Archives par mot-clé : reportage

Démonstration de force : Hàng ngàn người dân biểu tình ở huyện Lộc Hà – RFA Vietnamese News

[ndlr] Manifestation de pêcheurs vietnamiens dans le centre du pays le 3 avril 2017. Reportages vidéographiques sur l’occupation du siège du Comité populaire du district de Loc Ha (province de Ha Tinh) par la population remontée contre la répression policière exercée sur des manifestants réclamant de comptes à l’entreprise Formosa, responsable de la pollution maritime au centre du pays en 2016. Un an après cette catastrophe écologique, les pêcheurs attendent toujours l’indemnisation promise.

Voir aussi la vidéo lauréate du 54e Prix du Reporter de Rue (Giải Phóng Viên Vỉa Hè 54).

Le 3 avril dernier, des paysans sont venus manifester devant le Centre administratif du Comité du Peuple de Loc Hà pour demander des clarifications concernant la catastrophe écologique causée par la société Formosa (250 km de mer polluée au centre Vietnam). Pour la première fois, des paysans ont pu déjouer toutes les ruses du pouvoir et ont repéré des policiers en civil infiltrés dans des groupes de manifestants. (Dans les bousculades, un policier est tombé et est resté inanimé calmement pendant deux heures sans aucune tentative de secours !). Source : VNinfos

Vidéo sur Facebook

Image « à la une » : la banderole dit « Nous autres pêcheurs, il faut nous indemniser ».

Người Việt ở Paris tưởng niệm nạn nhân khủng bố [RFA] + [BBC]

[ndlr] L’hommage d’un groupe de Vietnamiens aux victimes du terrorisme. Reportage de Radio Free Asia (17/11/2015) suivi d’un débat sur la chaîne vietnamienne de la BBC (15/11/2015).

Hơn 60 triệu người dân nước Pháp vẫn chưa thoát khỏi cơn bàng hoàng sau vụ khủng bố vừa qua. Người Việt tại Pháp tỏ tình liên đới với quốc gia mình cư ngụ bằng một buổi tưởng niệm tại nhà hát Bataclan, nơi có số tử vong cao nhất của loạt khủng bố hôm 13/11/2015.

 * * *

Débat sur la chaîne BBC :

Người Việt nói gì về vụ khủng bố Paris?

Thảo luận của BBC Tiếng Việt với người Việt Nam ở châu Âu về vụ tấn công khủng bố hôm 13/11.

Loạt tấn công bằng súng và bom tự sát khiến ít nhất 129 người thiệt mạng và hơn 350 người bị thương ở thủ đô của Pháp.

Đính chính (16/11/2015): Bà Phương Mai báo lại với BBC rằng số liệu về quân Pháp ở nước ngoài là ’20 nghìn, trong đó có 10 nghìn chống khủng bố’, không phải ‘100 nghìn’ như lúc nói trong thảo luận video trực tuyến.

Hanoi : L’adieu aux arbres [reportages]

DonHaCauXanhHaNoi
© 2015 VN Express

La destruction des arbres à Ho Chi Minh-Ville et à Hanoi sans la consultation de la population a créé le mécontentement et la stupeur de nombreux habitants du Viêt-Nam et hors du Viêt-Nam. Un patrimoine culturel et végétal disparaît sous les coups de la modernisation effrenée du pays.

Nous remercions le professeur Dinh Trong Hieu pour nous avoir indiquer ces deux reportages vietnamiens.

 

Pour en savoir plus (MàJ 02/04/2015) :

