu’aux débuts du protectorat, seul l’hôpital militaire de Phnom Penh illustrait « l’action sanitaire » coloniale au Cambodge. Les territoires de l’actuel Viêt Nam concentraient l’essentiel des infrastructures sanitaires. Dans les années 1930, un réseau « de petits hôpitaux provinciaux et d’infirmeries sommaires de campagne » fut créé au Cambodge, mais l’essentiel des infrastructures se situait dans la capitale à la veille de l’indépendance. L’auteure précise que les professions médicales étaient moins recherchées au Cambodge, contrairement au Viêt Nam où les médecins constituaient un nouveau groupe social, au statut élevé, bien qu’issu de la colonisation. À Hanoï, où se trouvait l’École de Médecine, les trois quarts des étudiants étaient Cochinchinois ou Tonkinois, les Cambodgiens étant minoritaires, car les ethno-types coloniaux de recrutement étaient favorables aux Vietnamiens. De plus, l’élite cambodgienne privilégiait en priorité des carrières administratives pour ses héritiers (liant les familles à la monarchie), plutôt que d’avoir des médecins liés aux douleurs de la population cambodgienne.

Avec l’indépendance et les années dites du « Sangkum » (« communauté socialiste populaire »), sous le roi Norodom Sihanouk de 1955 à 1970, les infrastructures sanitaires sont étendues aux provinces par le gouvernement. Les médecins devinrent des fonctionnaires de l’État et exerçaient dans des hôpitaux très hiérarchisés. Anne Yvonne Guillou montre que les médecins peinèrent à « se forger une identité et à s’organiser professionnellement » et demandèrent à être autorisés à exercer, à titre privé, en dehors de leurs horaires de travail à l’hôpital. Au cours des années 1960, ces praticiens, que l’auteure qualifie de « fonctionnaires-entrepreneurs », exerçaient principalement en ville, renforçant leurs réputations auprès d’une « clientèle » urbaine de patients. Mais la République Khmère mit un terme au développement de ce système de soins. Face aux conflits de la péninsule et au renforcement du pouvoir des « Khmers Rouges » dans les provinces, beaucoup d’infrastructures sanitaires furent détruites ; et l’afflux de blessés et de réfugiés dans les services hospitaliers ne permettait plus aux médecins d’exercer en dehors de leurs horaires, outre le gel de leurs revenus et la baisse des budgets publics de santé.

Médecins révolutionnaires vs médecins réactionnaires

L’arrivée au pouvoir des Khmers Rouges et la division de la société cambodgienne entre le « peuple ancien » et le « peuple nouveau » (ce dernier étant considéré comme « réactionnaire »), ne firent que renforcer la désorganisation des structures sanitaires. La distinction entre les peuples se fit aussi dans les soins et les médecins révolutionnaires furent les seuls autorisés à pratiquer, tandis que les autres médecins, tant traditionnels que praticiens de biomédecine, furent déportés dans les campagnes, ou forcés de collaborer à la formation des médecins révolutionnaires. Si des médecins revenus de l’étranger à l’appel du régime furent écartés du système national, et réservés aux soins des cadres du régime, ces derniers ne s’appuyaient certainement pas sur la médecine « traditionnelle ».

Anne Yvonne Guillou montre que la médecine restait « un mélange hétéroclite » entre savoirs traditionnels, modèles biomédicaux et principes idéologiques du régime. Les médecins révolutionnaires étaient de jeunes paysans résolus à appliquer « leur croyance dans les vertus intrinsèques de la conscience révolutionnaire comme vertu thérapeutique » (p. 54). Deux témoignages, dont l’un d’un médecin revenu de l’étranger, expliquent le sort tragique réservé aux médecins à cette période.

