Archives par mot-clé : révolution

Décès du journaliste et documentariste Henri de Turenne (1921-2016)

[ndlr] La presse rend (un petit) hommage à ce journaliste d’exception. Rappelons à nos lectrices/lecteurs et/ou visiteurs qu’Henri de Turenne réalisa en 1984 une histoire du Viêt-Nam en 6 épisodes (en co-production internationale), une série jamais égalée à ce jour et à notre connaissance non éditée en DVD. Néanmoins disponible (provisoirement) sur YouTube, espérons qu’à l’occasion de sa disparition, cette série puisse voir le jour. A redécouvrir, une voix posée et un ton juste.

A lire :

  • AFP et Culture Box, La mort du grand journaliste et documentariste Henri de Turenne, France Info / Culture Box, 25/08/2016. Le journaliste et documentariste Henri de Turenne, l’un des grands noms de la presse et télévision française, est mort mardi dans son sommeil à l’âge de 94 ans, a-t-on appris jeudi auprès du jury du prix Albert Londres, dont il était membre.
  • Hervé Brusini, Henri de Turenne : les élégances du journalisme, France Info / Culture Box, 25/08/2016. « Ici, on sait qu’on arrive sur le front quand on vous tire dessus. » Tout le style de Turenne est là dans ces quelques mots. A la fois pure description, et distance ironique sur soi et sa condition de reporter. Rien de plus, rien de moins. Les élégances du journalisme.
  • Le journaliste Henri de Turenne est décédé, Le Figaro, 25/08/2016. DISPARITION – Le membre du jury du prix Albert Londres est mort dans son sommeil à l’âge de 94 ans. Journaliste et documentariste, il était connu pour ses reportages de guerres.
  • Antoine Perraud, Henri de Turenne (1921-2016), journaliste de l’affranchissement, Mediapart, 25/08/2016. Henri de Turenne, mort à 94 ans dans la nuit du 23 au 24 août, ne saurait être résumé à sa particule ou à sa diction patricienne : ce grand reporter puis fabuleux grognard de la télévision était un partageur aux aguets. Toujours partant pour faire connaître le réel, histoire que reculent l’ignorance, la démagogie, donc l’intolérance…

Page Wikipedia : Henri de Turenne (scénariste)

Image « à la une » : Henri de Turenne © DR

Gregg Huff: Vietnam’s 1944-1945 Famine – Explanations, Responsibility and Revolution

[ndlr] Séminaire de l’IAO.

Mercredi 08 juin 2016
Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

« Vietnam’s 1944-1945 Famine : Explanations, Responsibility and Revolution »

Gregg Huff, Pembroke College, University of Oxford, England

This paper provides the first quantitative analysis of Vietnam’s 1944-1945 great famine which claimed the lives of over a million people in Tonkin and North Annam and was instrumental in the August 1945 Viet Minh and communist revolution. Competing and hitherto unsatisfactory explanations have put the famine down to the weather, French or Japanese administrative failures, and US aerial bombardment. I show that famine, although made worse by wartime events, resulted from successive typhoons that struck coastal areas and was caused by a consequent food availability deficit. Econometric analysis reveals that differences in endowments and entitlements largely explain who died.

SeminaireIAO_2016_06_08

Source : IAO

Image « à la une » : photographie de Vo An Ninh, témoin de la famine en 1945 : Tận mắt xem 19 bức ảnh về nạn đói năm 1945 của cố nghệ sĩ Võ An Ninh (Giao Duc Viet Nam, 11/06/2012)

Viêt-Nam : Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Viêt Nam

Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Je reprends dans ce billet final concernant le colloque de la Fondation Gabriel Péri du vendredi 11 mars 2016 quelques interrogations soulevées lors de l’échange général avec l’auditoire. La première concerne les enseignements de ce colloque. Nous avons rappelé en fin du troisième volet les manques qui auraient permis de mieux saisir la configuration générale de la situation politique et de ses éventuelles évolutions. En particulier tout ce qui concerne la connaissance profonde de la sociologie du PCV, une thématique que j’avais abordé dans un précédent billet. Le second point de cette réflexion se focalise sur les « actes de langage du pouvoir communiste vietnamien » ce que nous appelons chez nous « les mots du politique ». Dans une société démocratique comme la nôtre, l’importance de cette sous-discipline des sciences politiques n’est plus à démontrer. Dans le contexte d’un régime totalitaire puis autoritaire, il convient de suivre de près toutes ces questions de vocabulaire comme l’ont fait dans leurs interventions mes collègues Jean-Philippe Eglinger (sur le monde économique) et Benoît de Tréglodé (à partir des textes historiques). Les mots d’un pouvoir autoritaire sont d’autant plus importants à étudier qu’ils présentent souvent des lectures concurrentes et doubles, recèlent des ambitions cachées et fonctionnent comme des paravents mobiles permettant de désamorcer des crises.

Vietnam Atelier 3 FGP© DdM
Intervenants du troisième atelier : M. Vu Minh Giang, Michel Maso (animateur), Philippe Delalande et Benoît de Tréglodé © 2016 DdM

Révolutions en devenir

Le colloque, très ouvert, a permis d’aborder en un temps record de très nombreux sujets (malgré les manques déjà soulignés). Il faut remercier la Fondation Gabriel Péri d’avoir convaincu les officiels de la RSVN de se prêter à cet exercice de transparence et de débat. Le cadre du Sénat pour une telle manifestation aurait été à mon sens plus restrictif  (on ne parle pas des questions qui fâchent pour des raisons diplomatiques). Quelles sont les attentes à l’issue de ce colloque ? L’évolution du Viêt-Nam apparaît-elle plus clairement ? Si l’échange a été franc et courtois, de nombreux points liés à la situation sociale et économique n’ont pas été abordés : rôle de la société civile au sein de ce système, droit de manifester, droit de grève et gestion des conflits sociaux, syndicalisme… Certes, les questions de dissidence et des prisonniers de conscience, celles de la centaine d’intellectuels signataires de nombreuses propositions de réformes (appel à un Second Ðổi Mới) n’ont pas été soulevées, mais on le voit bien la RSVN est tourmentée par des révolutions pacifiques en devenir1.

BacHoCCRD
Séance d’accusations publiques (« lutter en accusant ») pendant la réforme agraire radicale (1953-57) : une page sombre de l’histoire du communisme vietnamien © DR

La première d’entre elles est une révolution économique. Comme l’a parfaitement démontré Jean-Philippe Eglinger, il s’agit d’un « changement de modèle et de mentalité ». De son côté Hugues Tertrais a résumé en une phrase le poids du secteur public : « le secteur public est endetté et pose la question de sa contribution réelle à la croissance ». Cette réforme des institutions économiques ne peut se faire qu’avec les fameux « groupes d’intérêts » (nhóm lợi ích) (politico-économiques) qui se partagent les richesses du pays et qui se livrent une guerre secrète dont la presse mentionne les remous lors des grandes affaires de corruption. La seconde révolution est plus profonde encore mais elle est nécessaire, c’est une révolution politique. Elle est quelque part déjà engagée et vivement souhaitée par une composante du PCV à la fois patriotique et consciente des enjeux complexes de la mondialisation. Elle implique une réforme des institutions politiques (thể chế) en se basant sur les principes de la séparation des pouvoirs et du multipartisme. Mais comment faire la transition d’un régime appliquant le « centralisme démocratique » (tập trung dân chủ) en une démocratie parlementaire pluraliste ? Des clés existent. Lors de la discussion de la refonte de la constitution en 2013, de nombreux intellectuels vietnamiens, économistes, sociologues, historiens, politistes ou même artistes ont proposé des solutions2. Des tables rondes télévisées (au moins une que j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt) ont évoqué ces débats. Il reste une impulsion à donner au niveau du Comité central du PCV pour engager cette grande transformation. Mais le processus de « sortie du communisme idéologique » demande du courage et nécessite une vision. Il peut être graduel mais aussi rapide, selon la conjoncture. Cela dépend beaucoup de la réelle capacité du Parti à décider, ordonner et insuffler le changement. Quel est le poids de la Sécurité publique (Công An) et de l’Armée populaire. Ces deux piliers du régime sont-ils prêts à autoriser ces deux types de révolutions ? Quels sont les freins ? La Chine aura-t-elle son mot à dire dans ce processus ? L’exemple birman, pays que l’on disait adossé à la Chine et dont le poids de l’armée constituait une réalité quotidienne, laisse songeur. Je n’ai pas de réponses à ces questions et n’engagerait aucun pronostic. Mais le risque d’une révolution sociale, avec son lot d’exactions violentes à l’image des événements antichinois de l’été 2014, suivie d’une sévère reprise en main par l’Armée et la Police, n’est pas à écarté. Le Viêt-Nam a parfaitement bien réussi sa révolution diplomatique (même si celle-ci présente des faiblesses aujourd’hui en termes d’alliances ou de non-alliances), il est tout a fait en mesure de mener les autres révolutions pacifiques (je souligne) qui lui permettra de se maintenir comme une puissance régionale moderne et riche de son potentiel transnational. Je reviendrai sur cette « évolution pacifique » souhaitable dans le dernier paragraphe de ce billet.

L’autocritique : pour qui, pourquoi et jusqu’où ?

Le colloque du 11 mars 2016 a posé sans ambages la question du marxisme. Si l’on s’intéresse sérieusement à cette pensée à la fois politique, sociologique et économique, les questions de langages me paraissent importantes. Derrière les mots se présentent des concepts, des configurations politiques, des représentations sociales qui ne sont pas neutres et dont les implications sur le long terme sont majeures surtout dans le cadre des sociétés communistes ou post-communistes. Toutes les doctrines systémiques en particulier le totalitarisme ont développé des novlangues qui méritent d’être décryptées avec attention3. Le colloque a mis en avant quelques expressions clés comme Ðổi Mới (Renouveau), « dân chủ » (démocratie), « tư duy » (pensée) et d’autres formules usitées par le pouvoir « chủ nghĩa giáo điều » (dogmatisme), « chủ quan duy ý chí » (volontarisme subjectif, considéré comme une maladie) mais le vocabulaire politique a été en réalité peu décrypté faute de temps. Or, celui-ci comprend des éléments de langage propre au marxisme version asiatique. Le cas du communisme vietnamien ne fait pas exception à la règle. Il possède son propre discours, ses sources d’inspirations, ses modèles de référence.

ChuyenAnC30
« Procès pédagogique » de l’affaire C30 en RDVN en 1958. Tran Minh Chau responsable du réseau d’espionnage du Dai Viêt à la barre des accusés © DR

Depuis la création du parti en 1930, les actes de langage ont certes évolué mais il reste des permanences que je voudrais souligner ici. Après la révolution d’Août, l’expression politique vietnamienne s’est diversifiée donnant lieu dans la presse de l’époque (1945-1946) à des joutes entre nationalistes du VNQDÐ (Front QDÐ) et le Viêt-Minh. A titre d’exemple, l’expression « Tân dân chủ », démocratie nouvelle, inventée par Mao Tsé-toung en 1940 (dans son analyse de la Chine de l’époque), fut discutée dans les colonnes de la presse Viêt-Minh. Lors du colloque, j’ai soulevé, assez maladroitement je dois le dire (c’est-à-dire peut-être pas de façon assez explicite) et faute de temps quelques exemples de langage qui à mon sens relève de la persistance du langage totalitaire d’inspiration soviétique ou chinoise. Ces mots qui ont un sens et des répercutions politiques et sociales permettent de mieux répondre à la question qui fut posée sur le maintien du PCV au pouvoir. « Socialisme scientifique » ? Apparemment non, tant le système économique a du puiser dans le capitalisme pour se refaire, mais « autocritique », « tự phê bình », peut-être. Celle-ci est renouvelée et permanente au sein de l’appareil communiste. Elle s’adresse autant aux membres du parti qu’à ses adversaires déclarés. Elle fit des ravages, frisant l’absurdité, lors de l’opération H122 décrétée au sein du Viêt-Minh en 1948 pour débusquer l’ennemi intérieur4. Elle fut largement utilisée pour « purifier » l’appareil politique. Il faut relire les écrits d’écrivains ou de dissidents vietnamiens (Bùi Ngọc Tấn, Bùi Tín, Tô Hải, Vũ Thư Hiên…) ou ceux d’anciens prisonniers des camps de rééducation (LM Nguyễn Hữu Lễ, P. V. Trân…) pour saisir l’importance de ce phénomène.

