Archives par mot-clé : prisonniers d’opinion

Hội Cựu Tù Nhân Lương Tâm Việt Nam : Báo cáo vi phạm nhân quyền Việt Nam 2015-2016

[ndlr] Rapport de l’Association des anciens prisonniers de conscience du Viêt-Nam sur trois années de répression (2014-2015-2016). Une analyse autour de 4 axes : harcèlement, répression, violences et arrestation. A lire sur le site de l’Association.

Réalisé par les anciens prisonniers d’opinion suivants : Le Dr. Nguyễn Đan Quế, le Père Phan Văn Lợi, le Vénérable Thích Không Tánh, l’agrégé Phạm Bá Hải, l’avocat Lê Công Định,  le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng, les ingénieurs Lê Thăng Long et Phạm Văn Trội.

Selon cette organisation, il y a actuellement (en date du 27/02/2017) 66 prisonniers d’opinion en RSVN, purgeant des peines de prison de 20 mois (pour Can Thi Theu) à la réclusion à perpétuité (pour Phan Van Thu). Parmi ceux-ci on compte 28 prisonniers condamnés à des peines de 10 à 17 ans ; 21 à des peines de 3 à 9 ans et 15 dont les peines ne sont pas connues.

Source : http://fvpoc.org/

Image « à la une » : l’évolution de la répression de 2014 à 2016, en page 3 du rapport.

Viêt-Nam : les prisonniers d’opinion torturés dans les prisons [Amnesty International]

[ndlr] Le nouveau rapport d’Amnesty International publié le 12 juillet 2016 sur les conditions de détentions des prisonniers d’opinion en République socialiste du Viêt-Nam. Accablant.

Dans le rapport « Des prisons à l’intérieur des prisons : la torture et les mauvais traitements des prisonniers d’opinion au Viêt-Nam », nous avons documenté les pratiques de disparition forcée, mise à l’isolement et torture contre les prisonniers d’opinion, dans ce pays considéré comme l’un des plus fermé au monde.

DES PRISONNIERS TORTURÉS POUR LEUR SOUTIRER DES AVEUX

Dar a passé 5 ans derrière les barreaux. Les 10 premiers mois de sa détention, ils les a passés à l’isolement dans une minuscule cellule, dans l’obscurité la plus complète et dans un silence total. Pendant les deux premiers mois, on est venu le chercher chaque jour pour l’interroger et le rouer de coups.

Les autorités lui ont infligé des décharges électriques, lui ont fait passer le long de sa jambe un morceau de papier enflammé, lui brûlant la peau. Ils l’ont contraint à supporter des positions inconfortables et douloureuses pendant huit heures d’affilée. Il a également été frappé à coups de bâton, de tube en caoutchouc, de poing et de pied.

Un jour, des policiers l’ont pendu par les bras au plafond pendant un quart d’heure et l’ont frappé. Plusieurs fois, des policiers, ivres semble-t-il, ont fait irruption dans sa cellule au beau milieu de la nuit pour le rouer de nouveau de coups.

Dar était emprisonné en raison de son appartenance ethnique.

De nombreux anciens prisonniers interrogés par Amnesty International ont indiqué que la torture et les mauvais traitements avaient été particulièrement violents durant leur détention provisoire, car les autorités voulaient leur arracher des « aveux ».

Lire la suite : Amnesty International, 12/07/2016.

Téléchargez le rapport (PDF) ci-dessous :

Des prisons à l’intérieur des prisons

Les cas présentés dans ce rapport illustrent le fossé qui existe au Viêt-Nam entre les promesses faites en public de mettre un terme à la torture et aux autres mauvais traitements et la réalité telle que la vivent les prisonniers d’opinion incarcérés dans les centres de détention et les prisons du pays.
Index AI : ASA 41/4187/2016
Date de publication : 12 juillet 2016

Portrait : Trần Huỳnh Duy Thức, ingénieur et constructeur d’avenir

[ndlr] Mise à jour de notre portrait biographique publié dans L’Asie du Sud-Est 2016 (Irasec, 2016, pp. 405-406).

