Archives par mot-clé : Saigon

François Guillemot : « Disparaître pour survivre à l’histoire : la mort volontaire de l’écrivain Nhất Linh »

Présentation de notre communication au 6e Congrès du GIS Asie (Réseau Asie & Pacifique).

Presentation :

1963 was a milestone for the Republic of Vietnam. As the Ngo Dinh Diem regime entered a major confrontation with the Buddhist movement, another drama played itself out in Saigon. On July 7, the renowned writer Nhat Linh Nguyen Tuong Tam committed suicide. With this radical protest, he thus avoided a court appearance resulting from a failed coup. This tragic signature of his opposition to the authoritarian regime also marks a turning point in the internal fracture within non-communist nationalism. This communication discusses the challenges of his disappearance and explores the torment that haunted the writer in the final years of his life. Finally, the impact of this act is located in the political context of a violent power in decline. Through Vietnamese documentation and archives, I attempt to elaborate the possible interpretations of this act, both personal and political.

Key words : Republic of Vietnam (1955-1963); nationalism; Nguyen Tuong Tam (Nhat Linh) ; suicide; memory.

Résumé :

1963 est une date charnière pour la République du Viêt-Nam (Sud). Alors que le régime de Ngo Dinh Diem est entré dans une confrontation majeure avec les forces bouddhistes un autre drame se joue à Saigon. Le 7 juillet, l’écrivain renommé Nhat Linh Nguyen Tuong Tam se suicide. Signe radical de protestation, il évite ainsi de comparaître au tribunal dans une affaire de coup d’État raté. La signature tragique de cette opposition au régime autoritaire marque aussi une étape clé dans la fracture interne au sein du nationalisme non-communiste. Cette communication revient sur les enjeux de cette disparition et le tourment qui habite l’écrivain dans les dernières années de sa vie. Enfin, l’impact de cet acte est replacé dans le contexte politique d’un pouvoir violent en déclin. Il s’agira de tenter de saisir à travers les documents et les archives vietnamiennes quelles sont les lectures possibles de cet acte à la fois personnel et politique.

Mots clés : République du Viêt-Nam (1955-1963), nationalisme, Nguyen Tuong Tam, suicide, mémoire.

Numéro spécial de la revue Van Dê [Questions] dédié à Nhât Linh paru en juillet 1970. Collection FG

Documents en ligne pour accompagner notre propos :

Illustrations

Souvenirs de proches

Un destin politique en débat

« Lạnh lùng« , Solitude (1935-1936). Une des rares traductions françaises d’un roman de Nhat Linh. Collection FG

 

  • Laurent Mucchielli et Marc Renneville, “Les causes du suicide : pathologie individuelle ou sociale ? Durkheim, Halbwachs et les psychiatres de leur temps (1830-1930)”, Déviance et société, no 1, 1998, pp. 3-36. En ligne sur le portail Persée.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam

Image « à la une » : Di chúc của nhà văn Nhất Linh Nguyễn Tường Tam / Le testament de l’écrivain © DR

L’incroyable rock, funk et soul 60 & 70’s du Vietnam [Nova Planet]

[ndlr] A lire sur Nova Planet un article de Jean Morel.

L’incroyable rock, funk et soul 60 & 70’s du Vietnam

Des merveilles qui ont survécu miraculeusement à une histoire tourmentée

C’est un récit musical qui est le fruit de conjonctures historiques uniques. Une ère musicale éphémère issue de la rencontre forcée de cultures et dont on aurait pu perdre toutes traces. Cette histoire est celle d’une décennie, de 1965 à 1975, au Vietnam. Une décennie de souffrance, car elle marque à la fois l’intensification et l’enlisement du conflit. C’est en 65 que Lyndon B. Johnson lance en effet l’opération Rolling Thunder, qui déversa un demi-million de tonnes de bombes sur le Vietnam en 38 mois… C’est cette même année que la guerre entre dans un nouveau degré d’horreur avec l’autorisation par le président américain de l’utilisation de napalm. Cette histoire, c’est celle, éphémère, du funk, de la pop du rock et de la soul du Vietnam.

Dans le Vietnam colonisé par les Français pendant un siècle, de 1858 à 1954, et sous contrôle américain pendant la guerre, il s’agit paradoxalement d’une période luxuriante en termes de créativité musicale. Mais pour en mesurer toute l’étendue, il faut prendre un recul nécessaire sur l’histoire multiple et agitée de cette nation, qui se reflète forcément dans la musique.

Lire la suite : Nova Planet

Marie Gibert & Emmanuelle Peyvel : Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

[ndlr] Signalement d’un article très intéressant sur le quartier « routard » de Saigon.

sear-logo

Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

Marie Gibert (University Paris Diderot, France) & Emmanuelle Peyvel (University of Brest, France)

Abstract
Our article aims to understand the participation of the ‘backpacking neighbourhood’ Pham Ngu Lao in the current metropolization process of Ho Chi Minh City. This neighbourhood is representative
of Vietnamese ‘glocalization’. By this term, we mean the abilities of local stakeholders to benefit from the opportunities created by an increasingly global economy. These skills are reflected not only in innovations and landscape transformations to attract tourists, but also in ‘reactivations’ based on older urban practices. We question not only the production of specific urban territories through backpacking activities, but also the spatial and social inequalities they generate. By doing so, our intention is to combine tourism studies and urban studies to ‘unpack’ the figure of the backpacking neighbourhood and to go beyond the idea of urban enclaves.

Keywords
Backpacking economy, Ho Chi Minh City, local stakeholders, metropolization, tourism globalization, urban production, Viet Nam

Ref.: Gibert, M. and Peyvel, E, « Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Phạm Ngũ Lão in the making of Hồ Chí Minh city », South East Asia Research, first published on October 24, 2016 doi:10.1177/0967828X16674823

Source : SEAR

Image « à la une » :  Le « quartier routard » en soirée © 2014 E. Peyvel

 

Mei Feng Mok: « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975 »

[ndlr] Présentation par Christoph Giebel de la thèse de Mei Feng Mok sur Cholon et sa population sous la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975. Chronique publiée avec l’autorisation de son auteur.

Ref.: Mei Feng Mok, Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975, University of Washington, History, PhD thesis, Chair: Christoph Giebel, 2016.

It is with great pleasure that I announce to VSG a newly minted Ph.D.

On 8 June 2016, at the History department of the University of Washington, Seattle (USA), Mei Feng Mok successfully defended her dissertation « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975. »  The dissertation is based on a variety of sources in Vietnamese, Chinese, French and English, most notably rare and rarely-used Chinese-language newspapers from Chợ Lớn.  Examiners were Laurie Sears, Sasha Welland, and Christoph Giebel (chair);  Moon-ho Jung and Madeleine Dong added guidance at earlier stages of research.  Before coming to UW, Mei Feng Mok earned an MA in History at the National University of Singapore (NUS) with Bruce Lockhart.

