Archives par mot-clé : mouvements politiques

Michael Goebel : Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939)

[ndlr] Parution à La Découverte d’une étude intéressante et importante (450 p.) sur la l’organisation et la lutte des immigrés de Paris contre l’impérialisme et l’oppression coloniale. Présentation de l’éditeur.

Ce livre retrace l’expansion, au cours de l’entre-deux-guerres, de l’anti-impérialisme mondial, mouvement dans lequel Paris joua un rôle de tout premier plan. La Ville Lumière accueillit en effet d’innombrables futurs leaders tiers-mondistes qui vinrent y faire, sans même le savoir, leur formation politique – formation qui, en retour, les mènera vers l’une des plus fantastiques déflagrations révolutionnaires de l’histoire. Dans ce Paris incroyablement cosmopolite où affluaient les âmes errantes venues du monde entier, on pouvait ainsi croiser Hô Chi Minh, Zhou Enlai, Léopold Sédar Senghor, C. L. R. James, George Padmore, Messali Hadj ou le révolutionnaire indien M. N. Roy. En étudiant le contexte sociopolitique parisien dans lequel ces apprentis activistes évoluaient, ce livre nous plonge dans des complots d’assassinat prétendument ourdis par des étudiants chinois, dans des manifestations menées par des nationalistes latino-américains, ou simplement dans la vie quotidienne des ouvriers algériens, sénégalais ou vietnamiens.

Sur la base de rapports de police et autres sources de première main, Michael Goebel montre le rôle de force motrice essentiel joué par les mouvements migratoires et les interactions vécues au sein des milieux immigrés dans le développement de l’opposition à l’ordre impérial mondial, qui a fait se croiser les histoires de peuples issus de trois continents.

S’appuyant sur les travaux de l’histoire globale et impériale, et sur les études des questions migratoires et « raciales » en France, ce livre ne propose rien de moins qu’une compréhension renouvelée des origines de l’idée de tiers monde et de tiers-mondisme.

Mickaël Goebel est historien. Il enseigne l’histoire globale et de l’Amérique latine à la Freie Universität de Berlin.

Source : La Découverte

Image « à la une » : Nguyen Ai Quoc (le futur Ho Chi Minh) lors du congrès fondateur du Parti communiste français (Congrès de Tours) en 1920 © DR

Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines

Premier volet d’une série intitulée « Clés du Viêt-Nam contemporain », dédiée aux étudiant.es qui suivent mes enseignements à Sciences Po Lyon ou à l’ENS de Lyon.

Pendant la première moitié du XXe siècle, le Viêt-Nam colonisé et démantelé par les Français offre l’image d’une résistance opiniâtre. Tenues en échec jusqu’au 9 mars 1945, les organisations révolutionnaires finissent par l’emporter dans un pays déchiré. Après une longue période de guerre, les vainqueurs réunifient le pays en 1976 sous le nom de République socialiste du Viêt-Nam. Le Parti communiste vietnamien (PCV), clé de voûte du nouvel État réunifié, met en place un régime politique sans partage. En 1988, avec la disparition de deux partis fantômes (Parti Démocrate et Parti Socialiste) qui l’accompagnait depuis les années quarante, le PCV reste la seule organisation politique officielle.

Continuer la lecture de Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2013 : Séance 2

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

MémoiresIndochine2013ter

Séance 2 – Mardi 1er octobre 2013

« Mouvements révolutionnaires et monarchies dans la tourmente »

 

Cette séance s’intéressera d’une part, aux discours et aux pratiques politiques des partis révolutionnaires vietnamiens (en première partie) et d’autre part, au déclin des monarchies indochinoises et aux souvenirs rétrospectifs des monarques cambodgiens et vietnamiens (en seconde partie du séminaire).

 

Extraits de textes à discuter :

1ère partie / Mouvements révolutionnaires vietnamiens

  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], « Traduction d’un Document du “Parti Nationaliste du Dai-Viêt” [Proclamation au peuple] », SHD, 10H 4199, dos. «  2e Bureau – Politique »  intitulé « DVQDD & VNQDD », ch. « VI – DVQDD », pièce : TFEO – TFIS, État-Major – 2e Bureau, n° 1842/2S[?], 2 mai 1948.
  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], Document manuscrit : « Proclamation du “Parti Nationaliste du Dai-Viêt” (Đại Việt Quốc Dân Đảng) », SHD, 10H 607, pièce : TFEO – TFIS, État-Major, 2e Bureau, N° 2143/2S – Secret. Traduction d’un document sur le DVQDD, 19 mai 1948.
  • [Nguyễn Thái Học], « Lettre aux députés », in par Louis Roubaud, Viet-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931, pp. 147-148.
  • « Traduction du programme d’action du Việt Nam Quốc Dân Đảng (Parti national annamite [VNQDD]) 1929 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° II. Le “Việt-Nam Quốc-Dân Đảng” ou “Parti national annamite” au Tonkin (1927-1932), 1933, pp. 47-49 (Annexe n° 3). [présentés par Louis Marty, Dir. p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].

