Archives par mot-clé : pollution maritime

Le lourd silence de la mer vietnamienne : « La mer morte » de Nguyên Công Nhân

Art et autoritarisme ne font pas bon ménage en République socialiste du Viêt-Nam. Une œuvre et son auteur ont fait l’objet d’une confiscation et d’une sanction disciplinaire de la part de l’Association des Lettres et Arts de la province de Tra Vinh dans le sud du pays. L’œuvre picturale incriminée, intitulée « La mer morte » de l’artiste Nguyên Công Nhân, fait référence au scandale écologique de la pollution maritime de la société taïwanaise Formosa. C’est un tableau figuratif comme il en existe des milliers d’autres… mais celui-ci déclenche une gêne, une inquiétude, un brouillage entre rêve et réalité, un dialogue silencieux entre ciel et mer.

On observe au premier plan une femme ramassant des poissons morts, une image directement inspirée d’une photographie prise lors de la pollution maritime au Centre du Viêt-Nam1. L’image de cette femme accroupie occupe une grande partie du tableau. Au second plan, on distingue nettement en haut à gauche une forme allongée : une jeune femme vêtue de blanc, couleur de la mort, semble flotter sur les eaux. Le symbole est fort, le cadavre fantomatique de l’océan. De l’image se dégage une impression de silence puis de malaise. L’océan habité par la mort déverse son chargement de poissons morts que cette femme, les yeux baissés, récupère… dubitative. Elle est plongée dans ses pensées et ne paraît pas se rendre compte du danger qui l’a déjà enveloppée. La mort est là, dans un bleu vert envahissant, conférant une unité de ton et de couleur au tableau.

La position de la jeune fille morte est particulièrement frappante. Son cadavre flotte dans la partie gauche du tableau, derrière le chapeau conique, comme si il était intégré dans les pensées de la femme de pêcheur. Qui est cette femme ? Est-ce la fille de la femme au chapeau conique ? Positionné horizontalement, le corps ne brise pas la ligne d’horizon. Seule la tête, oreilles dégagées et cheveux noirs plongés dans l’eau, apparaissent. Le reste du corps est comme recouvert d’un linceul blanc. Un croissant de lune éclaire la scène renforçant le caractère funèbre de l’œuvre.

« Biển chết » du peintre Nguyễn Nhân © DR

Les autorités n’ont pas apprécié cette charge à la fois symbolique et politique. Le 1er juin 2017, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh émanation du Comité populaire de Tra Vinh (et donc instance de l’Etat-Parti au niveau local) publiait une Décision disciplinaire contre l’artiste. Ce dernier recevait un avertissement doublé d’une mise à l’épreuve d’un an. En outre, le troisième prix qu’il avait reçu en 2016 de la province de Tra Vinh pour cette œuvre lui fut retiré et l’artiste fut sommé de rembourser les gratifications et récompenses liées à ce prix. Officiellement la raison de cette confiscation et de cette mesure disciplinaire ne serait liée qu’à un non respect du droit d’auteur et non à un quelconque tabou lié à l’affaire Formosa. Or, pour l’artiste, il s’agit bien d’une censure a posteriori. L’autorisation d’exposer avait été donnée par l’Association des Lettres et Arts du Viêt-Nam après un contrôle effectif. De plus, l’auteur de la photographie n’avait pas porté plainte contre l’artiste pour cette œuvre dérivée. Réfutant toute violation de droits d’auteurs l’artiste défend son droit à l’adaptation à partir d’une photo de presse :

« J’insiste, j’ai seulement emprunter cette image pour composer un travail pictural personnel et je n’ai pas juste recopié l’image. Cette photo que j’ai trouvé dans la presse représente une femme de pêcheur ramassant chaque poisson mort échoué sur la plage, alors que dans ma peinture il y a aussi une jeune fille morte sous un clair de lune au milieu de l’océan. Ces deux images sont complètement différentes. Donc, on « m’oblige » à dire que j’ai violé le droits d’auteur alors que je ne l’ai pas fait. Je suis prêt à rendre le prix, mais je n’accepte pas cette accusation de violation du droit d’auteur. »2.

