Archives par mot-clé : Nord-Vietnamiens

Nguyễn Thị Mai Hoa : Giúp đỡ quân sự của Liên Xô cho Việt Nam những năm chống chiến tranh phá hoại (1965-1972)

Soldats de la défense aérienne nord-vietnamienne dzavnt une rampe de missile soviétique SA-2  (cliquez pour agrandir)
Soldats de la défense aérienne nord-vietnamienne devant une rampe de missile soviétique SA-2 (cliquez pour agrandir)
© U.S. Air Force photo

[ndlr] Signalement d’un article intéressant et détaillé sur l’aide militaire soviétique à la République Démocratique du Viêt-Nam (Nord Viêt-Nam) entre 1965 et 1972.

Tiến hành kháng chiến chống Mỹ, cứu nước, trong cuộc đối đầu lịch sử với một đối phương mạnh hơn gấp nhiều lần, có tiềm lực kinh tế, quân sự vượt trội, Việt Nam luôn nhận được sự đồng tình, cổ vũ của các lực lượng khác nhautrên thế giới. Thắng lợi của cuộc kháng chiến chống Mỹ không tách rời sự ủng hộ quốc tế to lớn, trong đó có sự giúp đỡ của Liên Xô – quốc gia có nền công nghiệp quốc phòng hùng mạnh với những vũ khí chiến lược tối tân, hiện đại. Viện trợ quân sự toàn diện của Liên Xô, nhất là vào những thời điểm quan trọng của cuộc kháng chiến, đã tăng cường và tạo ra sức mạnh đáng kể cho Quân đội nhân dân Việt Nam.

1. Quyết định tăng cường viện trợ cho Việt Nam

Từ giữa những năm 60 (XX), ở Đông Nam Á diễn ra những thay đổi nhanh chóng. Mỹ tăng cường sự hiện diện, củng cố quyền lực trong khu vực, đẩy mạnh hỗ trợ các nước Đông Nam Á chống lại “nguy cơ của chủ nghĩa Cộng sản”. Trung Quốc – đối thủ cạnh tranh của Liên Xô, một mặt, vừa tiếp tục có thái độ thù địch với Liên Xô, vừa « tìm kiếm quan hệ với Washington để cân bằng địa vị với Liên Xô”[1], đẩy nhanh hòa hoãn với Mỹ; mặt khác, tích cực giúp đỡ Việt Nam chống Mỹ, thông qua Việt Nam mở rộng ảnh hưởng đối với các nước Đông Nam Á. Những sự kiện nêu trên minh chứng cho vị trí địa – chiến lược, địa – chính trị và địa – quân sự quan trọng của Đông Nam Á nói riêng, châu Á nói chung và tác động, ảnh hưởng, buộc Liên Xô phải nhìn nhận, cân nhắc lại quan hệ với khu vực này, khởi động lại chính sách châu Á. Trên con đường khẳng định vị thế, tham gia vào các vấn đề của khu vực, Việt Nam – quốc gia « điểm nóng » là sự lựa chọn thích hợp, « một kênh quan trọng giúp Liên Xô có thể thâm nhập vào Đông Nam Á, cô lập, ngăn chặn chiến lược mở rộng ảnh hưởng của Trung Quốc, không rơi vào thế yếu một khi Trung Quốc hòa hoãn với Hoa Kỳ »[2]. Chuyến thăm của Đoàn đại biểu Liên bang CHXHCN Xô-viết do Chủ tịch Hội đồng Bộ trưởng Liên Xô A.N. Kosygin dẫn đầu đến Việt Nam vào tháng 2-1965 là dấu mốc quan trọng, mở ra bước ngoặt trong quan hệ Việt – Xô với cam kết giúp đỡ toàn diện, cung cấp vũ khí củng cố khả năng phòng thủ của Việt Nam, chống lại sự tấn công bằng không lực của Mỹ. Đó là lựa chọn – như phân tích của Cục tình báo Trung ương Hoa Kỳ, « đảm bảo cho sự có mặt và ảnh hưởng lâu dài của Liên Xô ở Việt Nam (…). Đó cũng là cách Liên Xô giúp đỡ Việt Nam cộng sản chiến thắng – một chiến thắng không gắn với và khuyếch trương uy tín, thanh thế của Trung Quốc »[3].

Lire la suite : Van Hoa Nghe An, 13/02/2014.

  • Dernière parution : Nguyễn Thị Mai Hoa, Các nước xã hội chủ nghĩa ủng hộ Việt Nam chống Mỹ, cứu nước, Hà Nội, Nxb. Chính trị quốc gia – Sự thật, 2013.

Vietnam : les 30 jours de Saigon – un film de Jean-Pierre Moscardo [1975]

Affiche de propagande : "30/4/1975 Le Sud est complètement libéré" © Dogma Collection
Affiche de propagande : « 30/4/1975 Le Sud est complètement libéré » © Dogma Collection

Le 30 avril 1975 met fin de la guerre civile vietnamienne. Fin avril et durant le mois de mai 1975, le réalisateur Jean-Pierre Moscardo (1938–2010) filme la vie quotidienne à Saigon alors que la ville vient de tomber aux mains des divisions nord-vietnamiennes secondées par les forces de libération du Sud. Restitution d’un climat et d’une ambiance avec des images exceptionnelles sur la chute de la capitale de la République du Viêt-Nam, agrémentées de la participation et des commentaires de personnalités connues ou inconnues s’exprimant en français : Mme Nguyen Ngoc Dung, cadre révolutionnaire du FNL inspirée par Ho Chi Minh, Mme Ngo Ba Thanh, figure de la troisième force et le discours sceptique des anonymes ; un soldat nationaliste prêt à jouer le jeu de la réconciliation, une jeune fille de Saigon évoquant la censure à venir, un jeune officier anticommuniste attaché à la liberté du Sud et qui ne se fait aucune illusion sur le nouveau régime… De quoi faire réfléchir sur une réunification menée manu militari mais une réconciliation totalement manquée…

FG, 30/04/2013

Voir la suite sur YouTube

* * *

Discours croisés sur Saigon « libérée ou conquise »

  • Mme Nguyen Ngoc Dung, commandant du FNL, justifie le projet du nouveau Viêt-Nam révolutionnaire [extraits] :

Les Saigonnais et les Sud Vietnamiens en général, quelle est leur conception de ce mot « socialisme » ? Pour eux, c’est d’abord l’indépendance et la paix. Et pour cela, je sais que la grande majorité de la population sait que, avec les départ des Américains, avec l’effondrement du régime… euh satellite des Etats-Unis, nous aurons la paix, l’indépendance.

