Archives par mot-clé : Nguyen Van Thieu

Visite vintage du Palais de l’Indépendance [1967-1975]

[ndlr] Séries de reportages sur les appartements des anciens dirigeants de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975) dans l’actuel Palais de la Réunification. Ouverture au public à partir du 28 avril 2016 de deux nouvelles salles : la chambre du Président Nguyen Van Thieu et le bureau de travail de Nguyen Cao Ky, ancien vice-président. Une commémoration « vintage », visite guidée.

Dinh Độc Lập lần đầu cho du khách tham quan phòng ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu và nơi làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, từng là tổng thống và phó tổng thống chính quyền miền nam Việt Nam trước 1975.

Photo 01 : Từ ngày 28/4, 2 phòng mới được phục chế này được Di tích lịch sử Dinh Độc Lập mở cửa phục vụ khách tham quan. [Ouverture de nouvelles salles à visiter dans le Palais de la Réunification]

Photo 02 : Phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ.  [Bureau de Nguyen Cao Ky]

Photo 03 : Một trong hai tủ sách tại phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, đa số là sách lịch sử. [Une des deux bibliothèques du Bureau de Nguyen Cao Ky, principalement des livres d’histoire]

Photo 04 : Khu vực tiếp khách trong phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ. Trên tường treo ảnh vợ ông – bà Đặng Tuyết Mai. [Espace de réception dans le Bureau de Nguyen Cao Ky. Portrait de son épouse Dang Tuyet Mai sur le mur]

Photo 05 : Bà Đặng Tuyết Mai (mẹ MC Nguyễn Cao Kỳ Duyên) quê Hà Nội, vốn là tiếp viên Hàng không. Bà thua ông Kỳ 14 tuổi, hai người cưới nhau vào tháng 11/1964. [Portrait de Dang Tuyet Mai (mère de la MC Nguyen Cao Ky Duyen), originaire de Hanoi et ancienne hôtesse de l’air]

Photo 06 : Cùng với phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, dịp này Dinh Độc Lập mở cửa phòng ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu, người giữ ghế tổng thống giai đoạn 1967-1975. [Ouverture aux visites publiques de la chambre de Nguyen Van Thieu, ancien président de la RVN de 1967 à 1975]

Photo 07 : Giường ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu trong Dinh Độc Lập. [Le lit du Président Nguyen Van Thieu]

Photo 08 : Ảnh bà Nguyễn Thị Mai Anh, vợ ông Nguyễn Văn Thiệu, được đặt sát cạnh giường ngủ. [Photo de Mme Nguyen Thi Mai Anh, épouse de Nguyen Van Thieu, posée sur la table de nuit de gauche]

Photo 09 : Đồng hồ cổ được đặt bên giường ngủ. [L’horloge posée sur la table de nuit de droite]

Photo 10 : Bàn trang điểm của bà Mai Anh. [Table de maquillage de la première dame]

Photo 11 : Khu vực để áo quần và giày dép của vợ chồng ông Nguyễn Văn Thiệu nằm đối diện phòng ngủ. [Mobilier de rangements destinés aux habits du couple présidentiel]

Photo 12 : Những bộ áo quần của vợ chồng ông Nguyễn Văn Thiệu. [Costumes et vêtements du couple présidentiel]

Source : Trung Sơn, Lần đầu mở cửa phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, VnExpress, 28/04/2016.

Voir également :

Nguyen Van Thieu, Président de la République du Viêt-Nam, extraits d’entretiens en 1973

Extraits d’entretiens avec Nguyen Van Thieu en 1973 : extraits tirés de « Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam », film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source : INA.

La mer et le legs familial

[04:04 – 06:15]

Nguyen Van Thieu : J’aime la solitude, je suis comme un solitaire, dans ce sens que je… euh, enfin, pour les moments de repos, euh, de détente, j’aime être seul devant… un grand paysage comme la mer avec un horizon… très lointain d’ailleurs, une vue très large. C’est pour moi une source de méditation parce que j’ai passé toute mon enfance dans mon village, et puis fait… ma maison est tournée vers la mer et puis partout je vois la mer, les lagunes et les montagnes… Faut pas perdre cette habitude là, c’est pourquoi j’ai passé presque tous mes week-end, là où il y a un peu de mer, ou dans mon village natal ou dans une île quelconque ou au Cap Saint Jacques.

