Archives par mot-clé : République Populaire de Chine

Liu Xiaobo (1955-2017)

[ndlr] Au sujet de la mort du dissident Liu Xiaobo (1955-2017), prix Nobel de la paix en 2010.

Compilation d’écrits choisis de Liu Xiaobo publiée en France en 2011.

Comité Nobel. La Chine porte «une lourde responsabilité» dans la mort «prématurée» de Liu Xiaobo en l’ayant privant de soins médicaux adaptés, a estimé jeudi le comité Nobel norvégien, qui avait distingué le dissident en 2010. «Nous trouvons profondément troublant que Liu Xiaobo n’ait pas été transféré dans un établissement où il aurait pu recevoir un traitement médical adéquat avant que sa maladie n’entre en phase terminale», a déclaré la présidente du comité, Berit Reiss-Andersen.

Deux anciens prisonniers de conscience vietnamiens lui rendent hommage :

Paulus Lê Sơn : Lưu Hiểu Ba đi xa nhưng tinh thần còn mãi, CTM Media, 15/07/2017.

Phạm Minh Hoàng, Từ Lưu Hiểu Ba nhớ về Đinh Đăng Định, FB Phạm Minh Hoàng, 14/07/2017.

Image « à la une » : Le livre de condoléances à la mémoire de Liu Xiaobo, installé à l’extérieur du Bureau de liaison chinois à Hongkong, le 13 juillet 2017 © ISAAC LAWRENCE / AFP

Tưởng niệm 42 năm ngày mất Hoàng Sa vào tay Trung Quốc

[ndlr] Déclaration publique faite à Hanoi le 19 janvier 2016 à l’occasion du 42e anniversaire de la bataille maritime de Hoàng Sa entre les armées de la République du Viêt-Nam et la République populaire de Chine.

42namKyNiemHoangSa_HaNoi_19-01-2016Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo : Trung Nghĩa (Facebook)

9h sáng ngày 19/01/2016 dưới chân tượng đài vua Lý Thái Tổ nhóm No-U Hà Nội đã có một lời tuyên bố đanh thép về chủ quyền của Việt Nam trên quần đảo Hoàng Sa. Đả đảo Trung Quốc xâm lược!

Kính thưa anh chị em cô bác!

TuSiHoangSa-21Nguoi
© Nam Ròm

Cách đây đúng 42 năm – ngày 19/01/1974 – chính quyền cộng sản Trung Quốc đã nổ súng xâm chiếm quần đảo Hoàng Sa, giết hại 74 quân nhân Việt Nam Cộng Hoà, những người đã chiến đấu đến hơi thở cuối cùng để bảo vệ Tổ quốc.

Hôm nay, trong giờ phút linh thiêng, xúc động này, chúng ta có mặt ở đây để tưởng nhớ và tôn vinh những người con thân yêu của Tổ quốc đã hi sinh thân mình để bảo vệ mảnh đất cha ông. Chúc các anh yên nghỉ nơi biển sâu sóng dữ, chúc cho gia đình, người thân các anh được ấm no, hạnh phúc, được tôn trọng và thừa nhận trong lòng nhân dân Việt Nam!

Kính thưa anh chị em cô bác!

Lịch sử luôn công bằng và không dễ bị bóp méo bởi những luận điệu xuyên tạc. Sự thật rõ ràng là các anh, 74 quân nhân Việt Nam Cộng Hoà, đã anh dũng chiến đấu đến hơi thở cuối cùng, không một ai bỏ chạy hay đầu hàng trước quân thù mà giờ đây nhiều kẻ đang gọi là bạn, là đồng chí. Nhưng cũng chính vì lẽ đó mà sự hi sinh của các anh bị rơi vào quên lãng, thậm chí bị xúc phạm cho đến tận hôm nay. Vì vậy, việc chúng ta có mặt ở đây để thắp một nén hương tưởng nhớ các anh là một sự tri ân, một sự khẳng định người dân Việt Nam không bao giờ quên công ơn, xương máu của các anh, cũng như không bao giờ quên mảnh đất biển đảo Hoàng Sa, Trường Sa thân yêu đang nằm trong tay giặc.

Kính thưa anh chị em cô bác!

HSTS_MauThitVietNamChúng ta, người dân Việt Nam, không ghét bỏ hay hận thù nhân dân Trung Quốc; nhưng chúng ta có trách nhiệm phải khẳng định, phải lên tiếng rằng chính chính quyền cộng sản Trung Quốc là kẻ thù trực tiếp, nguy hiểm nhất tới hoà bình và sự phát triển của nhân dân Việt Nam. Từ khi xâm chiếm Hoàng Sa đến nay, Trung Cộng không ngừng dùng mọi biện pháp xâm lấn, chiếm đóng, chia rẽ, mua chuộc, áp đặt tư tưởng lên nhân dân Việt Nam dù bằng chiến tranh hay dưới vỏ bọc hoà bình, hữu nghị. Họ không phải là bạn bè, càng không phải là đồng chí. Không có đồng chí nào lại liên tiếp gây chiến từ Hoàng Sa 1974, biên giới phía Bắc 1979 đến Gạc Ma – Trường Sa 1988; không có bạn bè nào ngang nhiên cắm giàn khoan thăm dò dầu khí vào lãnh thổ người khác; càng không có cái hữu nghị nào trước kẻ thù luôn tìm cách lũng đoạn kinh tế, chính trị và tuồn hàng hoá, thực phẩm độc hại vào đất nước Việt Nam bằng vỏ bọc hợp tác, hoà bình.

Kính thưa anh chị em cô bác!

Chúng tôi tin rằng phần lớn người dân Việt Nam ngày nay đã thức tỉnh trước hiểm hoạ Trung Quốc, ngoại trừ một số kẻ nhắm mắt làm ngơ để giữ quyền lực và trục lợi. Những kẻ đó, một mặt che dấu, xuyên tạc lịch sử, một mặt tiếp tay cho sự lũng đoạn, đô hộ của Trung Cộng bằng cách tiêu diệt sự tự do, quyền làm chủ của nhân dân Việt Nam, tìm cách ngăn cản đất nước Việt Nam phát triển vững mạnh. Vì vậy, việc chúng ta ở đây hôm nay có một ý nghĩa quan trọng, lớn lao. Đó là sự khẳng định chúng ta có quyền tự do hội họp, tự do ngôn luận, tự do tưởng nhớ những người con đã hi sinh xương máu để bảo vệ Tổ quốc; và chúng ta không sợ sự đàn áp của bất cứ thế lực nào!

Thay mặt anh em No-U, tôi xin chân thành cảm ơn anh chị em cô bác đã đến đây hôm nay!

Hoàng Sa – Việt Nam!
Trường Sa – Việt Nam!
Đả đảo Trung Quốc xâm lược!

Source : An Ba Sàm

* * *

Voir aussi : Cát Linh, 74 hay 75 Tử sĩ Hoàng Sa?, RFA, 20/01/2016.

Interview avec Ho Chi Minh, 5 juin 1964 – Cinq colonnes à la une [INA]

[ndlr] Retranscription de l’introduction et du dialogue.

Hanoi. Le carrefour de l’ancienne rue Paul Bert et du Petit lac à l’heure de la sortie d’usine. Pas une seule voiture mais beaucoup de vélos sur lesquels se déplacent lentement, machinalement, la foule des travailleurs dans une régularité impressionnante.

La sensation que ce pays est anormale ne nous a pas quitté au Nord Viêt Nam. Anormale d’abord parce que toute vie individuelle a disparu au bénéfice d’un effort collectif extraordinaire, dirigé d’une main de fer à l’intérieur d’un dispositif de sécurité draconien. Anormale ensuite parce que, dans ce pays coupé en deux depuis dix ans, un grand nombre de familles vivent le drame de la rupture qui alimentent à sa façon la guerre du Sud.

Entretien avec Ho Chi Minh

Est-ce que vous pensez, Monsieur le Président, qu’il y a une solution militaire à la guerre du Sud Viêt Nam ?

Ho Chi Minh : Non, parce que ah, vous savez bien que le peuple Viêt Nam, c’est un Un, et le pays du Viêt Nam, c’est Un. Les Américains veulent faire une guerre d’agression, comme qu’ils disent, une guerre non déclarée. Comme vous savez aussi, vous avez pu lire dans la presse mondiale, que plus la guerre [se] prolonge, plus les Américains et leurs valets, n’est-ce pas, comment dire ça, [se tournant vers quelqu’un à côté], sa lầy… s’enliser… et plus, ils supportent des échecs comme vous savez là récemment. Par conséquent, la guerre ne peut pas durer éternellement, et je suis très heureux que les politiciens haut placés français ont reconnu cela.

Vous pensez que le général de Gaulle pourrait en quelque sorte, à un certain moment, arbitrer le conflit ?

HCM : Arbitrer ! Qu’est-ce que vous comprenez par le mot arbitrer ? Nous ne sommes pas des équipes de football. [Rire].

Mais au-delà des Accords de Genève si je ne me trompe, une idée du général de Gaulle est la neutralisation de tout le Sud-Est Asiatique. Est-ce que c’est une idée qui vous semble intéressante ?

HCM : Comme j’ai déjà dit quelquefois, c’est une idée intéressante, mais ça dépend [de] la volonté de ces peuples, et… la manière comment on procède… à réaliser.

C’est une grande question… et je ne peux pas dire que je suis d’accord,… je ne dis pas que je ne suis pas d’accord, n’est-ce pas ? Parce que.. vous dites par exemple fleurs, fleurs ; il y a beaucoup de sortes de fleurs, il y a des roses, des blanches, des rouges, etc. des fleurs qui sentent bon, d’autres qui ne sentent pas bon… , mais on dit fleurs, n’est-ce pas ?

Monsieur le Président, nous avons constaté avec chagrin au cours de notre voyage au Nord Viêt Nam, que l’influence française est devenue à peu près inexistante dans votre pays. Les moins de 25 ans ne comprennent plus du tout le français. Et je me demande si, à votre idée, des rapports peuvent se rétablir tels que la France continue à jouer… une sorte de rôle culturel ici ?

HCM : Avec la France surtout, et avec tous les autres pays, nous voulons avoir une coopération amicale, culturelle, économique, etc… , mais je suis sûr que vous ne voulez pas avoir, n’est-ce pas, que la France ait l’influence qu’elle avait avant, … c’est une autre chose… mais coopération culturelle, économique, qu’est ce qu’il y a encore ?, sportive par exemple, etc… etc… nous, nous[le] désirons.