Focusing on social life ordered around markets, native place congregations and temples, schools and work places, hospitals and medicinal halls, sports clubs and restaurants, private homes and public leisure places, Mei Feng deftly provides a rich tapestry of Chợ Lớn’s Chinese community, particularly its middle class, and the changes it underwent over time.  She situates Chợ Lớn in multiple relations: as one center of greater Sài Gòn, economic conduit for the southern Vietnamese hinterlands, socio-cultural hub for Chinese communities throughout Indochina, nodal point in transnational Chinese exchanges linking San Francisco, Hong Kong, China, and Singapore, and contributor to Cold War-era and Taiwan/ROC-centric sinophonic articulations.

The dissertation is organized into four main chapters:  

  • 1) Chợ Lớn’s built environment and human geography, its lived and shared spaces;  
  • 2) Education from kindergarten to adult learning between local and transnational networks and the state;  
  • 3) Sports and competitions over disciplining bodies and controlling social time;  
  • and 4) young adulthood, women in the public sphere, and socialization into multi-layered networks through marriage, work, philanthropy, and other ways of accumulating and spending social capital. 

Here Chợ Lớn emerges as a site of contestation between diasporic community interests, a « nation-building » Vietnamese state, and the transnational Chinese world not easily negotiated by individuals and further complicated by war, violence, and ideological divisions.

 Mei Feng’s work is bound to make significant contributions to a variety of fields:  e.g., to social history (and here everyday urban life) of which Việt Nam Studies are still desperately starved, to the growing body of studies on the Republic of Việt Nam (and a rare one where the RVN simply « is » rather than « fails »), to conversations about diasporic/minority communities with multiple identities in Việt Nam (and elsewhere), and to our knowledge of overseas Chinese and the dynamic currents in the Cold War-era transnational Chinese world.  Mei Feng will now take her talents and work to a Post-doctoral Fellowship position at the Asia Research Institute (ARI) in Singapore (NUS) where this important and exciting dissertation may well turn into a marvelous book.

 
Congratulations to Dr. Mei Feng Mok!
 
C. Giebel

UW-Seattle

Source : VSG

Image « à la une » : Le marché de Binh Tây à Cholon en 1960.

Seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : un 8 mai répressif

Le 8 mai 2016, une seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam [xuống đường vì môi trường] s’est déroulée au Viêt-Nam : à Ho Chi Minh-Ville, Hanoi ou Nha Trang. La population demande des éclaircissements sur l’affaire de la pollution industrielle qui a engendré des tonnes de poissons morts sur les côtes de quatre provinces vietnamiennes.

Lors de ce « second round », la répression a été plus forte : des dizaines de manifestants ont été arrêtés et des violences policières on été rapportées. En particulier, à Ho Chi Minh-Ville, l’intervention d’une bande mafieuse dénommée « les chiens aux anneaux verts » a secondé la Sécurité publique dans sa confrontation avec les manifestants. Selon des internautes, photos à l’appui, ces hommes en civil utilisés pour créer des violences portent un anneau en plastique vert sur leur doigt.

La répression a été principalement menée par des hommes casqués en uniformes verts issus des troupes des Jeunesses de choc (ou TNXP, fondées pendant la guerre du Viêt-Nam et autrefois assignées à la logistique de guerre). L’avocat dissident Phạm Công Út a appelé à mener une action en justice contre cette unité spéciale issue des Jeunes Volontaires. Ces jeunes recrues sont habituellement chargées de la protection des touristes dans le centre-ville et mobilisées pour fluidifier la circulation aux heures de pointe. Pour témoigner des exactions de ces forces supplétives, de nombreux manifestants ont pris des photos ou filmé à l’aide de leur portables les violences qui ont émaillées le cortège pacifique.

Ces événements relancent une fois de plus la question de la loi sur le droit de manifester, l’étendue de ce droit et sa gestion par l’État-Parti. Dans un entretien avec la BBC, le député Dương Trung Quốc a souligné l’ambiguïté du droit actuel qui relève plus de la gestion de la protection de l’État-Parti que du droit des citoyens. Malgré la volonté de légiférer sur ce droit, l’équilibre entre droits des citoyens et autoprotection d’un État craignant la subversion politique semble difficile à trouver.

En guise de réponse aux demandes de transparence sur la pollution des côtes, via la télévision officielle VTV, le gouvernement a lancé cette semaine (du 9 mai au 12 mai) une opération d’envergure dénommée « Nous devons nettoyer la mer » [?!] (Hãy làm sạch biển) mobilisant quelques 4000 jeunes pour nettoyer les côtes investies par des poissons morts dans quatre provinces du centre du pays : Hà Tĩnh, Quảng Bĩnh, Quảng Trị, Thừa Thiên Huế).

Étend donné l’ampleur de la pollution et de son impact sur l’économie de la pêche dans tout le pays, le nouveau gouvernement joue sa crédibilité dans cette première crise environnementale qu’il se doit de résoudre. A défaut d’une réponse appropriée, transparente et mesurée le gouvernement donnerait du crédit à l’hypothèse du professeur Lê Viết Khuyến sur une possible volonté délibérée de saborder l’économie maritime vietnamienne à travers une « guerre géophysique » (chiến tranh địa vật lý).

On comprend à demi-mot qu’il pourrait y avoir un lien entre cette affaire de pollution et les problèmes récurrents rencontrés par la RSVN en Mer de Chine méridionale. Ainsi, en touchant l’intérêt national, une grande partie de l’économie du Viêt-Nam étant tournée vers la pêche, l’affaire pourrait prendre, à l’avenir, un tour beaucoup plus politique.

FG, MàJ 09/05/2016.

Aperçus vidéographiques et compte-rendus en ligne :


Deux policiers en civil arrêtant et frappant au visage un manifestant.


Hommes de main : arrestation musclée d’un manifestant qui tente de fuir et protestation de la foule suivie par l’agression contre un autre manifestant (peu après embarqué manu-militari).

Près de la Cathédrale de Saigon, protestation de manifestantes contre la violence exercée sur une femme et son enfant.

Un manifestant délivré des mains des forces de Sécurité par d’autres manifestants.


Arrestations de manifestants par les forces de la Sécurité publique (ici l’unité spéciale des Jeunes Volontaires). Des manifestants sont isolés, frappés et embarqués de force par des policiers en civils et des hommes de main dans des cars de tourisme.


Idem. Une technique répétée à chaque manifestation.


Ici, une première voiture noire aux vitres teintées s’arrête et un manifestant est embarqué de force à l’intérieur suivie d’une seconde voiture et d’un autre manifestant.


Cars de tourisme réquisitionnés par la Sécurité publique pour embarquer les manifestants dans les commissariats du secteur. Applaudissements et soutien solidaire des autres manifestants contre la répression.


Manifestation à Nha Trang.


Les supporters de l’équipe de football de Haiphong manifestent pour la sauvegarde des poissons : « Nous choisissons la mer, nous choisissons le poisson, nous aimons le foot ! ».

Image « à la une » : arrestation d’un manifestant par deux membres de l’unité anti-manifestation des Jeunesses de choc © Dân Làm Báo

Visite vintage du Palais de l’Indépendance [1967-1975]

[ndlr] Séries de reportages sur les appartements des anciens dirigeants de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975) dans l’actuel Palais de la Réunification. Ouverture au public à partir du 28 avril 2016 de deux nouvelles salles : la chambre du Président Nguyen Van Thieu et le bureau de travail de Nguyen Cao Ky, ancien vice-président. Une commémoration « vintage », visite guidée.

