Archives par mot-clé : monarchie

Lucie Labbé : « Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne » [thèse]

[ndlr] Annonce d’une soutenance de thèse en anthropologie sociale sur le Cambodge.

« Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne »

Lucie Labbé

Soutenance de thèse de doctorat de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) en ethnologie – anthropologie sociale sous la direction de Mme Bénédicte Brac de la Perrière

mercredi 6 avril 2016 à Paris

 

Résumé de la thèse :

Cette thèse a pour objet la danse de cour cambodgienne qu’elle aborde non seulement en tant que production sociale mais aussi dans ses aspects esthétiques et techniques. D’origine rituelle et palatine, cette forme de danse également nommée « danse classique khmère » est aujourd’hui enseignée dans un contexte étatique institutionnel. Depuis quelques décennies, la danse de cour est aussi enseignée et pratiquée dans les cadres touristique et humanitaire au sein de groupes de danse constitués, le plus souvent, de jeunes gens issus de milieux défavorisés. Des tournées internationales de troupes professionnelles et des associations créées par des Cambodgiens de la diaspora ont également contribué à l’exporter hors du Cambodge.

Partant de ces observations, les conditions dans lesquelles le « savoir dansé » est aujourd’hui incarné hors de la cour sont examinées afin de mettre en évidence le rôle actuel de la danse et des danseuses. Il s’est avéré que, dans les différents contextes où elle existe, la danse de cour n’apparaissait pas seulement comme un symbole visible de l’identité cambodgienne. En effet, une efficacité rituelle lui est toujours reconnue dans certains cadres, en particulier celui du ministère de la Culture et des Beaux-Arts. Là, l’apprentissage est particulièrement rigoureux et rythmé par des cérémonies qui actualisent le lien entre les générations passées et présentes de maîtresses et d’élèves.

Les danseuses, forgées par la danse à la fois dans leur corps et dans leur esprit, incarnent des modèles de femmes khmères dans un cadre ethnico-national où la royauté demeure un référent social. Certaines  revendiquent par ailleurs un nouveau statut d’artiste en développant une expression personnelle dans la continuité mais aussi, pour quelques-unes, dans une forme de rupture avec les référents monarchiques et étatiques.

Le jury sera composé de :

  • M. Michel ANTELME, professeur, INALCO
  • Mme Bénédicte BRAC DE LA PERRIÈRE, directrice de recherche, CNRS
  • M. Jean-Paul COLLEYN, directeur d’études, CNRS / EHESS
  • M. Michael HOUSEMAN, directeur d’études, CNRS / EPHE
  • Mme Dana RAPPOPORT, chargée de recherche, CNRS / EHESS
  • Mme Ashley THOMPSON, maître de conférence, SOAS (Royaume Uni)

 

Informations pratiques :

La soutenance aura lieu le mercredi 6 avril 2016 à 14h au

Centre Asie du Sud-Est (CASE)

Bâtiment Le France, salle 638 (6ème étage)

190 avenue de France, 75013 Paris

Accès : Métro ligne 6 (station : Quai de la gare) ou bus 89 (arrêt : Bibliothèque François Mitterrand).

Image « à la une » : danse classique khmère dans Reamker, danse avec les dieux, documentaire de Stéphane Lebon, 1993, 58’.

Mangkra Souvannaphouma : Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée – CR de lecture par Théo Clément

Souvannaphouma_Laos_AutopsieMonarchieAssassinéeComme son titre le laisse présumer, l’ouvrage Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée, fait le pari d’une relecture historique de la période 1953-1975 (c’est-à-dire de l’indépendance jusqu’à la fin de la monarchie) très largement acquise aux idéaux de la monarchie laotienne destituée par le Pathet Lao le 2 décembre 1975.

Rédigée par un membre de l’ancienne famille royale (fils du dernier roi du Laos) ayant passé la majeure partie de sa jeunesse en France, cette reconstitution historique fournit au lecteur un accès privilégié aux cercles de pouvoir et militaires de la monarchie durant la progressive déliquescence des institutions royales laotiennes. Très au fait des intrigues de pouvoir et des luttes internes qui déchirent la famille royale (notamment du fait de l’adoption du marxisme-léninisme par le frère du roi, et oncle de l’auteur, Souvanouphong), fourmillant de détails et d’anecdotes personnelles, le récit relaté par le Mangkra Souvannaphouma est cependant très largement grevé par une vision partiale et très idéologisée des processus politiques qui secouent le Laos de l’époque. Privilégiant l’évocation de souvenirs précis et au détriment des « tendances lourdes » et autres déterminants politico-économiques,  Autopsie d’une monarchie assassinée procède d’une lecture idéaliste de l’histoire, vu à travers ses « grands hommes » plus que par les « lames de fond » qui animent la société civile laotienne (cette dernière étant la grande absente de l’ouvrage). Membre de la famille royale, militaire de carrière formé à l’Ecole de Guerre, issu des classes très privilégiées de l’ancienne élite politique et économique, Mangkra Souvannaphouma revisite l’histoire du Laos et de la famille royale selon une trame très conservatrice et mettant en œuvre une vision idéalisée du Royaume laotien qui bascule parfois dans l’absurde, voire même la provocation (en invoquant notamment l’entente cordiale de son père, Souvannaphouma, avec des collaborateurs français notoires tels que René Bousquet ou Maurice Papon).

Dès les premières pages, le ton est donné : mentionnant le fantasme d’un Laos « originel », stable et pacifié par plusieurs siècles de monarchie, dans lesquels les laotiens vivent « avant tout d’amour » et dont les maux viennent « du dehors, de l’étranger ». Ainsi, dans la représentation politique déroulée par l’auteur, les Laotiens vivaient dans un cosmos de paix et de tranquillité (l’ouvrage s’ouvre notamment sur une description de la luxuriante faune et flore du pays) sans se soucier des choses administratives ou politiques (l’auteur s’empresse néanmoins de rapporter que les colonisateurs français ont eu la bienveillance de remédier à ce travers) et que cette phase anhistorique originelle a été perturbée par « l’étranger », à savoir les Grandes Puissances (à l’exception de Paris, épargné tout au long de l’ouvrage), la Guerre Froide et ses protagonistes (URSS, Etats-Unis, Chine Populaire) mais aussi et surtout le Viêt-Nam. En effet, la matrice nationaliste de l’auteur le pousse à exacerber la distinction entre ce qui relève de l’interne (le Laos monarchiste paisible, insouciant et dévot) et l’externe, soit un monde instable qui essaie tant que possible de semer la discorde républicaine contre les intérêts des Laotiens. De cette évocation de souvenirs on retient surtout l’incompréhension manifeste d’une partie de l’ancienne élite laotienne incapable de saisir les enjeux politiques posés par la Guerre Froide et la décolonisation, puisque l’ensemble de l’ouvrage fait l’impasse sur des variables clés (inégalités, question ethnique, rôle de la jeunesse etc.) en se borne à évoquer la « perfidie communiste » sans même chercher expliquer le succès du marxisme-léninisme au Laos autrement que par l’ingérence vietnamienne.

