Archives par mot-clé : patriotisme

Trinh Dinh Khai : Décolonisation du Viêt Nam, un avocat témoigne – CR de lecture par Louise Gatinot

CR de lecture de Louise Gatinot : Trinh Dinh Khai, Décolonisation du Viêt-Nam, un avocat témoigne. Me Trinh Dinh Thao, Paris, L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1994, 207 p.

TrinhDinhKhai_DécolonisationDuVietNamL’ouvrage présenté ici est une biographie de Me Trinh Dinh Thao, juriste saigonnais né le 20 juillet 1901 et mort le 31 mars 1986, rédigée en 1992 par son fils Trinh Dinh Khai. Ce dernier était lui-même professeur de droit installé en France depuis 1975. Il s’agit d’un récit à la première personne, ce qui renforce sans doute l’effet de vraisemblance que l’auteur a voulu produire en faisant parler son père. Cela constitue donc le témoignage d’un intellectuel à l’itinéraire remarquable par son engagement nationaliste tout au long de sa vie, qui illustre ainsi les modalités de la participation d’un avocat à la cause de son pays.

Dès la période coloniale, celui-ci consacre en effet sa vie de militant nationaliste à la défense des révolutionnaires vietnamiens. Emprisonné à plusieurs reprises par les différents régimes, tracassé, menacé, il rejoint finalement le maquis à la fin des années 1960. Sa trajectoire traverse toute l’histoire agitée du Vietnam, ce qui lui permet de faire le récit de son long combat contre l’oppression des pouvoirs en place depuis l’époque coloniale française jusqu’à l’intervention américaine dans la défense ds droits de ses compatriotes à vivre dans la liberté et la dignité. Son fils écrit dans la préface : « Puisse le récit de sa Vie, vouée à la cause de la Justice et de la Paix contribuer à éclairer les zones d’ombre de la tragédie vietnamienne de 1930 à nos jours. » (p. 12). Lire cet ouvrage, c’est connaître le point de vue d’un intellectuel du Sud de culture française sur la décolonisation du Vietnam, en un témoignage intéressant parce qu’il croise l’itinéraire singulier d’un homme et les grands évènements de l’histoire politique.

Du contact colonial à l’engagement patriotique

La première partie est consacrée à la période 1916-1945, c’est-à-dire aux débuts de l’engagement pendant la période coloniale, alors que Me Trinh Dinh Thao commence à défendre les détenus politiques et à lutter pour les libertés démocratiques. Ce dernier est né d’une famille de fonctionnaires dans un village du Nord de l’Indochine. Son père était cadre important de l’administration coloniale à Hanoï, et sa situation familiale lui permet d’être admis au collège Paul Bert, qui offrait aux rares Vietnamiens qui y étaient inscrits un cursus entièrement européen. Après le bac, il devient le précepteur des enfants du gouverneur de la Cochinchine, qu’il accompagne à Saigon. Il y rencontre la belle-fille d’un préfet colonial, et l’épouse ; grâce à l’intervention de ses beaux-parents, il peut partir faire ses études supérieures en France, à la faculté de droit de Aix-en-Provence. Il faut bien souligner que dans les années 1920 seule une faible minorité de l’élite vietnamienne bénéficiait de l’autorisation de l’Administration coloniale pour étudier en France, et que les conditions d’expatriation étaient draconiennes (l’expatriation dépendait des moyens financiers des parents et de la possibilité de fournir des garanties morales et politiques irréprochables). Me Trinh Dinh Thao arrive donc en France grâce à ce qu’il appelle les « chances de sa vie ». obtient un doctorat et débute sa carrière d’avocat à la cour d’Appel d’Aix.

MeTrinhDinhThao
Portrait de Me Trinh Dinh Thao (1901-1986)

Le début du récit est consacré à sa vie en France au début des années 1920. L’accent y est mis sur l’atmosphère « chaleureuse » de la société « de liberté et d’égalité » de l’après-guerre ; « Nous ne subissions plus cette discrimination raciale que les colons pratiquaient envers les indigènes, nos cœurs s’ouvraient à cette ambiance chaleureuse et nos esprits s’imprégnaient de cet environnement de liberté et d’égalité. » (p. 17), écrit-il. C’est le moment des débuts de son engagement patriotique. Pendant sa scolarité en Indochine, il avait déjà participé à des réunions où certains élèves animés de sentiments nationalistes s’élevaient contre le système de l’enseignement colonial. À Aix, il rejoint donc logiquement les milieux du militantisme estudiantin, où il rencontre des Vietnamiens avec lesquels il développe les thèmes des revendications politiques qui seront repris plus tard dans le journal La Lutte, organe de presse d’expression française fondé à Saigon en 1933 qui suscita le premier mouvement politique d’opposition « légale » au régime colonial de la Cochinchine. Il aborde avec eux les thèmes de l’iniquité du système colonial imposé par les traités de 1862 et 1874 (réclamation de leur abolition pure et simple et de la réunification du Vietnam) ; des injustices qui découlent de l’indigénat, de son caractère vexatoire et répressif ; de la répression des mouvements de résistance des nationalistes et leur reconnaissance comme des partis politiques authentiques ; de la politique d’exploitation économique dont la colonie fait l’objet. Cela constitue à ses yeux le moment d’une prise de conscience de l’histoire tragique de leur pays et des sacrifices endurés par des patriotes lors des mouvements de revendication des droits politiques et sociaux pour nombre de Vietnamiens. Bref, Me Trinh Dinh Thao prend goût aux libertés démocratiques en France, mais contrairement à beaucoup de ses compatriotes qui choisissent de s’y établir définitivement, lui décide de retourner au pays affronter les risques de la répression policière et les tracas de l’administration coloniale, et de poursuivre ainsi sa carrière à la cour d’appel de Saigon.

Avocat en Indochine

Commencent donc les premières expériences de la profession d’avocat en Indochine. À l’époque, un grand nombre de prisonniers étaient incarcérés dans les prisons et bagnes coloniaux ; avec une poignée d’avocats vietnamiens et français, Me Trinh Dinh Thao s’attache à défendre les militants nationalistes que l’administration judiciaire qualifie de « criminels de droit commun » mais qu’ils cherchent à démontrer comme des militants nationalistes, et à faire reconnaître leur statut de prisonniers politiques. En effet, c’est une période de troubles, surtout dans les campagnes où les mouvements clandestins se propagent plus facilement. Cela commence à inquiéter les administrateurs français, et s’ensuit ainsi une vague de répression policière contre les activités politiques subversives. De nombreux paysans sont suspectés par les Services de sûreté ou dénoncés comme des agents communistes, et condamnés à de lourdes peines de travaux forcés voire à la peine de mort. C’est l’époque de grands procès à vocation exemplaire tels que le procès de 121 « agitateurs communistes » en novembre 1933, devant la Cour Criminelle de Saigon. Les formules de l’auteur sont significatives : « À chaque fois je me révoltai contre l’impuissance de la profession d’avocat dans le régime colonial. » (p. 39). « C’était dans ce climat détestable que j’avais dû exercer le noble métier d’avocat défenseur des droits de l’homme contre l’arbitraire et l’injustice. J’avais été maintes fois informé par mes clients des méthodes employées par les services de la Sûreté et de la Police pour obtenir les aveux des suspects. » (p. 35). Parallèlement, il lutte également pour améliorer les conditions d’incarcération (notamment faire cesser les mauvais traitements infligés par les gardiens).