Dinh Độc Lập lần đầu cho du khách tham quan phòng ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu và nơi làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, từng là tổng thống và phó tổng thống chính quyền miền nam Việt Nam trước 1975.

Photo 01 : Từ ngày 28/4, 2 phòng mới được phục chế này được Di tích lịch sử Dinh Độc Lập mở cửa phục vụ khách tham quan. [Ouverture de nouvelles salles à visiter dans le Palais de la Réunification]

Photo 02 : Phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ.  [Bureau de Nguyen Cao Ky]

Photo 03 : Một trong hai tủ sách tại phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, đa số là sách lịch sử. [Une des deux bibliothèques du Bureau de Nguyen Cao Ky, principalement des livres d’histoire]

Photo 04 : Khu vực tiếp khách trong phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ. Trên tường treo ảnh vợ ông – bà Đặng Tuyết Mai. [Espace de réception dans le Bureau de Nguyen Cao Ky. Portrait de son épouse Dang Tuyet Mai sur le mur]

Photo 05 : Bà Đặng Tuyết Mai (mẹ MC Nguyễn Cao Kỳ Duyên) quê Hà Nội, vốn là tiếp viên Hàng không. Bà thua ông Kỳ 14 tuổi, hai người cưới nhau vào tháng 11/1964. [Portrait de Dang Tuyet Mai (mère de la MC Nguyen Cao Ky Duyen), originaire de Hanoi et ancienne hôtesse de l’air]

Photo 06 : Cùng với phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, dịp này Dinh Độc Lập mở cửa phòng ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu, người giữ ghế tổng thống giai đoạn 1967-1975. [Ouverture aux visites publiques de la chambre de Nguyen Van Thieu, ancien président de la RVN de 1967 à 1975]

Photo 07 : Giường ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu trong Dinh Độc Lập. [Le lit du Président Nguyen Van Thieu]

Photo 08 : Ảnh bà Nguyễn Thị Mai Anh, vợ ông Nguyễn Văn Thiệu, được đặt sát cạnh giường ngủ. [Photo de Mme Nguyen Thi Mai Anh, épouse de Nguyen Van Thieu, posée sur la table de nuit de gauche]

Photo 09 : Đồng hồ cổ được đặt bên giường ngủ. [L’horloge posée sur la table de nuit de droite]

Photo 10 : Bàn trang điểm của bà Mai Anh. [Table de maquillage de la première dame]

Photo 11 : Khu vực để áo quần và giày dép của vợ chồng ông Nguyễn Văn Thiệu nằm đối diện phòng ngủ. [Mobilier de rangements destinés aux habits du couple présidentiel]

Photo 12 : Những bộ áo quần của vợ chồng ông Nguyễn Văn Thiệu. [Costumes et vêtements du couple présidentiel]

Source : Trung Sơn, Lần đầu mở cửa phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, VnExpress, 28/04/2016.

Voir également :

Nguyễn Quang Lập : Sài Gòn giải phóng tôi – Saigon m’a libéré

[ndlr] A lire sur la page Facebook de l’écrivain Nguyễn Quang Lập sa découverte de Saigon, un anniversaire fondateur.

Mãi tới ngày 30 tháng 4 năm 1975 tôi mới biết thế nào là ngày sinh nhật. Quê tôi người ta chỉ quan tâm tới ngày chết, ngày sinh nhật là cái gì rất phù phiếm. Ngày sinh của tôi ngủ yên trong học bạ, chỉ được nhắc đến mỗi kì chuyển cấp. Từ thuở bé con đến năm 19 tuổi chẳng có ai nhắc tôi ngày sinh nhật, tôi cũng chẳng quan tâm. Đúng ngày “non sông thu về một mối” tôi đang học Bách Khoa Hà Nội, cô giáo dạy toán xác suất đã cho hay đó cũng là ngày sinh nhật của tôi. Thật không ngờ. Tôi vui mừng đến độ muốn bay vào Sài Gòn ngay lập tức, để cùng Sài Gòn tận hưởng “Ngày trọng đại”.

Lire la suite : Facebook (29/04/2016)

Ảnh hiếm về đền thờ Vua Hùng ở Sài Gòn trước 1975 [diaporama]

[ndlr] Diaporama en ligne sur le temple des Rois Hung à Saigon avant 1975. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

(Kiến Thức) – Đền thờ vua Hùng là ngôi đền nổi tiếng có tuổi đời gần một thế kỷ của Sài Gòn.

anh-hiem-ve-den-tho-vua-hung-o-sai-gon-truoc-1975-hinh-4
Sau năm 1954, đền được đổi tên là đền Quốc Tổ Hùng Vương, thờ Vua Hùng và một số nhân vật lịch sử khác như Lê Văn Duyệt, Trần Hưng Đạo, Khổng Tử © 1956 DR

David Lan Pham : Two hamlets in Nam Bo – CR de lecture par Camille Le Guilloux

CR de lecture de Camille Le Guilloux : David Lan Pham, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Viet Nam through Japanese occupation, the French and Americans wars, and Communist rule, 1940-1986, Jefferson, NC, & London, McFarland, 2000, 299 p.

DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoCet ouvrage, publié en 2000, est une autobiographie relatant la vie de David Lan Pham, de son vrai nom Pham Dinh Lan. Il naît en 1940, à Thu Dau Mot dans le sud du Vietnam, lors de l’occupation de l’Indochine par le Japon. Il est diplômé de l’Université de Saigon et a enseigné l’histoire et les langues. Par ailleurs, il a pris part à la vie culturelle du Sud-Vietnam avant 1975 et a été entre autres Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie et secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne. Il vit actuellement aux États-Unis, à Toledo, où il travaille auprès des réfugiés et rédige des ouvrages concernant le Vietnam.

Jusqu’à son départ en 1985, il est le témoin direct de l’occupation japonaise, de la guerre d’Indochine, de la guerre du Vietnam puis de la paix sous le régime communiste. Au travers de son ouvrage, il rend compte de la vie sociale et politique tourmentée du Vietnam pendant quatre décennies. En partant de deux petits villages, Binh Chuan et Tuy An, de la région du Sud-Est (Dông Nam Bô), dans lesquels il a grandi, l’auteur nous apprend comment les Vietnamiens ont survécu et se sont adaptés aux guerres et aux différents régimes. Il mêle les faits historiques, ses analyses politiques, le récit de sa propre vie et des anecdotes de la vie quotidienne pour dresser le portrait de la population vietnamienne.

