Archives par mot-clé : Nhat Linh

François Guillemot : « Disparaître pour survivre à l’histoire : la mort volontaire de l’écrivain Nhất Linh »

Présentation de notre communication au 6e Congrès du GIS Asie (Réseau Asie & Pacifique).

Presentation :

1963 was a milestone for the Republic of Vietnam. As the Ngo Dinh Diem regime entered a major confrontation with the Buddhist movement, another drama played itself out in Saigon. On July 7, the renowned writer Nhat Linh Nguyen Tuong Tam committed suicide. With this radical protest, he thus avoided a court appearance resulting from a failed coup. This tragic signature of his opposition to the authoritarian regime also marks a turning point in the internal fracture within non-communist nationalism. This communication discusses the challenges of his disappearance and explores the torment that haunted the writer in the final years of his life. Finally, the impact of this act is located in the political context of a violent power in decline. Through Vietnamese documentation and archives, I attempt to elaborate the possible interpretations of this act, both personal and political.

Key words : Republic of Vietnam (1955-1963); nationalism; Nguyen Tuong Tam (Nhat Linh) ; suicide; memory.

Résumé :

1963 est une date charnière pour la République du Viêt-Nam (Sud). Alors que le régime de Ngo Dinh Diem est entré dans une confrontation majeure avec les forces bouddhistes un autre drame se joue à Saigon. Le 7 juillet, l’écrivain renommé Nhat Linh Nguyen Tuong Tam se suicide. Signe radical de protestation, il évite ainsi de comparaître au tribunal dans une affaire de coup d’État raté. La signature tragique de cette opposition au régime autoritaire marque aussi une étape clé dans la fracture interne au sein du nationalisme non-communiste. Cette communication revient sur les enjeux de cette disparition et le tourment qui habite l’écrivain dans les dernières années de sa vie. Enfin, l’impact de cet acte est replacé dans le contexte politique d’un pouvoir violent en déclin. Il s’agira de tenter de saisir à travers les documents et les archives vietnamiennes quelles sont les lectures possibles de cet acte à la fois personnel et politique.

Mots clés : République du Viêt-Nam (1955-1963), nationalisme, Nguyen Tuong Tam, suicide, mémoire.

Numéro spécial de la revue Van Dê [Questions] dédié à Nhât Linh paru en juillet 1970. Collection FG

Documents en ligne pour accompagner notre propos :

Illustrations

Souvenirs de proches

Un destin politique en débat

« Lạnh lùng« , Solitude (1935-1936). Une des rares traductions françaises d’un roman de Nhat Linh. Collection FG

 

  • Laurent Mucchielli et Marc Renneville, “Les causes du suicide : pathologie individuelle ou sociale ? Durkheim, Halbwachs et les psychiatres de leur temps (1830-1930)”, Déviance et société, no 1, 1998, pp. 3-36. En ligne sur le portail Persée.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam

Image « à la une » : Di chúc của nhà văn Nhất Linh Nguyễn Tường Tam / Le testament de l’écrivain © DR

The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism – Coord. Dieu Nguyen

[ndlr] Programme du panel sur la Première République du Viêt-Nam.

Panel presentation :

The Republic of Vietnam, founded in 1955, has attracted an intense scholarly scrutiny dominated by North American works which focus on the question of the Vietnam War. Our panel, though addressing the same political phenomenon, stresses the socio-cultural and individual angle. Ninh Xuan Thao takes us to the final year of the State of Vietnam. Nguyen Thi Dieu opens a window into the Diệm-imposed rituals of commemoration of the Republic’s first anniversary that reflected a certain conception of the Vietnamese nation. Pascal Bourdeaux introduces the Vietnamese sculptor, Paul Nguyen Van The, author of the Trung Queens statue, and discusses the artist’s familial archives. François Guillemot addresses the suicide of the novelist, Nhat Linh, contextualizing it within the framework of non-Communist nationalism. Nguyen Phuc Anh presents the Vietnamese priest-philosopher, Luong Kim Dinh, who articulated a much contested and largely forgotten civilizational formulation.  

