Archives par mot-clé : récits

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 6

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Récits pluriels du Laos

Séance 6 : mercredi 8 novembre 2017– salle D4.024

Ce qui est parvenu jusqu’à nous de la littérature laotienne traduite en français est extrêmement parcellaire. Outre la littérature orale et classique laotiennes, la littérature coloniale du début du XXe siècle (Ajalbert, Billotey, Royer, Strarbach…), rééditée dans les années 1990, a inauguré en France notre connaissance du Laos et de ses habitants. Pendant la période de décolonisation, cette représentation exotique a laissé place à deux types de récits. Les premiers, rédigés par des écrivains-soldats et édités pendant la guerre civile par le Neo Lao Haksat (Front patriotique lao, dirigé par les partisans communistes), ont trait à la « lutte héroïque contre les colonialistes français et les impérialistes américains », les seconds, rédigés par des réfugiés ayant fui le régime communiste ont été produits à l’extérieur du pays. Cette littérature se double d’une autre présence, peu évoquée dans les textes français, celle de la minorité Hmong particulièrement engagée et affectée par les guerres d’Indochine (voir exposé). Cette séance consacrée au Laos revient sur ces différentes problématiques : le regard colonial, la guerre civile laotienne et l’exil d’une partie de la population.

★ ★ ★

Exposés oraux


  • Kao Kalia Yang, The Latehomecomer: A Hmong Family Memoir, Minneapolis, Coffee House Press, 2008.

Exposé de Charlotte Colas

Présentation de l’éditeur : Coffee House Press et entretien avec l’auteure

Site de l’auteure : Kao Kalia Yang


  • Vanina Bouté & Vatthana Pholsena, Changing lives in Laos: Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State, Singapore, NUS, 2017.

Exposé de Natchanon Ongjui

Présentation de l’éditeur : NUS Press


★ ★ ★

Références bibliographiques

  • Littérature coloniale sur le Laos (extraits) :

Ajalbert, Jean, Raffin Su-Su, Paris, Flammarion, 1918. Édition originale : Paris, Publications littéraires et politiques, 1911. Réédité par Kailash en 1995.

Ajalbert, Jean, Sao Van Di, Paris, Les Éditions G. Crès, 1922. Édition originale : Ernest Flammarion, 1905. Réédité par Kailash en 1995.

Billotey, Pierre, Sao Kéo ou le bonheur immobile, Paris/Pondicherry, Kailash, 1995.

Royer, Louis-Charles, Kham la laotienne. Paris, Les Éditions de France, 1935 (9e éd.). Réédité par Kailash en 1993.

Strarbach, Gaston & Baudenne, Antonin, Sao Tiampa, épouse laotienne, Kailash, 1993. Édition originale : Éditions Grasset, Paris, 1912.

  • Littérature révolutionnaire :

Boun X.K. et al., Bruine en forêt (Récits Lao), Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1967.

Cahour, Vanthyka, Le vent du troisième mois, Paris, Éditeurs français réunis, 1980.

Cahour, Vanthyka, La forêt de l’autre rive, Paris, Éditeurs français réunis, 1980.

Front patriotique du Laos (éd.), Phoukout : le piton-forteresse, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1967.

Phou, Luang, Les gars du 97 , Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1971.

Thao Boun Lin… et al., Dignes enfants du Peuple Lao, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1966.

Xieng Moun… et al., La poule sauvage, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1968.

  • Récits de guerre et de réfugiés :

Khamkeo, Bousang, I little slave : a prison memoir from communist Laos, Spokane, Wash., Eastern Washington University Press, 2006. Cote IAO : 603AA.09/81

Mithouna & Rosset, André (Collab.), La route no 9 : témoignage sur le goulag laotien, Paris, L’Harmattan, « Mémoires asiatiques« , 2001.

Nakhonkham Bouphanouvong, Sixteen years in the land of death, Bangkok, White Lotus Press, 2003.

Somboun Narpoolmin, Les enfants du palais blanc : de l’Orient à l’Occident, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1991.

Souvannavong, Vongprachanh, La jeune captive du Pathet Lao…, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1993.

Thao kha-duc & Thao sa-bath-dy, A feu et à sang, roman laotien de guerre et d’amour, Paris, La Pensée universelle, 1973.

  • Récits de minorités :

Mât Méo, Les portes de la forêt, Paris, Éditions Bourrelier, coll. « Marjolaine », 1960.