Le processus est simple à comprendre. Si l’autocritique est réalisée et répond aux exigences attendues (aux canons édictés par le Parti à une époque donnée) la face est préservée et l’accusé peut entrevoir sa survie, espérer maintenir son intégrité politique voire physique. Cela permet d’obtenir le consensus par soumission et de rallier l’opinion dominante à l’intérieur du parti. Toutes les grandes affaires des années 1950 et 1960 visaient à recadrer les brebis rebelles susceptibles de faire dissidence. La discipline du Parti avant tout. Si l’on refuse de se prêter à cet exercice d’amende honorable, on s’attire immanquablement les foudres de l’appareil sécuritaire. Notre intégrité n’est plus préservée, elle est menacée. L’expulsion, la relégation voire l’élimination sont alors ordonnés. On vit, comme aujourd’hui de nombreux dissidents avec une épée de Damoclès sur la tête. Jamais tranquilles, ni eux ni leur famille (surtout si la filiation est liée à l’ancien régime de Saigon). Si l’on reconnaît ses fautes, ses torts et que l’on s’excuse prudemment d’avoir franchi le fil rouge, tout rentre sans l’ordre. La sécurité du Parti est préservée, l’honneur est sauf, le système peut continuer sa marche. Toutes les grandes affaires politiques internes du communisme vietnamien ont fonctionné sur ce modèle5.

TraiCaiTao_QuyenTruong
« Sardines » par Quyen Truong © DR

Il en va de même pour l’adversaire politique avec un degré de violence accru. Après la chute de Saigon, le 30 avril 1975, le Sud est passé sous administration politico-militaire pendant un an avant la réunification officielle (2 juillet 1976). Il s’agissait pour le nouveau pouvoir d’appliquer la purge, en termes léninistes, du corps social. Environ un million de citoyens sud-vietnamiens passèrent par la rééducation politique. Il fallait courber l’échine et se repentir. Les autocritiques écrites et réécrites tombèrent par dizaines de milliers. Cette politique tant vantée par le Premier ministre Phạm Văn Ðồng et l’intellectuel Nguyễn Khắc Viện (celui qui croyait aux vertus du confucianisme) avait et a toujours ses avantages et ses inconvénients. Avantages : reconnaître ses fautes c’est être à moitié pardonné. Passer dans le bon camp et devenir apôtre du nouveau régime c’est obtenir de l’avancement. Refuser ce processus de persuasion imposée c’est mettre sa vie en péril, voir ses rations de nourriture diminuer, être frappé par les hommes de main du régime ou rentrer dans le cercle de la mort lente. Inconvénient de cette politique : elle laisse des traces considérables dans le fonctionnement social.

Avec le système de l’autocritique, forme de censure extrême, toutes les dérives du Parti sont possibles puisqu’elles pourront être pardonnées (souvenons-nous du « Xin lỗi » [pardon] du Premier ministre en octobre 2012 devant les instances du Parti). L’autocritique absout le Parti des responsabilités qui lui incombent. Cette disposition mentale, réitéré dans « les procès pédagogiques » contre les dissidents est paradoxalement assez proche du repentir catholique et des méthodes inquisitoriales de cette religion. On peut y voir une forme de souplesse puisque le jeu est de formuler des excuses publiques et des aveux6 mais aussi une forme insidieuse de paralysie mentale. Cela maintient les esprits dans une sclérose permanente et dans un mutisme maladif. Relisons la nouvelle de Tạ Duy Anh sur ce sujet7. Le « vieux dresseur » expose la situation dans son testament :

« A mes chers humains,

« Demain je serai traduit en justice pour avoir sauvé un membre de notre espèce qui allait devenir un animal, contre sa volonté. Sa maladie est simple. Mentir est devenu un réflexe chez lui. Réaction biologique normale, sa gorge s’est enflée. C’est conforme au diction populaire ‘mentir t’enfle la gorge et le cou’. Le peuple a toujours été clairvoyant quels que soient les temps. Mon remède a été tout aussi simple : il faut effacer ses réflexes désastreux à n’importe quel prix. Car sinon, il y aurait des hommes qui hommes qui vivraient tout un demi-siècle sans avoir vécu sincèrement quelques jours. J’appellerais ceci Maladie Nationale. Elle est héréditaire. Elle peut engendrer des monstres »8.

Les communistes vietnamiens croient beaucoup au pouvoir de persuasion que chez nous nous appellerions action psychologique. Vous n’êtes pas d’accord avec nous : nous allons vous mettre d’accord. Nous allons vous expliquer (par mille raisonnements tortueux) que nous avons raison. Donc pour faire bref, l’autocritique est un fait politique et social très important à mesurer avec soin dans le cadre de l’État-Parti vietnamien.

L’ennemi du peuple réifié et l’évolution pacifique redoutée

La seconde expression de vocabulaire que j’ai soumis au colloque et en particulier aux cadres des études théoriques du PCV est la formulation de l’ennemi intérieur/extérieur selon la terminologie marxiste habituelle : « phản cách mạng » (contre-révolutionnaire), « phản động » (réactionnaire), « thế lực thù địch » (forces hostiles [de la révolution], « phần tử xấu  » (éléments mauvais [du corps social]) ou « ngụy » (fantoche) comme l’a mentionnée une auditrice dans la salle. Alors que la fin de la guerre a sonné il y a quarante ans, que le Ðổi Mới fête ces trente ans, ce vocabulaire n’a malheureusement pas disparu des analyses politiques du Parti sur le corps social vietnamien. C’est à mon avis une permanence du marxisme-léninisme dont se réclame toujours le PCV. Seule, une révolution langagière promue au sommet de l’État permettrait de bannir se type de vocabulaire.

TuTuongMacLê
Le marxisme-léninisme, idéologie importée et référence absolue du PCV © DR

Enfin, le troisième acte de langage, tout aussi important concerne l’expression « diễn biến hòa bình » empruntée directement au vocabulaire chinois (和平演變). Apparue (ou plutôt réactivée car l’expression est plus ancienne) au Viêt-Nam au début des années 90, elle vise à condamner l’évolution interne du parti dans une direction différente de celle qui est édictée et imposée par le Poliburo sous l’effet des influences pro-démocratiques extérieures9. Elle fonctionne donc comme un avertissement au sein de l’appareil politique et militaire. Les cadres, soldats et policiers de l’État-Parti ne doivent en aucun cas se permettre d’ « auto-évoluer » (tự diễn biến) ou  s’auto-transformer (tự chuyển hóa) en agent politique de l’Occident démocratique, c’est-à-dire dépasser la ligne rouge. Cette dernière est d’ailleurs invisible jusqu’au début des premières persuasions de la Sécurité publique qui vous soumet fortement tout l’intérêt qu’il y aurait pour vous et votre famille à rentrer dans l’ordre de « l’État de droit socialiste ». L’appareil judiciaire dispose de lois pénales spécifiquement dédiées au dépassement de la ligne rouge (articles 79, 88 et 258 du code pénal). Accepter l’évolution pacifique et sortir de la réification de « l’ennemi du peuple » (sous ses multiples apparences au cours de l’histoire) serait un grand pas en avant.

TuTuongPBChau-PCTrinh
La pensée politique réformée : les patriotes Phan Boi Chau et Phan Chau Trinh © DR

J’avais publiquement avancé l’idée, lors d’un précédent colloque en novembre 2012 à Lyon à la Chambre de commerce et d’industrie, que « l’évolution pacifique » était hautement souhaitable pour le Viêt-Nam, qu’il ne fallait pas la redouter mais l’accompagner. Cela me paraissait une bonne chose pour sortir d’un système marxiste-léniniste stérile et inventer un autre système de type démocratique, national progressiste (si l’objectif est la fabrication d’une nouvelle idéologie). J’ai souvent dis à mes amis vietnamiens, membres du PCV, sur le ton de la boutade que la transformation du Viêt-Nam autoritaire vers le pluralisme et le multipartisme n’était pas très compliquée à organiser d’autant plus qu’ils ont toutes les clés du pouvoir en main. Se séparer des symboles Mác-Lê qui amusent bien du monde n’était pas difficile et augmenterait le prestige de ceux qui s’engageraient dans cette transformation historique. Le Viêt-Nam ne disposaient-ils pas dans son histoire assez de héros nationaux (Deux Sœurs Trưng, Tran Hưng Ðạo, Nguyễn Trãi, Phan Bội Châu, Phan Châu Trinh, Ðạm Phương…) pour refonder son système idéologique et ne plus faire appel aux héros d’importation ? Pour le coup celui-ci aurait sa propre originalité (độc đáo), unifierait le récit national, réconcilierait les parties et serait moins ridicule aux yeux du monde.

Lors du colloque, mes questions sur le langage du pouvoir sont restées sans réponses et je le regrette. Il était peut-être difficile d’y répondre en deux minutes. Le PCV est-il encore un parti marxiste ? Sur le plan du vocabulaire, la réponse est affirmative comme l’a démontré le PowerPoint de M. Vũ Minh Giang. Ces formes langagières outrancières pour qualifier l’évolution politique du pays, pour stigmatiser une partie même des citoyens de ce pays, font partie de ce qu’il reste du marxisme-léninisme au Viêt-Nam. Un outil d’exercice du pouvoir, de justification et de répression.

TuTuongHaiBaTrung
L’imaginaire national réinventé : les deux Soeurs Trung, héroïnes nationales du Viêt-Nam © DR

★ ★ ★

Pourquoi ces questions de vocabulaire qui pourraient être anodines sont-elles si importantes ? Parce qu’à notre avis la persistance de ce vocabulaire, illustrant les passages les plus sombres du marxisme-léninisme et plongeant ses racines dans le totalitarisme est une entrave au processus de réconciliation nationale. Comment peut-on dire à la fois « Venez à nous, rallier notre expérience nationale-communiste » et « Faites bien attention à ce que vous allez dire » ? Est-ce une simple réminiscence du « vừa bàn vừa đánh » (on discute et on frappe tout à la fois) appliqué pendant la guerre de réunification ou est-ce ancré plus profondément dans la technique de gouvernement du PCV ? Au fil du temps le « bandit capitaliste » a pris la forme du « contre-révolutionnaire », et aujourd’hui du « réactionnaire », de « l’élément nocif ». Mais, rétorquent souvent les dissidents, qui sont aujourd’hui les véritables « réactionnaires » ? Certes pas nous, hommes et femmes d’ouverture, de bonne volonté et de progrès, non corrompus. Il y a donc de la part du pouvoir vietnamien actuel une étape à franchir, un climat à abolir, un changement de mentalité à effectuer. L’originalité de la politique vietnamienne dépendra beaucoup de cette transformation. Le discours un peu surfait sur la rupture et la continuité (car c’est une question de dosage, il y a de fait à la fois rupture et continuité avec le Ðổi Mới) prendra tout son sens. Ces questionnements sur le marxisme deviendront obsolètes au bénéfice d’une seule cause : celle d’une nation vietnamienne réconciliée avec elle-même (c’est-à-dire sa population transnationale) et tournée vers un avenir résolument moderne.

La question qui se pose et qui attend des réponses est celle de la pertinence du maintien de l’outil marxiste quarante ans après la guerre et la réunification du pays. Car si le marxisme était juste un outil pratique, une boîte à outils, selon l’intervention du professeur Vũ Minh Giang, il fut aussi un formidable outil de contrôle social et de répression. C’est tout ce qu’il reste du marxisme-léninisme vietnamien à l’heure actuelle, un décor de théâtre, une logorrhée justificative, un outil de censure et d’autocensure, un moyen d’exercice de la peur. La question qui se pose est donc celle du maintien ou de l’abandon de cette chape de plomb, de ce cadre idéologique inutilement répressif qui fige les intelligences et les savoirs, qui encourage la corruption et qui freine de fait le développement du pays.

Le chercheur Benoît de Tréglodé a eu raison de souligner que la jeune génération des membres du PCV (trentenaires et quadragénaires) se trouve dans un état d’esprit bien différent que celles générations de la guerre et que l’immense majorité aspire à un changement politique d’envergure. Les clefs de ce changement sont actuellement dans les mains du PCV mais aussi dans celles des organisations de la société civile émergente et du peuple tout entier.

François Guillemot, MàJ 17/03/2016.