Question [Q] : Oui, mais excusez-moi, le socialisme ce n’est pas uniquement l’indépendance et la paix, c’est autre chose :

– C’est ça, pour eux, plusieurs ne connaissent pas ce qu’est le socialisme. Pour eux, ce qui compte, c’est une vie décente, avoir à manger, à se vétir, à s’instruire. Et pour nous le Gouvernement révolutionnaire provisoire, nous nous fixons ces objectifs. Ce sont nos objectifs les plus importants, de tâcher de faire en sorte que toute la population ait de quoi vivre, manger, se vétir et s’instruire. C’est le minimum, mais on fera tout pour que le niveau de vie soit amélioré et pour tout le monde, par pour une poignée d’hommes, de gens.

Q : J’ai remarqué, comme vous le dites, que beaucoup de gens au Sud Viêt-Nam sont prêts à adhérer à un effort de paix, de reconstruction, même s’ils doivent matériellement changer un peu de condition mais beaucoup ont peur, ce font une idée du socialisme telle qu’ils en ont peur, ils croient que c’est quelque chose de très austère, de très dur. Et ils ne sont pas prêts pour ça. Comment est-ce qu’on va leur expliquer ?

– Je crois que, je ne sais pas si je suis trop optimiste, mais je crois que ça va très très vite et cela grâce même aux gens de Thieu [Nguyen Van Thieu] qui avaient toujours trop dit de mensonges. Que maintenant quand on… comment dire, quand on voit qu’il y a des mensonges, par exemple ils disent que les communistes pour eux c’est des gens, des révolutionnaires, qui empêchent les gens d’organiser une partie de campagne pour se régaler avec des amis, ils… comment dire, … interdisent… Ils disent que les communistes interdisent les femmes à porter des pantalons blancs, à garder des ongles euh… rouges, etc. Alors quand les gens voient la réalité, alors ils sont…, ils se rendent bien compte que ce sont des mensonges et pour ceci alors ce sera aussi pour autre chose. Ils disent aussi que les enfants ne peuvent pas être avec les parents, ils seront regroupés et qu’il faut des permissions pour voir son enfant… Vous voyez, ils ne peuvent rien faire contre nous. Pour faire peur aux gens, ils inventent des choses et maintenant que la population tout d’un coup vit avec les révolutionnaires, ils voient que c’est le contraire.

Q : Qu’est-ce vous avez éprouvé lorsque vous êtes entrées dans Saigon avec les troupes de libération ?

– Naturellement, nous ne sommes pas surprises, nous avons que notre lutte doit s’achever par cette libération. Nous ne sommes pas tout à fait prises au dépourvu alors nous sommes très heureuses parce que notre lutte était si longue, si coûteuse en vies humaines et en biens que nous sommes débordées de joie parce que nous savons qu’enfin notre peuple peut terminer son chemin de souffrance.

Q : Vous avez ressenti que c’était la paix :

– Certainement, parce que nous savons que tant que les étrangers, les agresseurs étrangers sont encore sur notre sol, il n’y aurait pas de paix. Au temps de la première résistance contre les colonialistes français, c’était le président Ho Chi Minh qui nous a fait cette révélation, qui paraissait simple au début mais personne n’y pensait. Moi-même quand je faisais mes études, on disait que la mère-patrie était la France, alors nous nous disons est-ce que c’est le destin qui fait que nous soyons toujours des colonisés ? Et il y a beaucoup de gens, même presque tous les gens que je connaissais, pensaient vraiment que… on est des colonisés et c’est peut-être qu’on allait le rester jusqu’à la mort, éternellement quoi. Mais c’était le président Ho Chi Minh qui a dit que l’homme n’est pas fait pour être colonisé, tous les hommes doivent être libres. Et c’est la colonisation qui fait que nous avons été colonisés et qu’on peut être un peuple, des gens libres, indépendants comme les autres peuples. C’est une vérité qui paraît très simple mais on ne peut pas le savoir au début et il faut beaucoup de temps pour le savoir et y croire. Si je fais toujours référence au président Ho Chi Minh c’est parce que c’est lui qui nous a vraiment donné cette foi. Il a expliqué aux simples gens, aux femmes illettrées que pour nourrir un enfant il faut qu’il mange et bouchée par bouchée pour grandir. Il faut neuf mois et quelques… pour que le bébé soit tout fait, pour donner au monde un petit enfant. Et quand il est au monde, il a un an, et pourqu’il soit adulte, combien d’années il faut pour qu’un enfant soit adulte ? On ne peut pas avoir un pays indépendant d’un jour à l’autre. Et je crois que ce sont des vérités qui sont très simples et que tous les gens comprennent. Et on croit au jour de l’indépendance comme on croit que l’enfant qu’on nourrit va grandir et devenir une grande personne.