HôpitalDeKompongSpeu_1979
Hôpital de Kompong Speu, septembre 1979 © ICRC/D. Ziegler/kh-n-00007-23

Le retour du médecin khmer

L’arrivée des Bodoï vietnamiens au Cambodge en janvier 1979 mit fin à quatre années de régime totalitaire qui causèrent la mort d’un cinquième de la population cambodgienne. Le Cambodge passa alors sous l’autorité du Viêt Nam, et si les médecins reprirent leur activité, c’est sous l’égide d’Hanoi que tout le système de soins fut recréé. Les rares médecins survivants redevinrent fonctionnaires et il fallut procéder à la formation en urgence de nouveaux soignants. Un personnel hétéroclite fut d’abord hâtivement formé, dans un contexte de pénurie. Mais face aux faibles moyens sanitaires de l’État, Hanoi redonna plus de responsabilités aux médecins khmers avant la fin des années 1980, tout en augmentant la durée de la formation des thérapeutes.

Le retrait des Vietnamiens en 1989 et la fin de l’aide du bloc socialiste permis paradoxalement aux médecins – alors contraints de prélever dans les stocks de médicaments des organisation non gouvernementale (ONG) afin de pouvoir se soigner, soigner leurs proches ou revendre les remèdes pour survivre – de tenter de retrouver le statut lié à leur profession. Face à des hôpitaux qui ont été « attribués » à l’assistance, soit des ex-pays socialistes, soit de différentes ONG, les médecins ouvrent officieusement leurs cabinets privés à leur domicile, jusqu’à l’autorisation de la pratique privée en 1993. Une offre privée se développe dès les années 1990 mais se concentre d’abord à Phnom Penh.

Cette partie historique illustrant l’évolution de la place des médecins au cours de l’histoire du Cambodge montre aussi que cette « profession » est un lieu de tensions politiques, qui se traduisent par les vicissitudes du système de soins, sans oublier les nombreux paradoxes politiques causés par la colonisation, les guerres liées à la décolonisation, le régime de Pol Pot et la fin de la Guerre Froide.

Petite sociologie du personnel médical

S’interrogeant sur la pratique de la médecine à l’hôpital, l’auteure montre dans une deuxième partie que la présence des ONG favorise aussi des tensions entre les patients, les soignants cambodgiens et le personnel étranger. La mésentente a lieu à propos de l’entretien du matériel et de l’hygiène, le personnel étranger reprochant un « manque d’implication » des Cambodgiens. Contrairement à l’idée que l’éthique médicale des Occidentaux sous entendrait une rémanence des ethno-types coloniaux, les tensions sont principalement liées au cloisonnement et la hiérarchisation sociale très importante au Cambodge, y compris à l’hôpital, entre le personnel soignant et non-soignant. L’auteure montre que depuis les années 1980, les médecins sont de plus en plus issus de familles de fonctionnaires ou de commerçants, à la différence du personnel non-soignant ; différence institutionnelle majeure qui renforce les tensions. Le personnel soignant est pourvu de grades et de cursus différents du personnel non-soignant (héritage de la colonisation et du socialisme pour permettre la formation rapide de personnel soignant). Les  points de tensions quant à la relation médecin-malade et l’éthique médicale sont liés à la disposition du temps libre. Les praticiens cambodgiens souhaitaient exercer à leur compte, en complément de revenus, car après 1989 et le délitement de l’État, il n’y avait ni primes, ni avancement. L’administration hospitalière était gérée par les humanitaires qui souhaitaient conserver un service médical public (et ne pouvaient pas admettre le concept de « fonctionnaires-entrepreneurs »), en plus des critiques des patients qui accusaient les praticiens de prélever dans les stocks de médicaments pour revendre les remèdes sur les marchés.

Mutations des pratiques médicales

Le troisième chapitre révèle l’ampleur des mutations de la médecine au Cambodge au cours des années 1990, en distinguant les différences entre les professions médicales (docteurs, infirmiers, pharmaciens) et les praticiens traditionnels, mais aussi ceux que l’auteur nomme « néo-traditionnels », sans oublier les bonzes, les médiums et les masseuses. Au Cambodge, dans la seconde moitié du XXème siècle, la médecine traditionnelle était liée à l’autosuffisance socialiste, dans un contexte de pénurie générale liée aux conflits. Les médecines fondées sur les pharmacopées traditionnelles sont assez rapidement tombées en désuétude dans les services publics avec l’arrivée des ONG dans les années 1990, mais pour au contraire se développer dans l’offre de soins privée.

