Archives par mot-clé : mis-en-avant

Hwang Sok-Yong, L’Ombre des armes – Recension de Julia Fournier

Recension de : Sok-Yong Hwang, L’ombre des armes, 1992, Édition Zulma, 2003, traduit du coréen, 672 pages.

La présence sud-coréenne dans la guerre du Vietnam

Sous le régime du dictateur Park Chung-Hee, la Corée du Sud participe aux côtés des États-Unis à la Guerre du Vietnam. L’envoie de troupes coréennes en septembre 1964 au Vietnam se fait en échange de promesses d’aides financières et d’investissements dans les consortiums internationaux par les États-Unis. Environ 300 000 soldats sud-coréens ont combattus, c’est le 2ème plus gros bataillons défendant le sud-Vietnam après les États-Unis.

Trois divisions sud-coréennes d’intervention se distinguent : The Tiger Division, The Blue Dragons, et The White Horse. L’armée coréenne était redoutée des Vietnamiens et reconnue des américains. En effet, sur le terrain les divisions coréennes pratiquent l’art martial du Tae Kwon Do et usent de stratégies très bien coordonnées ne laissant aucune chance à l’adversaire. Des villages vietnamiens étaient réduits en cendre, et les chefs de villages exécutés et leurs corps disposés comme exemple. Une armée efficace mais cruelle.

Malgré la forte présence de l’armée coréenne dans la guerre du Vietnam, le grand public n’en a généralement pas connaissance. De même, les actes que les soldats sud-coréens ont commis ne sont pas connus ni enseignés dans les manuels scolaires des élèves sud-coréens. Il y a, encore aujourd’hui, une guerre de mémoire entre le Vietnam et la Corée du Sud sur ce sujet. Les victimes vietnamiennes attendent une reconnaissance.

Hwang Sok-Yong, un écrivain militant aujourd’hui incontournable

Hwang Sok-Yong est né en 1943 en Mandchourie alors occupée par l’armée japonaise. Il a passé son enfance en Corée du Nord et s’exile avec ses parents à Séoul en 1950. Il fait des études en philosophie à l’université de Dongguk et est emprisonné en 1954 pour des raisons politiques. En 1966-1967, Hwang Sok Young a 23 ans et est envoyé combattre à contrecœur aux côtés des Américains dans la guerre du Vietnam. Il a combattu avec le contingent coréen à Da Nang.

« Quelle différence peut-il bien y avoir entre la génération de mon père enrôlée au sein de l’armée japonaise pour servir les ambitions impériales japonaises, et ma génération, mêlée à la guerre du Vietnam aux côtés des américains pour établir « un axe américain » en Extrême-Orient pendant la Guerre Froide? » (Hwang Sok-Yong, The Old Garden, Seven Stories Press, page 540).

Au Vietnam Hwang Sok-Yong a fait partie d’une unité chargée du « nettoyage ». C’est à dire de l’effacement des preuves de massacres civils, en contact constant avec la mort et en témoin direct de massacres. Il écrit La pagode en 1970 basée sur ces expériences et remporte le prix littéraire du Chosun Ilbo (nom d’un journal sud-coréen).

En 1970, il publie notamment la nouvelle Monsieur Han, histoire d’une famille séparée par la guerre de Corée. C’est son livre le plus connu et celui qui ouvre sa carrière littéraire. En 1974 il édite un recueil de 3 nouvelles Sur la route de Sampo puis une nouvelle Jang Gil-san  qui fut publié entre 1974 et 1984 en série dans un quotidien. Hwang Sok-Yong écrit des romans faisant parabole aux évènements historiques qu’il a vécu ainsi qu’à ses expériences personnelles. Bien que fictifs, ses œuvres sont des témoignages indirectes et des best-sellers en Corée du Sud. Dans les années 80, Hwang Sok-Yong écrit aussi pour le théâtre, coordonne des écrivains contre la dictature de Park Chung-Hee et lance une radio clandestine et participe au soulèvement démocratique de Gwanju. En 1985, sort enfin L’ombre des armes, traduit en français en 2003. Il se rend à Pyongyang en 1989 pour soutenir des intellectuels nord-coréens puis s’exile à New-York car la loi sud-coréenne interdisait tout contact avec des nord-coréens. Il rentre à Séoul en 1993 et est tout de suite emprisonné pour atteinte à la sécurité nationale. Il est libéré en 1998 après les demandes d’organisations internationales et par la grâce du nouveau président Kim Dae-Jung. Il est aujourd’hui considéré comme un auteur classique incontournable et a reçu de nombreux prix internationaux.