★ ★ ★

 

Résumé du panel :

La République du Vietnam fondée en 1955 a fait l’objet d’une intense recherche dominée par les spécialistes Nord-Américains qui ont examiné ce phénomène politique principalement sous l’angle du conflit américain. Notre panel traite du même phénomène politique mais adopte une approche qui privilège le socio-culturel et le singulier. Ninh Xuan Thao nous fait revenir à la période charnière de « la dernière année d’existence de l’Etat du Vietnam (1954-1955).» Nguyen Thi Dieu montre comment les rites imposés par le régime Ngô lors de la célébration du premier anniversaire de la République reflètent une certaine vision de la nation vietnamienne. Pascal Bourdeaux nous parle du sculpteur Nguyen Van The, auteur de la statue des Reines Trung et présente les archives familiales ; François Guillemot revisite la question du suicide de l’écrivain Nhat Linh dans le contexte d’“un nationalisme non-communiste.” Nguyen Phuc Anh évoque Luong Kim Dinh, prêtre-philosophe vietnamien, auteur d’une formulation civilisationnelle originale aujourd’hui méconnue et oubliée.

Subject : : Panel
Language of text : English
For presentations in a panel: name of the coordinator : Coordinator : Nguyễn Thị Điểu (Department of History, Temple University, Philadelphia, PA, USA)
Topics : H – The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism
Keywords : Bảo Đại ; Lương Kim Định ; Ngô Đình Diệm ; Nguyễn Văn Thế ; Nhất Linh ; State of Vietnam ; Republic ; Việt ; Hòa Hảo ; Cao Đài ; Bình Xuyên ; nationalism ; identity ; arts ; literature ; philosophy ; rites ; commemoration

Programme

 

Source : Congrès Asie 2017

Image « à la une » : Cảnh sát và dân chúng biểu tình ủng hộ chính phủ Ngô Đình Diệm 9-1963. © 1963 Life sur Blog : Một số hình ảnh cũ đảo chánh năm 1963

 

François Guillemot : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam [résumé]

 Colloque 20-22 mars 2014 – Académie des Sciences d’Outre-mer

« DE L’INDOCHINE COLONIALE AU VIỆT NAM ACTUEL »

 NhatLinh_parNguyenGiaTri

 Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam :

un intellectuel nationaliste dans la tourmente des années 1940

(1938-1948)

 

Résumé :

Cette communication propose une analyse du destin politique de l’écrivain Nhất Linh, de son vrai nom Nguyễn Tường Tam (1906-1963), un des fondateurs du Tự Lực văn đoàn [Groupe littéraire autonome], de l’Association Ánh Sáng [Lumière ou Clarté], chef du Parti Populaire du Grand Viêt-Nam (Đại Việt Dân Chính) puis du Parti National du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc dân Đảng / VNQDĐ) et enfin ministre des Affaires étrangères du gouvernement d’Union et de Résistance de mars 1946 présidé par Hồ Chí Minh. Le destin politique que l’on peut qualifier de tragique (l’homme se suicida en juillet 1963) de cet acteur majeur de la vie culturelle, sociale et politique du Viêt-Nam contemporain reste relativement méconnu. A la fois écrivain de renom, moderniste, révolutionnaire et artiste, le personnage donne à voir de lui-même de nombreuses facettes. Pour son engagement à la fois contre le colonialisme et le communisme, à la recherche d’une troisième voie pour son pays, l’homme politique Nguyễn Tường Tam fut ostracisé pendant longtemps par l’historiographie officielle. Si depuis les années 2000, il n’est plus considéré comme un simple « réactionnaire », les avis sur son rôle politique restent partagés. Son action, aux côtés des nationalistes vietnamiens pendant la période révolutionnaire, est pourtant clé. Peu d’études se sont cependant intéressées à la période prérévolutionnaire de la fin des années 1930 qui propulse cet écrivain renommé dans la sphère politique. Entre 1938 et 1948, soit pendant une décennie, Nguyễn Tường Tam va se consacrer corps et âme à la lutte pour l’indépendance et tenter de définir une voie nationaliste pour relever son pays.