1940-1954 : Occupation japonaise, domination française, répression Viêt-Minh

L’ouvrage s’ouvre sur une description des deux villages dans les années 1940 : Tuy An et Binh Chuan. Tuy An est un village fondé par l’arrière-grand-père de l’auteur. L’agriculture y est peu développée, c’est pourquoi les villageois doivent étudier pour s’en sortir. Beaucoup parlent le français. Par rapport à Tuy An, Binh Chuan est plus rural, les villageois sont majoritairement des fermiers. Selon l’auteur, le destin de ces deux villages est représentatif de ce qui se passe dans le reste du pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Binh Chuan n’a pas été dévasté, mais les villageois ont souffert de la faim et du manque de produits de première nécessité. En effet, suite à la défaite française contre l’Allemagne en 1940, les Japonais pénètrent en Indochine. Les soldats japonais atteignent Binh Chuan où ils battent les villageois et les forcent à faire des corvées. Après la guerre, les personnes ayant accompli ces corvées sont accusées de collaborer avec les Japonais : c’est le premier témoignage de l’atmosphère de suspicion et d’accusations mutuelles qui va régner par la suite au Vietnam. Cependant, l’auteur fait partie d’une famille plutôt riche et respectée, et a relativement peu souffert de la guerre. La violence de l’occupation japonaise est même peu relatée. David Lan Pham souligne par ailleurs l’absence de problèmes majeurs entre les villageois (comme le vol) et met au contraire l’accent sur la solidarité qui régnait entre eux.

Cependant, cette époque décrite par l’auteur comme une « peaceful life in wartime » se termine avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 9 mars 1945, les occupants japonais attaquent l’administration et les garnisons françaises qu’ils avaient laissées en place. L’opération Meigo signe la fin du protectorat français sur l’Indochine. C’est un grand bouleversement dans la vie de l’auteur, car son père, professeur employé par l’administration française, perd son emploi. La famille déménage ensuite à Tuy An pour que l’auteur ait accès à une meilleure éducation. Suite à la capitulation japonaise et à la « révolution d’août » menée par le Viêt Minh, Ho Chi Minh déclare le 2 septembre 1945 l’indépendance du Vietnam et la création de la République Démocratique du Vietnam, dont il est le président. Si la majorité des Vietnamiens dans l’entourage de l’auteur se réjouissent de l’indépendance, son père au contraire reste sceptique et peu perméable aux arguments des partisans du Viêt Minh qu’il doit accueillir chez lui. Il faisait partie des gens peu impliqués en politique et dubitatifs face à l’emploi du terme « démocratie » pour expliquer les bains de sang perpétrés par les révolutionnaires. Pour cette raison, il est surveillé par la police du Viêt Minh.

BaoCongAnMoi1946
« Sécurité publique nouvelle », le journal de la police relatant la répression des opposants en 1946 © DR

A partir de 1946, l’armée française tente de reconquérir l’Indochine. L’avancée des troupes est violente : Tuy An est détruit. Le climat de suspicion est alors à son comble : la police du Viêt Minh accuse le père de travailler pour les Français. Les Français finissent par s’emparer de Tuy An, et tuent les membres du Viêt Minh, dont l’oncle de l’auteur. Par extension, les Français accusent le père d’être Viêt Minh et l’emprisonnent à Laithieu, tandis que la mère et les frères sont menacés par le Viêt Minh qui accuse toujours le père de collaborer avec les Français. L’auteur retourne alors à Binh Chuan auprès de sa grand-mère. Ce que vit la famille de l’auteur reflète le quotidien des Vietnamiens : le jour, les Vietnamiens sont persécutés par les Français, qui les soupçonnent d’appartenir au Viêt Minh. La nuit, les personnes relâchées par les Français sont interrogées par le Viêt Minh, qui les voit comme des collaborateurs. Finalement, le père de l’auteur est relâché par les Français, et devient professeur à Laithieu. C’est donc dans cette ville, contrôlée par les Français, que la famille de l’auteur est réunifiée. Le jeune auteur y est témoin de nombreux massacres de prisonniers par les Français. Les corps sont jetés dans la rivière. Le fort ressentiment de l’auteur à l’égard de la domination française sur son pays le pousse en 1950 – il a alors 10 ans – à essayer de rejoindre le Viêt Minh pour la combattre. Il se rend alors à Binh Chuan, qui est contrôlé par le Viêt Minh, mais il est renvoyé à Laithieu par sa grand-mère. En raison de ce voyage de deux jours à peine, ces parents sont inquiétés par l’administration française qui les soupçonne d’accointance avec le Viêt Minh. L’auteur lui-même est interrogé et échappe de peu à la torture.

1955-1975 : Guerre froide et « Bloody war »

1954 signe la défaite de la France et marque la fin de la guerre d’Indochine. La Conférence de Genève convient du cessez-le-feu et de l’armistice entre l’armée française et la République démocratique du Vietnam. Le pays est séparé en deux au niveau du 17e Parallèle. L’auteur vit alors à Saigon pour ses études, il a 14 ans. La vie dans le Vietnam du Sud est relativement paisible, malgré la corruption et les vices (opium, jeux, maisons closes…). La République du Vietnam au Sud est créée en 1955 : elle est soutenue par les Etats-Unis car elle est anticommuniste. De 1955 jusqu’à son assassinat en 1963, Ngo Dinh Diem en est le président. Les services secrets du régime nationaliste menacent les partisans du Viêt Minh du Vietnam du Sud restés sur place, mais aussi les intellectuels ou autres individus critiquant le président. Lorsque l’auteur commence à enseigner l’histoire et la géographie, il doit donc faire attention de ne rien dire à l’encontre des politiques du gouvernement. David Lan Pham a une opinion politique particulière : il ne soutient ni le régime communiste du nord-Vietnam ni pleinement la République du Vietnam au Sud. Il représente une troisième voie, celle en faveur de l’indépendance et de la démocratie incarnée, par exemple, par le Tan Dai Viet de Nguyen Ngoc Huy. Or le gouvernement de Saigon échoue à installer une véritable démocratie.

DividedVietnamMap

La guerre du Vietnam succède à la guerre d’Indochine. En 1965, les troupes américaines débarquent au Vietnam du Sud pour aider la République du Vietnam à repousser l’expansion des communistes. Dans les années 1960, la culture américaine prend le pas sur la culture française et s’affiche dans les grandes villes du Sud. Le confort y augmente aussi, grâce à la diffusion des frigidaires, de la climatisation, de la télévision ou encore des scooters, signes de modernité. L’auteur retourne vivre à Laithieu après son mariage. Pendant longtemps, Saigon n’est pas touchée directement par la guerre. Cependant, pendant les années de guerre, les Vietnam du Nord et du Sud s’appauvrissent et sont de plus en plus dépendants de l’aide extérieure. Après les accords de paix de Paris en 1973, les États-Unis retirent leurs troupes. Les Vietnamiens du Sud combattent donc par eux-mêmes le Viêt Công et les troupes nord-vietnamiennes jusqu’à la capitulation du gouvernement de Saigon en 1975. Pour faire face à la violence de la guerre, les Vietnamiens se réfugient dans le vaudou et les horoscopes.