Image « à la une » : statue de l’empereur Quang Trung à cheval devant le marché Nguyen Tri Phuong à HCM-Ville © 2014 FG

Retour aux CR du colloque :

Notes

  1. L’appel à un « second Renouveau » avait déjà été lancé à l’approche du XIe congrès de 2011, voir Laurent Gédéon et François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Bangkok & Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2012, pp. 289-311 []
  2. Voir sur ce carnet : Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive []
  3. Je renvoie au travail du philosophe allemand Viktor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue, Paris, Albin Michel, Bibliothèque des idées, 1996 ; Laurence Aubry et Béatrice Turpin (dir.), Viktor Klemperer, repenser le langage totalitaire, Paris CNRS éditions, 2012 []
  4. Voir sur ce sujet l’excellent article en ligne de Christopher Goscha, Intelligence in a Time of Decolonization: The Case of the Democratic Republic of Vietnam at War (1945-50), Intelligence and National Security, Vol. 22, No.1, February 2007, pp. 100-138. Voir en particulier le passage « Enemy deception: The case of ‘H122’ and the intelligence failure », pp. 125-128 []
  5. Sur les « procès pédagogiques » voir François Guillemot, « Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam : de l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’ 1945-1967 », in Stéphane Courtois & Christopher E. Goscha (Ed.), Revue Communisme : Vietnam, de l’insurrection à la dictature 1920-2012, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 259-302 []
  6. Cas du procès de l’avocat Lê Công Ðịnh, dissident, mais aussi cas au plus haut niveau de l’État-Parti, voir le repentir du Président Hồ Chí Minh pendant la réforme agraire []
  7. « Une épidémie diabolique », in Terre des éphémères, Arles, Philippe Picquier, 1994, pp. 51-64 []
  8. Ta Duy Anh, « Une épidémie diabolique », op. cit., pp. 63-64. Hanoi, 1990 []
  9. Voir François Guillemot, « Viêt-Nam. Résistances, révolutions, réunifications », in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, Paris, Choiseul, 2011, pp. 340-366, en particulier p. 363 []

Viêt-Nam et France, histoire connectée mais rendez-vous politique manqué – Jalons pour réfléchir

[ndlr] Ebauche* de notre communication pour le colloque « Ensemble en France« .

Viêt-Nam et France, histoire humaine connectée mais rendez-vous politique manqué :

Quelques jalons pour réfléchir

Guillemot François, CNRS, IAO, ENS de Lyon

*

De Trương Vĩnh Ký (1837-1898) à Phạm Quỳnh (1892-1945), de l’empereur Bảo Đại au président Hồ Chí Minh, de Nhất Linh à Trần Đức Thảo (1917-1993), l’histoire du Viêt-Nam du temps de la colonisation a pris, bon gré mal gré, la forme d’une histoire humaine durablement connectée avec la France. A quelques moments clés de l’histoire des deux pays, on pouvait entrevoir une synthèse indochinoise1. Les transferts culturels qui se sont opérés, la formation d’une élite intellectuelle francophone, les exemples ne manquent pas pour illustrer ce processus mis à mal par la brutalité coloniale mais jamais complètement interrompu2. Au temps de l’Indochine coloniale, ce qui fut possible et pensé pour la culture ne devait cependant pas déborder sur le champ politique au risque d’une implacable répression. C’est tout le drame d’une histoire franco-vietnamienne qui ne sut tracer une voie médiane vers une indépendance paisible et concertée notamment à partir des moments clés comme ceux de 1930-1931 ou de 1945-1946. C’est l’histoire d’une république vietnamienne indépendante et démocratique qu’il fallait imaginer à deux.

Au-delà de ce constat, surgissent les questions profondes sur la relation entre savoir et pouvoir et plus largement la place du sujet dans la société (et donc du sujet « indochinois » dans la société coloniale) ou encore sur la relation colonisé/colonisateur dans la construction l’état de droit3. Je ne ferai pas ici d’histoire contrefactuelle avec des « si », on aurait pu… mais tenterai de dresser un bilan, qui prend la forme d’un rendez-vous manqué (et qui peut paraître globalement négatif) autour de quelques jalons fondamentaux. D’une histoire connectée puis déconnectée et enfin reconnectée, ces jalons provisoires sont ici rappelés pour ouvrir la discussion.

Prise_des_forts_de_Huê_guerre_du_Tonkin

Une histoire commune ambivalente et imposée par la force

Le Viêt-Nam et la France ont une assez longue histoire commune. L’historien Nguyn Thế Anh a rappelé « les réalités d’un dialogue culturel de trois siècles », rythmés par des échanges commerciaux, l’intrusion du catholicisme dans la société vietnamienne et un soutien de la cour de France (traité alliance de 1787) pour aider le prétendant rebelle Nguyn Ánh, le futur empereur futur Gia Long (1762-1820), à reconquérir son pays4. Mais ce contact fructueux, médaille idyllique d’une entente parfaite, semble basé sur un malentendu et offre un revers problématique qui va peser lourdement sur l’histoire du Viêt-Nam à partir du milieu du XIXe siècle. La dernière dynastie vietnamienne ne peut se départir d’une représentation « axée sur la démonstration de la collusion entre l’action missionnaire et l’expansionnisme occidental »5. Cependant, si le Viêt-Nam unifié de Gia Long entretient de bons rapports avec l’Occident, le Đại Nam de ses successeurs met rapidement un frein aux actions des étrangers et proscrivent violemment la religion catholique6. La réaction de la France se transforme en menace puis en intervention militaire. L’éphémère « intermède »7 avec Gia Long débouche sur une guerre et une conquête coloniale aux conséquences désastreuse. Le Viêt-Nam impérial est démantelé. Le corps du long dragon réunifié après une guerre civile de deux siècles est tronçonné en trois parties et intégré à une nouvelle entité politique et économique : Union indochinoise (1887). Le choc est rude et l’ancien pays confucéen est soumis à une profonde transformation de son cadre socioculturel. Néanmoins, cette « modernité contrainte » favorise l’avènement d’une nouvelle élite occidentalisée à cheval entre l’ancienne et la nouvelle culture.

Quelques grandes figures de l’histoire du Viêt-Nam symbolisent cette histoire connectée : l’érudit catholique Petrus Trương Vĩnh Ký, qui maîtrisait dit-on 14 langues et fondateur du premier journal d’information vietnamien le Gia Định báo (嘉定報) en 1865, Paulus Của, (Huỳnh Tịnh Của, 1834-1907) auteur du premier dictionnaire vietnamien Đại Nam quấc âm tự vị (1895-1896). Cela annonçait une riche collaboration sur les plans culturel et intellectuel. Mais c’était sans compter sur la mise en coupe du pays et la volonté d’affaiblir la monarchie à sa seule vocation de représentation théâtrale. Les jeunes empereurs Hàm Nghi (1871-1944), Thành Thái (1879-1954), Duy Tân (1900-1945) relégués aux exils lointains fermeront le chapitre douloureux de la monarchie de Nguyn… jusqu’à l’abdication du dernier empereur en août 19458.

Emperor_Thanh_Thai
L’empereur Thành Thái (1879-1954), « fou » ou visionnaire ?

Un pont fragile entre deux rives

Les générations de la fin du XIXe siècle et celle des années dix font le pont entre deux rives, maîtrisant encore le chinois classique, le quốc ngữ (système de transcription de la langue vernaculaire inventé par les missionnaires) et le français : Phan Kế Bính (1875 – 1921), Huỳnh Thúc Kháng (1876–1947), Nguyn Văn Vĩnh (1882-1936), Nguyn Văn Tố (1889-1947), Phạm Quỳnh (1892-1945), Đào Duy Anh (1904-1988), Nhượng Tống (1904-1949), Nguyn Văn Huyên (1905-1975), jusqu’aux jeunes lettrés occidentalisés du Groupe littéraire autonome9. L’érudition des trois générations d’intellectuels (1862, 1907, 1925) décryptées par le sociologue Trịnh Văn Thảo a su traverser les guerres et les destructions10. Pourtant si l’on se réfère à la représentation traditionnelle des quatre peuples (Tứ dân), « Sĩ, nông, công, thương », des monarchies asiatiques, l’étude de la classe des intellectuels apparaît insuffisante pour saisir le tableau global des interactions coloniales. Les militaires, les fonctionnaires, les entrepreneurs, les paysans ont eu des rôles fluctuant au cours du XXe siècle, entrecroisés et jamais tout à fait linéaires11. Le passage du mandarin militaire au soldat paraît aussi important que celui du lettré à l’intellectuel.

nguyenvanvinh-poster
Nguyen Van Vinh (1882-1936) : Le passeur de culture. Affiche du film de Nguyen Lan Binh, 2009.

L’immigration politique et ses interactions avec le Viêt-Nam colonisé offre un tableau saisissant des transferts qui s’opèrent entre les deux rives. « Un transfert d’influences et d’inspirations ainsi que leur incubation » comme le rappelle Pierre Brocheux12. La difficulté est d’identifier et de mesurer quels types de transferts sont opérés et d’entrevoir leurs limites.

Dès le début du XXe siècle, la pacification coloniale à peine achevée, les demandes vietnamiennes d’autonomie, d’égalité puis d’indépendance, se sont fait pressantes. Phan Bội Châu initie le mouvement avec son « voyage vers l’Est » avec le Japon moderne comme horizon. L’impulsion est donnée. Des campagnes du Duy Tân (Modernisation) et du Minh Tân (Nouvelle lumière) jusqu’au plaidoyer de Phan Châu Trinh pour une refonte générale du système (1906)13 et à l’expérience du Đông Kinh Nghĩa Thục (1907), les engagements vietnamiens démontraient au pouvoir colonial l’urgence de mettre en place une entente raisonnable, à pieds d’égalité, et à faire de l’indigène le sujet de la construction politique en devenir. Cette première interaction s’est soldée par un échec qu’illustre la répression de la lutte antifiscale du Quảng Nam en 1908. Phan Châu Trinh est exilé de force à Paris en 1911 pendant que la Chine mène sa révolution et instaure la République. En Indochine, l’indigène est relégué à sa mission de supplétif d’une mère-patrie en guerre entre 1914-1918. Un total de 92.102 travailleurs et tirailleurs indochinois prennent la route de la France pour soutenir l’effort de guerre14. Pendant cette période, la révolution russe éclate avec des conséquences que l’on ne sait pas encore déterminantes pour l’avenir de l’Indochine colonisée.

NhomNguLong11
Le groupe des « Cinq dragons » de gauche à droite et de haut en bas : Nguyen Tat Thanh (Nguyen Ai Quoc), Phan Van Truong, Phan Chau Trinh, Nguyen An Ninh et Nguyen The Truyen.

« Cinq Dragons » et un enterrement

C’est sans doute dans les années vingt, décennie manquée, que se trouvent les profils les plus « franco-vietnamiens » et que l’on observe les limites de l’entente franco-indigène15. Ces « nouvelles têtes » sont issues du microcosme politique vietnamien qui a choisi le « voyage vers l’Ouest » pour tenter de faire bouger les lignes de la colonisation. Entre 1919 et 1925, le groupe dit des Cinq Dragons de Paris constitue à lui seul un exemple frappant des voies qui s’offrent alors au Viêt-Nam pour recouvrer son indépendance et des possibilités qui s’offrent à la France pour accompagner ce pays dans un processus non violent vers plus d’autonomie16. Les patriotes vietnamiens ont conscience du tournant historique qui se jour à la sortie de la guerre. Sous la signature collective de « Nguyên Ai Quâc », ils livrent les Revendications du peuple annamite en mettant la France face à ses responsabilités :

« Depuis la victoire des Alliés, tous les peuples assujettis frémissent d’espoir devant la perspective de l’être de droit et de justice qui doit s’ouvrir pour eux en vertu des engagements formels et solennels, pris devant le monde entier par des différentes puissances de l’entente dans la lutte de la Civilisation contre la Barbarie »17.

Or, cette quête des Vietnamiens pour leurs droits politiques, pour accéder à un nouveau statut et cette immense espérance pour prendre en main la gestion de leurs affaires, débouchent sur une fin de non recevoir plus ou moins explicite.

