Archives par mot-clé : Phnom Penh

Patrick Heuveline : La mémoire des corps : Conséquences sanitaires du régime khmer rouge – Phnom Penh, 4 avril 2017

[ndlr] Annonce d’une prochaine conférence à Phnom Penh dans le cycle des Conférences « Temps, Espace, Mémoire » IRASEC organisé par Anne Yvonne Guillou, anthropologue CNRS / IRASEC, Phnom Penh, 4 avril 2017.

La mémoire des corps : Conséquences sanitaires du régime khmer rouge

Patrick Heuveline, Professeur au département de Sociologie à l’UCLA


Mardi 4 avril à 18h30


Conférence en français traduite en khmer et en anglais
Entrée libre

Les rations alimentaires distribuées durant le régime khmer rouge aux groupes de population déportés étaient insuffisantes au vu des dépenses physiques liées au travail forcé et ont conduit à une malnutrition généralisée. L’invasion vietnamienne qui a chassé les Khmers Rouges du pouvoir a aussi perturbé la récolte et, avec des stocks de nourriture réduits, une famine s’en est suivie. Les preuves les plus flagrantes de ces effets de la malnutrition ont été réunies à propos des famines en Europe aux 19e et 20e siècles. Toutefois, le Cambodge présente un cas très différent de celui des pays européens.

Source : Institut Français Cambodge

Institut français du Cambodge
218 rue 184 – BP 827 – Phnom Penh
T: +855 (0) 23 213 124 / 125

Ong Thong Hoeung : J’ai cru aux Khmers Rouges. Retour sur une illusion – CR de lecture d’Alix Chapuis

OngThongHoeung_JaiCruAuxKhmersRougesJ’ai cru aux Khmers Rouges. Retour sur une illusion est un récit autobiographique poignant. De retour au Cambodge en 1976, pour participer à la reconstruction de son pays, l’intellectuel Ong Thong Hoeung, auteur de l’ouvrage, est immédiatement enfermé dans un camp de travail, condition nécessaire à sa « rééducation » révolutionnaire. Ce récit, écrit à partir d’un journal tenu en secret pendant toute sa période de détention, retrace son parcours entre les différents camps, ses souffrances et ses désillusions profondes.

Dès l’avant-propos de l’ouvrage, Ong Thong Hoeung nous explique l’objectif de son récit : donner un témoignage. Ce témoignage n’a pas pour but de remplacer l’analyse historique mais de la compléter. Il explique ainsi que la force du récit rend l’Histoire moins abstraite. A travers cet ouvrage, il exprime son besoin de raconter (pour lui-même) mais aussi son besoin de répondre à un devoir de mémoire. Il souhaite également rendre hommage à ceux qui n’ont pas eu sa chance (celle de survivre) et à ceux qui ont osé résister.

Trois points majeurs peuvent être mis en évidence dans son récit : le fait qu’il se présente comme un « instruit », un intellectuel, marqué par cette désillusion, puis le fait qu’en tant qu’homme, il présente ses doutes et ses souffrances, et enfin le fait qu’il veuille témoigner de la tragédie d’un peuple.

La désillusion d’un intellectuel

Alors qu’il fréquente les organisations politiques d’étudiants cambodgiens à Paris (dont firent partie les plus hauts dirigeants du régime des Khmers Rouges) dès 1970, l’auteur se présente comme un intellectuel profondément optimiste quant à une révolution socialiste. Ainsi, malgré les mises en garde de certains de ses compatriotes, il décide de rentrer au Cambodge après la Révolution de 1975 pour aider à la reconstruction de son pays. Toutefois, si Paris représentait le temps des illusions, ces dernières allaient tomber dès son arrivée à Phnom Penh.

En effet, l’aéroport de Phnom Penh se révèle être l’antichambre de la désillusion et de la désolation. Alors que son passeport et ses objets de valeurs lui sont confisqués, il est emmené directement dans un camp réservé aux intellectuels revenant de l’étranger, considérés comme une menace par le régime. Il y retrouve sa femme et ses proches, tous squelettiques, « étranges, énigmatiques, déroutants » (p. 41). A ce « retour sur une illusion » tenace, s’ajoute la honte d’avoir été si « naïf » sur la situation réelle de la population sous le régime des Khmers Rouges.

