Archives par mot-clé : récit visuel

Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoi [Institut Francophone International]

[ndlr] L’Institut Francophone International vous propose une visite virtuelle de l’Opéra de Hanoi, haut lieu de la culture et de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. A ne pas manquer.

Cliquer sur l’image pour accéder à la visite. © 2017 IFI

 

La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? [16/09/2016]

[ndlr] Journée d’études à l’université d’Aix-Marseille.

Le workshop « La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? » organisé par Christian Henriot aura lieu le vendredi 16 septembre 2016 de 09H00 à 18H00 au pôle multimédia du Campus Schuman à Aix-en-Provence.

Programme :

  • 9h00 – Ouverture et introduction : Christian Henriot (AMU), Gérald Foliot (CNRS, Huma-Num)
  • 9h20 – Bernard Cousin (AMU), Eric Carroll (AMU) : « Le mur numérique des ex-voto peints provençaux »
  • 10h00 – Sophie Gebeil (AMU) : « Le web comme source pour l’historien : la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 »
    10h40 – Pause
  • 10h55 – Jean-Pierre Dedieu (CNRS) : « De la source à la base de données. Les Répertoires d’Extrême Orient »
  • 11h35 – Anne Kerlan (IHTP, CNRS-Université Paris 8) :  » ‘Loin d’Hollywood’ : une base de données croisées pour une histoire globale du cinéma »

Après-midi – 13h45 14h00

  • Cécile Armand (IAO) : « MADSpace : un compagnon numérique pour écrire l’histoire spatiale de la publicité à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle (1905-1949) »
  • 14h40 – Christian Henriot (IrAsia, AMU) : « August 1937. Death en masse in Shanghai : A VizStory narrative »
  • 15h10 – Fleur Chabaille (Inalco, IAO) : « Interpréter, écrire et publier le visuel : un retour réflexif sur Scalar »

15h50 – Pause

  • 16h00 – Mou Zhenyu (Collegium de Lyon / SASS) : « Cadasters, land market and urban transformation in the foreign settlements of Shanghai (1843–1943) »

17h10 – Discussion finale

Plus info : http://www.irasia-recherche.com/# !m…

lafabriquenumeriquedupasse_programme

Laurent Gédéon : Saigon-Cholon, au fil de l’eau [récit visuel]

[ndlr] Recit visuel de Laurent Gédéon (IAO, ENS de Lyon) sur l’arroyo chinois.

Saigon-Cholon, au fil de l’eau

Ce récit visuel se présente sous la forme d’un itinéraire qui suit le cours de l’arroyo chinois, voie d’eau qui reliait Saigon à l’ancienne ville chinoise de Cholon. Les photos, prises en quasi-totalité au cours de la première moitié du XXe siècle, mettent en lumière la double fonction, économique et sociale, de cet environnement. Celui-ci apparaît à la fois comme un lieu d’habitat pour une frange de la population et un espace par lequel transitent les flux de marchandises entre Cholon et Saigon.

Art et mémoire au Cambodge : une illustration en bande dessinée – par Mathilde Cambournac

Tian_Enfant&BuffleLa bande dessinée L’année du lièvre, composée pour l’instant de deux tomes parus en 2011 et 2013, narre l’histoire familiale du dessinateur Tian sous le régime des Khmers Rouges. L’auteur est né au Cambodge trois jours après l’évacuation forcée de Phnom Penh, le 17 avril 1975. Sa famille s’organise pour survivre dans le Kampuchéa Démocratique sous le contrôle de l’Angkar, avant de réussir à s’exiler en Thaïlande en 1979, puis en France en 1980.

Que nous apprend Tian sur le Cambodge de Pol Pot ?

Le premier tome, « Au revoir Phnom Penh », retrace les péripéties de la famille de Tian lors des premiers mois du régime des Khmers Rouges, notamment pendant l’évacuation forcée de la capitale. Les événements sont présentés à travers les yeux de la famille, ce qui aide le lecteur à se mettre dans la peau des personnages et l’amène à découvrir peu à peu le fonctionnement du régime des Khmers Rouges. Le parti pris de Tian est ainsi « d’amener le lecteur à penser comme une famille, à douter, à avancer dans une certaine ignorance de l’information » (Broué). Le second tome, « Ne vous inquiétez pas », se centre sur la déportation et la vie quotidienne de la famille de Tian à Roneam, village au Nord du Cambodge. Le lecteur est ainsi plongé au cœur du régime Khmer Rouge, et suit les différentes trajectoires des membres de la famille : travaux forcés, quotidien au sein d’une brigade mobile, prison, incarcération.