1975-1986 : De la « paix communiste » au départ en mer

Si l’année 1975 apporte enfin la paix au Vietnam, elle représente une rupture définitive pour l’auteur : « April 30 [1975] marked a big change in my life. Unpredictably, it separated me from my country forever ». A 35 ans, il se retrouve dans la même situation que son père en 1945 : il est forcé de quitter sa place de professeur lorsque le gouvernement de Saigon tombe aux mains du Vietnam du Nord, car un de ses collègues l’accuse d’être contre-révolutionnaire. Les officiers, les hommes politiques ou encore les professeurs sont envoyés dans des camps de rééducation. L’auteur y échappe, bien qu’il soit surveillé de près par les bo doi. La police locale cherche à prouver qu’il est « réactionnaire » dans le but de le mettre en prison. Elle vient l’interroger une à deux fois par mois, fouille sa maison et lui confisque ses biens. L’auteur détruit lui-même certains de ses livres et sa machine à écrire. Il a évité la prison grâce aux témoignages bienveillants de ses voisins et de sa famille. Certainement aussi parce qu’il impressionnait les membres du parti communiste venant l’interroger – dont il souligne à plusieurs reprises le manque d’éducation. Sa situation se répercute sur sa famille : ses enfants ne peuvent pas être membres des jeunesses communistes, ou continuer leurs études, parce qu’il est surveillé par la police.

DavidLanPham_StudentIDcard
Carte d’étudiant de David Lan Pham, Faculté de Lettres de Saigon, 1966 © McFarland

Pour faire face à l’appauvrissement de sa famille, l’auteur se met à pratiquer l’acupuncture pour soigner les gens autour de lui. Il tente de faire des plantations à Tuy An, mais on lui vole toutes ses récoltes. Il enseigne ensuite les langues, mais cela est politiquement dangereux : cela encouragerait les gens à fuir le Vietnam. L’auteur se tourne vers la religion à mesure qu’il s’affaiblit physiquement (ce qui peut expliquer les passages mystiques de l’ouvrage). La malnutrition touche toute la population, à l’exception des cadres du parti communiste, qui ont accès aux soins et à la nourriture. Les vols de nourriture sont fréquents, ainsi que de tous les autres biens de première nécessité. Si la pauvreté et la malnutrition étaient compréhensibles en temps de guerre, ce n’est plus le cas pendant la paix. Cependant, les Vietnamiens s’adaptent. D’après une connaissance de l’auteur, il n’y a que deux solutions : ou l’on travaille pour le gouvernement communiste, ou l’on part. Le départ du pays devient le sujet de conversation principal au sud du Vietnam pendant les années 1970 et 1980. Dans un premier temps, l’auteur se refuse à quitter son pays : il n’a pas assez d’argent pour partir et ne veut pas vivre dans un autre pays. Il vit donc 10 ans sous le régime communiste. Alors qu’il envisage de faire partir son fils aîné, il est convaincu par sa belle-sœur de partir avec lui et son frère.

DavidLanPhan_BoatPeople
Photo prise le 29 mai 1985, lorsque l’auteur (en bas à droite, avec le sac) est secouru par le Jean Charcot après 2 jours de dérive en mer de Chine méridionale © Philippe Théard / McFarland

Ils partent du Vietnam en bateau le 27 mai 1985. L’auteur a alors 45 ans. Le voyage est très éprouvant : ils peuvent à peine bouger dans le navire, ils suffoquent, la nourriture vient à manquer… Le 29 mai, leur bateau est secouru par le Jean Charcot, un navire de Médecins du Monde. Ils passent ensuite plusieurs mois dans un camp de réfugiés aux Philippines. La vie y est assez paisible. Ils partent le 27 janvier 1986 pour Toledo, Ohio, où leur famille les rejoindra. Le livre se termine sur quelques extraits de poèmes de l’auteur, exprimant sa nostalgie du Vietnam.

Une mémoire critique

David Lan Pham écrit ses mémoires en 2000, soit 14 ans après son arrivée aux États-Unis : ce sont des mémoires reconstruites. L’ouvrage aborde un grand nombre de sujets assez librement. Si le style est clair et aisé à lire, il est cependant parfois difficile de suivre l’auteur. En effet, si ses réflexions sur les faits historiques s’appuient sur beaucoup de noms et de dates, il n’en va pas de même lorsqu’il aborde les faits personnels. Il ne donne pas le nom des gens qu’il rencontre et très peu de dates. L’auteur fait parfois des prolepses et des analepses qui peuvent éventuellement amener le lecteur à faire des erreurs d’interprétation.

En dépit de cette difficulté, l’ouvrage est extrêmement bien documenté : les faits historiques sont clairement expliqués et l’auteur rapporte les trajectoires des nombreuses personnes qu’il a rencontrées. Au fil de l’ouvrage, la vie sociale et culturelle des Vietnamiens est décrite avec soin. Il est facile de supposer un travail actif de recherche d’informations, toutefois l’ouvrage ne dispose pas de bibliographie et l’auteur ne mentionne pas la manière dont il a récolté ces témoignages – avant ou après son départ ? Qui lui a fourni les dialogues datant de sa petite enfance ? -, ce qui peut laisser le lecteur sur sa faim. Enfin, la liberté d’esprit de l’auteur est très appréciable : il ne prend le parti d’aucun gouvernement au pouvoir. Il reste au contraire sceptique et critique.

Camille Le Guilloux, promotion ASIOC 2015-2016.

 

Bibliographie complémentaire :

  • David Lan Pham (2004), International Politico – Cultural Influences on Vietnam in the 20th Century, États-Unis, Xlibris, 256 p.
  • David Lan Pham (2007), Ho Chi Minh (1980-1969), États-Unis, Xlibris, 282 p.
  • Kenneth William Taylor (2013), A history of the Vietnamese, Cambridge university press, 696 p.
  • Philippe Langlet, Quach Thanh Tâm (2001), Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam : de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Paris, Les Indes Savantes, 247 p.

_______________

Camille Le Guilloux est étudiante du master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’IEP de Lyon et à l’ENS de Lyon. Elle effectue actuellement un mémoire de recherche sur le développement du livre numérique au Japon, dans le cadre d’un échange académique avec l’université de Waseda à Tokyo.

Trinh Dinh Khai : Décolonisation du Viêt Nam, un avocat témoigne – CR de lecture par Louise Gatinot

CR de lecture de Louise Gatinot : Trinh Dinh Khai, Décolonisation du Viêt-Nam, un avocat témoigne. Me Trinh Dinh Thao, Paris, L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1994, 207 p.

TrinhDinhKhai_DécolonisationDuVietNamL’ouvrage présenté ici est une biographie de Me Trinh Dinh Thao, juriste saigonnais né le 20 juillet 1901 et mort le 31 mars 1986, rédigée en 1992 par son fils Trinh Dinh Khai. Ce dernier était lui-même professeur de droit installé en France depuis 1975. Il s’agit d’un récit à la première personne, ce qui renforce sans doute l’effet de vraisemblance que l’auteur a voulu produire en faisant parler son père. Cela constitue donc le témoignage d’un intellectuel à l’itinéraire remarquable par son engagement nationaliste tout au long de sa vie, qui illustre ainsi les modalités de la participation d’un avocat à la cause de son pays.