Trần Huỳnh Duy Thức est un prisonnier de conscience vietnamien. Né le 29 novembre 1966, il est aujourd’hui âgé de 49 ans (50 ans pour les Vietnamiens). Ingénieur informatique de formation et entrepreneur, il a d’abord réussi dans le domaine des télécommunications. En 1994, il fonde avec Lê Thăng Long la société informatique Duy Việt à Hanoi qui devient en 2000 la compagnie informatique EIS, Inc. Celle-ci développe la société de services One Connection Internet (OCI) spécialisée dans la téléphonie et internet. Entrepreneur visionnaire, il a de grands desseins pour faire évoluer pacifiquement le Viêt Nam sur le plan politique à travers le développement d’internet. Placé sur un secteur très concurrentiel et sensible politiquement, il entre en conflit avec les instances d’Hô Chi Minh-Ville chargées des médias.

TranHuynhDuyThuc_ConDuongVietNamEn 2005, il crée avec deux autres futurs dissidents le groupe de recherche Chan (Nhóm nghiên cứu Chấn, signifiant « Restauration ») pour proposer des solutions au redressement du pays et accompagner les réformes socio-économiques nécessaires au développement. Promoteur d’un second Renouveau (Đổi mới), cette fois plus politique, il a publié ses réflexions sur la situation sociale et économique de son pays sur son blog sous le nom de plume de Trần Ðông Chấn entre novembre 2008 et mai 2009. Auteurs d’écrits critiques, il a coédité un ouvrage traitant de la réforme politique intitulé « Con Đường Việt Nam » (La voie du Viêt Nam) qui s’apparente à un véritable programme politique visant à fonder un nouveau Viêt-Nam plus démocratique. Son engagement politique lui a rapidement attiré les foudres de la Sécurité vietnamienne.

ToaAnNhanDanTPHCM_20-01-2010
Le procès politique du 20 janvier 2010 au Tribunal populaire de Ho Chi Minh-Ville : l’impossible réforme du système communiste par ses citoyens © DR
PhienToaNVGP
Jugement des intellectuels dans l’affaire des revues « Humanisme » et « Belles Lettres » le 21 janvier 1960 © DR

Après deux ans de traque (sur internet), il a été arrêté le 24 mai 2009 à Hô Chi Minh-Ville. Lors de cette opération policière minutieusement préparée, les autres membres du groupe d’étude Chan sont appréhendés entre la fin mai et le début juin. Accusés d’avoir voulu « comploter pour renverser le gouvernement populaire » comme le stipule l’article 79 du code pénal vietnamien, ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison lors d’un procès retentissant le 20 janvier 2010. Trần Huỳnh Duy Thức fut le seul à défier la cour en déclarant avec fermeté : « Je n’ai  tenté de renverser aucun gouvernement. Je n’ai fait que combattre le despotisme, et je continuerai mon combat aussi longtemps que nécessaire. » Pour son attitude intransigeante lors du procès il a écopé de 16 ans d’emprisonnement augmenté de 5 ans de résidence surveillée.

LoiTHDTDepuis 2010, cette affaire hautement politique a connu des dénouements plus heureux avec la libération anticipée des principaux protagonistes. L’ingénieur Lê Thăng Long, condamné à cinq ans de prison, a été libéré le 4 juin 2012 ; l’avocat Lê Công Định, condamné également à cinq ans de prison a été libéré le 6 février 2013 et l’étudiant Nguyễn Tiến Trung, condamné à sept ans de prison, a été libéré le 12 avril 2014 à la suite d’une campagne d’Amnesty International. Tous restent à l’heure actuelle assignés à résidence et sous surveillance policière. Seul, Trần Huỳnh Duy Thức n’a pas encore été libéré malgré le soutien d’organisations de défense des droits de l’homme.

Le 11 octobre 2013, il a reçu en compagnie de deux autres dissidents vietnamiens le prix du Réseau des droits de l’homme au Viêt-Nam pour sa contribution à la cause humaniste. Les dernières nouvelles le concernant laissent à penser qu’il pourrait bénéficier d’une libération anticipée sous la condition d’une expulsion vers les États-Unis. Les représentants américains à Hanoi sont en effet très actifs pour activer la libération de dissidents importants et favoriser leur accueil aux États-Unis, une solution actuellement privilégiée par le pouvoir communiste vietnamien pour se débarrasser de ses plus encombrants activistes. C’est ainsi que Cù Huy Hà Vũ, Nguyễn Văn Hải (alias Dieu Cày) et Tạ Phong Tần ont dernièrement été expulsés vers ce pays. Le dénouement qui attend Trần Huỳnh Duy Thức est susceptible de prendre la même forme que ses compatriotes expulsés, solution qu’il refuse actuellement.