 

2ème partie / Monarchies dans la tourmente

  • S.M. BAO DAI, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, pp. 90-123 [+ dos de couverture]. Voir aussi la sélection d’extraits de Belle Indochine.
  •  Norodom SIHANOUK, Chroniques de guerre… et d’espoir, Paris, Hachette / Stock, 1979, pp. 40-45, pp. 99-117 [+ dos de couverture].

(Le Laos sera abordé ultérieurement lors des exposés de la séance 3).

Voir les fiches biographiques de la séance 2 sur Mémoires d’Indochine.

Pour aller plus loin :

  • Daniel Hémery, “A Saigon dans les années trente, un journal militant : « La Lutte » (1933-1937)”, article en ligne sur Europe Solidaire sans Frontières
  • Nguyen The Anh, “L’impact des évènements de 1930-31 sur l’attitude de l’administration française à l’égard de la monarchie vietnamienne“, article en ligne sur Viet Nam infos
  • Nguyen The Anh, “The Formulation of the National Discourse in 1945 Vietnam”, article en ligne sur Viet Nam infos

 

Sur la grande famine au Nord Viêt-Nam en 1944-1945 :

  • Pierre Brocheux, “La famine au Tonkin en 1945″, article en ligne sur Etudes coloniales
  • Geoffrey Gunn, « The Great Vietnamese Famine of 1944-45 Revisited , article en ligne sur Japan Focus
  • Nguyen The Anh, “La famine de 1945 au Nord Viêt-Nam”, article publié dans The Vietnam Forum, no. 5, Winter-Spring 1985, pp. 81-100.
  • Nguyen The Anh, “Japanese Food Policies and the 1945 Great Famine in Indochina” in: Paul H. Kratoska ed., Food Supplies and the Japanese Occupation in South-East Asia. London: Macmillan – New York: St. Martin’s Press, 1998, pp. 208-226. Rep. in: Dòng Viêt (Southeast Asian Culture and Education Foundation, Huntington Beach, USA), n° 7, 1999, pp. 289-310.

 

Sites des partis politiques évoqués :

Goscha: Vietnam or Indochina – CR de lecture de Aranone Zarkan Al Farekh

Goscha_VietnamOrIndochinaAvant l’arrivée des Français, le peuple viet était déjà linguistiquement homogène et contrôlait un territoire allant du Delta du fleuve Rouge jusqu’à la vallée du Mékong. En 1834, l’empereur Minh Mang déclara un protectorat sur le Cambodge, les frontières territoriales débordant ainsi les frontières linguistiques. Cet espace était maintenu sous l’autorité de l’empereur grâce à une bureaucratie efficace composée de fonctionnaires viet et de subalternes locaux parlant la langue viet. Si l’empereur abandonna Phnom Penh en 1841, le Cambodge lui reste tributaire jusqu’en 1863, date à laquelle les Français y établissent leur propre protectorat.

L’appellation Viet-Nam (越南) n’apparaît qu’au début du XIXe, en 1838 l’empereur choisit Dai-Nam (大南) parce que l’empire s’agrandissait au sud, c’est ce terme qui prévaut jusqu’aux années 1940 chez les fonctionnaires impériaux. Dans le Traité de Saïgon, en 1862, les Français optèrent pour Annam (安南) terme chinois signifiant « le sud pacifié ». Ils divisent ensuite l’empire vietnamien en trois régions : au nord le Tonkin (Bac ky), au centre l’Annam (un terme vague qui aurait aussi pu désigner l’ensemble du territoire, désormais Trung ky) et au sud la Cochinchine (dénomination dont l’origine est mal connue, Nam ky). En 1863 le protectorat s’étend au Cambodge et au Laos : nous sommes en présence des cinq régions qui se fondent dans l’Indochine française.

En octobre 1887, les Français créent l’Union indochinoise, une première impulsion allant dans le sens d’un territoire unifié. L’ouvrage de Christopher E. Goscha s’interroge sur le tracé des frontières en fonction – voire contre – les géographies ethniques et culturelles. Cette question est peu traitée par l’historiographie centrée sur les luttes politiques entre conservateurs et communistes, elle délaisse la question de la construction identitaire qui s’est faite à travers la contestation sémantique dans et par rapport à un espace avant et après la révolution de 1945.

Nommer un espace c’est le rattacher à un passé déterminé et déterminant, il s’agissait de savoir si l’Indochine était l’héritière de l’Empire d’Annam ou si les Annamites étaient indochinois. L’auteur se pose la question de savoir quels ont été les échecs et quels ont été les aboutissements de la contestation des concepts spaciaux.