Si la guerre se cristallise au Sud et se poursuit encore pendant quelques années, pensez-vous que l’avenir économique du Nord Viêt Nam soit viable ?

HCM : Je suis sûr que ça non seulement viable, mais ça progresse. Parce que vous avez vu vous-même, vous avez constaté vous-même que, ici, nous travaillons beaucoup, notre peuple travaille beaucoup, avec abnégation, n’est-ce pas, avec dévouement, avec enthousiasme. D’un côté, nous travaillons pour…, comment dirais-je, pour principalement, n’est-ce pas, de nos propres forces, et aussi nous avons l’aide fraternelle des pays socialistes, n’est-ce pas. Jusqu’ici, nous avons déjà réalisé des progrès, pas tant comme nous le voulons, nous avons réalisé des progrès et dans l’avenir, nous progressons nous-mêmes.

Vous mentionnez là l’aide des pays socialistes. Est-ce que cette aide ne s’est pas trouvée légèrement compromise à la suite du conflit idéologique entre la Russie et la Chine ?

HCM : Non, parce que ces questions, n’est-ce pas, n’est pas différence idéologique entre nos différents partis-frères, c’est nos affaires intérieures ; ça passera et l’union… l’unité, ça se fera. Mais l’aide fraternelle continue et continuera, c’est très précieuse pour nous.

Certains ont l’impression chez nous, Monsieur le Président, que le Nord Viêt Nam se trouve actuellement assez isolé, asphyxié même, et, politiquement , il ne pourra difficilement éviter de devenir une sorte de satellite de la Chine. Qu’est-ce que vous répondez à ça ?

HCM : Jamais !

Danielle Tan et Caroline Grillot : L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois »

[ndlr] Signalement d’un ouvrage en téléchargement libre sur le site de l’IRASEC (Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine) basé à Bangkok.

Entre fascination et peur, enthousiasme et hostilité, la nouvelle migration chinoise questionne. Les travaux sur « la Chine en Afrique » ont occulté l’importance de l’émergence de la Chine pour ses voisins les plus proches. Cette omission est particulièrement flagrante dans le cas de l’Asie du Sud-Est qui a toujours été le principal théâtre des engagements commerciaux de la Chine avec le monde. Considérée comme l’arrière-cour naturelle de la Chine, l’Asie du Sud-Est est un laboratoire complexe et hétérogène des circulations et des identités en construction à l’aube du « siècle chinois ».

La question des relations entre la Chine et le reste du monde est tantôt pensée en termes de domination, de menace, d’exploitation, et de soutien aux régimes autoritaires, tantôt en termes d’aubaine et d’opportunités de développement. Cette recherche propose de dépasser cette approche binaire en décrivant les stratégies mises en œuvre par les acteurs locaux pour atténuer l’inégalité des rapports de force, négocier l’asymétrie, contourner l’hégémonie, embrasser, résister ou manipuler les termes dictés par les capitaux chinois.

La présente étude, centrée sur les pays de l’ancienne Indochine française (Cambodge, Vietnam,Laos), constitue la première étape d’un projet éditorial plus large qui se donne pour ambition de relever ce défi.

Tan&Grillot_L'ASEdansLeSiècleChinoisCliquez sur l’image pour accéder au téléchargement (lien PDF en bas de page)

ou directement au document pdf : > Télécharger

Sommaire

Introduction (Danielle Tan)
L’émergence de la Chine: un sujet de débat croissant
Evolution des études sur la diaspora chinoise et ses problématiques
Les études sur la migration chinoise aujourd’hui: un enjeu géopolitique – Hypothèse et questionnements

Première partie – L’évolution de la migration chinoise en Asie du Sud-Est: le cas du Cambodge (Danielle Tan)
1- La première phase de migration: les commerçants du Nanyang
2- La deuxième phase de migration: la traite des coolies par les empires coloniaux
3- La migration chinoise aujourd’hui
Conclusion

Deuxième partie – L’Autre, ce voisin. Remarques sur les perceptions chinoises des Vietnamiens, frein au développement des échanges commerciaux (Caroline Grillot)
1- Les Vietnamiens, ces familiers dont on se méfie
2- Discours folklorique et question de classe
3- Quelques explications sur la pérennité des représentations sociales
4- Comment la position et le traitement réservés aux femmes déprécient l’image des Vietnamiens
Conclusion

Troisième partie – La Chine au Laos: développement, colonialisme intérieur ou néo-colonialisme?
1- Evolution de la présence chinoise au Laos
2- Les réseaux transnationaux chinois: les partenaires clés de la stratégie d’extraversion du régime laotien
Conclusion

Conclusion générale (Danielle Tan)
Bibliographie

Les auteures

Danielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle occupe actuellementun poste d’ATER à Sciences Po Lyon, et est rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’Irasec.

Caroline Grillot est anthropologue (Paris X-Nanterre) et sinologue (Inalco). Elle a passé plus de dix ans en Chine où elle a étudié le chinois à l’Université du Shandong (1994-1995) et du Sichuan (1998-2000) grâce au soutien du ministère des Affaires Etrangères et Européennes. Elle est actuellement postdoctorante au Max Planck Institute for Social Anthropology (Halle, Allemagne) et chercheure associée à l’Irasec et à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon).

Source : IRASEC

André Menras : Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)

Chronologie non exhaustive  des agressions chinoises de 2002 à juin 2014 sur les pêcheurs du Centre Vietnam

par André Menras

Menras_PêcheursVN_3
Offrandes du pêcheur © 2014 Menras

Note liminaire : La plupart des informations concernant les agressions sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des gardes-frontière et du Comité populaire de district de Ly Son. (Photocopies à disposition) Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, de la BBC…). Ces statistiques sont cependant très incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités vietnamiennes et les pêcheurs n’ont pas la liberté, les moyens matériels et l’organisation pour les communiquer par eux-mêmes. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, environ 2000 pêcheurs du Centre Vietnam ont été victimes des agressions chinoises autour et au large de l’archipel Hoàng Sa (Paracels). Certains y ont laissé la vie, d’autres tous leurs biens, leur santé, leur avenir et peut-être celui de leurs enfants.

Voici des dates et faits qui parlent d’eux-mêmes, avec quelques jalons qui marquent l’environnement politique au moment des faits.

2002

  • 2002 : 1 chalutier capturé et 16 hommes ; amende 80000 yuans.

2003

  • 2003 : 5 chalutiers capturés et 57 hommes ; confiscation pêche, équipements ; amendes selon : de 10000 dollars, 70000 yuans, 50000 yuans.

2004

  • 2004 : 6 chalutiers capturés et 76 hommes ; confiscation pêche et équipements ; amendes 30 millions de VND.

2005

  • 08/01/: Chalutier vietnamien agressé par les gardes-pêche chinois à l’ouest de la zone de démarcation du golfe du Tonkin (côté commun). Huit pêcheurs tués, deux blessés et 4 arrêtés.
  • Du 20/01/ au 04/03/2005 : 14 chalutiers capturés et 162 pêcheurs ; confisqué pêche et équipements. Montant des amendes  amende de 20 millions VND à 150 Millions de VND (1066 €).
  • Du 22/04 au 14/07/2005 : amende de 70000 yuans (8157 €).
  • Détention de M.Lê Văn Phước (14/07) et M. Mai Phụng Lưu (même date).

2006

  • 2006 : 11 chalutiers capturés et 133 hommes ; confiscation pêche, équipements ; amendes de 10 à 150 millions VND. Les «  contrevenants » sont pris en photo et filmés. 1 chalutier coulé (M.Dương Thọ, village An Hải). Son propriétaire est détenu le 23/10.

2007

  • 2007 : 3 chalutiers capturés et 110 hommes ; confiscation pêche, matériel ; amende de 70 à 250 Millions de VND. 1 chalutier confisqué : M. Mai Phụng Lưu, village An Hải, à nouveau emprisonné le 21/01.

2008

  • 2008 : année pauvre en information d’agressions de la part de la Chine envers les pêcheurs vietnamiens. Mais Pékin a une façade de paix à préserver pour la réussite des J.O. et les dirigeants vietnamiens jouent le jeu avec zèle en verrouillant soigneusement les informations.
  • 29/04 et 30/04 2008 : anniversaire de l’indépendance du Vietnam réunifié : accueil de la flamme olympique chinoise à Hồ Chí Minh Ville et à Hà Nội et arrestation de manifestants contre les agressions de Pékin sur les archipels de Hoàng Sa et Trường Sa.
  • 19/05 /2008 : Le Chalutier de M. Nguyễn Thanh Thu, village de Bình Châu a été éperonné et coulé au large de Hoàng Sa. Les 24 hommes d’équipage ont pu être sauvés par un chalutier voisin.
  • 07/2008 : la Chine reconnaît officiellement qu’elle a exigé de la compagnie américaine Exxon Mobil de cesser l’exploitation du pétrole en coopération avec le Vietnam. L’absence de réaction vigoureuse du côté vietnamien a poussé Exxon à obtempérer.
  • 15/07/2008 : Le chalutier de M. Đặng Nam, village de Nghĩa An (Phú Yên) est éperonné et coulé de nuit. Sauvés par un chalutier de passage. 7 des neuf pêcheurs gravement blessés.

2009

  • 15/01/2009 : éperonnage nocturne d’un chalutier originaire de Phú Yên : 9 disparus.
  • 08/03/2009 : Cinq bâtiments chinois font barrage au navire américain non armé de « surveillance des mers », l’USNS Impeccable, dans les eaux internationales à 75 miles nautiques au sud de Hai Nan. La Chine demande aux Américains de cesser ces « actions de surveillance illégales » dans sa zone économique exclusive.
  • 19/05/2009 : éperonnage chalutier de Bình Châu : coulé. 26 hommes sauvés par chalutier ami.
  • 16/06/2009 : capture dans les eaux de Hoàng Sa de 12 pêcheurs de An Hải ; libérés 2 mois après. (Pêcheurs Nguyễn Chí Thành et Dương Văn Tân perdu 1 milliard de dongs (35539 €).
  • 07/07/2009 : 3 chalutiers capturés à Hoàng Sa avec 37 hommes. 2 chalutiers confisqués ; amende 210000 yuans. 25 hommes sur les 37 sont renvoyés sur un seul bateau.
  • 15/07/2009 : 1 chalutier de Quảng Ngãi éperonné et coulé à Hoàng Sa avec 9 hommes à bord.
  • 01/08/2009 : 13 pêcheurs capturés et libérés10 jours plus tard contre rançon.
  • 28/09/2009 : 16 chalutiers surpris par typhon N°9 avec 200 hommes (île de Trụ Cầu, archipel Hoàng Sa). Tirs chinois leur interdisant l’accès au port pendant la tempête ; capturés ensuite, pillés, tabassés.
  • 12/12/2009 : 3 chalutiers capturés à Hoàng Sa. 2 chalutiers confisqués. 43 hommes renvoyés sur un seul bateau.