Les kru (nom cambodgien des médecins traditionnels) exercent en privé et sont valorisés auprès des patients, par leur connaissance de la pharmacopée traditionnelle. Mais les témoignages recueillis par la chercheuse auprès des médecins des hôpitaux montrent bien comment ces derniers méprisent les kru et la tradition, à laquelle ils ont dû parfois recourir sous les Khmers Rouges. Quant aux « kru néo-traditionnels », ils pratiquent leurs soins traditionnels en milieu urbain et mènent un bon niveau de vie, disposant de leur propre cabinet. Les bonzes, au contraire des médiums, par la parole et la psychologie qu’ils apportent auprès des malades, sont tolérés dans les hôpitaux. Sans oublier les masseuses, « aux marges du champ thérapeutique » qui recourent à des prestations sexuelles pour survivre.

Le concept « d’invention » des  professions médicales prend toute son importance dans cette partie, car la biomédecine s’invente non pas contre la médecine « traditionnelle » mais en coexistant avec elle, montrant bien que le système de soin est sans cesse en renouvellement. La déliquescence du système sanitaire à la fin des années 1980 suscite à la fois pragmatisme (consultations des kru) et méfiance (doutes des patients quant à la compétence et l’honnêteté des médecins, expliquant un très fort recours à l’automédication).

* * *

Cet ouvrage montre bien que les représentations du corps et des pratiques de soins évoluent comme la société, et que cette histoire mérite d’être étudiée en profondeur. L’auteure voit les patients comme des « acteurs sociaux » (p. 166) qui ont une histoire à raconter. Seule ombre au tableau anthropo-historique dressé par Anne Yvonne Guillou, la situation actuelle risque d’être décalée avec ce qu’elle avait observé au cours des années 1990, outre l’aspect très technique de l’ouvrage, qui peut décourager le non-initié en sciences sociales.

Mathieu DURAND, promotion Asioc 2014-2015.

Réf. Anne Yvonne Guillou, Cambodge, soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société, Paris : Les Indes savantes, coll. Études sur l’Asie, 2009, 203 p.

Pour en savoir plus :

  • Au, Sokhieng, Medicine and Modernity in colonial Cambodia, PhD in History, University of California, Berkeley, 2005.
  • Chandler, David P., Une histoire du Cambodge, Paris : Les Indes savantes, 2011.
  • Dumas, Céline et Faurand-Tournaire, Anne-Laure, « Ethnographie d’un hôpital cambodgien », Moussons [En ligne], 15 | 2010, consulté le 13 décembre 2014. URL : http://moussons.revues.org/297
  • Guillou, Anne Y., Les médecins au Cambodge, Entre élite sociale traditionnelle et groupe professionnel moderne sous influence étrangère, Thèse de Doctorat, EHESS, Paris, 2001.
  • Monnais-Rousselot, Laurence, Médecine et colonisation. L’aventure indochinoise 1860-1939, Paris : CNRS Éditions, 1999.
  • Oversen, Jan & Trankell, Ing-Britt, Cambodians and their doctors. A Medical Anthropology of Colonial and Post-Colonial Cambodia, Copenhagen : Nias Press, 2010.
  • Ponchaud, François, Cambodge, année zéro, Paris : Julliard, 1977 (cf. chapitre IV).

Références pouvant être vues comme témoignages (issues de la bibliographie du livre)

  • Crimes et répercussions dans le domaine de la Santé Publique sous le régime génocidal [Sic] de Pol Pot – Ieng Sary – Khieu Samphan, Faculté de Médecine, 1989, dactyl.
  • Ly Den, « La médecine des cadres khmers rouges », ASEMI, n° spécial « Cambodge I » 1982, XII, 1-4, pp. 193-202.
  • Nguyen Van Minh, Michel, Contribution à l’organisation sanitaire au Cambodge sur le double plan médical et médico-social, Thèse pour le Doctorat en médecine, Faculté de Médecine et de Pharmacie de Saigon, 1956.