Le dessin de Tian, est simple, presque naïf, ce qui lui permet « d’éviter une redondance avec un récit tragique et très réaliste » (Broué). Les illustrations sont sobres, avec l’utilisation de tons de couleur discrets pour évoquer une époque passée. Malgré tout, de nombreux détails graphiques permettent de documenter avec précision le quotidien de la famille de Tian : cartes simplifiées, vignettes explicatives. Deux visions se superposent donc : une objective, proche du documentaire historique, et l’autre subjective, ayant valeur autobiographique.

lannée-du-lièvreL’année du lièvre illustre par ailleurs la politique de destruction de la structure familiale entreprise sous le Kampuchéa Démocratique (Mam). Les Khmers Rouges visent en effet la transformation complète et rapide de toute la société cambodgienne afin qu’elle devienne autosuffisante, homogène et égalitaire. Un travail constant d’élimination des « ennemis de la révolution », qu’ils soient intérieurs ou extérieurs, engendre la division des Cambodgiens en deux groupes ; le peuple ancien, celui des paysans et populations rurales, et le peuple nouveau dont fait partie la famille de Tian, c’est à dire les cadres, anciens officiels du gouvernement, et citadins (Olvajo). Une destruction progressive de tous les liens affectifs se met en place, avec la volonté de substituer Angkar à la structure familiale traditionnelle cambodgienne. L’individu est dissout dans l’organisation totalitaire, il est asservi, affamé, endoctriné. Différentes mesures visent à détruire l’institution familiale, alors centre économique et culturel des Cambodgiens : séparation physique des individus, attaque sur la propriété privée et les institutions quotidiennes familiales, ainsi que sur les institutions culturelle et religieuse. La bande dessinée constitue ainsi un bon exemple des relations complexes entre loyautés familiales et celles imposées par les Khmers Rouges. Ainsi, il ne faut pas minimiser les capacités d’action des individus (agency) dans les récits de trajectoires familiales cambodgiennes, grâce à plusieurs types de stratégies allant de la résistance à la coopération (Mam). L’année du lièvre montre comment les Cambodgiens, malgré le contexte d’insécurité dans lequel ils sont plongés et les risques encourus, continuent de protéger et de préserver cette unité sociale.

Retrouver la mémoire des génocides grâce à la bande dessinée et l’art

Rithy Panh, cinéaste cambodgien, a qualifié les Khmers Rouges, de « machine à effacer la mémoire », via un travail d’effacement de la mémoire des populations (Panh). C’est un culte du secret, du non-dit, qui permet de laisser constamment planer une atmosphère d’insécurité et de terreur ; une « machine totalitaire délirante » qui détruit mémoire collective et mémoires individuelles. L’année du lièvre illustre ainsi de nombreuses scènes où les personnages doivent renoncer à leur identité afin de survivre : séances d’autocritique, impossibilité de révéler son métier. Un second exemple de cette politique d’annihilation de la mémoire est celui de l’usage des mots et de la parole, qui a été complètement changé et dénaturé sous le régime des Khmers Rouges (Olvajo). Certains mots sont donc interdits, d’autres promus pour porter l’idéologie du régime, comme le proverbe « si on te laisse on ne gagne rien, si on te supprime on ne perd rien ».

