Archives par mot-clé : police

Michael Goebel : Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939)

[ndlr] Parution à La Découverte d’une étude intéressante et importante (450 p.) sur la l’organisation et la lutte des immigrés de Paris contre l’impérialisme et l’oppression coloniale. Présentation de l’éditeur.

Ce livre retrace l’expansion, au cours de l’entre-deux-guerres, de l’anti-impérialisme mondial, mouvement dans lequel Paris joua un rôle de tout premier plan. La Ville Lumière accueillit en effet d’innombrables futurs leaders tiers-mondistes qui vinrent y faire, sans même le savoir, leur formation politique – formation qui, en retour, les mènera vers l’une des plus fantastiques déflagrations révolutionnaires de l’histoire. Dans ce Paris incroyablement cosmopolite où affluaient les âmes errantes venues du monde entier, on pouvait ainsi croiser Hô Chi Minh, Zhou Enlai, Léopold Sédar Senghor, C. L. R. James, George Padmore, Messali Hadj ou le révolutionnaire indien M. N. Roy. En étudiant le contexte sociopolitique parisien dans lequel ces apprentis activistes évoluaient, ce livre nous plonge dans des complots d’assassinat prétendument ourdis par des étudiants chinois, dans des manifestations menées par des nationalistes latino-américains, ou simplement dans la vie quotidienne des ouvriers algériens, sénégalais ou vietnamiens.

Sur la base de rapports de police et autres sources de première main, Michael Goebel montre le rôle de force motrice essentiel joué par les mouvements migratoires et les interactions vécues au sein des milieux immigrés dans le développement de l’opposition à l’ordre impérial mondial, qui a fait se croiser les histoires de peuples issus de trois continents.

S’appuyant sur les travaux de l’histoire globale et impériale, et sur les études des questions migratoires et « raciales » en France, ce livre ne propose rien de moins qu’une compréhension renouvelée des origines de l’idée de tiers monde et de tiers-mondisme.

Mickaël Goebel est historien. Il enseigne l’histoire globale et de l’Amérique latine à la Freie Universität de Berlin.

Source : La Découverte

Image « à la une » : Nguyen Ai Quoc (le futur Ho Chi Minh) lors du congrès fondateur du Parti communiste français (Congrès de Tours) en 1920 © DR

Lao Police Publicly Confirm Arrest of Trio of Workers For Criticizing State [RFA]

[ndlr] Arrestations de trois jeunes opposants au Laos.

Lao police have publicly acknowledged that the arrest of three Lao workers who returned home from Thailand to renew their passports for the offense of criticizing the government and the ruling communist party via social media while abroad.

Somphone Phimmasone, 29, his girlfriend Lod Thammasong, 30, and Soukane Chaithad, 32, disappeared after returning to Laos earlier this year to renew their passports, their family and friends told RFA’s Lao Service in a previous report.

“Special police forces suppressed a group of bad people who have campaigned to accuse and condemn the direction of the state and party through Facebook,” the Ministry of Public Security and police announced on a state security television channel on Wednesday.

“It’s true that the three of them were arrested,” a policeman who works at the TV channel told RFA’s Laos service on Friday.

“They were at the press conference which was held only for the state security TV channel and newspaper yesterday,” he said. “Other media were not allowed to cover the event.”

The security channel showed the three making what appeared to be public confessions. They apologized to the communist party, government, Lao people and their relatives for making the mistake of getting involved with the group that protested against the country’s policies.

Lire la suite : RFA, 27/05/216. Reported by RFA’s Lao Service. Translated by Ounkeo Souksavanh. Written in English by Roseanne Gerin.

Voir aussi :

Isabelle Tracol-Huynh : Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954 [thèse]

Université Lumière Lyon 2

École doctorale 483 ScSo

Faculté GHHAT

Département d’histoire

Institut d’Asie Orientale

 

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

Isabelle TRACOL-HUYNH

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

Thèse pour l’obtention du titre de docteur en Histoire de l’Université de Lyon délivré par l’Université Lumière Lyon 2

Sous la direction de Christian HENRIOT

 

Présentée et soutenue publiquement le jeudi 12 décembre 2013

ENS de Lyon, IAO, à 14h en salle R66, 15 parvis René Descartes, Lyon

Devant un jury composé de :