Quelques figures marquantes des Cinq Dragons, ce groupe parisien à la portée politique cruciale, sont inscrites dans le fonds commun franco-vietnamien. La plus importante de ces figures est incarnée par le jeune Nguyễn Ái Quốc, futur Hồ Chí Minh, mais à l’époque il n’était qu’un acteur parmi d’autres maîtrisant encore assez mal la rédaction du français18. D’autres comme l’avocat Phan Văn Trường (1876-1933), le politicien Nguyn Thế Truyền (1898-1969) et le jeune exalté Nguyn An Ninh (1900-1943) illustrent cette avant-garde vietnamienne, grande connaisseuse de la France et de ses idéaux, qui aurait pu jouer un rôle fondamental dans le processus de reconnaissance d’une nation désireuse de prendre son destin en main. Nguyn An Ninh était connu pour ses mises en garde au colonisateur. Dans un texte de référence intitulé « La France et l’Indochine » dans lequel il idéalisait la commune annamite, sorte d’âge d’or démocratique précolonial, il faisait un constat bien amer soulignant la grande contradiction dans le rapport de la métropole aux colonisés :

« Nous constatons dans la politique coloniale appliquée par la France en Indochine :

1° Que la France en Indochine non seulement n’applique pas les grands principes qu’elle-même a proclamés, mais encore y détruit l’esprit démocratique de la société annamite.

2° Que la France, qui accorde la liberté et le droit de citoyen français à des hommes qui, hier, étaient encore des esclaves, impose en Indochine l’esclavage à un peuple libre qui possédait déjà une civilisation à l’heure où l’habitant du sol français vivait dans des cités lacustres19. »

LeProcèsDeLaColonisationFrançaise

Publié en 1925, le pamphlet Le procès de la colonisation française expose en détail un malaise déjà décrit deux décennies plus tôt dans l’Histoire de la Perte du pays du lettré révolutionnaire Phan Bội Châu20. Pour les « Cinq Dragons », qui ont tour à tour quitté la France, l’un pour Moscou puis la Chine, les autres pour Saigon, la désillusion est grande. L’intransigeance coloniale a divisé leurs rangs en deux clivages généraux durables : modérés/révolutionnaires ; nationalistes/communistes (eux-mêmes comprenant des sous-groupes). Le sang vietnamien versé de 1914-1918 n’aura donc servi à rien. Entre 1925 et 1934, sur les 47 Vietnamiens inscrits à l’Université des Travailleurs d’Orient, 40 viennent de France21. En créant le Thanh Niên (Association des Camarades de la jeunesse révolutionnaire du Viêt-Nam) à Canton, Nguyễn Ái Quốc s’occupe désormais de la relève. En France, les 1700 étudiants vietnamiens s’organisent difficilement. Le Parti annamite de l’indépendance fondé par Nguyn Thế Truyền en juin 1926, le seul les Cinq Dragons encore présent en métropole, est dissout par les autorités trois ans plus tard en mars 192922.

Toujours dans les années vingt, en Cochinchine, une élite émergente incarnée par Bùi Quang Chiêu (1872-1945) ou Nguyễn Phan Long (1889–1960) pouvait également incarner cette nouvelle voie vers une indépendance raisonnée23. En Annam, le lettré Phạm Qunh, féru de culture française et attaché à son rôle de passeur de culture entre l’Orient et l’Occident, proposait une synthèse. Il défendit l’alliance entre « un nationalisme annamite sage et raisonnable » et « un protectorat français large et libéral »24. Aucun de ces hommes ne fut écouté et leurs avertissements solennels d’une prochaine déflagration ne furent pas plus pris en compte25. Le vieil ennemi de la France coloniale, Phan Bội Châu, trahi, est enlevé à Shanghai en 1925, condamné à mort, puis assigné à résidence à Hue jusqu’à sa mort en 1940. Phan Châu Trinh s’éteint à Saigon en 1926 engendrant, lors de ses funérailles, un respect populaire sans précédent.

Des femmes dans un monde d’hommes

Dans ce processus des interactions coloniales, on parle encore aujourd’hui assez peu du rôle des femmes. Fut-il important, voire déterminant dans la « configuration transactionnelle »26 des années vingt ? Comment se positionnent-elles dans la société confucéenne bousculée par la modernité coloniale ? Quelles sont leurs revendications ? Quels sont les enjeux de l’émancipation ?

SuzanneVinh_1966
Suzanne Vinh devant l’autel de Nguyen Van Vinh. Derrière les lettrés, les épouses infatigables © 1966 Reporters associés

Des profils féminins, trop peu signalés dans l’histoire de la colonisation et de la révolution, s’ajoutent à la longue liste des lettrés, presque exclusivement masculine des dictionnaires biographiques vietnamiens27. Sur 222 intellectuels recensés, Trịnh Văn Thảo mentionne 5 femmes28. Le Who’s who des élites indochinoises publié en 1943 sous l’Indochine de l’Amiral Decoux en mentionne 20, principalement des épouses de hauts fonctionnaires et des femmes de lignée impériale29. Le pourcentage des profils qui passent à la postérité est édifiant et mériterait sans doute un rééquilibrage. Dès la génération de 1907, on peut citer Sương Nguyệt Anh (Nguyễn Th Khuê, 1864-1921), fille du célèbre lettré résistant Nguyễn Đình Chiểu, poétesse et éditrice de la revue Nữ giới chung (La Cloche des femmes) dès 191830. Dans sa thèse sur l’émergence du féminisme vietnamien, l’historienne Bùi Trân Phượng souligne le rôle des femmes révolutionnaires instruites qu’elles soient nationalistes (les sœurs Nguyễn Thị Giang, Nguyễn Thị Bắc) ou communistes (Nguyễn Th Thập, Nguyễn Th Minh Khai, Nguyễn Trung Nguyệt, Nguyễn Th Lựu…) et met en avant le rôle occulté des épouses des intellectuels ou des hommes politiques31. Elle analyse avec soin l’œuvre sociale et éducative de Đạm Phương (1881-1947), les critiques littéraires de Nguyễn Th Kiêm ou de Cao Thị Khanh (Mme Nguyễn Đức Nhuận), rédactrice en chef de la première gazette féminine Phụ nữ tân văn (1929-1934)32. D’autres femmes diplômées ou enseignantes au cœur de l’interaction coloniale méritent d’être mentionnées33. Avec l’explosion de la presse et le développement du journalisme, des femmes de lettres renommées, poétesses, écrivaines, chroniqueuses, éditrices, surgissent de l’ombre et s’impose au nouveau paysage culturel (Anh Thơ, Mộng Sơn, Mộng Tuyết, Thụy An, Tương Phố, Vân Đài…)34.

PhuNu_TranhCoDong11
La figure de la femme mobilisée dans la propagande Viêt-Minh.

D’autres profils trop rarement signalés s’inscrivent dans le paysage de la lutte pour l’indépendance : Đặng Th Khiêm35, Nguyễn Th Lan Phương jusqu’à l’historienne et journaliste Đặng Phương Nghi d’une génération plus tardive. Seule Henriette Bùi, fille du de l’agronome et politicien Bùi Quang Chiêu, échappe à cette occultation générale36. Du côté du colonisateur, on n’est pas mieux loti. Le rôle des femmes reste méconnu en France mais une étude récente pourrait combler ce vide37. Cet aparté volontaire sur ces « passeuses » doit nous conduire, chercheur.e.s en sciences sociales, à reconsidérer l’histoire coloniale dans sa dimension genrée.

Liberté – égalité – fraternité, pour qui et à quel prix ?

Ni Phạm Qunh et son projet de Parti progressiste de 192638, ni Bùi Quang Chiêu, ni Nguyễn An Ninh et les autres « retours de France » comme Nhất Linh – Nguyễn Tường Tam (rappelons-nous de Đi Tây) n’obtinrent satisfaction du monde colonial si sûr de lui en Indochine ou en métropole. La France ne sut saisir cette opportunité historique sans doute aveuglée par une vision encore raciale du monde et pétrifiée dès 1917 par la « bochévisation » de « ses » indochinois. La devise « Liberté, égalité, fraternité » portée par les révolutionnaires Nguyễn Ái Quốc, Nguyễn An Ninh ou Nguyễn Thái Học restait interdite aux indigènes. Que ce message fusse porté par de jeunes révolutionnaires vietnamiens au nom des leurs, « sans culottes » des campagnes, en dit long sur l’inertie du pouvoir39. La promotion de la nouvelle culture franco-vietnamienne ne permettait pas d’engendrer une politique franco-vietnamienne sur un pied d’égalité comme le demandait par exemple Dương Văn Giáo40.

tirailleurs_annamites_saigonExemple frappant, on a beaucoup parlé ces dernières années et à juste titre du destin des « Travailleurs indochinois », raflés en Indochine, pour faire office de main d’œuvre dans nos usines d’armement pendant les deux guerres mondiales41. Ces ouvriers, formés en France, de retour dans leur pays, bousculaient la sociologie locale et se retrouvaient en quelque sorte bannis du paysage ou en porte à faux avec les autorités locales acquises à la colonisation. Bref, pour la France tout comme pour les autorités mandarinales dûment contrôlées, tous ces hommes, ouvriers ou intellectuels politisés et avides de changements faisaient peur. Pour la plupart, malmenés par la conjoncture historique, ils furent confinés dans un entre soi et un silence rassurants pendant des décennies.

La rupture radicale : prévisible et souhaitée ?

1930 fut la réponse sanglante de l’échec de l’entente envisageable dans les années vingt. Rappelons ici encore la lettre de Nguyễn Thái Học aux députés français, rapportée par Louis Roubaud, en préambule de laquelle le jeune révolutionnaire écrit : « En équité : le droit de tout citoyen est de vouloir sa patrie libre. En humanité : le devoir de tout individu est de secourir son frère malheureux »42. Comme dans les revendications annamites de 1919, il s’agit de devenir « sujet libre », citoyen bénéficiant « des droits élémentaires de l’individu : liberté de voyage, liberté d’instruction, liberté d’association, liberté de la presse » (point 3 de la lettre). Il faisait ce constat d’échec : « J’avais d’abord pensé atteindre ce but en collaborant avec vous. Mes échecs répétés m’ont conduit à comprendre que les Français ne désiraient pas sincèrement cette collaboration et qu’il me serait impossible de servir mes compatriotes aussi longtemps que vous serez les maîtres de mon pays ».

NguyenThaiHoc
Nguyen Thai Hoc (1902-1930), le chef du Parti National du Viêt-Nam, fut guillotiné à Yen Bai le 13 juin 1930 avec 12 autres insurgés.

En Annam, dans le Nghệ Tĩnh, l’insurrection paysanne instaure des Xô Viết locaux et la sécession dure des mois engendrant une répression très dure avec son lot de morts et ces milliers d’arrestations43.

Plus grave encore, 1930 scellait le destin du Viêt Nam, les insurrections nationalistes et communistes allaient cliver le pays pour des décennies et radicaliser les perspectives politiques. Mais tout n’était cependant pas perdu, un sursaut était possible, celui d’asseoir une monarchie rénovée plus autonome, bref de tenter la voie du dominion britannique. Comme chacun le sait, il n’en sera rien. La « première solution Bảo Đại » de 1932-33 se révèle vite un échec, discréditant un peu plus la monarchie sur le déclin, une chape de plomb s’est abattue sur tous les mouvements politiques désormais clandestins (voir les rapports éloquents du directeur de la Sûreté générale Louis Marty publiés en 1933) et le nationalisme se contente d’agir sur le mode culturel à travers quelques groupes littéraires, que le Tự Lực văn đoàn incarne. Le retour sur soi par l’avènement du « je » (tôi) proposé par le Groupe littéraire autonome n’abandonne pas la lutte patriotique mais il entend s’émanciper en dépassant l’horizon français et indochinois44.

La voie du milieu, celle d’un rapport équitable fondateur d’une histoire fraternelle et connectée à la France, d’une voie médiane, est étouffée jusqu’à l’avènement de Vichy en Indochine. Pourtant, une expérience courte mais essentielle se déroule en Cochinchine au milieu des années trente en grande partie à la faveur du Front populaire à travers l’expérience du « Congrès indochinois » (1936-1937)45. Le mouvement communiste légal s’impose dans le paysage local comme force alternative aux élites francisées et aux coloniaux. Cette force grandissante, à la fois sociale et indépendantiste, inquiète rapidement les autorités et ne peut renforcer sa légalité.

NgayNgay99
Le « Dr » Pham Quynh en apprenti sorcier de la synthèse franco-vietnamienne dans le journal Ngày Nay : « Cette semence-ci est super, on doit pouvoir la féconder… » (Ngày Nay 99, 27/2/1938).

