Archives par mot-clé : Révolution d’Août

Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoi [Institut Francophone International]

[ndlr] L’Institut Francophone International vous propose une visite virtuelle de l’Opéra de Hanoi, haut lieu de la culture et de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. A ne pas manquer.

Cliquer sur l’image pour accéder à la visite. © 2017 IFI

 

Ngo Van : Au pays de la cloche fêlée – CR de lecture par Nelly Didelot

CR de lecture de Nelly Didelot : Ngo Van, Au pays de la cloche fêlée, tribulations d’un Cochinchinois à l‘époque coloniale, Montreuil, L’Insomniaque, 2000, 237 p. (réédition en poche en 2013).

Ngo-VanL’auteur de ce récit, Ngo Van (1913-2005), est un homme de condition modeste, né dans le sud du Viêt Nam. Il commence tôt à travailler à Saigon ce qui le pousse à militer dans le mouvement communiste oppositionnel (trotskiste). Contraint de se réfugier en France en 1948 pour des raisons politiques, il travaille comme ouvrier tout en continuant à militer et à poursuivre ses études qui le mènent notamment à un doctorat en histoire des religions, selon la présentation de son éditeur.

Ngo Van, témoin engagé

Il se présente comme un survivant de la purge effectuée dans les rangs des opposants au communisme stalinien, incarné par le Viêt-Minh/PCI (Parti communiste indochinois) qui a pris les commandes du mouvement anticolonial et révolutionnaire à partir de 1945. Son objectif est de donner un témoignage direct de cette purge mais très largement postérieur aux faits, son récit ayant été écrit à la fin de sa vie. Il ne s’exprime donc pas en tant qu’historien mais comme un témoin engagé, en se présentant lui-même comme un militant de base et non comme un leader de parti, ce qui s’explique aussi par la structure horizontale de ce mouvement et par sa faiblesse numérique. Ce récit peut être lu comme une forme de testament, une des dernières actions d’un homme révolté depuis toujours contre le pouvoir oppressif des régimes successifs au Viêt Nam.

A travers son témoignage apparait la figure d’un homme en révolte contre l’oppression coloniale, à la fois politique et économique (par le capitalisme), pour qui la révolution russe apparait comme un signe d’espoir, vite dévoyée par les dérives staliniennes. Son récit est celui d’un combat sur deux fronts : contre un pouvoir décrit comme « réactionnaire », la colonisation, et contre un parti stalinien prêt à tout pour obtenir le pouvoir. Son livre-témoignage propose une autre vision de l’histoire de la lutte anticoloniale et révolutionnaire vietnamienne. C’est une manière d’opposer la mémoire des vaincus à celle des vainqueurs, de combattre une histoire officielle en noir et blanc. Son ultime objectif est ainsi de préparer le futur en connaissant le passé, de « retrouver la trace vivante de ce relais de révolte » comme il l’annonce à la fin de son introduction. On peut donc y lire une tentative d’ébranlement du pouvoir actuel, dont la légitimité majeure repose sur la lutte contre le colonialisme et pour le socialisme.

NgoVan_AuPaysDeLaClocheFêlée

Une histoire alternative de la révolution vietnamienne

La construction du récit se décline en neuf chapitres. Le premier est consacré à son arrestation et à sa détention par la Sureté coloniale, ce qui permet de mettre tout de suite le lecteur aux prises avec sa lutte contre le pouvoir colonial aveugle et violent, les raisons de son arrestation n’étant qu’implicites. On les suppose liées à son rôle dans le mouvement ouvrier (comme l’indique le chapitre 3). Les deux chapitres suivants montrent comment, poussé par la situation et des rencontres, il en vient à la lutte révolutionnaire qui le conduit finalement à la prison. Il nait dans une famille de petits paysans, mais son père est un lettré et appartient au conseil des notables. Ses frères arrêtent leurs études pour subvenir aux besoins de la famille et lui permettre de poursuivre sa scolarité modèle quand leur père meurt prématurément. L’enfance apparait ainsi comme une période où il ne prend pas conscience de l’ampleur de la colonisation et de ses méfaits. Toutefois le quotidien difficile de sa famille lui permet de donner une idée concrète de la misère des campagnes idée partielle, sa famille n’appartenant pas aux plus défavorisées , qu’il lie ensuite au capitalisme. Son départ pour Saigon en 1930, d’abord pour ses études et très vite pour le travail, lui permet de continuer sa formation en autodidacte par des lectures françaises. Un autre aspect de sa formation intellectuelle se fait par les rencontres qui le font entrer dans des réseaux clandestins et révolutionnaires. Le début de son attachement au trotskisme, à l’internationalisme peut être daté de cette époque.

Les quatrième et cinquième chapitres sont le récit d’une vie entrecoupée d’arrestations et de périodes d’emprisonnement dans un contexte de révoltes populaires et d’augmentation des tensions entre staliniens et internationalistes. Le sixième chapitre couvre la période de la Seconde Guerre mondiale qu’il vit emprisonné dans l’ouest cochinchinois et est l’occasion pour le lecteur de comprendre comment sont vécus au niveau local de grands événements. Enfin les chapitres 7 et 8, abordent les événements historiques qui ont lieu après que les Japonais aient renversé les Français à la tête du système d’oppression tout en se présentant comme des libérateurs et après que l’indépendance ait été proclamée par l’empereur Bao Dai sous l’égide des Japonais le 11 mars 1945. La fin de la guerre est marquée par une désorganisation générale, qui favorise la prise de pouvoir du Viêt Minh / PCI au Nord et le début de ses actions dans le Sud. Le PCI s’oppose aux créations spontanées de comités du peuple et aux expropriations agraires. Il veut que tout se fasse sous son étroit contrôle et craint les mouvements autogérés même s’ils sont d’obédience communiste.

ManifestationSaigon21-08-1945
Manifestation du 21 août 1945 à Saigon. A premier plan : partisans de la Quatrième Internationale brandissant leur drapeau (éclair traversant un cercle) © Coll. Ngo Van

En septembre 1945, l’arrivée des Alliés et des Français augmente la terreur. Les luttes de pouvoir entre révolutionnaires vietnamiens font rage dans le front de résistance aux Français, de petits groupes armés s’opposent et veulent imposer leur idéologie dans un climat de guerre civile. L’auteur dépeint un parti stalinien qui appelle au meurtre contre ses opposants de toute nature, décrits comme des « agents du fascisme ». Le dogmatisme communiste s’est accentué au point de rejeter entièrement toute alternative. Cette série de massacres entre groupes touche largement les « civils » (facilement amalgamés avec les combattants dans la guérilla), déjà confrontés à la reconquête militaire française. Dans ce climat de violence extrême et de terreur les trotskistes sont réprimés par les deux forces principales (Vietnamiens staliniens et colonisateurs français) et tentent d’organiser ou de se greffer aux comités populaires. L’auteur proclame leur non-violence mais au vu de la situation et de l’appel qu’il lance à l’armement du peuple, on peut douter que tous aient eu un comportement exemplaire. Harcelé par la Sureté en ville et dans l’impossibilité de rejoindre la campagne où la terreur à la fois Viêt-Minh et française fait des ravages, Ngo Van prend la décision de s’exiler en France.

Le tout dernier chapitre, intitulé « Et les amis ? », tranche sur les autres. Il y liste ses amis militants, ses compagnons de lutte trotskistes et raconte leur vie, dans une tentative de rendre hommage à ceux ignorés voire vilipendés par l’histoire et la mémoire officielles.

Les horizons troublés de la lutte

Au cours de son récit Ngo Van aborde plusieurs thèmes transversaux et centraux, qui façonnent ses luttes. Certains éléments se recoupent mais d’autres sont propres à chacune de ses deux luttes majeures, contre le colonialisme français et contre le dogmatisme et les dérives dictatoriales staliniennes. Au cours du récit la première lutte est progressivement remplacée par la seconde et les enjeux changent. Parmi ces enjeux on peut citer l’école, un élément central du 2e chapitre, qui lui permet une forme d’ascension. Cela pourrait s’apparenter à une forme concrète de mise en pratique de « l’œuvre civilisatrice », un républicanisme français qui fonctionnerait : il obtient une bourse au mérite, est poussé par les maîtres à continuer ses études. Toutefois les limites sont vite atteintes : cela ne touche qu’une petite minorité des élèves. Au delà de la prime de scolarité règne la corruption, les « marchands d’instruction » le poussent à s’arrêter à 13 ans, freiné par le manque d’argent. Il évoque également la torture que subissent les prisonniers politiques dans ce lieu symbolique incarné par la sinistre maison centrale. A la fois communistes et colonisés, les révolutionnaires subissent une double répression et discrimination. Le poids en est renforcé par la collaboration de certains « Annamites », des policiers, des juges, des tortionnaires, des fonctionnaires qui abusent de leur petit pouvoir… Tout cela pointe une absence de solidarité de « race », ethnique, qui est remplacée par des rapports de classe. En effet à la collaboration s’oppose la solidarité dans les prisons qui sont aussi un autre lieu de rencontre, de consolidation du réseau insurrectionnel et même un lieu de lutte politique (grève de la faim…). La solidarité se crée face à une justice arbitraire, faussée au profit des autorités avec des procès entièrement en langue française (la Cochinchine est une colonie), même quand juges et parties sont Annamites. L’absurdité de ce système colonial nuit aux non francophones, et donc aux plus humbles. Tous sont privés des libertés élémentaires ce qui forme aussi l’un des moteurs d’une série de révoltes populaires, néanmoins essentiellement motivées par une pauvreté insoutenable. Ces révoltes, brutalement réprimées dans tout le pays, rythment la narration et rendent présent l’idée d’un peuple à bout.