Sylvie CHAPERON – professeure à l’Université Toulouse 2 le Mirail

Christopher GOSCHA – professeur à l’Université du Québec à Montréal

Christian HENRIOT – professeur à l’Université Lumière Lyon 2

Dominique KALIFA – professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Philippe PAPIN – professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 

Résumé :

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

L’étude de la prostitution au Tonkin pendant la colonisation française est celle d’un monde en mutation. Le développement de la prostitution est à relier directement avec les changements socio-économiques que connaît le Tonkin. La mobilité croissante des populations à l’époque coloniale a pour conséquence une urbanisation importante accompagnée d’une transformation radicale de la société urbaine. Ces changements favorisent une expansion à la fois quantitative et qualitative de la prostitution car de nouvelles formes apparaissent (chanteuses, danseuses, etc.).

Fenêtre ouverte sur un monde urbain en transformation, le monde prostitutionnel permet également de rendre compte de la complexité de la société coloniale dont il est le microcosme puisqu’il en reprend la hiérarchie raciale, les rapports de domination, de tension et de sympathie réciproque. Ce microcosme est placé sous le signe de la rencontre des genres et, surtout, des races, ce qui, en situation coloniale, ne va pas sans poser problème. La gestion de la prostitution par les autorités s’insère directement dans la politique de maintien de l’ordre mise en place par l’État colonial, puisqu’elle s’efforce de recréer au sein du monde prostitutionnel la hiérarchie, à la fois genrée et raciale, régissant l’ensemble de la société coloniale.

Le second volet de l’administration de la prostitution est sanitaire car c’est au nom de la santé publique que la prostitution est réglementée. Le but est de lutter contre les maladies vénériennes, péril pour l’individu et la nation. L’histoire de la prostitution au Tonkin est celle d’une tension entre une administration tentant de contrôler un monde prostitutionnel mouvant et multiforme et les acteurs du monde prostitutionnel qui mettent en place des stratégies de contournement et d’évitement.

Ce travail entend analyser à la fois le système mis en place par les autorités et la réalité du monde prostitutionnel en s’intéressant à ses acteurs et à ses lieux.

Mots-clés : Vietnam ; Tonkin ; colonisation ; prostitution ; santé publique ; péril vénérien ; police ; culture urbaine ; problème public ; rôle de la presse

Isabelle Tracol-Huynh: Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin (1885-1954) [PhD Thesis]

Isabelle Tracol-Huynh:

Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin

(1885-1954)

[PhD Thesis]

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

 

Abstract:

Between Colonial Order and Public Health: Prostitution in Tonkin (1885-1954)

During French colonization, the world of prostitution in Tonkin evolved as the result of the numerous social and economic changes that were occurring at the time. The increasing mobility of the population led to rapid, significant urbanization: consequently, the city changed in form and in culture. Prostitution hence became increasingly visible. Its expansion was both quantitative and qualitative in the sense that prostitutes were no longer confined within the so-called spaces of “legal” brothels and were no longer perceived as being the only women capable of providing sexual services. In this regard, the world of prostitution  is a critical vantage point which permits a far-reaching study of these global changes as well as a unique vantage point onto the complexity of colonization itself.

This world was a microcosm of  colonial society with its latent notions of racial hierarchy, inherent domination, and intimacy for colonization, and these all represent an intimate yet politically charged encounter. The racial boundaries delineated at the very foundations of the colonial order were therefore blurred and had to be redrawn and sharpened. The regulation of prostitution was one of the means used by authorities to control the interaction between the colonizers and the colonized because it reproduced the racial distinctions of the colonial society.

The second dimension of the administration of prostitution was medical: because of venereal diseases, prostitution was perceived to be a threat to individuals and the nation as a whole. The regulation of prostitution thus was part and parcel of the policing strategies set up by the authorities to insure colonial order and public health. Nonetheless, its application proved to be difficult because prostitution, which was understood as construing both actors and places, resisted the police and medical frameworks that sought to confine them. Authorities’ attempts clashed with the evasive strategies of prostitutes, madams, clients, and others as well.

In light of these issues, this study offers a thorough examination of the official frameworks and the reality of prostitution as it existed in colonial Tonkin.

Keywords: Vietnam; Tonkin; prostitution; colonization; public health; venereal diseases; police; urban culture; social problem; newspapers influence