L’expression démocratique trouva vite ces limites et pris de peur par cette « bolchévisation » de l’Indochine, le pouvoir colonial retourna à sa pratique initiale « surveiller et punir », qui, dit en passant, fera parti de l’outillage communiste hérité du colonialisme. Ce nouvel échec mène à la radicalisation pure et simple. Les nouvelles insurrections communistes et nationalistes de 1940 sont plus que la répétition de 1930 avec ce facteur important : l’Europe elle-même était désormais en guerre et la France considérablement affaiblie par la défaite tandis que le Japon met en scène un nouveau nationalisme panasiatique « contre les blancs »46.

Isolée, l’Indochine tente une nouvelle expérience, celle d’un fédéralisme censé promouvoir une nouvelle identité aux peuples de la péninsule et ouvrir la voie vers une synthèse franco-indochinoise47. Celle-ci est décelable jusqu’en dans la revue officielle du régime de Vichy en Indochine (Indochine illustrée).

Au début des années 40, de grandes figures s’imposent : les historiens Trn Trọng Kim (1883-1953), Dương Quảng Hàm (1898-1946) et Đào Duy Anh (1904-1988), le polytechnicien Hoàng Xuân Hãn (1908-1996) auteur du premier dictionnaire de vocabulaire scientifique en 1942, le juriste Nguyễn Mạnh Tường, titulaire de deux doctorats, le philosophe Trn Đức Thảo dont on redécouvre aujourd’hui l’œuvre48. En réalité, ce fédéralisme ouvre la voie aux indépendances et à une nouvelle géopolitique locale. L’impérialisme français qui s’effondre donne renaissance à une ambition impériale vietnamienne jamais vraiment éteinte. L’espace indochinois qui leur est offert par le colonisateur profite largement aux Vietnamiens et à leur vision impérialiste49. Il devient celui d’un futur Đại Việt imaginaire débarrassé de la France ou d’une fédération « rouge » indochinoise que le révolutionnaire Nguyễn Ái Quốc tente d’incarner avec le projet du PCI.

HoChiMinh_Sainteny_1946
Rencontre entre le président Ho Chi Minh et Jean Sainteny en 1946. Ho Chi Minh est visiblement inquiet.

Des indépendances bafouées à « l’archétype franco-Viêt Minh »

1945 est le temps de l’avènement du nouveau Viêt Nam. Les élites francisées n’ont plus le choix de l’entre-deux, on doit être pour ou contre la France. Et massivement on est contre depuis le 9 mars 1945. Lucide, Jean Rouget, administrateur des services civils, le sait. Il l’exprime dans son bilan rétrospectif « sur les rapports France-Vietnam » : « Ce n’est pas à Dien Bien Phu, ni à Genève, que la France a perdu l’Indochine. C’est le 9 mars 1945, lors du coup de force japonais sur l’ensemble de la colonie »50. Il rappelle les moments clés de 1945 :

« La capitulation a ouvert les vannes de l’Histoire. Lorsque le général Leclerc, à la tête des premiers éléments de la 2e D.B., débarque à Saigon, le 6 octobre, il se sera passé beaucoup de choses, la proclamation par Bao Dai d’une indépendance sous contrôle nippon, l’effondrement du gouvernement pro-japonais du professeur Kim, la flambée du Viêt-Minh, son installation à Hanoi dès le 17 août, l’abdication de Bao Dai, son ralliement au nouveau pouvoir, la proclamation par Ho Chi Minh, le 2 septembre 1945, d’une indépendance pleine et entière. Les Français d’Indochine ne sont toujours pas libérés. Notons que le mot ‘Indépendance’ a déjà été prononcé deux fois »51.

Face à ce déni de la réalité vietnamienne, des intellectuels, passeurs de la culture franco-vietnamienne, pour la majorité, rallient le Viêt-Minh. D’autres font le choix de l’attentisme ou encore, de façon clandestine, le choix de l’anticommunisme. Les plus anti-français furent sacrifiés sur l’autel de la nouvel entente franco-Viêt Minh de mars 1946 qui se révèle en réalité bien fragile. Contre le Parti communiste indochinois (devenu secret à partir du 11 novembre 1945) et contre le colonialisme de la France, une troisième voie s’avère difficilement négociable comme le constate Nguyễn Tường Tam (Nhất Linh) et d’autres intellectuels acteurs de la solution Bo Đại de 1947. L’instauration de la République de Cochinchine le 1er juin 1946 en pleine période d’une difficile négociation en cours sur l’unité du Viêt-Nam est un coup de poignard planté dans le dos des patriotes vietnamiens. Cette sécession soutenue par l’Amiral d’Argenlieu alimente un peu plus les divisions entre Vietnamiens52 .

NamKyQuoc
Le drapeau de la discorde. Pavillon de la République autonome de Cochinchine de 1946-1948.

A la suite de l’échec franco-Viêt Minh de 1945-1946, une nouvelle histoire connectée équitable avec la France se dessine. L’écrivain Trn Văn Tùng en est l’illustration parfaite. Avec lyrisme, il glorifie l’espoir d’une nouvelle nation en accord avec le romantisme français. Cette idylle avec le nouvel État associé vietnamien fut courte et le romancier de dénoncer, dans les années soixante, l’oppression communiste et la féodalité diemiste pour promouvoir une république vietnamienne véritablement libre, indépendante et démocratique53. Cette nouvelle voie franco-vietnamienne malgré l’échec a construit son destin jusqu’à aujourd’hui. Cependant, pour ce qui fut d’entériner l’indépendance totale et de mettre en place des institutions démocratiques, que de temps perdu entre 1947 et le congrès national de septembre 1953, lors duquel les « pro-français » (vue du Viêt Minh) demandaient la sortie de l’Union française ! Encore une fois et ce fut la dernière, l’Etat associé vietnamien s’était retrouvé pieds et poings liés, à la fois à cause de la guerre mais aussi du fait de l’incompréhension mutuelle.

La guerre d’Indochine ne permet pas de résoudre le clivage vietnamien désormais pendant la Guerre froide et désormais ancré au cœur même des familles. La France développe alors pendant des décennies l’idéal-type franco-Việt Minh qui semble former jusqu’à nos jours une grille de lecture unique de l’aventure franco-vietnamienne. Au fil de l’histoire entre les deux pays, la richesse des profils s’est réduite à l’expérience de la guerre d’Indochine, le Viêt-Nam est assimilé au Viêt-Minh, l’insaisissable et irréductible ennemi. La littérature « militaria » a largement participé à cette réduction culturelle à travers l’expression « les Việt », tantôt péjorative tantôt admirative. Cette réduction du contact franco-vietnamien à la seule guerre d’Indochine a favorisé l’exclusion de toutes celles et ceux qui avaient donné un sens à cette histoire connectée pendant la colonisation. Evincé le lyrisme de Trần Văn Tùng, la synthèse de Phm Qunh, l’énergie de Nguyễn An Ninh, l’imaginaire républicain de Phan Châu Trinh, la vision française s’est au fil du temps accommodée de ce binôme et de sa binarité excessive. Après sa détestation au temps de Raoul Salan, la France s’est ralliée à l’incarnation tutélaire de Hồ Chí Minh, épousant ainsi le discours tout autant réducteur des dirigeants communistes. C’est ainsi que le couple Franco-Viêt-Minh est devenu synonyme de « franco-vietnamien ».

French President Francois Mitterrand (L) speaks with former Vietnamese General Vo Nguyen Giap during a state banquet in this Hanoi February 9, 1993 file photo. General Vo Nguyen Giap, architect of Vietnam's military victories over France and the United States, died on October 4, 2013, of natural causes, family members and a hospital source said. He was 102. REUTERS/Jacky Naegelen/Files (VIETNAM - Tags: POLITICS CRIME LAW)
French President Francois Mitterrand (L) speaks with former Vietnamese General Vo Nguyen Giap during a state banquet in this Hanoi February 9, 1993 © REUTERS/Jacky Naegelen

Adieu la France ?

Le rejet politique de la France s’affiche avec l’avènement de Ngô Đình Diệm au Sud avec l’avènement de la Première République du Viêt-Nam puis de façon plus brutale sous le gouvernement de Nguyễn Khánh en 196454. Pourtant, les cadres du Đại Việt comme Nguyễn Tôn Hoàn et Nguyễn Ngọc Huy sont en France sous la période diemiste. Hoàn tient un restaurant asiatique dans le quartier latin et Huy poursuit ses études universitaires. Le Gaullisme pouvait-il contribuer au bonheur vietnamien ?55. Alors qu’au Nord, des Français fuient l’atmosphère irrespirable du totalitarisme (cas de Gérard Tongas puis de Georges Boudarel), ils restent quelques 17.000 ressortissants français au Sud Viêt-Nam qui ne mettent pas fin à l’aventure culturelle et économique56.

Sur le plan politique, l’histoire se reconnecte avec le processus de négociation vers la paix qui se met en place en banlieue parisienne. Quelques voix anciennes s’élèvent pour proposer une solution neutraliste pour le Viêt-Nam comme celle de Trần Văn Hữu, ancien Premier ministre de Bảo Đi de mai 1950 à juin 1952, mais cela ne pèse pas lourd57. L’heure est au déferlement de la violence, aux bombardements intensifs, les analyses divergentes de Trần Văn Hữu ne peuvent cadrer avec la doxa antagoniste de la Guerre froide.

FrenchPeaceStatue1964

Tous ceux qui sont de la génération de l’Etat du Viêt-Nam et pourtant réfugiés en France sont oubliés. Personne, pas même les historiens, n’ira recueillir leur parole : le ministre Lê Thăng, le fameux général Bình Xuyên Lê Văn Viễn, Hoàng Cợ Thụy, Nguyễn Ngọc Huy, Nghiêm Xuân Thiện, Vũ Quc Thúc, Thái Văn Kiểm, Lê Mộng Nguyên… la liste pourrait s’avérer longue… La page franco-vietnamienne est tournée avec les promoteurs de la démocratie libérale car il faut s’accommoder avec les nouveaux maîtres du pays, réunificateurs d’un pays bien malmené au cours du XXe siècle58. Le général Nguyên Giáp, vainqueur de Điên Biên Phủ, francophone et toujours souriant, devient alors la figure marquante du repentir français. De son côté Phạm Văn Đồng, dans un français impeccable, explique les bienfaits de la rééducation politique et l’intellectuel marxiste Nguyễn Khắc Vin élabore avec soin l’histoire officielle. Si téléologique et si évidente que peu d’historiens la contestent en France sauf au Viêt-Nam59.

Réfugiés, résistances et nouvelles élites

Les années 80 sont lourdes. Les boat people, la troisième guerre d’Indochine, des Vietnamiens de France prennent le chemin de la lutte des idées contre le totalitarisme vietnamien. Une infime minorité s’engage sur la route d’une résistance armée pour ne pas rester de médiocres « politiciens de salons ». Le Viêt-Nam ne fut pas libéré et Trần Văn Bá, figure iconique d’un combat illusoire est fusillé le 8 janvier 1985 malgré les protestations de la France et les soutiens d’intellectuels engagés (notamment le journaliste et écrivain Olivier Todd auteur du Cruel Avril).

ManifestationRéfugiés_DroitDeL'Homme
Manifestation de réfugiés vietnamiens en faveur des Droits de l’Homme à Paris dans les années 80.

La France des années 80 accueille des dizaines milliers de réfugiés en provenance de l’ancienne Indochine. Des Vietnamiens tissent patiemment un réseau associatif qui se révèle gardien des traditions. Des groupes d’intellectuels de droite comme de gauche suivent avec beaucoup d’intérêt l’évolution de leur pays en pleine Rénovation. On compte parmi les principales publications de langue française par ordre chronologique d’apparition : le Bulletin d’information et de documentation de l’Association d’Amitiés franco-vietnamienne (1972-2003) remplacé par Perspectives France Vietnam (2004-), la revue Le Viêt Nam Libre (1978-1984?), le magazine Sudestasie (1980-1991), les éditions Ðường Mới La voie nouvelle (1983-1992), la revue trotskiste Chroniques vietnamiennes (1986-1991), la revue Nhân Quyền Droits de l’homme (1986-1997?), Reflets d’Asie (1987-2005), le bulletin Viet Nam confidentiel (1988-?), le journal Tin Tức (1991-?), les bulletins Vietnam démocratie (1996-2000?), Vietnam Infos (depuis 2000), le magazine Van Hoa Culture… Certaines de ces publications percent l’enceinte de l’Assemblée nationale et du Sénat pour tenter d’infléchir la politique extérieure de la France dans un sens comme dans l’autre. En outre, ce corpus de plusieurs dizaines de titres est utile pour penser le positionnement social, politique, culturel ou économique des réfugiés face à l’évolution interne du régime. Les réfugiés et les officiels de 1975 donnent vie à une forme de dialogue60.