Autrement dit, il s’agit de comprendre dans quelle mesure les Français ont réussi à créer l’Indochine en tant qu’entité et territoriale et identitaire, et géographique et mentale. Se poser la question de l’identité c’est nécessairement s’attarder sur les représentations des individus, sur leur perception de l’Indochine, et ce d’autant plus que le débat s’est appuyé sur l’arrière-plan mémoriel associé aux termes qui ont successivement désigné la péninsule indochinoise, et plus particulièrement le Vietnam.

Les bornes chronologiques choisies par l’auteur comme cadre à sa réflexion s’expliquent simplement, en effet, octobre 1887 correspond (nous l’avons dit plus haut) à la date de création de l’Union inodchinoise, et mai 1954 à l’ouverture de la Conférence de Genève qui devait mettre fin à la guerre d’Indochine. Il faut cependant comprendre que les transitions ne sont jamais radicales, que les dates charnières, même à l’intérieur des parties, ne sont que des repères et que toutes les évolutions se superposent et se chevauchent, Jacques Léonard parle d’ailleurs de “transitions coulissantes”.

Le plan du livre (qui est en deux parties) a été remodelé afin de mieux mettre en avant les principales problématiques. La ligne directrice a bien entendu été conservée, seule la première partie – très longue – est redécoupée.

Avant d’entrer dans le propos il semble nécessaire de faire une mise au point sémantique (présente dans l’ouvrage). Les conventions actuelles préfèrent l’emploi de « Vietnam » à celui de « Annam » parce qu’il rend compte du véritable sentiment des nationalistes, « Annam » est perçu comme péjoratif notamment à cause de l’emploi français « Annamite », il renvoie de fait à la période coloniale ainsi qu’au nom chinois 安南 (le sud pacifié) évoquant la soumission humiliante au Géant voisin.

Dans un premier temps nous maintiendrons l’emploi d’Annam afin de faire ressortir les fissures du discours nationaliste derrière lequel les concepts de « Viet-nam » et d’ « Indo-Chine » commençaient à contester l’hégémonie d’ « Annam ».

À partir de 1930 s’effectue un glissement vers l’emploi du terme « Vietnam » qui prenait de l’ampleur parmi l’élite nationaliste, communiste ou non. Il est à préciser qu’à l’époque il n’y a pas de contradiction entre le nationalisme et le communisme. Conservateurs et communistes sont nationalistes par opposition à “colonialiste”, en d’autres termes, ils demandent l’indépendance.

* * *

Indochine, relief, carte de 1947
Indochine, relief, carte de 1947

1887-1920s L’Indochine en gestation

À partir de 1887 les Français tentent de créer un espace unifié géographiquement. Ils rêvent l’Indochine comme un seul pays. Quelles ont été les politiques françaises ?

  • Centralisation

Il s’agit dans un premier temps de doter l’Indochine d’un centre dynamique afin de faciliter le contrôle. L’Union indochinoise de 1887 (communément appelée Indochine française) a été créée afin de convaincre les élites annamites de s’investir dans la modernisation de l’Indochine. Pour l’heure, elles sont relativement convaincues que l’avenir est à construire avec les Français, et jusque dans les années 1930, une partie de l’élite annamite n’envisage la modernisation et l’Indochine que dans le cadre d’une collaboration avec les Français.

Ce processus est progressif, puisque ce n’est qu’en 1911 que le gouverneur général de l’Indochine devient administrateur du territoire, il prend dès lors en charge les relations diplomatiques, les services civils, la défense et le budget entre autres. Le gouverneur est en possession de pouvoirs équivalents à ceux d’un gouvernement. Parallèlement, les cours royales du Vietnam, du Cambodge et du Laos sont mises à l’écart.

  • Création d’une élite

Dès le début les Annamites sont associés aux Français, ils profitent évidemment de faveurs. Leur statut privilégié leur rappelle un passé impérial glorieux. Ils ne se considèrent pas pour autant comme Indochinois, la distinction entre les Annamites et les autres peuples est non seulement faite par peuple annamite mais de même par les colons français.

La création de l’élite passe par l’éducation, en effet, la France commence à former ses propres fonctionnaires : en 1911, Albert Sarraut, alors gouverneur, créé l’Université indochinoise à Hanoï. Albert Sarraut est un fervent défenseur de l’Indochine unifiée, il a pour objectif de créer une nouvelle culture indochinoise loin de l’influence confucéenne chinoise. Un projet incarné par les cartes figurant un territoire homogène et continu, il fait afficher des cartes dans tous les bâtiments de l’administration indochinoise. La France, peu à peu, remplace le système des examens à la chinoise par un système éducatif français.

L’administration française développe par ailleurs une propagande qui passe par les journaux et les petits romans “de gare” louant comme d’une seule voix, la grandeur de l’Indochine moderne, comme si la modernité ne pouvait être acquise que grâce à l’Union Indochinoise.