 

Mathieu Durand poursuit actuellement un Master 2 « Asie Orientale Contemporaine » à l’Institut d’Asie Orientale de l’ENS de Lyon. Actuellement en échange à la Chang Jung Christian University de Tainan, il effectue des recherches pour son mémoire portant sur la médecine traditionnelle chinoise à Taïwan.

Viêt-Nam en transitions – Édité par Gilbert de Terssac, Truong An Quoc, Michel Catlla [ENS éditions]

Viêt-NamEnTransitions[ndlr] Vient de paraître aux ENS éditions dans la collection De l’Orient à l’Occident. Présentation de l’éditeur.

Le Viêt-Nam est en transitions sociales, économiques, politiques et culturelles. Tout en menant des réformes auprès de ses institutions, le pays tente d’articuler socialisme et marché en redonnant l’initiative à chacun. Sous quelles conditions et avec quels effets durables le Viêt-Nam y parvient-il ? Grâce à une vision d’ensemble, historiens, anthropologues, démographes, sociologues, ethnologues, géographes et économistes réunis dans cet ouvrage nous permettent d’identifier et de comprendre les transformations de la paysannerie, les changements alimentaires et de consommation, les évolutions des politiques publiques dans le domaine de la santé et des pratiques matrimoniales, les modifications dans les façons de vivre en ville, les innovations développées par les étudiants pour trouver un emploi ou encore les efforts considérables des individus qui travaillent dans l’informel pour survivre.

Lire la Préface de Daniel Weissberg en PDF

Sommaire :

1. Les transitions au Viêt-Nam : de quoi parle-t-on ? — Gilbert de Terssac, Truong An Quoc, Michel Catlla

2. Étudier la diversité de la paysannerie : l’approche typologique — Christophe Gironde

3. Innovations en milieu rural et stratégies paysannes — Nguyen Duc Truyen

4. Du village traditionnel aux villages : espace social local et mobilité — Olivier Tessier

5. Conflits fonciers entre l’État et les paysans : l’anthropologue confronté au terrain — Nguyen Van Suu

6. L’évolution des espaces matrimoniaux dans le delta du fleuve Rouge — Mai Van Hai

7. Nouvelles pratiques de consommation alimentaire, perceptions des risques et de la qualité des aliments par les consommateurs urbains vietnamiens — Muriel Figuié, Nicolas Bricas, Paule Moustier

8. Consommation et apprentissage du supermarché au Viêt-Nam. Le client en action — Sophie Bernard

9. Mobilités intra-urbaines et politiques urbaines à Hô Chi Minh Ville et Hanoi — Nguyên Thi Thiêng, Patrick Gubry, Lê Thi Huong

10. Transition économique et dynamique sur le marché du travail au Viêt-Nam. Caractéristiques et rôle de l’économie informelle — Mireille Razafindrakoto, Jean-Pierre Cling, François Roubaud

11. Les règles d’ajustement pour accéder à l’emploi. Le cas des jeunes diplômés de Hanoi — Truong An Quoc, Gilbert de Terssac

12. Prise en charge des séropositifs VIH/sida. Innovation et continuité des soins dans un contexte de rupture — Myriam de Loenzien

13. Violences de genre au sein de la famille et action publique — Le Thi Quy

14. Mobilités culturelles. À la recherche d’une « empreinte » vietnamienne — Alain Henry

Tendances émergentes et voies possibles — Gilbert de Terssac, Truong An Quoc, Michel Catlla

Source : ENS éditions

Post-Vietnam military herbicide exposures in UC-123 Agent Orange spray aircraft

[ndlr] La question de la toxicité sur le long terme de l’Agent orange est de nouveau d’actualité avec la publication d’une nouvelle étude scientifique publiée dans la revue Environmental Research. Résumé (article en accès réservé).