GiaDinhTranHuynhDuyThuc
La famille de Tran Huynh Duy Thuc solidaire de la grève de la faim © DR

Depuis le 24 mai 2016, Trần Huỳnh Duy Thức s’est mis en grève de la faim « illimitée » pour protester contre ses conditions de détention. A son huitième jour de grève (31 mai 2016), ses proches ont alerté les médias sur la dégradation de son état de santé. Une pétition a été lancée sur change.org pour exiger sa libération.

Lors d’une visite de sa famille au Camp n° 6, situé dans la commune de Hạnh Lâm, district de Thanh Chương (province de Nghệ An), le 1er juin 2016, le prisonnier d’opinion a fait savoir qu’il mettrait finalement un terme à sa grève de la faim le 7 juin prochain. Ses proches considèrent en effet que Trần Huỳnh Duy Thức doit rester en vie pour poursuivre son combat pour les libertés civiles et les droits de l’homme au Viêt-Nam.

Selon le rapport d’Amnesty International sur les conditions de détention des prisonniers d’opinion en RSVN – rapport rendu public le 12 juillet 2016 – Trần Huỳnh Duy Thức a été transféré à plusieurs reprises de prisons en prisons. Pour l’organisation de défenses des droits humains : « Il s’agit d’une pratique courante dans le cas des prisonniers d’opinion récalcitrants, qui refusent de plaider coupable ou de se laisser « rééduquer », ou des détenus connus ou influents, que les autorités craignent de voir entraîner d’autres prisonniers dans un mouvement de dénonciation des conditions de vie et des mauvais traitements en détention ». Le Viêt-Nam compte actuellement 84 prisonniers d’opinion (p. 10).

FG, MàJ 12/07/2016.

LeCongDinh_LeThangLong_tranhuynhduythucfamily
L’avocat Lê Cong Dinh et l’ingénieur Lê Thang Long, tous deux anciens prisonniers de conscience, solidaires de Tran Huynh Duy Thuc © DR

 

Sources :

Amnesty International (Communiqué du 01-09-2015 ; Action lettre de janvier 2014 ; Appel collectif du 24-05-2015 et rapport du 12-07-2016 intitulé : Des prisons à l’intérieur des prisons) ;  BBC (16-09-2009) ; RFA (18-11-2014) ; Sai Gon Giai Phong (18-09-2006) ; Vietnam Human Rights Network (10-10-2015).

 Voir aussi :

Save conscience prisoner Tran Huynh Duy Thuc from going on a ‘Hunger Strike Until Death’

[ndlr] Pétition en ligne pour la libération du dissident Tran Huynh Duy Thuc en grève de la faim depuis 8 jours. Pétition mise en ligne par Thao Pham (Australie) sur le site Change.org.

Vietnamese BBC stated on 17th May 2016 that family members confirmed that Tran Huynh Duy Thuc has made a decision to go on a ‘hunger strike until death’ in the Nghe An prison starting on 24th May 2016. This date will mark exactly 7 years since he was imprisoned in Vietnam.

« Tran Huynh Duy Thuc is a blogger, entrepreneur and human rights defender and was arrested in May 2009. He advocates for economic, social and administrative reform, and respect for human rights. In January 2010 he was sentenced to 16 years’ imprisonment under Article 79 of the Penal Code (« attempting to overthrow » the state), plus five years’ house arrest on release. During his trial he claimed that he was tortured in detention to force him to confess. » (Source : Ammesty International Australia)

I am writing this petition to request the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, Amnesty International, the US president Barack Obama, heads of states of non-communist governments, Vietnamese people and others to take action to save Tran Huynh Duy Thuc’s life by requesting the Vietnamese Government to release him unconditionally.

Please sign this petition and share, thank you.

Lien : Change.org

 

Image « à la une » : Tran Huynh Duy Thuc à son procès en janvier 2010.

Un air de liberté à Saigon : mariage de deux anciens prisonniers de conscience

[ndlr] Vidéo en ligne du mariage de la dissidente Phạm Thanh Nghiên et de Huỳnh Anh Tú, cumulant à eux deux 18 ans de prison sous le régime communiste. Mémoires d’Indochine leur souhaite 100 ans de bonheur ! (mừng hạnh phúc trăm năm !).