LaLutte36Il faut encore souligner le fait que l’histoire de l’engagement de Trinh Dinh Thao s’écrit également à l’échelon plus élevé de la lutte pour les libertés démocratiques : « La défense des droits des détenus politiques n’était qu’un des aspects de notre lutte légale pour la reconnaissance des droits et des libertés de la population cochinchinoise. » (p. 42). Il s’insurge en effet contre un milieu politique vietnamien policé, dans lequel domine le consensus politique de collaboration étroite entre les Français d’origine et les Vietnamiens naturalisés dont les intérêts économiques sont identiques. Cet engagement passe aussi par sa participation à La Lutte (1933-1938), qui publie des articles virulents de dénonciation des abus et exactions des propriétaires terriens au nom du combat contre l’injustice sociale. Ce journal fut saisi maintes fois, ses collaborateurs gardés à vue, ce qui n’empêche pas le mouvement de continuer à étendre son influence auprès de la classe moyenne. Enfin, il faut dire un mot de son engagement au service de la liberté des cultes, à la fin des années 1930 surtout : notamment le Caodaïsme, mouvement religieux syncrétique dont il est fait conseiller suprême du fait des services rendus, mais aussi le protestantisme (intervient auprès du gouvernement de Vichy en faveur d’une mission protestante qui commençait à s’implanter en Indochine) ou encore la religion Hoa Hao.

Du premier gouvernement national à la déchirure nationale

La deuxième partie de l’ouvrage concerne la période 1945-1968, au cours de laquelle est proclamée l’indépendance puis les guerres contre la France et les États-Unis. À cette époque, l’avocat se consacre à de multiples campagnes pour une paix négociée et pour l’auto-détermination.

DeQuocVietNam_flag
Drapeau national de l’Empire du Viêt Nam (1945)

1945 constitue un tournant dans l’histoire du Vietnam et dans la vie de Trinh Dinh Thao. Le 9 mars, l’Armée japonaise prend le pouvoir en Indochine et proclame l’indépendance du Vietnam. Le 16 mars, l’Empereur lui propose le poste de ministre de la Justice dans le premier Gouvernement du Vietnam libre présidé par Tran Trong Kim. Il fait donc le récit de son action en tant que Ministre de la Justice pour faire libérer les détenus politiques : « Ce que je n’avais pu faire en tant qu’avocat, je pourrai désormais le réaliser en tant que Ministre. » (p. 61). La croissante impopularité au Nord et l’engrenage des évènements font que le Viêt Minh, mouvement indépendantiste de Hô Chi Minh, s’empare finalement du pouvoir après l’abdication de Bao Dai par rescrit impérial le 24 août 1945. Trinh Dinh Thao s’engage dès cet instant dans des campagnes pour une paix négociée. Mais les autorités françaises rétablissent progressivement l’ordre dans toute l’Indochine après avoir refoulé la résistance au Sud et le gouvernement Viêt Minh. L’activité des nationalistes vietnamiens est dès lors soumise à une surveillance politique permanente, et leur marge de manœuvre légale est étroite. Trinh Dinh Thao est arrêté une première fois en avril 1949 pour activités subversives, subit des intimidations, puis est finalement libéré.

C’est ensuite le temps de la guerre franco-vietnamienne qui dure jusqu’en juillet 1954 (signature des Accords de Genève consacrant la partition du Vietnam). « Avec mes amis politiques, nous soutenions aussi la France, non pas la France colonialiste de jadis mais celle signataire des accords de Genève qui prévoyaient les élections libres en juillet 56 » (p. 103). Trinh Dinh Thao s’attache aux côtés des nationalistes vietnamiens « épris de la paix » à alerter l’opinion mondiale pour que les Accords de Genève ne fussent pas violés par les États participants. C’est dans ce cadre qu’est créé un Mouvement de la Défense de la Paix, qui organise des meetings de protestation contre l’introduction des armes et munitions américaines pour équiper l’armée sud-vietnamienne en violation des accords de Genève et diffuse un bulletin pour promouvoir la tenue des élections libres et la recherche de la paix au Vietnam. Leur action politique s’amplifie dans les grandes villes du Sud. Cependant, Ngo Dinh Diem, président du Sud, rejette les élections générales prévues pour juillet 1956 et commence à craindre pour sa légitimité auprès de la population. La réaction est brutale : arrestation des dirigeants du Mouvement de la Défense de la Paix les plus représentatifs. Trinh Dinh Thao est convoqué à la Direction générale de la Police par le chef du service des Enquêtes politiques, et soumis une nouvelle fois à la méthode d’intimidation policière, puis finalement libéré avec tous les membres du mouvement de la paix détenus.

De la lutte pour l’autodétermination…

La répression continue avec la consolidation du pouvoir de Ngo Dinh Diem grâce à l’appui des États-Unis, synonyme de l’édification d’un régime autocratique sur le plan interne. Les opposants au régime sont catalogués par les services de la police soit comme des nostalgiques de l’ancien régime colonial, soit comme sympathisants communistes. Les persécutions s’intensifient, notamment envers la religion bouddhique que Trinh Dinh Thao s’attache à protéger et à défendre, ce qui lui vaut une nouvelle arrestation. « Mon analyse était que le soulèvement de la population dépassait le cadre religieux, il reflétait plutôt l’expression d’un mécontentement politique et social non seulement contre le régime autoritaire de Diem mais encore contre la domination étrangère qui se manifestait par l’omnipotence de l’Ambassadeur des États-Unis. » (p. 113) Il est détenu pendant quatre mois, et finalement libéré de même que tous les détenus politiques suite à la chute de Ngo Dinh Diem en 1963 après la réussite d’un coup d’État – ce qui ne signifie pas pour autant une amélioration de la situation : « nous attendîmes en vain le retour à la paix et aux libertés démocratiques promises à la population par le nouveau chef de l’État. » (p. 120). Il reprend néanmoins normalement ses activités professionnelles, mais est témoin de la dégradation de la situation politique et militaire.