J’aime la mer avant tout, je voudrai continuer la carrière de mon grand père, de mon père. J’aimais voyager, j’aimais la mer. J’ai fait la marine marchande. Mon grand père était un amateur de jonques, alors il commandait une flotte de dix jonques, de douze jonques, pour transporter du nuoc mam de Phan Rang jusqu’à Saigon, et dans tous les… dans toutes les provinces du Sud de Saigon et des fois il est allez jusqu’à Singapour pour acheter des tissus, des étoffes, des dattiers [?] puis il est allé parfois jusqu’au, plus au nord, au nord de Hue, de Tourane, c’est comme ça. Dans le temps, c’était des jonques…, des grosses jonques et il est plus fort en navigation que moi. Et, j’ai dû lui demander des fois des conseils sur la navigation astronomique, même avec les livres que j’ai appris. C’est la pratique qui compte, il pouvait prédire les orages…

La pratique du pouvoir

[06:27 – 07:35]

NVT : Je ne m’assoie jamais dans mon bureau pour plus d’une heure. Je marche tout le temps et puis je m’assoie là, m’assoie là, m’assoie là, voyez-vous, bon ben… on ne peut pas me tenir pendant une ou deux heures exception faite pour des réunions, des conseils de ministres. Si j’avais la liberté de travailler comme eux… j’ai plusieurs bureaux dans ce palais, j’ai plusieurs bureaux.

Vous êtes comme Napoléon qui ne pouvait pas rester en place ?

NVT : (rires) Excusez-moi mais le moment où je donne le plus d’ordres c’est le matin quand je fais ma toilette alors j’ai un interphone, alors là, c’est, c’est… Oui, quand je me peigne, quand je me rase, quand je… ça c’est, c’est ça… Je m’en fous là où est le Premier ministre, où est mon chef de Cabinet, où est Nha [Hoang Duc Nha, son neveu], il peut être dans sa maison, en voiture, en déplacement mais… il faut que je puisse parler ou bien donner des ordres à travers l’officier de permanence pour qu’il puisse transmettre mais c’est là, où, à ce moment là que viennent les idées. Les ordres, les ordres viennent comme ça.

[Passage sur le petit dejeuner au Palais présidentiel, Nguyen Van Thieu aborde la question des prisonniers de guerre avec son chef de Cabinet et neveu Hoang Duc Nha]

NVT : J’ai mis beaucoup de temps pour euh… lire les dossiers, pour écouter mes collaborateurs exposer le problème. Mais quand à prendre une décision, j’ai pris une décision très vite, après avoir, si je peux employer le mot « pigé », et surtout après une nuit de réflexion.

[Passage sur une cérémonie présidée par Mme Thieu dédiée aux prisonniers militaires libérés des prisons communistes]

[Passage sur l’organisation par Mme Thieu de la fête des soeurs Trung, héroïnes nationales]

[Entretien privé avec Mme Thieu, elle raconte sa rencontre avec son futur époux, ses études, le contexte familial]

[Passage sur Mme Thieu qui rend visite à l’hôpital aux prisonniers libérés]

[16:10 – 16:37]

NVT : Je vais discuter avec le Président Nixon des… des relations d’après-guerre. C’est-à-dire, on ne parlera plus de guerre mais on parlera de paix et surtout entre les Etats-Unis et le Sud Viêt-Nam certainement des questions d’aide économique, d’investissements, euh, pour la reconstruction, pour le développement de long terme du Sud Viêt-Nam.

[Second passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans le cadre d’une réunion sur la pacification]

[Troisième passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

Une réunification pacifique ?

  • [18:46 – 19 :44]

NVT : Si les communistes respectaient le cessez-le-feu, il y a une solution politique très rapide, des élections, euH… qui devraient [se] dérouler le plus vite possible… alors la réunification ne pourrait se faire que par un choix libre et démocratique alors… on ne peut pas espérer avoir la liberté, la démocratie sous les communistes. Donc, personne ne peut prédire quand et comment les vingt millions d’habitants du Nord Viêt-Nam pourraient avoir une opportunité… d’exprimer leur volonté librement et démocratiquement. On écarte une guerre de réunification (rires). Moi, j’écarte une guerre de réunification, moi je préconise une réunification pacifique. Avec ça, c’est très difficile de prédire parce que… tant que les communistes sont là. C’est presque non faisable.