Dans une certaine mesure le projet des Français eut quelques aboutissements puisque la proximité spatiale accrue et l’éducation ont engendré des générations de jeunes Annamites qui, dès les années 1930, se considèrent avant tout comme Indochinois. Cependant, ces aboutissements restent limités dans la mesure où les Français ont différencié l’éducation de ce qu’ils considéraient comme l’élite (les Annamites) et les autres, soit les minorités ; Cambodgiens et Laotiens n’ont bénéficié que de “Pagodes réformées”, écoles traditionnelles dont le modèle a été repris et amélioré par les Français mais qui limitait les rencontres et les mélanges entre minorités et Annamites.

  • Repenser l’espace

Les Français tentent de donner vie à l’Indochine en promouvant des projets publics, en investissant dans l’industrie (caoutchouc) et la communication. Enfin il améliorent la bureaucratie, autrement dit celle-ci est étendue à l’ensemble du territoire où sont créés des relais à l’autorité française. Il s’agit de faire surgir une unité territoriale à travers les infrastructures, qui doit par la suite engendrer unité mentale et culturelle. Le principal obstacle à l’unité est le favoritisme affiché envers les Annamites qui, en réalité, sont les acteurs de cette unité d’apprence : ils obtiennent des postes d’administrateurs même au Cambodge et au Laos où il forment dès lors une caste de fonctionnaires. Le Français et l’Annamite sont les deux seules langues écrites. Les quelques élites cambodgiennes et laotiennes voit dans l’administration française une prolongation de l’expansion annamite.

Les réalisations françaises sont nombreuses : des voies maritimes sont ouvertes entre Saïgon, Hong-Kong, Canton, Bangkok, Singapour et Marseille (notamment pour exporter la gomme). Sur terre, des routes sont ouvertes (la route 13 qui descend le long de la vallée du Mékong achevée dans le milieu des années 1930), des voies ferrées parcourent une partie de l’Indochine (en 1921, Sarraut imagine le Trans-Indochinois terminé en 1936) et enfin le télégraphe. Ces infrastructures créent un nouveau rapport au temps et à l’espace, au proche et au lointain. Ce sont les réalisations d’hommes politiques qui repensent l’espace en termes indochinois (essentiellement dans le but de mettre en valeur des routes commerciales). Ces infrastructures ont donc soutenu, si ce n’est la colonisation, en tout l’émigration des Annamites vers le Cambodge et le Laos. Certains Annamites se considéraient eux-mêmes comme des colons au point que le rédacteur du journal La Patrie Annamite (Pham Le Bong) soutenait qu’une colonisation du Laos par les Annamites était nécessaire pour désengorger le Tonkin et l’Annam du Nord. Les Annamites ont même rédigé des pétitions pour demander l’abrogation de la loi soumettant les responsables annamites aux autorités laotiennes. Les Annamites s’approprient le territoire.

Un journaliste (Pham Quynh) rédacteur de la revue Nam Phong et chroniqueur régulier pour le quotidien France-Indochine voyage dans les années 1920 à travers l’Indochine et remarque une rupture culturelle à partir de la “frontière” laotienne (il est à remarquer que l’emploi du terme “frontière” est significatif puisqu’il indique l’absence d’espace mental indochinois). Pour lui, l’appellation « Indo-Chine » reflète le paysage culturel, d’un côté sous influence indienne (Bouddhisme Theravada), de l’autre sous influence chinoise (孔子). Il voit aussi une continuité entre le Dai Nam et l’Indochine (selon lui, les moyens français avaient ouvert la voie à la colonisation).

On peut déjà remarquer d’où viendront les tensions futures, soit de la contradiction entre la création d’un territoire et la favorisation d’une ethnie, dans une certaine mesure les Français font apparaître des “colons indigènes”, des colonisateurs à l’intérieur même du territoire colonisé. En effet, les Annamites qui voyageaient au Cambodge et Laos employaient l’expression « cultures indigènes » pour parler des cultures locales.

 

1920s – 1945 Nationalisme annamite ou nationalisme indochinois ?

Trois visions différentes : Conservateurs, communistes et jeunes nationalistes.

  • Les conservateurs entre l’Annam et l’Indochine

Dans les années 1930, Pham Le Bong, journaliste conservateur, parle de l’Indochine comme d’une “nécessité vitale” pour les Annamites. Les jeunes nationalistes éduqués dans les écoles coloniales sont loin de l’influence confucéenne, pour eux l’unité et l’unification de la Cochinchine, de l’Annam et du Tonkin sont nécessaires parce que leur division n’est que le fait des Français. Ils ne font pas mention du Laos et du Cambodge, mais apparaissent divisés entre un rêve indochinois inculqué par les Français et le souvenir d’un Empire Annamite unifié.

Les conservateurs Annamites (les communistes aussi de manière différente) amalgamaient le plus souvent l’Empire d’Annam et l’Indochine. Christopher Goscha émet l’hypothèse qu’il y aurait peut-être une volonté des Annamites de ressusciter la notion pré-coloniale de Nam Tien ou Dai Nam (soit le sud en expansion) et de la calquer sur le concept d’Indochine pour justifier leur prépondérance. Ainsi, les Annamites n’imaginaient l’entité indochinoise qu’en termes franco-annamites, négligeant la place des « minorités » cambodgiennes ou laotiennes.