VuAnMoscou_1937

L’autre grand combat de l’auteur concerne le dogmatisme et les dérives dictatoriales du groupe des communistes orthodoxes qu’il décrit comme « staliniens » tout au long de son ouvrage. L’affrontement entre staliniens et trotskistes est sans aucun doute la question majeure qui l’occupe. Cet affrontement, qui enfle au cours du récit, commence par des débats, y compris dans les prisons où les prisonniers politiques sont rassemblés, mais n’empêche pas une association des tendances au sein du groupe La Lutte de 1934 à 1937. La rupture se fait véritablement au moment du Front Populaire : les communistes français participent au gouvernement sans que rien ne change fondamentalement dans la gestion des colonies. Le mouvement ouvrier est toujours réprimé (son premier emprisonnement a par exemple lieu sous le Front Populaire), pourtant les staliniens refusent toute critique du PCF. C’est pour l’auteur une preuve de plus que les partisans du PCI sont inféodés au PCF et à l’URSS : adhérer à leur mouvement serait subir un autre impérialisme. Son récit nous permet de nous faire une idée des sérieuses divergences idéologiques et politiques à la fin des années 1930 au moment du départ de l’impérialisme japonais. Les staliniens sont prêts à soutenir le pouvoir colonial dans sa défense de l’Indochine en échange des libertés fondamentales, et de ce fait apparait presque réformiste. Toutefois cela s’explique par ce qui est, aux yeux de l’auteur, la caractéristique fondamentale de ce parti de « révolutionnaires professionnels soumis », c’est à dire l’allégeance à l’URSS, au comité central du parti. Pour leur part, les trotskistes sont eux très opposés à la guerre, qui se traduit par l’augmentation des impôts, et militent pour une IVe Internationale. Ils espèrent construire un parti de masse, reposant sur des comités populaires, et donc sur une forme d’autogestion. Un autre débat anime les mouvements révolutionnaires. Il porte sur la question du nationalisme et de l’internationalisme, l’auteur critique le combat pour la seule libération nationale qui ne changera pas la situation de la majeure partie de la population, opprimée par les structures mêmes de la société. Pour les trotskistes vietnamiens, la vraie libération passe aussi par la lutte des classes.

Un autre aspect, assez secondaire du livre de Ngo Van, concerne la méfiance viscérale envers les Annamites qu’il ressent lors des années qu’il passe à Phnom Penh lorsqu’il doit quitter Saigon suite à ses démêlés avec la justice. Il évoque la difficulté d’entrer en contact avec les autochtones pour étendre la lutte en raison de la barrière de la langue et de cette méfiance qui remonte au XVIIIe siècle, avec la conquête par les Annamites de terres khmères en Cochinchine. Cette hostilité est par ailleurs entretenue par le pouvoir colonial qui favorise les Annamites sur le territoire cambodgien. Son internationalisme proclamé se heurte à des limites ethniques et spatiales.

Une mémoire concurrente

Son témoignage remplit un objectif mémoriel et cherche à rendre visible ou à réhabiliter tous ceux qui ont été ignorés ou vilipendés par une histoire officielle à sens unique. Au cours de son récit apparaissent différents types d’opposants au colonialisme, ce qui lui permet de montrer que le mouvement anticolonial loin d’être uniquement dominé par le Viêt Minh recouvrait une multitude d’acteurs très divers. Parmi eux, des paysans révoltés par leurs conditions de vie, ouvriers et coolies grévistes, les révolutionnaires permanents staliniens et les leaders trotskistes, mais aussi des mystiques. La nouvelle religion syncrétiste de Cao Dai, née dans les années 1920 en même temps que le mouvement nationaliste, permet à une partie de la bourgeoisie de s’inventer un domaine transcendant où elle retrouve une prééminence sociale en marge de la société coloniale. Cette religion d’espoir, qui recrute largement dans la paysannerie locale, forme à la fin de la Seconde Guerre mondiale des groupes armés, soutenus par les Japonais, et qui sont eux aussi violemment réprimés par le Viêt Minh à partir de 1945.

NgoVan_citation

L’auteur porte ainsi la voix des trotskistes, celle des communistes oppositionnels, dits « traitres à la patrie » et traqués dès 1945, parce qu’internationalistes dans un climat nationaliste et d’allégeance à l’URSS. Ce témoignage est d’autant plus important qu’il n’existe presque aucun survivant du groupe des trotskistes restés au pays selon lui. Cette mémoire concurrente critique les choix idéologiques du Viêt Minh et ses dérives dictatoriales. Le dernier chapitre, constitué de notices biographiques des militants du mouvement (peut-être inspiré par les dictionnaires français des mouvements ouvriers), fait apparaître le profil de ces militants qui sont plutôt issus de milieux populaires, ou dans une moindre mesure, de milieux favorisés mais en rupture avec leur classe, dont la vie fut émaillée d’emprisonnements. Les leaders du mouvement ont eu accès à l’instruction et beaucoup ont fait un séjour en France. Un des éléments qui les a unis au départ est l’admiration pour Nguyen An Ninh (1900-1943), un pionnier de l’anticolonialisme, solide soutien du mouvement paysan mais qui refuse de rejoindre le groupe des communistes ou des trotskistes. Cet homme hors du commun est par ailleurs le créateur du journal La Cloche fêlée, l’une des premières sources d’inspiration de Ngo Van qui lui rend hommage dans le titre de son livre. L’ouvrage et le mouvement évitent la mise en avant d’un leader unique mais s’il faut retenir un nom c’est celui de Ta Thu Thau (1906-1945), le leader trotskiste tué en 1945 par le Viêt Minh. Le mouvement est extrêmement éclaté, comme le montre le grand nombre de groupes politiques cités dans les biographies du dernier chapitre, que le groupe de La Lutte fédère temporairement. Ces hommes s’auto-définissent comme trotskistes mais non dogmatiques et leur mouvement semble plutôt horizontal, un réseau clandestin qui apparait comme peu hiérarchisé même si des hommes d’influence émergent. La description de son mouvement ouvre la voie à une critique du régime en place, dont les réalisations sont bien loin des espoirs de cette lutte et dont la prise de pouvoir est plus que contestable.

NguyenAnNinh&TaThuThau
Deux inspirateurs de Ngo Van : Nguyen An Ninh (1900-1943) et Ta Thu Thau (1906-1945).

Toutefois, au cours de ce récit, se pose la question des femmes, du traitement de la révolutionnaire. Le milieu dont témoigne l’auteur apparaît comme très masculin, ce qui était probablement le cas, mais aussi le résultat de son récit. Ses évocations des femmes engagées dans la lutte sont très brèves, elles sont souvent citées comme « femme de » et non comme révolutionnaires à part entière. Par ailleurs, aucune ne figure dans la liste des personnes qui l’ont particulièrement marqué. Il s’agit d’une autre forme de mémoire qui reste dans l’ombre. Le statut des femmes dans la lutte anticoloniale et communiste révolutionnaire non stalinienne pourrait être intéressant à étudier dans le cadre d’une opposition à deux régimes oppressifs pour lesquels la vision de la femme diffère considérablement. Pour autant on peut aussi penser que ces femmes, imprégnées des idéaux universalistes, ne se concevaient pas forcément comme femmes.