Car s’il est un thème en particulier qui met en lumière la mauvaise foi dans cet ouvrage, c’est notamment la question du rôle joué par le Viêt-Nam dans la trajectoire historique du Laos. Il serait évidemment faux de penser que le Viêt-Nam du nord n’est pour rien dans la diffusion de la pensée marxiste-léniniste-maoïste au Laos, cependant, faut il, comme le fait l’auteur, nécessairement assimiler tout les mouvements politiques progressistes (Néo Lao Issara, Front Patriotique Lao, Pathet Lao etc.) qui animent le Laos post indépendance comme des émanations de Hanoï, au point de les qualifier de « Lao-viet » ? En effet, le patriotisme exacerbé de l’auteur le laisse penser que les laotiens progressistes, les pro-républicains ne peuvent être de véritables laotiens et sont nécessairement téléguidés par « l’étranger » (c’est-à-dire le Viêt-Nam) ; témoigne de cette vision nationaliste des choses l’interprétation faite par l’auteur de l’acronyme NLHX (soit Néo Lao Hak Xat, Front Patriotique Lao) en « Néo Lao Habile Xénophile » : raisonnant principalement en terme de Nation, l’auteur n’évoque pas une seule fois la possibilité qu’une certaine partie de la société laotienne, notamment les plus défavorisés, puissent trouver séduisant l’idée d’une lutte des classes internationale (et donc être plus proches du Viet Minh que de la monarchie laotienne). La mauvaise foi intervient quand l’auteur narre sa fuite à l’étranger via la Thaïlande royaliste (qualifiée de « Deuxième Patrie » et donc la famille royale n’est pas sans liens de sang avec celle du Laos) et fait montre d’une sympathie manifeste envers l’ancien colonisateur français. Admiration culturelle avant tout certes (le texte est saturé de références littéraires et historiques françaises), mais sympathie politique aussi, comme en témoignent les descriptions parfois enflammées de personnages politiques français.

On ne peut certes pas reprocher à l’auteur ses sympathies conservatrices, mais le lecteur glisse vite d’un recul critique légitime à une posture « paranoïaque », remettant quasiment systématiquement en cause la parole de l’auteur puisqu’on en vient à constamment la soupçonner de partialité militante. Les présupposés rétrogrades de l’auteur sautent par ailleurs aux yeux du lecteur français des années 2010, notamment à travers quelques anecdotes « croustillantes », par exemple lorsque Mangkra Souvannaphouma explique qu’il a eu la présence d’esprit d’indiquer à sa femme le bulletin de vote qu’il faut glisser dans l’urne. Le texte étant rédigé directement en Français, on peut légitimement supposer qu’il vise avant tout un lectorat français et laotien installé en France ; or, les quelques incohérences du texte, le pari d’un parti pris total et assumé et une certaine naïveté laisse constamment le lecteur en proie au doute. Cet état de fait est par ailleurs d’autant plus vrai que le texte est constamment exempt de sources et que la précision des faits rapportés ne saurait être ramenée à la seule mémoire d’homme. En effet, la reconstitution très précise, parfois minute par minute, de certaines chronologies, tout comme le contenu de discussions informelles avec des passants anonymes il y a trente ans posent la question de la véracité des souvenirs rapportés ; cela ne signifie pas nécessairement que l’auteur mente intentionnellement, mais en tous cas le texte procède d’une certaine forme de reconstitution très postérieure aux faits. Problème étant, pour toutes les raisons évoquées plus haut, le « pacte autobiographique » qui veut que le lecteur accepte de se reposer sur l’auteur en ce qui concerne les faits rapportés s’effrite vite, et les souvenirs très précis rapportés trente ans plus tard sans autre forme d’explication achève de briser la confiance du lecteur.

Ces choix d’énonciation sont regrettables car le contenu de l’ouvrage s’avère parfois tout à fait éclairant : en effet, l’auteur fait du lecteur un témoin privilégié des débats ayant lieux dans les hautes sphères politiques du Laos,  ce qui permet d’identifier les réactions d’acteurs majeurs face aux défis politiques que rencontre le Laos. Ainsi, on sera surpris par le fait que le Roi soit beaucoup moins contrarié par la montée en puissance des communistes laotiens que le reste de la famille (à l’exception évidemment du « Prince rouge » Souphanouvong), et la réécriture de l’histoire familiale, qui se superpose à l’histoire du pays dans l’esprit de l’auteur, permet de bien saisir les enjeux de pouvoir qui secouent le Laos. Par ailleurs, il est tout à fait intéressant de constater à quel point la fameuse « piste Hô-Chi-Minh », qui traverse Laos et Cambodge, constitue une véritable obsession de la part des gouvernants, non seulement parce que cela constitue un viol de la souveraineté du Laos, mais aussi parce que cette piste constitue un important vecteur logistique pour le Pathet Lao.

La question ethnique est aussi abordée, notamment l’expérience des Hmongs pendant la guerre, ce qui permet au passage de grandement nuancer le portrait souvent manichéen qui est fait de cette ethnie : le livre montre bien que les Hmongs n’ont pas tous collaboré aveuglément avec la CIA, mais que la communauté Hmong a été partagée entre différentes attitudes (immobilisme, fuite, résistance, collaboration avec le pouvoir). Le discours un peu paternaliste de l’auteur à leur égard relève par ailleurs, en creux, quelques données des problématiques posées par la mosaïque ethnique laotienne. Problème étant, comme expliqué plus haut, on n’en saura pas beaucoup plus, malgré le fait que cette question semble essentielle dans la chute de la monarchie, puisque, selon Mangkra Souvannaphouma, cette déliquescence est une affaire de personnes plus que de contradictions politiques, économiques, ethniques ou culturelles. Le lecteur n’en apprendra pas beaucoup plus non plus sur la République Populaire Démocratique Lao, puisque l’auteur s’est réfugié en France dès l’arrivée au pouvoir du Pathet Lao, via une étape rocambolesque en Thaïlande. La fin de l’ouvrage porte en effet plus sur l’organisation d’une opposition monarchiste en exil en France à travers plusieurs groupuscules, et des différentes interactions entre l’ancienne famille royale et le pouvoir politique français (l’auteur fut en effet décoré de la Légion d’Honneur) que sur le Laos socialiste. On pourrait d’ailleurs être surpris du fait que Mangkra Souvanaphouma ne s’étende pas tellement sur le bilan économique, humain ou social de la RPDL, qui peut sembler critiquable à bien des égards, mais c’est somme toute assez logique vis-à-vis de sa démarche : le crime le plus impardonnable des « lao-viets » ne peut être autre que l’assassinat de la monarchie.

