Archives par mot-clé : Piste Ho Chi Minh

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : Séance 5

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 5 : mardi 3 novembre 2015

Femmes et guerres d’Indochine : actrices et victimes

Le rôle des femmes pendant les guerres d’Indochine a souvent été minoré et reste largement absent des histoires de ces conflits. A travers le témoignage de Tran Thi Truyen, infirmière de guerre, les conditions de vie des jeunes filles engagées sur la Piste Ho Chi Minh seront évoquées. Nous verrons avec Duong Thi My Trung, paysanne de Soc Trang, les questions du déplacement de population et de la prostitution pendant la guerre du Viêt-Nam. A travers ces deux témoignages, seront abordés les stratégies de survie en contexte de guerre, les questions de santé, le rôle des héroïnes officielles… Nous nous interrogerons sur les possibilités d’action des femmes, le difficile partage entre victimes et actrices. Les trois exposés de la seconde partie du séminaire nous permettrons de poursuivre cette investigation sur le genre.

Sources orales à discuter :

Interview with Tran Thi Truyen, 1981

TranThiTruyen[date : 11 février 1981, durée : 18:01, trad. en anglais en regard]

Interview with Duong Thi My Trung, 1981

DuongThiMyTrung[date : 17 mars 1981, durée : 06:37, traduction en anglais en regard]

Exposés oraux

  • LySanMaes_MonCambodge3Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris : L’Harmattan, coll. Graveurs de mémoire, 2012.

CR de lecture de Stella Ramamonjisoa

Présentation de l’éditeur : L’Harmattan

 

  • Bayly_AsianVoicesInAPostColonialAgeBayly, Susan, Asian voices in the postcolonial age: Vietnam, India and beyond, New York: Cambridge University Press, 2007.

CR de lecture de Béatrice Zani

Présentation de l’éditeur : Cambridge UP

 

  • « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique ».

Exposé de Marjolaine Fourton

 

Pour en savoir plus :

  • Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014.
  • Nguyen, Nathalie Huynh Chau, Memory is another country. Women of the Vietnamese Diaspora, Santa Barbara, California: Praeger, 2009. (traduit en français sous le titre : La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013). CR de lecture par François Guillemot (Carnet de recherche “Femmes et guerres au Viêt-Nam“).
  • Phan Thanh Hao & Karen G. Turner, Even the Women Must Fight. Memories of War from North Vietnam, New York: John Wiley & Sons, 1998.
  • Taylor, Sandra C., Vietnamese Women at war. Fighting for Ho Chi Minh and the revolution, Lawrence: University Press of Kansas, Modern war studies, 1999.
  • Weaver, Gina Marie, Ideologies of Forgetting. Rape in the Vietnam War, New York: State University of New York Press, 2010.

Ressources en ligne :

Carnet de recherche Femmes & Guerres au Viêt-Nam

Young Laotians Highlight Legacy of Unexploded Bombs

[ndlr] Le Laos, petit pays enclavé entre le Viêt-Nam et la Thaïlande, a payé un prix très fort pendant la Seconde guerre d’Indochine. Durant cette période, peu de gens savent que le Laos a été le pays le plus bombardé au monde. En particulier, le sud du pays a essuyé une pluie de feu lorsque les Américains décidèrent de tenter de détruire la Piste Ho Chi Minh entre 1964 et 1973. Les conséquences de ce désastre humain et écologique se font sentir jusqu’à aujourd’hui car de nombreuses bombes non explosées poursuivent leur tâche mortelle. Rappel de cette réalité par deux jeunes laotiens en mission aux Etats-Unis.

ThoummySilamphan
Thoummy Silamphan in a video grab from YouTube © Legacies of War

Two young Laotians are touring the U.S. to educate Americans on the dangers of unexploded bombs dropped on their country by the U.S. during the Vietnam War and to raise funding for the removal of these dangerous explosives.

Thoummy Silamphan, 26, who lost a limb to unexploded ordinance, and Manixia Thor, a 25-year-old leader of a female bomb clearance team, joined Washington-based nongovernmental organization Legacies of War on its “Voices of Laos” tour across a dozen cities.

The U.S. military dropped two million tons of bombs on Laos over a nine-year period up to 1973 while attempting to disrupt the Vietcong supply line known as the Ho Chi Minh Trail during the Vietnam War.