* * *

Le principal objectif de cet ouvrage est donc la dénonciation en règle du colonialisme français et du dogmatisme communiste stalinien, qui créent une double terreur, contraire à la vie libre, à l’épanouissement, au développement. La critique de ce communisme est moins présente au début mais apparaît finalement plus forte : la comparaison entre anciens et nouveaux maîtres et bourreaux met à mal la légitimité du PCI et son régime. En pointant la multiplicité des acteurs et la complexité des enjeux révolutionnaires, cet ouvrage pose un jalon pour le développement d’une mémoire concurrente. Par l’insertion de documents d’époque (photos de famille, extraits de journaux, avis de recherche..) l’auteur affiche une volonté d’avancer des preuves. Enfin, par son écriture qui se rapproche souvent de celle d’un journal de bord, ce récit de vie, qui se lit très bien, essaie d’éviter l’impression d’un souvenir reconstruit et nous plonge dans le quotidien de son groupe d’opposants.

Nelly Didelot, ENS de Lyon

Pour en savoir plus :

_______________
Nelly Didelot est étudiante en première année de Master histoire contemporaine à l’ENS de Lyon, ses recherches actuelles portent sur l’action d’Auguste Pavie pour la création du territoire laotien.

Kế hoạch hợp tác Mỹ với Việt Minh chống phát xít trước Cách mạng Tháng Tám [ANTG]

[ndlr] Retour sur le rôle de l’OSS auprès du Viêt-Minh. Une aide non négligeable dans la préparation des journées d’Août 1945.

Cuối năm 1944, một chiếc máy bay của Mỹ bị quân Nhật bắn hỏng máy trên vùng trời Hòa An, Cao Bằng, Trung úy phi công Shaw nhảy dù xuống khu rừng gần tỉnh lị được du kích Việt Minh cứu thoát và đưa về gặp lãnh tụ Hồ Chí Minh. Người đã quyết định đưa viên phi công sang Côn Minh trao trả cho đại diện quân đội Mỹ ở đây, vừa thể hiện thiện chí của Việt Minh, đồng thời cũng muốn khẳng định lực lượng Việt Minh đứng về phe Đồng minh cùng chống phát xít.

Sau những cuộc gặp gỡ giữa lãnh tụ Hồ Chí Minh với tướng Chennault, đại diện Tập đoàn Không quân số 14 của Đồng minh vào tháng 3/1945 và thiếu tá tình báo A. Patty của Cơ quan Tình báo chiến lược Mỹ OSS cuối tháng 4/1945, mối quan hệ hợp tác giữa Việt Minh và Đồng minh đã được thiết lập. Một chủ trương về việc Mỹ giúp đỡ vũ khí, phương tiện liên lạc và huấn luyện quân sự cho lực lượng Việt Minh chống phát xít đã được hai bên thỏa thuận.

Thực hiện giao ước này, các cán bộ Việt Minh ở Côn Minh đã viết truyền đơn bằng tiếng Việt gửi đến Không quân Mỹ để đem rải 8 vạn tờ ở miền Bắc Việt Nam khiến cho uy tín của Việt Minh tăng lên nhanh chóng như một lực lượng của phe Đồng minh chống phát xít. Ban không trợ mặt đất của Mỹ đã lập một mạng lưới vô tuyến điện từ Hà Nội đến Sài Gòn theo kế hoạch của OSS và  trung úy C. Fenn, phụ trách nhóm tình báo Đồng minh hoạt động ở Việt Nam, được giao nhiệm vụ làm liên lạc giữa OSS và Việt Minh.

Cuối tháng 5/1945, từ Tân Trào, lãnh tụ Hồ Chí Minh phái giao liên trao cho A. Patty tại Côn Minh một thông báo về việc quân Nhật xây dựng công sự ở Cao Bằng và trên đường về Hà Nội. Đầu tháng 6/1945, Người điện báo cho Patty đã chuẩn bị sẵn sàng hơn 1.000 quân du kích được huấn luyện tốt, tập trung ở Chợ Chu, Định Hóa.

Đến giữa tháng 6/1945, qua đầu mối Patty, Hồ Chí Minh biết tin sẽ có một toán quân Mỹ, bao gồm nhân viên kỹ thuật đưa theo thuốc men, lương thực, vũ khí nhẹ do một sĩ quan dẫn đầu sắp được thả dù xuống địa bàn Tuyên Quang và yêu cầu phía Việt Minh chuẩn bị đón.

Lire la suite : An Ninh The Gioi Online, 02/09/2015.

Image « à la une » : Đội Con Nai chuẩn bị nhảy dù / L’équipe du Cerf prête à sauter en parachute © ANTG

Pour en savoir plus

Décryptage 4 : le premier « storytelling » de la Révolution d’Août

Pour faire suite à notre billet d’hier (corrigé), voici quelques pistes de réflexion sur la Révolution d’août.

Pouvant être considéré comme un véritable storytelling* de la révolution indépendantiste vietnamienne, un tract édité par le Viêt-Minh/PCI (Parti communiste indochinois) fut édité après les événements historiques de l’année 1945. Il retrace en huit vignettes le processus révolutionnaire menant à ce qu’il est communément appelé par l’histoire officielle la « Révolution d’août » et aboutissant également à l’indépendance nationale proclamée le 2 septembre 1945 par Ho Chi Minh sur la place Ba Đình à Hanoi.

CachMangThangTam1945Source : ANOM / Photo : FG

Décryptage

1 / Traduction de la légende : « Lors de l’occupation franco-japonaise, notre peuple a été doublement opprimé, exploité sans vergogne. Les colonialistes français, valets des Japonais, ont exécuté les patriotes vietnamiens ».

La première vignette rappelle le contexte de la double occupation franco-japonaise de 1940 à 1945. L’image présente un militaire français bedonnant accompagné d’un administrateur colonial en civil coiffé d’un chapeau mou (symbolisant la Sûreté coloniale toute puissante ?). Le militaire pointe son arme dans le dos d’un patriote vietnamien menotté qui s’effondre. La scène se situe dans un décor de maison coloniale avec le portrait du maréchal Pétain affiché sur un des murs de la pièce. La moustache du soldat/policier colonial et celle de Pétain sont similaires. Engoncé dans un uniforme noir, casque colonial sur la tête, il contraste avec  le patriote vietnamien en tunique traditionnelle. La scène veut rendre compte de la violence d’une répression à armes inégales. Il n’est fait aucune mention de l’appartenance politique du « patriote » mais sa tenue indique tout de même des origines mandarinales, il ne s’agit à priori ni d’un paysan ni d’un ouvrier.

2 / « Notre peuple ne supportant plus cette oppression s’est soulevé. En 1941, des révolutions ont éclaté à Bắc Sơn, Đô Lương et au Sud. Le drapeau rouge à l’étoile jaune a surgi dans la tempête ».

La seconde vignette représente l’insurrection révolutionnaire renforcée par un ciel tourbillonnant et orageux. Quelques personnages incarnent la direction du mouvement populaire : un homme armé d’une hache, un autre homme coiffé une casquette tenant des deux mains une pioche, une femme criant brandissant une pique au milieu des deux hommes. Deux autres insurgés se font menaçants sur le côté gauche de l’image : le premier lève le poing, le second brandit un couteau. Deux autres personnages au second plan et au fond de la foule portent la bannière du Viêt-Minh. L’image se veut percutante. Il s’agit de rendre compte de la colère du peuple. La légende mentionne à juste titre les insurrections communistes de 1940 et 1941 sous la direction du Parti communiste indochinois mais celui n’est pas explicitement nommé. L’apparition du drapeau du Viêt-Minh est mentionnée comme contemporaine de ces insurrections. Le drapeau est censé incarner le processus révolutionnaire en cours qui mènera quelques années plus tard à l’indépendance du pays (il apparaît sur cinq vignettes sur huit). Le peuple insurgé est uni contre l’oppresseur décrit dans la vignette 1. L’insurrection nationaliste du Phục Quốc Quân (Việt Nam Kiến quốc Quân, armée du prince Cường Để) de septembre 1940 n’est pas évoquée, ni la présence d’autres mouvements révolutionnaires anticolonialistes, comme le VNQDĐ ou les partis Đi Vit, ou encore d’autres représentations du mandarinat vietnamien.

3 / « Le 9 mars 1945, les Japonais renversent les Français. Victime de la réquisition du paddy par les Français et les Japonais, notre peuple meurt de faim massivement dans les rues, tandis que les Japonais laissent partir les camions remplis de vivres et de paddy ».

La troisième image présente tableau saisissant de l’effroyable famine de l’hiver 1944-1945 qui fut photographiée par Vo An Ninh. A l’arrière-plan un Japonais tient en laisse deux Français menottés illustrant ainsi le changement des rapports de force en Indochine à partir de mars 1945. Au premier plan, des paysans vietnamiens squelettiques meurent à même le sol. Un camion militaire, présent au fond de l’image, sans doute prévu pour charger les vivres, parachève la scène dramatique. L’intérêt de cette image est d’informer le lecteur de la cruauté des Japonais mais également de signaler (en creux) que la famine fut un des ferments essentiels du processus révolutionnaire en cours (sur ce sujet voir David Marr, 1995, pp. 96-107, 207-210 [1]). Notons qu’il n’est aucunement fait mention du fait indépendantiste sous hypothèque nipponne. En effet, le 11 mars, l’Empereur Bảo Đại proclame l’indépendance de son pays dans le cadre de la Sphère de co-prospérité de la Grande Asie orientale. Le 17 avril 1945, le cabinet Trần Trọng Kim prend les rênes de l’Empire du Viêt-Nam, nouvelle appellation du pays en cours de réunification.