* * *

Cet ouvrage laisse donc un goût assez amer au lecteur dans la mesure où, s’il n’est pas sans apporter des éléments éclairants sur la métamorphose du Laos entre 1953 et 1975, le manque de recul critique, encore trente ans après les faits, et les explications simplistes de l’auteur surprennent. Si cet ouvrage constitue une somme intéressante exposant le point de vue d’un homme très informé sur les mouvements de pouvoir sur une période clé de l’histoire du Laos, il est évident que l’on ne peut s’en contenter et que seul quelques facettes de la réalité sont données à voir au lectorat.

Théo Clément, promotion ASIOC 2013-2014.

Réf. : Mangkra Souvannaphouma, Laos : Autopsie d’une monarchie assassinée, Paris, L’Harmattan, coll. Recherches asiatiques, 2010.

Théo Clément est étudiant en Master à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon. Actuellement en échange à l’Université de Pékin, il travaille principalement sur les relations bilatérales Chine-Corée du Nord.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2013 : Séance 2

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

MémoiresIndochine2013ter

Séance 2 – Mardi 1er octobre 2013

« Mouvements révolutionnaires et monarchies dans la tourmente »

 

Cette séance s’intéressera d’une part, aux discours et aux pratiques politiques des partis révolutionnaires vietnamiens (en première partie) et d’autre part, au déclin des monarchies indochinoises et aux souvenirs rétrospectifs des monarques cambodgiens et vietnamiens (en seconde partie du séminaire).

 

Extraits de textes à discuter :

1ère partie / Mouvements révolutionnaires vietnamiens

  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], « Traduction d’un Document du “Parti Nationaliste du Dai-Viêt” [Proclamation au peuple] », SHD, 10H 4199, dos. «  2e Bureau – Politique »  intitulé « DVQDD & VNQDD », ch. « VI – DVQDD », pièce : TFEO – TFIS, État-Major – 2e Bureau, n° 1842/2S[?], 2 mai 1948.
  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], Document manuscrit : « Proclamation du “Parti Nationaliste du Dai-Viêt” (Đại Việt Quốc Dân Đảng) », SHD, 10H 607, pièce : TFEO – TFIS, État-Major, 2e Bureau, N° 2143/2S – Secret. Traduction d’un document sur le DVQDD, 19 mai 1948.
  • [Nguyễn Thái Học], « Lettre aux députés », in par Louis Roubaud, Viet-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931, pp. 147-148.
  • « Traduction du programme d’action du Việt Nam Quốc Dân Đảng (Parti national annamite [VNQDD]) 1929 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° II. Le “Việt-Nam Quốc-Dân Đảng” ou “Parti national annamite” au Tonkin (1927-1932), 1933, pp. 47-49 (Annexe n° 3). [présentés par Louis Marty, Dir. p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].

 

2ème partie / Monarchies dans la tourmente

  • S.M. BAO DAI, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, pp. 90-123 [+ dos de couverture]. Voir aussi la sélection d’extraits de Belle Indochine.
  •  Norodom SIHANOUK, Chroniques de guerre… et d’espoir, Paris, Hachette / Stock, 1979, pp. 40-45, pp. 99-117 [+ dos de couverture].

(Le Laos sera abordé ultérieurement lors des exposés de la séance 3).

Voir les fiches biographiques de la séance 2 sur Mémoires d’Indochine.

Pour aller plus loin :

  • Daniel Hémery, “A Saigon dans les années trente, un journal militant : « La Lutte » (1933-1937)”, article en ligne sur Europe Solidaire sans Frontières
  • Nguyen The Anh, “L’impact des évènements de 1930-31 sur l’attitude de l’administration française à l’égard de la monarchie vietnamienne“, article en ligne sur Viet Nam infos
  • Nguyen The Anh, “The Formulation of the National Discourse in 1945 Vietnam”, article en ligne sur Viet Nam infos

 

Sur la grande famine au Nord Viêt-Nam en 1944-1945 :

  • Pierre Brocheux, “La famine au Tonkin en 1945″, article en ligne sur Etudes coloniales
  • Geoffrey Gunn, « The Great Vietnamese Famine of 1944-45 Revisited , article en ligne sur Japan Focus
  • Nguyen The Anh, “La famine de 1945 au Nord Viêt-Nam”, article publié dans The Vietnam Forum, no. 5, Winter-Spring 1985, pp. 81-100.
  • Nguyen The Anh, “Japanese Food Policies and the 1945 Great Famine in Indochina” in: Paul H. Kratoska ed., Food Supplies and the Japanese Occupation in South-East Asia. London: Macmillan – New York: St. Martin’s Press, 1998, pp. 208-226. Rep. in: Dòng Viêt (Southeast Asian Culture and Education Foundation, Huntington Beach, USA), n° 7, 1999, pp. 289-310.

 

Sites des partis politiques évoqués :

Geoff Gunn: The Passing of Sihanouk – Monarchic Manipulation and the Search for Autonomy in the Kingdom of Cambodia

Summary

The survival of the monarchy in Cambodia is little short of remarkable in the light of that country’s modern history. As this article develops, French manipulation of the monarchy and attempts to buttress religion and culture alongside the rise of nationalist youth and Buddhist radicalism was an important precursor to postwar events. No less momentous for modern Cambodian history was the Vichy French installation of Norodom Sihanouk as king and the elevation under Japan of the putative republican Son Ngoc Thanh. Facing down an armed Issarak-Viet Minh challenge also joined by a dissident prince, it is no less significant that the young King Sihanouk successfully trumped French ambitions by mounting his own “royal crusade” for independence even ahead of the Geneva Settlement of 1954.

Undoubtedly the passing of Norodom Sihanouk on October 15, 2012 at the age of 89 after six decades of close involvement in Cambodian politics has served to refocus attention upon the status of the monarchy in that country, facts not diminished by the actual succession in October 2004 to his son Norodom Sihamoni (b. 1953).