  • Biểu tình chống đốn cây xanh tại Hà Nội, RFA, 22/03/2015. Sáng hôm nay ngày 22 tháng Ba năm 2015 người dân Hà Nội tập trung đông đảo tại nhiều địa điểm trong thành phố để biểu tình chống lại quyết định chặt 6.700 cây xanh của UBND thành phố.
  • Yếu tố pháp lý qua việc chặt cây tại Hà Nội, RFA, 24/03/2015. Vụ chặt hàng loạt cây xanh dưới sự chỉ đạo của UBND thành phố Hà Nội ngả sang một bước rẽ mới khi đại biểu Quốc hội Nguyễn Sỹ Cương xác định là UBND thành phố vi phạm Luật Thủ Đô. Mặc Lâm phỏng vấn luật sư Trần Vũ Hải để biết thêm yếu tố luật pháp trong vần đề này.
  • Hà Nội dừng chặt hạ cây xanh, VN Express, 20/03/2015. Chủ tịch thành phố yêu cầu dừng việc chặt hạ thay thế cây xanh trên một số tuyến phố để rà soát, phân loại, đưa ra các tiêu chí cụ thể.
  • Điểm tập kết cây xanh bị đốn hạ ở Hà Nội, VN Express, 23/03/2015. Hơn 100 cây hoa sữa bị cắt cụt cành, hàng nghìn khúc gỗ xà cừ lớn nhỏ… được đưa về vườn ươm ở Cầu Diễn (Nam Từ Liêm, Hà Nội) chờ tái sử dụng hoặc bán đấu giá. [Reportage photographique sur les arbres abattus entreposés pour une exploitation ou promis à la vente].
  • Theo dấu cây xanh vừa bị đốn hạ ở Thủ đô, Tien Phong, 23/03/2015. Vụ hàng nghìn cây xanh ở Thủ đô bất ngờ bị đốn hạ nhanh chóng đang là tâm điểm chú ý của dư luận. PV Tiền Phong vào cuộc truy tìm đường đi của những cây xanh vừa bị triệt hạ nhằm giải đáp thắc mắc của nhiều bạn đọc.
  • Toàn cảnh vụ chặt hạ cây xanh ở Hà Nội, Dan Tri, 25/03/2015. « Chiến dịch » chặt hạ 6.700 cây xanh ở Hà Nội đã được phê duyệt từ năm 2014; và bức thư ngỏ của một người dân gửi Chủ tịch thành phố chính là « công tắc » đánh thức dư luận xã hội. Gần 10 ngày nay, « chặt cây xanh » là cụm từ nóng nhất trong những câu chuyện của người dân Thủ đô.

Ports d’attache : Ho Chi Minh-Ville [rediffusion ARTE]

[ndlr] Rediffusion du documentaire de Nicolas Boucher, Etienne Deslières et Michel Lam (TV5 Canada, juin 2013).

Hô-Chi-Minh-Ville

Encore appelée Saigon par plusieurs, Hô-Chi-Minh-Ville est la plus grande ville du Vietnam. Son histoire est chargée de bouleversements. Mais après de longues années de colonisation et de guerre, elle s’est enfin affranchie des contraintes et des défis qui l’ont trop longtemps définie.

Avec ses quelques 9 millions d’habitants, elle connaît une croissance phénoménale et un boom économique sans précédant. Menée avec dynamisme par les jeunes qui constituent la grande majorité de sa population, Hô-Chi-Minh-Ville ne semblent avoir aucunes limites. On y vient de partout au pays pour y trouver un emploi et une vie rêvée. L’optimisme qui l’anime est palpable du matin au soir, 7 jours sur 7. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle rejoigne les autres métropoles asiatiques, et qui sait, peut-être même les surpasser !

Portsd'Attache_HCM-Ville
Cliquez sur l’image pour accéder au reportage (Replay Arte)

A voir également sur TV5 Vidéo Canada (vidéo disponible jusqu’au 30 avril 2014).

Ảnh hiếm về Lạng Sơn năm 1950 trên tạp chí Life – Images rares de Lang Son en 1950

Chân dung một lính Lê dương người Đức trong quân đội Pháp đóng tại Lạng Sơn.
Portrait d’un légionnaire à Lạng Sơn.

[ndlr] Photographies de Langson, du marché de Ky Lua, de soldats français et vietnamiens, de marchandes, d’activités commerciales, de lieux de culte, de paysages… images rares de Langson en 1950 prises par Carl Midans pour le magazine Life. Publié initialement sur le site Kiến thức [Connaissances], le reportage est repris en miniatures sur Viet Bao et en grand format sur Reds.VN (images historiques).

* * *

Hiệu ảnh Lạng Sơn, chợ Kỳ Lừa, chân dung lính Pháp… là những hình ảnh hiếm về Lạng Sơn năm 1950 do Carl Midans của tạp chí Life thực hiện.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Voir les images en grand format sur Reds.VN

Source : Viet Bao

Cambodia’s King Sihanouk to be cremated – BBC News 04-02-2013

[BBC News] Hundreds of thousands of people are expected to watch the cremation of the former Cambodian King, Norodom Sihanouk, on Monday.

The cremation will be marked with an elaborate ceremony in the capital, Phnom Penh. King Sihanouk died of a heart attack in Beijing at the age of 89. His embalmed body has been lying in state at the royal palace for three months to allow people to pay their respects. Jonathan Head reports from Phnom Penh.