Experts estimate that about 30 percent of cluster bombs failed to explode after they were dropped from high-flying U.S. aircraft over Laos and that much of the country’s northern region and its eastern border with Vietnam remain contaminated with the explosives.

“To this day there are 600 living survivors of UXO [unexploded ordnance] explosions and many of them are children, Thoummy told RFA’s Lao Service in an interview last week.

“Of the 600 survivors, less than 100 have received any aid and are in desperate need of it,” he said.

The Voices of Laos tour kicked off on April 3 in New York when the United Nations marked the International Day of Mine Awareness and Assistance in Mine Action.

Funded by the U.S. State Department, the trip has taken the two young Lao speakers through California, Oregon, Washington, and Minnesota, and culminates in the U.S. capital on April 30—the anniversary of the end of the Vietnam War.

They have held discussions along the way on how individuals and communities in Laos are affected by unexploded Vietnam War-era ordnance and bombs, how the problem is being addressed in the country, and ways in which people in the U.S. can help to clear Laos of bombs and support survivors of accidents.

Lire la suite : Radio Free Asia, 23/04/2013. Reported by Manichanh Phimphachanh for RFA’s Lao Service. Translated by Manichanh Phimphachanh. Written in English by Joshua Lipes.

Hồi ký Trường Sơn – Mémoires de la Piste Ho Chi Minh en ligne

Hồi ký Trường Sơn – Mémoires vietnamiens de la Piste Ho Chi Minh.

Le site vietnamien VN Military History.net (également accessible sous son appellation vietnamienne : QuanSuVN.net) créé en 2006 rassemble une documentation en ligne tout à fait unique sur l’histoire militaire du Viêt Nam au XXe siècle. Le site se présente sous la forme d’un forum divisé en six grandes thématiques :

 

  • Informations générales (3 tribunes) :
  • Bibliothèque d’histoire militaire vietnamienne (5 tribunes)
  • Discussion sur l’histoire de la défense patriotique (6 tribunes)
  • Sang et Fleur [le soldat vietnamien hier et aujourd’hui] (4 tribunes)
  • Culture, sport et échange (5 tribunes)
  • Marché au-delà de la clôture du camp (2 tribunes)

La Bibliothèque d’histoire militaire vietnamienne se compose de 5 tribunes consacrées à la connaissance de la guerre au Viêt Nam et à l’étranger des temps anciens à aujourd’hui à travers la mise en ligne d’une documentation comprenant des des études militaires sur l’Armée populaire, des récits de batailles, des biographies, des autobiographies, des mémoires de guerre, des romans et des nouvelles, des textes étrangers traduits. La rubrique intitulée « Documents et Mémoires » est dédiée aux études militaires sur la révolution et la guerre du Viêt Nam produites par la RSVN ainsi qu’aux mémoires de guerre d’officiers nord-vietnamiens principalement.

Depuis la première mise en ligne en 2007, plus d’une centaine de ces documents sont désormais en accès libre sur la toile. Cette série de mémoires de guerre publiés en RSVN intéresse notre séminaire. Dans la première sélection ci-dessus sont rassemblés les mémoires ayant un rapport direct avec la Piste Ho Chi Minh.

On y retrouve les mémoires du général Dong Sy Nguyen, de Luu Trong Lan, celles du chirurgien Lê Cao Dai, ainsi que trois recueils de souvenirs.

L’étude de Dang Phong intitulée les « 5 pistes Ho Chi Minh » et une biographie sur Phan Trong Tue, le premier Commandant de la piste Ho Chi Minh sont également disponibles :

Un site à explorer sur lequel nous reviendrons.

FG

Jacob Van Staaveren: Interdiction in Southern Laos.
Washington DC: Center of Air Force History, 1993.
Wikimedia Commons