L’auteur s’interroge tout au long de l’ouvrage sur les raisons de l’obéissance. L’autocensure est tellement forte au quotidien, qu’il en vient à se demander si les autres détenus ont fini par être convaincus par la rhétorique du régime ou si c’est à cause de la peur. Il en vient à la conclusion que la raison de l’obéissance est en réalité mue par la faim, qui tiraille tous ses compatriotes.

Dans ce cadre, quel est le rôle des intellectuels, ces « ennemis de l’intérieur », sans cesse soupçonnés de complot avec les services secrets étrangers ? Désobéir semble être leur devoir, de même que celui de la société entière. Ainsi l’auteur est admiratif des prisonniers qui ont réussi à exercer leur liberté, même s’ils y ont tous perdu la vie. Ce n’était pas, pour lui, un sacrifice inutile. Au-delà de sa position d’intellectuel, l’auteur insiste sur sa condition d’homme, un mari qui livre ici ses doutes et ses souffrances.

Les souffrances d’un homme

Rédigé à partir d’un journal tenu secrètement pendant toute la période, ce récit reflète les souffrances quotidiennes de l’auteur et de sa femme : la faim et les souffrances psychologiques.

La principale souffrance dont l’auteur fait mention a été la faim. Alors que les rations alimentaires se réduisent au fur et à mesure de son expérience concentrationnaire, Ong Thong Hoeung prend conscience de « l’importance d’un grain de riz » (p. 111). En effet, il en vient à assimiler la liberté à la simple idée de manger à sa faim. De plus, il lui faut survivre face à la « médecine révolutionnaire ». L’exemple le plus marquant en est l’accouchement de sa femme, alors que l’équipe médicale n’a ni matériel, ni véritable médecin. Ainsi, nombreuses sont les fois où l’auteur et sa femme échappent de peu à la mort.

La « rééducation » qu’il subit dans les camps, est tout d’abord une rééducation politique permanente. Il doit suivre les séances de critique-autocritique (tous les jours), les « réunions en profondeur » (tous les trois jours), les séminaires politiques (tous les deux mois) et l’assemblée générale (semestrielle). Ces séances, visant à apprendre le « comportement révolutionnaire », eurent pour certains de très lourdes conséquences, allant jusqu’à la torture et la mort.

Au-delà, c’est aussi une rééducation par le travail, qui se traduit simplement par un travail obligatoire et harassant, sans le jour de repos initialement prévu, car « la révolution ne s’arrête jamais ». Enjoué à l’idée « d’apprendre des ouvriers », il découvre que ces derniers sont en réalité des enfants travaillant dans des conditions de sécurité inexistantes.

Ainsi, face à la propagande, survivre avec ses différents « moi » constitue une difficulté supplémentaire. En effet, il lui faut vivre avec ses révoltes internes, contre le régime, voire contre lui-même. C’est dans ce cadre notamment que l’aide de sa femme, dont la force transparaît tout au long du livre, joue un grand rôle, alors que le reste des solidarités se délitent au fur et à mesure du récit. En effet, « chacun [devient] à la fois la victime et le bourreau des autres et de lui-même » (p. 71).

Par ailleurs, il lui faut survivre sans futur, sans idéal, puisque ses espoirs pour son pays s’amenuisent de jour en jour. Il en vient même à vivre sans passé, puisqu’il commence à douter que le temps de la liberté ait un jour existé.

La misère d’un peuple

Ong_Thong_Hoeung
Ong Thong Hoeung témoignant au tribunal de Phnom Penh en août 2012 © ECCC

Si pendant leurs nombreux transferts entre différents camps, les deux époux découvrent peu à peu les destructions et la misère du peuple cambodgien, c’est pendant la déportation finale qu’ils en mesurent l’ampleur. Ce « spectacle de la misère humaine » est en effet bien loin des discours des responsables du régime Khmer Rouge.