Though much exoticized and othered as a peaceful realm under the French protectorate, at least alongside the challenges imposed by Vietnamese nationalists, dissent always simmered beneath the surface calm in Cambodia, whether from the overburdened-over taxed peasantry, from the major immigrant communities, from religious radicals within and without the Buddhist hierarchies, or even from scheming royal princes. Given French manipulations of religion, tradition and even the royal line, a complex political picture emerges, even prior to the Japanese occupation. Japan was even more successful in Cambodia than in the other Indochina states in installing an anti-French republican demagogue, an enigmatic figure whose name recurs in Cambodian history down until the US-backed military coup in Phnom Penh of March 1970. Thanks to Anglo-French intervention, and Sihanouk’s personality, the post-war outcome in Cambodia was a “royal road to independence” although even that pathway was severely challenged by the Viet Minh and their sometime Issarak (Free Khmer) allies. Yet the royal ascendancy around the Vichy French-anointed monarch, Sihanouk, would also come back to haunt Cambodia, not only in striking a neutral course in the maelstrom of the American war, but also in lending his name to the China-backed anti-Vietnamese communist movement that triumphed in Phnom Penh in 1975.

As this article develops, below the politics of culture or the tendency of the French to buttress neo-traditionalist trends wherever they saw them, emerges a byzantine crossover of royal dynasties, powerful families and cliques that, in many ways, continued to define Cambodian politics through the modern period. It is also true, as Roger Kershaw (2000; 6; 17; 19-20) unveils in a comparative study on the “fortunes” of monarchy in Southeast Asia, that analysis of surviving monarchies (as with Thailand and Brunei alongside Cambodia), should at least account for the “synthetic” alongside the “authentic traditional values” (not excepting even Britain from this analysis). And so, with decolonization in Southeast Asia, legitimacy questions were raised to a new level as with the charisma of founding fathers of independence, alongside the role of modern bureaucracies, militaries and political parties. Cambodia under Sihanouk was not an exception.

As historian of Cambodia David Chandler (2008: 167) has written, there are several ways at looking at the years of French hegemony over Cambodia. One way is to phase this history as the extension and decline of French control. Another way is to examine the period and its ideology and practice from a French point of view. A third would be to treat the period as a part of Cambodian history, connected to the times before and after French protection. He finds the third approach seductive (insofar as it can be told through Cambodian eyes). Such would be meritorious, if possible, but without retreating entirely into a cultural studies-critical literature approach (Tully 2002; Edwards 2007), we should not ignore the established literature if we are to position Cambodia within an international political understanding.

Divided into five sections, a first section looks at French manipulation of the monarchy. A second turns to the French attempt to buttress religion and culture, alongside the rise of nationalist youth and Buddhist radicalism. A third section examines the vicissitudes of Cambodia under Vichy, including the installation of Norodom Sihanouk as king, climaxing with the rise of the Japanese-backed republican Son Ngoc Thanh. A final section examines the broad international context in which Sihanouk’s mounted his “royal crusade for independence.”

Lire la suite : Japan Focus

Geoff Gunn is the author of Historical Dictionary of East Timor, Singapore and the Asian Revolutions, and First Globalization: The Eurasion Exchange, 1500-1800. He is an Asia-Pacific Journal Coordinator.

Recommended citation: Geoff Gunn, « The Passing of Sihanouk: Monarchic Manipulation and the Search for Autonomy in the Kingdom of Cambodia, » The Asia-Pacific Journal, Vol 10 Issue 50, No. 1, December 10, 2012.

Norodom Sihanouk, la clef politique de l’émergence des Khmers rouges

[ndlr] Le documentaire de Gilles Cayatte réalisé en 2008 intitulé « Les 9 vies de Norodom Sihanouk » retrace le parcours politique du roi du Cambodge à travers un portrait sans concession. Ce documentaire permet de mieux comprendre les causes politiques qui ont permis l’émergence des Khmers rouges. A voir sur la chaîne You Tube de Gabriel Valmont.

Avec les commentaires de :
Jacques Bekaert, David Chandler, Alain Daniel, Princesse Buppha Devi (fille de Sihanouk), Kek Galabru, John Gunther Dean, Julio Jeldres, Suon Kaset, Jean Lacouture, François Ponchaud, Sam Rainsy, Chak Sarik, Norodom Sihanouk, Son Soubert, Saumura Tioulong…

* * *

Documentaire
Durée : 52′
Auteur-réalisateur : Gilles Cayatte
Production : France 5 / Alegria / INA
Année : 2008

Lundi 23 février 2009 à 20.35 (première diffusion sur France 5)

Alors que le 17 février s’ouvre au Cambodge le procès tant attendu de Douch, ex-responsable du centre de torture S-21 poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, ce documentaire retrace la vie de Norodom Sihanouk, qui a épousé la destinée du Cambodge.

Roi, demi-dieu, père de l’indépendance, simple citoyen devenu prince, chef d’Etat, Premier ministre, exilé, prisonnier… au cours de sa très longue vie politique, Norodom Sihanouk a endossé tous ces costumes. Au total, neuf vies que Gilles Cayatte a choisi de raconter, qui correspondent à autant d’époques, de ruptures, de choix, de stratégies, subis ou adoptés par Sihanouk et qui ont écrit l’histoire de son pays. Cet homme est aujourd’hui le dernier survivant d’une époque, celle de la fin du colonialisme. Il a traversé toutes les épreuves, tous les courants.

Un parcours fait d’ombre et de lumière

Pour raconter ce parcours hors du commun, fait d’ombre et de lumière, le réalisateur a recueilli de nombreux témoignages de proches, de conseillers, de journalistes. Il donne à nouveau la parole à Norodom Sihanouk à travers de multiples extraits d’interviews. Parmi les archives utilisées apparaissent pour la première fois des archives cambodgiennes longtemps conservées à Phnom Penh. Le film montre comment il n’a jamais abandonné et combien il a toujours été adoré par le peuple cambodgien. En pleine guerre d’Indochine, ce « roi d’opérette », sous la tutelle des Français, négocie l’indépendance du Cambodge sans qu’une goutte de sang ne soit versée.

Pour préserver et construire son pays, il joue sur les tensions et les luttes de pouvoir. Selon les époques, les circonstances, il s’appuie sur la Chine, l’Amérique, la France, la Russie. Mais, renversé en mars 1970 par le général pro-américain Lon Nol, il n’est plus maître du jeu. Il s’allie alors aux ennemis communistes d’hier. De 1975 à 1979, l’horreur khmère rouge planifiée par Pol Pot fait environ 1 million et demi de victimes et ne l’épargne pas. Prisonnier puis exilé, il doit attendre la libération du Cambodge par le Vietnam, puis la fin de l’occupation vietnamienne, douze ans plus tard, pour rentrer dans un pays enfin en paix.