 

Cambodia’s King Sihanouk to be cremated

 

Cambodia cremates former King Sihanouk

People from across Cambodia have queued to pay their respects

The body of Cambodia’s former King Norodom Sihanouk has been cremated in the capital, Phnom Penh.

Huge crowds gathered for the ceremony, which marked the final farewell for the man who was a prominent presence during decades of turmoil.

King Sihanouk died in Beijing in October at the age of 89. His embalmed body has been lying in state since then to allow people to pay their respects.

Foreign dignitaries from several nations were attending the ceremony.

Among them were French Prime Minister Jean-Marc Ayrault and Prince Akishino of Japan, the brother of the crown prince.

Chanting monks led Buddhist prayers for the former king, before an artillery salute sounded out and fireworks were set off.

His widow, Queen Monique, and the son in whose favour he abdicated, King Norodom Sihamoni, then lit the funeral pyre at the 15-storey-high purpose-built crematorium.

Some of the former king’s ashes will be scattered at the confluence of three rivers and the remainder stored in an urn in the royal palace.

The huge crowds who had been filing past the cremation site all day were kept away as the pyre was lit, and TV cameras were covered so the moment was private, the Associated Press reports.

Mixed legacy

Monday’s cremation marks the end of several days of commemorations for the former monarch, who died of a heart attack.

On Friday, tens of thousands of people turned out to watch as his golden sarcophagus was paraded through the streets of Phnom Penh to the crematorium.

Since then people from across Cambodia, dressed in mourning colours of white and black, have been lining up to file past his coffin, some holding lotus flowers.

« It’s the last day for us all to pay homage to the great hero king and to send him to heaven, » King Sihanouk’s long-time personal assistant Prince Sisowath Thomico was quoted as saying by AFP news agency.

King Sihanouk remained an influential figure in Cambodia until his death, despite abdicating in 2004.

He became king in 1941 while still a teenager, and led Cambodia to independence from France in 1953.

He was a presence through decades of political and social turmoil in Cambodia, despite long periods of exile overseas.

In later life he emerged as a peacemaker who helped bring stability back to his country, after an ill-fated choice to back the Khmer Rouge in its early years.

His record, says the BBC’s Jonathan Head, who is in Phnom Penh, is complex and showed many personal flaws.

But none of that was talked about among the crowds paying their last respects – they were simply mourning the loss of a giant personality, who has been one of the few constants in their tragic history.

« I don’t have any words to express the sorrow and suffering I feel when knowing his body will soon disappear, » Hin Mal, 79, told the Associated Press news agency.

« I love and respect King Sihanouk like my own father. »

Analysis

Jonathan Head – BBC News, Phnom Penh

Cambodia’s awful history has offered few figures of authority who engender respect, let alone affection. So it is perhaps fitting that so much of the population has joined the hushed lines snaking past the gilded sarcophagus of former King Sihanouk, a man whose tortuous career was inextricably entwined with the fate of his country.

Quietly, a few people have let it be known they would have pointed out some of Sihanouk’s glaring flaws at another time, but not when there is such a powerful public appetite to think fondly of the « Papa King », as he styled himself. Every public comment I have heard talks of his devotion to the country, and of the many good things he did for Cambodia.

But how good were they? Appointed king by the French colonial authorities at the age of 18 in 1941, Sihanouk proved to be a masterful tactician as he confounded their expectations and drove a successful campaign for Cambodian independence in 1955 [1953]. He then abdicated from the throne, and went on to become prime minister, and then chief of state. He had unchallenged power for more than a decade.

He used it to push through modernisation projects for his country. But many of these proved impractical, and many more were never properly implemented. He tolerated no opposition and harshly repressed anti-government movements, until being ousted by a coup in 1970. He always believed he was indispensible, and some believe this led to his fateful decision to ally himself with the Khmer Rouge, in the early 1970s and in the 1980s.

He was a complex character of many contradictions. The journalist Philip Short has summed him up thus: « An improbable mixture of rage and self-pity, acid and honey, brutality and sarcasm, passion and wit. »

Source : BBC News, 04/02/2013.