L’idée d’une fédération apparaît dès 1919 (Albert Sarraut) face à un gouvernement annamite (Phan Boi Chau et Cuong De, deux nationalistes luttant pour la mise en place d’un Etat indépendant) qui se forme au sud de la Chine. Il était donc dans l’intérêt des Français de trouver une alternative politique à l’Union indochinoise.

Le fondateur du Parti constitutionnaliste, Bui Quang Chieu (1872-1945), se fonde sur les idées de Sarraut, notamment en ce qui concerne l’autonomie des Annamites, la décentralisation du pouvoir vers les autorités locales et la liberté d’action. C’est le premier indice d’un nationalisme annamite allant dans le sens indochinois, mais aussi cela met en exergue le degré d’intellectualisation, par les Annamites, des valeurs et idées françaises.

En 1931 les nationalistes annamites ont pour programme de développer économiquement l’Ouest, soit les plantations et mines du Laos et du Cambodge en tant que partie intégrante du territoire.

Du point de vue laotien, le Prince Phetsarath (1890-1959) déclare en 1931 qu’il faut réguler l’immigration annamite pour éviter de créer un Etat dans l’Etat, et reproche aux nationalistes de ne parler qu’en termes annamites. Malgré tout, selon lui l’Indochine n’existe pas, il invite à plutôt parler d’une domination annamite soutenue par les colons français. Le fait que le Prince ait critiqué les propos annamites a choqué les élites nationalistes car aucun prince laotien n’avait osé parler ainsi au XIXe siècle. On assiste donc à une résurgence de réflexes liés à l’Empire d’Annam. Les élites cambodgiennes reconnaissent, de même, que l’Indochine existe administrativement mais nient sa pertinence historique, géographique et ethnique. Ces rejets font partie de l’émergence d’identités nationales au Cambodge et au Laos dans années 1930 ; elles donnent lieu aux révoltes de 1930 et 1931 contre la domination annamite en Indochine. Les Français prennent conscience qu’ils sont le ciment de l’Indochine, sans eux les nationalismes entreraient rapidement en conflit.

  • Les révolutionnaires annamites entre Indochine et Vietnam

Certains révolutionnaires pensent déjà en termes de révolution indochinoise dès 1920. Ils imaginent le futur État indochinois post-révolutionnaire sur le modèle soviétique soit multiethnique ; les révolutionnaires entendent sacrifier les identités historiques au profit d’une conception moderne de l’État-Union. Cette conception était celle mise en avant par le Parti communiste indochinois (PCI) répondant aux exigences du Komintern. Cependant, l’idée ne fait pas unanimité, par exemple, Hô Chi Minh (1890-1969) s’y oppose parce que selon lui l’Indochine était un terme vague pouvant englober le Siam et la Birmanie.

Dans les années 1920 s’effectue un tournant sémantique, en effet, « Viêt Nam » est de plus en plus utilisé depuis la fin de la Première Guerre mondiale par les nationalistes pour rendre l’idée d’une identité nationale éternelle plus forte que l’Indochine et l’Annam. Il est d’autant plus employé que depuis 1930 l’appellation « Annam » est considérée par beaucoup comme problématique puisque renvoyant à la soumission à la Chine et à la France. “Viêt Nam” incarnerait une contre-identité et évoquerait l’unification du Nord et du Sud (le VNQDD, le Parti nationaliste Vietnamien tout comme Phan Boi Chau soutenait la dénomination Viêt Nam”). En dépit de son succès auprès des élites, le terme Viêt Nam” est resté méconnu de la population globale de 1930 à 1945. La frontière entre « pro-Vietnam » et « anti-Indochine » ou « nationaliste » et « communiste » est poreuse.

Les révolutionnaires doivent faire face à une contradiction interne, tiraillés entre les tendances internationaliste (Indochine) et nationaliste (Viêt Nam). C. Goscha montre que révolutionnaires et conservateurs auraient été en proie aux influences extérieures. Le choix décisif entre Viêt Nam (attachement ethnique à la partie Est de la péninsule) et Indochine (correspondant aux aspirations à la fois françaises et soviétiques) s’est posé aux nationalistes (communistes et conservateurs) en 1945 après le coup de force des Japonais.

C. Goscha remarque que les infrastructures majeures ont été réalisées tardivement, en d’autres termes, l’unité spatiale n’a pas eu le temps d’imprégner les représentations. C. Goscha y voit une des raisons de l’échec de l’Indochine. Nous pouvons distinguer d’autres raisons liées au disparités linguistiques et éducationnelles, aux divergences des conceptions de l’Indochine (tantôt prolongement de l’Empire Annam, tantôt structure imposée dont l’effet sous-jacent a été la colonisation de nouvelles terres) et enfin les écarts dans les structures mentales, à l’Ouest déterminées par un mode de pensée politico-culturel bouddhiste pour qui le pouvoir ne s’exprime pas nécessairement dans l’action politique ; à l’Est déterminées par un mode de pensée confucéen en lien avec l’éducation et la carrière bureaucratique.