C’est la phase de l’américanisation de la guerre, et donc de l’intervention massive des forces armées des États-Unis. Lui est persuadé de l’importance de la non-ingérence étrangère et exhorte tous les patriotes à se rassembler pour constituer un mouvement national en vue de promouvoir le principe d’autodétermination du peuple sud-vietnamien. Cela occasionne la création d’un Mouvement d’autodétermination, dont les objectifs sont le retrait du Corps expéditionnaire américain et la libre détermination du peuple sud-vietnamien à résoudre le conflit. S’ensuivent beaucoup d’arrestations de signataires, et lui-même est à nouveau convoqué à la direction générale de la police et conduit au centre de détention, dont il est libéré à condition de signer une déclaration mentionnant qu’il avait été abusé en signant le manifeste et qu’il ignorait que le Mouvement d’autodétermination était noyauté par les communistes.

LMCLLDTDCHBVN
Drapeau de l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix (1968-1977)

Trinh Dinh Thao est ensuite de nouveau arrêté en 1967 lorsqu’il devient le vice-président du Mouvement gouvernemental de la paix au Sud-Vietnam, comme principal instigateur du mouvement. Cela constitue l’une des mesures de politique intérieure de dissuasion à l’égard des nationalistes partisans de la paix avec le Front national de libération du Sud Viêt-Nam (FNL). Après cinq mois de détention, il est traduit devant le Tribunal militaire d’exception « pour atteintes à l’ordre public en temps de guerre » (p. 139), et accusé de vouloir « renverser le gouvernement légitime du Sud Vietnam au profit du gouvernement communiste du Nord. » (p. 140). Des verdicts sévères sont prononcés (3 à 20 ans de travaux forcés), mais lui est acquitté. Il est plus tard de nouveau interpellé, gardé à vue pendant dix jours puis libéré dans le cadre de l’affaire de l’agent double Ba Tra en 1968, qui représente un exemple type d’opération destinée à réprimer les activités des nationalistes en faveur de la résistance (l’avocat est en effet piégé par un agent double qui vient à son cabinet lui demander des consultations).

… au maquis du FNL

La troisième partie concerne enfin les années 1968-1975, et par là son engagement aux côtés du FNL-Sud Viêt Nam. « Depuis les années 1956, mes compagnons de lutte dans les mouvements pacifistes soit avaient rejoint le maquis pour prendre des hautes responsabilités au sein du FLN [FNL] soit avaient été arrêtés et condamnés à de longues peines de prison dans les geôles du régime de Saigon. J’étais parmi ceux qui « survivaient » entre deux séjours à la Direction Générale de la Police. » (p. 151). En 1966, Trinh Dinh Thao se rallie ainsi finalement au FNL qui prépare une contre-offensive générale dans les grandes villes. Les objectifs visés sont le renversement du gouvernement de Nguyen Van Thieu en vue de constituer un cabinet de coalition regroupant les membres du FNL et les personnalités nationalistes du Sud-Vietnam ; le retrait du Corps expéditionnaire américain et de ses Alliés ; la réconciliation entre les deux factions sud-vietnamiennes sans aucune ingérence étrangère. L’avocat décide donc de rejoindre le maquis pour assurer la présidence de « l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix ».

Alliance&FNLSVN_1969
Congrès de la résistance sud-vietnamienne fondateur du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire le 6 juin 1969. On distingue le drapeau de l’Alliance et celui du FNL Sud-Viêt Nam.

Sa mission y est de promouvoir l’adhésion de tous les intellectuels nationalistes dans les régions libérées et de conduire une délégation de l’Alliance auprès des pays étrangers pour obtenir la reconnaissance officielle du FNL. « Mon combat depuis plus de 22 ans pour soutenir la Résistance dans la zone urbaine arrivait à son terme, le FLN [FNL] entrait dans la phase de la politique internationale qui nécessiterait une collaboration plus active des personnalités représentatives du Sud-Vietnam. J’étais fermement convaincu que ma présence au maquis serait plus utile à la Résistance que le fait d’être à nouveau emprisonné dans les geôles de Thieu. » (p. 154) (il est en effet condamné à mort par contumace avec séquestration de tous ses biens). Il passe huit mois au maquis du Sud, puis il est invité par le Gouvernement de la RDVN pour une visite officielle à Hanoi avant son départ en mission à l’étranger au printemps 1969 : il remonte ainsi vers le Nord par la piste Hô Chi Minh – la route du front reliant Nord et Sud. Il est reçu solennellement par les membres du Gouvernement de Hanoï et ses compatriotes sudistes regroupés au Nord, et reçoit la visite du Président Hô Chi Minh et du Premier ministre Pham Van Dong. C’est la première et dernière fois qu’il rencontre Hô Chi Minh ; il évoque « la joie des retrouvailles d’un révolutionnaire du Nord et d’un nationaliste du Sud. » (p. 160) ; il aura été son compagnon de route pendant toute sa vie.

Dernières missions diplomatiques et désillusions d’après-guerre

Trinh Dinh Thao effectue ensuite des missions diplomatiques à l’étranger ; à Pékin et au Cambodge notamment, où il s’entretient avec Zhou en Lai et Sihanouk (il évoque leurs « souvenirs communs » en France et à Saigon, car ils sont tous les trois de culture française, ce qui explique qu’ils aient pu « établir les bases d’une compréhension commune des problèmes spécifiques à chacun de nos pays car nous étions animés du désir de vivre ensemble dans la paix et dans la concorde. » (p. 162). Il se rend ensuite URSS, en Europe de l’Est, en Corée, puis il revient à Saigon en 1975 après le succès de l’offensive du printemps et la prise de pouvoir par les communistes pour assumer les pouvoirs dévolus au Gouvernement Révolutionnaire Provisoire.