June 24 1979: Vietnamese Boat People – The Price of Freedom

[ndlr] Images rares d’un bateau de réfugiés vietnamiens sur le point de sombrer dans la mer à proximité des côtes malaises. Sauvetage en mer réussi et vue générale des réfugiés sur la plage de Poulo Bidong. [émission 60 Minutes, 1979]

June 24 1979 Vietnamese Boat People – The Price of Freedom

* * *

Réfugiés : STIRN a poulo-bidong

Dans le cadre de la campagne française « aide aux réfugiés », Olivier Stirn, secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, a rendu visite au camp de réfugiés de l’île de Poulo-Bidong et pour témoigner du soutien de la France aux boat people.- Visite du camp par la délégation.- Interview d’Olivier Stirn sur les conditions de vie deplorables de ce camp.- Visite du bateau « île de lumière » avec le docteur Kouchner.

INA, 2 juillet 1979.

CIA : Opérations Laos – Amerikas geheimer Krieg in Laos

La guerre du Viêt-Nam fut le premier conflit retransmis à la télévision. Pourtant, c’est le Laos voisin qui constitua la cible d’une guerre aérienne interminable et démesurée, devenant le pays le plus bombardé de l’histoire. Cette « guerre secrète », l’opération la plus importante menée par la CIA, reste aujourd’hui encore largement ignorée. Les spécialistes parlent de crimes de guerre et la comparent aux conflits actuels en Irak et en Afghanistan. Dans CIA – Opération Laos, les principaux protagonistes de cette opération (anciens agents de la CIA, pilotes américains, combattants laotiens, reporters de guerre) nous conduisent jusqu’à l’emplacement stratégique du conflit. (tvmag Le Figaro).

Durée : 80min.
Genre : Docu-info – Historique
Origine : Allemagne
Année de réalisation : 2008
Réalisation : Marc Eberle
Rediffusion(s) : 08/04/2012 à 18:55 sur Histoire

La CIA et L’Opération Laos (partie 1)

La CIA et L’Opération Laos (partie 2)

La CIA et L’Opération Laos (partie 3)

La CIA et L’Opération Laos (partie 4)

Việt Nam ! Việt Nam ! Việt Nam ! (Cablogramme de l’exécution)

[ndlr] Témoignage du journaliste Louis Roubaud sur l’exécution des 13 partisans nationalistes du VNQDD guillotinés à Yen-Bai le 17 juin 1930.

Viêt Nam ! Viêt Nam ! Viêt Nam !

(Cablogramme de l’exécution)

Yen-Bay, 17 juin, 6 heures du matin.

Viet Nam ! Viet Nam ! Patrie du Sud ! Patrie du sud !

Ici le petit jour réglementaire se confond avec la nuit. Il est 6 heures; il n’ y a pas vingt minutes que le soleil s’est annoncé en colorant de carmin le bois des Laquiers… et tout est fini.

Treize hommes ont subi le châtiment.

Cela se passait dans un pré qui aurait pu être un terrain de foot-hall et qui est encadré par quelques bâtiments neufs, sans  étage, propres et coquets, de style colonial: la caserne de la garde indigène, la maison des passagers… Je logeais dans la maison des passagers et j’ai été éveillé cette nuit par des voix, des ordres, des coups de marteau. On dressait la machine à cinquante mètres de ma chambre à coucher ! Je suis sorti en sandales et en pyjama et j’ai aperçu dans la cour de la caserne indigène de longues caisses rangées comme des dominos; j’en comptai quinze et je demandai :

– Ils sont donc quinze?

– Non, treize, mais le chiffre a été tenu secret jusqu’à la dernière minute et nous avons compté largement pour ne pas être pris au dépourvu.

Je suis rentré, je me suis étendu sous la moustiquaire, sur mon drap moite. Le travail était fini au milieu du pré. Les coups de marteau ont cessé, les voix se sont tues. Le silence s’est emparé de la nuit; les insectes se sont emparés du silence.

La sauterelle dit : « cricri » ; le margouillat dit : « tectec » ; le toquet dit : « tock qué » ; la cigale brise ses entrailles sonores et le crapaud buffle meugle comme un ruminant. Pourtant, ce vacarme est encore du silence lorsque nul être ne parle plus.

C’était une nuit d’été tonkinois, si chaude qu’on aurait voulu demander grâce, toute remplie d’humidité, empestée ou parfumée – on ne sait plus – par la pourriture végétale. Des cancrelats mordorés avaient entrepris l’ascension de mon lit, de stupides sauterelles se heurtaient contre l’ampoule électrique que j’avais laissé allumée.

Au bout d’une heure ou deux, les hommes sont revenus, mais on les entendait à peine : huit cents pieds nus de tirailleurs frappaient l’herbe. La garnison de Yen-Bay se rangeait en carré aux quatre limites du pré.