Lors de son retour dans son village natal, l’auteur découvre quantité de personnes qui n’ont pas survécu au drame cambodgien. Si les hommes ont été particulièrement décimés, ce sont les deux tiers de sa famille de l’auteur qui ont trouvé la mort lors de ce conflit. Ce sont des morts violentes, dont les traces sont perceptibles dans toute la population, mais toutefois des morts si nombreuses qu’elles restent pour la plupart dans l’ignorance voire dans l’indifférence.

A la fin de l’ouvrage, Ong Thong Hoeung dénonce le fait que les auteurs de ces crimes n’aient pas été jugés. Par conséquent, les victimes sont condamnées à vivre avec leurs bourreaux. Si la reconstruction du Cambodge et de son peuple va prendre du temps, il est indispensable que les bourreaux soient jugés pour que les victimes puissent tourner la page.

Par ailleurs, la reconstruction peut passer par le travail de mémoire, tel que celui mené par l’auteur à Tuol Sleng après l’effondrement du régime (pour établir la liste des personnes qui y ont été assassinées), ou encore par l’écriture. En effet, il considère que le génocide n’est pas une question cambodgienne, mais que sa survenue doit plutôt faire émerger une réflexion universelle.

* * *

Cet ouvrage montre le parcours de la désillusion d’un intellectuel acquis aux idées progressistes et subissant de plein fouet la violence du régime. Ce récit autobiographique, à la fois réflexif et intense, retrace avec force les souffrances et les doutes d’un homme, d’un intellectuel et d’un Cambodgien. Il cherche à témoigner, à apporter une nouvelle illustration pour un travail de mémoire de longue haleine, dans l’espoir de rendre hommage au courage des victimes, mais aussi à faire avancer la justice.

Ainsi, ressort de la lecture un profond sentiment d’optimisme. L’écriture de cet ouvrage, vingt ans après les faits, à partir d’un journal secret, permet de rapprocher deux aspects de ce témoignage (son intensité et son objectivité//sa mise à distance) qui pourraient paraître contradictoires. C’est ce dernier point, une mise à distance renforcée par la fluidité du récit, qui fait la véritable force de cet ouvrage.

Au-delà de ce témoignage, Ong Thong Hoeung ne semble pas avoir publié d’autres ouvrages [1]. Cependant, il est très actif sur les réseaux sociaux et sur son blog, sur lesquels il publie ses réflexions sur les Khmers Rouges mais aussi sur des thèmes très variés tels que la politique, l’économie, l’écologie… Il est important de noter qu’Ong Thong Hoeung a été appelé à témoigner dans le cadre du procès des Khmers Rouges en 2012 (Dossier n°002) et que son récit a été considéré comme un document clé.

Un compte-rendu de lecture a été mis en ligne sur cet ouvrage. Il insiste particulièrement sur le contexte historique de ce récit et en ce sens, complète notre compte-rendu succinct. Toutefois, je souhaiterais questionner le titre du document PDF[2], qui diffère de celui disponible sur le site (« « J’ai cru aux Khmers Rouges », témoignage d’un intellectuel cambodgien »). En effet, même si un certain optimisme ressort de cet ouvrage, parler de « bonté » me semble exagéré.

Par ailleurs, il serait intéressant de se référer à d’autres ouvrages portant sur le même thème comme par exemple le témoignage de Laurence Picq, Le piège Khmer Rouge (Paris : Buchet Castel, Essais et Documents, 2013). Ce récit semble être très proche de celui d’Ong Thong Hoeung. Il pourrait ainsi venir mettre en lumière des éléments complémentaires intéressants vis-à-vis de l’expérience de l’auteur cambodgien.

Alix Chapuis, promotion ASIOC 2014-2015.


Notes :

[1] Son récit a été traduit et publié en italien sous le titre : Ho creduto nei Khmer rossi : ripensamento di un’illusione (Milano : Guerini e Associati, 2004). L’auteur a rédigé la préface de l’ouvrage Âmes captives dans l’enfer de Tuol Sleng (Paris : I. de Rouffignac, 2009).

[2] Association Pax Christie Wallonie-Bruxelles, 2011 : « Même aux tréfonds de l’horreur, il y a toujours la bonté », compte-rendu écrit à partir de l’ouvrage d’Ong Thong Hoeung et d’un échange avec l’auteur le 10/06/2011.