Couv_Annee_lievre2-3L’année du lièvre est avant tout un projet d’exhumation d’une mémoire familiale. Il s’agit pour l’auteur de se ré-approprier son histoire, ainsi que ses souvenirs d’enfance. Il explique l’importance de la transmission de la mémoire dans un contexte où personne n’évoque cette période tragique de l’histoire cambodgienne (Proust). La trame narrative des albums est ainsi inspirée du témoignage de son père, alors médecin. Les bandes dessinées sont également le résultat de plusieurs années de recherches, de documentation et de voyages au Cambodge, pour nourrir le récit de faits historiques et pédagogiques. Ces dernières années, d’autres auteurs d’origine cambodgienne ont également publié des bandes dessinées, fortement inspirées de leur vie ou de celle de leur famille. L’œuvre la plus connue est la trilogie de Séra, qui traite respectivement de la guerre civile, du génocide et enfin de l’après-génocide au Cambodge. Loo-Hui Phang a également publié en 2011 et 2012 les deux premiers tomes de Cent mille journées de prières, qui retracent la recherche d’un petit garçon français sur l’identité et le sort de son père cambodgien, disparu sous le régime des Khmers Rouges. Elle évoque la même volonté que Tian de fouiller dans ce passé familial : « faire un livre est une manière pour moi de digérer les choses », ainsi que « de donner une sépulture aux membres de ma famille qui n’en ont pas eue». Tian quant à lui insiste sur le travail voire le devoir de mémoire de la part des artistes cambodgiens (Broué).

Spiegelman_MausArtL’art en général, et la bande dessinée en particulier, ont donc un rôle à jouer dans la construction de la mémoire des guerres et génocides. La première bande dessinée de référence est Maus d’Art Spiegelman – deux albums publiés en 1987 et 1992-, sur le génocide des Juifs pendant la seconde Guerre Mondiale. Elle est rédigée grâce au témoignage du père de l’auteur, ancien déporté à Auschwitz-Birkenau. La bande dessinée a pendant longtemps été considérée comme illégitime pour traiter le sujet des guerres et génocides, car souvent associée à l’enfance ou au rire, et considérée comme incapable de rendre une réalité autre que stéréotypée et caricaturée. Cependant, elle semble être un outil artistique adéquat pour narrer l’histoire d’une vie et rendre compte de souvenir, parce qu’elle prend la forme de la mémoire : « des images s’organisant en récit » (Robert). Tian exprime ainsi la volonté de « donner des images du génocide » (Broué). Au Cambodge, deux artistes ont également mis en avant l’importance de l’art en tant que « traitement de l’indicible, de l’irreprésentable », Rithy Panh et Vann Nath (Panh). Il s’agit pour eux d’extérioriser leur vécu via l’art, principalement le cinéma et la peinture.

Penser au-delà du génocide : politique de mémoire officielle contre mémoires individuelles plurielles

Si tous les artistes évoqués précédemment montrent la nécessité de retrouver la mémoire sur le génocide des Khmers Rouges, il apparaît que la société cambodgienne actuelle n’est que partiellement informée et sensibilisée sur cette période. Rithy Panh déplore ainsi une « amnésie nationale » autour du génocide (Panh). Ceci s’explique en partie par la volonté pour les survivants de ne pas rouvrir des blessures trop vives, et d’aller de l’avant.

Portrait_Tian
Le dessinateur Tian

D’autres facteurs permettent également d’expliquer un « oubli » national, et international, de ces événements. Des obstacles de nature politique ont pu empêcher l’exhumation de cette histoire traumatique, notamment une politique de réconciliation nationale contradictoire et ambiguë. En 1998, le premier ministre Hun Sen appelle par exemple les Cambodgiens à « creuser un trou et enterrer le passé » (Tyner). Le second facteur d’oubli renvoie au manque de preuves matérielles du régime, puisque peu d’infrastructures ont été construites sous les Khmers Rouges (Margolin). Il existe seulement deux lieux centraux connus mondialement qui commémorent le génocide, presque devenus des attractions touristiques : Tuol Sleng et son musée du génocide (S-21) et Choeung Ek, ancien camp d’exécution. Ces sites continueraient de représenter « l’effacement historique » du génocide, en limitant temporellement et spatialement la violence des Khmers Rouges, qui semble uniquement confinée à ces lieux (Tyner). Ces quelques lieux de commémoration du génocide sont par ailleurs peu visités par les Cambodgiens, et surtout connus par les touristes occidentaux, qui viennent «  s’ébaubir à Angkor et frémir à Tuol Sleng » (Margolin).

Après une inertie internationale pendant et après le génocide, les Nations Unies sont intervenues depuis une dizaine d’années en faveur de procès pour juger les principaux responsables du régime Khmer Rouge, via les Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CETC), établies en 2003. Si ces tribunaux ont libéré la parole de nombreux Cambodgiens, notamment les parties civiles, ils ont également déclenché des frustrations et critiques. Ils posent en effet des limites juridictionnelles très restreintes, avec un nombre d’accusés et une période de jugement limités. D’autres problèmes ont émaillé le bon déroulement de ce travail de justice, notamment le manque de financements ainsi que l’âge avancé des participants. Tyner dénonce ainsi, à travers ces CETC, la création d’une « justice illusoire qui opère à travers simultanément la vente et la mise sous silence du génocide ».