Les dernières pages expriment une certaine désillusion. Jusqu’à sa mort en 1986, il vit en semi-retraite comme député à l’Assemblée nationale. Peut-être est-ce son fils qui parle, avec le recul dû aux années ; il évoque en tout cas la façon dont il a tenté de rassurer ses anciens amis et compagnons de lutte, des intellectuels idéalistes et nationalistes qui avaient lutté pour la paix et la liberté et toujours soutenu la résistance malgré la répression policière des régimes de Diem et de Thieu. Mais lui-même est assez amer face à la réunification hâtive du Vietnam et la marche forcée vers le collectivisme qui fut dramatique pour la population du Sud, à l’encontre de l’idéal sous lequel il a placé sa vie. « Ils espéraient vivre dans un pays libre et indépendant et se retrouvaient dans un régime où les libertés fondamentales étaient absentes. Ils furent témoins des atteintes à la dignité humaine en assistant au transfert forcé de la population vers les insalubres zones de développement économique et à la déportation sans jugement de leurs parents et alliés, anciens cadres de l’armée et de l’administration, dans les camps de rééducation. Ils durent subir les conséquences désastreuses des erreurs commises dans l’accélération de la collectivisation de l’économie du Sud avec la suppression de la propriété privée, la démonétisation, la fixation arbitraire de prix d’achat et de vente des produits agricoles et la nationalisation de l’industrie et du commerce. À leurs doléances je n’avais pu leur opposer que des raisons d’État qui justifiaient la brève existence du GRP et la réunification hâtive des deux Vietnam » (p. 169). « Les héritiers de « l’oncle Hô » avaient accompli son testament politique par la réunification du Vietnam mais ils avaient oublié ses dernières recommandations. « Au Sud », disait-il, « il faut suivre le rythme sinueux et lent du Mékong vers son embouchure. Précipiter le mouvement de collectivisation risquerait de provoquer la résistance passive de la population, ce qui pourrait aboutir à son échec ».  Je regrettai surtout que la politique de concorde et de réconciliation n’avait pu être réalisée au Sud-Vietnam pour que mes proches et amis ne s’exposassent pas aux périls et souffrances des « boat people ». Certains m’avaient reproché d’avoir contribué à la ruine et à la misère au Sud. Ils ne croyaient plus à la justesse de mon choix politique, à ceux-là je répondrai que l’Histoire jugera que mes 50 années de lutte pour la Justice et la Dignité n’avaient pas été détournées de leur objectif final. » (p. 170).

* * *

Cette autobiographie retrace donc la trajectoire d’un « intellectuel pris dans la tourmente révolutionnaire », profondément patriote mais déclarant : « Je n’appartiens à aucun parti politique, je ne suis qu’un homme qui aspire à la paix pour son pays ». L’étudier a été l’occasion de connaître la vie exemplaire d’une prise de conscience, d’un engagement, et d’une aspiration à la sagesse politique pour laquelle l’auteur aura combattu toute sa vie. Pour l’historien, il est intéressant d’étudier un exemple de nationalisme libéral et démocratique du Sud, d’un patriotisme éclairé formé à l’école occidentale autour des problématiques de l’État-nation, des droits de l’homme et de l’autodétermination des peuples.

Louise Gatinot, ENS de Lyon

Image « à la une » : Membres de l’Alliance des Forces Nationales de la Démocratie et de la Paix au Viêt-Nam (Liên minh các Lực lượng Dân tộc Dân chủ và Hòa bình Việt Nam) : Le vénérable Thích Đôn Hậu, l’avocat Trịnh Đình Thảo, le professeur Lê Văn Hảo et Mme Nguyễn Đình Chi (Coll. NĐX).

_______________

Louise Gatinot est étudiante en master 1 d’histoire moderne à l’ENS de Lyon. Elle travaille sur l’engagement et la radicalisation politique des membres du Mouvement Ibérique de Libération et des Groupes d’action révolutionnaire internationalistes, en France et en Catalogne, de 1968 à 1974.

Feu vert patriotique et contradictions vietnamiennes

La fin de la semaine dernière aura été marquée par trois événements importants : la vingtième journée annuelle des droits de l’homme pour le Viêt-Nam qui s’est déroulée le 9 mai à Washington, la fête des mères (Ngày của Mẹ) le dimanche 11 mai et la fin de la fête anniversaire du Bouddha (Vesak 2014) qui s’est également terminée le 11 mai. Ces trois événements ont été partiellement occultés par la dimension explosive qu’a pris la question des Paracels (Hoàng Sa). Comme l’avaient annoncé plusieurs associations de la société civile, le Viêt-Nam a connu une fin de semaine marquée par d’importantes manifestations contre la Chine. Celles-ci ont commencé le vendredi 9 mai devant l’ambassade de Chine à HCM-Ville puis les 10 et 11 mai avec beaucoup plus d’intensité dans les grandes villes du pays [1]. Le dimanche 11 mai, le rue vietnamienne s’est exprimée avec fougue. Des milliers de citoyens ont défilé à Hanoi, Hue, Danang ou Ho Chi Minh-Ville. Environ 5000 étudiants ont manifesté pacifiquement dans le centre ville de la métropole du Sud [2]. On avait rien vu de cette ampleur depuis le mois de juin 2011.

BieuTinhChongTrungQuoc_2014
Manifestation devant le consulat de Chine à HCM-Ville le 10 mai 2014

Ces manifestations tolérées par le régime ne sont pas dues au hasard. En effet, avec l’organisation par l’Association des avocats d’Ho Chi Minh-Ville le 10 mai d’un meeting sur cette crise, le feu vert avait été clair [3]. L’idée première du pouvoir était de se servir de la rue pour appuyer les protestations officielles du gouvernement vietnamien qui ne décolère pas devant les empiètements répétés de la Chine populaire. En second lieu, les manifestations permettaient de donner une résonance internationale à cette crise [4]. Comme à l’époque de la guerre, les communautés favorables au régime furent mobilisées à l’étranger par exemple en Allemagne (à Berlin), en République Tchèque ou au Japon [5]. La plupart des slogans véhiculés ce dimanche n’avaient rien de subversifs, ils déclaraient leur soutien sans réserve au Parti, à l’Armée dans leur combat contre la Chine. D’autres visaient indirectement le seul parti au pouvoir, le Parti Communiste Vietnamien (PCV), accusé d’avoir mené le pays à la situation présente à cause de sa mauvaise gestion des affaires en mer orientale. En particulier, le communiqué de presse du 9 mai des principaux opposants au régime proclamait avec une once de surenchère : « Nous condamnons fermement les actes d’agression de la Chine qui ont violé la souveraineté du Viêt-Nam, dans le même temps nous exprimons notre opposition à la veule, lâche et inacceptable attitude du gouvernement vietnamien » [6]. Plus mesurée, une déclaration commune de vingt organisations politiques exilées demandait une réponse forte du gouvernement vietnamien, appelait à une mobilisation de la population toute entière mais exigeait aussi la libération de tous les prisonniers de conscience et la condamnation officielle de la Chine par les instances juridiques internationales [7]. Ainsi, les manifestations et déclarations politiques de la fin de semaine ont-elles montrées un double visage : celui du nationalisme pur et dur, largement majoritaire, et celui de la contestation interne, minoritaire et encore timide mais terriblement gênante pour le pouvoir en place.