Réf. : Ong Thong Hoeung, J’ai cru aux Khmers rouges. Retour sur une illusion, Paris : Buchet Chastel, Essais et documents, 2003.

Voir aussi :

* * *

Alix Chapuis est une étudiante en double diplôme à l’EM Lyon et à l’IEP de Lyon. Elle poursuit un Master 2 « Asie Orientale Contemporaine » à l’Institut d’Asie Orientale de l’ENS de Lyon. Actuellement en échange à l’East China Normal University de Shanghai, elle effectue des recherches pour son mémoire portant sur l’évaluation de la qualité de l’information dans les fusions-acquisitions en Chine.

17 avril 1975 : les Khmers rouges s’emparent du pouvoir au Cambodge

Flag_DemocraticKampuchea.svg[ndlr] Rappel d’une des dates les plus sombres de l’histoire du Cambodge contemporain : 17 avril 1975, les Khmers rouges victorieux après cinq ans de guerre civile investissent Phnom Penh et vident la ville de ses habitants. Ceux que les Khmers rouges nomment « les 17 avril », « le peuple nouveau », urbanisé, intellectuel et commerçant, vont disparaître lors d’une brutale épuration politique et sociale qui doit façonner le Kampuchéa Démocratique de Pol Pot.

 


1975 : les Khmers rouges s’emparent du pouvoir… par Monde-contemporain

Le 17 avril 1975, après cinq ans de guerre civile, les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge. C’est la fin du gouvernement pro-américain du maréchal Lon Nol. Les Khmers rouges menés par Pol Pot s’emparent du pouvoir et instaurent un régime répressif qui provoquera des centaines de milliers de morts. L’évacuation des villes, la collectivisation et les travaux forcés, les exécutions de masses conduisent à un véritable génocide du peuple cambodgien.

Commentaire & réalisation : Jakob Schlüpmann  –  © 2010

Source : Aleph99.info

« Don’t Think I’ve Forgotten: Cambodia’s Lost Rock and Roll » [film documentaire]

[ndlr] Un film documentaire de John Pirozzi. A voir.

DontThinkIveForgottenCliquez sur l’image pour accéder au site

During the 60’s and early 70’s as the war in Vietnam threatened its borders, a new music scene emerged in Cambodia that took Western rock and roll and stood it on its head – creating a sound like no other.

Cambodian musicians crafted this sound from the various rock music styles sweeping, America, England and France, adding the unique melodies and hypnotic rhythms of their traditional music. The beautiful singing of their renowned female vocalists became the final touch that made this mix so enticing.

But as Cambodian society – young creative musicians in particular – embraced western culture and flourished under its influence, the rest of the country was rapidly moving to war. On the left, Prince Sihanouk joined forces with the Khmer Rouge and rallied the rural population to take up arms against the government that deposed him. On the right, the Cambodian military, with American military support, waged a war that involved a massive aerial bombing campaign on the countryside. In the end, after winning the civil war, the Khmer Rouge turned their deadly focus to the culture of Cambodia.

After taking over the country on April 17, 1975, the Khmer Rouge began wiping out all traces of modernity and Western influence. Intellectuals, artists and musicians were specifically and systematically targeted and eliminated. Thus began one of the most brutal genocides in history, killing an estimated two million people – a quarter of the Cambodian population.

DON’T THINK I’VE FORGOTTEN: CAMBODIA’S LOST ROCK AND ROLL tracks the twists and turns of Cambodian music as it morphs into rock and roll, blossoms, and is nearly destroyed along with the rest of the country. This documentary film provides a new perspective on a country usually associated with only war and genocide.

The film is a celebration of the incredible music that came from Cambodia and explores how important it is to Cambodian society both past and present.

 * * *

[Official Documentary Trailer]

Cambodge : trois morts lors de la répression d’une manifestation [AFP / Le Monde]

[ndlr] L’information a rapidement fait le tour des agences de presse.

La police cambodgienne a ouvert le feu vendredi 3 janvier à Phnom Penh sur une manifestation d’ouvriers du textile, causant la mort d’au moins trois personnes, dernier épisode violent d’une mobilisation qui dure depuis des semaines pour réclamer des augmentations de salaires.

