Archives par mot-clé : République Démocratique du Viêt-Nam

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 2

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Une séance d’accusation publique (đấu tố) pendant la réforme agraire en RDVN © DR

★ ★ ★

La réforme agraire radicale (RDVN 1953-1956)

Séance 2 : mercredi 27 septembre 2017 – salle D4.070 (IAO)

La réforme agraire radicale, menée en RDVN à partir de 1953, a profondément marqué la société du Nord Viêt-Nam. Organisée sur un modèle maoïste, elle a pendant trois ans instituée la violence révolutionnaire dans la vie quotidienne des paysans. Visant à rendre la terre aux paysans, elle a été à l’origine de nombreux abus aux conséquences sanglantes. Si les chiffres officiels des exécutions publiques n’ont jamais été rendus, on estime à 50.000 morts le résultat de cette opération policière sous contrôle chinois. L’appareil d’État, conscient de la dérive, dut mettre sur pied une « campagne de rectification des erreurs » et Hô Chi Minh d’écarter, pendant un temps, le secrétaire général du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam, premier responsable politique de la RDVN. Cette séance s’intéresse aux récits littéraires encore imprégnés aujourd’hui de cette fracture interne au communisme vietnamien.

Timbre émis en RDVN en 1954 sur lequel figure les portraits du triumvirat représentant l’union entre les trois Partis communistes du Viêt-Nam, de l’URSS et de la Chine populaire : Gueorgui Malenkov, dirigeant du PCUS, Ho Chi Minh, président de la RDVN et Mao Zedong, président de la RPC et du PCC.

Sources mobilisées :

  • Duong Thu Huong, Les paradis aveugles, Paris, Des Femmes, 1991, p. 24-49.
  • Hoang Minh Tuong, Le temps des génies invincibles, Paris, Editions de la Frémillerie, 2014, p. 153-179.
  • Ta Duy Anh, Passer outre, publié sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/13304

Un regard extérieur :

  • Lise London, Le Printemps des camarades (L’écheveau du temps 2), Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 187-194.

Une référence clé :

  • Tessier, Olivier, « Le ‘grand bouleversement’ (long trời lở đất) : regards croisés sur la réforme agraire en République démocratique du Việt Nam », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, vol. 95-96 (2008-2009), 2012, pp. [73]-134. PDF en ligne.

 

Image « à la une » et illustration : photographies du journaliste Dimitri Baltermants (1912-1990) lors d’un séjour en RDVN en 1955 © The Dmitri Baltermants Collection/CORBIS. Les autres images connues de la réforme agraire sont de Franz Faber également prises en RDVN en 1955.

Le drapeau de la République Démocratique du Viêt-Nam [RDVN / DRV] – 14 septembre 1945

[ndlr] Documents visuels de la séance 2.

Parution dans le Cứu Quốc [Salut National], journal du Front Viêt-Minh, édition du 14 septembre 1945  du schéma du drapeau national et de ses dimensions officielles.

cuuquoc_14-09-1945cuuquoc_banphucsaclenh5_14-09-1945Vue rapprochée des dimensions du pavillon national.

flag_of_north_vietnam_1945-1955Le drapeau du Viêt-Minh, adopté en 1941, est devenu l’emblème officiel de la RDVN entre 1945 et 1955. La forme de l’étoile fut modifiée par décret (249/SL) le 30 novembre 1955 pour prendre la forme du drapeau désormais en vigueur en République socialiste du Viêt-Nam depuis 1976 © Wikimedia

Pour en savoir plus, voir la notice Wikipedia en vietnamien : Quốc kỳ Việt Nam Dân chủ Cộng hòa

David Lan Pham : Two hamlets in Nam Bo – CR de lecture par Camille Le Guilloux

CR de lecture de Camille Le Guilloux : David Lan Pham, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Viet Nam through Japanese occupation, the French and Americans wars, and Communist rule, 1940-1986, Jefferson, NC, & London, McFarland, 2000, 299 p.

DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoCet ouvrage, publié en 2000, est une autobiographie relatant la vie de David Lan Pham, de son vrai nom Pham Dinh Lan. Il naît en 1940, à Thu Dau Mot dans le sud du Vietnam, lors de l’occupation de l’Indochine par le Japon. Il est diplômé de l’Université de Saigon et a enseigné l’histoire et les langues. Par ailleurs, il a pris part à la vie culturelle du Sud-Vietnam avant 1975 et a été entre autres Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie et secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne. Il vit actuellement aux États-Unis, à Toledo, où il travaille auprès des réfugiés et rédige des ouvrages concernant le Vietnam.

Jusqu’à son départ en 1985, il est le témoin direct de l’occupation japonaise, de la guerre d’Indochine, de la guerre du Vietnam puis de la paix sous le régime communiste. Au travers de son ouvrage, il rend compte de la vie sociale et politique tourmentée du Vietnam pendant quatre décennies. En partant de deux petits villages, Binh Chuan et Tuy An, de la région du Sud-Est (Dông Nam Bô), dans lesquels il a grandi, l’auteur nous apprend comment les Vietnamiens ont survécu et se sont adaptés aux guerres et aux différents régimes. Il mêle les faits historiques, ses analyses politiques, le récit de sa propre vie et des anecdotes de la vie quotidienne pour dresser le portrait de la population vietnamienne.