Que penser de ce regain de patriotisme à double tête ? Les tenants du national-communisme version « Viêt-Nam – Hô Chi Minh » ont pu proclamer leur soutien sans faille au gouvernement vietnamien en mettant l’idéal patriotique au-dessus de tout. « La Patrie avant tout », « la nation en danger » figuraient en bonne place dans les slogans de ce courant. Pour les tenants d’une contestation plus vive à la fois anti-chinoise et antigouvernementale, la manifestation du 11 mai présentait tous les ingrédients d’une « manifestation d’État », d’une « manifestation à orientation socialiste » (non sans humour) promue et autorisée par un régime en quête de soutien populaire [8]. A l’inverse de la posture officielle, certains dissidents ou blogueurs s’étaient même interdits de rejoindre les cortèges téléguidés par le pouvoir pour conserver leur intégrité critique et intellectuelle. Mais en réalité, rien n’est aussi simple. La blogueuse Pham Thanh Nghien, assignée à résidence à Haiphong, avait appelé à manifester tandis que le net-citoyen Nguyen Lan Thang exprimait son refus [9]. Du côté des intellectuels critiques, si de nombreuses figures incitèrent leurs compatriotes à rejoindre les rangs anti-chinois, le professeur Tuong Lai, depuis HCM-Ville, protesta publiquement contre les mots d’ordre antigouvernementaux affichés dans l’appel des membres de la société civile [10]. Il mettait en avant le soutien indéfectible et unitaire dont devait bénéficier le gouvernement en ces temps de vives confrontations, par média interposés, avec la Chine. Il considérait qu’attaquer le gouvernement dans ce contexte de crise régionale consistait en une erreur politique et que la solidarité nationale devait primer. En d’autres termes, critiquer le gouvernement et donc l’affaiblir revenait à faire le jeu de la Chine.

ToQuocTrenHet_2014
« La patrie avant tout »

D’autre blogueurs, et cela reste le principal tracas de la Sécurité publique, ont exprimé à la fois leur patriotisme et leur rejet de la politique gouvernementale jugée globalement trop timorée voire « à la botte des Chinois ». Ils ont également placé le Parti-État devant ses propres contradictions. Comment peut-on à la fois emprisonner les blogueurs qui défendent un patriotisme anti-chinois (alertant l’opinion publique depuis des années sur le « danger chinois ») et vouloir promouvoir ce même patriotisme au sein de la société vietnamienne ? Cela donne à voir qu’il co-existe en réalité deux formes de patriotisme qui s’opposent, le premier légal et aux ordres du Parti, le second illégal, volatile, rebelle et difficile à contrôler ou à mesurer. Ce trait de politique intérieure n’est d’ailleurs pas spécifique au Viêt-Nam. Il traverse souvent les États, démocratiques ou non, bousculés dans leur légitimité.

La seconde contradiction concerne les relations sino-vietnamiennes sur un plus long terme. On le sait, la Chine a toujours eu cette image ambivalente de modèle et de menace pour le Viêt-Nam. A l’ère contemporaine, les deux pays possèdent à leur tête deux partis communistes omnipotents qui furent tout au long du XXe siècle successivement amis puis ennemis et de nouveau amis. Les relations entre les deux Partis-États sont en principe bonnes et régulièrement confirmées par des visites amicales. Cependant l’affaire des Paracels a mis le feu aux poudres alors que l’on pouvait considérer cette affaire close depuis la fameuse note diplomatique signée de la main de Pham Van Dong et adressée à la Chine populaire le 14 septembre 1958. Acte malheureux à une époque où le Nord Viêt-Nam avait grand besoin du soutien chinois pour mener sa révolution socialiste intérieure puis sa guerre d’unification contre le Sud. Pendant ce temps, la République du Viêt-Nam (l’ancien Sud Viêt-Nam soutenu par les Etats-Unis) défendait les armes à la main les îlots contestés mais perdait la bataille navale en 1974 avant la fin de la guerre [11]. En 1988, dans un contexte de tension extrême avec la Chine, le Viêt-Nam réunifié (RSVN) se lançait lui aussi dans la bataille (cette fois-ci dans la zone maritime des îles Spratleys) sans succès. Depuis lors, les Paracels avaient été un peu oubliées du fait de la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays communistes à partir de 1992 et du développement d’un nouveau partenariat politique et économique.

LuoiBoCependant, les actions récurrentes de la Chine contre des pêcheurs vietnamiens depuis quelques années – l’année 2011 consistant en une sorte d’apothéose – ont ravivé la question des îlots perdus au mois deux fois militairement par les Vietnamiens. Ces derniers n’ont jamais accepté la défaite faisant valoir qu’historiquement ces îlots appartenaient à l’empire vietnamien (Dai Viêt) depuis des siècles. L’affaire est donc compliquée car, de son côté la Chine communiste, a régulièrement affirmé que la mer méridionale faisait partie intégrante de son immense domaine maritime. Le fameux tracé chinois en mer de Chine fut caricaturé par les Vietnamiens en une « langue de bœuf » effrontée. La Chine affiche ces dernières années sa présence militaire et stratégique dans la région de façon unilatérale et sans complexe. Le Viêt-Nam a tout fait pour porter l’affaire au niveau international. Mais l’impact de cette diplomatie nécessaire reste mitigé. Au dernier sommet de l’ASEAN (le 24e) qui vient de se dérouler à Nay Pyi Taw, la capitale du Myanmar, l’organisation régionale des dix pays d’Asie du Sud-Est n’a émis qu’une protestation de forme se gardant bien d’attaquer la Chine de front [12]. Au Viêt-Nam de régler ce différend de manière pacifique avec son grand voisin. La marge de manœuvre de la RSVN est donc très faible. Va-t-elle oser s’engager dans un court et bref conflit maritime comme en 1988 ? La Chine va-t-elle également faire tonner le canon pour donner une leçon à son insolent voisin ? Comment vont réagir les opinions publiques des deux pays ? Quel impact sur l’économie vietnamienne ? Autant de question qui vont occuper les États-majors militaires, politiques et économiques ces prochains mois. Si l’on en croît le site des Syndicats d’Ho Chi Minh-Ville, la guerre de l’information est déjà en cours par hackers interposés [13].

HaNoi_TuDoChoNguoiYeuNuoc
« Liberté pour les patriotes »

Du côté vietnamien, l’agitation officielle du nationalisme n’est pas sans danger et pourrait être reprise par la rue avec plus de force et de virulence. La RSVN n’a en réalité, compte tenu de ses bonnes relations politiques, rien à gagner à entrer en conflit avec la Chine populaire. Elle n’en a pas les moyens et le résultat risque fort d’être contre-productif. Seulement, tiraillée entre une partie de son propre appareil militaire très remontée et la pression constante exercée par la Chine, elle se doit de réagir pour ne pas perdre la face. Enfin, on peut observer qu’une grande partie de l’opinion publique vietnamienne commence à s’inquiéter de cette situation de crise et que les jeunes générations redoutent déjà un éventuel rappel sous les drapeaux pour « la défense de la patrie socialiste contre l’expansionnisme chinois ». Entre un nationalisme à fleur de peau illustré par un esprit de sacrifice toujours valorisé en temps de crise et une réponse mesurée, pacifique et pragmatique, le Viêt-Nam est à la recherche d’un équilibre aujourd’hui difficile à trouver.