Je me suis habillé et j’ai rejoint un groupe d’Européens qui se tenaient devant le mur de la garde indigène. En face de nous, de l’autre côté du champ, derrière la haie des deux sections de tirailleurs et de la section de l’infanterie coloniale, je voyais le public indigène assez réduit et parfaitement silencieux.

A cinq heures moins cinq, le premier homme déboucha en haut du petit raidillon qui conduit de la prison à la prairie. Je dis : le premier homme, c’était plutôt un groupe : quatre fantassins coloniaux, baïonnette au canon, deux fantassins coloniaux sans armes, pour parer à la défaillance physique des suppliciés pendant le court trajet. La petite troupe était conduite par le résident de Bottini. Elle atteignit, au pas accéléré, cette chose qui était surgie peu à peu de l’ombre, qui s’était dessinée dans l’aurore et qui ressemblait à un agrès de gymnastique. La guillotine à ras de terre, une planche à peu près de la taille d’un homme, est dressée devant la lunette…

Les soldats s’écartent, Je petit supplicié en sarrau blanc apparaît. Alors, M. d ‘Hanoï, le bourreau annamite, lui met la main sur l’épaule et lui parle, il le conduit sans cesser de l’exhorter jusque devant la planche… qui bascule comme une trappe.

– Que lui a-t-il dit?
– Il lui a dit : n’aie pas peur, on ne sent rien…

Le petit groupe est retourné à la prison pour chercher le suivant.

Treize fois, M. de Bottini a interrompu l’homme en train de tirer avidement les bouffées de tabac noir par le tuyau de la pipe à eau, la caïdieu, et il a signé treize levées d’écrou.

Presque tous les condamnés avaient accepté, avec le verre de chum-chum, les bons offices des missionnaires, les pères Méchet et Dronet, qui leur proposaient de transmettre leurs dernières volontés à leurs familles; presque tous ont écrit une ultime lettre. Les deux derniers exécutés ont été Pho Duc Chinh, « Droit et Vertu » et N’guyen Thaï Hoc ou le « Grand Professeur ll. L’un était le lieutenant, l’autre le fondateur et président du parti nationaliste annamite.

Avant eux avaient expié : Bui le Conciliani, Bui le Messager, N’Guyen le Pacifique, Ha le laborieux, Duc le Mesquin, N’Guyen le Prospère, N’Guyen le Bienfaiteur, N’Guyen le Charitable, N’Guyen le Puits de pierres précieuses, Ngo le Séducteur, Do le Quatrième fils. Tous m’ont paru marcher sans forfanterie et mourir simplement .

Afin que le secret de l’exécution fût gardé jusqu’au dernier instant, les treize condamnés ont été transférés, pendant la nuit, d’Hanoï à Yen-Bay, par train spécial.

La machine est arrivée sournoisement, dans l’obscurité.

En ville, nul ne se doutait de rien. Le fourgon qui transportait la guillotine a croisé devant la place du marché une colonne de pitres et de clowns qui faisaient en musique la parade, dans les rues de la ville, pour attirer le public jusqu’à leur cirque ambulant.

Yen-Bay, 12 juin 1930, 12 heures.

Il était six heures, ce matin, lorsque je vous ai câblé. J’ai dû me hâter, je n’ai pu tout dire.

Avant l’aurore, autour de la machine éclairée par quelques lampes électriques, ceux qui avaient surveillé le montage parlaient pour attendre l’heure légale et parce que les minutes semblaient longues. Parmi eux se trouvaient quelques inspecteurs de police qui avaient voyagé cette nuit même d’Hanoï à Yen-Bay, dans le wagon de quatrième classe, avec les treize. Ils se communiquaient leurs impressions sur chacun. Pendant quatre heures de trajet, ils les avaient vus vivre leurs dernières heures. Des condamnés, liés par une main, deux à deux, conversaient familièrement entre eux avec ceux de leurs gardiens qui parlaient l’annamite et avec le père Dronet, l’aumônier de la prison d’Hanoï, qui avait entrepris de les catéchiser.

Du était lamentable et se prétendait innocent.

– C’est vrai ! appuyait Pho Duc Chinh, aussi vrai qu’il me faudrait trois têtes pour payer ma part, la tête de ce pauvre Du est de trop.

Deux autres agonisants, effondrés dans un coin, accroupis à la mode annamite, demeuraient silencieux, blêmes de peur. Mais les neuf autres s’efforçaient de s’encourager.