Valentine Ponsy (France 5).

S.M. Bảo Đại : Le dragon d’Annam – Mémoires du dernier empereur du Viêt-Nam, extraits [1980]

S.M. Bao Dai, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, 382 p. (présentation du dos de couverture)

Cloîtré dans l’enceinte de la Cité interdite pendant les neuf premières années de sa vie, le futur empereur Bao-Daï reçoit la formation rigide d’un prince asiatique que le destin a désigné pour le trône. Les préceptes de Confucius, le rituel des cérémonies dont il sera le Pontife suprême constituent ses seules études, accomplies dans la méditation et l’isolement d’un palais oriental.

Il passe les neuf années suivantes dans le Paris de « l’après guerre », découvre l’Occident, dévore notre littérature classique et contemporaine, suit les cours de Sciences Po, se passionne pour le sport.

A moins de vingt ans il monte sur le trône d’Annam. Il est le « Fils du Ciel », à la fois dieu et homme, père et mère d’un peuple fin, spirituel, travailleur, héritier d’une très vieille civilisation qui, dans le respect de la tradition, anime une société remarquablement organisée autour de la famille, du village et de l’empereur. Il choisit alors pour nom de règne : Bao-Daï, « le protecteur de la grandeur ».

L’indépendance et l’unité du Vietnam conditionnent cette grandeur. L’empereur Bao-Daï va en poursuivre la réalisation…

En ce XXe siècle finissant, alors que tout le monde angoissé attend de la confrontation entre l’Orient et l’Occident l’enfantement d’une ère nouvelle. S.M. Bao-Daï porte en lui au plus haut degré l’empreinte de cette rencontre. Le même drame se joue à travers son expérience exceptionnelle, comme dans les déchirements et l’holocauste d’un peuple auquel il n’a cessé de porter l’affection d’un père, partageant ses misères et son exil. Un drame dont la scène risque de s’étendre au monde tout entier.

Après 25 ans de silence et de réflexion, aujourd’hui, S.M. Bao-Daï a décidé de parler.

* * *

Le site Belle Indochine a mis en ligne les extraits qui suivent :

[présentation de Belle Indochine] Livre introuvable aujourd’hui, La Dragon d’Annam a été publié en 1989. C’est un éclairage intéressant sur la vie et surtout la personnalité de Bao Dai. Son enfance dans la solitude du Palais, ses études en France où il découvre notamment le sport, la mort de son père (l’Empereur Khai Dinh), le poids des responsabilités alors qu’il n’est pas encore adulte.

On y découvre surtout son regard critique sur les français, qui l’empêchent de gouverner comme il le souhaiterait. Il ne désire qu’une chose, finalement, c’est le départ de la France et l’indépendance de son pays. Les Japonais lui en donneront l’occasion, qu’il n’hésitera pas à saisir.

C’est enfin l’histoire rocambolesque de l’abdication, en réponse au « Comité Populaire de Hanoi ». Il ne sait pas qui ils sont, mais il va quand même leur apporter sur un plateau son soutien ! Il faut lire ces pages étonnantes…

Quelques dates :

– né le 22 octobre 1913, décédé le 31 juillet 1997,

– intronisé le 8 janvier 1926, à l’âge de 12 ans,

– retour dans son pays en septembre 1932,

– épouse en 1934 Nam Phuong,

– 11 mars 1945, donne lecture d’un acte d’indépendance du Tonkin et de l’Annam ; Le 14 avril, il annonce l’annexion de la Cochinchine. C’est la réunification du Vietnam.

 

* * *

Extraits

[les passages en italique sont de Belle Indochine]

Éducation

« Tous les jours mon précepteur, un mandarin lettré venait m’enseigner, à travers les entretiens de Confucius, les devoirs et charges du Prince. Pendant 4 ans, j’ai ainsi vécu seul, prenant mes repas seul, au rythme d’un programme immuable ou chaque journée était identique à la précédente.

Une à deux fois par mois, j’étais autorisé à assister à repas que prenait mon père [l’empereur Khai Dinh]. Plus rarement, alors qu’il se rendait à la Résidence Supérieure, il m’emmenait avec lui. J’avais le loisir de m’amuser avec les enfants du Résident Pasquier, qui parlaient couramment  la langue vietnamienne.

Pendant cette période, je n’ai jamais eu de jouet. »

« D’ailleurs, contempler la nature, ainsi que je le faisais tous les jours, c’est jouer avec l’univers tout entier. Comme mes études, mes jeux étaient graves, emprunts de respects pour l’ordre établi.

Parfois, à l’occasion d’anniversaires, je pouvais me rendre au palais des reines, situé de l’autre coté que celui de l’empereur, et bordé d’un mur aveugle. Chaque épouse royale y disposait d’un appartement royal. L’impératrice douairière y occupait la 1ère place. Dans ces occasions, j’allais la saluer suivant un cérémonial très strict, ne lui parlant qu’à genoux, alors qu’elle se tenait quasiment invisible derrière un rideau de fin bambous. Le palais des femmes comptait encore quelques eunuques, et de nombreuses servantes, chaque épouse royale disposant d’un nombre de domestique proportionnel au rang qui lui était attribué. Ces servantes me préparaient de somptueuses collations qui faisaient diversions dans la nourriture assez spartiate que l’on me servait tous les jours. […]

Certes, ce régime d’où tous les exercices physiques étaient proscrits, n’était guère sain pour un jeune enfant. Il explique d’ailleurs à lui seul la mortalité précoce d’un grand nombre de princes. Mon grand père est mort à 25 ans, son frère à 14 ans. A 9 ans, je pesais à peine plus de 20 kilos. »

Intronisation

« Un soir de novembre 1925, M. Charles m’attend à la sortie des cours.

Mon cher Vinh, j’ai une nouvelle bien triste à vous annoncer. L’empereur Khai Dinh est mort avant hier  [25 novembre 1925]. Vous allez partir pour assurer la succession de votre père. […]

J’avais 12 ans.