1940-1954 : Occupation japonaise, domination française, répression Viêt-Minh

L’ouvrage s’ouvre sur une description des deux villages dans les années 1940 : Tuy An et Binh Chuan. Tuy An est un village fondé par l’arrière-grand-père de l’auteur. L’agriculture y est peu développée, c’est pourquoi les villageois doivent étudier pour s’en sortir. Beaucoup parlent le français. Par rapport à Tuy An, Binh Chuan est plus rural, les villageois sont majoritairement des fermiers. Selon l’auteur, le destin de ces deux villages est représentatif de ce qui se passe dans le reste du pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Binh Chuan n’a pas été dévasté, mais les villageois ont souffert de la faim et du manque de produits de première nécessité. En effet, suite à la défaite française contre l’Allemagne en 1940, les Japonais pénètrent en Indochine. Les soldats japonais atteignent Binh Chuan où ils battent les villageois et les forcent à faire des corvées. Après la guerre, les personnes ayant accompli ces corvées sont accusées de collaborer avec les Japonais : c’est le premier témoignage de l’atmosphère de suspicion et d’accusations mutuelles qui va régner par la suite au Vietnam. Cependant, l’auteur fait partie d’une famille plutôt riche et respectée, et a relativement peu souffert de la guerre. La violence de l’occupation japonaise est même peu relatée. David Lan Pham souligne par ailleurs l’absence de problèmes majeurs entre les villageois (comme le vol) et met au contraire l’accent sur la solidarité qui régnait entre eux.

Cependant, cette époque décrite par l’auteur comme une « peaceful life in wartime » se termine avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 9 mars 1945, les occupants japonais attaquent l’administration et les garnisons françaises qu’ils avaient laissées en place. L’opération Meigo signe la fin du protectorat français sur l’Indochine. C’est un grand bouleversement dans la vie de l’auteur, car son père, professeur employé par l’administration française, perd son emploi. La famille déménage ensuite à Tuy An pour que l’auteur ait accès à une meilleure éducation. Suite à la capitulation japonaise et à la « révolution d’août » menée par le Viêt Minh, Ho Chi Minh déclare le 2 septembre 1945 l’indépendance du Vietnam et la création de la République Démocratique du Vietnam, dont il est le président. Si la majorité des Vietnamiens dans l’entourage de l’auteur se réjouissent de l’indépendance, son père au contraire reste sceptique et peu perméable aux arguments des partisans du Viêt Minh qu’il doit accueillir chez lui. Il faisait partie des gens peu impliqués en politique et dubitatifs face à l’emploi du terme « démocratie » pour expliquer les bains de sang perpétrés par les révolutionnaires. Pour cette raison, il est surveillé par la police du Viêt Minh.

BaoCongAnMoi1946
« Sécurité publique nouvelle », le journal de la police relatant la répression des opposants en 1946 © DR

A partir de 1946, l’armée française tente de reconquérir l’Indochine. L’avancée des troupes est violente : Tuy An est détruit. Le climat de suspicion est alors à son comble : la police du Viêt Minh accuse le père de travailler pour les Français. Les Français finissent par s’emparer de Tuy An, et tuent les membres du Viêt Minh, dont l’oncle de l’auteur. Par extension, les Français accusent le père d’être Viêt Minh et l’emprisonnent à Laithieu, tandis que la mère et les frères sont menacés par le Viêt Minh qui accuse toujours le père de collaborer avec les Français. L’auteur retourne alors à Binh Chuan auprès de sa grand-mère. Ce que vit la famille de l’auteur reflète le quotidien des Vietnamiens : le jour, les Vietnamiens sont persécutés par les Français, qui les soupçonnent d’appartenir au Viêt Minh. La nuit, les personnes relâchées par les Français sont interrogées par le Viêt Minh, qui les voit comme des collaborateurs. Finalement, le père de l’auteur est relâché par les Français, et devient professeur à Laithieu. C’est donc dans cette ville, contrôlée par les Français, que la famille de l’auteur est réunifiée. Le jeune auteur y est témoin de nombreux massacres de prisonniers par les Français. Les corps sont jetés dans la rivière. Le fort ressentiment de l’auteur à l’égard de la domination française sur son pays le pousse en 1950 – il a alors 10 ans – à essayer de rejoindre le Viêt Minh pour la combattre. Il se rend alors à Binh Chuan, qui est contrôlé par le Viêt Minh, mais il est renvoyé à Laithieu par sa grand-mère. En raison de ce voyage de deux jours à peine, ces parents sont inquiétés par l’administration française qui les soupçonne d’accointance avec le Viêt Minh. L’auteur lui-même est interrogé et échappe de peu à la torture.