[Passage sur le catholicisme et la conversion de Nguyen Van Thieu, messe privée au Palais présidentiel suivie du rappel de la destruction de la cathédrale de La Vang à Quang Tri]

[Passage sur la cérémonie funéraire du vénérable bouddhiste Thich Tinh Khiet de la pagode An Quang et hommage de Nguyen Van Thieu]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans l’avion « Peaceful Cooperation » le menant à Washington]

[Passage sur le Palais de l’Indépendance, son histoire, le jardin et le bureau présidentiel]

Bao Dai, le Viêt-Minh et l’indépendance de 1945

  • [32:24 – 35:11]

NVT : Moi, j’étais né à Phan Rang qui était en… en Annam. Il y a ma sœur, mon beau-frère, ils surveillent la maison. Ca reste comme un… lié à un souvenir… une maison. Et je fais le marché, je faisais le marché dans ces villages, deux fois par jour pour ma sœur, voyez-vous et puis comme ça là… Et le pont… existait seulement depuis quatre années, cinq années depuis le programme de pacification. C’est pourquoi on l’appelait le pont de… de M. Thieu. Mais d’ici de cette montagne, j’ai surveillé les batailles navales entre Américains et Japonais dans la mer qui est à peu près à… cinq ou six kilomètres un peu plus loin. Et mon village a été bombardé le premier par l’aviation américaine en 1945. Parce que c’est tout près de Cam Ranh alors la chasse japonaise, la chasse américaine, engageaient une bataille dans le ciel et puis quand ils veulent décharger les bombes, ils le font ici.

En 1945, tout le monde était dans la jeunesse, dans la jeunesse de… sous… Bao Dai et après sous les… Viet Công, les Viêt Minh. Enfin, je peux dire que l’empereur Bao Dai… il a laissé passer l’occasion. Si vraiment, il était un empereur qui voulait lutter pour l’indépendance du pays, il n’aurait jamais permis aux… aux Viêt Công à ce moment de prendre le pouvoir. Moi, je me rappelle bien quand ils prenaient le pouvoir à Phan Rang où j’étais un des leaders du mouvement de jeunesse, ils avaient seulement des fusils. Nous en avons une cinquantaine mais parce qu’il manquait de leadership alors l’empereur Bao Dai, peut-être a été trompé, disant « je voudrais être un citoyen d’un pays indépendant que d’être un empereur d’un état colonisé », c’est trop beau comme… déclaration mais ce n’est pas pratique d’un point de vue politique.

Je travaillais en même temps… que j’étudiais. A ce moment là, j’étais dans une situation pécuniaire assez difficile, alors je m’engageais à travailler dans la direction du lycée Yersin en même temps je préparais mon baccalauréat.

[Passage sur la distribution des prix par Nguyen Van Thieu aux Championnats nationaux du Viêt-Nam]

[Passage sur Nguyen Van Thieu sur un petit bateau de pêche au large de Con Son, Thieu raconte un souvenir de jeunesse sur le chant des pêcheurs]

L’Armée nationale vietnamienne

  • [39:36 – 43:40]

Qu’est-ce qui vous a amené à vous engager dans l’armée ?

NVT : Ah, c’est la situation au Sud Viêt-Nam. J’étais dans la première promotion des officiers de l’Armée nationale vietnamienne, nous étions treize. Nous étions des sous-lieutenants élèves, c’est-à-dire la troisième née de Saint Cyr. Or, j’avais de très bons amis, il y avait toute une promotion qui venait ici se battre, c’est la promotion Général Frère, qui venait ici se battre. Alors, j’ai des amis très… très intimes, des très bons amis de promotion, qui ont été tué au Viêt-Nam… Le mal… Un de mes meilleurs amis qui a été tué sept après son arrivée au Viêt-Nam… dans le Nord.

La dernière, on m’a dit que la dernière bataille à laquelle vous avez participé avec l’armée française c’était, euh, l’opération, euh…

NVT : Atlante. Pas avec les Français. Pas avec l’armée français parce que… ça c’est la première fois qu’à l’armée vietnamienne a été donné un secteur et j’étais assigné à Binh Dinh pour commander dix bataillons pour débarquer et comme il n’y a pas dix bataillons au moment voulu alors… je dois débarquer à Song Cau beaucoup plus au Sud et puis remonter jusqu’à Binh Dinh. Mais, tous nous étions des Vietnamiens dans cette opération soutenue par la logistique française… et commandée par des Vietnamiens.