  • Le flottement territorial de 1940 à 1945

Entre 1940 et 1945, l’Indochine subit des influences divergentes : URSS, France, Japon. Les nationalistes se retrouvent confronté à un choix.

Les représentants vietnamiens de la Chambre du Tonkin (chambre consultative indigène du Tonkin) demande la constitution d’une Fédération indochinoise de cinq pays et pour chacun des pays un Sénat formé d’un nombre égal de représentants indochinois et français. En tant que Fédération autonome, l’Indochine aurait sa propre armée. Mais peu de Khmers, de Laotiens ou de minorités ethniques sont intéressés par les administrations indochinoises. La réalité est plus nuancée quant à la volonté des Vietnamiens de concrétiser l’Indochine ; en effet, les codes civils distinguaient encore dans les années 1930 les nationalités cambodgiennes, laotiennes ou annamites. Ces années sont caractérisées par un flottement idéologique et administratif. Finalement, C. Goscha décrit l’Indochine comme un amalgame géo-juridique entre colonie, protectorat et territoire militaire, son existence relèverait davantage de l’ordre du texte écrit que de la réalité culturelle et identitaire.

Avec l’avènement de la politique de Vichy en Indochine, les Français tentent de raviver les nationalismes (propagande) ; Vichy décide de mettre en avant les particularités des ethnies dans le but de les détourner de l’influence japonaise. Le renforcement des identités nationales autour de notions pré-coloniales des empires Khmer, Lao et Viet doit – paradoxalement – beaucoup aux Français qui endiguent ainsi une éventuelle identité indochinoise englobante.

À partir de 1942, les Français commencent à employer l’appellation “Viêt Nam” afin de conserver le soutien politique des élites, leur principal soutien en Indochine. La France joue donc un double jeu, en réaffirmant d’une part ses alliances avec l’élite vietnamienne, et en portant une attention nouvelle aux minorités d’autre part. Mais malgré les efforts français pour éviter le délitement de l’Indochine, en 1945, l’Indochine ne correspond déjà plus aux cartes puisque les trois régions du Tonkin, de l’Annam et de la Cochinchine redeviennent le Viêt Nam.

Ce n’est que le 12 Juin 1945 (trois mois après la prise de contrôle du territoire par les Japonais) que l’empereur Bao Dai annonce officiellement le nom du pays : Viêt Nam. Ho Chi Minh remplace la dénomination des régions « ky » par « bo », il s’agit de redéfinir un espace et par là même de se l’approprier. Le 2 septembre 1945, peu après la capitulation japonaise, Ho Chi Minh  annonce la création de la République démocratique du Vietnam, suivie de peu par la dissolution du Parti constitutionnaliste.

Si la création de la République démocratique du Vietnam semble sonner le glas de l’Indochine, il faut tout de même préciser que dans les rangs communistes, certains sont restés attachés à l’idée d’Indochine, et que de ce point de vue elle possèdait une certaine réalité ; l’Indochine avait indubitablement une pertinence historique pour les Vietnamiens, qui, à long terme, entendaient remplacer les Français dans leurs rôles protecteur et  fédérateur. Et c’est probablement après la dissolution de l’Indochine que celle-ci va le plus exister.

 

L’Indochine se retourne contre les Français

Au lendemain de la guerre, les Français tentent en vain de réintégrer les gouvernements élus à la suite des indépendances (le Japon a encouragé le Cambodge et le Laos à déclarer leur indépendance en Mars et Avril 1945) au sein d’une structure fédérale indochinoise. Les Français sont déçus de la facilité avec laquelle les trois Etats ont émergé. L’apparition de frontières contraignantes incarne la dissolution de l’Indochine, il est significatif de constater qu’à partir de 1945, les Vietnamiens ne peuvent plus ni circuler, ni s’installer librement dans le reste de l’Indochine. Les frontières internes de l’Indochine commencent à devenir des frontières nationales. Laotiens et Cambodgiens demandent un contrôle local de l’immigration et de la sécurité pour enrayer la “vietnamisation” de leur territoire. Après la Seconde Guerre mondiale, les Français changent de tactique et jouent la carte des minorités contre le nationalisme vietnamien qui leur échappe, représentant désormais une menace pour l’hégémonie française.