1955-1975 : Guerre froide et « Bloody war »

1954 signe la défaite de la France et marque la fin de la guerre d’Indochine. La Conférence de Genève convient du cessez-le-feu et de l’armistice entre l’armée française et la République démocratique du Vietnam. Le pays est séparé en deux au niveau du 17e Parallèle. L’auteur vit alors à Saigon pour ses études, il a 14 ans. La vie dans le Vietnam du Sud est relativement paisible, malgré la corruption et les vices (opium, jeux, maisons closes…). La République du Vietnam au Sud est créée en 1955 : elle est soutenue par les Etats-Unis car elle est anticommuniste. De 1955 jusqu’à son assassinat en 1963, Ngo Dinh Diem en est le président. Les services secrets du régime nationaliste menacent les partisans du Viêt Minh du Vietnam du Sud restés sur place, mais aussi les intellectuels ou autres individus critiquant le président. Lorsque l’auteur commence à enseigner l’histoire et la géographie, il doit donc faire attention de ne rien dire à l’encontre des politiques du gouvernement. David Lan Pham a une opinion politique particulière : il ne soutient ni le régime communiste du nord-Vietnam ni pleinement la République du Vietnam au Sud. Il représente une troisième voie, celle en faveur de l’indépendance et de la démocratie incarnée, par exemple, par le Tan Dai Viet de Nguyen Ngoc Huy. Or le gouvernement de Saigon échoue à installer une véritable démocratie.

DividedVietnamMap

La guerre du Vietnam succède à la guerre d’Indochine. En 1965, les troupes américaines débarquent au Vietnam du Sud pour aider la République du Vietnam à repousser l’expansion des communistes. Dans les années 1960, la culture américaine prend le pas sur la culture française et s’affiche dans les grandes villes du Sud. Le confort y augmente aussi, grâce à la diffusion des frigidaires, de la climatisation, de la télévision ou encore des scooters, signes de modernité. L’auteur retourne vivre à Laithieu après son mariage. Pendant longtemps, Saigon n’est pas touchée directement par la guerre. Cependant, pendant les années de guerre, les Vietnam du Nord et du Sud s’appauvrissent et sont de plus en plus dépendants de l’aide extérieure. Après les accords de paix de Paris en 1973, les États-Unis retirent leurs troupes. Les Vietnamiens du Sud combattent donc par eux-mêmes le Viêt Công et les troupes nord-vietnamiennes jusqu’à la capitulation du gouvernement de Saigon en 1975. Pour faire face à la violence de la guerre, les Vietnamiens se réfugient dans le vaudou et les horoscopes.

1975-1986 : De la « paix communiste » au départ en mer

Si l’année 1975 apporte enfin la paix au Vietnam, elle représente une rupture définitive pour l’auteur : « April 30 [1975] marked a big change in my life. Unpredictably, it separated me from my country forever ». A 35 ans, il se retrouve dans la même situation que son père en 1945 : il est forcé de quitter sa place de professeur lorsque le gouvernement de Saigon tombe aux mains du Vietnam du Nord, car un de ses collègues l’accuse d’être contre-révolutionnaire. Les officiers, les hommes politiques ou encore les professeurs sont envoyés dans des camps de rééducation. L’auteur y échappe, bien qu’il soit surveillé de près par les bo doi. La police locale cherche à prouver qu’il est « réactionnaire » dans le but de le mettre en prison. Elle vient l’interroger une à deux fois par mois, fouille sa maison et lui confisque ses biens. L’auteur détruit lui-même certains de ses livres et sa machine à écrire. Il a évité la prison grâce aux témoignages bienveillants de ses voisins et de sa famille. Certainement aussi parce qu’il impressionnait les membres du parti communiste venant l’interroger – dont il souligne à plusieurs reprises le manque d’éducation. Sa situation se répercute sur sa famille : ses enfants ne peuvent pas être membres des jeunesses communistes, ou continuer leurs études, parce qu’il est surveillé par la police.

DavidLanPham_StudentIDcard
Carte d’étudiant de David Lan Pham, Faculté de Lettres de Saigon, 1966 © McFarland

Pour faire face à l’appauvrissement de sa famille, l’auteur se met à pratiquer l’acupuncture pour soigner les gens autour de lui. Il tente de faire des plantations à Tuy An, mais on lui vole toutes ses récoltes. Il enseigne ensuite les langues, mais cela est politiquement dangereux : cela encouragerait les gens à fuir le Vietnam. L’auteur se tourne vers la religion à mesure qu’il s’affaiblit physiquement (ce qui peut expliquer les passages mystiques de l’ouvrage). La malnutrition touche toute la population, à l’exception des cadres du parti communiste, qui ont accès aux soins et à la nourriture. Les vols de nourriture sont fréquents, ainsi que de tous les autres biens de première nécessité. Si la pauvreté et la malnutrition étaient compréhensibles en temps de guerre, ce n’est plus le cas pendant la paix. Cependant, les Vietnamiens s’adaptent. D’après une connaissance de l’auteur, il n’y a que deux solutions : ou l’on travaille pour le gouvernement communiste, ou l’on part. Le départ du pays devient le sujet de conversation principal au sud du Vietnam pendant les années 1970 et 1980. Dans un premier temps, l’auteur se refuse à quitter son pays : il n’a pas assez d’argent pour partir et ne veut pas vivre dans un autre pays. Il vit donc 10 ans sous le régime communiste. Alors qu’il envisage de faire partir son fils aîné, il est convaincu par sa belle-sœur de partir avec lui et son frère.