ManifestationCambodgeOuvriersTextile3-1-2014
Des travailleurs sont arrêtés par la police lors d’une manifestation le 3 janvier à Phnom Penh. © Reuters/Samrang Pring

Les tirs ont eu lieu alors que des milliers d’ouvriers bloquaient une route devant leur usine et que certains manifestants, armés de bâtons, de pierres et de cocktails Molotov, s’opposaient aux forces de l’ordre.

La police militaire a d’abord effectué des tirs de semonce avant d’ouvrir le feu directement sur les manifestants, selon un photographe de l’AFP. « Trois personnes sont mortes et deux ont été blessées », a déclaré à l’AFP Chuon Narin, commissaire adjoint de la police de Phnom Penh.

La mobilisation des ouvriers du textile, qui coïncide avec des manifestations de l’opposition réclamant le départ du premier ministre, Hun Sen, avait déjà conduit, en novembre 2013, à la mort d’une femme par balle.
« Cette fois, ils ont utilisé des fusils », a dénoncé Chan Soveth, du groupe de défense des droits de l’homme Adhoc, qui était sur place, assurant qu’une dizaine de manifestants avaient été grièvement blessés. […]

« Nous déplorons ces violences, que nous condamnons avec la plus grande vigueur, a déclaré vendredi à l’AFP le chef de l’opposition Sam Rainsy. C’est une tentative inacceptable de casser non pas seulement une grève ouvrière, mais (…) le mouvement ouvrier dans son ensemble. Et, derrière le mouvement ouvrier, de casser le mouvement démocratique qui est en train de se développer au Cambodge. »

Lire la suite : Le Monde, 03/01/2014.

Voir également :

* * *

Deadly Clash Erupt Between Cambodian Police and Striking Workers. The violence comes amid upheaval in Cambodia over the nation’s political future.

Trương Văn Chảy

TruongVanChayM. Trương Văn Chảy. Né en 1887 à Châu Đốc (Cochinchine) domicilié actuellement à Phnom-Penh.

Secrétaire principal hors classe de Trésorerie en retraite – Huyện honoraire – Chef des Annamites de la ville de Phnom-Penh – Président du Cimetière de l’Association Bouddhique Annamite de Phnom-Penh.

Officier de l’Ordre Royal du Cambodge.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 10.

Les excuses de Frère N°2 (Nuon Chea): « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités »

[ndlr] La presse française relaie les regrets tardifs de Nuon Chea, l’idéologue des Khmers rouges jugé à Phnom Penh pour crimes contre l’humanité. Extraits.

31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber's preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC
31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber’s preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC 

 Khmers rouges/génocide: l’idéologue assume

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après le décès en mars de Ieng Sary, ministre des Affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

« Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a-t-il déclaré au cours de son procès devant le tribunal international de Phnom Penh, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui.

Lire la suite : Le Figaro, 30/05/2013.

* * *

Procès des Khmers rouges : Nuon Chea reconnaît sa responsabilité

L’idéologue du régime des Khmers rouges Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi 30 mai sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après la mort, en mars, de Ieng Sary, ministre des affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

Lire la suite : Le Monde, 30/05/2013.

* * *

Premiers remords de Nuon Chéa pour les crimes des Khmers rouges

Phnom Penh (Reuters) – Un responsable khmer rouge a exprimé jeudi du remords pour la mort d’environ 1,7 million de ses compatriotes lors du génocide perpétré dans les années 1970 par le régime maoïste et reconnu sa responsabilité pour la première fois depuis le début de son procès.

« Je suis responsable de ce qui s’est passé à l’époque du Kampuchéa démocratique », a déclaré Nuon Chéa devant le tribunal spécial mis en place avec le soutien de l’Onu et qui l’a inculpé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

« J’exprime de profonds regrets pour les événements qui ont eu lieu volontairement ou non. Je suis moralement responsable », a dit l’ancien n°2 et chef de la propagande du parti maoïste en adressant ses « condoléances » aux victimes de l’ex-régime présents dans le prétoire.

Lire la suite : Le Nouvel Observateur, 30/05/2013.