Flag_of_the_Empire_of_Vietnam_(1945).svgPavillon national de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam)

4 / « Les appels à la lutte du Viêt-Minh retentissent, ses tracts sont diffusés dans tout le pays. Le drapeau rouge à l’étoile jaune apparaît partout, même au milieu du Lac de l’Épée restituée. Les combats contre les Japonais éclatent. Le Peuple prépare tumultueusement l’insurrection générale ».

Cette quatrième vignette concentre tout l’imaginaire du mouvement insurrectionnel. Le « Peuple », écrit dans la légende avec une majuscule, est unifié dans le combat. Le drapeau et les mots d’ordre du Viêt-Minh sont clairement identifiés. Signe fort hautement symbolique permettant d’ancrer dans l’histoire nationale la révolution qui se prépare, le drapeau du Viêt-Minh flotte au milieu du Petit Lac au centre de Hanoi. L’insurrection se place dans les pas de Lê Lợi, le libérateur et grand vainqueur des Chinois au XIIIe siècle. Deux tracts flottent dans cette atmosphère plutôt bucolique : le premier, illustré de l’ombre d’un insurgé, affiche les termes « quốc dân », nation/peuple et Viêt Minh. Le tract au premier plan affiche les termes « Insurrection générale » en titre d’un appel aux compatriotes. Il est signé du Viêt-Minh. La carte postale au paysage tropical, chargée de ces symboles, indique qu’une révolution nationale est en marche. Nous sommes au cœur d’un récit national en cours d’élaboration.

5 / « L’armée de partisans s’est emparée de six provinces du Nord, fondant ainsi la zone de libération. En juillet 1945, le Comité National de Libération s’est réuni dans la zone, élisant Hồ Chí Minh comme président ».

Changement de décor avec la cinquième vignette, nous revenons à une scène plus intime au cadre serré présentant Hồ Chí Minh debout en compagnie de quelques hommes clés du Viêt-Minh. Là, se joue la direction du mouvement insurrectionnel. Le Comité National de Libération est représenté par ces quatre membres du parti ainsi que deux miliciens coiffés d’un calot soit un noyau de révolutionnaires professionnels chargé de porter l’ensemble du mouvement. Il est indiqué qu’Hồ Chí Minh est élu « Président » de la zone libérée dès juillet 1945. Il s’agit là encore de placer la figure du vieux révolutionnaire respectable (cụ Hồ Chí Minh) dans un processus naturel (d’accession au pouvoir) mais aussi démocratique (élu par des citoyens) puisqu’il sera effectivement Président de la RDVN jusqu’à sa mort en 1969. Notons également qu’Hồ Chí Minh apparaît (on pourrait dire seulement) à partir de la vignette 5, au beau milieu de l’histoire. Peut-être une façon de le présenter comme l’homme providentiel à un moment crucial d’une histoire qui n’était pas écrite.

6 / « Du 6 au 19 août, les Japonais capitulent devant les Alliés. Partout dans le pays, le Viêt-Minh dirige le peuple dans l’insurrection pour la prise du pouvoir. La Révolution d’Août a réussi ».

La sixième vignette représente une image désormais familière de la Révolution d’Août à Hanoi : la foule insurgée est positionnée devant l’Opéra de la ville. Les protagonistes ne brandissent plus d’armes, il s’agit d’une foule enthousiaste levant le poing ou les bras en signe de victoire. Image idéal-typique d’un peuple uni dans le processus de conquête du pouvoir faisant écho à la célèbre photographie du meeting du Viêt-Minh du 19 août (ci-dessous).

NhanDanHaNoiTaiQuangTruongNhaHatLon_8-1945Source : VGP News

Voici un plan rapproché plus proche de l’illustration du tract : manifestation du 19 août avec la foule descendant de l’Opéra. Prise de vue de la rue Tràng Tiền.

EffervescencePopulaireHanoi_19-8-1945Source : TTXVN (sur le site de Nguyen Phu Trong).

La place de l’Opéra est aujourd’hui connue sous le nom de Place de la Révolution d’Août ou Place du 19 août (Quảng trường Cách mạng tháng Tám, Quảng trường 19-8). De nouveau, le contexte politique vietnamien reste invisible : chute du Cabinet Trần Trọng Kim, manifestation des fonctionnaires de l’Empire du Viêt-Nam en soutien à Trần Trọng Kim le 17 août… Le Viêt-Minh se présente comme l’unique représentant du peuple. Le contexte international mentionné dans la première phrase de la légende est également absent du tableau.

7 / « Le 2 septembre, le Président Hồ Chí Minh rentre à Hanoi, se présente à la foule, créé le Gouvernement provisoire et proclame l’indépendance du Viêt-Nam ».

Vignette de la déclaration d’indépendance du 2 septembre sur la Place Ba Đình. Quatre membres du gouvernement provisoire se tiennent aux cotés d’Hồ Chí Minh sur l’estrade officielle devant une foule enthousiaste et un immense drapeau du front Viêt-Minh. Cette image est à rapprocher de la photographie aujourd’hui bien connue.

[18/08/2012 17:44:50]  Ngày 2-9-1945, t?i Qu?ng tru?ng Ba Ðình (Hà N?i), Ch? t?ch H? Chí Minh thay m?t Chính ph? lâm th?i Vi?t Nam tr?nh tr?ng d?c Tuyên ngôn d?c l?p, khai sinh nu?c Vi?t Nam Dân ch? C?ng hoà.                                     ?nh: Tu li?u - TTXVN

Source : TTXVN

Voir également le document filmé de cet événement historique (dont l’histoire reste à écrire).

Images du film « Le jour de l’Indépendance » (Ngày Độc lập 2/9/1945), remonté par Phạm Kỳ Nam en 1975, mais dont l’auteur véritable reste à ce jour encore inconnu.

8 / « Depuis lors, notre peuple résiste et construit l’État tout à la fois. La Révolution d’Août a été une victoire, mais pour qu’elle soit une réussite définitive, nous devons encore poursuivre nos efforts et lutter ».

La dernière image présente un peuple en action dans sa tâche de fondation de l’État (Kiến Quốc). L’État est symbolisé par une construction en dur à mettre sur pieds avec les outils et matériaux nécessaires : marteau, masse, burin… Hommes et femmes en action. Les outils présentés comme des armes lors de l’insurrection de 1941 sont devenus des outils pour édifier le nouvel État. La légende stipule que l’œuvre révolutionnaire n’en est qu’à ses débuts. Il n’est pas fait mention des divisions au sein du Viêt-Minh, de l’opposition nationaliste (« réactionnaires » dans la propagande future de l’État communiste) ou du retour des forces militaires françaises au Tonkin. Tout le contexte périlleux qui mène à la guerre d’Indochine n’est pas abordé.

Dits et non-dits

Ce que montre cette succession d’images est un processus cohérent, dessiné à grands traits par une plume alerte, au croquis efficace et vivant. Cette histoire cohérente expose bien la situation du pays dans son contexte de la double occupation franco-japonaise et ses conséquences (la famine, la colère, l’insurrection) mais elle efface les contraintes internes. On retient de cette histoire un seul nom celui du Président Hồ Chí Minh et la vision d’un peuple uni, soudé derrière son leader et son drapeau. Géographiquement, les événements ne concernent que le Nord du Viêt-Nam (Bắc Bộ) et prioritairement Hanoi (vignettes 4, 6 et 7). En bref, la Révolution est présentée comme la prise du pouvoir des mains des Japonais. La réalité fut toute autre.