DavidLanPhan_BoatPeople
Photo prise le 29 mai 1985, lorsque l’auteur (en bas à droite, avec le sac) est secouru par le Jean Charcot après 2 jours de dérive en mer de Chine méridionale © Philippe Théard / McFarland

Ils partent du Vietnam en bateau le 27 mai 1985. L’auteur a alors 45 ans. Le voyage est très éprouvant : ils peuvent à peine bouger dans le navire, ils suffoquent, la nourriture vient à manquer… Le 29 mai, leur bateau est secouru par le Jean Charcot, un navire de Médecins du Monde. Ils passent ensuite plusieurs mois dans un camp de réfugiés aux Philippines. La vie y est assez paisible. Ils partent le 27 janvier 1986 pour Toledo, Ohio, où leur famille les rejoindra. Le livre se termine sur quelques extraits de poèmes de l’auteur, exprimant sa nostalgie du Vietnam.

Une mémoire critique

David Lan Pham écrit ses mémoires en 2000, soit 14 ans après son arrivée aux États-Unis : ce sont des mémoires reconstruites. L’ouvrage aborde un grand nombre de sujets assez librement. Si le style est clair et aisé à lire, il est cependant parfois difficile de suivre l’auteur. En effet, si ses réflexions sur les faits historiques s’appuient sur beaucoup de noms et de dates, il n’en va pas de même lorsqu’il aborde les faits personnels. Il ne donne pas le nom des gens qu’il rencontre et très peu de dates. L’auteur fait parfois des prolepses et des analepses qui peuvent éventuellement amener le lecteur à faire des erreurs d’interprétation.

En dépit de cette difficulté, l’ouvrage est extrêmement bien documenté : les faits historiques sont clairement expliqués et l’auteur rapporte les trajectoires des nombreuses personnes qu’il a rencontrées. Au fil de l’ouvrage, la vie sociale et culturelle des Vietnamiens est décrite avec soin. Il est facile de supposer un travail actif de recherche d’informations, toutefois l’ouvrage ne dispose pas de bibliographie et l’auteur ne mentionne pas la manière dont il a récolté ces témoignages – avant ou après son départ ? Qui lui a fourni les dialogues datant de sa petite enfance ? -, ce qui peut laisser le lecteur sur sa faim. Enfin, la liberté d’esprit de l’auteur est très appréciable : il ne prend le parti d’aucun gouvernement au pouvoir. Il reste au contraire sceptique et critique.

Camille Le Guilloux, promotion ASIOC 2015-2016.

 

Bibliographie complémentaire :

  • David Lan Pham (2004), International Politico – Cultural Influences on Vietnam in the 20th Century, États-Unis, Xlibris, 256 p.
  • David Lan Pham (2007), Ho Chi Minh (1980-1969), États-Unis, Xlibris, 282 p.
  • Kenneth William Taylor (2013), A history of the Vietnamese, Cambridge university press, 696 p.
  • Philippe Langlet, Quach Thanh Tâm (2001), Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam : de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Paris, Les Indes Savantes, 247 p.

_______________

Camille Le Guilloux est étudiante du master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’IEP de Lyon et à l’ENS de Lyon. Elle effectue actuellement un mémoire de recherche sur le développement du livre numérique au Japon, dans le cadre d’un échange académique avec l’université de Waseda à Tokyo.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 3

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 3 : mardi 13 octobre 2015

Affirmation de deux Viêt-Nam (1945-1975)

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui prévoient la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution et en guerre de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) au Nord (1945-1976) et de la République du Viêt-Nam (1955-1975). La situation des deux Viêt-Nam pendant les années soixante sera analysée dans le contexte de la Guerre froide à partir des entretiens avec des personnalités de premier plan : Ho Chi Minh, le président de la RDVN, Nguyen Van Thieu, le président de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975), Pham Van Dong, Premier ministre de la RDVN et Bui Diem, ancien conseiller de Phan Huy Quat puis de Nguyen Cao Ky et ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux.

Sources orales à discuter :

Cinq Colonnes à la Une : Interview de Ho Chi Minh, juin 1964  [Extrait] Phỏng vấn chủ tịch Hồ Chí Minh – Tháng 6/1964 – Source originale : INA.

HoChiMinh_5ColonnesUne_une[date : 5 juin 1964, durée : 09:38, texte retranscrit ici]

 

Profils INA : Nguyen Van Thieu (Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu )
Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam
Un film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source originale : INA.