* * *

L’idéologue des Khmers rouges reconnaît sa responsabilité dans le génocide

C’est la première fois, depuis le début de son procès pour les crimes du régime de Pol Pot, que Nuon Chea exprime du remords. Il minimise toutefois sa responsabilité.

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Lire la suite : Libération, 30/05/2013.

* * *

Cambodge: les premiers remords de Nuon Chea, l’idéologue du régime des Khmers rouges

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, admet pour la première fois, ce jeudi 30 mai, sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de victimes entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea est l’un des deux derniers accusés encore jugés. « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a déclaré cet homme de 86 ans, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui. Son procès se déroule devant le tribunal international de Phnom Penh.

Lire la suite : RFI, 30/05/2013.

Pour suivre l’actualité du Tribunal de Phnom Penh : The Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia (ECCC).

Le 17 avril 1975 par François Ponchaud

[ndlr] Le 17 avril 1975, les Khmers rouges investissent Phnom Penh et vident la ville en une journée. Témoin de cet événement historique qui se révèlera tragique pour les Cambodgiens, le père François Ponchaud raconte.

Phnom Penh, Jour Zéro


Le 17 avril 1975 par François Ponchaud par erenlai

Phnom Penh : Disparition de Ieng Sary, ancien co-fondateur des Khmer rouges, à l’âge de 87 ans

[ndlr] Articles de presse relatant la disparition de Ieng Sary, un des derniers chefs khmers rouges. « Il disparaît sans avoir jamais expliqué son rôle dans l’appareil marxiste totalitaire qui a détruit un quart de la population du Cambodge en moins de quatre ans (1975-79), vidant les villes, supprimant la monnaie, la religion et l’éducation, et plongeant la société dans la terreur et la paranoïa », rappelle l’AFP dans l’article du 14 mars 2013. Ce co-fondateur avec Pol Pot du mouvement Khmer Rouge s’est éteint sans avoir répondu de ses actes alors que le Tribunal international de Phnom Penh traverse une crise financière sans précédent. Portraits.

IengSary
Ieng Sary lors de son procès à Phnom Penh le 10 janvier 2012.
(Photo handout ECCC Nhet Sokheng. Reuters)

Mort de Ieng Sary, ancien ministre khmer rouge

Ieng Sary, l’ex-ministre des affaires étrangères du régime cambodgien des Khmers rouges, est mort jeudi 14 mars, à l’âge de 87 ans. Ancien visage public du régime marxiste totalitaire, responsable de la mort de près de 2 millions de personnes, il était jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il est mort « après avoir été hospitalisé le 4 mars », a déclaré Lars Olsen, porte-parole du tribunal.

Comme chef de la diplomatie, cet intellectuel, formé en France dans la mythologie de la révolution de 1789, était bien souvent le seul point de contact entre la direction particulièrement secrète du « Kampuchéa démocratique » et ses rares alliés dans le monde, notamment la Chine. Plus de trente ans après la chute du régime, il disparaît sans avoir donné la moindre explication, ni sur ses responsabilités ni sur le fonctionnement d’un appareil qu’il a servi quasiment jusqu’au bout.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique avec AFP, 14/03/2013.

Cambodge : mort de Ieng Sary, le « frère numéro trois » du Kampuchéa démocratique

Ieng Sary, l’homme le plus célèbre aux côtés de Pol Pot à la tête des Khmers rouges pendant et après leur meurtrier passage au pouvoir au Cambodge (1975-1979), est mort le 14 mars 2013 à Phnom Penh, après avoir souffert de problèmes de santé divers et de troubles cardiaques. Il était inculpé pour « crimes contre l’humanité » par le Tribunal spécial Khmers rouges à composante internationale en charge de l’instruction des responsables encore en vie du génocide cambodgien.

Son âge se situait entre 87 et 93 ans, les incertitudes d’état-civil ne permettant pas d’être plus précis.

Ieng Sary était le beau-frère de Pol Pot, mort en 1998, et, lors du drame cambodgien, fut le chef de la « diplomatie » du Kampuchéa démocratique, à la tête du ministère des affaires étrangères d’un régime coupé de la quasi-totalité du reste du monde. Il était alors surtout l’homme de Pékin et le fidèle rouage de la politique étrangère chinoise auprès de ses chefs.

