Archives par mot-clé : Sangkum

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 3

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

sihanouk

★ ★ ★

Les États cambodgiens (1949-1993)

Séance 3 : mardi 11 octobre 2016

Le Cambodge est sans doute l’État de la péninsule indochinoise qui a traversé le plus de vicissitudes et drames politiques pour accéder à son statut actuel. Pendant la période coloniale puis l’occupation japonaise, l’État se résume à quelques canaux familiaux ou claniques et peine à imposer un imaginaire national. Depuis la croisade de l’indépendance de Norodom Sihanouk de 1953, pas moins de six États et régimes politiques se sont succédé selon la périodisation suivante : l’ère de Norodom Sihanouk (Sangkum, 1955-1970), la période républicaine (République khmère, 1970-1975), la période des Khmers rouges (Kampuchéa Démocratique, 1975-1979), la période de l’occupation vietnamienne (République populaire du Kampuchéa, 1979-1989), la période transitoire de l’État du Cambodge (1989-1993) et de l’administration onusienne (1992-1993) aboutissant aux élections générales de 1993. Depuis cette date, la monarchie a été restaurée dans ce qu’il convient d’appeler aujourd’hui le Royaume du Cambodge (l’ancienne dénomination étatique de 1953 à 1970).

L’imaginaire national cambodgien s’est peu à peu construit par l’action de Norodom Sihanouk, personnage historique qui entendait personnifier à lui seul son pays. Nous nous intéresserons à l’équation « Sihanouk-Cambodge » qui apparaît incontournable lorsque l’on aborde l’histoire contemporaine en particulier sous l’emprise du Sangkum (Communauté du peuple ou Communauté Socialiste Populaire). Nous interrogerons également le « projet Khmer rouge » dans sa dimension utopique et criminelle à travers les recherches d’Henri Locard, de Benedict F. Kiernan ou de David P. Chandler.

Sources mobilisées :

  • ABDOUL-CARIME, Nasir, Le sihanoukisme ou la personnification du pouvoir sous le régime de N. Sihanouk (1955-1970), Mémoire de DEA d’histoire, Université Paris VII Denis Diderot, 1993-1994, pp. 27-60. Exemplaire du Fonds Brocheux.
  • LOCARD, Henri, « Le goulag khmer rouge 17 avril 1975 – 7 janvier 1979 », in Communisme, n° 47-48, L’âge d’homme, 1996, 40 p. Reproduit dans la documentation « Articles » pour sa soutenance de thèse, Université Lumière Lyon 2, 21 janvier 2000. Exemplaire du Fonds Henriot.
  • MIKAELIAN, Grégory, « Cambodge, Ad majorem pecuniae gloriam« , in Jérémy Jammes (dir.), L’Asie du Sud-Est 2013. Bilan, enjeux et perspectives, Paris & Bangkok, Les Indes savantes / Irasec, pp. 151-169.
  • « Les 9 vies de Norodom Sihanouk », documentaire de Gilles Cayatte, 2008, 53min 08s. Extrait sur le site de l’INA

★ ★ ★

Pour aller plus loin :

Chandler, David P., Une histoire du Cambodge, Paris, Les Indes savantes, 2011.

Kiernan, Ben, Le génocide au Cambodge 1975-1979. Race, idéologie et pouvoir, Paris, Gallimard, coll. NRF essais, 1998.

Locard, Henri, Pourquoi les Khmers rouges ?, Paris, Vendémiaire, coll. Révolutions, 2016, nouvelle édition.

Meyer, Charles, Derrière le sourire khmer, Paris, Plon, 1971.

Panh, Rithy avec Christophe Bataille, L’élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation de l’éditeur.

Image « à la une  » : Khmer army going to war against the Cham; relief at the Bayon-temple in Angkor, Cambodia (S section, E gallery, late 12th to beginning 13th century) by Manfred Werner, 2001 – Wikimedia