NguyenVanThieu_Profils[date : 5 avril 1973, durée : 52:23, texte retranscrit ici]

Interview with Pham Van Dong, 1981

OpenVault_PhamVanDong[date : 19 février 1981, durée : 58:03, texte traduit en regard]

Interview with Bui Diem [1], 1981

BuiDiem[date : 03 juin 1981, durée : 32:55, texte en anglais en regard]

Exposés oraux

  • RobicDiaz_L'IndochineDansLeCinémaFrançaisRobic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2015.

CR de lecture de Lorène Delhoume

Présentation de l’éditeur : PUR

  • NguyenCongLuan_NationalistVietnamWars Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Vietnam wars. Memoirs of a victim turned soldier, Bloomington: Indiana University Press, 2012.

CR de lecture de Lauriane Simony

Présentation de l’éditeur : IUPress

 

Pour aller plus loin :

Consulter les sources de la séance de l’année dernière (2014) en fin de billet.

Interview avec Ho Chi Minh, 5 juin 1964 – Cinq colonnes à la une [INA]

[ndlr] Retranscription de l’introduction et du dialogue.

Hanoi. Le carrefour de l’ancienne rue Paul Bert et du Petit lac à l’heure de la sortie d’usine. Pas une seule voiture mais beaucoup de vélos sur lesquels se déplacent lentement, machinalement, la foule des travailleurs dans une régularité impressionnante.

La sensation que ce pays est anormale ne nous a pas quitté au Nord Viêt Nam. Anormale d’abord parce que toute vie individuelle a disparu au bénéfice d’un effort collectif extraordinaire, dirigé d’une main de fer à l’intérieur d’un dispositif de sécurité draconien. Anormale ensuite parce que, dans ce pays coupé en deux depuis dix ans, un grand nombre de familles vivent le drame de la rupture qui alimentent à sa façon la guerre du Sud.

Entretien avec Ho Chi Minh

Est-ce que vous pensez, Monsieur le Président, qu’il y a une solution militaire à la guerre du Sud Viêt Nam ?

Ho Chi Minh : Non, parce que ah, vous savez bien que le peuple Viêt Nam, c’est un Un, et le pays du Viêt Nam, c’est Un. Les Américains veulent faire une guerre d’agression, comme qu’ils disent, une guerre non déclarée. Comme vous savez aussi, vous avez pu lire dans la presse mondiale, que plus la guerre [se] prolonge, plus les Américains et leurs valets, n’est-ce pas, comment dire ça, [se tournant vers quelqu’un à côté], sa lầy… s’enliser… et plus, ils supportent des échecs comme vous savez là récemment. Par conséquent, la guerre ne peut pas durer éternellement, et je suis très heureux que les politiciens haut placés français ont reconnu cela.

Vous pensez que le général de Gaulle pourrait en quelque sorte, à un certain moment, arbitrer le conflit ?

HCM : Arbitrer ! Qu’est-ce que vous comprenez par le mot arbitrer ? Nous ne sommes pas des équipes de football. [Rire].

Mais au-delà des Accords de Genève si je ne me trompe, une idée du général de Gaulle est la neutralisation de tout le Sud-Est Asiatique. Est-ce que c’est une idée qui vous semble intéressante ?

HCM : Comme j’ai déjà dit quelquefois, c’est une idée intéressante, mais ça dépend [de] la volonté de ces peuples, et… la manière comment on procède… à réaliser.

C’est une grande question… et je ne peux pas dire que je suis d’accord,… je ne dis pas que je ne suis pas d’accord, n’est-ce pas ? Parce que.. vous dites par exemple fleurs, fleurs ; il y a beaucoup de sortes de fleurs, il y a des roses, des blanches, des rouges, etc. des fleurs qui sentent bon, d’autres qui ne sentent pas bon… , mais on dit fleurs, n’est-ce pas ?

Monsieur le Président, nous avons constaté avec chagrin au cours de notre voyage au Nord Viêt Nam, que l’influence française est devenue à peu près inexistante dans votre pays. Les moins de 25 ans ne comprennent plus du tout le français. Et je me demande si, à votre idée, des rapports peuvent se rétablir tels que la France continue à jouer… une sorte de rôle culturel ici ?

HCM : Avec la France surtout, et avec tous les autres pays, nous voulons avoir une coopération amicale, culturelle, économique, etc… , mais je suis sûr que vous ne voulez pas avoir, n’est-ce pas, que la France ait l’influence qu’elle avait avant, … c’est une autre chose… mais coopération culturelle, économique, qu’est ce qu’il y a encore ?, sportive par exemple, etc… etc… nous, nous[le] désirons.

Si la guerre se cristallise au Sud et se poursuit encore pendant quelques années, pensez-vous que l’avenir économique du Nord Viêt Nam soit viable ?