Mais, à l’aube des années 90, à l’heure de l’effondrement soviétique et du réveil des peuples, la France ne sait trop sur quel pied danser. Je me souviens d’une intervention d’Hervé de Charrette au Sénat, invité par le sénateur Michel Pelchat, pour inaugurer une rencontre franco-vietnamienne sur la démocratisation du pays. Hervé de Charrette commença à glorifier les relations multiséculaires entre les deux pays malgré les vicissitudes de l’histoire et à congratuler le développement économique sous la férule du Parti communiste vietnamien avant de se rendre compte qu’il n’avait pas à faire avec une délégation officielle de la RSVN mais à l’opposition libérale en quête d’un soutien pour promouvoir l’ouverture démocratique du Viêt Nam. Anecdotique certes, cette volte-face en disait long sur la méconnaissance des enjeux vietnamiens.

VietPhap

* * *

Depuis 25 ans, le Viêt-Nam s’est recentré sur l’Asie, premier partenaire économique, et les relations entre les deux pays semblent excellentes. Le partenariat stratégique est un signe fort de rapprochement et ouvre la voie à une entente de longue durée…61 La France n’en oublie pas pour autant ses citoyens franco-vietnamiens entrés dans la dissidence (cas du militant Phm Minh Hoàng par exemple) et elle revendique la paternité de ceux qu’elle a formé (cas du brillant Ngô Bảo Châu). Pour des raisons géopolitiques et économiques la nouvelle élite issue du néocommunisme a su renouer le fil avec la France (et l’Europe), un fil qui n’a jamais été complètement rompu… Cependant, d’autres malaises minent notre pays dans sa représentation citoyenne. Qu’est-ce qu’être français ? Qu’est-ce qu’être Vietnamien en France ? Quid de la double culture ? Dans son essai intitulé Les irremplaçables, la philosophe Cynthia Fleury questionne notre relation à l’état de droit, la place du « sujet libre » dans la configuration néolibérale actuelle62. Ces questionnements font étrangement écho aux demandes vietnamiennes des années vingt et trente. La France laisse en héritage au Viêt-Nam de la douleur mais aussi une histoire riche et beaucoup d’espoir. Sera-t-elle à la hauteur de cette nouvelle dynamique ?

FG, MàJ du 14/12/2015

* Ce texte sera remanié et complété dans le cadre d’une publication ultérieure.

Notes

  1. Voir la discussion engagée par l’historien Christopher E. Goscha dans son essai : Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015 []
  2. Pierre Brocheux souligne la nécessité de changer de paradigme, de mettre de côté celui de la confrontation, pour mieux saisir la dynamique interne du moment colonial à travers ses échanges, transactions, interactions et fusions. Voir Pierre Brocheux, Histoire du Vietnam contemporain, la nation résiliente, Paris, Fayard, 2011, pp. 11-12 []
  3. Nous ne ferons ici qu’effleurer le sujet. Sur la mutation qui s’opère entre système mandarinal et nouvel État socialiste voir le chapitre 6 de Philippe Papin, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin/Documentation française, 2003, pp. 96-113 []
  4. Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt Nam, Paris, les Indes savantes, 2008, pp. 150-156. Voir l’article en ligne sur le site Viêt Nam Infos : http://www.vninfos.com/selection/histoire/dialogue_culturel.html []
  5. Nguyen The Anh, 2008, p. 153 []
  6. D’où le rapport complexe entre le catholicisme et le nationalisme lors de l’avènement de l’indépendance. Cf. Charles Keith, Catholic Vietnam. A Church from Empire to Nation, Berkeley, University Press of California, 2012 []
  7. Nguyen The Anh, 2008, p. 155 []
  8. Sur ce déclin, voir Nguyen The Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam, 1875-1925. Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, 1992 []
  9. Pour une analyse globale quoi qu’incomplète de cette génération d’intellectuels, voir Trinh Van Thao, Vietnam du confucianisme au communisme. Un essai d’itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 2007. Voir aussi le panorama succinct de Dao Dang Vy, Évolution de la littérature et de la pensée vietnamienne depuis l’arrivée des Français jusqu’à nos jours (1865-1946), Saigon, Impr. De l’Union Nguyen-Van-Cua, 1949 et le numéro spécial de la revue Moussons : Trinh Van Thao & Nguyen Phuong Ngoc (sous la dir.), « Les passeurs : Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954) », n° 24, 2014 : https://moussons.revues.org/2992 []
  10. Trinh Van Thao, 2008, pp. 16-18 []
  11. Il n’y a qu’à penser au rôle prépondérant des militaires pour s’en convaincre. Une étude socio-historique des milieux militaires vietnamiens communistes et non communistes permettrait de mieux comprendre comment cette classe s’est imposée tout au long du XXe siècle []
  12. Voir l’excellente analyse de Pierre Brocheux, « Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945 », mai 2009. Article en ligne : http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article14195 . Nous nous référerons désormais à cette version révisée en ligne []
  13. BEFEO, Vol. 7, 1906, p. 166-175. Voir en ligne : http://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1907_num_7_1_1901 Il faut relire ce texte véritable réquisitoire contre un mandarinat cruel et un état colonial oppressif, trop ignorant de la misère des populations locales. Cité par Brocheux, 2009, note 5 []
  14. Brocheux, 2009 []
  15. Patrice Morlat a consacré une étude minutieuse sur cette période clé : Patrice Morlat, Indochine années vingt : le rendez-vous manqué, 1918-1928, Paris, Les Indes savantes, 2005 []
  16. Brocheux, 2009 []
  17. Voir le texte en ligne sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/532[3] []
  18. Pierre Brocheux, Ho Chi Minh, Paris, Presses de Sciences Po, Références Facettes, 2000, p. 112 []
  19. Nguyen An Ninh, La France et l’Indochine », Europe, Vol. VIII, n° 31, 15 juillet 1925, pp. 257-277 (voir p. 262) []
  20. Notamment sur la dénonciation des impôts, de l’usure et des taxes et la violence coloniale. Voir Nguyen Ai Quoc, Le procès de la colonisation française, Paris, Librairie du travail, 1925 ; Phan Boi Chau, Viet Nam vong quoc su, Saigon, Tao Dan, 1969 (édition en quoc ngu par Nguyen Quang To) []
  21. Brocheux, 2009 []
  22. Brocheux, 2009. Voir aussi Dang Huu Thu, Than the va su nghiep nha cach mang Nguyen The Truyen, Melun, autoédition, 1993 []
  23. Voir l’étude de Philippe Peycam, The birth of Vietnamese political journalism, Saigon 1916-1930, New York, Columbia University Press, 2012 []
  24. Pham Quynh, Nouveaux essais franco-annamites, Hue, Editions Bui-Huy-Tin, 1938, p. 465 []
  25. Pour une synthèse efficace de cette impossible entente, voir : Agathe Larcher-Goscha, « La voie étroite des réformes coloniales et la « collaboration franco-annamite » (1917-1928), Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 82, n° 309, 4e trimestre 1995, pp. 387-420 []
  26. Terme que nous empruntons à Pierre Brocheux, 2009 []
  27. Voir par exemple Nguyen Q. Thang & Nguyen Ba The, Tu dien nhan vat lich su Viet Nam, Hanoi, NXB Van Hoa, 1999. Néanmoins d’autres monographies spécifiques sur l’histoire des femmes ont été publiées au Viêt-Nam. Voir par exemple Cao Tu Thanh (tong chu bien), Phu nu Viet Nam trong lich su, Hanoi, NXB Phu Nu, 2012, 2 vol. []
  28. Respectivement : Anh Tho, Luu Thi Yen (Thuy An), Mong Son, Mong Tuyet, Tuong Pho []
  29. Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943. Par ordre alphabétique du prénom (après les trois reines) : L’impératrice Nam Phuong, SM la Reine Grand-mère, SM la Reine Mère, Diep Thi Chac (oeuvres sociales), Nguyen Thi Chau (professeure), Mme Nguyen Huu Hao (duchesse), Le Thi Hoang (doctoresse en médecine), Mme Ho Vinh Ky (doctoresse en médecine), SA la Princesse My Luong, Mme veuve Le Trung Ngoc (œuvres sociales), Mme Nguyen Huu Nho née Huynh Thi Chanh (œuvres sociales), Mme Nguyen Van Nhung (œuvres sociales), Melle Le Thi Phi dit Nam Phi (actrice de théâtre), SAR Sophon Norodom, SAR la Princesse Suramarit, SAR Norodom Sutharot, SA la Princesse Tan Phong, Mme Truong Vinh Tong (œuvres sociales), Mme Hoang Thi Uyen dite Ca Moc (œuvres bouddhiques) []
  30. Bui Tran Phuong, 2008, pp. 108-109 []
  31. Bui Tran Phuong, 2008, pp. 395-420 (Les épouses des intellectuels), 513-524 (Les épouses des homes politiques, des écrivains et poètes) []
  32. Bui Tran Phuong, 2008, p. 110-112 (Cao Thi Khanh), 389-391 (Nguyen Thi Kiem) []
  33. Bui Tran Phuong, 2008, pp. 367-376 []
  34. Bui Tran Phuong, 2008, pp. 376-395 []
  35. Portrait succinct de cette femme d’affaire et femme politique dans François Guillemot, Dai Viet, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955, Paris, les Indes savantes, 2012, p. 606 []
  36. Tran Thi Lien, « Henriette Bui: The Narrative of Vietnam’s First Woman Doctor », in Gisèle L. Bousquet, Pierre Brocheux (ed.), Vietnam Exposé French Scholarship on Twentieth – Century Vietnamese Society, Ann Arbor, Michigan University Press, 2002, pp. 278-309 []
  37. Marie-Paule Ha, French Women and the Empire. The case of Indochina, Oxford, Oxford University Press, 2014 []
  38. Cf. Patrice Morlat, « La place de Pham Quynh dans le projet colonial français au Vietnam », in Frédéric Mantienne et Keith W. Taylor (ed.), Monde du Viêt-Nam / Vietnam World. Hommage à Nguyen The Anh, Paris, Les Indes savantes, 2008, pp. 253-270 (voir pp. 269-270) []
  39. En outre, sans vouloir d’anachronisme, la revendication reste valable dans la société française d’aujourd’hui []
  40. Cité par Brocheux, 2009 []
  41. Voir sur ce sujet la thèse de Liêm-Khê Luguern, Les « Travailleurs indochinois », étude socio-historique d’une immigration coloniale (1939-1954), Paris, EHESS, 2014 []
  42. Cf. Louis Roubaud, Viet-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931, pp. 147-148. Texte en ligne sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/762 []
  43. Voir le numéro spécial consacré à cette insurrection révolutionnaire : Special Issue: Revisiting and Reconstructing the Nghê Tĩnh Soviets, 1930–2011, South East Asia Research, Vol. 19, No. 4, December 2011 []
  44. Sur ce sujet voir l’étude de Nguyen Van Ky, La société vietnamienne face à la modernité. Le Tonkin de la fin du XIXe siècle à la Seconde guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 1995 ; ainsi que la thèse de Martina T. Nguyen, encore inédite : The Self-Reliant Literary Group (Tu Luc Văn Đoàn). Colonial Modernism in Vietnam, 1932-1941, []
  45. Cf. le récit personnel de Ngo Van sur cette période : Ngo Van, Au pays de la Cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Montreuil, L’Insomniaque, 2000 et l’étude incontournable de Daniel Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, François Maspéro, 1975 []
  46. Voir l’étude de Chizuru Namba, Français et Japonais en Indochine : colonisation, propagande et rivalité culturelle, Paris, Karthala, 2012 []
  47. Sur cette période voir les études majeures suivantes : Eric Jennings, Vichy sous les tropiques. La révolution nationale à Madagascar, en Guadeloupe, en Indochine, 1940-1944, Paris, Bernard Grasset, 2004 ; Sébastien Verney, L’Indochine sous Vichy. Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, 1940-1945, Paris, Riveneuve, 2012 []
  48. Sur ce dernier voir, Jocelyn Benoist & Michel Espagne (sous la dir.), L’itinéraire de Tran Duc Thao, phénoménologie et transfert culturel, Paris, Armand Colin, 2013 []
  49. Christopher E. Goscha, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015 []
  50. Jean Rouget, Indochine, les dernières moussons. Un regard sur les rapports France – Viêt Nam, Panazol, Lavauzelle, 2004, p. 11 (avant-propos) []
  51. Souligné par nous, Rouget, 2004, p. 11 []
  52. A ce jour, aucune étude détaillée ne s’est consacrée à l’histoire de cette République dissidente qui dure deux ans de juin 1946 à juin 1948 et aux raisons profondes qui poussent des Vietnamiens à choisir la sécession plutôt que l’union []
  53. Tran Van Tung, Le Vietnam face au Communisme et à la Féodalité, Viry-Chatillon, Les éditions du Parc, 1962 []
  54. Voir l’article de Phi Van Nguyen, « Le sac de l’ambassade de France de Saigon de juillet 1964 », en ligne sur academia (accès restreint) []
  55. Sur ce sujet voir les études fouillées sur le gaullisme : Frédéric Turpin, De Gaulle, les gaullistes et l’Indochine 1940-1956, Paris, Les Indes savantes, 2005 ; Pierre Journoud, De Gaulle et le Vietnam, la réconciliation, 1945-1969, Paris, Tallandier, 2011 []
  56. Voir le court billet de Pierre Brocheux en réponse à la revue L’Histoire sur mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/13184 []
  57. R. Reicher-Sgradi, Vietnam… nous sommes tous concernés, tome 1, Paris, Jérôme Martineau, 1967, pp. 187-248 (Troisième partie : « Entretiens avec le Président Huu ») []
  58. Voir ce que dit du soutien de la France l’intellectuel et homme politique Nguyen Ngoc Huy, « La France et les Vietnamiens partisans de la démocratie libérale », Duong Moi – La voie nouvelle, 4/1985, pp. 113-122 []
  59. Voir la note de l’éditeur dans la 6e édition revue et complétée : Nguyen Khac Vien, Vietnam une longue histoire, Hanoi, The Gioi, 2007 []
  60. Sur les réfugiés, voir : Le Huu Khoa, Les Vietnamiens en France. Insertion et identité : le processus d’immigration depuis la colonisation jusqu’à l’implantation des réfugiés, Paris, L’Harmattan / CIEM, 1985 []
  61. Le texte est en ligne sur le site de l’Ambassade de France à Hanoi : http://www.ambafrance-vn.org/Signature-de-la-declaration Reproduit sur Mémoires d’Indochine : lien à venir. []
  62. Cette digression osée nous ramène à la question du pouvoir et du savoir, celle de l’éducation, la place de l’individu et de la citoyenneté dans un monde en pleine mutation. Cynthia Fleury, Les irremplaçables, Paris, Gallimard, 2015 []