2010

  • 05/02/2010 : Le commandement des gardes-frontière de Đà Nẵng (Centre Vietnam) déclare la présence de deux flottilles de chalutiers chinois avec au total 130 embarcations en action de pêche à 45 miles nautiques des côtes des provinces de Quảng Tri , Thưa Thiên Huế, jusqu’à Đà Nẵng. La police des mers vietnamienne déclare les avoir repoussé.
  • 03/03 /2010 : 7 pêcheurs province de Quảng Bình disparus en mer.
  • 09/03/2010 : Chalutier QNg-96516 de M. Dương Thanh Phú, originaire de Ly Son a été éperonné et coulé en action de pêche à Hoàng Sa. Ses 17 membres d’équipage ont été secourus in extremis par un chalutier qui pêchait dans les parages.
  • 30/03/2010 : M. Nguyễn Minh Triết, Président de la République Socialiste du Viêt Nam en visite dans la petite île de Bạch Long Vĩ, à 70 miles nautiques au large de Hải Phòng : « Concernant les frontières terrestres et maritimes, nous avons toujours privilégié la paix et l’amitié entre nos deux peuples et les peuples voisins… Avec la paix et l’amitié, le peuple peut avoir une existence stable. Ceci a toujours été la bonne volonté de notre peuple tout au long des milliers d’années d’édification et de préservation de notre pays. Sur la base de la négociation, des échanges et de la persuasion… Ne laisser aucun agresseur empiéter sur nos rivages, notre espace maritime et insulaire : ceci est la volonté juste, ferme et immuable du Parti et de l’Etat. Nous ne convoitons rien qui appartienne à autrui mais nous ne cèderons pas un seul pouce de notre terre natale. »
  • 30/04/2010 : jour anniversaire de l’indépendance du Viet Nam réunifié, l’agence Chine Nouvelle annonce la signature d’un contrat de coopération pour l’exploitation du pétrole entre la compagnie chinoise COSL et la société américaine Devon Energy.
  • 12/06 /2010 : le chalutier QNg- 96193 de M.Võ Xuân Tiến, du village An Hải, île de Lý Sơn (Quảng Ngãi) a été éperonné et coulé dans la nuit pendant le sommeil de ses 18 membres d’équipage à 30 miles nautiques de la ville de Qui Nhơn.
  • Du 10 au 22/06/2010 : La Chine ayant déclaré unilatéralement l’interdiction de pêcher, la marine de guerre chinoise chasse 31 chalutiers vietnamiens en action de pêche dans l’espace maritime sous souveraineté vietnamienne dans le golfe du Tonkin.
  • 04/05/2010: Dans les parages de Hoàng Sa, la marine de guerre chinoise prend en chasse 3 chalutiers vietnamiens (2 originaires de Bình Châu et 1 de Lý Sơn).
  • Un chalutier a été capturé avec 11 pêcheurs. Ils ont été détenus à Hoàng Sa dans l’île de Phú Lâm et libérés contre rançon de 70000 yuans.
  • Du 05/05 au 16/05/2010 : Selon le rapport des garde-frontière de Quảng Ngãi et plusieurs témoignages de pêcheurs, des flottilles de dizaines de chalutiers chinois sont signalées à seulement 40 miles nautiques de l’île vietnamienne de Lý Sơn.
  • 07/05/2010 : Les bâtiments HQ 261 et HQ 263 de la marine de guerre vietnamienne appareillent du port de Đà Nẵng pour des manœuvres communes avec des bâtiments de la Marine de Libération Populaire chinoise… Ils passent au large de l’archipel de Hoàng Sa sous souveraineté vietnamienne, occupé par la Chine et où sont détenus des pêcheurs vietnamiens en attente de paiement de rançon…
  • 15/05/2010 : libération des 11 pêcheurs détenus et libérés 10 jours après contre 8000 euros. Instruments de navigation, vivres, prises de pêche, centaines de litres de carburant ont été confisqués.
  • Début 06/2010 : Le général Phùng Quang Thanh, ministre de la défense du Vietnam déclare : « La mer de l’Est est tranquille, je dirige l’armée jour après jour, heure après heure. J’ai la situation en main de façon tout à fait naturelle. Les activités économiques y sont normales. Le transport maritime est normal. Les travaux de la mer se déroulent normalement… Nos médias doivent se garder de laisser d’autres pays utiliser la question de la Mer de l’Est pour diviser les relations entre le Vietnam et la Chine, diviser le Parti, diviser l’Etat et notre peuple. »
  • 12/06/2010 : Un chalutier de Lý Sơn est éperonné et coulé en pleine nuit à 40 miles de la côte du Centre Vietnam. Les 18 hommes de l’équipage de M. Võ Xuân Tiền sont sauvés in extremis après 7 heures de dérive, par un chalutier ami.
  • 03/12/2010 : La frégate lance–missiles Xiangfan de la marine chinoise arrive à Đà Nẵng pour une visite amicale après sa participation à une patrouille commune sino-vietnamienne.

2011

  • 12/01/2011 ; 6 pêcheurs de l’équipage Le Minh Tan « disparaissent » corps et biens par temps calme dans les parages de l’îlot Bombay, archipel d’Hoàng Sa, occupé par les Chinois, « triangle des Bermudes » des pêcheurs vietnamiens.
  • 03/03/2011 : La marine philippine appuyée par 2 avions de combat fait face aux patrouilleurs chinois escortant un navire sondeur dans la zone de Reed Bank, à 200 kms de l’île de Palawan, près du point d’exploitation pétrolière Malampaya. Les bâtiments chinois quittent la zone.
  • 26/05/2011 : Trois navires chinois  sectionnent les câbles de sondage sismique du navire de prospection vietnamien Bình Minh 02 à 120 miles marins du Cap de Đại Lanh (province de Phú Yên), en pleine Zone économique exclusive du Vietnam et à 340 miles marins des côtes chinoises de Hai Nan.
  • 31/05/2011 : Tirs de la marine de guerre chinoise sur 4 chalutiers de la ville de Tuy Hòa (province de Phú Yên) en action de pêche sur le plateau continental du Vietnam.
  • 05/06/2011 : Manifestation populaire de rue à Ho Chi Minh-ville  (HCMV) et Hà Nội contre les agressions chinoises. C’est la première d’une série de 11 qui se renouvellent de façon hebdomadaire jusqu’au 21/08/2011. Arrestations musclées et emprisonnements.
  • 09/06/2011 : Un « navire de pêche » chinois escorté par deux navires  de surveillance des pêches chinois  percute volontairement et sectionne les câbles d’exploration du navire Viking II de la compagnie Petro Vietnam à l’intérieur de la zone économique exclusive du Vietnam.
  • 14/07/2011 : équipage Lê Văn Cương, 13 hommes, attaqués par «  bateau blanc à coque d’acier » (patrouilleur marine de guerre chinoise) dans les parages de Đá Loi (Hoàng Sa) occupé par les Chinois. Destruction cabine, instruments de navigation, eau potable et jerricans diesel, instruments de pêche, confiscation de la pêche.
  • 17/07/2011 : manifestations réprimées à Ha Noi et HCM-ville. Arrestations, interrogatoires, violences policières. Nombreuses lettres ouvertes adressées aux autorités vietnamiennes directement et par le web. Pas de réponses. Pétitions et déclarations signées par des centaines de citoyens circulent sur le web.
  • Entre 19/07 et 22/07/2011 : un navire de guerre chinois a sommé un bâtiment indien l’Airavat  en visite au Vietnam de s’identifier et d’expliquer sa présence Mer d’Asie du Sud-est, à 45 miles nautiques au large des côtes vietnamiennes. Pas de protestation des dirigeants vietnamiens.
  • 04/08/2011 : La chaîne de télévision nationale VTV1 consacre 15 minutes du journal du soir pour calomnier les manifestants et les pages internet « réactionnaires ». Très nombreuses lettres de protestation de la part d’intellectuels célèbres et respectés qui se trouvaient parmi les manifestants.
  • 14/08/2011 : Chalutier de M. Trần Hiền (Lý Sơn) capturé à Hoang sa avec 10 hommes d’équipage. Les militaires chinois ont cofisqué les prises de pêche, les équipements de navigation et de plongée avant de menacer les pêcheurs, établir un dossier sur chacun, et de les laisser repartir. Le rapport du17/06/2011 du commandement des gardes-côtes de Quảng Ngãi stipule que depuis le début du mois, 4 autres chalutiers de la province ont été capturés et pillés par la marine chinoise.(MM. Phạm Hà, (Bình Châu), Huỳnh Công Nhiệm (An Hải – Lý Sơn), Lê Vinh (An Vĩnh), Võ Đào (Bình Châu).
  • 18/08/2011 : équipage Nguyen Van Thanh, 7 hommes, capturés, confiscation de l’ancre, de la pêche, plus de 100 millions de VND (3 553€) de dégâts et pertes ; libérés le 24/08 contre 6 250  US dollars payés par les familles à un intermédiaire au Vietnam même !
  • 21/08/2011 : Manifestation interdite par décret, non signé et illégal, émanant du Comité Populaire de la ville de Ha Noi. Grand déploiement policier, nouvelles arrestations, présence de char dans la rue.
  • 29/08/2011 : Réunion à Pékin : Conversations stratégiques Défense-Sécurité sino–vietnamiennes (deuxième réunion). Le général Nguyễn Chí Vịnh, vice ministre de la Défense et chef de la délégation vietnamienne, se déclare décidé à « accroître les échanges, la coopération, la coordination des forces navales, des gardes-côtes, des forces armées des deux pays aux frontières… ». Mr Nguyễn Chí Vịnh annonce à cette occasion la « ferme décision de régler la question des rassemblements et manifestations au Vietnam afin qu’elles ne se reproduisent plus »… « La réalité est que la Chine s’est engagée à ne pas s’emparer de la terre et de la mer du Vietnam et que le Vietnam ne cèdera jamais hors de tout principe, sur la question de souveraineté. Le Vietnam ne s’appuiera sur aucun autre pays pour s’opposer à la Chine… ». «… Les forces ennemies s’appuient sur deux arguments factices pour saboter nos bonnes relations : Premièrement, le Vietnam s’appuie sur les USA pour s’opposer à la Chine. Deuxièmement, le Vietnam cède devant la Chine qui s’empare de ses terres et de son espace maritime. Ce sont là des arguties défavorables au Parti et à l’Etat du Vietnam ainsi qu’aux relations sino-vietnamiennes… »
  • 09/09/2011 : la marine chinoise et la société de téléphonie « China Mobile » inaugurent un chantier d’édification de 8 bases de téléphonie mobile et 3 postes de communication satellite dans les îlots occupés des Spratleys.
  • 10/09/2011 : l’Agence Chine Nouvelle annonce le départ d’un nouveau bâtiment de Hai Nan pour Trường Sa (Spratleys) afin d’« aider à l’exploitation piscicole dans la période à venir ». Actuellement la Chine compte jusqu’à 500 navires de pêche en activité permanente dans la zone.
  • 23/09/2011 : Répondant à l’AFP, un leader de la compagnie pétrolière indienne ONGC Videsh Ltd déclare que sa compagnie « effectuera les forages d’exploration dans la zone choisie selon un calendrier conforme aux exigences techniques ». Cette déclaration fait suite à celle faite la veille par le porte -parole du Ministère des Affaires Etrangères chinois selon laquelle : « Toutes les activités d’exploitation de pétrole et de gaz de la part de sociétés étrangères sans autorisation des autorités chinoises sont illégales et sans valeur ». Le journal chinois « Global times » qualifie de « provocation politique » de la part du Vietnam cette invitation de coopération à la compagnie indienne.
  • 24/09/2011 : Mr Trương Văn Đức et Mr Trương Tài en action de pêche avec deux chalutiers originaires de Binh Chau et Ly Son dans la zone de Hoang Sa sont surpris par la tempête. Lorsqu’ils cherchent abri dans l’île de Trụ  Cẩu, ils essuient le feu des militaires chinois et sont pris en chasse 4 heures durant par leur marine de guerre. Tirs sur les chalutiers, heurts sur la coque, cabine brûlées par jet d’engins incendiaires, bombardement par canon à eau à bout portant.(rapport des garde-côtes de Sa Kỳ).
  • 24/09/2011: L’association des paysans de la ville de Đà Nẵng annonce au journal Lao Động qu’au cours du mois dernier, au moins 5 chalutiers de 350 CV ont été vendus. Coût d’un de ces chalutiers : 2 milliards de VN dongs (environ 67000 euros). Chaque bateau fait vivre une centaine de personnes (sur terre et en mer). Le journal commente : « Ce phénomène traduit les difficultés pour les pêcheurs (du Centre Vietnam) de coller à la mer. Ils l’abandonnent… Pour le seul district de Thanh Khê (port de Đà Nẵng) sur les 124 bateaux au-dessus de 90CV qui vont pêcher au large, 60 ont déjà été vendus pour rejoindre d’autres provinces ». Dans le même temps, les chalutiers chinois se concentrent de plus en plus près des côtes du Centre Vietnam.