HCM : Je suis sûr que ça non seulement viable, mais ça progresse. Parce que vous avez vu vous-même, vous avez constaté vous-même que, ici, nous travaillons beaucoup, notre peuple travaille beaucoup, avec abnégation, n’est-ce pas, avec dévouement, avec enthousiasme. D’un côté, nous travaillons pour…, comment dirais-je, pour principalement, n’est-ce pas, de nos propres forces, et aussi nous avons l’aide fraternelle des pays socialistes, n’est-ce pas. Jusqu’ici, nous avons déjà réalisé des progrès, pas tant comme nous le voulons, nous avons réalisé des progrès et dans l’avenir, nous progressons nous-mêmes.

Vous mentionnez là l’aide des pays socialistes. Est-ce que cette aide ne s’est pas trouvée légèrement compromise à la suite du conflit idéologique entre la Russie et la Chine ?

HCM : Non, parce que ces questions, n’est-ce pas, n’est pas différence idéologique entre nos différents partis-frères, c’est nos affaires intérieures ; ça passera et l’union… l’unité, ça se fera. Mais l’aide fraternelle continue et continuera, c’est très précieuse pour nous.

Certains ont l’impression chez nous, Monsieur le Président, que le Nord Viêt Nam se trouve actuellement assez isolé, asphyxié même, et, politiquement , il ne pourra difficilement éviter de devenir une sorte de satellite de la Chine. Qu’est-ce que vous répondez à ça ?

HCM : Jamais !

Từ vụ ‘Xét lại chống Đảng’ tới Nam tiến [BBC]

[ndlr] Le décès récent (22 février) du colonel Lê Trọng Nghĩa ranime les questions autour de la conduite de la guerre entre le Nord et le Sud. Retour sur les hommes de l’appareil politico-militaire de la RDVN fascinés par la doctrine guerrière maoïste et sur l’affaire dite des « révisionnistes anti-Parti ». Entretien de Nguyễn Minh Cần, en exil à Moscou depuis 1964, sur la BBC.

LeTrongNghia
Lê Trọng Nghĩa (1922-2015) © BBC

 

Từ vụ ‘Xét lại chống Đảng’ tới Nam tiến

Một trong những người liên quan tới vụ ‘Xét lại chống Đảng’ và phải sống lưu vong tại Moscow từ năm 1964 nói khó có khả năng giới lãnh đạo hiện nay và những người kế tiếp họ sẽ xem xét lại vụ việc.

Ông Nguyễn Minh Cần, cựu Phó Chủ tịch thành phố Hà Nội, người từ chối bỏ học để trở về Việt Nam theo yêu cầu của Đảng Cộng sản hồi năm 1964, cũng nói khó có thể biện minh cho cuộc chiến Bắc Nam.

Trong phỏng vấn với Nguyễn Hùng hôm 24/2, trước hết ông Cần nói về Đại tá Lê Trọng Nghĩa, một nạn nhân của vụ xét lại chống Đảng và người vừa qua đời ở Hà Nội hôm Chủ Nhật, 22/2/2015:

« Đại tá Lê Trọng Nghĩa là người có vai trò trong Cách mạng tháng Tám…

« Anh Nghĩa lúc bấy giờ thay mặt cho Việt Minh để bàn bạc với chính phủ Trần Trọng Kim.

« Tức là trong năm cuộc gặp nhau để bàn bạc thì có mặt của anh Nghĩa.

« Sau khi anh làm việc cho Đại tướng Võ Nguyên Giáp thì anh là người rất có đạo đức và là người rất kiên cường trong việc bảo vệ quan điểm của mình.

« Quan điểm của anh cũng như quan điểm của tất cả chúng tôi, những anh em bị quy là ‘xét lại chống Đảng’, tức là không chấp nhận đi theo đường lối của Mao Trạch Đông.

« Đi theo đường lối của Mao Trạch Đông, muốn hay không muốn, sẽ dẫn tới đấu tranh vũ trang để gây ra cuộc chiến giữa Bắc và Nam.

« Thái độ của anh Nghĩa rất rõ ràng cho tới cuối cùng. Đây là điểm tôi rất kính mến, » ông Cần nói với BBC trong phỏng vấn hôm 24/2.

Lire la suite : BBC, 25/02/2015.

* * *

‘Xét lại’ và cuộc chiến Nam Bắc

Ông Nguyễn Minh Cần, cựu quan chức sống lưu vong ở Moscow từ 1964, nói về nội tình vụ ‘xét lại’ và cuộc chiến Nam Bắc.

Nguyễn Hùng của BBC nói chuyện với vị cựu Phó Chủ tịch Ủy ban Hành chính Hà Nội hôm 24/2 nhân ngày diễn ra tang lễ Đại tá Lê Trọng Nghĩa, một nạn nhân của vụ ‘Xét lại chống Đảng’ trong đó thư ký hay cựu thư ký của cả Chủ tịch Hồ Chí Minh và Đại tướng Võ Nguyên Giáp bị bắt giam.

Quý vị có thể đọc toàn bài tại đường dẫn này và có thể đăng ký trên YouTube để theo dõi các video dạng HD của BBC.

Source : BBC, 25/02/2015.