End of Empire: 100 days in 1945 that changed Asia and the world [NIAS]

[ndlr] Présentation par Gerald Jackson du projet End Of Empire porté par le Nordic Institute of Asian Studies (NIAS) à Copenhague. Le projet retrace les 100 jours qui ont fait basculer l’Asie en 1945. Il s’adresse à un large public et s’affiche comme un support de référence pour l’enseignement. Actuellement plus de cent chercheurs participent au projet sous la direction de David Chandler, Li Narangoa et Robert Cribb. Le site a été mis en place sous la supervision de David Patrick Stuligross.

Colleagues working on the recent history of Asia may be interested to hear of the recent launch of the End of Empire website (www.endofempire.asia), which publishes day by day ‘real-time broadcasts’ of what happened in Asia at the end of World War II. The site combines daily events with commentary, photographs, maps, personal accounts and other material plus links to resources found elsewhere.

Aiming to balance the focus on European events in global public discussions and reminiscences of World War II, the project focuses on a brief, 100-day period at the end of the war across a broad sweep of eastern Asia – a time when the Indonesian and Vietnamese revolutions were born, the fragile wartime truce between Communists and Nationalists in China began to fray, and the first steps were made in Japan towards a new democratic order.

The website is part of a radical, multi-faceted project to commemorate the 70th anniversary of the war’s end and its immediate aftermath. This is done not just via the website but also in printed and electronic publications plus via social media.

Nor does the project simply present existing scholarship. It also actively reaches beyond the academic world to encourage non-academics to come forward with primary source material unknown to historians and often limited to their own private circles.

Here, perhaps, is a model for scholarly publishing and learning that both exploits new technologies and retains traditional standards.

EndOfEmpire_23-9-2015La page consacrée au 23 septembre 1945

Lien : http://www.endofempire.asia/2015/09/23/

Image « à la une » : End Of Empire 25 Août 1945.

Colloque IHS : Quel héritage de la Révolution française aujourd’hui ?

[ndlr] Signalement d’un intéressant colloque sur Paris.

Les Journées Souvarine / Colloque de l’Institut d’Histoire Sociale (IHS) sous la présidence d’ Emmanuel Le Roy Ladurie.

En partenariat avec le Département des Hauts-de-Seine.

Bonnet_Phrygien

QUEL HÉRITAGE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE AUJOURD’HUI ?

Mercredi 17 juin 2015
9h00 à 18h00

Maison de l’Europe
35, rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris

La Révolution française est l’événement fondateur de la République française. C’est à elle que se réfèrent la plupart des discours politiques, chacun donnant un sens différent à cette référence commune.

Pour une partie de l’extrême gauche, elle est un appel à faire la révolution, un hommage à 1793 et à la Terreur. Pour le candidat de la gauche aux dernières élections présidentielles, « c’est pour l’égalité que la France a fait sa révolution. » Pour le porte-parole actuel de la droite, « la France est une république, pas seulement une démocratie. »

Pour d’autres, dont nous sommes, le mérite de la Révolution française est d’avoir fondé la démocratie moderne sur l’idée de liberté et sur les droits de l’homme de 1789.

Parce que, selon la formule de François Furet, « la Révolution française est terminée », il n’est plus nécessaire ni possible d’affirmer comme Clemenceau que « la Révolution est un bloc ». Elle est un héritage si complexe, si ambivalent, et souvent même si contradictoire que nous ne pouvons éviter de nous interroger sur le sens que nous voulons donner aujourd’hui à cet héritage et donc à notre identité commune.

Intervenants

Bernard Bruneteau, professeur à l’université Rennes I, historien des idées, auteur de Le Totalitarisme. Origines d’un concept, genèse d’un débat (Cerf, 2010).

  • « La Révolution française aux origines du totalitarisme ? Retour sur un débat récurrent »

Stéphane Courtois, spécialiste de l’histoire du communisme, coordinateur et coauteur du Livre noir du communisme (Robert Laffont, 2000).

  • « Républicains, bolcheviks et communistes français : du bon usage de la Révolution comme un bloc »

Gérard Grunberg, directeur de recherches émérite au CEE de Sciences-Po, auteur de La Loi et les Prophètes, Les socialistes français et les institutions politiques (CNRS, 2013).

  • « La Figure du Peuple dans le discours de gauche »

Patrice Gueniffey, directeur d’études à l’EHESS, auteur de La Politique de la Terreur. Essai sur la violence révolutionnaire (Gallimard, 2003) et de Bonaparte : 1769-1802 (Gallimard, 2013).

  • « Les justifications de la Terreur »

Lucien Jaume, agrégé de philosophie et directeur de recherches au CNRS (CEVIPOF), auteur de Le Religieux et le politique dans la Révolution française (PUF, 2015).

  • « La religion dans la Révolution française, une tradition embrouillée »

Michel Laval, avocat, essayiste, auteur de L’homme sans concessions : Arthur Koestler et son siècle (Calmann-Lévy, 2005) et de Tué à l’ennemi : la dernière guerre de Charles Péguy (Calmann-Lévy, 2013).

  • « Vous avez dit « Girondins » ? »

Philippe Raynaud, professeur à l’Université de Paris-Panthéon-Assas, spécialiste de l’histoire de la pensée politique, auteur de Trois révolutions de la liberté : Angleterre, Amérique, France (PUF, 2009).

  • « Pourquoi les libéraux n’ont jamais renié la Révolution française »

André Senik, agrégé de philosophie, auteur de Marx, les Juifs et les droits de l’homme (Denoël, 2011).

  • « Marx : l’héritage de 1793 contre celui de 1789 »

Entrée libre – – Réservation indispensable
Par téléphone : 01 46 14 09 30 ou 01 46 14 09 33
(sauf samedi et dimanche)Par courriel : activites@souvarine.fr

Institut d’Histoire sociale – 4, av. Benoît-Frachon – 92023 Nanterre Cedex

Source : Institut d’Histoire Sociale

Image « à la une » : Tableau de la Révolution française (E.R.L./SIPA)

François Guillemot : De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Résumé de notre communication pour le colloque « La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient » organisé par la Société Asiatique, le Collège de France, CRCAO et l’unité Proche-Orient Caucase.

Guillemot_PolémologieRDVN_19mai2015

De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Essai de polémologie vietnamienne

Cette communication défend la thèse que l’on ne peut détacher la « guerre révolutionnaire » de son pendant de guerre civile, ce que Mao Zedong résuma dans l’appellation concise de « guerre civile révolutionnaire » (国内革命战争). Mais ce qui fut clairement édicté par Mao pour le cas de la Chine populaire n’a jamais été clairement mis en avant par la polémologie de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) dans sa guerre de réunification entre 1945 et 1975. Les termes de « guerre civile » (nội chiến) sont restés pendant des décennies le tabou absolu d’une guerre qualifiée dans l’historiographie actuelle de « guerre de destruction » (chiến tranh phá hoại) ou de « guerre d’agression » (chiến tranh xâm lược) versus « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) puis de « résistance antiaméricaine pour le salut national » (cuộc kháng chiến chống Mĩ cứu nước) et plus généralement pour les deux guerres de « résistance contre le colonialisme français et l’impérialisme américain » (cuộc kháng chiến chống thực dân Pháp và đế quốc Mỹ).

Dans un premier temps, après avoir mesuré l’importance des sources vietnamiennes, nous poserons la question de l’appellation de cette guerre à multiples facettes et notamment de sa dimension de guerre civile. Nous nous intéresserons dans un second temps au concept de « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) développé par le général Võ Nguyên Giáp pour en comprendre les ressorts. Nous verrons comment ce concept évolue lorsque la décision de la reconquête du Sud par les armes est adoptée lors du 15e Plenum du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao Động Việt Nam) en janvier 1959. Nous soulignerons l’aide de la Chine populaire et l’influence du maoïsme sur la lutte révolutionnaire « exemplaire » du Viêt-Nam dans le contexte de la brouille sino-soviétique et de la prédominance des thèses de Lê Duẩn, Premier secrétaire du Parti de 1960 à 1976 puis Secrétaire général du PCV de 1976 à 1986, date de sa mort.

Après avoir interrogé le discours sur la nature de la guerre, il s’agira, dans un troisième temps, de sonder la réalité de la guerre, voir « ce que faire la guerre révolutionnaire veut dire » sur le terrain des opérations. Nous suivrons l’évolution de ce type de guerre lorsque la guerre civile atteint son paroxysme notamment dans le Sud sous la forme d’une « guerre civile révolutionnaire », centrée sur l’ennemi intérieur et ouvrant la voie à l’invasion du Sud par le Nord. Nous verrons comment est analysée la figure de l’ennemi (extérieur/intérieur) qui prend forme au Viêt-Nam dès 1945-46 pour se terminer dans les années 1990 avec la fin du conflit cambodgien, marqué par les dernières luttes contre les réseaux armés anticommunistes des exilés vietnamiens infiltrés en péninsule indochinoise.

Enfin, dans une dernière partie, nous questionnerons différents aspects de la guerre populaire et tenterons d’identifier et de mesurer les étapes de la guerre civile entre 1945 et 1975. En conclusion, notre réflexion se portera sur l’impact de long terme que la vision officielle de la guerre fait encore peser sur le destin politique du pays désormais en paix et sur les consciences d’un Viêt-Nam pluriel et transnational.

Guillemot François, IAO, CNRS, ENS de Lyon

Voir le vocabulaire de la guerre en ligne sur notre carnet de recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam.

Programme complet du colloque en ligne sur le site du Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) et sur le Blog de l’IAO.