Il fut en particulier responsable de l’appel lancé aux Cambodgiens de la diaspora, réfugiés en Occident et en Chine après avoir fui les bombardements américains sur leur pays, pour qu’ils rentrent dans un Cambodge « libéré » après la victoire communiste d’avril 1975. La plupart de ces personnes de « retour de l’étranger » finirent assassinées dans des camps de travaux forcés ou sous la torture.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique, par Francis Deron (1953-2009) avec Bruno Philip, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary meurt pendant son procès

Il avait 87 ans et il est mort brutalement, alors même qu’il était jugé pour son rôle dans la terreur Khmer rouge. En moins de quatre ans, entre 1975 et 1979, un quart de la population du Cambodge a été décimé par ce régime dont Ieng Sary était l’un des piliers.

Il ne reste désormais que deux dirigeants à juger aujourd’hui, l’un âgé de 81 ans, l’autre de 86 ans.

Ieng Sary souffrait d’une maladie du cœur et avait été hospitalisé il y a dix jours.

Source : Rue 89, 14/03/2013 (lire la suite sur Libération.fr).

Ieng Sary, le « frère numéro 3 » des Khmers rouges, est mort

Portrait – La disparition à 87 ans de ce pilier de la dictature cambodgienne met fin abruptement à son procès pour génocide et crimes contre l’humanité.

Etudiant à Paris dans les années 50, il avait fait la leçon à l’un de ses camarades : «Tu es trop sensible. Pour faire de la politique, il faut être dur.» Nul doute que Ieng Sary, décédé hier à Phnom Penh à l’âge de 87 ans, fut dur. C’était l’un des plus puissants dirigeants Khmers rouges et l’un des plus retors. Dans la galaxie sanguinaire du régime qui a dirigé le Cambodge entre avril 1975 et janvier 1979, Ieng Sary occupait le poste de vice-premier ministre des Affaires étrangères. Tour à tour frère numéro 2 ou 3, il était le l’homme le plus visible de la secrète «Angkar», l’organisation qui a fait régner la terreur en exécutant au moins 1,7 million de personnes en moins de quatre ans. Aux côtés de Pol Pot, l’obscur frère numéro un, de son adjoint Nuon Chea, l’idéologue exterminateur, de Ta Mok, le «boucher» de l’ouest cambodgien, ou de Son Sen, le patron de la police secrète, Ieng Sary affichait le visage en apparence lisse de la diplomatie khmère rouge.

Cet homme grand et replet – même aux pires moments des privations imposées par l’utopie polpotiste – jouissait d’un pouvoir considérable dans le Kampuchéa démocratique des Khmers rouges. Ieng Sary s’en est toujours défendu, comme il a toujours nié toute part dans les atrocités commises par le régime marxiste totalitaire. Il disparaît sans avoir livré la moindre explication sur son rôle et sa fonction passés devant les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens qui le jugeaient avec Nuon Chea et Khieu Samphan, l’ex-chef de l’Etat, pour génocide et crimes contre l’humanité. Depuis une quinzaine d’années, Ieng Sary rejetait la responsabilité de la terreur sur Pol Pot, «l’unique et suprême architecte de la ligne, de la stratégie et de la tactique du parti», et sur Nuon Chea qui a «mis en œuvre toutes les décisions de Pol Pot pour torturer et exécuter ceux qui ont exprimé des opposées et ceux qu’ils haïssaient comme les intellectuels».

Lire la suite : Libération, par Arnaud Vaulerin à Kyoto, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary décède avant la fin de son procès

Au Cambodge, l’ancien ministre des Affaires étrangères des Khmers rouges, Ieng Sary, est décédé ce jeudi matin à l’âge de 87 ans. Ieng Sary était l’un des anciens dirigeants Khmers rouges à être jugés dans le procès qui leur est intenté pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il ne reste aujourd’hui plus que deux accusés.

Pour les anciennes victimes, la mort d’un des anciens responsables Khmers rouges, avant même la fin de son procès, est une terrible nouvelle. Ieng Sary comparaissait en même temps que trois autres leaders de ce régime sanguinaire, dont son épouse, Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales, finalement déclarée folle et inapte à passer en justice.