« Nous arrivons à Hué à la fin du mois de décembre. Mon caractère s’est affermi mais je suis préoccupé par la succession. Avant de mourir, mon père a exprimé sa volonté de me voir poursuivre mes études en Europe. Les autorités française consultés par la cours de hué ont donné leur accord. Le Conseil d’État ou secret a donc nommé un régent qui exercera le pouvoir jusqu’à mon retour. […]

Quelques jours après que furent prises ces dispositions, le 8 janvier 1926, à la date fixée par les astrologues comme la plus favorable ont lieu mon couronnement.

La veille, je me suis rendu dans le palais de Can Chanh, pour y recevoir les ornements royaux. On m’a revêtu de la propre tenue de l’Empereur Gia Long, fondateur de notre dynastie. Cette tenue est précieusement conservée comme une relique et ne sert que pour les cérémonies de couronnement. Tunique jaune, décorée de broderie d’or, avec les bottes assortis, chaussures en forme de cothurnes à semelle épaisse dont la pointe se relève, puis la coiffure, sorte de tiare à fonds de crin, ornée de broderie et de pierres précieuses.

L’un des 4 membres du Comat m’a alors remis la plaque d’or, « ordre royal », qui est accroché au coté droit de la tunique, un très haut mandarin m’a présenté, de la part de la Cour, le Livre d’Or, ouvert au commencement de chaque règne, sur lequel sera inscrit le nom que je porterai dorénavant : Bao Dai, qui signifie « le protecteur de la grandeur ». »

Retour en Annam

Quelques années plus tard, en 1932, Bao Dai rentre dans son pays. Il se pose alors la question de son rôle :

« Quels seront mes prérogatives ?

Après la mort de Khai Dinh en 1926, une convention a été passée avec la France, à la suite de laquelle le conseil se plaça sous la présidence du Résident Supérieur, à qui nous rendons compte et présentons nos propositions ».

Les décisions sont prises par le Résident Supérieur et son cabinet, en particulier pour tout ce qui concerne le budget.

– personne ne m’a jamais parlé de cette convention. Si j’avais été mis au courant, je ne l’aurai jamais acceptée.

– Sire, elle a été signée par le Conseil de Régence. Pratiquement, elle a transféré au Résident Supérieur les dernières attributions du Gouvernement Impérial aux plans politiques et judiciaires. Pour le Tonkin, c’est la Résident Supérieur du Tonkin qui exerce désormais les prérogatives de vice roi. »

Voyage organisé au Tonkin

Il a alors 19 ans. Un voyage est organisé peu après son retour au Tonkin, pour faire visiter à l’Empereur une région qu’il n’a jamais vue. Des réceptions sont organisées à Hanoi. Visite des mines de Hon Gai. 

« Pour moi, ce sont les français qui me font découvrir mon pays et, au cours de ce voyage, je fais un peu figure de vassal de la France. […]  Ce voyage m’a incontestablement révélé une nouvelle dimension de mon pays. Les possibilités industrielles du Tonkin devraient faciliter son accession au rang des nations modernes. [..] Je n’en reviens pas moins assez déçu de ce séjour. En effet, j’ai encore mieux ressenti à Hanoi, où j’ai étais reçu en invité alors que j’étais chez moi,  combien est infime le rôle qu’on attend de moi. Tout ce qui concerne, en fait, la vie quotidienne, l’avenir de mon pays et de mon peuple m’est interdit. Je ne suis plus qu’un personnage de théâtre qui apparaît de temps en temps sur la scène mais qui ne mène pas le jeu. »

Tentative de réformes

« Le 10 septembre 1932, je fis publier une ordonnance dans laquelle je déclarais ma volonté de gouverner avec le concours du peuple, sous la forme d’une monarchie constitutionnelle, et de réformer tout ce qui avait besoin de l’être : le corps mandarinal, l’enseignement et la justice.

Cette déclaration obtint un très grand succès dans la population, notamment dans la jeunesse vietnamienne qui attendait un changement. […]

L’avenir se présentait sous d’heureux auspices. Je savais qu’il ne fallait rien brusquer si je ne voulais pas subir le sort de certains de mes prédécesseurs. […]

C’était mal connaître l’administration française, ce que l’on appelait « les services civils ». Appuyés par les milieux nationalistes, ils opposèrent aussitôt une sourde résistance à toutes tentatives de réformes. Pourtant celles-ci étaient indispensables. Il faut savoir qu’à cette époque, si un Annamite était admis à égalité de titres dans les cadres de l’Administration, comme les français, il était loin de percevoir le même traitement. Ainsi, un gouverneur de grande province […] gagnait moins qu’un simple agent de police européen engagé à Hanoi. Dans ces conditions, il était inévitable que pour tenir leur rang et ne pas perdre la face,  certains mandarins fussent pousser à abuser de leur situation auprès du peuple. […] Elles avaient aussi une autre conséquence, non moins grave : elles provoquaient le découragement des meilleurs éléments […].

Une lutte pied à pied s’engagea pour tenter de reprendre quelque unes des décisions qui avaient pratiquement vidé le traité de protectorat de son contenu. L’administration fut la plus forte, et toute tentative fut paralysée. »

Au bout de quelques mois, les deux proches collaborateurs engagés par Bao Dai présentèrent leur démission, faute de pouvoir de réformer quoique ce soit.

Déception confirmée

« Vous m’avez dit que mon père était revenu très déçu de son voyage en France de 1922. Maintenant, au bout de 18 mois de présence ici, j’éprouve la même déception. De  ses conversations à Paris, mon père avait espéré obtenir le retour au régime réel du protectorat. Moi, j’ai cru pouvoir réaliser des réformes qui auraient abouti au même résultat. Tout a été vain. J’en arrive à penser que les nationalistes ont raison.[..] Malraux disait: « il est difficile de concevoir qu’un annamite courageux soit autre chose qu’un révolutionnaire ».

La 2ème guerre mondiale

« Contrairement à ce qu’on a pu croire, la défaite de la France en juin 1940 n’a pas provoqué au Vietnam un relâchement des liens qui existaient entre les deux pays. En réalité, le peuple vietnamien éprouvait une grande compassion à l’égard des malheurs qui frappaient la nation protectrice et la population n’a peut être jamais été aussi proche de la Communauté française qu’à cette époque là. Ainsi, lorsqu’il fut fait appel à elle, répondit elle avec générosité à toutes les collectes organisées par le Secours National. Sans doute y avait il dans cette attitude du peuple vietnamien l’espoir que plus tard la France, en retour, accomplirait un geste en faveur du Vietnam et de son indépendance. »

Coup de force des Japonais

L’ambassadeur du Japon en Indochine s’entretient, le 9 mars 1945, avec l’Empereur :

« Le Japon a été contraint de prendre les affaires en main en Indochine en raison des activités subversives de la résistance française. Celle ci recevait des armes et avait l’intention de gêner les mouvements de notre armée ». L’ambassadeur précise « Nous voulons redonner l’Asie aux Asiatiques ».