Le 3 juillet prochain, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh doit organiser une conférence de presse au sujet de cette affaire qui secoue le monde des artistes. Et ce d’autant plus que l’Association des Lettres et des Arts du Viêt-Nam (au niveau national) a condamné l’acte confiscatoire, jugé contraire à la loi, de sa filiale de Tra Vinh.

Nous avons, vu de France, peu l’occasion de connaître les œuvres récentes liées au drame de Formosa. L’occasion nous est donné par cette mesure disciplinaire. Rien de mieux pour un auteur qu’une publicité de cet ordre pour donner résonance à son œuvre. C’est chose faite.

FG, 01/07/2017.

En haut : la photographie publiée dans le quotidien Thanh Niên et en bas : l’interprétation artistique de Nguyên Nhân © DR

Pour en savoir plus :

L’artiste (au milieu) et son tableau © VnExpress

Notes

  1. Cette inspiration non dissimulée a servi de prétexte pour attaquer l’artiste pour non respect des droits d’auteurs []
  2. Lùm xùm “án kỷ luật” đối với tác giả bức tranh “Biển chết” ở Trà Vinh, Dân Tri, 29/06/2017 []

Deux prêtres du diocèse de Vinh sont la cible d’une campagne de diffamation orchestrée par les autorités provinciales

[ndlr] Signalement. Le « bras de fer » continue entre les autorités communistes vietnamiennes et deux paroisses de la communauté catholique de la province de Nghê An entrées en résistance.

Deux prêtres du diocèse de Vinh sont la cible d’une campagne de diffamation orchestrée par les autorités provinciales

Deux prêtres du diocèse de Vinh sont aujourd’hui dans le collimateur des autorités civiles locales. Les deux prêtres, le P. Dang Huu Nam et le P. Nguyên Dinh Thuc, respectivement curés des paroisses de Phu Yên et de Song Ngoc, ont, les mois derniers, pris la tête de la résistance des fidèles catholiques dans leur protestation contre le complexe industriel Formosa, responsable d’une très grave pollution de l’environnement maritime dans la région et contre l’absence ou l’insuffisance d’indemnisation pour certaines des victimes de la catastrophe écologique.

La campagne calomniatrice lancée contre les deux curés de paroisse a été reprise sur tous les médias officiels aussi bien à la télévision, à la radio que sur les journaux contrôlés par le pouvoir. Face à cette attaque sans précédent contre leurs confrères, les membres du clergé local ne sont pas restés sans réaction. Une déclaration signée par de nombreux prêtres a pris leur défense avec vigueur.

Lire la suite : Églises d’Asie, 11/05/2017.

Image « à la une » : Le P. Dang Huu Nam (au centre, mégaphone en main) organise une manifestation pour dénoncer la pollution causée par l’entreprise Formosa © fvpoc.org/RFA.

Paul Jobin : Autour du « scandale Formosa » au Viêt-Nam [table-ronde LCAO]

[ndlr] Annonce d’une conférence sur un sujet majeur de santé publique au Viêt-Nam.

Pour en savoir plus : LCAO

Image « à la une » : Manifestation du 15 mars 2017 à Taiwan © DR

Biển chết – La Mer morte 2016

L’image du jour :

BienChet_VungAng2016Affiche parodique de la pollution maritime au Viêt-Nam. Titre : « La mer mort 2016 », Réalisateur : province de Ha Tinh, Dans le premier rôle : Formosa, Scénario : Vung Ang. Affiche apparue sur la toile à la fin du mois d’avril © DR.

La nouvelle est officielle depuis le 30 juin 2016. Le gouvernement de la RSVN a confirmé que la société Formosa était bien à l’origine de la pollution maritime massive sur les côtes du centre du Viêt-Nam.

Pour en savoir plus :