A partir de 1951, le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (PTV) adopte le modèle indochinois, en parallèle des principales lignes politiques nationales, modèle qui continue de guider les activités révolutionnaires des communistes vietnamiens. Le PVT ordonne, par exemple, d’aider les gouvernements révolutionnaires laotien et cambodgien dans leur « lutte pour l’indépendance » et pour la « libération de l’Indochine ». Tout se passe comme si était née une pensée politique hybride entre deux espaces, entre nationalisme (indépendance) et internationalisme (fédéralisme). Les communistes ont compris que l’indépendance des uns dépendait de celle des autres, et travaillent à la formation d’un front contre la tutelle française. Les communistes vietnamiens se tournent vers le Lao Issara (le Lao libre, un mouvement nationaliste non communiste mais antifrançais d’après 1945) et le Khmer Issarak (le mouvement nationaliste khmer antifrançais d’après 1945). En ce sens, en 1951 le PTV crée une « Alliance militaire des peuples ». C’est finalement contre les Français que s’édifie activement une Indochine.

Le victoire des communistes chinois en 1949 permet l’arrivée d’une aide militaire conséquente au Nord – élément non négligeable dans la lutte contre la France – qui donne aux communistes vietnamiens les moyens de mettre en place leur stratégie indochinoise, et de consolider leur contrôle de l’Indochine. Le chef des armées et Ministre de la défense, le Général Vo Nguyen Giap, pense ses plans en termes indochinois, il préfigure la redéfinition du territoire indochinois, entièrement envisagé en termes militaires et stratégiques.

L’espace est par conséquent réinvesti, notamment les axes de communications tracés et réalisés par les Français ; l’armée vietnamienne adjoint à ces axes des pistes et des lignes de communication (un service postal efficace, la “Route Indochinoise” qui longe le Vietnam, passe au sud Laos, puis au Nord-est du Cambodge, la “Piste Ho Chi Minh”).

Certaines régions, comme la frontière thaïlandaise à l’Ouest, deviennent des “Fronts” constitués en véritables zones militaires et administratives. Le plus remarquable est probablement l’édification d’une contre-bureaucratie (caractérisée par des levées d’impôts) et d’une contre-économie indochinoises soutenues par un commerce illégal et une agriculture réservée à l’effort de guerre.

L’apparition d’une économie régionale au service de politiques militaires à l’échelle de l’Indochine est une réalité indéniable, l’historien attentif doit cependant garder à l’esprit que les instances de commandement étaient essentiellement composées d’officiers vietnamiens, et que cette coordination régionale n’était qu’embryonnaire ; en effet, en 1950 il n’y avait pas de synchronisation entre les actions militaires au Laos et au Cambodge. De fait, les résistances laotienne et cambodgienne ont vu leurs politiques subordonnées aux intérêts stratégiques vietnamiens du PVT, tandis que les gouvernements de Vientiane et Phnom Penh se voyaient subordonnés aux Français.

Quatre acteurs de la “coalition” qui pensent tous en termes indochinois, et prévoient la création d’une Fédération Indochinoise :

– Le Général Vo Nguyen Giap.

– Le Général Hoang Sam, Commandant en chef des Fronts unis laotiens entre 1950 et 1951.

Nguyen Tai, un Vietnamien formé en Thaïlande.

Nguyen Thanh Son, dirigeant des Affaires externes du Nam Bo, chef du Front cambodgien, membre du Parti communiste indochinois, en contact radio direct avec le PVT et le ministère de la défense au Nord-ouest du Vietnam.

La stratégie du Général Giap est avant tout une stratégie spatiale (faire apparaître un champ de bataille indochinois), mais est aussi un processus de construction d’un Etat puisque le Viet Minh lève des taxes, maintient une bureaucratie et prend en charge l’éducation du peuple : dès 1952, il fait dispatcher des équipes pour améliorer le niveau de vie et l’alphabétisation.

Malgré leur programme, les révolutionnaires vietnamiens n’ont jamais contrôlé le territoire comme les Français. D’ailleurs, comme les Français avant eux, ils se sont retrouvés face à la difficulté de former des cadres latotiens et cambodgiens, la majorité de leurs alliés cambodgiens, par exemple, étaient des Khmer Krom (Khmer vivant au Vietnam). Ce sont avant tout les communautés de l’immigration vietnamienne de la période coloniale au Laos et Cambodge qui ont permis de mettre en place une administration indochinoise et un espace militaire commun.

En 1954, lors de la Conférence de Genève, les révolutionnaires vietnamiens défendent encore l’idée d’une Indochine fédérale, et pour cause, ils contrôlent 43% du territoire cambodgien. Ils invoquent aussi leur coopération avec le Laos et le Cambodge.