Dès la période coloniale, celui-ci consacre en effet sa vie de militant nationaliste à la défense des révolutionnaires vietnamiens. Emprisonné à plusieurs reprises par les différents régimes, tracassé, menacé, il rejoint finalement le maquis à la fin des années 1960. Sa trajectoire traverse toute l’histoire agitée du Vietnam, ce qui lui permet de faire le récit de son long combat contre l’oppression des pouvoirs en place depuis l’époque coloniale française jusqu’à l’intervention américaine dans la défense ds droits de ses compatriotes à vivre dans la liberté et la dignité. Son fils écrit dans la préface : « Puisse le récit de sa Vie, vouée à la cause de la Justice et de la Paix contribuer à éclairer les zones d’ombre de la tragédie vietnamienne de 1930 à nos jours. » (p. 12). Lire cet ouvrage, c’est connaître le point de vue d’un intellectuel du Sud de culture française sur la décolonisation du Vietnam, en un témoignage intéressant parce qu’il croise l’itinéraire singulier d’un homme et les grands évènements de l’histoire politique.

Du contact colonial à l’engagement patriotique

La première partie est consacrée à la période 1916-1945, c’est-à-dire aux débuts de l’engagement pendant la période coloniale, alors que Me Trinh Dinh Thao commence à défendre les détenus politiques et à lutter pour les libertés démocratiques. Ce dernier est né d’une famille de fonctionnaires dans un village du Nord de l’Indochine. Son père était cadre important de l’administration coloniale à Hanoï, et sa situation familiale lui permet d’être admis au collège Paul Bert, qui offrait aux rares Vietnamiens qui y étaient inscrits un cursus entièrement européen. Après le bac, il devient le précepteur des enfants du gouverneur de la Cochinchine, qu’il accompagne à Saigon. Il y rencontre la belle-fille d’un préfet colonial, et l’épouse ; grâce à l’intervention de ses beaux-parents, il peut partir faire ses études supérieures en France, à la faculté de droit de Aix-en-Provence. Il faut bien souligner que dans les années 1920 seule une faible minorité de l’élite vietnamienne bénéficiait de l’autorisation de l’Administration coloniale pour étudier en France, et que les conditions d’expatriation étaient draconiennes (l’expatriation dépendait des moyens financiers des parents et de la possibilité de fournir des garanties morales et politiques irréprochables). Me Trinh Dinh Thao arrive donc en France grâce à ce qu’il appelle les « chances de sa vie ». obtient un doctorat et débute sa carrière d’avocat à la cour d’Appel d’Aix.

MeTrinhDinhThao
Portrait de Me Trinh Dinh Thao (1901-1986)

Le début du récit est consacré à sa vie en France au début des années 1920. L’accent y est mis sur l’atmosphère « chaleureuse » de la société « de liberté et d’égalité » de l’après-guerre ; « Nous ne subissions plus cette discrimination raciale que les colons pratiquaient envers les indigènes, nos cœurs s’ouvraient à cette ambiance chaleureuse et nos esprits s’imprégnaient de cet environnement de liberté et d’égalité. » (p. 17), écrit-il. C’est le moment des débuts de son engagement patriotique. Pendant sa scolarité en Indochine, il avait déjà participé à des réunions où certains élèves animés de sentiments nationalistes s’élevaient contre le système de l’enseignement colonial. À Aix, il rejoint donc logiquement les milieux du militantisme estudiantin, où il rencontre des Vietnamiens avec lesquels il développe les thèmes des revendications politiques qui seront repris plus tard dans le journal La Lutte, organe de presse d’expression française fondé à Saigon en 1933 qui suscita le premier mouvement politique d’opposition « légale » au régime colonial de la Cochinchine. Il aborde avec eux les thèmes de l’iniquité du système colonial imposé par les traités de 1862 et 1874 (réclamation de leur abolition pure et simple et de la réunification du Vietnam) ; des injustices qui découlent de l’indigénat, de son caractère vexatoire et répressif ; de la répression des mouvements de résistance des nationalistes et leur reconnaissance comme des partis politiques authentiques ; de la politique d’exploitation économique dont la colonie fait l’objet. Cela constitue à ses yeux le moment d’une prise de conscience de l’histoire tragique de leur pays et des sacrifices endurés par des patriotes lors des mouvements de revendication des droits politiques et sociaux pour nombre de Vietnamiens. Bref, Me Trinh Dinh Thao prend goût aux libertés démocratiques en France, mais contrairement à beaucoup de ses compatriotes qui choisissent de s’y établir définitivement, lui décide de retourner au pays affronter les risques de la répression policière et les tracas de l’administration coloniale, et de poursuivre ainsi sa carrière à la cour d’appel de Saigon.

Avocat en Indochine

Commencent donc les premières expériences de la profession d’avocat en Indochine. À l’époque, un grand nombre de prisonniers étaient incarcérés dans les prisons et bagnes coloniaux ; avec une poignée d’avocats vietnamiens et français, Me Trinh Dinh Thao s’attache à défendre les militants nationalistes que l’administration judiciaire qualifie de « criminels de droit commun » mais qu’ils cherchent à démontrer comme des militants nationalistes, et à faire reconnaître leur statut de prisonniers politiques. En effet, c’est une période de troubles, surtout dans les campagnes où les mouvements clandestins se propagent plus facilement. Cela commence à inquiéter les administrateurs français, et s’ensuit ainsi une vague de répression policière contre les activités politiques subversives. De nombreux paysans sont suspectés par les Services de sûreté ou dénoncés comme des agents communistes, et condamnés à de lourdes peines de travaux forcés voire à la peine de mort. C’est l’époque de grands procès à vocation exemplaire tels que le procès de 121 « agitateurs communistes » en novembre 1933, devant la Cour Criminelle de Saigon. Les formules de l’auteur sont significatives : « À chaque fois je me révoltai contre l’impuissance de la profession d’avocat dans le régime colonial. » (p. 39). « C’était dans ce climat détestable que j’avais dû exercer le noble métier d’avocat défenseur des droits de l’homme contre l’arbitraire et l’injustice. J’avais été maintes fois informé par mes clients des méthodes employées par les services de la Sûreté et de la Police pour obtenir les aveux des suspects. » (p. 35). Parallèlement, il lutte également pour améliorer les conditions d’incarcération (notamment faire cesser les mauvais traitements infligés par les gardiens).

LaLutte36Il faut encore souligner le fait que l’histoire de l’engagement de Trinh Dinh Thao s’écrit également à l’échelon plus élevé de la lutte pour les libertés démocratiques : « La défense des droits des détenus politiques n’était qu’un des aspects de notre lutte légale pour la reconnaissance des droits et des libertés de la population cochinchinoise. » (p. 42). Il s’insurge en effet contre un milieu politique vietnamien policé, dans lequel domine le consensus politique de collaboration étroite entre les Français d’origine et les Vietnamiens naturalisés dont les intérêts économiques sont identiques. Cet engagement passe aussi par sa participation à La Lutte (1933-1938), qui publie des articles virulents de dénonciation des abus et exactions des propriétaires terriens au nom du combat contre l’injustice sociale. Ce journal fut saisi maintes fois, ses collaborateurs gardés à vue, ce qui n’empêche pas le mouvement de continuer à étendre son influence auprès de la classe moyenne. Enfin, il faut dire un mot de son engagement au service de la liberté des cultes, à la fin des années 1930 surtout : notamment le Caodaïsme, mouvement religieux syncrétique dont il est fait conseiller suprême du fait des services rendus, mais aussi le protestantisme (intervient auprès du gouvernement de Vichy en faveur d’une mission protestante qui commençait à s’implanter en Indochine) ou encore la religion Hoa Hao.