FG

Position de la plate-forme chinoise dans les Paracels
Position de la plate-forme chinoise dans les Paracels © BienDong.net

Notes

[1] Pour un aperçu général, voir les dossiers photos sur le site de la BBC : Anti China Protest Gallery ; sur le site du parti Viêt Tân : Phóng sự hình ảnh cuộc biểu tình tại Hà Nội ngày 11/5/2014 et sur le blog Dân Làm Báo : Tường thuật Biểu Tình Yêu Nước 11.5.2014 – Cả nước xuống đường. Voir aussi l’article illustré du site Dân Trí : Người dân ba miền xuống đường phản đối Trung Quốc, Dân Trí, 11/05/2014 ; l’article de Diễn Đàn Forum et ses liens vers des reportages photographiques : Biểu tình lớn ở Hà Nội, TP. Hồ Chí Minh, Huế, Đà Nẵng. Voir également le tag « Bien Dong » sur le site « non-officiel » du Premier ministre vietnamien. Alors qu’il est actuellement emprisonné, le site de Ba Sàm (Nguyen Huu Vinh) est un des plus complets renvoyant à de très nombreux liens.

[2] Công Quang – Đình Thảo, Sinh viên TPHCM xuống đường biểu tình phản đối Trung Quốc, Dân Trí, 11/05/2014.

[3] NLĐO, Đồng lòng hy sinh để bảo vệ chủ quyền, Lao Dong, 10/05/2015 ; Chính quyền VN ‘bật đèn xanh’ biểu tình?, BBC, 10/05/2014.

[4] Như Tâm, Biểu tình phản đối Trung Quốc gây tiếng vang trên báo quốc tế, VN Express, 11/05/2014.

[5] Đức Vũ, Người Việt năm châu tiếp tục phản đối hành động của Trung Quốc, Dân Trí, 12/05/2014 ; My Loan, Người Việt Nam khắp thế giới đồng loạt phản đối Trung Quốc, Tuoi Tre, 12/05/2014. Une résonance internationale dûment relayée sur les sites vietnamiens ce matin.

[6] We resolutely condemn China aggression and Vietnam’s spineless acts, 09/05/2014.

[7] Tuyên bố chung của 20 tổ chức trên thế giới về giàn khoan TQ trong lãnh hải VN / Declaration of Vietnamese organizations all over the world re. the Chinese Haiyang 981 RIG in Vietnam’s waters.

[8] Mặc Lâm, Khắp nước biểu tình chống Trung Quốc, RFA, 10/05/2014.

[9] Anh Vũ, Biểu tình chống TQ xâm lược: Nên tham gia hay không?, RFA, 09/05/2014.

[10] Giáo sư Tương Lai: Phản đối quyết liệt mưu đồ chính trị của tổ chức phản động DĐXHDS, Truong Sa Hoang Sa Info, 11/05/2014.

[11] De fait les Paracels à hauteur de Danang au Centre du Viêt-Nam relevaient de la République du Viêt-Nam (Sud) sur le plan international et non de la RDVN (Nord). Voir : Từ Đặng Minh Thu, Chủ quyền trên hai quần đảo Hoàng Sa và Trường Sa. Thử phân tích lập luận của Việt Nam và Trung Quốc, Thoi Dai Moi, so 11, 07/2007.

[12] Mike Yves & Thomas Fuller, Vietnam Fails to Rally Partners in China Dispute, New York Times, 11/05/21014.

[13] Chánh Trung, Hàng trăm website bị hacker Trung Quốc tấn công, Nguoi Lao Dong, 12/05/2014.

8 mars 2013 : Trois vietnamiennes d’honneur à l’honneur

La journée internationale des droits des femmes de ce 8 mars 2013 est l’occasion de mettre l’accent sur le destin de quelques-unes d’entre elles. Si notre collègue Juliette Lancel a raison de rappeler l’origine « léniniste » de cette journée mondiale[1], il ne faut pas oublier qu’au Viêt-Nam, les révolutionnaires Phan Boi Chau (1867-1940) et Nguyen An Ninh (1900-1943) contribuèrent fortement à la reconnaissance du rôle sociopolitique des femmes [2].

Le 9 décembre 2012, à l’occasion du 64ème anniversaire de la Journée mondiale des droits de l’homme, le prix vietnamien 2012 des droits de l’homme était solennellement remis à trois femmes dont une est encore incarcérée au Viêt-Nam. La cérémonie s’était tenue à la Maison de la Culture de Côte-des-Neiges de la ville de Montréal. Elle avait été organisée en coopération par le Vietnam Human Rights Network (VNHRN) et la Communauté des Vietnamiens Nationalistes de la région de Montréal, sous le parrainage de 18 organisations vietnamo-canadiennes et le soutien de la communauté vietnamienne de San Diego aux États-Unis ou encore l’Association internationale des Médecins du Viêt Nam libre [3].

TroisLauréates

La cérémonie s’était déroulée dans une atmosphère solennelle dans les deux langues française et anglaise. Le Dr Nguyen Tung Ba, chef du réseau VNHRN, précisait à cette occasion le sens de la remise du prix vietnamien des droits de l’homme à ces trois femmes.

Le Vietnam Human Rights Award de cette année revêt une signification particulière car les trois femmes honorées sont des activistes qui se dressées pour défendre les droits des gens ordinaires. Ces trois activistes, la blogueuse Ta Phong Tan, Mme Pham Thanh Nghien et Mme Huynh Thuc Vy ont surmonté la peur suscitée par l’oppression et la tyrannie. Le régime peut les persécuter physiquement mais il ne pourra pas subjuguer leur combat pour la liberté, la dignité et la justice [4].

Rappelons succinctement le parcours de ces trois femmes ordinaires au destin remarquable.