* * *

Dans l’esprit des communistes se maintient une existence conceptuelle et spatiale à la fois du Vietnam et de l’Indochine. L’Indochine, en tant que projet politique a bénéficié de plusieurs soutiens, d’abord le colonialisme français de la fin du XIXème siècle, puis l’internationalisme communiste des années 1920, et enfin, entre 1945 et 1954 l’Indochine a été mise sous perfusion à travers la mise en place d’un large champ de bataille commun. L’Indochine n’a peut-être existé que dans les esprits vietnamiens et français, pour les uns elle incarnait un passé impérial perdu, pour les autres une terre de ressources à moderniser dont le contrôle était facilité par une ethnie. Les Français, en s’appuyant sur une minorité, ont probablement saboté une possible unité indochinoise, en effet, les avantages des Annamites (jusque dans les années 1940) ont exacerbé les nationalismes laotiens et cambodgiens ; ces derniers alimentés par le gouvernement français après 1940. Au fur et à mesure que les nationalismes progressaient (qu’ils soient communistes ou non) l’Indochine se révélait en tant que territoire occupé (et pour certains doublement). Paradoxalement, la définition des espaces nationaux s’est faite à la fois dans et contre l’espace indochinois.

Aranone Zarkan Al Farekh, promotion ASIOC 2012-2013.

Réf. : Christopher E. Goscha, Vietnam or Indochina? Contesting concepts of space in Vietnamese nationalism, 1887 – 1954, Copenhagen : NIAS Publishing, 1995, 154 p.

Aranone Zarkan Al Farekh a fréquenté la classe préparatoire du Lycée Fénelon entre 2009 et 2012 avant d’intégrer l’ENS de Lyon où elle prépare actuellement un Master 1 d’Études chinoises. Son mémoire porte sur l’implication des réseaux soufis dans la révolte du Nord-Ouest (Gansu, Ningxia et Shaanxi) de 1862 à 1873.

Pour en savoir plus :

Le « choc colonial » et l’émergence des nationalismes vietnamiens – 1885-1945 [cours agrégation 2013]

Dans le cadre du programme de l’agrégation d’histoire de cette année portant sur « Les sociétés coloniales – Afrique, Asie, Antilles – années 1850-années 1950 », nous proposons un aperçu de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam à travers la thématique du nationalisme comme alternative au système colonial.

 

ENS de Lyon

Agrégation d’Histoire 2013

mercredi 9 janvier 2013

14-18h

Salle F008

Le « choc colonial » et l’émergence des nationalismes vietnamiens – 1885-1945

François Guillemot

 

 

Résumé :

Cette intervention de quatre heures propose une lecture interne du « choc colonial » imposé au Viêt-Nam accompagné de ses interactions/adaptations et de ses violentes contestations. Le cheminement révolutionnaire vietnamien est analysé sous l’angle de l’histoire politique des organisations légales ou clandestines qui occupèrent le devant de la scène pendant un demi-siècle. Les bouleversements importants que provoque la colonisation sur les plans politiques, culturels, géographiques, économiques et sociaux engendrent plusieurs formes de résistance (mouvement d’Aide au Roi, millénarisme) et l’adaptation à la nouvelle donne par une profonde remise en cause de la monarchie acculée au déclin. En se concentrant sur les différentes solutions nationalistes exprimées par les Vietnamien-nes depuis le début du XXe siècle comme alternative viable au système colonial, l’intervention met en évidence de façon chronologique la multiplicité des nationalismes vietnamiens, leurs difficultés d’existence contre le système colonial ou en interaction avec celui-ci (par exemple avec Nguyen Van Vinh).

L’intervention s’intéresse au nationalisme traditionnel des monarchistes (du Can Vuong à Pham Quynh), au nationalisme démocratique (ou humaniste) de Phan Chu Trinh soucieux des droits de ses compatriotes, au nationalisme révolutionnaire que Phan Boi Chau initia, repris par le VNQDD, au nationalisme culturel du Tu Luc Van Doan (Groupe littéraire autonome) par lequel le Viêt-Nam découpé se restructure mentalement, au transnationalisme indochinois des Vietnamiens dans les années quarante. Ce dernier débouche sur deux voies : une voie communiste (Viêt Minh/PCI) qui reste fidèle à ce transnationalisme régional et une voie nationaliste impériale dans sa dimension conquérante incarnée par les nouveaux partis Dai Viêt sous l’occupation japonaise. Le processus qui mène à l’indépendance donne le sentiment d’une synthèse inachevée avec l’avènement d’un national-communisme aux contours flous lors de la Révolution d’août 1945. Avec le retour militaire de la France, toutes ces solutions, même modérées, sont mises en échec. Le nationalisme devient plus pragmatique (pour sa propre survie) avec l’État associé de Bao Dai. A la fin de la guerre d’Indochine et le partage du pays, il laisse la place à deux nationalismes d’État-Parti, l’un à vocation messianique avec le régime « personnaliste » de Ngo Dinh Diem en 1955 à Saigon, l’autre d’obédience marxiste-léniniste-maoïste, avec la mise en place d’un communisme de guerre pour conquérir le Sud.

 

Textes sources en ligne :

 

Documents :

  • Fiche de lecture Daniel Hémery et Pierre Brocheux, Indochine, la colonisation ambigüe (1858-1954) par S. Pautet.

Sur le rôle des femmes vietnamiennes dans le processus révolutionnaire :