Tối 17/4/2016 tại tiệc cưới của hai cựu Tù Nhân Lương Tâm Huỳnh Anh Tú & Phạm Thanh Nghiên chỉ có mặt 30 TÙ NHÂN LƯƠNG TÂM nhưng tổng cộng họ đã ở cả 200 năm tù trong chế độ CSVN này …

Thượng tọa Thích Thiện Minh 26 năm, chú rễ Huỳnh Anh Tú 14 năm, Mai Thị Dung 11 năm, Võ Văn Bửu 9 năm, cô dâu Nguyễn Thanh Nghiên 4 năm, … ngoài ra còn có BS Nguyễn Đan Quế, LS Lê Công Định, GS Phạm Minh Hoàng, KS Phạm Bá Hải, KS Đinh Nhật Uy, Ký giả Trương Minh Đức, Đỗ Thị Minh Hạnh, Nguyễn Bắc Truyển, SV Nguyễn Phương Uyên, MS Dương Kim Khải, MS Nguyễn Hồng Quang …

Voir aussi :

Peine réduite pour un homme condamné pour troubles à l’ordre public [Le courrier du Vietnam]

[ndlr] Procès en appel pour Nguyen Viet Dung : 12 mois de prison pour filiation affichée à l’ancienne république vaincue en 1975. Dépêche de l’Agence vietnamienne d’information (AVI).

La justice a réduit vendredi 11 mars en appel la peine d’un homme condamné pour troubles à l’ordre public selon l’article 245, clause 2, alinéa d, du Code pénal, apprend-on du Tribunal populaire de Hanoi.

L’accusé Nguyên Viêt Dung, âgé de 30 ans et domicilié dans la province de Nghê An, qui a été jugé en première instance le 14 décembre 2015 par la Cour populaire de l’arrondissement de Hoàn Kiêm, Hanoi, pour le même chef d’accusation.

Dung a vu sa peine réduite de 15 mois à 12 ans de prison. La Cour d’appel a estimé que l’homme avait fait preuve d’un « changement de prise de conscience » justifiant une réduction de peine.

Il lui était reproché d’avoir utilisé son compte Facebook pour inciter certains éléments à participer à un défilé non autorisé, le 12 avril 2015 au bord du lac de Hoàn Kiêm, en plein centre-ville dont il avait appris la nouvelle par Internet et pour lequel il avait conçu et commandé 19 tee-shirts noirs.

Le 12 avril 2015, il avait distribué des tee-shirts noirs à quatre personnes pour se faire photographier. Ils se sont joints ensuite au défilé avec 40 à 50 autres autour du lac, en scandant des harangues, ce qui avait mis en cause la sécurité et la l’ordre publics. VNA/CVN

Source : Le Courrier du Vietnam, 11/03/2016.

NguyenVietDung_Hanoi_12-04-2015
Nguyen Viet Dung en uniforme lors de la manifestation écologique « Pour un Hanoi vert » à Hanoi le 12 avril 2015 © DR

Notre commentaire : Nguyen Viet Dung n’a jamais troublé l’ordre public puisqu’il manifestait pacifiquement en compagnie de dizaines d’autres personnes qui n’ont pas été inquiétées par la Sécurité publique. Mais en affichant publiquement sa proximité avec le régime de Saigon, il a bousculé les cadres mentaux de la propagande officielle. Un crime de lèse-majesté en RSVN quarante an après la fin de la guerre.

Gardé au secret pendant huit mois par les petits hommes en vert © Dan Lam Bao

Voir notre précédent sur cette affaire billet : Nguyễn Viết Dũng : condamné pour un symbole

Le 11 mars 2016 à Hanoi devant le Tribunal populaire, ses nombreux soutiens réclament sa libération (les pancartes indiquent « Liberté pour Nguyen Viet Dung »).

TuDoChoNguyenVietDung

Pour en savoir plus sur cette affaire, voir le rapport de la Commission de l’ONU chargée des Droits de l’Homme en date du 15 janvier 2016 : Opinions adopted by the Working Group on Arbitrary Detention at its seventy – fourth session, 30 November – 4 December 2015. Opinion No. 45 / 2015 concerning Nguyen Viet Dung (Vietnam).