Ce que ne montrent pas les images n’est pas moins important. Le processus fait fi de la situation particulière que connaît le pays entre le 9 mars 1945 (date du coup de force japonais) et juillet 1945 (date de la crise du cabinet impérial). Un certain nombre de points ne sont pas évoqués :

  • la pluralité du choix révolutionnaire dans les années trente et quarante ;
  • la création de l’Empire du Viêt-Nam et la formation du Cabinet Trần Trọng Kim à la suite de l’indépendance déclarée le 11 mars 1945 ;
  • l’abdication de l’Empereur Bảo Đại, fait majeur qui permet au Viêt-Minh d’acquérir sa légitimité symbolique de la plus haute autorité de l’Empire ;
  • l’existence des partis révolutionnaires concurrents (non communistes) et rivaux ;

Géographiquement, les événements de Huế (abdication) et de Saigon (manifestations et départ de la résistance armée contre le retour de la France) ne figurent pas dans la bande dessinée. La datation du document n’étant pas spécifiquement mentionnée (« vers 1945 » dit le fonds d’archives), il peut s’agir d’un document à valeur pédagogique édité à Hanoi (imprimerie Minsang) vers la fin de l’année 1945 ou au cours de l’année 1946. Ni les alliances réalisées avec les partis nationalistes, ni le retour de la France sur les fronts militaires et diplomatiques et les accords passés le 6 mars 1946 ne sont en effet évoqués. Le document a peut-être été édité avant ces événements ou ces derniers ont été volontairement exclus de la mise en récit. La légende de la dernière vignette laisse entrevoir que la tâche révolutionnaire n’est pas terminée, elle se poursuit tout comme la lutte. Mais on ne sait contre qui il faut désormais lutter (les Français de retour, les autres mouvements politiques vietnamiens?) puisque l’indépendance est acquise.

L’objectif de la propagande n’est assurément pas de complexifier une histoire aux multiples rebondissements mais bien de signifier à grands traits le rôle capital du Viêt-Minh et d’Hồ Chí Minh dans ce processus. Pourtant, comme le reconnaît la dernière vignette, ce processus s’ouvre sur une période d’incertitude car la construction du nouvel État s’avère en réalité belle et bien compromise.

La Révolution d’Août fut belle et bien une « création révolutionnaire » comme le stipulent les documents du parti [2]. Sur le plan intellectuel et historiographique, elle clive aujourd’hui encore les avis comme le démontrent les récents débats publiés sur le site de la BBC à l’occasion du 70e anniversaire [3]. La nature de cet événement est questionnée ; son statut de « Révolution » parfois remis en cause (dégradé en « insurrection ») ; les causes et les pratiques du processus révolutionnaire sont toujours discutées. Quel fut le poids de la terrible famine ?  Quel fut le legs du gouvernement Trần Trọng Kim ? Quel fut le legs du régime de Vichy dans la militarisation de la jeunesse ? Quelles furent les pratiques du Viêt-Minh vis-à-vis des opposants dans cette quête du pouvoir (Quid des assassinats politiques) ? Comment les nationalistes non communistes ont-ils laissé passer l’occasion favorable ? Qui a rejoint le Viêt-Minh parmi les intellectuels et les mandarins ? Quelles furent les conséquences politiques de la division des Vietnamiens en 1946 ? Autant de questions qui pesèrent lourdement sur l’histoire contemporaine du pays et, par ricochet, sur sa destinée actuelle.

FG, MàJ 21/08/2015

* Technique de communication visant à élaborer un récit construit, efficace et simple. Sur le plan politique c’est ici une mise en récit illustrée de la révolution vietnamienne visant à fixer les faits de façon définitive et à formater les esprits comme tout document de propagande. Les traductions des légendes sont de nous (et peuvent être améliorées).

[1] Marr, David G., Vietnam 1945. The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995.

[2] Guillemot, François, Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie 1938-1955, Paris, Les Indes savantes, 2012, pp. 233-237.

[3] , Ý kiến: Việt Minh nắm quyền do đâu?, BBC Viet, 19/08/2015 ; , Ý kiến: Nhìn lại Cách mạng tháng Tám, BBC Viet, 13/08/2015 ; débat en ligne : Tháng 8/1945: Cách mạng hay Khởi nghĩa?, BBC Viet, 14/08/2015 (voir ci-dessous).

* * *

* * *

Voir aussi dans la série Décryptage :

Cách mạng tháng Tám – La Révolution d’Août (tract de propagande)

[ndlr] A l’occasion du 70e anniversaire de La Révolution d’Août, événement historique fondateur de l’État-nation communiste mais encore discuté aujourd’hui dans les milieux intellectuels, Mémoires d’Indochine présente cette fresque commémorative, véritable « storytelling » du processus révolutionnaire menant à l’indépendance proclamée le 2 septembre 1945 par Ho Chi Minh. Le document d’origine (déniché aux ANOM) est un tract de propagande édité à la fin de l’année 1945 ou en 1946 en RDVN peut-être lors du premier anniversaire de la révolution (mais nous n’en avons pas la certitude).

CachMangThangTam_0

CachMangThangTam_9

La dernière phrase indique :

« Après l’avoir regardé, veuillez bien transmettre ce tract à d’autres »

Cliquer sur les images pour les agrandir

Source : © Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM). Photographies : FG.

Décryptage 1 : une image peut en cacher une autre… – Hanoi 1945 / 1954 ?

La toile regorge de documents photographiques à portée historique. Ils illustrent toute sorte d’articles et des billets d’humeur sur la blogosphère. Souvent la source n’est pas explicitement mentionnée. Mais il arrive aussi parfois que l’image ait été détournée ou manipulée pour servir des objectifs plus politiques. C’est le cas du décryptage que nous proposons ci-dessous.

Depuis quelques années déjà (au moins à partir de 2009), la photographie d’une manifestation nationaliste vietnamienne devant l’Opéra de Hanoi est véhiculée sur la toile pour illustrer divers articles à vocation « historique ». Cette photo est affublée d’une légende trompeuse que nous  pouvons traduire par : « Le drapeau national jaune devant le théâtre de la ville de Hanoi (1945) », voir ci-dessous.

Apparue avec cette légende sur le site vietnamsaigon.multiply.com, elle continue a être diffusée sur plusieurs blogs et sites anticommunistes. Parfois, l’illustration est accompagnée d’une légende complémentaire indiquant qu’il s’agit de la manifestation des fonctionnaires de l’Empire du Viêt-Nam qui se déroula le 17 août 1945 pour soutenir l’action du gouvernement nationaliste de Tran Trong Kim comme le démontre l’exemple ci-dessous :

  • sur le site vcomtech.net (8 septembre 2010) avec la légende suivante :

17/8/1945: Mít-tinh của Tổng đoàn Công chức để chào mừng chính phủ Trần Trọng Kim bỗng chốc trở thành biểu tình của Mặt trận Việt Minh

  • sur le blog de Nguyen Thanh An (11 novembre 2009 – 11 novembre 2011) : avec une légende similaire :
17.8.45: Mít-tinh của Tổng Đoàn Công Chức để chào mừng chính phủ Trần Trọng Kim bổng chốc trở thành biểu tình của Mặt Trận Việt Minh:“Quả lừa lịch sử” bắt đầu chính là từ đây! Vận nước khốn nạn nhất cũng bắt đầu từ đây! (8)

Cependant, Nguyen Thanh An a corrigé l’erreur en 2011 en rappelant l’origine de cette photo dans la note (8) de son article.

On la retrouve en illustration d’un extrait des Carnets en ligne de To Hai sur la Révolution d’août  intitulé « Cuộc cướp chính quyền từ trong tay Nhật, Pháp không hề có! » [La prise du pouvoir des mains des Japonais, des Français qui n’a jamais eu lieu !] :

Elle illustre également un article de Lưu Nguyễn Đạt consacré à la légitimité du régime communiste : « Cộng Sản Việt Nam: Có Chính Danh, Chính Nghĩa, Có Dân Chủ và Pháp Trị Hay Không ? » [Le régime communiste vietnamien : est-il légal, légitime, démocratique et conforme à un Etat de droit ou non ?]:

Son parcours sur la toile l’amène à être logée dans un amalgame de photographies sensées dévoiler le « vrai visage de Ho Chi Minh » !

Qu’en est-il réellement ?

La manifestation du 17 août 1945 qui fut habilement retournée par des cadres de l’agitprop Viêt-Minh en manifestation indépendantiste marque en quelque sorte le départ de la Révolution d’août. En effet, c’est lors de cette manifestation qu’apparaissent au grand jour les hommes de la propagande d’assaut (tuyên truyền xung phong) du Viêt-Minh. Or, la photographie affublée de sa légende que l’on retrouve sur des dizaines de sites en illustration de la « Révolution d’Août » n’a rien à voir avec cet événement clé et n’a pas été prise lors de cette année cruciale pour le Viêt-Nam.

Pour s’en convaincre deux détails importants sautent aux yeux. Le premier est la présence très nette du drapeau jaune aux trois bandes rouges officialisé par Bao Dai en juin 1948 comme pavillon national de l’Etat associé du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam). Ce drapeau affichant trois bandes rouges pour symboliser les trois régions du Viêt-Nam réunifié diffère de celui de l’Empire du Viêt-Nam figuré par le diagramme Ly. Le second détail concerne les slogans des banderoles des manifestants. Sur la plus proche, on distingue les termes « Muu mo… chia… Viêt Nam » littéralement « Complot… diviser… Viêt-Nam ». Il s’agit donc d’une image qui rappelle la division du Viêt-Nam forcément prise après 1948. On l’aura compris, le cliché photographique immortalise une manifestation nationaliste contre la division du Viêt-Nam discutée à Genève en Juillet 1954.