Puis l’ambassadeur ajoute :  » Je suis chargé de remettre à votre majesté l’indépendance du Vietnam ». […]

« Puis je donc laisser passer la proposition qui nous est offerte ? L’indépendance, c’est le rêve de tous les vietnamiens ! » En toute connaissance de cause, je prends ma décision : il faut savoir saisir l’occasion tout en essayant de réduire au minimum les exigences et les ingérences ».

 L’indépendance est donc proclamée le 12 mars 1945.

A l’issue du cessez le feu des Japonais :

« Je suis moi même profondément ému. L’œuvre que mes ancêtres n’avaient pas pu faire aboutir, je l’ai conduite à son terme. Le Vietnam est réunifié et indépendant ». Les souffrances endurées par mon peuple n’ont pas été vaines. »

Il écrit à de Gaulle :

« Vous avez trop souffert pendant 4 ans pour ne pas comprendre que le peuple vietnamiens qui a 20 siècles d’histoire et un passé souvent glorieux ne veut plus, ne peut plus supporter aucune domination, ni aucune administration étrangère. »

Abdication  

« Devant la volonté  unanime du peuple vietnamien prêt à tous les sacrifices pour sauvegarder l’indépendance nationale, nous prions respectueusement votre majesté de bien vouloir accomplir un geste historique en remettant ses pouvoirs ». Signé : le comité de patriotes représentant tous les partis et toutes les couches de la population.

Ils veulent une révolution, je vais la faire mais sans verser le sang, par une évolution politique. Si l’on tient compte de l’histoire des peuples, il n’y a qu’une seule solution : mon départ. »

Ceux qui l’ont rédigé sont des patriotes qui veulent comme moi l’indépendance et l’unité du Vietnam. Il ne aucune idée de qui se cache derrière les signataires. « Ils ont des contacts, des moyens, des armes ; je n’ai rien ».

Bao Dai est d’accord pour abdiquer. Mais à qui renvoyer la réponse ? Qui est ce fameux « comité de patriotes » ? Les conseillers se renseignent, mais reviennent bredouille.

« Alors je lance un message dans le vide, comme une bouteille à la mer. Par télégraphe, je m’adresse au « Comité des patriotes » à Hanoi.

« Répondant à votre appel, je suis prêt à m’effacer. A cette heure décisive de l’histoire  nationale, l’union signifie la vie, et la division la mort. Je suis prêt à tous les sacrifices pour que cette union puisse se réaliser et demande aux chefs de votre Comité de venir le plus tôt possible à Hué pour le transfert des pouvoirs ».

« Leur incontestable succès n’est il pas le signe qu’ils ont reçu mandat du ciel ? »

« Indépendance pour la patrie, Bonheur pour le peuple. Pour ces 8 mots et pendant 80 ans, tant de nos frères et de nos sœurs ont sacrifié leur vie dans la jungle, les forêts et les prisons que, comparer aux sacrifices de ces milliers de héros et d’héroïnes, mon abdication n’est qu’une très petite chose. »

« Enfin libre ! »

« Maintenant, il fait que le peuple se serre les coudes autour d’une équipe apparemment plus capable que moi de réaliser l’indépendance. »

Quelques heures après, suite  à la déclaration d’indépendance du Vietminh, il déclare :

« Cette proclamation comporte un réquisitoire contre le colonialisme française dont la violence me surprend… »

 Le 31 juillet 1997, le dernier Empereur du Vietnam meurt à Paris. Il est enterré au cimetière de Passy. Il faudra néanmoins attendre le 20 mai 2006, soit presque 10 ans, pour que le dernier Empereur ait droit à un monument funéraire au lieu d’une simple plaque de béton…

Source : Belle Indochine

Mangkra Souvannaphouma : Laos – Autopsie d’une monarchie assassinée

Armoiries royales du Laos

Comment le Royaume du Laos a-t-il disparu le 2 décembre 1975 dans l’indifférence générale du monde ? Créé en 1353 par le jeune prince Fa-Ngum, le royaume du Lane-Xang devient un Etat indépendant en 1949 dans le cadre de l’Union française. Il est entraîné dans la guerre d’Indochine jusqu’en 1954 avec la naissance du parti communiste laotien, le Pathet-Lao, qui s’allie à Hô-Chi-Minh. Dès lors, le Laos tombe dans l’engrenage de la guerre du Vietnam qui aboutit, en 1975, à la prise du pouvoir par le Nèo-Lao-Hak-Xat, pro-communiste vietnamien.

La monarchie, vieille de sept siècles, est abolie et remplacée par une République dite « démocratique et populaire » à la solde du Vietnam communiste. En mars 1978, le roi, la reine, le prince héritier ainsi que tous les princes détenus dans la capitale royale de Luang-Prabang sont déportés dans l’indifférence des monarchies asiatiques et européennes ainsi que des États signataires des accords de Genève de 1962 reconnaissant la souveraineté et la neutralité du royaume. Plus de 30 000 prisonniers politiques (fonctionnaires, militaires et étudiants) sont envoyés dans des camps de « samanâs », véritables goulags créés par les Lao-Viets : la plupart n’en reviendront pas.

Le prince Mangkra Souvannaphouma, officier-pilote de la Royal Lao Air Force et diplômé de l’Ecole supérieure de guerre de Paris, est le neveu du dernier souverain laotien. De par ses fonctions auprès du Premier ministre, son père, du ministre de la Défense nationale et à l’état-major général. il est un observateur privilégié de la période dramatique dans l’histoire du Laos qui vit la monarchie disparaître au profit du régime communiste. Avec précision, il apporte des éléments inédits à la connaissance de l’histoire laotienne.

Aperçu sur Google Books

Annexes du livre en pdf sur Laos.net

Biographie du Prince Mangkra Souvannaphouma en pdf sur Laos.net

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 2

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 2 – Vendredi 5 octobre 2012

« Mouvements révolutionnaires et monarchies dans la tourmente »

 

Cette séance s’intéressera d’une part, aux discours et aux pratiques politiques des partis révolutionnaires vietnamiens (en première partie) et d’autre part, au déclin des monarchies indochinoises et aux souvenirs rétrospectifs de trois principaux monarques et/ou acteurs (en seconde partie du séminaire).