Tous nos combattants comprennent que les gens qui travaillent avec les Américains, les collaborateurs, les profiteurs de guerre, tout ça, pour la plupart, ils sont des victimes d’une politique d’assimilation ou bien [subissant] des contraintes par la force armée ou bien par le dollar pour faire ce travail. Nous nous sentons blessés profondément en nous-mêmes que nos propres compatriotes soient [?] ces victimes et le Front national de libération et le Gouvernement provisoire révolutionnaire dit toujours aux cadres et combattants que tout notre peuple, tous nos compatriotes sont d’un même peuple et s’il y a des collaborateurs c’est parce qu’il y a des agresseurs. Et temps que les agresseurs s’en vont, alors pour les collaborateurs qui ceux qui veulent toujours rester Vietnamiens honnêtes, ils sont accueillis par le peuple.

Q : Le nouveau pouvoir révolutionnaire ne va pas punir Saigon ?

– Parce que ce n’est pas la peine, c’est l’impérialisme qui nous divise et qui nous fait souffrir. Nous n’avons aucun intérêt à faire encore souffrir notre peuple en plus pour cela. Ce n’est pas une question de punition. Peut-être s’il y a punition ce sera pour ceux qui ont causé toute cette guerre, toute cette misère à notre peuple. Ceux là méritent d’être punis mais pas Saigon.

Q : Pour convaincre la population, est-ce que le nouveau pouvoir populaire va aller vite ou lentement ?

– Je crois que cela dépend du niveau de connaissance de la population. Par exemple, si vous avez une maladie, si je veux vous guérir de cette maladie, naturellement, je souhaite que ce soit le plus rapidement possible parce que tant que vous garder une maladie en vous, ça vous fait souffrir. Alors, je souhaite que ce soit rapidement. Mais il faut que vous preniez une dose nécessaire de médicaments pour vous guérir. Alors cette dose, pour un bon médecin, je ne parle pas d’un mauvais médecin qui vous fourre les choses (« pas de remède de cheval » réplique l’interviewer). Voilà, si on voit que ce n’est pas la peine de traîner le traitement, alors on donne une dose adéquate et, pour cela, on ne peut pas faire des prévisions sans se baser sur des données concrètes. Je crois que c’est tout à fait naturel, que nos compatriotes du Nord ne connaissent pas autant que nous la situation, le tempérament des gens, etc. c’est tout à fait naturel. Alors ce qui est important, c’est que nous sommes les… nous prenons en charge notre travail, nous écoutons nos amis du Nord comme d’autres amis qui peuvent nous donner des bons conseils mais c’est à nous de décider. Et pour éviter des… des actions qui sont trop, comme vous dites, en avance sur le tempérament des gens, nous travaillons collectivement pour discuter. Peut-être, je donne une formule qui est trop accélérée, alors il y en aura d’autres qui discutent, qui disent que maintenant il faudrait encore plus de temps je crois, c’est une travail collectif. Et ce qui est important c’est que ce sont nous qui décidons…

  • Mme Ngo Ba Thanh explique l’enjeu de la troisième force :

La victoire de la révolution dans ce sens [ne réside], non pas tellement, d’un choix, d’une option entre Nord ou Sud, entre deux options éventuelles, mais plutôt la synthèse de deux extrêmes dont nous troisième force devrions être en mesure, tout au moins c’est là notre rôle, de réaliser cette synthèse, en excluant ce qu’il y a de mauvais et en prenant ce qu’il y a de bon de part et d’autre pour faire cette synthèse dans l’intérêt supérieur de la nation. Et je conçois justement dans ce sens que le gouvernement futur, dans la mesure où il veut être… représentatif – non, dans la mesure où il veut euh… réussir doit représenter non… ne doit pas être un gouvernement d’une faction, d’un parti, d’une idéologie mais le gouvernement de toute la nation vietnamienne. Et c’est là le grand test. Est-ce que les leaders futurs seront en mesure de représenter non pas le parti communiste, le parti socialiste, les bouddhistes, les catholiques mais le peuple vietnamien dans son entier, dans quelle mesure le peuple se sentira représenté, défendu par les gouvernants là, pour moi, c’est là le problème.

  • Un officier de l’ARVN quelques jours avant la chute de Saigon :

La situation est très grave, sérieuse mais pas désespérée. Alors je pense que si les combattants de l’armée vietnamienne peuvent tenir debout pour un certain temps, suffisamment pour [mener] des entretiens avec les communistes, on pourrait atteindre [obtenir] des clauses peut-être acceptables.

Q : Vous vous sentez capables de vivre avec les communistes ?

– De vivre avec les communistes, franchement dit, je ne suis pas un capitaliste et au point de vue des destructions des biens ce ne serait pas un grand problème. La question de liberté, ce serait à voir… mais, par exemple, si ici on va subir une défaite immédiate, je pense que ce serait [?] mais si on a un certain temps, un delai de quelques années pour chercher, pour les communistes et les nationalistes, chercher à se comprendre et à s’adapter, je pense que ça va s’arranger. Si tout le monde cherche à s’en aller, à s’enfuir, à se montrer égoïste, lâche, ce serait fini.

  • Une jeune saigonnaise exprime sa méfiance vis-à-vis de Hanoi et sa vision pessimiste de l’avenir :

Q : Quelles libertés à votre avis vont être mises en question ? Quels genre de chose dans votre genre de vie ?

– La liberté de s’amuser ? S’amuser autant qu’on voulait comme avant. Sortir, danser, cinéma.

Q : Est-ce que vous pensez que vous pourrez lire les livres que vous voulez, lire les journaux que vous voulez ?

– Je ne crois pas. Et sincèrement je trouve que dans même dans les journaux, il y aura encore beaucoup plus de censure qu’avant.

Q : Et pourquoi ils vont faire ça, pourquoi ils ne laisseraient pas les gens libres ?

Parce qu’ils ne veulent pas que les gens soient intéressés par la liberté qui existe dans les autres pays. Ils ne veulent pas que les gens puissent connaître toutes les libertés qui existent dans les autres pays. Tout le monde va demander à quitter le pays et ne jamais plus revenir.

Q : Et ça, ce manque de liberté là il va être ressenti par des jeunes comme vous. Est-ce que pour les paysans, les ouvriers, ça va être pareil ?