 

★ ★ ★

Voir aussi le numéro spécial de France-Asie (10e année, tome 12) :

Présence du Royaume Lao, pays du million d’éléphants et du parasol blanc, Saigon, France-Asie, 1956, [présentation par René de Berval]. Voir notice SUDOC.

Weber, Jacques, « Le Laos littéraire de Mouhot à Lartéguy », Ultramarines, no. 26, novembre 2008, p. 6-17.

Pour aller plus loin sur le LAOS contemporain :

Références bibliographiques

 

Image « à la une » : illustration de Kham Deng

 

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [6] – Vers la lutte armée

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit de Vo Nguyen Giap sur les préparatifs de la Ligue Viêt-Minh entre juin et septembre 1944 en vue de l’insurrection générale.

VERS LA LUTTE ARMÉE

Au mois de juin 1944, la terreur blanche déclenchée par les fascistes français atteignit son paroxysme. On entendait chaque jour les échos des fusillades. Le peuple attendait avec impatience les premiers coups de feu de la révolution. Toute la région du Cao-Bac-Lang n’était plus qu’une poudrière prête à sauter.

Au même moment, sur le plan international, le fascisme marchait vers la défaite. En Europe, après Stalingrad et la contre-offensive générale de l’Armée soviétique, les Alliés avaient ouvert le second Front. Dans le Pacifique, l’initiative des opérations avait échappé aux mains des japonais dont les plus importantes bases navales d’outre-mer tombaient les unes après les autres.

Au début de juillet 1944, ce fut la chute du gouvernement fasciste de Pétain. De Gaulle retournait en France dans le sillage des troupes anglo-américaines et formait le nouveau gouvernement. Cette évolution de la situation acheva de creuser les contradictions entre fascistes japonais et français en Indochine. La perspective d’un coup de force nippon s’imposait.

Le mouvement révolutionnaire gagnait du terrain dans tous le pays. L’organisation de la « Ligue Viêt Minh » s’étendait de jour en jour. L’opinion pressentait et souhaitait un grand bouleversement.

Devant cette situation, le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang convoqua une conférence de cadres vers la fin de juillet 1944 afin de discuter du problème de l’insurrection armée. Tous les responsables de secteur y assistaient. Passant en revue nos effectifs, nous pouvions constater que les efforts des impérialistes n’avaient pas été très efficaces : tous nos dirigeants avaient pu échapper à la terreur blanche.

La conférence se déroula dans une vaste grotte, en pleine jungle. La salle de réunion avait été aménagée avec soin : arc de triomphe, grand mât pour le drapeau, rangées de tables pour les délégués, dortoir et réfectoire. Tout autour, au passage des cols, on avait mis en place un triple réseau de sentinelles ; à côté des militants Man locaux, des détachements armés étaient montés des districts pour renforcer le dispositif de sécurité. Après des mois d’une lutte acharnée, des mois passés côte à côte avec la mort, nous nous trouvions enfin réunis pour débattre la question qui nous préoccupait par-dessus tout. On devine notre joie. Il s’y mêlait un peu de fierté, fierté pour notre peuple, pour notre Parti : de toute évidence, la répression ne pourrait jamais avoir raison de la révolution.

Le rapport politique présenté à la conférence estimait que « la conjoncture nationale et internationale et la situation du mouvement dans le Cao-Bac-Lang avaient fait mûrir les conditions pour déclencher la guérilla dans les trois provinces. »

Les discussions qui s’ensuivirent, aboutirent rapidement à la résolution de déclencher l’insurrection au plus tôt pour répondre à la tension créée par la « terreur blanche ». Tous les délégués acclamèrent cette décision. Un Nung prononça ces paroles bien significatives d’un état d’âme :

« L’enfant avait soif de lait depuis longtemps et voilà que sa mère vient lui donner le sein. Cette fois-ci, nous jurons d’écraser l’ennemi. »

La mère, c’était le Parti. Le lendemain, la conférence discuta le sens du mot « insurrection » et décida de le remplacer par : « déclenchement de la guérilla » afin d’éviter des équivoques dans l’interprétation. Un délai fut fixé pour l’achèvement de tous les préparatifs.

D’après le plan du Comité interprovincial, toutes les régions devaient entraîner une nouvelle promotion de chefs de détachements et de commissaires politiques pour atteindre le chiffre prévu. En outre, il importait de former un certain nombre de cadres de réserve : tous les militants clandestins des deux sexes devaient obligatoirement, si leur santé le leur permettait, faire un stage à cet effet. Il incombait au Comité interprovincial d’organiser des cours de formation de chefs de sections et de commandants de compagnie.