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento auteurs – séance 4

 Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

* * *

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Auteurs

Notices biographiques des auteurs discutés lors de la Séance 4

 Partie 1 : Expériences de guerre

Nhã Ca (1939-), real name Trần Thị Thu Vân, is a popular and prolific fiction writer and poet. Born in Huế, she was married to the poet Trần Dạ Từ and was the founder of the publishing house Thương yêu. She was « the most strident voice in South Vietnam in her indictment of the communist atrocities » (Nguyễn, 165), with such works as Đêm nghe tiếng đại-bác [At night I hear the cannons], Tình-ca cho Huế đổ-nát [Love song for rubbled Hue], and Giải khăn sô cho Huế [Mourning turban for Huế]. After 1975, she was the only South Vietnamese female writer among 10 black-listed as « cultural guerrillas » by the Communist regime, and was imprisoned from 1976-1977. Her husband was jailed for 12 years. In 1989, a year after he was released from prison, the couple and their family received political asylum from the Swedish government, but later moved to the US and now live in Southern California, where they founded the popular newsaper Việt Báo. A story of hers, translated into English by James Banerian, is included in the anthology, Vietnamese Short Stories: An Introduction (Phoenix: Sphinx 1985). Hai-Dang Phan started this entry on VNLP (Vietnam Literature Project / portrait Viet Bao online).

Professor Le Cao Dai, M.D., one of Vietnam’s premier researchers on the effects of Agent Orange on human health and recently retired director of Vietnam’s Agent Orange Victims Fund, died on April 15, 2002 after a short illness. He was seventy-four. Born in Hanoi, Dr. Dai studied medicine in the northern highlands of Vietnam during the Resistance War against the French. During the U.S. War, he directed North Vietnamese Army Field Hospital 211 in the western highlands of central Vietnam south of the demilitarized zone. His journal, Tay Nguyen Ngay Ay (« The Western Highlands During Those Days »), published by Hanoi’s Labour Publishing House in 1997, is a vivid portrayal of the war between 1965 and 1973. Dr. Dai later served as director of the 108 Military Hospital, one of Hanoi’s most prestigious medical centers. Dr. Dai personally observed the first effects of defoliant spraying during the Vietnam War. He was a founding member of the 1080 Committee, which studies the long-term consequences of defoliant spraying on human health. His research, conducted in partnership with U.S. scientists, was published in Chemosphere, the American Journal of Public Health and the Journal of Occupation and Environmental Medicine. Dr. Dai also presented his findings as a panelist at the 1999 annual conference of the American Public Health Association. He is the author of Agent Orange in the Viet Nam War: History and Consequences, translated by Diane Fox and published in 2000 by the Vietnam Red Cross. Dr. Dai also served on the steering committee for the conference, « Long-Term Environmental Consequences of the Vietnam War, » which was held in Stockholm at the end of July 2002. Dr. Dai firmly believed that those who were victims of Agent Orange should receive assistance. He directed the Agent Orange Victims Fund under the auspices of the Vietnam Red Cross from the fund’s inception in 1998 until shortly before his death. The Agent Orange Victims Fund provides humanitarian assistance to victims and their families, including financial support, health care and vocational training. The Ford Foundation and the American Red Cross have been generous contributors, as have individuals and organizations from Denmark, Great Britain, Japan, the Netherlands, Sweden, the United States, and other countries. Dr. Le Cao Dai is survived by his wife of nearly fifty years, the artist Vu Giang Huong. (by Veteran Staff – notice biographique sur le site de VVAW – Vietnam Veterans Against the War / Photo : The Gioi).

* * *

Partie 2 : Exposés sur Dien Bien Phu et le génocide cambodgien

Dao Thanh Huyen est journaliste indépendante à Hanoï (Viêt Nam), où elle travaille pour la presse européenne. Née en 1969 au Nord Vietnam en plein bombardements américains, cela ne l’a pas empêché d’apprendre le français au lycée, puis à l’université. Elle est bilingue vietnamien/français. En 1993, elle réussit un concours d’entrée à la télévision nationale vietnamienne, pour présenter le journal en français. “Au Vietnam, il n’y a pas d’école de journalisme. Le journalisme est un mélange entre l’actualité, la subjectivité et la littérature. Les journalistes n’exercent pas principalement ce métier. Ils travaillent d’abord pour un organe d’état. Ce travail leur donne le “droit” d’écrire.” En 1995, elle s’installe à Lille pour deux ans et suit l’Ecole supérieure de journalisme de Lille. Diplômée de l’ESJ de Lille et lauréate de la fondation Jean-Luc-Lagardère, elle travaille également comme formatrice pour ESJ-International, pour l’Agence vietnamienne d’information et pour l’Association des journalistes du Vietnam notamment. De retour au Vietnam, elle réintègre la télé nationale, dont elle démissionnera le 31 août 1999. Lauréate Ex-Aequo de la Bourse Journaliste 1999. Après avoir mené une enquête auprès des vétérans vietnamiens (RDVN) de Dien Bien Phu, elle publie avec Dang Duc Tue et un groupe de jeunes journalistes l’ouvrage Dien Bien Phu vu d’en face, paru au Viêt Nam en 2009 puis en France l’année suivante. Elle travaille actuellement sur les témoignages de Hanoïen lors des bombardements aériens de 1972. (d’après : Est-Ouest et Babelio / photo : Est-Ouest).