– Non, je ne crois pas, parce que eux ils sont toujours comme ça. Les paysans, les ouvriers, toujours, toujours, ils ont leur champ et leur usine. Alors ça va être la même chose, au contraire, ils vont être plus heureux.

Q : Ils seront beaucoup plus heureux ?

– Je crois oui parce que tout le monde sera comme tout le monde et il n’y aura pas de riches, il n’y aura pas de pauvres. Et puis, je crois que Hanoi c’est le peuple des ouvriers, toujours. Il n’y aura que les ouvriers et les paysans c’est tout. Il n’y aura pas de bourgeois, il n’y aura personne.

Q : Saigon va devenir comme Hanoi ?

– S’il sera là oui, ça dépend, ça dépend si Hanoi sera là ou si on a toujours le GRP.

Q : Avec le GRP, ça rique d’être plus humain, plus doux ?

– Je crois, mais pas tout à fait comme avant.

Q : Mais est-ce qu’il faut que ça soit tout à fait comme avant ? Est-ce que c’était si bien que ça avant ?

A part la corruption et…

Q : Et si le gouvernement est dur, qu’est-ce que vous allez faire ?

– Bien, on va essayer d’accepter au début. Si vraiment on peut pas accepter, soit peut-être… peut-être qu’il y aura une révolte ou si tout le monde est courageux ou alors si tout le monde accepte d’accepter de supporter la vie dure là, il y aura une petite somme [de gens] qui va essayer de se suicider pour raccourcir la vie et puis c’est tout. Et puis les autres ils restent, ils mènent leur vie dure comme ils veulent.

  • Un jeune officier nationaliste exprime son refus catégorique de se soumettre à la dictature :

Tant que la liberté existait encore au Viêt-Nam, je désirais vivre au Sud Vietnam c’est mon pays. Je prenais la défense de mon pays en tant que soldat. Ce qui veut dire que je ne porte pas les habits militaires pour défendre le régime de Thieu. C’est un régime pourri mais tout le monde y retrouve son compte. A vrai dire, c’était un mode de vie et l’on a appris à vivre avec. Il y avait beaucoup de liberté dans cette pourriture. Je porte les habits militaires pour défendre mon pays contre le communisme. Je prends la défense de ma liberté et de la liberté de ma famille et cette liberté hélas ça n’existe plus. Avec le Front de libération national, avec les communistes, il n’existe plus de liberté. On a pas été libérés, on est fait prisonniers et on en subira toutes les conséquences. Il n’existera plus de liberté. Et les Européens, ceux qui pensent que c’est une libération se trompent. Il n’y a pas de libération, il y a une conquête. On a perdu la guerre, on a été trahis, on a combattu pour rien. Et maintenant, on se demande quel sort sera réservé à nous tous, nous les Vietnamiens libres, nous qui avons combattu contre le communisme, nous qui avons reçu une instruction comme il faut. Nous sommes trop intellectuels pour être communistes.

Source : Dialogues retranscrits et légèrement corrigés de Vietnam : les 30 jours de Saigon.

« Vivre la guerre, raconter la guerre : l’engagement de l’Armée Populaire de Libération chinoise aux côtés du Nord-Vietnam » par Joachim Boittout

Vivre la guerre, raconter la guerre :

l’engagement de l’Armée Populaire de Libération chinoise aux côtés du Nord-Vietnam de 1965 à 1967 et en 1979 vu par ses acteurs.

Trajectoires individuelles et perspectives géopolitiques

 

LaoZhaopian5
Couverture du n°5 de Lao zhaopian

Les trois textes qui servent de support à la réflexion sur la perception, par ses acteurs, de l’engagement des forces chinoises au Viêt Nam entre 1965 et 1967 sont essentiellement descriptifs, et ne contiennent pas, à première vue, d’éléments d’analyse permettant d’appréhender avec le recul historique nécessaire la participation de l’Armée Populaire de Libération à la guerre du Viêt Nam (1964-1975) et ses conséquences. Ils sont tous trois tirés de la revue de photographies chinoise Lao zhaopian [1], qui recueille des témoignages illustrés relativement brefs sur des évènements historiques. Les trois textes retenus ont été composés au début des années 2000 par des acteurs de premier plan de l’intervention chinoise au Viêt Nam.

Le premier s’intitule « Mes deux voyages au Viêt Nam », il est rédigé par Xing Zhiyuan, ancien journaliste et correspondant du Quotidien du Peuple envoyé au Viêt Nam pour y couvrir l’intervention de l’armée chinoise. Le récit qu’il en donne se décompose en deux parties : la première traite de la présence chinoise dans le nord du pays en 1965, et la seconde est consacrée au conflit frontalier sino-vietnamien de 1979, autrement appelé Troisième guerre d’Indochine. Ce texte est écrit avec une grande partialité, en ce qu’il consiste souvent en un hommage au courage et au mérite des troupes chinoises engagées sur le front vietnamien. L’orientation éminemment pro chinoise dans le traitement de la guerre de 1979 est le meilleur exemple de l’écriture fortement idéologisée déployée par l’auteur qui paraît, en définitive, moins purement subjective qu’orientée politiquement.

Le deuxième texte, « Le jour tenu secret » de Chen Junkang, est un témoignage d’un ancien artilleur appelé au courant de l’été 1965 à quitter sa garnison de Kunming (province du Yunnan) pour se rendre dans la région de Diên Biên Phu. Sa mission était de protéger les hommes du génie militaires chargés de construire une voie ferrée reliant cette région du Nord du Viêt Nam au Sud de la Chine (provinces du Guangxi et du Yunnan). Son témoignage fait état de la violence des bombardements américains et des conditions matérielles et de vie de l’engagement des forces chinoises.