AgentOrange

Graphical abstract

During the Vietnam War, approximately 20 million gallons of herbicides, including ~10.5 million gallons of dioxin-contaminated Agent Orange, were sprayed by about 34 UC-123 aircraft subsequently used by the United States Air Force Reserves (~1971-1982) without decontamination. After many years without monitoring, tests revealed the presence of dioxin. All but three aircraft were smelted in 2009. Current Air Force and Department of Veterans Affairs policies stipulate that « dried residues » of chemical herbicides and dioxin in the post-Vietnam war use of the aircraft had not lead to meaningful exposures to flight crew and maintenance personnel, who are thus ineligible for Agent Orange-related benefits or medical examinations and treatment. We used three complementary approaches for modeling potential exposures to dioxin in these aircraft, based on the sparse monitoring data available, and found the body-burden for dermal-oral exposure for flight crew and maintainers exceeded existing guidelines. The surface wipe samples taken by the Air Force exceeded Army screening level guidelines. Two models show that the surface residues led to airborne contamination and dioxin dust adsorption. Thus inhalation, ingestion and skin absorption in aircrew and maintainers were likely to have occurred during post-Vietnam use of the aircraft. Current Air Force and Department of Veterans Affairs policies are not consistent with the available industrial hygiene measurements or with widely accepted models for semivolatile organic compounds like dioxin.

  • Ref. : Peter A. Lurker, Fred Berman, Richard W. Clapp, Jeanne Mager Stellman, « Post-Vietnam military herbicide exposures in UC-123 Agent Orange spray aircraft », Environmental Research, Volume 130, April 2014, Pages 34–42.

Source : Science Direct

Pour en soir plus :

Pierric Le Neveu : Vietnam – après un homicide à la dioxine, un écocide aux OGM

[ndlr] Un constat alarmant. A lire.

Des centaines de milliers de victimes de l’Agent Orange/Dioxine utilisé par l’armée américaine pendant la guerre du Vietnam, leurs familles et leur descendance, dont beaucoup survivent en marge de la société dans des conditions extrêmement difficiles, un peu plus de 50 ans après les premiers épandages, ont cruellement besoin d’aide !

L’Agent Orange est un herbicide dont la population vietnamienne, ainsi que les descendants de vétérans américains victimes des épandages aériens effectués de 1961 à 1971 pendant la guerre du Vietnam, subissent encore les effets sous forme de handicaps monstrueux atteignant les troisième et, maintenant, quatrième générations… Or, des herbicides et des pesticides, commercialisés par les multinationales qui ont conçu et fabriqué l’Agent Orange, terriblement agressifs contre la nature et la santé des populations, sont aujourd’hui utilisés partout dans le monde et contaminent jusqu’au contenu de nos assiettes..!

Lire la suite : La Revue des Ressources, 13/01/2014.

Isabelle Tracol-Huynh : Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954 [thèse]

Université Lumière Lyon 2

École doctorale 483 ScSo

Faculté GHHAT

Département d’histoire

Institut d’Asie Orientale

 

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

Isabelle TRACOL-HUYNH

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

Thèse pour l’obtention du titre de docteur en Histoire de l’Université de Lyon délivré par l’Université Lumière Lyon 2

Sous la direction de Christian HENRIOT

 

Présentée et soutenue publiquement le jeudi 12 décembre 2013

ENS de Lyon, IAO, à 14h en salle R66, 15 parvis René Descartes, Lyon

Devant un jury composé de :

Sylvie CHAPERON – professeure à l’Université Toulouse 2 le Mirail

Christopher GOSCHA – professeur à l’Université du Québec à Montréal

Christian HENRIOT – professeur à l’Université Lumière Lyon 2

Dominique KALIFA – professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Philippe PAPIN – professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 

Résumé :

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

L’étude de la prostitution au Tonkin pendant la colonisation française est celle d’un monde en mutation. Le développement de la prostitution est à relier directement avec les changements socio-économiques que connaît le Tonkin. La mobilité croissante des populations à l’époque coloniale a pour conséquence une urbanisation importante accompagnée d’une transformation radicale de la société urbaine. Ces changements favorisent une expansion à la fois quantitative et qualitative de la prostitution car de nouvelles formes apparaissent (chanteuses, danseuses, etc.).