La lecture du slogan se fait plus aisément en inversant la photo horizontalement comme ci-après :

 

Pour chercher des images similaires sur la toile et comparer les images entre elles, le moteur de recherche d’images de Google est très utile. La recherche de cette photographie sur d’autres sites nous a conduit à une quarantaine de pages ayant reproduit le cliché. En outre, elle nous a permis de retrouver l’image initiale sans légende. En effet, certains sites ont pris la peine de la diffuser sans la légende erronée (incrustée dans l’image) tout en rappelant le contexte précis du cliché photographique. C’est le cas par exemple du blog de Nguyen Thanh Nhan qui resitue le cliché dans une série photographique prise à Hanoi en juillet 1954, accompagnée d’un chapeau mentionnant précisément l’auteur de ce cliché :

d’autres séries sont disponibles sur :

  • sur le site thegioinguoiviet (rubrique Hình ảnh Việt Nam ngày xưa… [Images d’autrefois] : « Hình ảnh dân Hà Nội chuẩn bị di cư vào Nam vào thời 54 » (22 juillet 2012).
  • ou sur le blog namrom64 (13 août 2012)
  • ou encore celui de François Buis (Blog Temps des Cerises, 18 février 2009) avec une légende explicite.

Enfin, on retrouve sa trace sur le site Fickr qui héberge la galerie photographique très riche de Manh Hai :

Ci-dessous la photo originale récupérée par Manh Hai (cliquer dessus pour l’agrandir) accompagnée de la légende de Life et d’un commentaire en vietnamien.

Hanoi, July 1954 – Streets crowded with people after cease-fire announced

Phụ nữ đội nón lá mít tinh trước Nhà hát Lớn, khẩu hiệu trên băng rôn có nội dung phản đối mưu mô chia cắt Việt Nam (của hiệp định đình chiến ký giữa Pháp và Việt Minh)

 

Qui en est l’auteur ?

Cette série a bien été prise en juillet 1954 à Hanoi par un photographe nommé Howard Sochurek pour le compte du magazine Life.

Sochurek, décédé en 1994, travailla pour Life pendant deux décennies. Dans les années cinquante, il photographia les troupes américaines pendant la guerre de Corée puis il se rendit au Viêt-Nam pour couvrir le départ de la bataille de Dien Bien Phu (en nov./déc. 1953) et la fin de la guerre à Hanoi. Raison pour laquelle, il a pu photographier la population de Hanoi qui proteste en juillet 1954 et s’apprête à rejoindre le Sud du pays.

Quelques photos de Sochurek sur la guerre d’Indochine se retrouve sur le site « militaria » armchairgeneral.com avec cette mention :

« Some black & white for a change, and this time from the French Indochina War. These pictures were taken by Howard Sochurek in Dien Bien PHu during Operation CASTOR and after, November December 1953. »

Où trouver la photographie et la mention d’origine ?

Le plus simple est consulter la base de données de l’agence Life (Photo ID. 82499964).

Life a mis à disposition du public l’image sur sa base de données hébergée par Google. Sur la fiche du cliché, on peut lire la légende suivante : « Large group civilian prisoners, mostly women being released from Hanoi camp ».

La légende fait mention d’un groupe de prisonnières libérées par le Viêt-Minh (Hanoi Camp?) au premier plan d’une manifestation nationaliste contre la partition du Viêt-Nam. Ce qui suscite d’autres interrogations.

Le site de Getty Images propose deux fiches de ce cliché :

  • L’une mentionnant la date du 1er juillet 1954 : ID 50670994
  • La seconde similaire sans date mais même légende : ID 82499964

Qui a brouillé les pistes ?

Le site VietnamSaigon sur Multiply semble être à l’origine de cette confusion. Le site ne s’embarrasse pas de détails. Il a reproduit l’image à plusieurs reprises avec ou sans légende pour illustrer au choix la « Révolution d’Août 1945 » ou la manifestation hanoïenne de 1954 comme nous l’indiquons sur les billets édités sur ce site entre 2009 et 2012.

Le plus surprenant étant que la première édition de cette image sur ce site en avril 2009 comportait en incrustation la mention « Hanoi 1954 » qui aurait dû empêcher toute erreur postérieure :

Cependant, l’erreur a été réparée sur ce même site dans une galerie de photos retraçant l’exil vietnamien de 1954 : DI CƯ 1954 – Cuộc bỏ phiếu bằng chân lịch sử – 20 Tháng 7, 1954, mise en ligne le 15 juillet 2012. La photo de Howard Sochurek est donc réapparue avec le logo de Life et une nouvelle légende : « Cờ Vàng của tổ quốc trước nhà hát lớn thành phố Hà nội » [Le drapeau jaune de la patrie devant l’Opéra de la ville de Hanoi].

Conclusion :

La vigilance s’impose donc pour tout document photographique issu de la toile. En la matière, la blogosphère vietnamienne (et ce n’est bien sûr pas la seule) comporte de nombreux autres exemples plus ou moins facilement identifiables. Cependant, celui-ci a retenu notre attention car l’utilisation de ce cliché s’est fait dans la plupart des cas pour illustrer des articles qui entendent rétablir la vérité historique sur la « Révolution d’Août » et la légitimité du régime communiste. Autant dire que pour convaincre le lecteur on pourrait s’attendre à un peu plus de rigueur.

FG, 06/01/2013.

Interview en français avec Nguyen Thi Binh [1981]

“Interview with Nguyen Thi Binh, 1981.” , 02/16/1981, WGBH Media Library & Archives, (accessed 08 Nov 2012)

Madame Nguyen Thi Binh was the Foreign Minister of the National Liberation Front, and a repre­sen­ta­tive at the Paris peace talks. At the time of the inter­view, she was the Minister of Education of the Socialist Republic of Vietnam, and she later served for ten years as Vice President of the coun­try.

In the inter­view she des­cri­bes life in colo­nial Saigon, joi­ning the Viet Minh, and the three years spent in a French prison. Mme. Binh then des­cri­bes her poli­ti­cal invol­ve­ment in the Provisional Revolutionary Government and the peace nego­tia­tions in Paris.

* * *

Series Vietnam: A Television History
Barcode 301131
Duration 00:29:18:29
Standard NTSC
Physical format Digital betacam
Type Original footage
Place Covered Hanoi, Vietnam

Source : Open Vault WGBH Media Library and Archives

Jeunesses de première ligne 1945

On connaît peu de choses sur l’histoire des Jeunesses de Première ligne créée à Huê sous le gouvernement Tran Trong Kim et dirigée par Phan Anh, le ministre de la Jeunesse. Alors que le soixantième anniversaire de leur création a été célébré à Huê en 2005, l’écrivain francophone Huu Ngoc revient sur les grandes étapes de l’histoire de ce mouvement de jeunesse qui joua un rôle décisif lors de la prise du pouvoir du Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945. Il se remémore l’action de trois d’entre eux.

Le lecteur pardonnera la rhétorique habituelle des intellectuels communistes de la RSVN lorsqu’ils évoquent cette période cruciale de l’histoire du Viêt Nam (« gouvernement fantoche », « d’obédience japonaise »), qui ne sert qu’à valoriser l’antagonisme développé et entretenu par la pensée communiste.

Jeunesse de première ligne 1945 (par Huu Ngoc)

L’Ecole de la jeunesse de première ligne a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays.

La Truong thanh niên tiên tuyên (TNTT = École de la jeunesse de Première ligne) a vécu à peine deux mois (juillet – août 1945), mais les exploits patriotiques de ses membres pèsent lourd dans l’histoire contemporaine du Vietnam. Le Comité populaire de Huê vient de consacrer ses locaux (dans l’enceinte de la Compagnie du parc de la ville) « vestige historique national ». Si étrange que cela puisse paraître, cette institution fut créée sous l’égide du gouvernement fantoche Bao Dai-Trân Trong Kim d’obédience japonaise… Et les Japonais qui avaient occupé le Vietnam depuis 1940, avaient comme ennemi irréductible le Viêt Minh, ligue luttant pour l’indépendance nationale dirigée par Hô Chi Minh. Un paradoxe politique à élucider.