PhamThanhNghienPham Thanh Nghien, l’honneur de la patrie

Pour ses prises de position antichinoises sur internet, cette jeune militante pro-démocrate de 34 ans a été arrêtée le 18 septembre 2008 et jugée à Haiphong le 29 janvier 2010 lors d’un procès en huit-clos. Elle fut condamnée à quatre années de prison ferme suivies par trois années d’assignation à résidence (jusqu’en septembre 2015). Libérée le 19 septembre 2012, Pham Thanh Nghien poursuit actuellement son combat « à la maison » en tirant également l’expérience de son emprisonnement qui lui révéla la face cachée du régime. Elle faisait part de son état de santé affaibli à sa sortie de prison en septembre 2012. De petite taille et très déterminée, cette « courageuse fille », comme le note RFA, donne du fil à retordre à la Sécurité publique de Hai Phong qui mobilise des dizaines de policiers pour la surveiller [5]. Elle incarne l’honneur du petit Viêt-Nam face aux ambitions militaires chinoises en Mer orientale.

A propos de la remise de ce prix, elle déclarait :

« Plus que toute autre, je sais qu’il existe beaucoup de gens plus méritants que moi. Qui sont-ils ? Ce sont mes prédécesseurs, ceux qui m’ont ouvert la voie, ceux qui sont sortis temporairement des prisons communistes, ceux qui doivent vivre encore entre quatre murs. Ce sont ceux qui, publiquement ou dans l’ombre, déploient leurs efforts, leur intelligence pour accomplir un rêve simple mais grandiose : Le rêve d’un Vietnam libre » [6].

HuynhThucVyHuynh Thuc Vy, l’honneur familial

Le profil de cette jeune femme de 28 ans est étonnant. Sur les pas de son père Huynh Ngoc Tuan, ancien prisonnier politique, elle a pris la plume sur la toile pour manifester son soutien au multipartisme et à la démocratie tout en invitant les jeunes de son âge à s’intéresser aux questions politiques et sociales de son pays. Invitée de deux reportages vidéographiques de Radio Free Asia dans lesquels elle relate ses déboires avec la police et ses désirs de démocratie, elle dut subir très jeune une forme de discrimination sociale due au destin particulier de son père. Ce dernier, à travers ses articles et nouvelles littéraires, s’est souvent insurgé contre les injustices sociales, pour la défense des droits de l’homme et le multipartisme. Cet engagement précoce dans les années 1990 l’a mené tout droit en prison. Il fut arrêté en octobre 1992 pour avoir voulu transmettre à l’étranger un recueil critiquant la politique de l’Etat-Parti. Condamné à 10 ans de prison et 4 années d’assignation à résidence, il fut de nouveau libre en 2006. Cette longue épreuve carcérale ne l’empêcha pas de poursuivre ses activités en rédigeant ses mémoires de prison et d’intégrer le Bloc 8406, un regroupement publique de citoyens pro-démocrates, créé justement le 8 avril 2006 [7]. L’honneur de sa fille Thuc Vy se décline en un engagement familial et citoyen [8]. Pour avoir, semble-t-il, rédigé un article sur les événements du 30 avril 1975, Thuc Vy fut kidnappée le 5 juillet 2012 par la sécurité publique de sa province natale (Quang Nam) alors qu’elle se trouvait à Saigon pour manifester [9]. Elle fut reconduite secrètement dans sa province et relâchée. Depuis 2011, sa famille est régulièrement harcelée par les forces de sécurité locales. La jeune fille a clairement expliqué dans un long entretien à la BBC ses motivations profondes :

« Nous, les jeunes Vietnamiens, nous aspirons à une société libre et démocratique au Viêt-Nam, une société réellement libre et démocratique (« chúng tôi – những người trẻ Việt Nam – mong muốn có một xã hội tự do dân chủ ở Việt Nam, một xã hội tự do dân chủ thật sự ở Việt Nam ») » [10].

TaPhongTan2Ta Phong Tan, l’honneur des petites gens

Mais la bête noire du régime est sans doute l’ancienne policière Ta Phong Tan devenue blogueuse pour défendre une certaine idée de « la justice et de la vérité » comme le rappelle le titre de son blog. Après avoir quitté la police, elle débuta une carrière de journaliste indépendante en 2004, ce qui la mena à ouvrir un blog en 2006 intitulé « Justice et Vérité » (Công lý và Sự thật) en proposant des sujets de reportages sociaux notamment sur les violences policières et la corruption. Ce blog politique, un des premiers du genre, devint très rapidement populaire. Accompagnée de deux autres blogueurs (Nguyen Van Hai et Phan Thanh Hai), elle mis sur pied le « Club des journalistes vietnamiens libres ». Pour cet activisme dérangeant, elle fut arrêtée ainsi que les deux autres membres du Club en septembre 2011. Tous les trois furent condamnés en octobre 2012 pour propagande anti-étatique à de lourdes peines de 4 (Phan Thanh Hai), 10 (Ta Phong Tan) et 12 ans d’enfermement (Nguyen Van Hai).

Destin éminemment tragique pour Ta Phong Tan puisque quelques jours avant la tenue du procès (reporté à trois reprises), Dang Thi Kim Lieng, sa mère se suicidait par le feu le 30 juillet 2012 devant un bâtiment administratif en signe de protestation contre le sort réservé à sa fille. La pauvre mère désespérée devait décéder des suites de cette immolation. Les peines des trois blogueurs ont été confirmées en appel le 28 décembre 2012. Depuis le 15 août 2012, Ta Phong Tan bénéficie d’une entrée sur Wikipedia (english) qui retrace en détail son parcours d’activiste [11].

« Everybody knows that I don’t belong to any organization or political party. I don’t call for the overthrow of the regime and I have violated no laws. I am just a journalist, a free-thinker who writes about things I see and hear. I analyze the problems of society from my own point of view, I say what I think is wrong with our government. I denounce anything I believe is unjust, things that my friends and I have suffered directly, and I speak out for ordinary people who are victims of injustice. That is why the government wants to silence me » [12].

Femmes de courage

Ta Phong Tan, aujourd’hui emprisonnée, vient de recevoir le prix des Femmes courageuses décerné chaque année à quelques femmes qui se sont distinguées par un courage particulier [13]. Cette année, dix femmes d’exception recevront de la Première dame américaine, Michelle Obama, l’invitée d’honneur de la cérémonie, le Prix international femme de courage du Secrétaire d’État américain. Les élues pour ce prix sont :

  • Mme Fartuun Adan, directrice exécutive de Elman Peace and Human Rights Centre (Somalie)
  • Mme Malalai Bahaduri, Premier Sergent, Afghan National Interdiction Unit (Afghanistan)
  • Mme Julieta Castellanos, Recteur, Université nationale autonome du Honduras (Honduras)
  • Mme Samira Ibrahim, coordonnatrice de Know Your Rights (Egypte)
  • Mme Elena Milashina, journaliste, militante des droits de l’Homme (Russie)
  • Mme Nirbhaya “Fearless,” militante de la justice (Inde), décédée.
  • Dr Josephine Obiajulu, présidente de Campagne pour la démocratie (Nigeria)
  • Mme Ta Phong Tan, blogueuse (Vietnam)
  • Mme Tsering Woeser (Wei Se), auteure, poète et blogueuse tibétaine (Chine)
  • Mme Razan Zeitunah, avocate des droits de l’Homme et fondatrice des Comités de coordination locaux (Syrie) [14]