C’était la première fois qu’il y avait un… secteur confié complètement à des Vietnamiens ?

NVT : Non, j’étais au secteur de Hung Yen au Nord Viêt-Nam, au sud de Hanoi, ça c’était le premier secteur vietnamisé. Alors, c’est le morceau le plus dur qui a été passé à nous par la zone Sud, enfin… j’étais… je travaillais avec le Général Cogny. Alors j’ai plusieurs fois rouspété et puis… (rires) même j’ai envoyé un rapport de tonnerre au Général Cogny [René Cogny, 1904-1968]. Il était venu : « Qui a rédigé ce rapport ? » Alors il y avait là un commandant… un commandant français qui est chef d’Etat-Major, un colonel vietnamien qui était commandant de secteur, moi j’étais lieutenant chef du troisième bureau. J’ai rédigé le rapport. Et… Alors il signe comme ça, après avoir lu, il signe. Le commandant mais…, le Général Cogny, il dit que : « C’est formidable ce rapport ». Il ne pensait pas que c’est le commandant français qui avait osé, et puis il a répondu que : « Quel est celui qui a rédigé ce rapport ? ». Je dis que : « Mon général c’est moi ! » Il dit que : « Pourquoi ? », « – Mais je dois dire la vérité ». Alors le général Hinh qui est mon chef d’Etat-Major, il a été signalé par le Général Cogny, le général Hinh était venu, il dit : « Viens ici » : « C’est bon, c’est bien comme officier mais tu n’as pas le droit de faire ça. Tu feras ça quand tu seras général mais pas maintenant. (rires)

Qu’est-ce vous avez ressenti au moment de la chute de Dien Bien Phu ?

NVT : J’étais à ce moment là lieutenant-colonel à Song Cau. Tout le monde, enfin… officiers vietnamiens comme français, on était très triste parce que ça c’est… Mais moi je vous dis franchement, si il n’y avait pas la politique en France, si on est pas battu en politique, on ne… même à Paris, la chute de Dien Dien Phu avec la perte de quinze mille hommes, ça ne justifie pas la perte d’une guerre. Et la chute de Dien Bien Phu en comparaison avec la chute de Quang Tri, de Kontum, de Binh… Binh Dinh, qu’est-ce que c’est ? Et quinze mille hommes par rapport à 180.000 Français, c’est même pas un dixième de l’armée, plus 180… 120.000 Vietnamiens. On peut toujours continuer la guerre si on en avait les moyens. C’est juste qu’on a dit qu’on a perdu la guerre à Paris, pas en Indochine. Dien Bien Phu, mais c’est un coin qu’on ne peut même pas retrouver sur la carte, c’est un nom tout à fait inconnu.

[Passage sur le Conseil des Généraux au Palais de l’Indépendance]

Vo Nguyen Giap et la conduite de la guerre

  • [44:35 – 46:35]

NVT : Dès le début de (19)68, Vo Nguyen Giap a fait une erreur très grave, il a recommencé cette erreur en 1972. Il a sous-estimé l’armée sud-vietnamienne [Passage sur l’ARVN à l’entrainement]. Il a sous-estimé aussi l’armée américaine et il croyait que tout devrait se passer au Viêt-Nam en 1967-68 comme… ça c’était passé au Viêt-Nam en 1953 ou en 1954. Or, tout était différent. L’armée française à ce moment là n’était pas aussi puissante que l’armée américaine et bien doté au point de vue matériel que l’armée américaine… dans cette guerre. De plus, l’armée vietnamienne est considérée comme si elle n’existait pas. Il y a quelques bataillons, régiments séparés sous le commandement vietnamien ou sous le commandement français, il n’y avait presque pas de gouvernement. Les… les leaders… de Hanoi, ils n’ont pas bien compris tout ça. C’est pourquoi il ont commis des erreurs très graves au point de vue politique, psychologique, comme militaire. Et c’est aussi une des causes, euh… de leur défaite parce que, euh… ils ont mal compris et ils s’étaient trompés. Et que la guerre de… de 1965-1972 devraient être comme la guerre de 1950, 1954.