Toute la vie et l’œuvre de Rithy Panh [1964-] sont profondément marquées par le génocide perpétué au Cambodge par les Khmers rouges entre 1975 et 1979. Lorsque le mouvement communiste arrive au pouvoir, le jeune Rithy n’a que treize ans. Expulsé de Phnom Penh, sa ville natale, il s’enfuit en Thaïlande en 1979 avant de rejoindre la France l’année suivante. Il s’inscrit alors à l’Institut des hautes études cinématographiques et en sort diplômé en 1985. Le jeune réalisateur se spécialise dès lors dans le documentaire. Dans ‘Les Gens de la rizière’, Panh décrit les horreurs observées dans son pays. Le film est présenté en compétition officielle à Cannes en 1994. Suivra quatre ans plus tard ‘Un soir après la guerre’, retenu pour la section Un Certain Regard. Mais c’est surtout le documentaire ‘S21, La Machine khmere rouge’ qui le révèle à l’international. Dans ce nouveau long-métrage, Rithy Panh confronte les trois rescapés de la base S21 – où 17.000 Cambodgiens ont été torturés et exécutés – à leurs anciens bourreaux. Présenté dans de nombreux festivals, ‘S21’ est notamment primé à Cannes en 2003. En 2005, le cinéaste franco-cambodgien est de retour sur la Croisette. Il y présente hors compétition ‘Les Artistes du théâtre brûlé’. Même sort pour ‘Le Maître des forges de l’enfer’ en 2011. Toujours centré sur le travail de mémoire, Panh transpose cette fois-ci sur écran son regard sur le procès de Duch, directeur de la prison de Tuol Sleng sous la dictature des Khmers rouges. Quatre ans plus tôt, il se concentrait sur le sort des femmes prostituées au Cambodge dans ‘Le Papier ne peut pas envelopper la braise’. Également acteur, on le retrouve en 2004 dans ‘Holy Lola’ de Bertrand Tavernier dans le rôle de Monsieur Khieu aux côtés d’Isabelle Carré et de Jacques Gamblin. En 2012 il écrit avec Christophe Bataille L’ Elimination qui reçoit le prix France Television et le prix Aujourd’ hui. […]. (source : Evene / photo : Jean Barak)

Lê Cao Đài : C’était au Tây Nguyên – CR de lecture par Patrice Jorland

Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien 1965-1973, Hanoi, The Gioi, 2006, 503 p.

Une des épures de la guerre : sur des à-plats vert et bleu cobalt, une femme et sa fille, on ne voit que leurs dos et leurs visages tournés vers un homme en treillis et chapeau de toile. Sur la droite, les fleurs jaunes d’un buisson semblent saluer les premières lueurs du jour qui se lèvent à l’horizon, gris et rectiligne, que surplombe la forme d’une maison. C’est l’au revoir au combattant qui a été, dans l’histoire humaine, un moment si souvent répété.

Il y a sans doute là toutes les guerres, mais cette simplicité emblématique, que certains pourraient considérer naïve, n’est atteinte que parce qu’il s’agit aussi d’une histoire personnelle. Nous sommes en 1966. La femme, c’est l’artiste, Vu Giang Huong, et la fillette qu’elle enlace avec le combattant, sa fille, qui mourra de façon accidentelle. L’homme, jeune encore, de belle taille et chaussant de larges lunettes, est son époux, Le Cao Dai. Chirurgien spécialiste des opérations du thorax, formé dans les maquis de la première résistance, aimant citer les poèmes de Madeleine Riffaud et se référer à la littérature soviétique, il part au Tây Nguyên, où il travaillera à l’hôpital de campagne 211 jusqu’aux accords de Paris de 1973.