Du premier gouvernement national à la déchirure nationale

La deuxième partie de l’ouvrage concerne la période 1945-1968, au cours de laquelle est proclamée l’indépendance puis les guerres contre la France et les États-Unis. À cette époque, l’avocat se consacre à de multiples campagnes pour une paix négociée et pour l’auto-détermination.

DeQuocVietNam_flag
Drapeau national de l’Empire du Viêt Nam (1945)

1945 constitue un tournant dans l’histoire du Vietnam et dans la vie de Trinh Dinh Thao. Le 9 mars, l’Armée japonaise prend le pouvoir en Indochine et proclame l’indépendance du Vietnam. Le 16 mars, l’Empereur lui propose le poste de ministre de la Justice dans le premier Gouvernement du Vietnam libre présidé par Tran Trong Kim. Il fait donc le récit de son action en tant que Ministre de la Justice pour faire libérer les détenus politiques : « Ce que je n’avais pu faire en tant qu’avocat, je pourrai désormais le réaliser en tant que Ministre. » (p. 61). La croissante impopularité au Nord et l’engrenage des évènements font que le Viêt Minh, mouvement indépendantiste de Hô Chi Minh, s’empare finalement du pouvoir après l’abdication de Bao Dai par rescrit impérial le 24 août 1945. Trinh Dinh Thao s’engage dès cet instant dans des campagnes pour une paix négociée. Mais les autorités françaises rétablissent progressivement l’ordre dans toute l’Indochine après avoir refoulé la résistance au Sud et le gouvernement Viêt Minh. L’activité des nationalistes vietnamiens est dès lors soumise à une surveillance politique permanente, et leur marge de manœuvre légale est étroite. Trinh Dinh Thao est arrêté une première fois en avril 1949 pour activités subversives, subit des intimidations, puis est finalement libéré.

C’est ensuite le temps de la guerre franco-vietnamienne qui dure jusqu’en juillet 1954 (signature des Accords de Genève consacrant la partition du Vietnam). « Avec mes amis politiques, nous soutenions aussi la France, non pas la France colonialiste de jadis mais celle signataire des accords de Genève qui prévoyaient les élections libres en juillet 56 » (p. 103). Trinh Dinh Thao s’attache aux côtés des nationalistes vietnamiens « épris de la paix » à alerter l’opinion mondiale pour que les Accords de Genève ne fussent pas violés par les États participants. C’est dans ce cadre qu’est créé un Mouvement de la Défense de la Paix, qui organise des meetings de protestation contre l’introduction des armes et munitions américaines pour équiper l’armée sud-vietnamienne en violation des accords de Genève et diffuse un bulletin pour promouvoir la tenue des élections libres et la recherche de la paix au Vietnam. Leur action politique s’amplifie dans les grandes villes du Sud. Cependant, Ngo Dinh Diem, président du Sud, rejette les élections générales prévues pour juillet 1956 et commence à craindre pour sa légitimité auprès de la population. La réaction est brutale : arrestation des dirigeants du Mouvement de la Défense de la Paix les plus représentatifs. Trinh Dinh Thao est convoqué à la Direction générale de la Police par le chef du service des Enquêtes politiques, et soumis une nouvelle fois à la méthode d’intimidation policière, puis finalement libéré avec tous les membres du mouvement de la paix détenus.

De la lutte pour l’autodétermination…

La répression continue avec la consolidation du pouvoir de Ngo Dinh Diem grâce à l’appui des États-Unis, synonyme de l’édification d’un régime autocratique sur le plan interne. Les opposants au régime sont catalogués par les services de la police soit comme des nostalgiques de l’ancien régime colonial, soit comme sympathisants communistes. Les persécutions s’intensifient, notamment envers la religion bouddhique que Trinh Dinh Thao s’attache à protéger et à défendre, ce qui lui vaut une nouvelle arrestation. « Mon analyse était que le soulèvement de la population dépassait le cadre religieux, il reflétait plutôt l’expression d’un mécontentement politique et social non seulement contre le régime autoritaire de Diem mais encore contre la domination étrangère qui se manifestait par l’omnipotence de l’Ambassadeur des États-Unis. » (p. 113) Il est détenu pendant quatre mois, et finalement libéré de même que tous les détenus politiques suite à la chute de Ngo Dinh Diem en 1963 après la réussite d’un coup d’État – ce qui ne signifie pas pour autant une amélioration de la situation : « nous attendîmes en vain le retour à la paix et aux libertés démocratiques promises à la population par le nouveau chef de l’État. » (p. 120). Il reprend néanmoins normalement ses activités professionnelles, mais est témoin de la dégradation de la situation politique et militaire.

C’est la phase de l’américanisation de la guerre, et donc de l’intervention massive des forces armées des États-Unis. Lui est persuadé de l’importance de la non-ingérence étrangère et exhorte tous les patriotes à se rassembler pour constituer un mouvement national en vue de promouvoir le principe d’autodétermination du peuple sud-vietnamien. Cela occasionne la création d’un Mouvement d’autodétermination, dont les objectifs sont le retrait du Corps expéditionnaire américain et la libre détermination du peuple sud-vietnamien à résoudre le conflit. S’ensuivent beaucoup d’arrestations de signataires, et lui-même est à nouveau convoqué à la direction générale de la police et conduit au centre de détention, dont il est libéré à condition de signer une déclaration mentionnant qu’il avait été abusé en signant le manifeste et qu’il ignorait que le Mouvement d’autodétermination était noyauté par les communistes.

LMCLLDTDCHBVN
Drapeau de l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix (1968-1977)

Trinh Dinh Thao est ensuite de nouveau arrêté en 1967 lorsqu’il devient le vice-président du Mouvement gouvernemental de la paix au Sud-Vietnam, comme principal instigateur du mouvement. Cela constitue l’une des mesures de politique intérieure de dissuasion à l’égard des nationalistes partisans de la paix avec le Front national de libération du Sud Viêt-Nam (FNL). Après cinq mois de détention, il est traduit devant le Tribunal militaire d’exception « pour atteintes à l’ordre public en temps de guerre » (p. 139), et accusé de vouloir « renverser le gouvernement légitime du Sud Vietnam au profit du gouvernement communiste du Nord. » (p. 140). Des verdicts sévères sont prononcés (3 à 20 ans de travaux forcés), mais lui est acquitté. Il est plus tard de nouveau interpellé, gardé à vue pendant dix jours puis libéré dans le cadre de l’affaire de l’agent double Ba Tra en 1968, qui représente un exemple type d’opération destinée à réprimer les activités des nationalistes en faveur de la résistance (l’avocat est en effet piégé par un agent double qui vient à son cabinet lui demander des consultations).