[Passage sur Nguyen Van Thieu examinant les armes prises à l’ennemi à Sa Huynh et inspection du secteur]

[49:03 – 46:35]

NVT : Vo Nguyen Giap, il pensait qu’il pourrait continuer à faire le Napoléon de 1972 comme il était le Napoléon vietnamien de 1953-54.

[Passage sur Nguyen Van Thieu inspectant les troupes et les positions sud-vietnamiennes]

[50:35 – 51:12]

NVT : Alors j’ai dis ça à quelques Américains qui me demandaient ça. Et qu’on s’attendait à ce que pouviez terminer cette guerre en trois mois avec votre massive aviation. Alors c’était, au contraire, le gradualisme qui prévaut dans la politique de la guerre. On ne peut pas faire la guerre avec gradualisme.

La population au Nord Viêt-Nam s’attendait à ce qu’on libérait le Nord Viêt-Nam dès le premier bombardement américain en 1966, alors ils étaient découragés.

  • [51:24 – 51:53]

NVT : Si j’avais tous [eu] les moyens nécessaires, j’aurai cassé le corps de bataille de Giap même au Laos… en 1971.

Vous n’aviez pas suffisamment de moyens à l’époque ?

NVT : Pas suffisamment de moyens, la logistique était très difficile, très longue à suivre et les Américains ne voulaient pas… s’engager totalement dans cette bataille.

Vous connaissez le Général Giap, personnellement ?

NVT : Non, j’ai entendu parler de lui. Et je… J’ai entendu parler de lui comme un professeur d’histoire de… dans un collège… au collège de Gia Long à Hanoi quand j’étais encore collégien.

Retranscription des dialogues et intertitres : FG

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 3

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 3 : mardi 13 octobre 2015

Affirmation de deux Viêt-Nam (1945-1975)

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui prévoient la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution et en guerre de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) au Nord (1945-1976) et de la République du Viêt-Nam (1955-1975). La situation des deux Viêt-Nam pendant les années soixante sera analysée dans le contexte de la Guerre froide à partir des entretiens avec des personnalités de premier plan : Ho Chi Minh, le président de la RDVN, Nguyen Van Thieu, le président de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975), Pham Van Dong, Premier ministre de la RDVN et Bui Diem, ancien conseiller de Phan Huy Quat puis de Nguyen Cao Ky et ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux.

Sources orales à discuter :

Cinq Colonnes à la Une : Interview de Ho Chi Minh, juin 1964  [Extrait] Phỏng vấn chủ tịch Hồ Chí Minh – Tháng 6/1964 – Source originale : INA.

HoChiMinh_5ColonnesUne_une[date : 5 juin 1964, durée : 09:38, texte retranscrit ici]

 

Profils INA : Nguyen Van Thieu (Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu )
Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam
Un film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source originale : INA.

NguyenVanThieu_Profils[date : 5 avril 1973, durée : 52:23, texte retranscrit ici]

Interview with Pham Van Dong, 1981

OpenVault_PhamVanDong[date : 19 février 1981, durée : 58:03, texte traduit en regard]

Interview with Bui Diem [1], 1981

BuiDiem[date : 03 juin 1981, durée : 32:55, texte en anglais en regard]

Exposés oraux

  • RobicDiaz_L'IndochineDansLeCinémaFrançaisRobic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2015.

CR de lecture de Lorène Delhoume

Présentation de l’éditeur : PUR

  • NguyenCongLuan_NationalistVietnamWars Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Vietnam wars. Memoirs of a victim turned soldier, Bloomington: Indiana University Press, 2012.

CR de lecture de Lauriane Simony

Présentation de l’éditeur : IUPress

 

Pour aller plus loin :

Consulter les sources de la séance de l’année dernière (2014) en fin de billet.

Cái Chết Đầy Bí Ẩn Của Thiếu Tướng Nguyễn Văn Hiếu [Viet Bao]

[ndlr] Article tentant d’éclaircir les hypothèses concernant la mort du général Nguyễn Văn Hiếu le 8 avril 1975 : accident, suicide ou assassinat ? Enquête de son frère Nguyễn Văn Tín, article de Trúc Giang.

1* Mở bài

Ai giết Thiếu Tướng Nguyễn Văn Hiếu? Tướng Hiếu chết vì tai nạn hay bị mưu sát?.

