Archives par mot-clé : républicanisme

Natasha Pairaudeau : French Indians in Indochina, 1858–1954 [parution)

[ndlr] Parution d’un ouvrage de Natasha Pairaudeau sur un sujet peu étudié.

Pairaudeau_MobileCitizens_IndiansFirst in-depth study of the Indian presence in French Indochina.
•    Provides a lively account of complexity and conflicts over citizenship within the French empire.
•    Offers a new perspective on the rise of inter-Asian migration from the late nineteenth century.

When France laid claim to the territories which became French Indochina, its beleaguered trading posts on the east coast of India gained a new purpose, sending Indians to help secure and administer its newest possessions and to assist in their commercial expansion. The migrants were among those peoples of France’s overseas empire who gained the rights of French citizens following the French Revolution. This volume explores the consequences of their arrival in Indochina just as France was testing a new approach to its colonised peoples, an approach less enamoured with the idea of colonial citizenship and more racially ordered.

This book offers an analysis of the fate of Republican ideals as they travelled between different parts of the French Empire and raised contentious issues of citizenship which engaged Indians, French authorities, and Vietnamese reformers in debate. It considers too the distinctive French colonial social order that was shaped in the process. A lively story, it is at the same time an important addition to scholarship on the French empire, on colonial society in Vietnam specifically, and on migration to Southeast Asia.

Natasha Pairaudeau is a Research Associate at the Centre for History and Economics, University of Cambridge, and a Bye Fellow of Murray Edwards College. She worked for many years conducting research in Vietnam’s uplands as a social development consultant before undertaking a PhD in history at the University of London (SOAS). Her broad research interests include migration and its role in spurring social and political change, sub-imperial systems, inter-ethnic relations, and the dynamics of citizenship, race and status in colonial systems. Her focus is on modern South and Southeast Asia. In addition to her long-standing interest in Indochina’s Indian migrant communities, her research projects include a study of transnational family life in British Burma and French Indochina, a history of migrant Indian milkmen, and a project tracing the lives of Burmese royal exiles in French Indochina.

Source : NIAS Press

Réf. : Pairaudeau, Natasha, Mobile Citizens French Indians in Indochina 1858-1954, Copenhagen : Nias Press, 2016, 352 p. ISBN : 978877694159 8

Image « à la une » : Saigon, procession lors de la fête des Chettys (CPA).

Chloé-Mélie Mazzani : Phan Châu Trinh, la république imaginée

[ndlr] Soutenance de mémoire de M2 en histoire contemporaine.

Logo_ENS

* * *

Phan Châu Trinh,
la République imaginée

PhanChauTrinh

Mémoire soutenu le 24 Juin 2014
Par Chloé-Mélie Mazzani

Mémoire de Master 2 d’Histoire contemporaine
2013/2014

Directeur de mémoire : M. François Guillemot, de l’Institut d’Asie Orientale.

Introduction (extraits). Le nom de Phan Châu Trinh est encore aujourd’hui gravé dans les mémoires vietnamiennes comme étant celui d’un des pères du nationalisme, tenant une place d’honneur au sein du panthéon national. On se souvient de lui pour avoir été un penseur réformiste qui, toute sa vie durant, a prêché la non violence et la modernité. Ce que les livres d’histoire retiennent peut être moins, c’est que Phan Châu Trinh, à la différence de son contemporain Phan Bội Châu, était avant tout favorable à la collaboration franco-annamite et que pour lui, l’indépendance du Viêt-Nam n’était envisageable que sur le long terme, une fois que le peuple vietnamien aurait suffisamment évolué.

Né en 1872 dans la province de Quảng Nam, connue pour être une pépinière de penseurs progressistes, Phan Châu Trinh adhère rapidement aux idées modernes véhiculées par les écrits de penseurs chinois comme Liang Qichao (1873-1929) et Kang Youwei (1858-1927). La présence coloniale française en Indochine mais aussi les incroyables bouleversements que connaît le Japon de l’ère Meiji convainquent le jeune homme de la nécessité d’engager le peuple vietnamien sur la voie de la modernité en rénovant la vieille tradition confucéenne et en s’inspirant des nouveautés techniques et intellectuelles venues d’Occident.

Tout au long de sa vie, Phan Châu Trinh n’a de cesse de dénoncer les injustices commises en Indochine par le système colonial et les mandarins de la Cour de Hué, ce qui lui vaut de se créer de nombreux ennemis et de n’éviter le bagne à perpétuité qu’au prix d’un exil de près de quinze ans en France. Durant son long séjour en Métropole, Phan s’intéresse de très près à la culture politique française : séduit par les principes de la République, il déclare que le Viêt-Nam libre sera une démocratie ou ne sera pas. Malgré cette fascination pour le modèle républicain, il continue à confronter les dirigeants de la Troisième République à l’attitude indigne de ses représentants en Indochine. Persuadé que la civilisation vietnamienne est en plein déclin et que seuls l’éducation du peuple et l’éveil patriotique pourront améliorer la situation du pays, Phan Châu Trinh incite les jeunes Vietnamiens à venir en France s’inspirer des pratiques métropolitaines.

À Paris, Phan se trouve au coeur d’un réseau mettant en lien des activistes politiques annamites de renom, tels Nguyễn Ái Quốc ou Nguyễn An Ninh, des étudiants vietnamiens et plusieurs membres de la haute administration française. Pendant des années Phan Châu Trinh s’efforce de faire connaître la cause annamite aux Métropolitains, convaincu de la nécessité que les Français civilisés de la métropole rappellent aux Français dévoyés de la colonie l’exigence de justice et d’humanité de la République. En d’autres termes, Phan Châu Trinh croit en la mission civilisatrice de la France. Il considère d’ailleurs cette dernière comme un moyen de transfert des qualités techniques et intellectuelles modernes vers le Viêt-Nam, qui pourra, en se modernisant et en atteignant un degré de civilisation proche de celui des Français, obtenir l’indépendance sans risquer de sombrer aussitôt sous la coupe d’une autre puissance étrangère. C’est ainsi qu’il imagine l’avènement de la République vietnamienne.

En étudiant les conditions dans lesquelles s’est formée sa pensée, nous pouvons envisager le transfert des exigences modernistes à la population vietnamienne, qui à son tour va se prendre à imaginer un avenir meilleur. Nous pourrions dès lors considérer que, plus que les difficultés du quotidien, c’est l’espoir d’un futur meilleur qui a motivé l’engagement politique puis révolutionnaire des Annamites. L’action pour le changement a lieu à partir du moment où la situation n’est plus seulement vécue mais est aussi pensée : c’est le décalage entre ce qu’on pense être et ce qui pourrait être qui déclenche la mobilisation. Phan Châu Trinh participe à la diffusion dans la société vietnamienne des années 1920 des notions de justice, de démocratie et de fierté patriotique, et de là, à la constitution d’une première forme de nationalisme indochinois. Si sa mort causée par la tuberculose en 1926 l’empêche de mener à bien son projet de réforme et de collaboration, le rassemblement auquel Phan Châu Trinh contribue s’avère une étape décisive sur le chemin de la mobilisation nationaliste, même si celle-ci s’éloignera des idéaux tracés par le penseur moderniste pour prendre finalement la forme de la révolution communiste et antifrançaise.