2012

  • 3/1/2012: Chalutier QNg 66101 agressé, 21 pêcheurs malmenés
  • Chalutier QNg66074 confisqué.
  • 11/01/2012: Deux pêcheurs chinois à bord du navire Guifang 21558 qui dérivaient en raison d’une panne de moteur ont été secourus par des pêcheurs vietnamiens et ont été remorqués vers la ville de Hà Long avant d’être rapatriés en Chine.
  • 22/01/2012: Chalutier GNg 90576TS confisqué.
  • A 5 heures du matin, le chalutier QNg-90281 avec à son bord 11 pêcheurs du hameau Châu Thuận, village de Bình Châu, district de Bình Sơn a regagné le continent après avoir subi l’assaut d’un bâtiment « étranger ». Selon le patron du chalutier, M. Đặng Tằm, l’incident s’est produit à 15h le 22/02. A ce moment-là, les 11 pêcheurs de ce chalutier pêchaient dans la zone de Hoàng Sa appartenant au Vietnam lorsqu’ils ont soudainement été pris en chasse, abordés et harcelés par un navire militaire « étranger ». La marine chinoise contrôle totalement cette zone. « Les militaires ont utilisé leurs fusils pour nous pousser dans la cabine de pilotage. Ils ont utilisé des canons à eau de forte taille pour nous rassembler vers la proue, nous ont bandé les yeux et tabassé certains d’entre nous. J’estime à 500 millions de dongs les dégâts causés au chalutier. » Matériel de pêche détruit ou pillé. Tirs de balles incendiaires sur la cabine et sur la coque. M. Tằm et ses dix hommes d’équipage ont été emprisonnés à Phú Lâm. C’est la deuxième fois en 2 ans. La première en mai 2010 : 70000 yuan de rançon pour sa libération et confiscation de tout son matériel, y compris le moteur.
  • 3/03/2012 : Deux chalutiers originaires d’An Hai, île de Ly Son, capturés par les Chinois à Hoang Sa. Celui de M. Trần Hiền (QNg-66074TS) et de M. Lê Vinh (QNg 66101 TS). Refusant de payer la rançon à l’invite des autotités vietnamiennes, les 21 hommes ont été détenus 49 jours sur l’ïle de Phu Lam, dans des conditions carcérales extrêmes. Ils sont rentrés à Ly Son sur le même chalutier le 22 avril. Le chalutier de M. Lê Vinh a été confisqué.
  • 30/3/2012: 2 nouvelles agressions, pas de détails précis.
  • 16/05/2012: Le chalutier QNg-50003 TS de M. Nguyễn Thành Nhất, hameau Châu Thuận, village de Bình Châu, district de Bình Sơn (Quang Ngai) a été capturé à Hoang sa avec 7 membres d’équipage. Un autre chalutier, (QNg-55003TS), celui de M. Trần Phương, originaire du même village, a été confisqué. Les deux équipages, 14 hommes en tout, sont rentrés au port sur le chalutier de M. Nguyễn Thành Nhất. 3 tonnes de poissons ont été confisquées, les tuyeaux de plongée ont été sectionnés, les appareils d’orientation volés ainsi que la sonde, les combinaisons de plongée…pour une valeur de 400 millions de dongs.
  • 7/05/2012: chalutier QNg94411TS confisqué.
  • 7/05/2012 : chalutier QNg 44867 TS confisqué.
  • 7/06/2012 : chalutier QNg 94487 TS immobilisé 3 jours ; chalutier QNg 96845 TS immobilisé 3 jours ; chalutier QNg 94779 TS immobilisé 3 jours et chalutier QNg 94096 TS idem.
  • 12/06/2012: QNg 90133 TS: prises de pêche confisquées et destruction du matériel de pêche et de navigation.
  • 2/07/2012 : Six chalutiers de Sa Hùynh (village Phổ Thạnh Pho, district de Đức Phổ, province de Quang Ngai) capturés par les Chinois. Les chalutiers de Nguyễn Duy Nam (QNg 94411TS) ; M. Nguyễn Duy Việt (QNg4487TS) ; Trần Minh Giữ (QNg 94484TS) ; M. Võ Quốc Việt (QNg 96845 TS) ; M. Lục Nghĩa Minh (QNg 94779TS) ; M. Lục Nghỉa Thành (QNg 94096TS). Les chalutiers QNg 94411TS et QNg 94779 TS ont été confisqués. Prises de pêche et matériel des autres chalutiers ont été confisqués. En tout 42 pêcheurs ont été concernés.
  • 15/07/2012 : Une flotte de 30 chalutiers chinois partis de Hai Nan sont entrés dans la zone vietnamienne de l’archipel de Trường Sa . Protestation vietnamienne.

2013

  • 2013: Pas de détention MAIS….
  • 28/1/2013: Le Chalutier QNg 55535 TS pris sous le feu sous le feu du bâtiment chinois 787.
  • 11/03/2013: Chalutier de M. Bùi Tấn Thành agressé.
  • 11/03/2013: Chalutier QNg 966979 TS agressé par le bâtiment chinois 841.
  • 13/03/2013: Chalutier QNg 96417 TS agressé par le bâtiment chinois 262.
  • 13/03/2013: Chalutier QNg 96382 TS agressé par le bâtiment chinois 263.
  • 16/03/2013: Chalutier QNg 50949 TS agressé . Destruction du matériel de pêche. Confiscation de la prise.
  • 17/03/2013: Chalutier QNg 96399 TS pris en chasse par bâtiment et hélicoptère chinois.
  • 20/03/2013 : Le chalutier QNg 96382 TS pris sous le feu des balles incendiaires et cabine détruite.
  • 23/03/2013 :Le chalutier QNg 94590 TS est arraisonné. Destruction du matériel de pêche. Confiscation de la pêche .
  • 20/05/2013: Le chalutier 90917 TS éperonné par 3 fois.
  • 28/05/2013 : Le chalutier QNg 93768 TS immobilisé 4 heures.
  • 7/07/2013 : Le chalutier QNg96787 TS est éperonné , les pêcheurs frappés. Le matériel et la pêche détruits ou confisqués. De même pour le chalutier QNg 90153 TS.

2014

  • 1/03/2014 : Le chalutier QNg 90479TS de M. Võ Văn Lựu originaire de Bình Châu, Quảng Ngãi, a été attaqué dans la zone de Hoàng Sa par un navire chinois ayant à son bord environ 35 hommes armés de fusils et de matraques type taser. M. Lựu et les 14 pêcheurs ont été frappés et blessés. Tous les équipements de plongée, d’orientation et de communication ainsi que les 5 tonnes de prise de pêche, poissons et homards, ont été pillés.
  • 07/05/2014 : Alors qu ‘il pêchait près de l’île Colins (Hoàng Sa), le chalutier QNg 96416 TS de M. Nguyễn Lộc (Lý Sơn) avec 16 pêcheurs à son bord a subi de la part du bateau chinois N° 1241 des tirs de balles incendiaires, des jets de marteaux, de bouteilles, de boulons. Les câbles des instruments de communication et d’orientation ont été sectionnés à l’aide de faucilles. Il a ensuite été sévèrement éperonné par un autre bateau chinois. La coque enfoncée et la cabine en partie détruite.
  • 16/05/2014 : Le chalutier QNg 90205TS dont le chef de bord est M. Nguyễn Văn Quang, originaire de Bình Sơn, avec à son bord 12 pêcheurs, a été attaqué par le bateau chinois de surveillance des pêches N° 306. Après avoir arraisonné le chalutier, les Chinois ont frappé les pêcheurs. Deux d’entre eux, MM. Nguyễn Huyền Lê Anh et Nguyễn Tấn Hải ont été grièvement blessés.
  • 16/05/2014 : Le chalutier QNg 90045TS dont le chef de bord est M. Võ Bá Nha originaire de Bình Châu avec 9 pêcheurs a été surpris près de l’île de l’arbre, à 4 milles nautiques de l’île de Phú Lâm (Hoàng Sa), en pleine action de pêche en plongée. Il a dû fuir tous feux éteints pour échapper trois heures durant au bâtiment chinois de surveillance des pêches N°306 qui l’abordait et le bombardait de… pierres ! La cabine est en partie détruite mais il n’y a aucun blessé.
  • 17/05/2014 : Le chalutier QNg 96011TS avec 13 pêcheurs à bord a été arraisonné par le bâtiment chinois N°21102 près de l’île Triton ( Hoàng Sa). Tout le matériel a été détruit.
  • 26/05/2014 : Le chalutier ĐNa 90152TS originaire de Đà Nẵng avec 10 pêcheurs à bord été éperonné et coulé par le bâtiment chinois N° 11209. L’équipage a pu être sauvé par la police des mers vietnamienne.
Menras_PêcheursVN_1
Pêcheurs vietnamiens © 2014 Menras