L’Ombre des armes, un roman « total »

L’Ombre des armes est une œuvre imposante (670 pages tout de même) publiée en feuilleton en 1983 dans le mensuel Wolgan Joseon, puis en deux volumes en 1985 et 1988. Hwang Sok-Yong a attendu le départ du dictateur Chun Doo-Hwan et une libéralisation du régime pour publier le second volume. Cette dernière version de 1992 est traduite en français en 2003 par Lim Yeong-He, Françoise Nagel et Marc Tardieu. Ce récit, prenant la forme d’un roman, est basé sur l’expérience de Hwang Sok-Yong au Vietnam. Dans son œuvre, il aborde « l’ombre des armes », c’est à dire, ce qu’il se passe pendant la guerre du Vietnam derrière les confrontations armées : l’organisation, la logistique, l’économie ; mais aussi les confrontations d’idéaux qui se déroulent chez chacun, le non respect des règles et les limites de l’acceptable. En effet, Hwang Sok-Yong ne se concentre pas sur le carnage qui a eu lieu pendant la guerre (cependant les personnages n’échappent complètement à ce carnage inexorablement présent) mais il zoome sur l’aspect économique de la guerre : le marché noir. En changeant de chapitre, on change de personnage et nous voyons les choses de leur point de vue. Ainsi on a l’occasion de croiser différents personnages vietnamiens, américains et sud-coréens de différents milieux. On suit un jeune caporal Sud-coréen, Ahn Yeong Kyu, affecté à Da Nang au département d’enquête des Forces Alliées. Il découvre le marché noir du port de Da Nang et la guerre économique qui s’y déroule. Il est à considérer comme le personnage principal. Il croise Pham Quyen, un commandant de l’armée sud-vietnamienne et son frère engagé dans les rangs viêt-congs. D’autres personnages les accompagnent tout au long du récit, des supérieurs, de la famille, des amours, des compagnons d’armes et collègues.

Marines sud-coréens en opération pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

L’auteur ayant vécu une expérience proche de celles de ces personnages, les descriptions peignent un décor qu’il est facile de s’imaginer. L’auteur donne de l’importance aux gestes des personnages et peut consacrer une page à la description de la manière dont un personnage va se déshabiller, va conduire sur un trajet ou va se faire un café. Ces descriptions comportent toujours des détails qui apprennent de nouvelles chosent au lecteur et l’aide à comprendre le monde dans lequel évoluent les différents personnages. Pour reprendre les exemples précédents, lorsque Ahn Yeong-Kyu retire son habit militaire usé qu’il a porté au combat, se lave, puis enfile une tenue de civil, un changement radical va s’opérer chez lui. Le personnage change de monde, d’apparence, de statut, de métier, de manière de communiquer verbalement et physiquement, d’identité et d’idéologie. La description d’un trajet en voiture va révéler des informations sur l’organisation militaire, l’état des routes et le déroulement des contrôles que les lecteurs n’auront jamais croisées ailleurs. Ce qui choque dans l’intrigue du livre d’Hwang Sok-Yong, c’est les relations entre les Américains soldats et trafiquants en même temps, avec les Coréens présentés tantôt comme les  égaux des américains, tantôt comme les frères des Vietnamiens.