Giới thiệu 150 hiện vật về giai đoạn “Cải cách ruộng đất 1946-1957”

[ndlr] Exposition exceptionnelle sur la « Réforme agraire de 1946-1957 » présentée au Musée de l’histoire nationale à Hanoi de septembre à décembre 2014. Comme le précise le résumé ci-dessous deux étapes sont considérées : la situation de la paysannerie avant la réforme agraire, notamment avec la révolution d’août 1945, et la réforme en elle-même sur une période de onze ans. L’objectif est à la fois d’éduquer les jeunes générations sur ce sujet et de « renforcer la confiance du peuple envers le Parti et le gouvernement », un objectif très politique, qui semble loin des préoccupations historiques soulevées par la radicalité de cette réforme et de son impact sur le long terme. A voir pour se faire une idée du traitement réservé à cette période clé de l’histoire de la RDVN (République Démocratique du Viêt-Nam).

CaiCachRuongDat1946-1957Présentation de 150 objets et documents liés à la période 1946-1957

(Cinet)- Từ tháng 9 đến tháng 12/2014, tại Bảo tàng Lịch sử quốc gia sẽ tổ chức trưng bày chuyên đề “Cải cách ruộng đất 1946-1957”.

Với diện tích trưng bày khoảng 230m2, công chúng sẽ có dịp tiếp cận trực tiếp với gần 150 hiện vật, tư liệu gốc, ảnh tư liệu lịch sử về cải cách ruộng đất đang được lưu giữ tại Bảo tàng Lịch sử quốc gia và các cơ quan lưu trữ, các bảo tàng ở Hà Nội và địa phương như: Cục Lưu trữ Văn phòng Trung ương Đảng, Văn phòng Chính phủ, Văn phòng Quốc hội, Trung tâm Lưu trữ Quốc gia I, II, III, Bảo tàng Hồ Chí Minh và bảo tàng các tỉnh Hưng Yên, Thái Nguyên, Nam Định, Thái Bình… Đây là những tư liệu, hiện vật quý hiếm, chứa đựng nhiều giá trị nội dung lịch sử và lần đầu tiên được đưa ra trưng bày, giới thiệu đến đông đảo công chúng trong khuôn khổ một trưng bày chuyên đề với qui mô lớn và được Bảo tàng Lịch sử quốc gia nghiên cứu nội dung, lựa chọn hiện vật kỹ lưỡng trong nhiều tháng qua.

Trưng bày chuyên đề “Cải cách ruộng đất 1946-1957” gồm 2 phần chính: Nông thôn Việt Nam trước cải cách ruộng đất và Cải cách ruộng đất 1946-1957. Trong đó có các nội dung chính như: tình hình ruộng đất trước cách mạng tháng Tám năm 1945; đời sống địa chủ phong kiến và nông dân trước cách mạng tháng Tám năm 1945; chủ trương của Đảng, Chính phủ về cải cách ruộng đất; cải cách ruộng đất; cửa chữa sai lầm và một số bài học kinh nghiệm; hoàn thành thắng lợi.

Trưng bày là một hoạt động thiết thực góp phần tuyên truyền, giáo dục cho đông đảo tầng lớp nhân dân, đặc biệt thế hệ trẻ nhận thức đúng hơn về cuộc cách mạng ruộng đất trong tiến trình cách mạng giải phóng dân tộc ở nước ta những năm 1946-1957. Qua đó củng cố niềm tin, niềm tự hào về Đảng, Chính Phủ và sự nghiệp cách mạng của nhân dân Việt Nam trong thời kỳ đổi mới, xây dựng và phát triển đất nước hiện nay.

BTV

See more at: Cinet, 05/09/2014.

Pour en savoir plus (en quelques images) :

* * *

DanOan_TrienLamCaiCachRuongDat
Manifestation de paysans contestataires, « indignés », devant l’exposition sur la Réforme agraire en RDVN.

Pour suivre la polémique locale liée à cette exposition. Mise à jour du 12/09/2014.

Voir aussi les billets marqués CCRĐ publiés sur le Blog de Nguyen Xuan Dien

TIN HOT: ĐÓNG CỬA TRIỂN LÃM CẢI CÁCH RUỘNG ĐẤT (CẬP NHẬT LÚC NỬA ĐÊM)

Indochine. Des territoires et des hommes (1856-1956) [parution]

IndochineTerritoiresHommesIndochine. Des territoires et des hommes (1856-1956)

Édition publiée sous la direction de Christophe Bertrand, Caroline Herbelin et Jean-François Klein

Coédition Gallimard/Musée de l’Armée

Albums Beaux Livres, Gallimard, 316 pages, 500 ill., sous couverture illustrée, 200 x 300 mm.

Le processus de colonisation et de décolonisation de l’ancienne Indochine française tient presque tout entier dans un siècle, de 1856 à 1956. Les dernières avancées de l’historiographie permettent de l’appréhender dans son ensemble, pour mieux comprendre sa spécificité : l’Indochine, enjeu politique et économique mais aussi mythe littéraire, constitue un cas à part dans l’histoire de l’empire colonial français. En diversifiant les approches – militaire, politique, sociale, économique, religieuse, culturelle – et en croisant les regards d’historiens français, cambodgiens, laotiens, vietnamiens et anglo-saxons, cet ouvrage vise à en offrir l’image la plus complète.

Un ensemble exceptionnel de près de 400 œuvres, objets et documents, souvent inédits – peintures, dessins et photographies, armes, uniformes et emblèmes, archives et imprimés provenant des collections du musée de l’Armée et de nombreuses institutions patrimoniales de référence –, donne à voir toutes les facettes du passé complexe de l’Indochine. Leur diversité fait écho au travail des auteurs et vient nourrir la réflexion.

Source : Gallimard

  • Agenda :

Exposition Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956

Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014

Musée de l’Armée, Paris

Lady Borton: A September 1945 Message – Võ Nguyên Giáp to the American Mission

[ndlr] Rédigé à l’occasion du 102e anniversaire du général Vo Nguyen Giap au mois d’août dernier, Lady Borton nous fait part d’une petite carte de visite intrigante trouvée dans les archives américaines. Publié avec l’aimable autorisation de Lady Borton. Texte et photos de Lady Borton.

* * *

A September 1945 Message:

Võ Nguyên Giáp to the American Mission

by Lady Borton

Imagine my surprise.

I was in the US National Archives, examining a file about the “Deer Team,” which the OSS (predecessor to the CIA) dropped by parachute into Việt Nam at the end of World War II.

Here’s my rule for archives: Look at everything. You never know what you’ll find that you didn’t know you were looking for.

There, loose between two typed pages, was a yellowed business card, with “VO NGUYEN GIAP” in bold, his role in italics, and “Home minister” hand-written below. Võ Nguyên Giáp’s signature is on the back of the card along with an official stamp in the required red. The card had been attached to an English version of “Lời kêu gội quốc dân” by Hồ Chí Minh, with the handwritten notation “5 Sept. 45 via Mons. [Monsieur] Buu.”

Surely this was precious.

01_VoNguyenGiap_1945_NARA

02_VoNguyenGiap_1945_NARA

I noticed the name “M Buu” and thought: This must be Tạ Quang Bửu, one of the most brilliant Vietnamese mathematicians and physicists of the twentieth century. He graduated from the Sorbonne and spent time at Oxford before returning to Việt Nam. Most interesting to me, though, was the irony: Less than a decade after Võ Nguyên Giáp sent President Hồ’s “Appeal” and his business card to the American mission, Tạ Quang Bửu, as deputy minister of defense, was signatory to the 1954 Geneva Agreements for “the Commander-in-Chief of the People’s Army of Viet-Nam,” who was, of course, Võ Nguyên Giáp.

Yet how could I be sure that the “Mr. Buu” on the business card was Tạ Quang Bửu?

Back in Hà Nội, I asked General Giáp’s brother-in-law and sister-in-law. At age twenty, General Phạm Hồng Cư had been a guard for Hồ Chí Minh’s reading of Việt Nam’s Declaration of Independence on 2 September 1945. For many years, Hồng Cư was one of Võ Nguyên Giáp’s personal assistants and amanuenses. Đặng Thị Hạnh, sister to General Giáp’s wife, is a retired professor of French literature.

I enlarged the digital image of the business card.

“Oh!! Very interesting!!” they said.

“I recognize the signature,” I said, “but is the message in General Giáp’s handwriting?”

“Yes,” they said.

“The English is so good! Could someone have written that message for Võ Nguyên Giáp to copy?”

“No,” Mme. Hạnh said. “He was very good at writing English! Besides, in those days, no one wrote anything for him.”

“Might ‘Mr. Buu’ be Tạ Quang Bửu?”

“Definitely!” Hồng Cư said.

“How do you know?” I wasn’t being arrogant. We are both researchers and are always trying to verify details.

“Tạ Quang Bửu and I worked together for years,” General Hồng Cư said. “His widow lives next door!” Hồng Cư touched the top right corner of the image. “That handwriting in black ink isn’t Võ Nguyên Giáp’s. That’s Tạ Quang Bửu’s.”

“You’re sure?”

“I’m sure.”

“Where is ‘L’ancien Hôtel de la Residence Supérieure’?”

“I’ll explain,” Hồng Cư said. “The initials at the bottom of the card stand for ‘Provisional People’s Government of Việt Nam.’ In 1945, the Japanese and then the French occupied the Presidential Palace. Our Provisional Government was in what is now the Government Guest House across from the Metropole Hotel.”

“And the recipient at ‘the American military mission’?” I asked. Even though I’d found the business card in a report by Deer Team leader Al Thomas, I knew his unit could not have been the recipient. The Deer Team did not arrive in Hà Nội until 9 September.

“The recipient was Archimedes Patti, head of the OSS mission in Hà Nội,” Hồng Cư said. “He wrote in Why Vietnam? about Tạ Quang Bửu.”

Later, Hồng Cư found Archimedes Patti’s quote: “A visitor was waiting for me at the villa, a M. Buu, possibly in his late twenties, a distinguished-looking Vietnamese. I thought I had seen him before but was not sure. As Bernique and I shook hands with him, he introduced himself as ‘from the Home Office,’ and his perfect English and unmistakable Oxford accent startled and intrigued me. He handed me a handwritten note from Giap scrawled on both sides of his [Giáp’s] personal calling card: the Home minister sent his compliments, and so on. M. Buu was his personal deputy. He [Giáp] would be grateful to the American mission to facilitate his work, and so forth.”

From the US Archives records, we now know that the business card was attached to the official Việt Minh English version of President Hồ’s “Lời kêu gọi quốc dân” (Appeal to Citizens) published in Cứu Quốc (National Salvation) newspaper on 5 September 1945:

Fellow Countrymen!

The Vietnamese people heartily welcome the allied forces which are entering our territory in order to disarm the Japanese.

However, we are determined to oppose the moving in of the French elements, because their dark aim is to reestablish the French rule over our Fatherland.

 

Fellow Countrymen!

At the present moment a few Frenchmen have managed to filter into our territory. The Government expects every man to prepare himself to fight for our liberty and independence.

President Ho Chi Minh

03_HoChi MinhAppealinEnglish_05Sept1945

The business card presents us with Võ Nguyên Giáp’s haunting sentence: “We should be very grateful to the American mission to facilitate his [‘Mr. Bửu’s’] work until establishment of official relations.”

I keep thinking: What would Võ Nguyên Giáp, Tạ Quang Bửu, Phạm Hồng Cư, and so many others have created with their brilliance if colonialism had not siphoned off their talents into thirty years of war?

I expect they would each have been a thày (a master teacher). At the time of their youth, this was the most esteemed profession in Việt Nam, a country heavily influenced by Confucianism’s emphasis on scholarship.

While Tạ Quang Bửu was a pre-teen, he was famous at Quốc Học (National School) for his scientific discoveries. Who knows what he might have discovered or invented during thirty years if there had been no war? While still a young man, Võ Nguyên Giáp wrote a carefully researched, insightful book on political economy. Today, he has a well-earned reputation as a historian.

General Giáp has long since been acknowledged as the victorious general in the French War and the American War. He is also recognized as one of the greatest generals of the twentieth century and in history. But the sobering truth accompanying his fame is the generations of young people lost on all sides and the lost years-of-youth for the survivors from all sides.

For me, those losses crystalize in General Giáp’s wistful comment, “If war hadn’t intervened, I would have been a teacher.”