 

* * *

Quelques données supplémentaires

Interdiction de pêche décrétée annuellement par la Chine

du 16mai au 1er août. (Au plus fort de la saison)

En Mai 2009 en même temps qu’elle dépose à l’O.N.U sa carte « langue de bœuf en 9 traits », prétention  de souveraineté sur 80% de la mer du Sud-Est asiatique, la Chine interdit la pêche dans toute cette zone (voir carte ci-dessous) dont une grande partie empiète très largement sur  la ZEE du Vietnam. (Zone Economique Exclusive selon la loi sur le droit à la mer de l’ONU, dite de Montego Bay 1982, dont la Chine est signataire).

ChineseAreaFishingBan_HaiDangVu
Territorial Scope of the Chinese Fishing Ban in 2011 © 2011 Hai-Dang Vu

Parmi les buts visés

1) Transformer la ZEE du Vietnam en zone contestée.

2) Terroriser les pêcheurs non protégés pour qu’ ils abandonnent ma mer et laissent le champ libre aux pêcheurs chinois.

Dommages matériels subis par les pêcheurs (1 euro= environ 28000 dongs Vietnam. 1 euro= environ 8,2 yuan chinois (renminbi).

Revenus moyens des pêcheurs ouvriers (de loin les plus nombreux)

Voici quelques chiffres pour octobre 2011 (chiffres à réactualiser pour 2014) :

Salaire moyen d’un pêcheur – plongeur qui se loue pour une pêche hauturière vers l’Archipel Hoang Sa : autour de 5 millions de dongs (un peu moins de 180 euros) par mois (deux sorties de 15 jours pour un petit chalutier de 90 cv, une sortie d’un mois pour un chalutier de 250cv). La somme peut aller jusqu’à 8 millions VND (Vietnam dongs) si la pêche a été très bonne et descendre en dessous de 5 millions VND si la pêche a été mauvaise car souvent l’équipage partage chance et malchance.

Le prix d’un bateau de 90cv est d’un milliard VND, celui d’un 250cv est d’un milliard et demi VND.

Pour un « patron » pêcheur, l’investissement pour un chalutier de 90CV qui va pêcher à Hoang Sa pour 15 jours de sortie est de 150 millions VND (carburant, salaires, vivres etc…). Pour un 250cv et un mois de mer la somme dépasse les 200 millions VND.

La saison de pêche commence après le Tết (février solaire, nouvel an de l’année lunaire) et finit en septembre. Hors cette période les dangers de typhons violents sont plus fréquents. Il faut aussi préciser que de mi-mai au 1er août, donc en pleine saison de pêche, les Chinois ont unilatéralement décrété que la pêche était interdite « pour protéger l’environnement ». En fait, leurs propres chalutiers continuent de pêcher. Et quelquefois très près des côtes vietnamiennes. Pour les pêcheurs, les mois d’hiver se passent à terre à de petits boulots et à la maigre pêche côtière. Une journée à ramasser les algues marines sur la côte ou à trier et conditionner l’aïl (principale denrée agricole de l’île de Ly Son) rapporte de 30000 à 50000 VND. C’est essentiellement le travail des femmes et des enfants.

 « Dédommager ? » :

En avril 2014, le tribunal des affaires maritimes de Shanghai a ordonné la confiscation d’un cargo japonais pour se dédommager d’une dette de guerre datant de 1936: Trente millions de dollars pour deux bateaux perdus. Les japonais ont payé.

Combien de dizaines de milliards de dollars la Chine doit-elle au Vietnam pour l’emprunt forcé des Paracels pendant 40 ans, pour le manque à gagner économique que cela représente, pour les familles des militaires vietnamiens tués lors de l’annexion de l’archipel, pour les milliers de pêcheurs malmenés et interdits de pêche pendant ces dizaines d’années, pour les dizaines de pêcheurs tués, les dizaines de chalutiers coulés et confisqués, les centaines de rançons encaissées ? Si les dégâts de ce holdup monumental et ses conséquences devaient être seulement mesurés en termes d ‘argent un tel dédommagement boosterait l’économie du Vietnam pendant des années et sortirait de la misère des milliers de famille encore victimes de ces crimes.

Pour les dirigeants chinois, la seule façon de sortir par le haut de cette tragédie de leur fait est à l’opposé de la voie qu’ils ont choisi d’imposer : il faut cesser immédiatement toute agression et incursion dans l’espace maritime et insulaire sous souveraineté vietnamienne et prendre ses dispositions pour rendre à César ce qui lui appartient : rendre Hoàng Sa au Vietnam. Toute autre voie ne peut être qu’éphémère et conduire la Chine et la paix dans une impasse douloureuse.

André Menras

Chronologie réalisée par André Menras arrêtée au 01/06/2014. Textes et photos de l’auteur, publiés avec son aimable autorisation.

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

L’Institut d’Asie Orientale (IAO) et l’Association Culturelle des Vietnamiens du Rhône organisent

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

Samedi 24 mai, de 15h à 18h, Salle de réunion de l’IAO (R66)

L’atelier se propose d’analyser les récents événements liés à l’implantation d’une plateforme pétrolière dans les eaux contestées des Paracels. Cette implantation considérée comme « illégale » par le Viêt-Nam a engendré de nombreuses manifestations de rue partout dans le pays. Il s’agira de rappeler les enjeux géopolitiques du moment et de comprendre les causes des violences antichinoises qui se sont déroulées principalement dans les provinces de Binh Duong, Dong Nai et de Ha Tinh ainsi que leur impact sur le Viêt-Nam.

Intervenants :

  • Christophe Tran (ACVR) : Les réactions des Vietnamiens à l’étranger

 

Places limitées. Inscription requise auprès de l’IAO :

laurent.gedeon@ens-lyon.fr ou francois.guillemot@ens-lyon.fr

AtelierReflexionChine-Vietnam_2014_05_24

Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes

BinhDuong_NguoiKichDong4Les événements violents de ces derniers jours ont démontré que les autorités vietnamiennes en jouant la carte du nationalisme officiel ont été débordées par des forces de contestations populaires plus ou moins organisées par les « classes dangereuses » ou marginales de la société vietnamienne. Ces événements graves et meurtriers obligent la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) à revoir sa stratégie pour faire face à l’expansionnisme chinois. Dépourvue d’un soutien international clair, sa marge de manœuvre semble pour l’heure très étroite. Retour sur une semaine agitée qui doit se terminer demain 18 mai 2014 par de nouvelles manifestations dans tout le pays. L’affaire n’est donc pas close.

De façon prévisible, la Chine a haussé le ton après la bagarre meurtrière qui opposa ouvriers chinois et vietnamiens le soir du mercredi 14 mai dans le parc industriel de Vũng Áng dans la province de Hà Tĩnh [1]. Ce qui s’est déroulé ce jour là n’est pas encore clairement établi et les données sur le nombre de morts restent sujettes à caution. L’agence Reuters évoquait le 15 mai un total de 21 victimes tandis que d’autres sources chinoises rapportaient qu’au minimum deux Chinois étaient décédés et huit autres étaient portés disparus au cours de ces affrontements très violents [2]. Lors d’un point presse (pour reprendre les termes officiels) tenu le jeudi 15 mai, l’ampleur de l’affrontement a été soulignée :

« Selon les autorités provinciales, un conflit a opposé 5.000 manifestants vietnamiens à 1.000 experts, travailleurs et forces de surveillance chinois du chantier du projet Formosa » [3].

A la suite duquel 76 personnes ont été arrêtées. On dénombre 149 blessés et d’importants dégâts liés aux dortoirs incendiés et aux destructions ou vols de matériel du projet Formosa [4]. Selon Reuters, le Formosa Plastics Group est le premier investisseur taïwanais au Viêt-Nam et son usine sidérurgique usine, « qui doit être achevée en 2017, sera la plus grande installation sidérurgique d’Asie du Sud-Est » [5]. Autant dire que cela pèse dans le redressement économique du Viêt-Nam.

Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express
Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express

Le jour d’avant, le mardi 13 mai, la zone industrielle de Binh Duong à proximité d’Ho Chi Minh-Ville et qui regroupe de nombreuses sociétés chinoises s’enflammait. A l’issue d’une manifestation violente de milliers d’ouvriers vietnamiens, de très nombreux dégâts furent constatés pour un bilan financier et humain qui reste à évaluer [6]. Les explosions de violence de cette ampleur contre des biens assimilés à la Chine ou contre des ressortissants chinois sans distinction sont des faits rares et inédits au Viêt-Nam depuis au moins plusieurs décennies. Ils ont provoqué le départ quasi immédiat de plusieurs centaines de citoyens chinois vers le Cambodge [7].

De fait, ces deux manifestations violentes soulèvent aujourd’hui l’indignation mais aussi de nombreuses questions. La presse officielle a évoqué la présence d’éléments perturbateurs extérieurs au monde ouvrier lors des manifestation de Binh Duong. En particulier, le Người Lao Động [Le Travailleur] soulignait, dans ses éditions des 16 et 17 mai, l’organisation dont avait pu bénéficier une telle vague de destructions en mettant en avant l’implication de gangs organisés de plusieurs centaines d’individus. Le 16 mai, après l’arrestation de plus de 800 personnes, la police confirmait que parmi elles se trouvaient de nombreux voyous déjà présents sur la liste noire des services de police et résidant à proximité de la zone industrielle [8]. Une fois de plus, la RSVN découvre donc ses extrémistes, ses casseurs, sa racaille, ses gangs organisés mobiles. Elle découvre les « Bình Xuyên » des temps actuels et devrait garder en mémoire que l’on peut être à la fois voyou et patriote au Viêt-Nam.

Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai
Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai

Les internautes, observateurs scrupuleux de ces événements, et ceux qui participèrent directement aux manifestations vont plus loin que l’analyse officielle. Deux pistes, pouvant paraître excessives, sont soulevées mais qui démontrent qu’une enquête sérieuse doit être conduite. D’une part, un certain nombre d’internautes ou de Facebookers ont constaté les agissements troublants de groupes de manifestants [9]. Pour eux, il s’agissait de policiers en civils chargés de mettre le feu aux poudres. Ce serait donc une provocation et une manipulation. Dans quel but ? Discréditer les manifestations de rue non contrôlées par le pouvoir afin de prévenir tous les éventuels dérapages antigouvernementaux qui pourraient poindre leur nez les prochaines semaines. En clair, permettre la Sécurité publique (Công An) de poursuivre son travail de sape en direction des associations contestataires [10]. Le but ultime étant de garder le contrôle sur les manifestants et sur les slogans dans un sens favorable à l’Etat-Parti vietnamien [11].

BinhDuong_NguoiKichDong
Un manifestant armé d’un bâton appelant à investir les lieux d’une compagnie chinoise à Binh Duong © 2014 Tuan Khanh

De son côté, le journaliste Nguyen Quoc Thai a émis une autre hypothèse, relayée sur la toile, sans y apporter réellement de fondement. Pour lui, la main des services spéciaux chinois pourrait se trouver derrière ces débordements [12]. Dans quel but également ? La violence contre des ouvriers et des biens chinois permettrait d’alimenter le discours de la Chine pour stigmatiser l’impuissance de la RSVN à maîtriser sa course au nationalisme antichinois. Pourtant, malgré la gravité des faits dénoncés par l’agence chinoise Xinhua, la rupture entre les deux parties n’est pas à l’ordre du jour. En octobre dernier à Hanoi, les deux pays avaient même « convenu d’élever le niveau de la coopération bilatérale ». Voici ce que dit à ce propos l’agence officielle chinoise dans un style plutôt modéré :

En ce qui concerne l’impasse en mer de Chine méridionale, Hanoï devrait exercer un maximum de retenue et éviter de prendre des mesures qui pourraient aggraver la situation. Les canaux de discussion et de négociation sont toujours ouverts entre les deux pays, et il est grand temps de les utiliser [13].

S’il s’agit plutôt d’exactions organisées et provoquées par des gangs criminels comme le suppose le journal Người Lao Động (et aujourd’hui d’autres quotidiens en ligne), on peut se poser des questions sur l’attitude de la police. Comment est-ce possible qu’elle n’ait pas été informée qu’un coup de cet ampleur se préparait alors qu’elle dispose de nombreux indicateurs au sein de ces organisations ?

Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l'action © 2014 Tuan Khanh
Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l’action © 2014 Tuan Khanh

Ces trois hypothèses – gangs de banlieue, flics en civil ou agents téléguidés chinois – pour expliquer les dérapages violents des ces derniers jours sont difficiles à déterminer. Il est peu probable, compte-tenu du manque de liberté de presse et d’autonomie des médias, que la lumière complète soit faite sur ces événements. La nature du régime va dans le sens d’une version officielle validée qui doit être répercutée à tous les échelons. Quelle sera cette version ? Y en aura-t-il seulement une ? Ou plus probablement, les événements seront rapidement évacués des médias pour laisser place au nationalisme officiel dont l’objectif est de rassembler comme un bloc toute le peuple derrière son gouvernement que le slogan « đồng lòng với chính phủ » (« de tout cœur avec le gouvernement ») illustre parfaitement.

Quoiqu’il en soit ces événements tragiques soulignent la frustration qui habite le peuple vietnamien envers le grand frère chinois, assimilé depuis des années à un capitaliste outrancier doublé d’un impérialiste sans vergogne. Depuis plusieurs années déjà les conversations de type « café du commerce » sur la présence chinoise affichaient ouvertement le ressentiment des couches populaires. Les événements de Binh Duong et ceux plus graves de Ha Tinh sont assimilables à des expéditions punitives de bas niveau pour évacuer cette frustration accumulée depuis près d’une dizaine d’années et reposant sur une mystique antichinoise ancrée dans les mentalités et portée par l’histoire ancienne. Le déficit de communication du gouvernement voire le secret entretenu sur ses propres relations avec les réseaux politiques et d’affaires chinois participèrent de ce ras-le-bol. A ce titre, il paraît peu probable que le gouvernement vietnamien n’ait eu aucune information en amont en provenance de la Sécurité militaire du ministère de la Défense sur l’installation d’une plateforme d’une telle ampleur dans ses eaux. Si elle est sincère chez bon nombre de patriotes, l’indignation soudaine des hauts dirigeants apparaît un peu surfaite.

Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan
Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan

L’Etat-Parti tente de sauver aujourd’hui la mise en se positionnant comme l’interlocuteur unique et crédible pour répondre du fait accompli chinois en Mer de Chine méridionale. Or, l’histoire récente entre les deux pays démontre qu’au cours du XXe siècle le Vietnam communiste était plus préoccupé par la mise en place de sa révolution socialiste autoritaire sur l’ensemble du pays que de préserver l’intégrité de son espace maritime. La Chine maoïste fut le modèle absolu de Truong Chinh, Le Duan ou de Le Duc Tho, bref de ceux qui dirigèrent le Nord Viêt-Nam depuis 1954. Alors que la Chine décollectivisait après la mort de Mao, le Viêt-Nam réunifié (RSVN) se lançait dans une collectivisation ratée et coûteuse du Sud tout en observant avec perplexité mais sans doute une admiration cachée la réforme chinoise et les fruits de sa réussite.

Les choses ont évolué depuis les années 2000 avec les attaques répétées de la Chine contre des marins vietnamiens qui ont soulevé l’indignation de la presse. Rappelons à cette occasion l’excellent reportage d’André Menras intitulé Vietnam Hoang Sa : la meurtrissure, interdit de projection à HCM-Ville en novembre 2011 [14]. Depuis 2010, de nombreux ouvrages du « monde académique » dédiés à la question de la « Mer orientale » (Bien dong) ont été publiés au Viêt-Nam. Tous les moyens sont bons pour fournir les preuves cartographiques et textuelles de l’ancienneté de la souveraineté vietnamienne sur cet espace maritime. Un des meilleurs ouvrages sur la question fut édité dès 1974 par les historiens de la République du Viêt-Nam (Sud). Il s’agit du numéro spécial de la revue Sử Địa (n° 29), publié à Saigon, et pourtant non réédité lors de cette course à la preuve historique.

Le Sud Viêt-Nam savait de quoi il parlait car il venait de perdre la bataille des Paracels lors d’un conflit maritime limité. Alors que les Américains se désengageaient massivement du conflit vietnamien, le gouvernement du Sud privé du soutien de son allié avait tenu à défendre son territoire quoiqu’il advienne. Les marins tombés lors de cette bataille sont aujourd’hui les héros d’une grande partie de la communauté exilée. Cette dernière n’est pas en reste dans ses critiques contre Hanoi. Résolument anticommuniste, elle pointe là où ça fait mal en déclinant régulièrement toutes les allégeances historiques du Parti communiste vietnamien (PCV) à son mentor chinois. Ce fut d’abord la catastrophique réforme agraire des années cinquante, puis l’affaire des « révisionnistes anti-parti » contre les pro-soviétiques du régime dans les années soixante, jusqu’à la rupture de 1972 (visite de Nixon à Pékin dans le dos d’Hanoi). Sans parler de la traque engagée contre « l’ennemi intérieur » (le traître, le réactionnaire), qu’il fut trotskiste ou nationaliste, depuis la Révolution d’Août 1945.

AnhHungHoangSa1974
Commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels le 19 janvier 2014 aux Etats-Unis © Hoang Sa Paracel

Après la réunification, la guerre des communismes enflamma le Viêt-Nam jusqu’au retrait du bourbier cambodgien en 1989. Dix ans plus tard, d’autres frustrations apparurent. Ce furent l’affaire des frontières entre 1999 et 2009 avec le bornage fort contesté puis les reculades de Hanoi devant la question du bauxite, exploité par des milliers d’ouvriers chinois sur l’ancienne colonne dorsale de la guerre, la mythique Piste Ho Chi Minh. Enfin, chacun put observer la faiblesse des réactions officielles lors des atteintes aux biens et aux marins vietnamiens, maltraités ou tués en mer par des militaires chinois. De nombreux autres exemples pourraient être donnés pour illustrer cette frustration grandissante comme la question des grèves ouvrières dans les entreprises chinoises, taïwanaises ou coréennes constamment réprimées depuis des années.

Dans son analyse des événements, la Chine se pose aujourd’hui en maître du jeu. Elle appelle à la retenue, même si sa blogosphère est forcément plus radicale [15]. Tout en réaffirmant fermement ce qu’elle considère comme son bon droit, la Chine entend calmer le jeu mais elle laisse entrevoir la possibilité d’une réaction plus musclée. Arc-boutée sur un discours nationaliste (tout comme le Viêt-Nam), le général Fang Fenghui, en visite aux Etats-Unis le 15 mai, a lancé depuis Washington, une mise en garde :

« Le territoire frontalier nous a été transmis par nos ancêtres et nous ne pouvons pas nous permettre d’en perdre un pouce », a souligné le général Fang, lors d’une conférence de presse conjointe après une rencontre avec son homologue américain, Martin Dempsey.

« Nous ne cherchons pas les troubles, nous ne créons pas les troubles, mais nous n’avons pas peur des troubles », a martelé le général Fang, qui effectue une tournée aux Etats-Unis depuis mardi.

« La Chine est un pays épris de paix. Nous nous attachons à promouvoir un développement pacifique et à mettre en œuvre une politique de défense nationale défensive », a-t-il expliqué. [16]

La Chine est de toute évidence en position de force. Créancière du monde, elle accède cette année à la place de première puissance mondiale avant les États-Unis, titre qu’elle récuse modestement [17]. Les intérêts économiques mondiaux sont très dépendants de la Chine, ce nouvel empire qui organise le basculement du monde. Si par malheur, cette superpuissance montrait des signes de faiblesses ou devait s’effondrer (voir les risques de faillite des ses trusts), les autres grandes puissances ne manqueraient pas de lui venir en aide pour préserver l’équilibre économique planétaire. Si elle se fâchait en coulant quelques navires vietnamiens en Mer de Chine peu d’États oseraient l’affronter. La Chine populaire soulève les arguments de poids qui devraient ramener tout le monde à la raison. Elle n’hésite pas à mettre en avant la longue amitié entre les deux États-Partis et de souligner que « le maintien de la stabilité en mer de Chine méridionale et l’amélioration des relations bilatérales répondent autant aux intérêts de la Chine qu’à ceux du Vietnam » [18]. Le prix de cette amitié et de cette allégeance d’une partie du Polit-Buro vietnamien se paie aujourd’hui et il paraît bien difficile pour le gouvernement vietnamien de modifier la donne (répondre aux exigences chinoises) sans provoquer un séisme politique interne.