* * *

A la recherche d’un grand destin pour son pays, il fut un acteur politique majeur entre 1938 et 1948 avant d’abandonner provisoirement ce rôle sur un constat d’échec. Les raisons pour lesquelles il convient d’étudier l’action de cet autodidacte en politique apparaissent suffisamment. Les sources disponibles (archivistiques, presse, ouvrages de recherche, analyses littéraires et témoignages) permettent de reconstituer avec assez de précision cet itinéraire singulier qui fait le lien entre l’Indochine coloniale de Vichy sous occupation japonaise, la période des indépendances vietnamiennes de 1945, la reconquête militaire de l’Indochine par la France et la mise en place de l’Etat associé du Viêt-Nam sous l’égide de SM Bảo Đại.

VietNam_so53ngay16.1.1946_p1
Nguyen Tuong Tam à la une du journal Viêt Nam (VNQDD) le 16 janvier 1946.

Nous abordons ici les dix années de son activité politique à travers trois questions clés qui émergent de l’analyse de son parcours politique. La première concerne la genèse et l’élaboration d’un nationalisme Đại Việt dans le contexte particulier de l’Indochine « à deux têtes » (régime de Vichy et présence japonaise). La seconde question est relative à l’unité du nationalisme vietnamien et par voie de conséquence à celle de la violence révolutionnaire dans les milieux émigrés vietnamiens en Chine du Sud. La troisième s’intéresse aux réalités complexes du terrain lors de son retour au Viêt-Nam en 1946. A travers ces trois clés (idéal politique, violence révolutionnaire, confrontation au réel), notre déconstruction ouvre le champ plus large de l’échec d’une intelligentsia vietnamienne, embarquée, parfois malgré elle, dans les affres d’une guerre de trente ans. Ces trois clés posent de fait trois questions : quelle politique ? Quels moyens pour y parvenir ou quelle stratégie ? et enfin quelle application concrète (l’idéal confronté à la pratique) ? D’une façon plus générale, cette communication tente d’analyser à travers le destin de cet homme de lettres les possibilités de l’émergence puis de l’existence d’un Viêt-Nam à la fois unifié du point de vue de son territoire national et unifié politiquement de façon pacifique.

Quelques auteurs ont souligné avec justesse la complexité du personnage Nhất Linh – Nguyễn Tường Tam tant dans son parcours que dans ses différentes actions. De même, a été mise en avant toute la difficulté qu’il y avait à évaluer son destin politique. Cette communication tente d’approcher cette complexité, de pointer les contradictions de ce parcours tout en réfléchissant sur son unité.

Dans une première partie nous nous focalisons sur l’avènement et la construction de l’idéal d’un Grand Viêt-Nam (Đại Việt) indépendant. En 1941, Nguyễn Tường Tam apparaît dans le curseur de la Sûreté coloniale comme le chef d’une nouvelle organisation révolutionnaire antifrançaise susceptible de prendre de l’envergure. Le nationalisme revendiqué du célèbre écrivain remonte à quelques années antérieures lorsqu’il abandonne la littérature pour l’action sociale puis politique. De la publication du « Manifeste » du groupe littéraire autonome en décembre 1936 dans la revue hebdomadaire Ngày Nay [Temps actuels] à la création de l’Association « Ánh Sáng » la même année, un glissement vers l’activisme social puis politique s’opère. La Sûreté coloniale s’en inquiète et Ngày Nay, finalement interdit, cesse de paraître en septembre 1940. Cette première partie retrace ce glissement et s’attarde sur la courte existence du Parti Populaire du Grand Viêt-Nam (1938-1945), son idéologie, ses hommes et son action ; enfin son démantèlement par la Sûreté coloniale en septembre 1941. Quoique modeste, l’existence de cette organisation groupusculaire atteste à la fois de la volonté d’indépendance des Vietnamiens à Hanoi au cœur même de l’Indochine coloniale et de la clairvoyance vis-à-vis des enjeux internationaux pesant sur le destin du Viêt-Nam démantelé. Elle est en outre, fait à souligner, une des premières tentatives d’unification de forces non communistes à Hanoi.