Opinion 2015 45_Vietnam_Dung_AUV

Image « à la une » : Nguyen Viet Dung lors de son procès en appel à Hanoi le 11 mars2016. Photo : Doan Tân/VNA/CVN

14/12/2015 : Libération anticipée du compositeur Việt Khang

Saluons la libération anticipée du compositeur et interprète Việt Khang (Võ Minh Trí) emprisonné en 2011 pour ses deux chansons patriotiques : « Anh là ai ? » (Qui es-tu ?) et « Việt Nam tôi đâu ? » (Où est mon Viêt-Nam ?). Ce retour dans sa famille après quatre ans de prison est un immense soulagement pour ses proches et ses milliers de soutiens de par le monde. Dans le contexte des manifestations antichinoises, Việt Khang avait été condamné le 30 octobre 2012 à quatre ans de prison ferme augmenté de deux années d’assignation à résidence par le Tribunal populaire d’Ho Chi Minh-Ville pour Propagande contre la République socialiste du Viêt-Nam (« Tuyên truyền chống Nhà nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam ») en vertu de l’article 88 du code pénal.

Cette libération nous donne l’occasion de le réécouter.

FG

* * *

« Mẹ Việt Nam đau từng cơn xót xa nhìn đời; người lầm than đói khổ nghèo nàn, kẻ quyền uy giàu sang dối gian; giờ đây Việt Nam còn hay mất mà giặc Tàu ngang tàng trên quê hương ta ».

Hommage à Việt Khang (Asia 69)

Anh là ai ?

Việt Nam tôi đâu ?

Retrouvailles en famille

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : Viet Khang et sa mère le jour de sa libération. Photo © 2015 Việt Hùng/Người Việt

 

Ta Phong Tan, libérée mais “expulsée” aux États-Unis

[ndlr] A lire sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.

Les médias concernés par la protection des journalistes et des droits de l’homme ont annoncé la bonne nouvelle hier. La célèbre blogueuse dissidente Ta Phong Tan, ancienne policière, a finalement été libérée  après trois ans d’enfermement et une grève de la faim éprouvante.

Lire la suite : https://guerillera.hypotheses.org/1764

Nuit de veille pour tous les prisonniers de conscience au Viêt-Nam

[ndlr] Une première à Saigon. Le 22 juillet 2015, d’anciens prisonniers de conscience vietnamiens ont organisé une nuit de veille pour tous les prisonniers de conscience du Viêt-Nam. Cette action s’inscrit dans le cadre de la campagne intitulée « We Are One » en faveur des droits de l’homme. Les anciens détenus affichent les noms de leurs compatriotes actuellement emprisonnés : Bui Thi Minh Hang, Dang Xuan Dieu, Dinh Nguyen Kha, Ho Thi Bich Khuong, Ngo Hao, Nguyen Dang Minh Man, Nguyen Cong Chinh, Nguyen Hoang Quoc Hung, Nguyen Huu Vinh, Nguyen Thi Thuy Quynh, Nguyen Van Ly, Nguyen Viet Khang, Pham Van Thu, Ta Phong Tan, Tran Huynh Duy Thuc… La cérémonie s’est déroulée au sein de l’Eglise Rédemptoriste de Saigon (Bureau Justice et Paix).

Libération de l’avocat dissident Lê Quốc Quân

Au terme de deux ans et demi de prison, l’avocat catholique Le Quoc Quan a été libéré le samedi 27 juin 2015. Son engagement pour les libertés démocratiques et religieuses fut à l’origine de ses ennuis avec les autorités policières. Comme des milliers de Vietnamiens, il avait manifesté en 2011 contre la politique de fait accompli de la Chine populaire en Mer de Chine méridionale, un sujet encore brûlant aujourd’hui. Accusé de fraude fiscale, il avait été arrêté en décembre 2012 et jugé en 2013 lors d’un procès expéditif qui présentait tous les aspects d’une condamnation politique. L’avocat déterminé et tenace a toujours contesté cette condamnation et a reçu, pendant son incarcération, le soutien de nombreux catholiques du pays et d’organisations internationales de protection des droits de l’homme. Selon RFI, l’avocat, âge de 43 ans, n’entend pas abandonner son combat contre la Chine.

D’autres dissidents notoires restent incarcérés dans des conditions régulièrement dénoncées par les organisations internationales. On peut compter parmi eux l’ancienne policière Ta Phong Tan, affaiblie par une récente grève de la faim, Nguyen Dang Minh Man, une jeune dissidente âgée de 30 ans, arrêtée en 2011, le père Nguyen Van Ly, l’entrepreneur et activiste politique Tran Huynh Duy Thuc…

FG, MàJ 30/06/2015.

Image « à la une » : Le Quoc Quan et son épouse à sa sortie de prison © DR