François Guillemot

 

Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville © 2014 TTXVA
Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville le 10 mai 2014 © 2014 TTXVA

Notes

[1] La Chine exhorte le Vietnam à punir les auteurs des violences et à assurer la sécurité des ressortissants chinois, Xinhua, 16/05/2014.

[2] Synthèse 2-Emeutes anti-chinoises meurtrières au Vietnam, Reuters, 15/05/2014 ; (dépêche Xinhua), Vietnam/émeutes : un mort et 149 blessés dans le centre du pays, Le Quotidien du Peuple, 16/05/2014. Voir aussi : Bloody violence targeting Chinese workers in Ha Tinh, Dan Lam Bao, 15/05/2014.

[3] Ha Tinh : les troubles à l’ordre public seront sévèrement sanctionnés, Vietnam +, 16/05/2014.

[4] Dépêche Xinhua du 16/05/2014, art. cit.

[5] Synthèse 2 de Reuters, art. cit.

[6] Reuters rapporte que 460 entreprises ont signalé des dégâts.

[7] Face aux violences, des centaines de Chinois du Vietnam fuient vers le Cambodge, France 24, 15/05/2014.

[8] Điểm mặt côn đồ gây rối, Nguoi Lao Dong, 17/05/2014

[9] Voir les reportages du musicien Tuấn Khanh : Đi giữa dòng bạo động (P.1) ; Đi giữa dòng bạo động (P.2). Reproduit sur le blog Dan Lam Bao. Voir la version anglaise : Amidst the torrent of violence.

[10] Rappelons que la répression se poursuit avec l’arrestation le 15 mai au matin des manifestants et blogueurs Le Thi Phuong Anh et Trung Nghia : Urgent announcement: Dong Nai police arrest Le Thi Phuong Anh and Trung Nghia, Dan Lam Bao, 17/05/2014. Selon son mari, Le Thi Phuong Anh a enquêté ces dernières années sur l’implication du ministre de l’économie Hoang Trung Hai et d’autres personnalités très importantes du régime dans un trafic de drogue.

[11] Ceci fut vérifié lors de la manifestation de Hanoi. Voir la vidéo sur YouTube : Des membres de la police se mêlent aux manifestants et empêchent des slogans contre les dirigeants « a bas des traîtres du pays » par « protégeons la patrie ». (29e Prix du Reporter de Rue / Giải Phóng Viên Vỉa Hè 29  tháng năm 2014).

[12] Nam Nguyên, Đặc vụ Trung Quốc kích động biểu tình bạo động?, RFA, 16/05/2014.

[13] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014. Un dialogue constructif a tout de suite été engagé entre les deux parties : La Chine et le Vietnam s’entretiennent sur les récentes violences anti-Chine, Xinhua, 17/05/2014.

[14] Voir « Les aventures inattendues d’un film », sur le site de Carnets du Viêt Nam.

[15] La rivalité Chine-Vietnam enflamme les réseaux sociaux, RFI, 16/05/2014 ; Déclarations martiales en direction du Vietnam, Courrier International, 16/05/2014.

[16] La Chine ne peut pas se permettre de perdre ne serait-ce qu’un pouce de son territoire, Xinhua, 15/05/2014.

[17] Philippe Barret, « La Chine, première puissance économique mondiale ? », Le nouvel économiste, 15/05/2014.

[18] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014, art. cit.

* * *

* * *

A lire sur ce sujet sur Mémoires d’Indochine

Daniel Schaeffer : Mer de Chine du Sud : Illégitimité du tracé en neuf traits. La Chine persiste et signe [Asie21]

[ndlr] Pour mieux saisir les enjeux en Mer de Chine méridionale, rappel par Daniel Schaeffer du contexte juridique et de la stratégie chinoise dans les eaux constestées.

Les 3 et 4 mai 2014, par le biais de sa compagnie China National Oil Offshore Company (CNOOC), la Chine a mis en place sa plate-forme géante de forage (HD-981 ou Haiyang Shiyou 981) au large des côtes vietnamiennes pour y mener une campagne temporaire de recherches pétrolières, du 4 mai au 15 août. La plateforme en question a été amarrée au large de Danang, plus exactement de la province de Quang Ngai, à 120 milles marins de l’île vietnamienne de Ly Son, et à quelque 18 milles marins au sud de l’île du Triton, de l’archipel des Paracels, à 15°29’58’’ de latitude nord et 111°12’06’’ de longitude est. Elle est ainsi placée en zone économique exclusive (ZEE) vietnamienne, sur le block d’exploration – exploitation pétrolière N°143. Les cartes jointes permettent de visualiser correctement le site de la contestation.

En revanche, de leur côté, les Chinois estiment être dans leur droit en ce sens que la plateforme a été installée dans la zone contigüe des îles Paracels, ce qui, si l’on se place dans le cadre de l’interprétation abusive qu’ils commettent depuis longtemps du droit de la mer, est exact. En effet, le 15 mai 1996, le gouvernement chinois, dans sa déclaration sur « la ligne de base de la mer territoriale de la mer de Chine du Sud » a présenté les coordonnées des points à partir desquels il tirait les lignes de base droites qui déterminent le territoire de l’archipel des Paracels.

Or une telle méthode ne peut pas s’appliquer aux Paracels. La Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) la réserve, jusqu’à présent, aux seuls Etats archipels. Par cet artifice, au lieu de pouvoir prétendre à des eaux territoriales, des zones contiguës, des ZEE qui ne s’étendent qu’à partir des seules émergences qui peuvent soutenir une vie autonome (article 121.3 de la CNUDM), les Chinois prétendent alors à des eaux territoriales et une ZEE qui correspondent à un archipel, et non pas seulement à une ou plusieurs îles prises une à une. Dès lors le gain déterminé dans ses conditions en prétentions à territoire maritime sous souveraineté ou droits souverains est nettement supérieur à ce qui serait déterminé dans le cadre de l’application du régime des îles à chaque île des Paracels. C’est ce qui permet aux Chinois d’affirmer qu’ils sont dans leur droit lorsqu’ils implantent la plateforme HD-981 sur le site indiqué.

CarteVOV[cliquez sur l’image pour l’agrandir. Source VOV]

Lire la suite : Asie21

Viêt-Nam : Changer pour exister ?

Tel pourrait être le slogan résultant des diverses manifestations antichinoises de ces derniers jours. Le blog frondeur des net-citoyens combattants « Dân Làm Báo » a relayé la parole de quelques internautes convaincus d’une chose : le Parti communiste vietnamien au pouvoir n’a plus la capacité de résoudre la question des Paracels [1].

Compte-tenu des bonnes relations, jusqu’à présent, entre les deux partis communistes chinois et vietnamiens, le PCV n’a même peut-être jamais eu réellement cette volonté de mettre en faute le grand frère chinois, son propre mentor politique. La question est posée crûment par un hanoïen qui pendant de longues années a observé avec perplexité l’attitude bénie oui-oui des plus hauts dirigeants et d’une partie de l’intelligentsia vis-à-vis de Beijing [2].

HanoiBieuTinh_ FBThanh Hoang
« Pour une nation prospère, il faut changer ! » © 2014 Dan Lam Bao

Cet aveuglement à propos des ambitions chinoises a été, depuis de longues années, dénoncé par des blogueurs dont la plupart sont aujourd’hui soit d’anciens prisonniers de conscience (Cu Huy Ha Vu, Le Thanh Long, Le Cong Dinh, Nguyen Tien Trung, Pham Thanh Nghien…), soit toujours en prison (Ba Sam Nguyen Huu Vinh, Bui Thi Minh Hang, Dieu Cay Nguyen Van Hai, Dinh Nguyen Kha, Le Quoc Quan, Ta Phong Tan, Tran Anh Kim, Tran Huynh Duy Thuc…) et dont les analyses ou les mises en garde restent tout à fait pertinentes dans le contexte actuel [3]. Si l’on considère l’état des dégradations entre Hanoi et Beijing suite à l’affaire de la plate-forme HD 981, ces net-citoyens furent des visionnaires.

Concernant les relations avec la Chine populaire, la responsabilité que porte le PCV est très importante pour ne pas dire historique car elle s’inscrit dans le long terme. Le Parti communiste vietnamien doit en effet beaucoup à la Chine populaire pour sa pérennité dans le temps. Le Parti Communiste Indochinois (PCI) de Ho Chi Minh connut sa genèse nationaliste en Chine (avec le Thanh Niên) dans les années vingt, se lia d’amitié avec des révolutionnaires chinois dans les années trente, en adopta les pratiques d’organisation et favorisa dans les années cinquante la greffe du système maoïste dans les campagnes de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN, ancien Nord Viêt-Nam) pendant la réforme agraire [4]. Le parti, devenu Lao Dong en 1951, mena une purge sociale et politique sanglante lors de cette réforme agraire avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’une grossière erreur qui porte encore aujourd’hui la marque de l’infamie dans l’histoire de son existence.

Les deux décennies suivantes, le parti bénéficia d’une aide considérable en hommes (plus de 320.000 soldats chinois en RDVN entre juin 1965 et mars 1968), moyens militaires et financiers pour conquérir le Sud Viêt-Nam, République indépendante massivement soutenue de son côté par les États-Unis [5]. Il porte en lui cette lourde « dette » qui pouvait être soldée dans les années 1980 lorsque les relations s’étaient considérablement dégradées à la suite de l’invasion du Cambodge et de la guerre frontalière de février-mars 1979. Cependant, les années d’après, les hauts-dirigeants pragmatiques plus proches de l’URSS que de la Chine populaire ne réussirent pas à s’imposer à la tête de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN), l’État officiellement réunifié depuis 1976 [6]. Le retrait militaire des troupes vietnamiennes du Cambodge à partir de 1989, la fin de l’URSS en 1991 et son démembrement, et le réchauffement diplomatique avec Beijing l’année suivante ont inauguré une nouvelle ère d’amitié et d’échanges entre les deux Partis-États chinois et vietnamien. Pour autant, ce partenariat régulier ne fut pas sans embûches notamment sur la question des zones maritimes relevant de la souveraineté des deux pays.