InsigneVNQDD

La seconde partie revisite la période des deux exils politiques de Nguyễn Tường Tam (de 1942-45 et de 1946-49), la question de l’unification des forces nationalistes et la problématique de la violence révolutionnaire. Ce premier épisode douloureux, qui est illustré par le démantèlement presque total de l’organisation nationaliste révolutionnaire Đại Việt, force Nguyễn Tường Tam à se repositionner. Il doit reconsidérer sa stratégie pour fondre son organisation dans le Parti National du Viêt-Nam de l’Extérieur (VNQDĐ-Hải Ngoại). Il rejoint les réseaux des révolutionnaires vietnamiens émigrés en Chine du Sud notamment la Ligue des Révolutionnaires Vietnamiens (Việt Nam Cách Mệnh Đồng minh hội, en abrégé ĐMH) fondée en octobre 1942 et concurrente du Việt Minh créé en mai 1941 mais cette intégration n’est guère facile. Trois aspects sont à considérer dans ce premier exil entre 1942 et 1945 : le retournement contre le Japon, l’affiliation au VNQDĐ de l’Extérieur et la question de la violence révolutionnaire entre émigrés vietnamiens abordée dans une partie non négligeable de son œuvre littéraire. La période du second exil de 1946 à 1949 est marquée par la nouvelle tentative d’unification des forces nationalistes cette fois-ci pour soutenir le retour de l’ex-empereur Bảo Đại comme fer de lance de l’indépendance négociée avec la France. Constat d’échec face aux divergences de vue entre les nationalistes sur la nature de ce soutien et le propre projet de Bảo Đại. Quelques années après le décès soudain de son frère (et soutien indéfectible) Nguyễn Tường Long en Chine dans des circonstances non éclaircies, Nguyễn Tường Tam de retour à Hanoi, décide d’abandonner la politique.

ConférenceDalat_1946
Extrait de Raoul Salan, Mémoires tome 1 (Presses de la Cité, 1970) © 1946 L’Illustration

La troisième partie analyse le dur retour aux réalités politiques de 1946 face à la France dans un pays occupé militairement et divisé tant sur le plan territorial que sur le plan politique. En quittant le théâtre tumultueux de la Chine du Sud pour retourner dans son pays à la fin de l’année 1945, Nguyễn Tường Tam est vite confronté à une réalité de terrain plus complexe qu’il ne pouvait l’imaginer et toute aussi dangereuse. Il revient au Viêt-Nam en tant que principal chef de l’opposition nationaliste et devient le ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement d’Hồ Chí Minh de mars 1946. Il affiche à la fois son indépendance vis-à-vis du Việt Minh et sa détermination face à la France. Son intransigeance vis-à-vis des Français va peu à peu le marginaliser politiquement alors que le Việt Minh se rapproche sensiblement, pour des raisons tactiques, de l’ancien colonisateur jusqu’à la rupture en décembre 1946. Son rôle de rassembleur est tout de même écorné par sa participation secrète au Front nationaliste d’opposition (Mặt trận Quốc dân Đảng) qui envisage un coup d’État en juillet 1946 auquel il n’est cependant pas impliqué. C’est le temps des occasions manquées, de la confrontation aux exigences françaises et de l’impossible entente avec le Việt Minh. Défendant avec détermination l’intérêt national au dessus de celui des partis, il reprend le chemin de l’exil en juin 1946 de nouveau sur un constat d’échec.

La conclusion revient sur les raisons de cet échec et l’héritage que laisse derrière lui ce romantique contestataire après son suicide en juillet 1963 quelques mois avant la chute du régime autoritaire de Ngô Đình Diệm qu’il combattait. Son destin politique rejoint les millions de destins oblitérés par la guerre civile et les confrontations des nationalismes dans l’histoire du Viêt-Nam contemporain.

François Guillemot, CNRS, IAO, ENS de Lyon.