Archives par mot-clé : Phi-Vân Nguyen

UQÀM : Phi-Vân Évelyne Nguyen, lauréate du prix de la meilleure thèse de doctorat

[ndlr] Félicitations à notre collègue Phi-Vân pour ce prix thèse bien mérité et aux autres personnes sélectionnées pour cette récompense annuelle de la Faculté des sciences humaines de l’Université du Québec à Montréal.

Prix de la meilleure thèse de doctorat

Phi-Vân Évelyne Nguyen (Ph. D. histoire, 2015) a été récompensée pour sa recherche intitulée Les résidus de la guerre: la mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non communiste (1954-1965). Sa thèse est l’aboutissement d’une étude patiente et minutieuse l’ayant menée au Vietnam, en France et aux États-Unis, sur les traces des quelque 800 000 personnes qui, en 1954, choisirent de quitter la zone communiste du pays, dans le nord, pour rejoindre ce que l’on désignait à l’époque comme le «monde libre». La chercheuse a étudié le parcours politique et culturel de ces réfugiés, depuis leur arrivée dans le sud du Vietnam, en 1954, jusqu’au déclenchement de la guerre, en 1965. Grâce à deux bourses postdoctorales du CRSH et de la Fondation suisse pour la recherche scientifique, Phi-Vân Évelyne Nguyen poursuit actuellement ses recherches à l’Université Cornell, aux États-Unis.

Source : Actualités UQAM (24/11/2016)

Résumé en anglais :

Phi Vân’s dissertation, « Les résidus de la guerre, La mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non-communiste, 1954–1965″ [War Residues: The Mobilization of Northern Refugees for a non-Communist Vietnam, 1954–1965] analyzes the political and cultural consequences of the migration of more than 800,000 Vietnamese who left the North to regroup into South following the 1954 Geneva ceasefire. Using archival documents collected in Vietnam, the United States and France, the dissertation shows that one important consequence of the migration was to radicalize non-Communist nationalism. Many migrants identified as « refugees of Communism » and considered they were personally tied to the fate of the Vietnamese nation since the Geneva partition. As a consequence, the 1954 refugees exhorted everyone within Vietnam and beyond to fight back Communism and reunite the Vietnamese nation.

Sur ce sujet voir : https://indomemoires.hypotheses.org/20609

Journal of Social Issues in Southeast Asia – Vol. 31/1 (March 2016)

[ndlr] Parution du nouveau numéro de SOJOURN: Journal of Social Issues in Southeast Asia Vol. 31/1 (March 2016), 375 p. Un numéro très intéressant regroupant trois contributions sur le Cambodge, une sur le Myanmar, une sur le Timor oriental et deux sur le Viêt-Nam.

 

SJ31-1Articles :

The Demise of Cambodian Royalism and the Legacy of Sihanouk, by Astrid Norén-Nilsson

Mapping the Srok: The Mimeses of Land Titling in Cambodia, by Courtney Work, Alice Beban

Health Inequalities, Public Sector Involvement and Malaria Control in Cambodia, by Frédéric Bourdier

Painting as Cipher: Censorship of the Visual Arts in Post-1988 Myanmar, by Melissa Carlson

Painting Their Past: The Geração Foun, Street Art and Representing Notions of East Timorese-ness, by Catherine Arthur

Fighting the First Indochina War Again? Catholic Refugees in South Vietnam, 1954–59, by Phi Vân Nguyen

Caodaism in Times of War: Spirits of Struggle and Struggle of Spirits, by Jérémy Jammes

Source : SOJOURN

 

Les résidus de la guerre, la mobilisation des réfugiés du Nord pour un Vietnam non-communiste (1954-1965)

[ndlr] Thèse soutenue récemment à Montréal. Nous adressons toutes nos félicitations à Phi Vân.

Les résidus de la guerre

la mobilisation des réfugiés du Nord pour un Vietnam non-communiste (1954-1965)

Phi Vân Nguyen

mardi 13 octobre 2015

Résumé :

Au terme de la guerre d’Indochine, le cessez-le-feu établi par la conférence de Genève  de 1954 regroupa les forces belligérantes de part et d’autre du 17ème parallèle. En plus des soldats, plus de 800 000 individus, dont une majorité de catholiques, évacuèrent le nord pour rejoindre la zone non-communiste dans le sud. Ngô Đình Diệm, le dirigeant de Saigon, avait protesté contre les clauses établies à Genève et confirma sa position lorsqu’il déclara ne pas organiser de référendum sur l’unification territoriale tant que les communistes demeureraient au pouvoir dans le nord. Dès lors, l’exil de ces personnes allait s’éterniser. Comment la migration de 1954 influença-t-elle la mobilisation politique et culturelle des réfugiés du nord dans le sud du Vietnam ?

À l’aide d’archives privées et gouvernementales venant du Vietnam, de France et des États-Unis, notre thèse étudie le parcours politique et culturel des réfugiés depuis leur arrivée dans le sud en 1954 jusqu’au déclenchement de la guerre du Vietnam en 1965. Leur histoire s’étudie au travers de quatre séquences d’action convergentes.