 

Extraits de textes à discuter :

1ère partie / Mouvements révolutionnaires

  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], « Traduction d’un Document du « Parti Nationaliste du Dai-Viêt » », SHD, 10H 4199, dos. «  2e Bureau – Politique »  intitulé « DVQDD & VNQDD », ch. « VI – DVQDD », pièce : TFEO – TFIS, État-Major – 2e Bureau, n° 1842/2S[?], 2 mai 1948.
  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], Document manuscrit : « Proclamation du « Parti Nationaliste du Dai-Viêt » (Đại Việt Quốc Dân Đảng) », SHD, 10H 607, pièce : TFEO – TFIS, État-Major, 2e Bureau, N° 2143/2S – Secret. Traduction d’un document sur le DVQDD, 19 mai 1948.
  • [Nguyễn Thái Học], « Lettre aux députés », in par Louis Roubaud, Viet-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931, pp. 147-148.
  • « Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois (1930), extraits », in Brève histoire du Parti des Travailleurs du Viet Nam (1930-1970), Hanoi, Editions en langues étrangères, 1970, pp. 159-168.
  • « Traduction du programme d’action du Việt-Nam Quốc-Dân Đảng (Parti national annamite) 1929 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° II. Le « Việt-Nam Quốc-Dân Đảng » ou « Parti national annamite » au Tonkin (1927-1932), 1933, pp. 47-49 (Annexe n° 3). [présentés par Louis Marty, Dir. p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].
  • « Traduction des statuts et du programme d’action du Việt-Nam Cộng-Sản Đảng (Parti communiste annamite). – 1930 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° IV. Le « Đông-Dương Cộng-Sản Đảng » ou « Parti communiste indochinois » (1925-1933), 1933, pp. 73-75 (Annexe n° 5). [présentés par Louis Marty, Directeur p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].

 

2ème partie / Monarchies dans la tourmente

  • S.M. BAO DAI, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, pp. 90-123 [+ dos de couverture].
  • Prince Mangkra SOUVANNAPHOUMA, L’agonie du Laos, Paris, Plon, 1976, pp. 38-48 [+ dos de couverture].
  •  Norodom SIHANOUK, Chroniques de guerre… et d’espoir, Paris, Hachette / Stock, 1979, pp. 40-45, pp. 99-117 [+ dos de couverture].

 

Pour aller plus loin :

  • Daniel Hémery, « A Saigon dans les années trente, un journal militant : « La Lutte » (1933-1937) », article en ligne sur Europe Solidaire sans Frontières
  • Nguyen The Anh, « L’impact des événements de 1930-31 sur l’attitude de l’administration française à l’égard de la monarchie vietnamienne », article en ligne sur Viet Nam infos
  • Nguyen The Anh, « The Formulation of the National Discourse in 1945 Vietnam », article en ligne sur Viet Nam infos

 

Sur la grande famine au Nord Viêt-Nam en 1944-1945 :

  • Pierre Brocheux, « La famine au Tonkin en 1945 », article en ligne sur Etudes coloniales
  • Geoffrey Gunn, « The Great Vietnamese Famine of 1944-45 Revisited , article en ligne sur Japan Focus
  • Nguyen The Anh, « La famine de 1945 au Nord Viêt-Nam », article publié dans The Vietnam Forum, no. 5, Winter-Spring 1985, pp. 81-100.
  • Nguyen The Anh, « La campagne nord-vietnamienne de la dépression économique de 1930 à la famine de 1945 », Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 74, n°274, 1er trimestre 1987, pp. 43-54. En ligne sur Persée
  • Nguyen The Anh, “Japanese Food Policies and the 1945 Great Famine in Indochina” in: Paul H. Kratoska ed., Food Supplies and the Japanese Occupation in South-East Asia. London: Macmillan – New York: St. Martin’s Press, 1998, pp. 208-226. Rep. in: Dòng Viêt (Southeast Asian Culture and Education Foundation, Huntington Beach, USA), n° 7, 1999, pp. 289-310.

Etat et société du Viêt-Nam ancien : entretien avec Nguyên Thê Anh – 7 mars 2005

[ndlr] Entre mars et mai 2005, la Fondation Maison des sciences de l’homme à Paris a réalisé trois entretiens filmés du professeur Nguyên Thê Anh sur ses thématiques d’enseignement. L’ouverture de ce carnet de recherche nous donne l’occasion de présenter ces trois entretiens riches pour la connaissance et la compréhension de l’espace indochinois. Le premier volet qui compose cette trilogie aborde l’évolution historique de la monarchie vietnamienne des temps anciens à la période contemporaine. A voir et à revoir.

Nguyên Thê Anh est Professeur émérite de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes – IVe Section (Sorbonne).

Il a dirigé le Centre d’Histoire et Civilisations de la Péninsule indochinoise, qui rassemble des enseignants-chercheurs et chercheurs travaillant sur l’évolution des différents pays du monde indochinois au cours des XIVe-XXe siècles, période de la formation des sociétés et Etats contemporains.

Ainsi, tout en s’attachant spécialement à l’étude de l’histoire socioéconomique et intellectuelle du Viêt-Nam ancien, il a coordonné les activités du Centre autour de l’analyse des rapports entre les Etats et les cultures pour tenter d’évaluer, à partir des situations de contact, les convergences et les divergences entre les sociétés de la péninsule indochinoise et de l’Asie du Sud-Est en général. Dans cette optique, il a consacré ses séminaires des années 2003-2004-2005, à l’EPHE, à une réflexion approfondie sur la légitimation du pouvoir en péninsule indochinoise du XVIIIe au XXe siècle.

Le choix de l’objet d’étude (05:49)

Parties :

Le choix de l’objet d’étude (05:49)
La monarchie vietnamienne (01:47)
Le système confucéen dans la monarchie vietnamienne (02:09)
Le mandarin, position et fonction dans le Vietnam monarchique (19:36)
La mainmise française sur le Vietnam (08:16)
Le système administratif colonial (09:34)
La perception du colonialisme français au Vietnam (13:19)
Mouvements de résistance au Vietnam et émergence du communisme (17:02)
Administration française et occupation japonaise (14:39)

Responsable(s) de cet entretien : Peter Stockinger

Date et lieu de l’entretien : Lundi 7 mars 2005 – Maison des Sciences de l’Homme

Contact : contact-aar@msh-paris.fr

Réalisation : Camille Bonnemazou (ESCoM-FMSH, Paris, France)

Thème(s) : Histoire sociale — Histoire culturelle — Science Politique

Langue(s) : Français

Source : Archives Audiovisuelles de la Recherche