 

Ouvrages de Nguyen Minh Can :

  • Nguyễn Minh Cần, Công lý đòi hỏi, Westminster, CA, Văn nghệ, 1997.
  • Nguyễn Minh Cần, Chuyện nước non, Westminster, CA, Văn nghệ, 1999.

  • Nguyễn Minh Cần, Đảng Cộng sản Việt Nam qua những biến động trong phong trào cộng sản quốc tế, Westminster, CA, Tuổi xanh, [2001].

Voir aussi :

Décès de l’écrivain Bùi Ngọc Tấn (1934-2014) à Hải Phòng

BuiNgocTanL’écrivain Bùi Ngọc Tấn est décédé à Hải Phòng le 18 décembre 2014 à l’âge de 81 ans.

Bùi Ngọc Tấn naquit en 1934 au village de Câu Tử Ngoại, commune de Hợp Thành dans le district de Thủy Nguyên à Hải Phòng. Il débuta sa carrière d’écrivain en 1954. Auparavant, il avait été journaliste dans le quotidien Tiền Phong [Avant-Garde] où il publia sous le nom de plume de Tân Sắc.

Il fut dans les années soixante une victime de la campagne politique dite « du révisionisme anti-parti » (Xét Lại Chống Đảng). Incarcéré pendant cinq ans sans jugement dans les prisons de la République Démocratique du Viêt-Nam (Nord Viêt-Nam), il a relaté cette expérience dans un récit autobiographique intitulé Chuyện Kể Năm 2000 (Histoire racontée en l’an 2000). Ce texte décrit la répression des intellectuels par les autorités policières nord-vietnamiennes et expose le visage de l’appareil totalitaire de cette époque.

Pourtant édité au Viêt-Nam (Nxb Thanh Niên), ce livre fut rapidement interdit par la censure et eut un grand retentissement au sein des intellectuels. Il a été depuis réédité à l’extérieur du Viêt-Nam. Son témoignage exceptionnel fut traduit en anglais, en français (sous le titre Conte pour les siècles à venir, L’Aube, 2013) et en allemand. En France, il publia également chez le même éditeur Une vie de chien et La Mer et le martin-pêcheur, couronné par le prix Henri-Queffélec. La presse vietnamienne lui a rendu un hommage appuyé (Tiền Phong, Tuổi Trẻ, VN Express…).

FG

Sources : RFA, 18/12/2014 ; L’Orient, 19/12/2014 (AFP).

BuiNgocTan_ChuyenKeNam2000
Couverture de l’ouvrage édité chez Nxb Thanh Niên en 2000.

* * *

Autres sources :

« Hanoi and the American War: Two International Histories » review by Geoffrey C. Stewart

[ndlr] Signalé par VSG, un compte-rendu de lecture par Geoffrey C. Stewart des ouvrages de Pierre Asselin (2013) et de Lien Hang T. Nguyen (2012) consacrés au déroulement de la guerre du Viêt-Nam (période 1954-1975).

HanoiSRoadToTheVietNamWar_HanoiSWar

Hanoi and the AmericanWar: Two International Histories

Geoffrey C. Stewart, Western University

On November 22, 1963, an emergency session of the Central Committee of the Vietnam Workers’ Party (VWP) opened in Hanoi. The session, known as the Ninth Plenum, was held, in part, to determine the best route forward for the party following the coup that had toppled Ngo Dinh Diem’s South Vietnamese government three weeks before. Over the ensuing weeks, the committee members addressed domestic and international concerns of the Democratic Republic of Vietnam (DRV), particularly the evolving political situation in the South and the status of the world revolutionary struggle. At the heart of the matter were divisions within the party over the best means to achieve the reunification of Vietnam and the ramifications that the widening Sino-Soviet split might have on this goal. From what can be gleaned from the spotty historical record, the debates were quite contentious.

Ever since Vietnam was divided at the seventeenth parallel following the Geneva Accords of 1954, the VWP had been split over how best to reunify Vietnam. Some advocated a “North-first” strategy, in which efforts would be focused on building a viable socialist base above the demarcation line before embarking on a quest to reunify the nation, by violent means if necessary. Others believed in a “South-first” strategy. They felt that the socialist revolution in the North could be advanced only by eliminating the anticommunist government below the seventeenth parallel. By the Ninth Plenum, this domestic split was threatening the unity of the party. Militant advocates of the “South-first” strategy viewed the moderate position as bankrupt, believing it had done nothing to further the goal of national reunification. Just as problematically, it threatened to cede the direction of the southern revolution to local revolutionaries, who, after eight and a half years of oppression from the southern government without much relief from the North, were becoming less inclined to pursue the party line as dictated by Hanoi.