Suốt gần 40 năm qua những câu hỏi nầy chưa có câu trả lời xác đáng.

Ngày 8-4-1975, Thiếu Tướng Nguyễn Văn Hiếu, Tư Lịnh Phó Quân Đoàn III được tìm thấy đã chết tại phòng làm việc trong Bộ Tư Lịnh Quân Đoàn, Biên Hòa. Chết do bị một viên đạn bắn vào càm.

Tướng Hiếu được biết đến như là một tướng lãnh tài ba và thanh liêm cho nên cái chết của ông được nhiều người quan tâm theo dõi. Thông báo chính thức cho biết Tướng Hiếu chết vì tai nạn, súng bị cướp cò trong khi lau chùi. Tuy nhiên không có hình ảnh hoặc nhân chứng nào tận mắt nhìn thấy cái chết của Tướng Hiếu cả. Vì thế, lý do chết vì tai nạn không thuyết phục.

Vì thế nhiều câu hỏi được đặt ra là: Vì sao chết?, Nguyên nhân nào đưa đến cái chết? Ai giết Tướng Hiếu?

Để trả lời những câu hỏi đó, nhiều suy đoán và giả thuyết được đưa ra, nhưng không có chứng cớ nào vững chắc, đáng tin cậy được cả.

TuongNguyenVanHieu

Lire la suite : Viet Bao, 03/03/2015.

Réf. Trúc Giang, « Cái Chết Đầy Bí Ẩn Của Thiếu Tướng Nguyễn Văn Hiếu », Việt Báo, 03/03/2015 (Minnesota ngày 02-03-2015).

La réponse du Président Nguyen Van Thieu au sujet de la mort du général Hieu (interview de 1990).

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013)

[ndlr] Interview de Hoang Duc Nha, neveu du Président Nguyen Van Thieu, à la fois secrétaire et attaché de presse du Président de la Seconde République du Viêt-Nam. L’entretien a été réalisé les 25 et 26 janvier 2013 par SBTN pour l’émission « Les questions vietnamiennes » (Những Vấn Đề Việt Nam). Hoang Duc Nha discute avec le journaliste Pham Tran des dessous diplomatiques et politiques menant à l’Accord de Paris de janvier 1973. Il évoque notamment les importantes dissensions entre Washington et Saigon et les conséquences de l’Accord de Paris pour la Seconde République du Viêt-Nam (Sud).

 

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013) Phần 1
25/1/2013
Nhà Báo Phạm Trần
Ông Hoàng Đức Nhã, Cựu Tổng Trưởng Dân Vận Chiêu Hồi
Cựu Bí Thư của Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013) Phần 2
25/1/2013
Nhà Báo Phạm Trần
Ông Hoàng Đức Nhã, Cựu Tổng Trưởng Dân Vận Chiêu Hồi
Cựu Bí Thư của Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu

Những Vấn Đề Việt Nam: 40 Năm Hiệp Định Paris – (27/1/1973 – 27/1/2013) Phần 3
26/1/2013
Nhà Báo Phạm Trần
Ông Hoàng Đức Nhã, Cựu Tổng Trưởng Dân Vận Chiêu Hồi
Cựu Bí Thư của Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu

Henry Kissinger: L’Accord de Paris [Les années orageuses, 1982, extraits]

[ndlr] Le 27 janvier 1973 était signé l’Accord de Paris. On a retenu de cet accord l’image triomphante de Henry Kissinger et de Le Duc Tho, tous les deux satisfaits d’une avancée dans leurs stratégies d’alors. Pour les Etats-Unis, l’accord permettait ce « retrait dans l’honneur » tant attendu et promis électoralement. Pour Hanoi, l’accord signifiait que tout pouvait désormais être mis en œuvre pour conquérir cette République du Sud jamais acceptée, cet autre Viêt-Nam politiquement si différent.

Dans ses mémoires publiés en 1982 soit dix ans après les offensives de 1972 et sept ans après la chute de Saigon, Kissinger rappelait les certitudes américaines sur le devenir de cette guerre et, dans un aveu assumé, savait que les efforts financiers ne seraient plus mis en œuvre pour tenter de consolider la République sudiste à laquelle Kissinger ne croyait déjà plus. Dans le second extrait qui suit, il s’interroge sur l’extraordinaire volonté des Nord-Vietnamiens dans leur objectif de parvenir à réunifier le pays au prix d’un immense sacrifice humain et d’un total mépris des contingences extérieures. Une des clés, selon lui, de la dynamique victorieuse engagée par le Nord pour regagner le Sud perdu en 1954.