  • Une première partie aborde la façon dont les États-Unis et la république utilisèrent l’épopée de ces réfugiés pour illustrer leurs combats politiques et économiques. En dépit de cette instrumentalisation, les réfugiés développèrent leur propre discours nationaliste inspiré par leur exil et dont l’objectif ultime était de venger leur départ forcé du nord.
  • Une deuxième facette de notre étude souligne que cette lutte pour un Vietnam unifié et débarrassé du communisme constituait pour eux le seul moyen de rendre justice à leur exil.
  • Le troisième volet analyse la relation qu’entrenaient les réfugiés vis-à-vis de la république. Loin d’être de simples marionnettes, ils appuyèrent Ngô Đình Diệm mais s’opposèrent aussi à sa concentration des pouvoirs ou ses méthodes pour combattre le communisme.
  • Enfin, une dernière partie examine les rapports entre les réfugiés et le reste de la société sud-vietnamienne et du monde occidental. Aveuglés par des années de médiatisation internationale, les réfugiés étaient persuadés d’avoir le monopole de la pensée nationaliste et combattirent tout alternative politique, venant de l’extérieur comme de l’intérieur du Vietnam.

Le cessez-le-feu de Genève avait marqué la fin de la guerre d’Indochine et précipité ces réfugiés dans l’exil. Pendant près de dix ans, ils exhortèrent le gouvernement et l’opinion internationale à reprendre la guerre et ainsi rétablir cette injustice. Cette détermination à reconquérir le nord et combattre le communisme, souligne la double nature du conflit indochinois. Ce n’était pas qu’un front chaud de la guerre froide, que la conférence de 1954 avait neutralisé. Ces affrontements étaient aussi l’enjeu d’une véritable guerre civile, opposant différentes visions de la nation vietnamienne. Ainsi, les réfugiés refusèrent de baisser les armes et incitèrent toute la société sud-vietnamienne à suivre leur exemple, jusqu’à ce que les troupes américaines débarquent en mars 1965 pour combattre d’elles-mêmes les insurgés communistes.

Mots clés : guerre d’Indochine, guerre du Vietnam, guerre froide, guerre civile, réfugiés, diaspora, neutralisation

 

Direction de recherche:

  • Christopher Goscha, directeur de recherche
  • Laurence Monnais, codirectrice de recherche

Membres du jury:

  • Andrew Barros, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal
  • Christopher Goscha, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal
  • Edward Miller, professeur au Département d’histoire du Darmouth College
  • Laurence Monnais, professeure au Département d’histoire de l’Université de Montréal
  • Philip Taylor, professeur, School of Culture, History and Language, Australian National University
UQAM – Pavillon Hubert-Aquin (A) / A-6290

400, rue Sainte-Catherine Est

Montréal (QC) Canada  H2L 2C5

Image « à la une » : manifestation nationaliste en 1954 au Nord © 1954 Life

UQÀM 2012 – La guerre d’Indochine 1945-1956 : un outil multidisciplinaire

[ndlr] Le nouvel outil multidisciplinaire sur la Guerre d’Indochine mis en place par l’UQÀM vient de voir le jour. Il propose dès à présent l’accès à l’intégralité du dictionnaire historique de Christopher E. Goscha (NIAS, 2011), un instrument de travail indispensable sur ce sujet. D’autres développements de ce nouveau site sont à prévoir dans les semaines qui viennent. A consulter donc sans modération. Texte de la page d’accueil du site ci-après.

Bienvenue sur le site destiné à la Guerre d’Indochine de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Ce projet met à disposition de nombreux outils fiables afin que les spécialistes, les enseignants, les étudiants ainsi que le grand public puissent mieux comprendre la complexité de ce conflit. Il a bénéficié du financement du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada ainsi que du soutien institutionnel de l’UQÀM, de son département d’histoire et de la collaboration du Professeur David Marr de l’Australian National University. Bien que Christopher Goscha soit le responsable du projet, Phi-Vân Nguyen, avec l’assistance de Simon Abdela, en est l’auteur principal. Tous nos remerciements vont également vers Jean-François Tremblay, Nathalie Lavoie et René Lê Minh Cuong du Service de l’audiovisuel de l’UQÀM.

Dans la mesure où ce projet demeure en chantier, plusieurs parties du site, notamment la chronologie et la bibliographie, ne sont pas encore complétées. Cependant, puisque la publication en ligne permet une mise à jour facile et régulière des informations, nous avons décidé de dévoiler au public notre projet en l’état actuel, dans l’espoir qu’il puisse déjà être utile aux lecteurs. Bien sûr, nous recevons très volontiers toute suggestion ou correction qui nous permettra d’améliorer notre travail. Veuillez contacter Christopher Goscha (site internet) à l’adresse goscha.christopher@uqam.ca.

Lien du Dictionnaire (cliquez sur l’image).