Ces éclaircissements sur le contexte national et international actuel permettent donc de mieux comprendre les enjeux liés à la mémoire du génocide cambodgien. Les initiatives individuelles ou de la société civile apparaissent ainsi primordiales pour promouvoir d’autres formes d’expression que celles permises au niveau officiel, qu’il soit national ou international. L’art devient ainsi une ressource symbolique permettant de renouer avec le passé, et de « restituer aux morts leur histoire, leur identité, leur dignité » (Panh). Dans ce contexte, la génération des Cambodgiens n’ayant pas connu le génocide a donc un rôle important à jouer pour tenter de comprendre et de se réapproprier cette histoire. Comme l’explique Tian, c’est ainsi une « nouvelle génération qui s’empare de cette histoire, celle des enfants des victimes du génocide » (Broué).

Mathilde Cambournac, promotion ASIOC 2013-2014

 

Références :

Tian, 2011. Au revoir Phnom Penh (Tome 1), L’année du lièvre, collection Bayou, Éditions Gallimard.

Tian, 2013. Ne vous inquiétez pas  (Tome 2), L’année du lièvre, collection Bayou, Éditions Gallimard.

Blog de Tian : L’année du lièvre

Bibliographie indicative :

  • Broué Caroline, Gardette Hervé, 2011. Cambodge, Interview de Tian et de Loo-Hui Phang, Émission La Grande Table du 14/07/2011, France Culture. Consulté le 4/11/2013, https://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-cambodge-2011-07-14.html
  • Mam Kalyanee E., 1999. « An Oral History of Family Life under the Khmer Rouge », New Haven, Yale Genocide Studies Program Working Paper no. 10, 1999, 40 pp.
  • Margolin Jean-Louis, 2007. « L’Histoire brouillée », Gradhiva [En ligne], 5 | 2007, mis en ligne le 12 juillet 2010, consulté le 14 octobre 2013.
  • Ojalvo Catherine, 2011. « Séra face à la mémoire cambodgienne, le noir de la mémoire », Témoigner entre histoire et mémoire, mars 2011, n°109.
  • Panh Rithy, 2001. « La parole filmée. Pour vaincre la terreur », Communications, 71, pp. 373-394.
  • Phang Loo Hui, Sterckeman Michaël, 2011 et 2012. Cent mille journées de prière (deux tomes), Futuropolis.
  • Proust Jean-Marc, 2011. « Cambodge: les enfants retrouvent la mémoire », Slate, 25/07/2011. Consulté le 4/11/2013, http://www.slate.fr/story/41655/cambodge-memoire-enfants
  • Robert Martine, 2003. « Connaissance historique et bande dessinée » Propositions pour un savoir en images, Le philosophoire, 2003/2 n° 20, p. 215-236.
  • Sera, 2007. Lendemain de cendres, Éditions Delcourt, collection Mirages.
  • Sera, 2005. L’eau et la terre, Éditions Delcourt, collection Mirages.
  • Sera, 1995. Impasse et rouge, Editions Rackam.
  • Spiegelman Art, 1987 et 1992. Maus (deux tomes), Flammarion.
  • Tyner James A., Brindis Alvarez Gabriela, Colucci Alex R., 2012. « Memory and the everyday landscape of violence in post-genocide Cambodia », Social & Cultural Geography, 13:8, 853-871.

 

Mathilde Cambournac est étudiante à l’ENS de Lyon, en Master 2 « Asie Orientale Contemporaine ». Issue d’un cursus à Sciences Po Toulouse, elle est également titulaire d’un diplôme de chinois de l’université Toulouse-II. Elle a travaillé au Consulat de France de Shanghai, et étudié au Dickinson College (Etats Unis). Ses recherches actuelles portent sur les enjeux de l’immigration africaine en Chine, pour lesquelles elle mène un travail de terrain à Pékin, dans le cadre d’un séjour académique à Peking University (北京大学).