Nous ouvrîmes d’urgence des cours politiques à l’intention des militants locaux, dans les régions contrôlées par nous. Ces militants étaient choisis parmi les éléments les plus sûrs et les plus estimés de la population. Nous les préparions à la guérilla contre les Japonais ainsi qu’à l’administration, afin qu’au moment voulu, ils instaurent le pouvoir populaire provisoire.

Les diverses localités devaient appliquer le plan du Comité interprovincial pour l’enrôlement des miliciens de choc dans des unités régulières de guérilleros. Ces hommes étaient répartis en deux groupes : le premier s’enrôlant immédiatement au moment du déclenchement de la guérilla, tandis que le second constituerait le corps de réserve. Divisés en groupes, sections, ils recevaient un entraînement accéléré et devaient se tenir prêts à entrer en campagne d’un moment à l’autre.

Il fallait de toute urgence acheter et fabriquer davantage d’armements, en premier lieu des grenades. Chaque fusil à amorce devait avoir cent cinquante charges. Les stocks de vivres dont une partie en aliments secs devaient permettre de tenir six mois pour passer la période de soudure entre la récolte de paddy de l’année en cours et celle de mais dé l’année suivante.

Les Comités de district devaient réorganiser le réseau clandestin de liaison, les services d’éclaireurs et enseigner à la population quelques notions sur le travail de renseignements.

Depuis longtemps nous avions appris à la population à faire le vide devant l’ennemi et dans plusieurs localités on avait déjà creusé des silos pour cacher le paddy. Il ne nous restait plus qu’à pousser plus loin en ce sens et à généraliser cette pratique dans tous les cantons pour bien tenir en mains les stocks de vivres. En ce qui concerne l’évacuation de la population, nous mettions l’accent sur ce principe : toujours encadrer et organiser les évacués de façon qu’ils puissent à la fois poursuivre les travaux agricoles et apporter une aide efficace au front.

Pour stimuler le mouvement et préparer le déclenchement de la guérilla, ordre fut donné aux détachements armés de repousser toutes les attaques et de nous assurer ainsi le contrôle des forêts et des montagnes.

Tous les cadres et membres du Parti se jetèrent à corps perdu dans les préparatifs. Une activité intense mais silencieuse se déployait, caractéristique de toute activité clandestine. On voyait des vieilles femmes vendre presque tous leurs biens pour acheter des armes à leurs enfants. Dans plusieurs districts, les vieillards adoptèrent des résolutions enjoignant aux jeunes des deux sexes de s’enrôler dans l’armée au premier appel de mobilisation. Le peuple vivait dans l’espérance et l’attente fiévreuse des veilles d’insurrection. Nos cadres tenaient des réunions publiques pour expliquer à la population que le déclenchement de la guérilla n’impliquait pas nécessairement une victoire éclair, qu’il fallait s’attendre à des sacrifices et localement à des revers momentanés. Après le déclenchement de la guérilla, bien des épreuves, des dangers et des privations nous attendraient. Tout ce travail d’explication fut assez bien mené.

Septembre 1944 !

La récolte se terminait.

Le plan des préparatifs avait été réalisé en grande partie. Nous avions déjà ouvert le feu dans plusieurs localités. L’atmosphère était tendue. Tous attendaient…

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 135-139.

Épisodes précédents :

Nathalie Huynh Chau Nguyen : La mémoire est un autre pays – Femmes de la dia­spora viet­na­mienne

[ndlr] Avis de parution de l’ouvrage de Nathalie Huynh Chau Nguyen : La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne (Paris, Riveneuve éditions, 2013).

Il s’agit de la traduction française de l’étude de Nathalie Huynh Chau Nguyen, Memory is another country: women of the Vietnamese diaspora (Santa Barbara; Denver; Oxford: ABC Clio, 2009).

 

NathalieNguyen_LaMémoireEstUnAutrePays

 

La librai­rie Le Phénix et Riveneuve éditions ont le plai­sir de vous invi­ter à ren­contrer

Nathalie Huynh Chau Nguyen,

à l’occa­sion de la paru­tion de

La mémoire est un autre pays,

Femmes de la dia­spora viet­na­mienne

Avec la pré­sence des tra­duc­teurs Patricia Fogarty et Alain Guillemin

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Mardi 28 mai à 18h

à la librai­rie Le Phénix

72, bou­le­vard de Sébastopol 75003 Paris

Métro : Réaumur-Sébastopol ou Etienne Marcel

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Sortie offi­cielle : 16 mai 2013