Enfin, le troisième texte, intitulé « Porter assistance au Viêt Nam et lutter contre les États-Unis »[2] est le récit d’un infirmier, Meng Xiangwen, formé à l’École de santé militaire du Guangdong et envoyé au front à la fin de l’année 1966. Il s’agit sans doute du témoignage le plus riche du corpus, dans la mesure où l’auteur mêle souvenirs personnels de son expérience des combats et réflexions plus surplombantes sur les raisons géopolitiques de l’engagement de l’armée chinoise, ainsi qu’un panorama des relations sino-soviétiques tant sur le plan local avec la description des rapports entre soldats de l’APL et de l’Armée Rouge au front, que sur le plan international dans un contexte de forte dégradation des relations sino-soviétiques.

LaoZ10_2
Groupe de chanteuses vietnamiennes rendant hommage à l’armée chinoise en 1965 © Lao zhaopian

Comme on l’a esquissé, ces trois textes sont des témoignages d’acteurs de l’intervention chinoise et posent donc d’emblée la question de l’objectivité de leur récit. À l’exception de l’auteur du troisième témoignage qui fait montre d’une relative neutralité lorsqu’il traite des relations sino-soviétiques, les deux autres récits manifestent une tendance nationaliste à clamer la supériorité morale – à défaut d’être matérielle – de la Chine sur les Etats-Unis mais aussi, et de manière plus surprenante à première vue, sur le gouvernement du Nord-Vietnam. Il convient dès lors d’être attentif à l’orientation politique de ces textes, en s’attachant notamment à élucider les non-dits qui les parsèment ; leur mise en lumière permet de révéler, en creux, le malaise des auteurs face à certains faits historiques qu’ils présentent de manière déformée.

La problématique de lecture de ces trois textes est par conséquent double : à un premier niveau, il s’agit de rendre compte à partir des informations précises qui abondent dans les trois récits des conditions matérielles et de vie des soldats chinois envoyés au Viêt Nam. Un tel panorama, augmenté d’une brève analyse des relations entre soldats chinois et vietnamiens (civils et militaires), permettra d’élaborer un panorama général de la présence chinoise dans le Nord du Viêt Nam dans les années 1965-1967.

Dans le même temps, il s’avèrera intéressant d’analyser le point de vue à partir duquel les auteurs relatent leur expérience du front. Un examen critique de leurs partis pris d’écriture permettra ainsi d’interroger le traitement de la mémoire dans ces trois textes, à travers l’étude de l’écriture de l’histoire de l’engagement de l’APL au Viêt Nam, qu’il convient de resituer, à l’inverse de la tendance manifestée par deux des trois récits, dans l’Histoire de la période.

Conditions de vie et d’engagement des soldats de l’APL au Viêt Nam entre 1965 et 1967 et en 1979

Les missions confiées aux régiments dans lesquels étaient engagés deux des trois auteurs avaient pour mission de protéger des unités de génie militaire, chargées de construire des voies ferrées ou d’en élargir pour faciliter le transport de marchandises. C’est aussi celle qui avait été assignée à l’unité que l’auteur du récit « Mes deux voyages au Viêt Nam » avait intégrée. Ce point commun aux trois textes nous renseigne sur la nature de l’engagement chinois au Viêt Nam, qui semble être de nature plus technique qu’offensif. Les auteurs insistent par ailleurs fréquemment sur le fait qu’ils subissent les bombardements américains auxquels ils essayent d’échapper tant bien que mal, plutôt qu’ils ne provoquent les combats. D’une manière générale, la présence militaire chinoise semble avoir été d’ordre défensif, en dépit de la taille considérable des effectifs déployés : environ 320.000 hommes au plus fort de la guerre entre 1965 et 1970. Les informations contenues dans ces indications techniques permettent d’éclairer la réticence de Pékin à intervenir de manière plus décisive dans le conflit. Éprouvant la plus grande méfiance à l’égard du régime de Hanoï étroitement soutenu par l’URSS, les dirigeants chinois, dès le début de la guerre et en dépit de leur soutien matériel au Nord-Vietnam, préféraient selon toute vraisemblance voir un Viêt Nam divisé et affaibli plutôt qu’assister impuissants à la conquête progressive de la péninsule indochinoise par un parti communiste vietnamien devenu incontrôlable.

L’auteur du troisième texte insiste quant à lui sur la nécessité pour les soldats de l’APL de faire honneur à leur pays en aidant le Nord-Vietnam, un pays ami, à lutter contre les Etats-Unis. Mais aussi et surtout, afin de rivaliser avec les troupes de l’Armée Rouge également présentes au Viêt Nam à cette époque, qui fut le théâtre de la lutte d’influence entre troupes chinoises et troupes soviétiques. Notons cependant que s’il insiste avec originalité sur l’importance que revêtait cet « affrontement » sur le terrain entre deux armées supposément alliées pour obtenir le mérite d’avoir le mieux servi la cause vietnamienne, l’auteur se méprend sur la nature de l’affrontement, à l’échelle internationale, que se livraient Moscou et Pékin. Les deux pays étaient en effet loin de se disputer les « faveurs du Viêt Nam » comme il l’écrit un moment à propos des deux armées engagées au combat, la Chine ayant officieusement opté pour une entente stratégique avec Washington afin de contrer l’avancée de Moscou en Asie et notamment dans la péninsule indochinoise. Cette erreur d’interprétation de l’auteur illustre avec acuité l’écart constitutif entre la perception immédiate de l’action par un témoin engagé dans celle-ci et la prise de décisions politiques qui y président, dictée par des intérêts géostratégiques. En d’autres termes, on mesure avec cet exemple combien la mémoire directement impliquée dans l’écriture – au sens propre comme au sens figuré –  de l’histoire, peine à appréhender l’Histoire, qui se situe toujours au devant de celle-ci.