Lire la suite en ligne (PDF) : Cross-Currents

From: Cross-Currents: East Asian History and Culture Review
Volume 3, Number 1, May 2014
pp. 275-285 | 10.1353/ach.2014.0006

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 3

 Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

* * *

Séance 3 – Mardi 14 octobre 2013

« Naissance et affirmation de deux Viêt-Nam »

Mémoiresd'Indochine_2014

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui entérinent la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) sous l’égide du parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao động Việt Nam) au Nord et de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) au Sud. On s’intéressera à la question de la réforme agraire déclenchée au Nord de décembre 1953 à 1956 et au soulèvement bouddhiste de 1963 au Sud Viêt-Nam contre le régime autoritaire de Ngô Đình Diệm.

 

Extraits de textes à discuter :

  • BUI TIN, 1945-1999, Vietnam. La face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, pp. 47-75 [+ dos de couverture].
  • NGUYEN KHAC VIEN, « La réforme agraire », in Expériences vietnamiennes, Paris, Editions Sociales, 1970, pp. 73-97.
  • DAVID LAN PHAM, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam through Japanese occupation, the French and American wars, and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC), McFarland & Company, 2000, (réédition de 2008), pp. 79-108 [+ dos de couverture].
  • Terreur contre les Bouddhistes au Sud Viêt-Nam, S.l., Editions Libération, juin 1963, pp. 5-32.

Voir le Mémento personnalités de la séance 3 sur Mémoires d’Indochine.

 

Exposé oral :

  • Sidonie, Bonnet Bel Arbi : Hugon, Anne (sous la dir.), Histoire des femmes en situation coloniale, Paris : Karthala, 2004.

 

Pour aller plus loin :

  • Fall, Bernard, Les deux Viet-Nam, Paris, Payot, Etudes et documents, 1967.
  • Dommen, Arthur J., The Indochinese experience of the French and the Americans. Nationalism and communism in Cambodia, Laos and Vietnam, Bloomington, Indiana University Press, 2001 (voir chapitres 5, 6 et 7).

 

Sources complémentaires

Sur la RDVN (Nord Viêt-Nam)

  • Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991.
  • Goscha, Christopher E. & Tréglodé, Benoît de, Naissance d’un Etat-Parti. Le Vietnam depuis 1945, Paris, les Indes Savantes, 2004 (voir en particulier les chapitres de Judy Stowe, Shawn McHale et Nguyen Van Ky).
  • Hartingh, Bertrand de, Entre le peuple et la nation. La République Démocratique du Viêt Nam de 1953 à 1957, Paris, EFEO, Monographies 189, 2003.
  • Hoang Van Chi, From colonialism to communism. A case history of North Vietnam, New York – London, Frederick A. Praeger, 1968, third printing.
  • Marangé, Céline, Le communisme vietnamien (1919-1991). Construction d’un Etat-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012 (voir chapitres 4, 5, 6).
  • Tréglodé, Benoît de, Héros et révolution au Viet Nam 1948-1964, Paris, Les Indes Savantes, 2013.
  • Turner, Robert F., Vietnamese Communism, it’s origins and development, Stanford, Stanford University, Hoover Institution Press, 1975 (voir chapitres 5, 6, 7, 8).

 

Sur la RVN (Sud Viêt-Nam)

  • Fitzgerald, Frances, Fire in the lake. The Vietnamese and the Americans in Vietnam, Boston – Toronto, Little Brown, An Atlantic Monthly Press Book, 1972. (nombreuses rééditions)
  • Hammer, Ellen J. A death in November. America in Vietnam, 1963, New York, E.P. Dutton, 1987.
  • Nghiem Dang, Viet-Nam politics and public administration, Honolulu, East-West Center Press, 1966.
  • Mme Nguyen An Tuan, Les forces politiques au Sud Viet Nam depuis les accords de Genève 1954, Louvain, Université Catholique de Louvain, Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, nouvelle série n° 31, 1967.
  • Nguyen Thai, Is South Vietnam viable?, Manila, November 1962.
  • Scigliano, Robert, South Vietnam. Nation under stress, Boston, Houghton Mifflin Company, 1964.
  • Shaplen, Robert, The lost revolution. The U.S. in Vietnam 1946-1966, New York, Harper & Row, Harper Colophon Books, 1966, revised edition.

 

Sur le bouddhisme social, au Viêt-Nam (1963-1966) et en Asie :

  • [Thich] Nhat Hanh, Vietnam. Lotus in a sea of fire, New York, Hill and Wang, 1967. Views on the situation in Vietnam by a Buddhist intellectual and Director of the School of Social Studies at the Van Hanh University at Saigon.
  • Nguyen The Anh, « L’engagement politique du bouddhisme au Sud Viêt-Nam dans les années 1960 », in Alain Forest, Eiichi Kato & Léon Vandermeersch (eds), Bouddhismes et sociétés asiatiques. Clergés, sociétés et pouvoirs, Paris, L’Harmattan, Recherches asiatiques / Sophia University (Tokyo), 1990, pp. 111-124.

Martin Grossheim : The East German ‘Stasi’ and Vietnam – Between ‘proletarian internationalism’ and distrust

SeminaireIAO_2014_09_25

NB : changement d’horaire, le séminaire se déroulera de 14h30 à 16h.

Read more on this topic :