Dans la décennie 1999-2009, le bornage de la frontière entre les deux États avait soulevé moult polémiques. Certains Vietnamiens (même au sein de l’appareil) considéraient que la Chine populaire avait profité de l’établissement de cette nouvelle frontière officielle pour « grignoter » quelques kilomètres à l’intérieur des terres (engloutissant au passage quelques symboles frontaliers) et des eaux vietnamiennes (en particulier dans le golf du Tonkin) [7]. L’affaire de l’exploitation de bauxite à partir de 2008 avait frappé l’opinion et mit en avant la force des groupes d’intérêts au sein du Parti. Le sentiment national avait été quelque peu sacrifié sur l’autel du développement économique. Des milliers de travailleurs chinois étaient installés sur l’ancienne Piste Ho Chi Minh pour extraire le précieux minerai. Le général Vo Nguyen Giap en personne, véritable icône patriotique, avait envoyé aux instances dirigeantes plusieurs mises en garde soulignant son désaccord et sa perplexité devant la politique menée [8].

Les partis nationalistes, éternels concurrents du national-communisme hanoïen, publièrent également déclarations sur déclarations pour dénoncer ce qu’il considère comme une mainmise chinoise sur le Viêt-Nam [9]. Depuis 2010, une vidéo politico-historique au titre évocateur Đại Họa Mất Nước (La catastrophique perte du pays) a même été largement diffusée sur les réseaux sociaux et dans la communauté d’outre-mer [10]. Si cela a été fait avec beaucoup d’exagération avec une bonne dose d’ultranationalisme, la réalité d’aujourd’hui rejoint les pires scénarios. Le gouvernement vietnamien est dans l’impasse ou du moins au pied du mur. Il se doit désormais d’afficher son indépendance vis-à-vis de Beijing et donc de déconstruire la solidarité politique patiemment élaborée depuis le début des années 1990 avec la Chine populaire. Cela ne se fera pas en un jour, les liens politiques, économiques et familiaux avec la Chine restent forts au sein de l’appareil communiste vietnamien. La fracture ancienne entre « pro et contra » est ravivée et ne se refermera que si la Chine calme le jeu et modère son action vis-à-vis de son voisin du Sud.

Paradoxalement, si les hauts-dirigeants du Parti arrivent à conserver une unité sur la question nationale, cet incroyable défi lancé par Beijing pour tester les limites de son partenaire politique régional peut se transformer en une occasion de faire le point des relations entre les deux pays à l’aune de l’expérience de plusieurs décennies. L’occasion de se rapprocher des États-Unis est une solution envisageable [11]. L’Europe, quant à elle, n’apparaît pas comme un partenaire assez uni et résolu dans la région pour peser face à la Chine. La crise actuelle permet en effet de constater que les Philippines s’en sortent mieux que le Viêt-Nam grâce au parapluie américain [12]. Est-il trop tard ? Le PCV saura-t-il saisir cette nouvelle opportunité pour refondre sa politique extérieure puis intérieure ? La pression populaire pourra-t-elle être canalisée ?

Si l’on considère l’épreuve de la refonte de la constitution de l’année dernière comme celle d’un rendez-vous manqué avec l’histoire, on peut douter de la capacité de se réformer du pays sur le plan politique [13]. Si l’on considère sur un plus long terme les changements effectués depuis bientôt trente ans avec l’avènement du Đổi Mới (Renouveau), notamment sur le plan diplomatique, on peut espérer une avancée pour sortir de l’embarrassant giron chinois. Dans le contexte international actuel, présentant l’image d’un Poutine conquérant et d’une faible intervention diplomatique étrangère sur la question de l’Ukraine et de la Crimée en particulier, il est fort à parier (ce que démontre déjà la modeste réaction de l’ASEAN) que la question de l’espace maritime vietnamien n’intéresse que peu les officines diplomatiques. De fait, la RSVN apparaît isolée du fait même de ses contradictions internes. Elle doit mobiliser sa population comme aux grandes heures de la guerre mais pour recueillir pleinement l’adhésion elle doit également favoriser le jeu démocratique et engager de façon officielle et responsable une véritable réconciliation nationale.

Ne plus censurer la parole, libérer les prisonniers de conscience dont certains ont développé de véritables programmes d’alternative politique [14], permettre un bi-partisme voire le multipartisme, renouveler l’Assemblée nationale à travers des élections libres sont les choix impérieux et courageux du second Đổi Mới que le PCV doit initier [15]. Sans quoi, il portera à jamais dans son histoire, celle de son peuple, l’unique et lourde responsabilité d’un défaut de fonctionnement face à une Chine envahissante. Tel est l’enjeu véritable de la sortie de crise du défi lancé par Beijing. La solution la moins coûteuse sur le plan politique mais également la moins honorable serait de faire le gros dos pendant les quelques mois d’exploitation chinoise dans les eaux vietnamiennes. Pour cela, le pouvoir actuel devra maintenir la protestation populaire à une expression de pure forme au risque de passer pour un élève (turbulent mais relativement impuissant) aux ordres de la Chine.

François Guillemot

__________________

Notes

[1] Voir Nguyen Thach, Còn cộng sản Việt Nam – Còn thất vọng!, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[2] Nguyen Trung Linh, Hỡi bọn người ngu dốt và hèn nhát trong nội bộ đcsvn đã sáng mắt ra chưa?, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[3] A titre d’exemple, voir les entretiens avec le lieutenant-colonel Tran Anh Kim sur la Chine, le rôle de l’armée populaire, la question des Paracels et des Spraleys : Cựu Trung Tá QĐND Trần Anh Kim Nói Về Hoàng Sa & Trường Sa 1/2 (YouTube) ; Cựu Trung Tá QĐND Trần Anh Kim Nói Về Hoàng Sa & Trường Sa 2/2 (YouTube).

[4] Voir le constat édifiant dressé par le colonel Bui Tin dans ses Mémoires: Bui Tin, 1945-1999, Vietnam : la face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, (ch. II: Réformes).

[5] Cf. Qiang Zhai, China and the Vietnam Wars, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2000, p. 135.

[6] Voir la cabale lancée contre le général Vo Nguyen Giap et ses soutiens par les conservateurs pro-chinois exposée dans Huy Duc, Le Général Giap, Dien Dan – Forum.

[7] Pour un aperçu général de la résolution des questions frontalières entre les deux pays, voir : Ramses Amer, The Sino-Vietnamese Approach to Managing Boundary Disputes, IBRU, Martitime Briefing, 2002.

[8] Voir les trois lettres de Vo Nguyen Giap rédigées en 2009 publiées sur le site Bauxite : Tư liệu liên quan đến bản Kiến nghị 2009 (17) – Ba lá thư của Đại tướng Võ Nguyên Giáp gửi đến các nhà lãnh đạo về vấn đề khai thác Bauxite Tây Nguyên ; la troisième lettre du 20/09/2014 : Thư thứ 3 của Đại tướng Võ Nguyên Giáp gửi BCH TU, Bộ Chính trị cùng Quốc hội và Chính phủ về vấn đề Bauxite Tây Nguyên (Blog Boxitvn).

[9] Voir à titre d’exemple la déclaration du Tân Dai Viêt : Tuyên Cáo của Đảng Tân Đại Việt, LMDCVN và ĐGĐ Nguyễn Ngọc Huy (11/05/2014).

[10] Le film est diffusé sur You Tube et a bénéficié depuis 2010 d’une audience très importante : Đại Họa Mất Nước.

[11] Cf. l’analyse de Trần Trường Thủy, Căng thẳng Việt-Trung là cơ hội đẩy mạnh quan hệ Việt-Mỹ, VOA, 12/05/2014. Voir aussi : Nguyen Nghia 650, Một cơ hội lớn để thoát Trung, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[12] Akit Panda, Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters?, The Diplomat, 13/10/2014.

[13] Cf. François Guillemot, La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ?, Mémoires d’Indochine, 01/12/2013.

[14] Voir l’ouvrage en ligne du dissident Tran Huynh Duy Thuc, « Quelle voie pour le Viêt-Nam » : Sách Trần Huỳnh Duy Thức và Con Đường Nào Cho Việt Nam (PDF)

[15] Laurent Gédéon & François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Bangkok & Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2012, pp. 289-311.

Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters? – by Ankit Panda

[ndlr] Article de Ankit Panda publié dans The Diplomat d’aujourd’hui. Analyse des raisons qui ont poussé la Chine populaire à forer dans les eaux vietnamiennes. Pourquoi maintenant et pourquoi le Vietnam ? L’article est suivi de l’analyse lucide et détaillée du Viêt-Nam sur cette question (première partie de l’émission). Rappel des faits et du contexte international particulier, offrant l’occasion pour la Chine de tenter de modifier les rapports de force dans la région et d’affirmer son autorité sur les eaux contestées.

Navire de la Garde côtière chinoise attaquant un navire vietnamienne au canon à eau au large de la plate-forme HD 981 © 2014 Dan Tri
Navire de la Garde côtière chinoise attaquant un navire vietnamien au canon à eau au large de la plate-forme HD 981 © 2014 Dan Tri

Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters?

Why now and why Vietnam?

The who, what, where, when and how of China’s HD-981 oil rig foray into Vietnamese waters have been addressed comprehensively, both by commentators here at The Diplomat and elsewhere. The enduring question, as with many of China’s provocative actions in the Asia-Pacific, remains why? The opacity of China’s internal decision-making processes makes it rather difficult to conclusively answer that question, but a good amount of evidence suggests that the oil rig crisis with Vietnam was manufactured to test the mettle of ASEAN states and the United States. It gives Beijing an opportunity to gauge the international response to China asserting its maritime territorial claims.

As Carl Thayer points out on this blog and M. Taylor Fravel said in an interview with The New York Times, the China National Offshore Oil Company’s decision to move oil rig HD-981 was a premeditated move of territorial assertion. CNOOC may be a state-owned enterprise but the decision to move this $1 billion asset into an area with questionable hydrocarbon reserves while also inciting a diplomatic crisis speaks to the planned, political nature of this move. The fact that approximately 80 PLAN and Chinese coast guard ships accompanied the rig reinforces the notion that China was making a strategic push to assert its territorial claims in the region.

Read more : The Diplomat, 13/05/2014.

* * *

L’analyse vietnamienne

Trung Quốc dùng giàn khoan 981 để thay đổi hiện trạng Biển Đông

Source : Clip VN