Ces trois textes sont avant tout descriptifs, et à ce titre recèlent peu d’informations concrètes sur les conditions de vie des soldats chinois envoyés au Viêt Nam; ces informations se recoupant souvent, on se bornera ici à en esquisser les grandes lignes [3]. L’auteur de « Mes deux voyages au Viêt Nam » décrit avec une abondance de détails la solennité qui marque le franchissement de la Passe de l’Amitié à la frontière sino-vietnamienne. Celui du « Jour tenu secret » insiste pour sa part sur l’usage quasi systématique fait de l’appareil photographique par certains soldats chinois, toujours en quête d’un spectacle exotique à capturer.

LaoZ17_4
15 mars 1979, le journaliste Xing Zhiyuan (à droite) en compagnie d’un cadre du service culturel de l’armée, sur le chemin du retour en Chine © Lao zhaopian

En outre, les trois récits décrivent tous en des termes similaires les bombardements américains, en insistant généralement sur le sifflement des bombardiers qui passent à basse altitude. On lit dans « Le Jour tenu secret » un inventaire des dangers naturels qui menacent les hommes au quotidien : moustiques porteurs de la malaria, insectes vénéneux, chaleur moite à laquelle la plupart des soldats ne sont pas accoutumés, etc.

L’ennemi peut aussi prendre une forme plus inattendue : il peut s’agir des troupes soviétiques avec lesquelles les soldats chinois rivalisent parfois physiquement lorsqu’elles se rencontrent, ou encore, en 1979 [4], de l’armée vietnamienne elle-même quand, à la suite d’un différend frontalier, les deux pays entrent très brièvement en guerre.

On note par ailleurs que, pour autant que ces textes témoignent tous trois de la brutalité des affrontements [5], ils n’accordent aucune place à la réflexion sur les traumatismes psychiques engendrés par la guerre. La mention de ces troubles semble évacuée au profit de descriptions stéréotypées et convenues de l’ardeur des combattants chinois (notamment dans « Mes deux voyages au Viêt Nam »). L’atténuation sans doute volontaire de la part des auteurs de la détresse morale des soldats s’accompagne d’une représentation abstraite de l’ennemi américain, qui n’apparaît pas tant comme le motif objectif de la venue des troupes chinoises au Viêt Nam, que comme une présence dangereuse et invisible. En ce sens, le Viêt Nam unifié de 1979 est un ennemi plus consistant aux yeux de Xing Zhiyuan – le journaliste du Quotidien du Peuple que l’armée américaine au milieu des années 1960.

Cette constatation nous amène à présent nous intéresser au regard porté par les auteurs de ces textes sur la population vietnamienne civile et militaire.

Le regard des soldats et du journaliste chinois sur la population et les troupes vietnamiennes

Sur la période s’étendant de 1965 à 1967, les auteurs s’accordent à dire que la population civile vietnamienne réserva à l’armée chinoise un fort bon accueil. Aux dires de Xing Zhiyuan toujours prompt à louer les bienfaits de la présence chinoise au Viêt Nam, les échanges avec les soldats nord-vietnamiens semblent s’être également bien passés. Toutefois, les autres textes nous amènent à nuancer ce point de vue : les deux armées semblent n’avoir entretenu que peu de liens, et, lorsqu’elles se rencontraient effectivement, c’est la circonspection qui semble avoir le plus souvent prévalue [6]. Par conséquent, c’est précisément pour enjoliver cette réalité que l’on trouve des descriptions d’un lyrisme convenu des échanges amicaux qui ont lieu entre Chinois et Vietnamiens, sur le thème de la bienveillance du « grand frère chinois » [7] à l’égard du Viêt Nam. Afin de rappeler la supériorité de leur pays sur le Viêt Nam, les auteurs insistent sur la générosité de la Chine à l’égard des populations locales. L’armée chinoise acheminait en effet durant cette période des biens de consommation courante, en sus de matériel technique nécessaire à la construction d’infrastructures et au combat.

LaoZ10_4
Troupes chinoises sur le chemin du retour au pays © Lao zhaopian

En 1979, la circonspection qui caractérisait déjà les relations entre les troupes chinoises et vietnamienne s’est définitivement muée en rivalité voire, selon les mots de Xing Zhiyuan [8], en haine, sentiment qu’il prête – non sans partialité – aux troupes vietnamiennes ainsi qu’au gouvernement de Hanoï soutenu par l’URSS, alors le plus grand ennemi de la Chine sur l’échiquier géopolitique international. Le traitement de ce conflit fait l’objet d’une relecture en faveur de la Chine par l’auteur de « Mes deux voyages au Viêt Nam ». Il justifie l’intervention chinoise en mentionnant le revirement politique du nouveau gouvernement vietnamien (1975) qui a procédé à l’expulsion de milliers de chinois établis de longue date au Viêt Nam. Si le fait est avéré, il associe cependant le départ forcé de ces populations chinoises du Viêt Nam à la naissance du phénomène des « boat people », qui furent loin d’être tous exclusivement d’origine chinoise. Enfin, il justifie l’invasion légitime des frontières du Viêt Nam par l’APL en mentionnant des assassinats commis par l’armée vietnamienne sur les zones frontalières. L’intransigeance du ton utilisé par l’auteur dans la deuxième partie de son récit tranche avec l’internationalisme – certes assez contrefait – de la première partie, où il s’efforçait de présenter les relations sino-vietnamiennes sous leur plus bel aspect. En vitupérant l’ingratitude et la barbarie du régime de Hanoï dix ans après avoir loué son ardeur et sa dignité, l’auteur fait la démonstration que l’écriture de la mémoire peut prendre des formes contraires en fonction des besoins politiques qui président à son exécution.

Quelle lecture de l’histoire de la période ? Objectivé et récits personnels

On peut alors procéder à une réévaluation de la coopération sino-vietnamienne à partir de la seconde partie de ce récit et nuancer la position de l’auteur, notamment en interrogeant les non-dits politiques des deux autres textes sur cette question.