Sans être un journal, l’ouvrage est un récit personnel mais, parce que la réponse vietnamienne à l’escalade américaine avait fait des Hauts plateaux le pivot stratégique de la résistance, que l’auteur y a passé sept années d’affilée, que ses fonctions le plaçaient au milieu des combattants, et parfois juste derrière les lignes de feu, il constitue un témoignage précieux sur la conduite de la guerre par les Vietnamiens. Sans doute la couverture forestière, la faible densité de la population, le soutien des minorités offraient-ils une protection et les savoirs locaux se révélèrent-ils très précieux, ces avantages n’annulaient cependant pas les obstacles à surmonter : conditions climatiques, pauvreté des ressources locales, insuffisance des infrastructures, à quoi s’ajoutaient les déplacements forcés de l’hôpital, les incessants bombardements et opérations héliportées de l’ennemi. Il fallait soigner les blessés, guérir les malades, et en même temps les transporter, les abriter et les nourrir.

Tout manquait, le riz et le sel, la viande, le thé et l’alcool, le verre médical, le sang des transfusions, les antibiotiques et de quoi éclairer les tables d’opération. L’autosuffisance alimentaire fut recherchée afin de faire face aux difficultés d’approvisionnement et à la malnutrition. Une partie des personnels se consacra à la chasse et à la culture, mais les essartages (le plus souvent pour le manioc) devaient se faire à distance, afin que l’hôpital et les baraquements échappent à la surveillance aérienne, et, du coup, d’autres hommes devaient être libérés pour se charger du transport. Autre difficulté, faute de réfrigération, pas de poches de sang disponibles et, lorsqu’il fallait absolument transfuser, les médecins et les infirmiers devaient prélever sur eux-mêmes.

L’ouvrage fourmille de faits et de portraits qui en rendent la lecture constamment vivante et, plus encore, éclairent la réalité de la guerre. Il était difficile de tenir, certains hommes durent être rapatriés parce qu’ils n’y parvenaient pas et d’autres, qui avaient flanché, se suicidèrent de honte. L’éloignement des familles pesait – « L’épouse a vieilli, le toit de la maison est percé, l’enfant manque d’un père pour l’élever » – et il fallait des mois pour que le courrier s’échange. La mixité n’allait pas sans poser des problèmes. Certains cadres s’illustrèrent par leur étroitesse d’esprit. Il y eut des chapardages et de la resquille. Certains moments furent terriblement difficiles, surtout durant le second semestre 1968 et l’année 1969. De cela, Le Cao Dai ne cache rien et, par là-même, fait ressortir les prodiges de courage, de conviction, de patriotisme, d’intelligence politique, de clairvoyance militaire et d’ingéniosité que le peuple vietnamien dut déployer pour lutter et pour vaincre. Pas uniquement les combattants et les personnels de santé, les porteurs et les courriers aussi, ou encore les chauffeurs de la « piste Ho Chi Minh », qui tenaient le raisonnement suivant : « celui qui ne s’arrête pas de rouler a quelques chances de ne pas se faire repérer. Celui qu’on a repéré a quelques chances qu’on ne lui tire pas dessus. Celui sur qui on tire a quelques chances qu’on le rate. Celui qu’on n’a pas raté a quelques chances de ne pas être blessé. Et celui qui s’est fait blesser a quelques chances de survivre… » (pp. 46-47). Reste à comprendre comment ces prodiges ont été accomplis. Les vies mêmes de Le Cao Dai et de ses compagnons y contribuent.

Certains des faits relatés étaient peu connus, par exemple l’aide apportée par les médecins chinois à leurs confrères du Tây Nguyên, ce qui rendra plus amères encore les informations sur la nature des entretiens entre Richard Nixon et Mao Tse-toung. D’autres furent longtemps tenus secrets, ainsi des exactions commises très tôt par les « Khmers rouges » contre leurs soutiens et alliés vietnamiens.