Fenêtre ouverte sur un monde urbain en transformation, le monde prostitutionnel permet également de rendre compte de la complexité de la société coloniale dont il est le microcosme puisqu’il en reprend la hiérarchie raciale, les rapports de domination, de tension et de sympathie réciproque. Ce microcosme est placé sous le signe de la rencontre des genres et, surtout, des races, ce qui, en situation coloniale, ne va pas sans poser problème. La gestion de la prostitution par les autorités s’insère directement dans la politique de maintien de l’ordre mise en place par l’État colonial, puisqu’elle s’efforce de recréer au sein du monde prostitutionnel la hiérarchie, à la fois genrée et raciale, régissant l’ensemble de la société coloniale.

Le second volet de l’administration de la prostitution est sanitaire car c’est au nom de la santé publique que la prostitution est réglementée. Le but est de lutter contre les maladies vénériennes, péril pour l’individu et la nation. L’histoire de la prostitution au Tonkin est celle d’une tension entre une administration tentant de contrôler un monde prostitutionnel mouvant et multiforme et les acteurs du monde prostitutionnel qui mettent en place des stratégies de contournement et d’évitement.

Ce travail entend analyser à la fois le système mis en place par les autorités et la réalité du monde prostitutionnel en s’intéressant à ses acteurs et à ses lieux.

Mots-clés : Vietnam ; Tonkin ; colonisation ; prostitution ; santé publique ; péril vénérien ; police ; culture urbaine ; problème public ; rôle de la presse

Isabelle Tracol-Huynh: Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin (1885-1954) [PhD Thesis]

Isabelle Tracol-Huynh:

Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin

(1885-1954)

[PhD Thesis]

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

 

Abstract:

Between Colonial Order and Public Health: Prostitution in Tonkin (1885-1954)

During French colonization, the world of prostitution in Tonkin evolved as the result of the numerous social and economic changes that were occurring at the time. The increasing mobility of the population led to rapid, significant urbanization: consequently, the city changed in form and in culture. Prostitution hence became increasingly visible. Its expansion was both quantitative and qualitative in the sense that prostitutes were no longer confined within the so-called spaces of “legal” brothels and were no longer perceived as being the only women capable of providing sexual services. In this regard, the world of prostitution  is a critical vantage point which permits a far-reaching study of these global changes as well as a unique vantage point onto the complexity of colonization itself.

This world was a microcosm of  colonial society with its latent notions of racial hierarchy, inherent domination, and intimacy for colonization, and these all represent an intimate yet politically charged encounter. The racial boundaries delineated at the very foundations of the colonial order were therefore blurred and had to be redrawn and sharpened. The regulation of prostitution was one of the means used by authorities to control the interaction between the colonizers and the colonized because it reproduced the racial distinctions of the colonial society.

The second dimension of the administration of prostitution was medical: because of venereal diseases, prostitution was perceived to be a threat to individuals and the nation as a whole. The regulation of prostitution thus was part and parcel of the policing strategies set up by the authorities to insure colonial order and public health. Nonetheless, its application proved to be difficult because prostitution, which was understood as construing both actors and places, resisted the police and medical frameworks that sought to confine them. Authorities’ attempts clashed with the evasive strategies of prostitutes, madams, clients, and others as well.

In light of these issues, this study offers a thorough examination of the official frameworks and the reality of prostitution as it existed in colonial Tonkin.

Keywords: Vietnam; Tonkin; prostitution; colonization; public health; venereal diseases; police; urban culture; social problem; newspapers influence