L’assistance matérielle et humaine apportée au Viêt Nam par la Chine ne doit pas faire oublier que les relations sino-vietnamiennes se dégradèrent rapidement, dès la fin des années 1960. La présence militaire chinoise au Viêt Nam, outre l’obligation « morale » qui incombe à un État communiste de prêter assistance à un autre pays communiste attaqué par une puissance ennemie, s’explique aussi par la volonté de la Chine de renforcer sa présence militaire en Asie du Sud-Est à une époque où la présence américaine à Taïwan exerce une forte pression sur le détroit de Formose. Mais l’ennemi principal de la Chine au Viêt Nam ne sont pas les États-Unis, loin s’en faut, mais l’URSS, avec qui la Chine a définitivement rompu toute relation depuis 1960. La victoire du gouvernement de Hanoï, soutien de l’URSS face à la Chine qui s’est pour sa part rapprochée de Washington dès 1971 [9], entraîne la fin de l’aide technique chinoise ainsi que la suspension de toutes les livraisons prévues par les programmes d’aide en vigueur. L’expulsion avérée de plusieurs centaines de milliers de chinois d’outre-mer ne peut à elle seule, contrairement à ce que laisse entendre Xing Zhiyuan, expliquer la dégradation des relations sino-vietnamiennes. Les ambitions hégémoniques du Viêt Nam dans la péninsule indochinoise, concrétisées en 1979 lorsque l’armée vietnamienne envahit le Cambodge pour renverser le gouvernement des Khmers rouges, menacent l’intégrité du territoire chinois qui voit d’un mauvais œil la volonté du principal allié de l’URSS en Asie du Sud-Est de participer à son encerclement [10] en lui coupant tout accès au Sud.

La tension politique entre le Viêt Nam unifié et la Chine atteint son paroxysme en 1979 lorsque, selon Henri Kissinger [11], la Chine soutenue par les États-Unis envahit le nord du Viêt Nam pour examiner la réactivité de l’URSS. De ce point de vue, l’opération fut un succès, dans la mesure où l’aide apportée par l’URSS au Viêt Nam fut négligeable (quelques techniciens et un pont aérien contré par les forces chinoises), ce qui témoigna de la relative passivité de l’URSS face à ce qui était pourtant l’invasion d’un État communiste par une autre puissance communiste en pleine guerre froide.

La troisième guerre d’Indochine exerça une influence considérable dans la reconfiguration des forces sur l’échiquier géopolitique international, en ce qu’elle préfigura, comme le développe Henry Kissinger, l’affaiblissement puis la chute de l’URSS. Hua Guofeng, premier ministre chinois en 1979 résuma la situation en une métaphore provocante : « Ils [l’URSS] n’ont pas osé bouger. En somme, nous pouvons toujours toucher les fesses du tigre. »

On aura pu souligner la valeur documentaire de ces trois textes qui consignent de nombreux renseignements sur les conditions de vie des soldats chinois sur le front vietnamien. Toutefois, le point de vue subjectif adopté par les auteurs qui rend possible cette écriture du vécu, conditionne dans le même temps leur regard sur les événements, dont la composante fondamentale – la politique – leur échappe, volontairement pour l’un et de manière moins consciente pour les deux autres. Il est donc nécessaire de considérer avec un regard critique l’histoire des relations internationales de la période 1965-1967 et de l’année 1979 pour analyser le parti pris résolument pro chinois dans les deux premiers textes qui manifeste la volonté de leurs auteurs de transmettre une mémoire orientée politiquement et culturellement. De ce point de vue, ce corpus de texte s’inscrit avec pertinence dans le questionnement historique portant sur l’écriture de la mémoire dans les guerres de décolonisation de la péninsule indochinoise.

Joachim Boittout, promotion ASIOC 2012-2013.


Notes

[1] Lao zhaopian «老照片 », édition Shandong huabao chubanshe 山东画报出版社

[2] L’expression chinoise 援越抗美 correspondante est plus ramassée et correspond à un slogan diffusé à l’époque.

[3] Voir Annexe 2 pour des descriptions détaillées des conditions de vie de soldats chinois.

[4] Cet épisode est relaté dans la seconde partie du premier texte, « Mes deux voyages au Viêt Nam ». L’auteur y dénonce avec une certaine violence l’arrogance et la cruauté du gouvernement du Viêt Nam unifié et de son armée qu’il accuse d’avoir provoqué ce conflit, engagé en réalité par la République Populaire de Chine avec l’accord tacite de Washington, afin de mettre à l’épreuve la réactivité de l’URSS, principal soutien du Viêt Nam face à la Chine.

[5] Les auteurs relatent fréquemment la mort de leurs camarades, comme dans « Le Jour tenu secret » où le narrateur décrit l’explosion meurtrière d’une mine anti-personnelle dans la région de Diên Biên Phu.

[6] Les Règles de discipline à observer dans l’assistance apportée au Vietnam contre les Etats-Unis en huit points promulguées et diffusées par le bureau politique de l’APL, même si elles n’interdisent pas aux soldats chinois de fréquenter des vietnamiens, les invitent toutefois à garder une distance respectueuse vis à vis des populations locales.

[7] Le terme revient trois fois dans le corpus et permet aux auteurs de manifester insensiblement leur sentiment de supériorité technique et morale sur le « petit frère » Vietnamien.

[8] Il s’agit du seul des trois auteurs à traiter de la guerre sino-vietnamienne de février 1979.

[9] Date de la première mission secrète du secrétaire du Département d’État Henry Kissinger à Pékin.

[10] L’Armée Rouge est à cette époque déployée tout le long de la frontière sino-russe et exerce une pression considérable sur le gouvernement de la République populaire.

[11] In Henry Kissinger, De la Chine, Paris, Fayard, 2012, chapitre 13, pages 337 à 368.