Lire la suite : RFI, 14/04/2013.

Khmer Rouge’s Ieng Sary dies during genocide trial

PHNOM PENH, Cambodia (AP) — Ieng Sary, who co-founded the brutal Khmer Rouge movement in 1970s, was its public face abroad and decades later became one of its few leaders to be put on trial for the deaths of an estimated 1.7 million Cambodians, died Thursday morning before the case could be finished. He was 87.

His death before any verdict was reached in the lengthy case dashed hopes among survivors and court prosecutors that he would ever be punished for his alleged war crimes stemming from the darkest chapter in the country’s history.

Ieng Sary was being tried by a joint Cambodian-international tribunal along with two other former Khmer Rouge leaders, both in their 80s, and there are fears that they, too, could also die before justice is served. Ieng Sary’s wife, former Social Affairs Minister Ieng Thirith, had also been charged but was ruled unfit to stand trial last year because she suffered from a degenerative mental illness, probably Alzheimer’s disease.

Lars Olsen, a spokesman for the tribunal, confirmed Ieng Sary’s death. The cause was not immediately known, but he had suffered from high blood pressure and heart problems and had been admitted to a Phnom Penh hospital March 4 with weakness and severe fatigue.

« We are disappointed that we could not complete the proceeding against Ieng Sary, » Olsen said, adding the case against his colleagues Nuon Chea, the Khmer Rouge’s chief ideologist, and Khieu Samphan, an ex-head of state, will continue and will not be affected.

Ieng Sary founded the Khmer Rouge with leader Pol Pot, his brother-in-law. The communist regime, which ruled Cambodia from 1975 to 1979, claimed it was building a pure socialist society by evicting people from cities to work in labor camps in the countryside. Its radical policies led to the deaths of an estimated 1.7 million people from starvation, disease, overwork and execution.

Read more / Lire la suite : Associated Press, by Sopheng Cheang, 14/03/2013.

[AFP] Cambodge: crise financière au tribunal pour les Khmers rouges

Les Khmers rouges, au pouvoir entre 1975 et 1979, ont mis en place une dictature violente, faisant près de deux millions de morts. © Archives / Reuters.

 

Didier LAURAS
Agence France-Presse
PHNOM PENH

Ereinté par les critiques depuis son premier jour, le tribunal de Phnom Penh pour les Khmers rouges a surmonté toutes les épreuves, mais celle qu’il affronte actuellement menace en théorie jusqu’à son existence: il n’a plus d’argent.

Le budget 2013 n’a toujours pas été voté par les bailleurs de fonds, qui demandent au Cambodge un effort supplémentaire avant d’eux-mêmes augmenter leur participation.

Les employés étrangers ont été officiellement reconduits jusqu’à l’été. Mais depuis le 1er janvier, quelque 270 employés cambodgiens travaillent sans contrat. Ils n’ont pas été payés depuis novembre.

La cour doit trouver environ 9,5 millions de dollars. Une somme modeste sur le papier, mais une fortune compte tenu des relations tourmentées entre les donateurs et le gouvernement de Phnom Penh, accusé de ne rien faire pour sauver une juridiction qui juge les plus hauts responsables du régime de Pol Pot (deux millions de morts entre 1975 et 1979).

«Il y a une certaine lassitude des bailleurs qui se battent pour financer le tribunal et ont parfois l’impression que le gouvernement n’est pas pleinement mobilisé sur le sujet», constate un diplomate étranger. «Personne ne semble avoir d’argent pour payer».

D’autres sources évoquent un bras de fer malsain entre les bailleurs et le gouvernement de Hun Sen, un ex-Khmer rouge devenu premier ministre en 1985. «Il y a deux voitures lancées l’une contre l’autre à pleine vitesse pour voir qui tournera et évitera l’accident», ironise un cadre étranger du tribunal.

Entré en fonction en 2006 après des années de négociations, le tribunal a essuyé toutes les critiques. Corruption, pression politique sur les dossiers, lenteur des procédures au risque de voir mourir les trois derniers accusés, tous octogénaires, avant que justice soit rendue.

Lire la suite, La Presse, 10/02/2013