En septembre 1939, éclate la Seconde Guerre mondiale. En juin 1940, les nazis occupent la France. Quelques mois après, les Japonais prennent le Vietnam, gardant à leur service l’administration coloniale française relevant de Vichy. Le 9 mars 1945, sentant la fin toute proche de l’empire, ils renversent le régime français pour le remplacer. Ils accordent une pseudo-indépendance nationale au Vietnam, faisant de Bao Dai un roi d’obédience japonaise.

C’est dans ces circonstances que le ministre de la jeunesse Phan Anh (du cabinet Trân Trong Kim créé par Bao Dai) a fondé l’Ecole TNTT qui rassemble des étudiants venus à Huê après la fermeture de l’Université de Hanoi. L’avocat Phan Anh a joui d’un grand prestige parmi l’élite intellectuelle à cause de ses activités sociales et culturelles. Il est secondé dans la TNTT par Ta Quang Buu, mathématicien et physicien célèbre pour son érudition et son leadership du scoutisme. Ces deux intellectuels patriotes sont assez perspicaces politiquement pour savoir que le gouvernement Bao Dai-Trân Trong Kim ne peut durer, puisque l’Empire japonais est à deux doigts de s’effondrer. Mais ils profitent de son ombrelle officielle pour se doter d’un atout dans l’attente de proches bouleversements nationaux et internationaux : la capitulation de Tokyo, le débarquement allié pour le désarmement des troupes nipponnes, la reconquête française probable du Vietnam. Il s’agit pour eux de former rapidement des cadres militaires prêts à parer à toute éventualité en affichant un programme de formation de la jeunesse en général. Pour ne pas éveiller les soupçons japonais, l’administration de la TNTT est confiée à Phan Tu Lang, commandant en chef des maigres forces armées royales Bao An binh du Trung Ky (Centre Vietnam), un ancien officier de formation française.

La TNTT a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays. Phan Anh et Ta Quang Buu, dès l’ouverture de l’école, leur ont affirmé qu’ils seront libres de choisir leur voie à la sortie, selon l’appel de leur conscience.

Tokyo accepte la reddition inconditionnelle en mai 1945. La Révolution populaire dirigée par le patriote de renom Nguyên Ai Quôc (Hô Chi Minh) éclate le 19 août 1945, à Hanoi. Son organisation Viêt Minh a conquis le consensus populaire depuis 1941 grâce à une lutte intransigeante contre les Japonais et les Français occupant le pays. Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh proclame l’indépendance du Vietnam.

Les jeunes révolutionnaires

L’occasion attendue par la TNTT est arrivée. Point étonnant que tous ses membres se rallient à la révolution dès la première heure.

Phan Anh et Ta Quang Buu sont devenus par la suite de brillants ministres du nouveau régime, le premier avec l’économie et le commerce, le second avec l’enseignement supérieur. Phan Tu Lang sera colonel de l’Armée populaire.

Le 23 août 1945, le Comité insurrectionnel de Huê se présente devant la population. Le service de sécurité est assuré par les étudiants de la TNTT qui, à cette occasion, se muent en forces armées révolutionnaires.

Le 23 août 1945, un groupe de la TNTT commandé par Nguyên Thê Luong, capture à temps un commando français dirigé par le commandant Castellan parachuté sur Hiên Si. Ce dernier est chargé par de Gaulle de contacter les éléments pro-français afin de préparer le retour de l’administration coloniale.

La TNTT est présente à la cérémonie d’abdication de Bao Dai en faveur du pouvoir révolutionnaire. Un TNTT, Hoàng Xuân Binh, est nommé officier d’ordonnance de Bao Dai pour l’accompagner à Hanoi où le souverain déchu participera au gouvernement Hô Chi Minh en tant que haut conseiller.

Les TNTT reçoivent la mission urgente de constituer vingt-cinq unités de la nouvelle Armée de Libération (section Thuân Hoa), placées sous leur commandement. Pour habiller mille combattants, ils ont recours à l’aide de petits commerçants de Huê. Quant aux armes et autre matériel, ils les prennent dans les dépôts japonais et français.

Des figures connues

Quand les troupes françaises débarquent au Sud, des centaines de ces combattants de Huê sont présents sur les fronts de Nha Trang et Saigon pour coopérer avec les forces armées locales. La guerre franco-vietnamienne se généralise. Les TNTT vont s’illustrer sur tous les fronts du Nord, du Sud au sein de l’Armée populaire devenue nationale. Huit TNTT portent les galons de général.

J’ai connu personnellement trois TNTT. Hoàng Xuân Binh, ancien étudiant en médecine, participait à la résistance dans le maquis du Sud. Il fut fait prisonnier par un lieutenant français. Homme de cœur, ce dernier avait de l’estime pour le jeune patriote et trouva un moyen pour le faire s’évader. Ils devaient se revoir après plusieurs décennies pour devenir de bons amis.

Dang Van Viêt, ancien étudiant en médecine aussi, ce fils d’une famille de grands mandarins et propriétaires fonciers a rejoint de bonne heure le Viêt Minh. Il a fait une centaine de combats et reçu sept blessures. Surnommé Tigre gris de la RC4 par les troupes français, il fut leur terreur à cause de ses attaques foudroyantes contre leurs garnisons et leurs convois. Dans le civil, ce colonel est devenu un brillant ingénieur.

Cao Van Khanh, enseignait avec moi dans un lycée privé de Huê de 1942 à 1945. Homme de devoir et très désintéressé, ce général s’est fait un nom comme brillant stratège, bras droit de Vo Nguyên Giap lors de la campagne du Sud Vietnam mettant fin à la guerre.

Dans le civil, d’autres TNTT ont réalisé des exploits dans des branches d’activité scientifique et culturelle, dorant le blason de la TNTT.

Huu Ngoc / CVN

Publié le 05/05/2012 sur le site Le Courrier du Vietnam

Tôn Quang Phiệt : « J’ai participé à la Révolution d’Août à Huê »

[FG, d’après Xua & Nay, n° 410]

La revue d’histoire Xua va Nay (Jadis et Aujourd’hui) vient de publier un extrait des mémoires de Ton Quang Phiet, révolutionnaire et homme d’Etat de la RDVN.[1] Figure intellectuelle connue de la ville de Huê, il participa dans ses jeunes années, aux deux organisations révolutionnaires Tan Viet (Nouveau Viêt Nam) et Viet Nam Thanh Nien Cach Mang (Jeunesse révolutionnaire du Viêt Nam). Il fut emprisonné pour activisme politique à Ban Me Thuot. A sa sortie de prison en 1934, il fut assigné à résidence à Huê et ouvrit l’école privée Thuan Hoa tout en poursuivant ses activités indépendantistes pendant la période du Front populaire. Respecté à Huê pour son aura de « prisonnier politique », certains pensaient qu’il était communiste et s’adressaient à lui à chaque fois que la situation devenait effervescente. Ton Quang Phiet n’a jamais été directement lié aux activités du parti communiste indochinois mais de nombreux partisans communistes, en particulier les anciens prisonniers politiques, le considéraient comme un allié et échangeaient souvent avec lui des idées sur le plan politique.

Le révolutionnaire endurci de 1945 raconte la prise de Huê par le Viêt Minh et revient en détail sur la fin du gouvernement nationaliste Tran Trong Kim (17 avril 1945 – 20 août 1945). L’extrait de son récit débute après le coup de force japonais du 9 mars 1945 et la création sous son égide de l’Association du Nouveau Viet Nam (Hoi Tan Viet Nam), une association nationaliste regroupant des intellectuels patriotes.[2]

En déplacement à Vinh, il prend conscience de l’avancée rapide du mouvement indépendantiste Viêt Minh et réalise que des militants communistes jugent de prime abord la nouvelle organisation comme « pro-japonaise ». De retour à Huê, il décide de dissoudre cette dernière et attend prudemment. Le journal Co Giai Phong (Le journal de la libération) l’a déjà classé parmi les « traîtres pro-japonais » tout comme Tran Trong Kim ou Phan Anh même si l’attaque est moins virulente contre lui.

Néanmoins, peu de temps après il est contacté par le Viêt Minh, notamment Hoang Anh, secrétaire provincial du Viêt Minh et ancien prisonnier politique comme Phiet, car l’organisation veut rassembler autour d’elle des personnalités susceptibles de soutenir les forces révolutionnaires. Les manifestations de rues en soutien au Viêt Minh se multiplient et laissent de marbre les quelques 4.500 militaires japonais encore présents à Huê. Phiet qui reste en contact avec l’administration locale en particulier les chefs de districts (tri huyen) doit les convaincre de remettre le pouvoir aux représentants du Viêt Minh. Cette tâche est accomplie sans difficulté car il connaît les principaux concernés.