– Nous allons être bien accueillis à Yen-Bay, disaient-ils, nous allons trouver sur le quai de la gare nos chers camarades Hoang, Tiep, Thuyet et Luong !

C’étaient les noms de quatre hommes exécutés dans cette ville le 8 mai dernier.

– Nous ne sommes pas des criminels, mais des vaincus.

N’guyen, le Grand Professeur, discutait avec le père Dronet.

– Pourquoi voulez-vous que je me repente ? je ne regrette rien.

Et il citait les vers français :

Mourir pour sa patrie,
C’est le sort le plus beau,
Le plus digne d’envie…

Ngoc Thinh – Puits de pierres précieuses – s’informait auprès d’un inspecteur :

– Le sergent Bouhier est-il mort?

– Malgré les trente coups de coupe-coupe que tu lui as donnés, il s’est rétabli. Ce n’est pas de ta faute.

– Alors il est juste que je meure.

Ceux qui rapportaient ces paroles concluaient :

– Ce sont tous des orgueilleux; ils ont crâné toute la nuit.

Pourtant, le matin, avant l’aurore, le père Dronet et le père Mechet parvinrent à convaincre la plupart des intraitables. Dans neuf cellules, ils versèrent l’eau sur le front, déposèrent le sel sur la langue des neuf condamnés qui avaient accepté, peut-être pour prolonger leur vie de quelques minutes, d’être baptisés in extremis.

J’ai dit que pour aller de la prison au champ du supplice, les hommes, les mains liées derrière le dos, montaient un petit raidillon. Ce raidillon est surplombé par une sorte de talus, bordé d’une barrière de bambous et où s’élèvent des paillotes. Les habitants des quatre ou cinq maisons s’étaient groupés pour voir monter les condamnés. Lorsque passa Dao Van N’hit, un garçon de vingt ans que soutenaient deux robustes légionnaires, on entendit une voix de femme :

– 0 cha oi em oi!

C’était ]a mère. Ses paroles voulaient dire : Oh! hélas! mon petit enfant!

En arrivant sur la prairie, N’guyen Van Cuu, dit « Le Charitable », s’écria :

– Toi xin noi (je veux dire quelque chose)

Mais un légionnaire lui appliqua une main sur la bouche. Quelques instants après, Nguyen Van Thinh, « Le Prospère, » commença :

– Viet Nam…

Il fut bâillonné de même. Et de même encore les autres.

– Viet Nam !. .. Viet Nam !.. . Viet Nam !… Patrie du Sud !… Patrie du Sud !…

J’entendis cela plusieurs fois et le mot retentissait encore à mes oreilles lorsque j’aperçus le dernier condamné, Nguyen Thai Hoc, le Grand Professeur, le visage gras, une barbiche de lettré. Il souriait! d’un sourire simple, sans contrainte, et il saluait la foule en inclinant la tête. Lui aussi, d’une voix forte et bien timbrée entonna : « Viet Nam!… » et la main du légionnaire étouffa son cri.

• • •

Ayant vu mourir ces hommes, je suis allé cet après-midi dans la caserne, au fort, dans les petites villas d’officiers, où erraient encore les ombres d’autres suppliciés.

– Dans cette pièce obscure, me dit un officier, j’ai aperçu mon camarade Jourdan étendu. Il tenait à la main une lanterne électrique allumée dont le réflecteur était dirigé par un hasard tragique sur son visage. Je pris la lanterne, je secouai mon ami, il était mort.

Dans ce lit, Bouhier a été lardé au coupecoupe. Devant cette grille, le sergent Damour était étendu, le crâne scalpé, le ventre ouvert, les bras tordus…

Sous cette véranda, la pauvre petite Mme Robert, une jeune femme de vingt-quatre ans, avait traîné le corps de son mari, tué dans la salle à manger. Mme Robert a passé toute la nuit serrée contre le corps qu’elle ne voulait pas abandonner. De ses mains, elle comprimait sur le front du cadavre la cervelle jaillie d’une horrible blessure.

Viet Nam ! Viet Nam !… Patrie !… Cruelle Patrie

Louis Roubaud.

 

Réf. : Louis Roubaud, Viet-Nam, la tragédie indo-chinoise, Paris : Librairie Valois, Enquêtes, 1931, pp. 153-163.

Aperçu de la réédition de cet ouvrage (2010) sur Google Books