En 1971, une conférence inter-fronts fut organisée à Hanoi sur la médecine de guerre. Le Cao Dai y prit part, ce qui signifia des semaines à l’aller et autant au retour, mais également l’occasion de retrouver un instant son épouse et ses parents, de se recueillir sur la tombe de sa fille, de revoir son maître, le professeur Ton That Tung. Au cours du repas, celui-ci l’interrogea sur les cancers du foie dont il avait été témoin et aborda la question de la dioxine. Les Hauts plateaux avaient été une zone particulièrement affectée par les épandages, mais Dai était ignorant de la composition chimique des défoliants. Après la guerre, il dirigera le célèbre hôpital 108 de Hanoi, puis sera l’un des membres fondateurs du comité 1080, travaillera avec de nombreux chercheurs étrangers, publiera des travaux sur l’Agent orange, organisera des rencontres scientifiques, agira au sein de la Croix-Rouge en faveur des victimes vietnamiennes. En bref, le colonel Le Cao Dai sera, jusqu’à sa mort en juillet 2002, l’un des principaux animateurs du mouvement pour que la vérité soit faite et pour que justice soit rendue aux victimes de la dioxine.

Son livre, agrémenté d’index des noms cités et des noms de lieu, est disponible en français, dans une traduction fluide de Nguyen Thi Nga, avec la participation de Pierre Darriulat. Seule critique, l’échelle rend inutilisable la carte proposée, alors que le récit s’inscrit dans un espace précis, que le lecteur aimerait repérer. A cette faiblesse près, qui pourrait être corrigée, la lecture de ces mémoires est indispensable pour connaître un passé qui n’est pas totalement passé, et qui n’intéresse par uniquement les amis du Vietnam, puisqu’il aide à comprendre ce qu’est un homme véritable et de quelle étoffe sont tissés les héros.

Patrice Jorland

Source : site de l’AAFV (Association d’Amitié Franco-Vietnamienne)

* * *

Présentation en quatrième de couverture :

“Document passionnant en même temps que témoignage émouvant, le journal de Lê Cao Đài, chirurgien militaire au Tây Nguyên pendant la guerre de libération du Sud, jette sur une période à la fois glorieuse et douloureuse de l’histoire récente du Vietnam une lumière nouvelle. Nouvelle par la dimension humaine de son auteur : ses qualités hors du commun donnent à son journal une dimension qui déborde des limites spatiales et temporelles à l’intérieur desquelles il s’inscrit. Elles ont nom générosité, honnêteté intellectuelle et morale, franchise, parfois même candeur, intelligence, esprit d’initiative, détermination, énergie, dévouement, esprit de sacrifice à l’égard de son pays, bref, tout ce qui fait la grandeur d’un homme. Ce n’est pas seulement de cette guerre qu’il nous parle mais de toutes les guerres, avec leur fardeau de cruautés et d’injustices ; pas seulement de ces malades, de ces infirmières, de ces médecins, mais de toute l’humanité dolente et de la grandeur de ceux qui se dévouent à apaiser ses souffrances. Il en parle simplement, avec des mots familiers et modestes, comme de quelque chose de naturel. Son regard a la pureté de celui d’un enfant. Cette candeur donne à son témoignage une noblesse et une dignité qui inspirent à son égard un respect sans limite en même temps qu’elle le rend à la fois proche et attachant”. (Pierre Darriulat).

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 4

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 4 – vendredi 19 octobre 2012

« Expériences de guerres en Indochine »

(1945-1993)

 

Cette séance sera consacrée aux multiples expériences de guerre en Indochine : guerre urbaine, jungle, guérilla, mobilisation, corps en situation, comportements et psychologie des combattants. A l’appui de deux exemples très différents, la guerre du Viêt-Nam vue du Nord et du Sud, vue de la jungle ou de la ville, sera questionnée.

 

Extraits de textes à discuter :

  • LE CAO DAI, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien 1965-1973 , Hanoi, Editions The Gioi, 2006, ch. III (pp. 75-123) [+ dos de couverture]. Traduction de Nguyen Thi Nga avec la participation de Pierre Darruillat.
  • NHA CA, Les canons tonnent la nuit, Arles, Editions Philippe Picquier, 1997, pp. 13-22, 103-111, 129-150 [+ dos de couverture]. Roman traduit du vietnamien par Liêu Truong.

 

* * *

Exposés oraux :

 

Pour aller plus loin dans la réflexion :

  • Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe- XXIe siècles), Paris, Editions du Seuil, Les livres du nouveau monde, 2008.
  • Capdevilla, Luc & al., Hommes et femmes dans la France en guerre (1914-1945), Paris, Editions Payot & Rivages, 2003. (de Luc Capdevilla, François Rouquet, Fabrice Virgili et Danièle Voldman).