De son côté, le cabinet Tran Trong Kim entre dans une phase d’interrogation face à la nouvelle situation. Selon Phiet, seuls Tran Trong Kim, Phan Anh et Vu Van Hien veulent se maintenir, tous les autres ministres ont renoncé. La crise est profonde. Phan Anh propose à Phiet de prendre la place de Tran Dinh Nam au ministère de l’intérieur. Phiet refuse et pousse son ami de rejoindre le Viêt Minh car, dil-il, s’en est fini du gouvernement « pro-japonais ». Quelques jours plus tard, Phan Anh démissionne du cabinet comme tous les autres ministres. Ce fait est important car Phan Anh dispose d’une force les « Jeunesses de Première Ligne » susceptible d’appuyer la révolution.

Ton Quang Phiet est désigné par les cadres locaux du PCI pour une mission hautement délicate et politique : faire en sorte que l’empereur Bao Dai abdique au profit du mouvement indépendantiste et provoquer la démission du gouvernement Tran Trong Kim. Pour ce faire, il prend contact avec Pham Khac Hoe, l’homme lige du cabinet impérial. Ils évaluent la situation. Si la princesse Nam Phuong reste attachée au trône, Bao Dai est dans un tout autre état d’esprit: « il en a assez de son métier de roi » (p. 6). Pham Khac Hoe va pousser Bao Dai à abdiquer pour faire face à une situation insurrectionnelle qui ne tarde pas à toucher Huê après la province de Quang Ngai, Ha Tinh et Ha Noi le 17 août.

Phiet est désigné contre son gré pour présider le Comité populaire révolutionnaire provisoire mis en place par le Viêt Minh pour la prise du pouvoir. Le comité comprend les militants communistes Hoang Anh, Ho Tung Mau, Nguyen Duy Trinh et To Huu. Cette désignation décidée d’avance « l’enthousiasme tout autant qu’elle l’effraie » (p. 6). Le 23 août, le gouvernement Tran Trong Kim organise le meeting célébrant la rétrocession du Sud (Cochinchine) par les Japonais. Le comité Viêt Minh s’empresse de saisir l’occasion pour se saisir du pouvoir. Les forces de protection du gouvernement impérial, en particulier la Garde civile de Phan Tu Lang, ne sont pas négligeables mais une manifestation gigantesque est orchestrée par le Viêt Minh depuis les alentours de la ville. 150.000 personnes sont mobilisées « pour renverser le pouvoir fantoche » et mettre sur pied un gouvernement provisoire.

A partir de midi, des brigades véhiculées sont chargées d’arrêter les « traîtres pro-japonais ». Sont visés en particulier Ngo Dinh Khoi et son fils Ngo Dinh Huan, secrétaire particulier du conseiller Yokohama. Pham Quynh et son gendre Nguyen Tien Lang sont aussi arrêtés tout comme les quelques Vietnamiens encore favorables aux Japonais, surtout ceux possèdent des armes. Les ennemis potentiels neutralisés et enfermés dans la prison de Thua Phu, une missive officielle du Viêt Minh est portée à Bao Dai. Il lui est demandé expressément de faire désarmer la garde impériale et de rester serein afin de lui garantir la protection des forces révolutionnaires.

Les brigades armées sont également chargées de neutraliser les places fortes de Huê. La ville se couvre du pavillon rouge à l’étoile jaune et un rassemblement de dizaines de milliers de personnes est organisé pour signifier l’avènement du Comité populaire révolutionnaire et la victoire du Viêt Minh. To Huu, chef du Comité de l’insurrection se rend accompagné de Phiet auprès des responsables japonais et des français pour les intimer à rester calme face aux événements. Les fonctionnaires mandarinaux apeurés se rallient à la nouvelle cause sans difficulté. Les représentants des communautés catholiques et bouddhiques sont assurés de la liberté de croyance sous le nouveau gouvernement.

La résolution du cas de Bao Dai est transmise au Comité central qui envoie de Hanoi trois émissaires du Viêt Minh (Tran Huy Lieu, Nguyen Luong Bang et Cu Huy Can). Ils doivent recevoir des mains de l’empereur l’abdication officielle. Le 30 août 1945, l’acte d’abdication est lu par Bao Dai lors d’un grand rassemblement populaire et est enregistré par Tran Huy Lieu qui adresse la réplique à l’empereur. Ce jour là, la délégation Viêt Minh reçoit l’épée d’or et le sceau impérial. Les attributs du pouvoir impérial remis au Viêt Minh lui confère une nouvelle légitimité et ferme le mandat du ciel. Le drapeau jaune à l’hexagramme Ly de couleur rouge de l’Empire du Viêt Nam est remplacé par le drapeau du mouvement Viêt Minh. La longue page d’histoire des dynasties vietnamiennes est définitivement close.

 Le remise de l’épée et du sceau impérial le 30 août 1945.

Note :

L’article vise à rehausser le rôle de Tôn Quang Phiêt en mettant en avant son rôle d’intermédiaire indispensable entre l’administration impériale et les forces Viêt Minh. En ralliant à sa cause Phan Anh, Phiet fait en effet basculer les Jeunesses de Première Ligne du côté de la révolution. Un facteur décisif pour la réussite de la prise du pouvoir à Huê qui n’est pas explicitement mentionné. Le rôle de Bao Dai qui refuse l’intervention armée des Japonais pour le maintenir sur le trône est également minimisé.

 

Les principaux protagonistes :

Bao Dai (1913-1997) : le dernier empereur de la dynastie des Nguyen.

Cu Huy Can (1919-2005) : poète, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Ho Tung Mau (1896-1951) : vieux révolutionnaire communiste qui semble avoir été écarté de la prise du pouvoir par To Huu (p. 5).

Hoang Anh (1912-) : secrétaire du PCI au niveau de la province. Il joua sans doute un rôle prépondérant dans l’unification des forces Viêt Minh à Huê.

Nam Phuong (1914-1963) : l’épouse de Bao Dai, la dernière princesse impériale.

Ngo Dinh Khoi (1885-1945) : aîné de la famille des Ngo Dinh. Préfet de la province de Quang Nam, assassiné en 1945 par le Viêt Minh à la suite de la prise de Huê.

Ngo Dinh Huan ( ?-1945) : fils de Khoi, en contact avec les responsables japonais. Exécuté comme son père par le Viêt Minh à l’automne 1945.

Nguyen Duy Trinh (1910-1985) : ancien prisonnier politique communiste, un des dirigeants du Viêt Minh à Huê lors de la prise du pouvoir.

Nguyen Luong Bang (1904-1979) : membre du Comité national de libération, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Nguyen Tien Lang (1909-1976) : gendre de Pham Quynh. Fut emprisonné un temps après la prise du pouvoir par le Viêt Minh à Huê.

Pham Khac Hoe (1901 ou 1902-1995) : secrétaire particulier de Bao Dai. Rédacteur du texte d’abdication.

Pham Quynh (1892-1945) : intellectuel renommé, ministre de l’Intérieur du cabinet impérial avant le 9 mars 1945. Assassiné en septembre 1945 par le Viêt Minh.

Phan Anh (1912-1990) : ministre de la Jeunesse du cabinet Tran Trong Kim. Chef des Jeunesses de Première ligne.

Phan Tu Lang (?-?) : Chef de la Garde civile à Huê.

To Huu (1920-2002) : poète, révolutionnaire communiste, dirige le Comité insurrectionnel de la province de Thua Thien Hue en 1945.

Ton Quang Phiet (1900-1973) : révolutionnaire réputé, rejoint le Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945.

Tran Dinh Nam (1896-1974) : médecin, ministre de l’Intérieur du Cabinet Tran Trong Kim.

Tran Huy Lieu (1901-1969) : révolutionnaire, transfuge du VNQDD, historien, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Tran Trong Kim (1883-1953) : historien renommé, Premier ministre de l’Empire du Viêt Nam (avril-août 1945).

Vu Van Hien (1911-1961) : avocat, ministre des finances du Cabinet Tran Trong Kim.

 

Réf. : Tôn Quang Phiệt, « Tôi tham gia Cách mạng tháng tám ở Huế » [J’ai participé à la révolution d’Août à Huê], Xưa & Nay, n° 410, 8-2012, pp. 3-8.

 

A lire en complément :

Le déroulement de révolution d’août à Huê dans l’ouvrage de David Marr : David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, pp. 438-453.

Nguyen The Anh, « The formulation of the national discourse in 1940-45 Viêt-Nam », dans Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt-Nam, Paris, Les Indes Savantes, 2008, pp. 476-495.


[1]    Il n’est pas spécifié si le texte a déjà été publié auparavant où s’il s’agit d’une réédition.

[2]    Voir aussi David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, p. 149 et 215-216. La liaison de ce groupe avec celui du même nom à Hanoi n’est pas formellement établie selon Marr (p. 149, note 349).