… au maquis du FNL

La troisième partie concerne enfin les années 1968-1975, et par là son engagement aux côtés du FNL-Sud Viêt Nam. « Depuis les années 1956, mes compagnons de lutte dans les mouvements pacifistes soit avaient rejoint le maquis pour prendre des hautes responsabilités au sein du FLN [FNL] soit avaient été arrêtés et condamnés à de longues peines de prison dans les geôles du régime de Saigon. J’étais parmi ceux qui « survivaient » entre deux séjours à la Direction Générale de la Police. » (p. 151). En 1966, Trinh Dinh Thao se rallie ainsi finalement au FNL qui prépare une contre-offensive générale dans les grandes villes. Les objectifs visés sont le renversement du gouvernement de Nguyen Van Thieu en vue de constituer un cabinet de coalition regroupant les membres du FNL et les personnalités nationalistes du Sud-Vietnam ; le retrait du Corps expéditionnaire américain et de ses Alliés ; la réconciliation entre les deux factions sud-vietnamiennes sans aucune ingérence étrangère. L’avocat décide donc de rejoindre le maquis pour assurer la présidence de « l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix ».

Alliance&FNLSVN_1969
Congrès de la résistance sud-vietnamienne fondateur du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire le 6 juin 1969. On distingue le drapeau de l’Alliance et celui du FNL Sud-Viêt Nam.

Sa mission y est de promouvoir l’adhésion de tous les intellectuels nationalistes dans les régions libérées et de conduire une délégation de l’Alliance auprès des pays étrangers pour obtenir la reconnaissance officielle du FNL. « Mon combat depuis plus de 22 ans pour soutenir la Résistance dans la zone urbaine arrivait à son terme, le FLN [FNL] entrait dans la phase de la politique internationale qui nécessiterait une collaboration plus active des personnalités représentatives du Sud-Vietnam. J’étais fermement convaincu que ma présence au maquis serait plus utile à la Résistance que le fait d’être à nouveau emprisonné dans les geôles de Thieu. » (p. 154) (il est en effet condamné à mort par contumace avec séquestration de tous ses biens). Il passe huit mois au maquis du Sud, puis il est invité par le Gouvernement de la RDVN pour une visite officielle à Hanoi avant son départ en mission à l’étranger au printemps 1969 : il remonte ainsi vers le Nord par la piste Hô Chi Minh – la route du front reliant Nord et Sud. Il est reçu solennellement par les membres du Gouvernement de Hanoï et ses compatriotes sudistes regroupés au Nord, et reçoit la visite du Président Hô Chi Minh et du Premier ministre Pham Van Dong. C’est la première et dernière fois qu’il rencontre Hô Chi Minh ; il évoque « la joie des retrouvailles d’un révolutionnaire du Nord et d’un nationaliste du Sud. » (p. 160) ; il aura été son compagnon de route pendant toute sa vie.

Dernières missions diplomatiques et désillusions d’après-guerre

Trinh Dinh Thao effectue ensuite des missions diplomatiques à l’étranger ; à Pékin et au Cambodge notamment, où il s’entretient avec Zhou en Lai et Sihanouk (il évoque leurs « souvenirs communs » en France et à Saigon, car ils sont tous les trois de culture française, ce qui explique qu’ils aient pu « établir les bases d’une compréhension commune des problèmes spécifiques à chacun de nos pays car nous étions animés du désir de vivre ensemble dans la paix et dans la concorde. » (p. 162). Il se rend ensuite URSS, en Europe de l’Est, en Corée, puis il revient à Saigon en 1975 après le succès de l’offensive du printemps et la prise de pouvoir par les communistes pour assumer les pouvoirs dévolus au Gouvernement Révolutionnaire Provisoire.

Les dernières pages expriment une certaine désillusion. Jusqu’à sa mort en 1986, il vit en semi-retraite comme député à l’Assemblée nationale. Peut-être est-ce son fils qui parle, avec le recul dû aux années ; il évoque en tout cas la façon dont il a tenté de rassurer ses anciens amis et compagnons de lutte, des intellectuels idéalistes et nationalistes qui avaient lutté pour la paix et la liberté et toujours soutenu la résistance malgré la répression policière des régimes de Diem et de Thieu. Mais lui-même est assez amer face à la réunification hâtive du Vietnam et la marche forcée vers le collectivisme qui fut dramatique pour la population du Sud, à l’encontre de l’idéal sous lequel il a placé sa vie. « Ils espéraient vivre dans un pays libre et indépendant et se retrouvaient dans un régime où les libertés fondamentales étaient absentes. Ils furent témoins des atteintes à la dignité humaine en assistant au transfert forcé de la population vers les insalubres zones de développement économique et à la déportation sans jugement de leurs parents et alliés, anciens cadres de l’armée et de l’administration, dans les camps de rééducation. Ils durent subir les conséquences désastreuses des erreurs commises dans l’accélération de la collectivisation de l’économie du Sud avec la suppression de la propriété privée, la démonétisation, la fixation arbitraire de prix d’achat et de vente des produits agricoles et la nationalisation de l’industrie et du commerce. À leurs doléances je n’avais pu leur opposer que des raisons d’État qui justifiaient la brève existence du GRP et la réunification hâtive des deux Vietnam » (p. 169). « Les héritiers de « l’oncle Hô » avaient accompli son testament politique par la réunification du Vietnam mais ils avaient oublié ses dernières recommandations. « Au Sud », disait-il, « il faut suivre le rythme sinueux et lent du Mékong vers son embouchure. Précipiter le mouvement de collectivisation risquerait de provoquer la résistance passive de la population, ce qui pourrait aboutir à son échec ».  Je regrettai surtout que la politique de concorde et de réconciliation n’avait pu être réalisée au Sud-Vietnam pour que mes proches et amis ne s’exposassent pas aux périls et souffrances des « boat people ». Certains m’avaient reproché d’avoir contribué à la ruine et à la misère au Sud. Ils ne croyaient plus à la justesse de mon choix politique, à ceux-là je répondrai que l’Histoire jugera que mes 50 années de lutte pour la Justice et la Dignité n’avaient pas été détournées de leur objectif final. » (p. 170).

* * *

Cette autobiographie retrace donc la trajectoire d’un « intellectuel pris dans la tourmente révolutionnaire », profondément patriote mais déclarant : « Je n’appartiens à aucun parti politique, je ne suis qu’un homme qui aspire à la paix pour son pays ». L’étudier a été l’occasion de connaître la vie exemplaire d’une prise de conscience, d’un engagement, et d’une aspiration à la sagesse politique pour laquelle l’auteur aura combattu toute sa vie. Pour l’historien, il est intéressant d’étudier un exemple de nationalisme libéral et démocratique du Sud, d’un patriotisme éclairé formé à l’école occidentale autour des problématiques de l’État-nation, des droits de l’homme et de l’autodétermination des peuples.

Louise Gatinot, ENS de Lyon

Image « à la une » : Membres de l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix au Viêt-Nam (Liên minh các Lực lượng Dân tộc Dân chủ và Hòa bình Việt Nam) : Le vénérable Thích Đôn Hậu, l’avocat Trịnh Đình Thảo, le professeur Lê Văn Hảo et Mme Nguyễn Đình Chi (Coll. NĐX).

_______________

Louise Gatinot est étudiante en master 1 d’histoire moderne à l’ENS de Lyon. Elle travaille sur l’engagement et la radicalisation politique des membres du Mouvement Ibérique de Libération et des Groupes d’action révolutionnaire internationalistes, en France et en Catalogne, de 1968 à 1974.