* * *

Joachim Boittout est normalien, élève de la section de chinois de l’ENS de Lyon. ses recherches portent sur la poésie chinoise de la période Wei-Jin (IIIe-Ve siècles). Il travaille actuellement sur les relations entre lettrés et pouvoir à la fin de la dynastie des Han orientaux et sous les Wei-Jin. Il s’intéresse également aux premières traductions de textes sanskrits en chinois. Il a été chargé d’enseignement vacataire à l’Université Lyon 3 Jean Moulin (2013); son cours a porté sur l’histoire et la géographie de la diffusion du bouddhisme en Asie Centrale et en Chine de la dynastie Han au début des Tang.

Henry Kissinger: L’Accord de Paris [Les années orageuses, 1982, extraits]

[ndlr] Le 27 janvier 1973 était signé l’Accord de Paris. On a retenu de cet accord l’image triomphante de Henry Kissinger et de Le Duc Tho, tous les deux satisfaits d’une avancée dans leurs stratégies d’alors. Pour les Etats-Unis, l’accord permettait ce « retrait dans l’honneur » tant attendu et promis électoralement. Pour Hanoi, l’accord signifiait que tout pouvait désormais être mis en œuvre pour conquérir cette République du Sud jamais acceptée, cet autre Viêt-Nam politiquement si différent.

Dans ses mémoires publiés en 1982 soit dix ans après les offensives de 1972 et sept ans après la chute de Saigon, Kissinger rappelait les certitudes américaines sur le devenir de cette guerre et, dans un aveu assumé, savait que les efforts financiers ne seraient plus mis en œuvre pour tenter de consolider la République sudiste à laquelle Kissinger ne croyait déjà plus. Dans le second extrait qui suit, il s’interroge sur l’extraordinaire volonté des Nord-Vietnamiens dans leur objectif de parvenir à réunifier le pays au prix d’un immense sacrifice humain et d’un total mépris des contingences extérieures. Une des clés, selon lui, de la dynamique victorieuse engagée par le Nord pour regagner le Sud perdu en 1954.

* * *

L’Accord de Paris

 L’Accord de Paris, malgré toutes ses ambiguïtés, reflétait l’équilibre des forces au Vietnam à l’issue des batailles qui avaient marqué le paroxysme de la guerre en 1972. Comme tout règlement de paix, celui-ci dépendait du maintien de cet équilibre. Nous n’avions aucune illusion sur les objectifs à long terme de Hanoi ni sur sa volonté de dominer toute l’Indochine. Lors de la phase finale des négociations, en novembre et décembre 1972, j’en avais averti Nixon avec insistance. Mais j’étais également persuadé que notre peuple ne supporterait pas la prolongation de la guerre assez longtemps pour que cela fît une différence sur le plan militaire. En août 1972, le président du Sud-Vietnam, Nguyen Van Thieu, m’avait fait savoir qu’à son avis, si la guerre se poursuivait, le Nord-Vietnam serait plus faible en décembre 1973 qu’en mars 1972 [date du départ de l’offensive de Pâques] – mince avantage par rapport à notre situation d’alors. Et d’autre part, tous nos experts prédisaient que le Congrès nouvellement élu réduirait les crédits militaires à partir de janvier 1973 en portant la hache, pour commencer, sur les fonds supplémentaires que nous avions réclamés pour pouvoir faire face financièrement à l’offensive de printemps lancée par Hanoi en 1972.

* * *

Les Vietnamiens avaient supporté pendant des siècles la domination chinoise sans perdre leur identité culturelle ; c’est déjà là un exploit presque inouï. Ils avaient traversé la période de l’occupation française sans cesser de penser qu’ils seraient les héritiers de l’empire français en Indochine. Faute des qualités humaines de leurs voisins laotiens et de la grâce des Cambodgiens, ils cherchaient à s’imposer non par la séduction mais par l’obstination. Entièrement concentrés sur eux-mêmes, ils en étaient venus à oublier les lois naturelles et à négliger le calcul des probabilités auquel obéit habituellement la puissance. Et comme il y avait toujours plus de Vietnamiens que d’étrangers prêts à mourir pour leur patrie, leur nationalisme allait se révéler fatal à leurs envahisseurs comme à leurs voisins.

Plus que de la passion, les Nord-Vietnamiens avaient une invincible confiance en eux-mêmes et un mépris pour tout ce qui était étranger. Ce dédain leur avait permis de manipuler les autres peuples – même leurs partisans étrangers – avec un sentiment glacé de supériorité, et de faire de leur capitale, par le seul effet de leur volonté, le centre des préoccupations internationales pendant plus de dix ans. Ce que nous tenions pour une duplicité insolente n’était que l’effet d’une autre définition de la vérité ; tout ce qui servait les desseins de Hanoi avait rang de nécessité historique. Comme un chirurgien armé d’un scalpel, le gouvernement de Hanoi disséquait la psyché de l’Amérique et sondait nos faiblesses, notre sentiment de culpabilité nationale, notre quête de certitudes, notre idéalisme et même le sens des valeurs de ses sympathisants, qu’il dupait tout comme il dupait ses adversaires, imperturbablement. Pour notre malheur ; nous nous trouvions en travers de la route qui menait ces dirigeants à leurs objectifs obsessionnels.

Notre cauchemar indochinois était pourtant terminé. Les voisins de Hanoi n’étaient pas aussi bien lotis. La proximité les condamnait à une terreur permanente. Autant nous étions soulagés de voir la guerre finie, autant ils étaient épouvantés à l’idée de perdre leur liberté si la paix signifiait pour nous le retrait total. Après avoir exulté, Washington se laissa gagner per l’inquiétude de ceux qui dépendaient de nous – et d’autant plus qu’ils étaient plus proches des frontières de cette implacable nation qui conduisait ses agressions en se faisant passer pour une victime.

Extrait de Henry Kissinger, Les années orageuses [tome 1 : 1973-74], Paris, Fayard, 1982, chapitre 2: « Voyage à Hanoi », pp. 22-24.