Selon le communiqué officiel, il est rappelé que ce prix « récompense chaque année les femmes dans le monde qui ont fait preuve d’un courage et d’un leadership exceptionnels dans la défense des droits et la responsabilisation des femmes, souvent en s’exposant elles-mêmes à de grands risques. Depuis sa création en 2007, le Prix a été décerné à 67 femmes de 45 pays différents » [15]

BaoLucChongDanOanVietNam
Violence policière contre une paysanne en 2010

* * *

En persécutant ces trois femmes de tête, les autorités de la RSVN lancent un signe à toutes les autres Vietnamiennes qui oseraient défier le pouvoir qu’elles soient paysannes, enseignantes, ouvrières, intellectuelles ou lycéennes. Et il faut le dire, dans les conflits sociaux actuels, les femmes, notamment les paysannes et les ouvrières, sont en première ligne. Ce sont elles qui affrontent la police et les milices lors des expropriations, ce sont encore elles qui montent à la ville pour tenir sitting devant les organismes du pouvoir, ce sont majoritairement elles qui nourrissent ce pays en plantant et récoltant le riz. Quoi de plus naturel que d’autres femmes dénoncent ouvertement les injustices dont ces « indignées » (dân oan) sont la cible, des violences dont elles sont victimes et se fassent le relais des nobles idéaux de justice et d’égalité qu’elles portent.

Prenant fait et cause pour leurs compatriotes méprisés, en aucun cas il ne s’agissait pour ces net-citoyennes de faire de la « propagande contre l’État » comme le stipule l’article 88 du code pénal et qui est d’emblée systématiquement utilisé par les actes d’accusation dans ce genre d’affaire. Il s’agissait pour elles d’exercer le droit le plus élémentaire d’expression, de communication et de partage d’information sur des sujets de société qui touchent directement les Vietnamiens dans leur vie quotidienne, un droit fondamental qui peut coûter dans le Viêt-Nam socialiste jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

En réalité, le pouvoir communiste condamne l’activisme sur la toile dans ce qu’il a de plus dangereux à ses yeux : être un espace libre de discussion et d’échange avec des Vietnamiens de l’étranger engagés politiquement contre le régime policier et farouches militants pour l’instauration de la démocratie. C’est ainsi que des échanges sur les blogs entre « ceux de l’intérieur » et « ceux de l’extérieur » sur le destin politique du Viêt-Nam peuvent être assimilés à de la propagande anti-étatique, voire à un acte de subversion visant à « renverser le gouvernement populaire » selon la rhétorique habituelle comme l’a démontré le procès des 14 jeunes catholiques de Vinh. Mais cette rhétorique ne fait aujourd’hui plus sens et internet a définitivement changer la donne. Le transnationalisme a fait explosé les frontières intellectuelles entre ceux de l’intérieur et ceux de l’extérieur. Ils marchent désormais tous pour la même cause de transformation pacifique du Viêt-Nam en État de droit dans lequel seront garantis les droits des citoyens.

La remise de ces prix par tout un ensemble d’associations vietnamiennes de l’étranger et aujourd’hui par les autorités américaines démontre que d’une part, ce qui se passe au Viêt-Nam en matière de droits de l’homme est suivi de près par la communauté internationale, et d’autre part, vise à rendre publique le destin souvent oublié des femmes vietnamiennes. Forte de son expérience de 4 années d’enfermement pour une simple expression patriotique, à sa sortie de prison, Pham Thanh Nghien rappelait avec détermination dans une interview de Radio Free Asia : « Il n’y a aucune raison de ne pas poursuivre la lutte » [16].

 François Guillemot, 08/03/2013

Notes

[1] Juliette Lancel, « Le 8 mars ? Merci Lénine !« , Olim et nunc. Histoire et serendipité, 07/03/2013.

[2] Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 08 mars 2013. URL : http://genrehistoire.revues.org/255

[3] « 2012 Vietnam Human Right Award Ceremony in Montréal, Canada« , 12/09/2012.

[4] idem.

[5] Voir l’interview sur You Tube à sa sortie de prison : Phạm Thanh Nghiêm ra tù sau 4 năm

[6] Voir : « Lời phát biểu của Phạm Thanh Nghiên trong buổi trao Giải Thưởng Nhân Quyền 2012« , 05/01/2013.

[7] Voir les biographies détaillées de Huynh Thuc Vy et de Huynh Ngoc Tuan sur Human Rights Watch (en vietnamien), 20/12/2012.

[8] Voir l’article de la BBC : « Công an dọn đường để bắt chúng tôi« , 10/11/2011 et celui de RFA : « Gia đình blogger Huỳnh Thục Vy bị hàng chục công an hành hung« , 12/02/2011. Tous deux relatent la pression policière exercée sur cette famille.

[9] Voir son entretien à la BBC repris sur You Tube (Huỳnh Thục Vy kể chuyện bị bắt cóc, 05/07/2012).

[10] Lire l’interview : « Huỳnh Thục Vy nói về biểu tình và tự do« , 06/07/2012.

[11] Entrée Ta Phong Tan sur Wikipedia.

[12] Voir : FIDH/VCHR – Bloggers and Netizens Behind Bars. Restrictions on Internet Freedom in Vietnam, p. 23.

[13] Voir : Thanh Trúc, « Bộ ngoại giao Mỹ vinh danh Blogger Tạ Phong Tần« , RFA, 07/03/2013.

[14] Voir : « Trois femmes africaines recevront vendredi aux Etats-Unis des distinctions d’encouragement », Infos Plus Gabon avec  PANA, 05/03/2013 ; International Women’s Day: fearless, female and a force to be reckoned with, The Independent, 08/03/2013. Voir aussi le site officiel International Women’s Day 2013.

[15] idem.

[16] Phạm Thanh Nghiên: “Không có lý do gì không tiếp tục tranh đấu », RFA, 19/09/2012 (Khánh An, phóng viên RFA)

PhamThanhNghien_bieutinhonha
Pham Thanh Nghien manifestant chez elle : « Les Paracels et les Spratleys appartiennent au Viêt-Nam, enlevons la langue de boeuf chinoise [en forme de U sur la mer orientale], protégeons la patrie.
NB. Article revu et corrigé le 08/03/2013 à 22h00.