* * *

L’Accord de Paris

 L’Accord de Paris, malgré toutes ses ambiguïtés, reflétait l’équilibre des forces au Vietnam à l’issue des batailles qui avaient marqué le paroxysme de la guerre en 1972. Comme tout règlement de paix, celui-ci dépendait du maintien de cet équilibre. Nous n’avions aucune illusion sur les objectifs à long terme de Hanoi ni sur sa volonté de dominer toute l’Indochine. Lors de la phase finale des négociations, en novembre et décembre 1972, j’en avais averti Nixon avec insistance. Mais j’étais également persuadé que notre peuple ne supporterait pas la prolongation de la guerre assez longtemps pour que cela fît une différence sur le plan militaire. En août 1972, le président du Sud-Vietnam, Nguyen Van Thieu, m’avait fait savoir qu’à son avis, si la guerre se poursuivait, le Nord-Vietnam serait plus faible en décembre 1973 qu’en mars 1972 [date du départ de l’offensive de Pâques] – mince avantage par rapport à notre situation d’alors. Et d’autre part, tous nos experts prédisaient que le Congrès nouvellement élu réduirait les crédits militaires à partir de janvier 1973 en portant la hache, pour commencer, sur les fonds supplémentaires que nous avions réclamés pour pouvoir faire face financièrement à l’offensive de printemps lancée par Hanoi en 1972.

* * *

Les Vietnamiens avaient supporté pendant des siècles la domination chinoise sans perdre leur identité culturelle ; c’est déjà là un exploit presque inouï. Ils avaient traversé la période de l’occupation française sans cesser de penser qu’ils seraient les héritiers de l’empire français en Indochine. Faute des qualités humaines de leurs voisins laotiens et de la grâce des Cambodgiens, ils cherchaient à s’imposer non par la séduction mais par l’obstination. Entièrement concentrés sur eux-mêmes, ils en étaient venus à oublier les lois naturelles et à négliger le calcul des probabilités auquel obéit habituellement la puissance. Et comme il y avait toujours plus de Vietnamiens que d’étrangers prêts à mourir pour leur patrie, leur nationalisme allait se révéler fatal à leurs envahisseurs comme à leurs voisins.

Plus que de la passion, les Nord-Vietnamiens avaient une invincible confiance en eux-mêmes et un mépris pour tout ce qui était étranger. Ce dédain leur avait permis de manipuler les autres peuples – même leurs partisans étrangers – avec un sentiment glacé de supériorité, et de faire de leur capitale, par le seul effet de leur volonté, le centre des préoccupations internationales pendant plus de dix ans. Ce que nous tenions pour une duplicité insolente n’était que l’effet d’une autre définition de la vérité ; tout ce qui servait les desseins de Hanoi avait rang de nécessité historique. Comme un chirurgien armé d’un scalpel, le gouvernement de Hanoi disséquait la psyché de l’Amérique et sondait nos faiblesses, notre sentiment de culpabilité nationale, notre quête de certitudes, notre idéalisme et même le sens des valeurs de ses sympathisants, qu’il dupait tout comme il dupait ses adversaires, imperturbablement. Pour notre malheur ; nous nous trouvions en travers de la route qui menait ces dirigeants à leurs objectifs obsessionnels.

Notre cauchemar indochinois était pourtant terminé. Les voisins de Hanoi n’étaient pas aussi bien lotis. La proximité les condamnait à une terreur permanente. Autant nous étions soulagés de voir la guerre finie, autant ils étaient épouvantés à l’idée de perdre leur liberté si la paix signifiait pour nous le retrait total. Après avoir exulté, Washington se laissa gagner per l’inquiétude de ceux qui dépendaient de nous – et d’autant plus qu’ils étaient plus proches des frontières de cette implacable nation qui conduisait ses agressions en se faisant passer pour une victime.

Extrait de Henry Kissinger, Les années orageuses [tome 1 : 1973-74], Paris, Fayard, 1982, chapitre 2: « Voyage à Hanoi », pp. 22-24.