★ ★ ★

 

L’ombre des armes  est très bien accueilli par les critiques français qui y voient une œuvre qui se démarque des autres, autant pour ce qu’elle raconte que pour son style littéraire. La personnalité originale de Hwang Sok-Yong ajoute à la singularité du livre. En effet, bien qu’il existe de nombreux livres sur la guerre du Vietnam, rare sont ceux évoquant la présence de l’armée sud-coréenne et encore plus rare ceux décrivant avec un tel réalisme le marché noir qui s’opérait derrière les affrontements armés.

En effet, ce livre a marqué les esprits des critiques. Ici, un extrait des dernières lignes d’un article de Lionel Besnier dans la revue Page en 2003 sur le roman :

« Ce roman n’est pas de guerre ou sur la guerre. Il parle d’hommes et de femmes pris dans la radicalisation de l’Histoire dans un pays de veuves, de prostitution et de trafics. Celui des armes reste dans l’ombre et dévore le reste. Un livre de référence. »

Le livre de Hwang Sok-Yong dénonce l’impérialisme américain et est emprunt d’actualité. Le sujet du marché noir en temps de guerre n’est que peu abordé aujourd’hui bien qu’il soit de pair avec l’intervention militaire des Etats-Unis dans un pays.

J’ai personnellement apprécié le livre. Et bien qu’il soit long, une fois qu’on l’a rouvert on se retrouve plongé auprès du personnage, curieux d’en apprendre plus sur les exactions commises et l’évolution des personnages dans ce milieu sans règles. Le style littéraire de Hwang Sok-Yong est convaincant et mêle souvenirs réels et fictions au suspens policier.

Julia Fournier

Références :

  • Lionel Besnier, « Hwang Sok-Yong », Page des libraires, n°83, juin-juillet-aout 2003.
  • André Clavel, « Un soldat sud-coréen englué dans la guerre du Vietnam », Le Temps, 31 mai 2003.
  • André Clavel, « Des matins pas si calmes », L’Express, 24 juillet 2003.
  • Claude Combet, « A l’ombre de la guerre du Vietnam », Livres Hebdo, 11 avril 2003.
  • Philippe Pons, « Corées, Vietnam, les perditions parallèles », Le Monde, 4 juillet 2003.
  • François Kasbi, « L’ombre des armes », Magazine littéraire, n°422, juillet-aout 2003.
  • Notice « Hwang Sok-yong », Wikipédia, mise à jour en novembre 2017.
  • RFI, « Guerre du Vietnam: les Sud-Coréens accusés de violences sur des civils », 22 mai 2015.
  • Lina Sankari, « Vietnam-Corée. La guerre sans fin des mémoires », L’Humanité, 6 février 2017.

Image « à la une » : Marines sud-coréens préparant une position défensive près de Tuy Hoa © Wikipedia  Larsen, Stanley Robert; Collins, James Lawton Jr. (1975) Vietnam Studies: Allied Participation in Vietnam, Washington, D.C.: Department of the Army, p. 137 Retrieved on 27 March 2007.

Julia Fournier est étudiante en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon et Sciences Po Lyon). Tout d’abord intéressée par le Japon et les enjeux des mémoires de guerre, elle s’est ensuite tournée vers la Corée du Sud, un pays aux problématiques multiples encore peu étudié en France. Elle effectue actuellement une mobilité académique en Corée du Sud à Séoul.

Claire Ly : Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges – Recension d’Emmanuel Delaunay

Recension de  : Claire Ly, Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges, Paris, Éditions de l’Atelier / Les Éditions Ouvrières, 2002, 191 p. (rééditions en 2007 et 2014).

Claire Ly : de l’enfer au parcours spirituel

La confession d’une femme cambodgienne

L’auteure de ce récit, Claire Ly, est née en 1946 à Battambang, une ville située dans l’ouest du Cambodge et capitale de la province éponyme frontalière de la Thaïlande. Lors de l’arrivée des Khmers rouges, elle travaillait pour le ministère de l’Éducation nationale en tant que traductrice de manuels scolaires en français, après avoir été professeure de philosophie pendant quatre ans.

Entre avril 1975 et janvier 1979, elle est internée dans un camp de travail où, privée de sommeil et de nourriture, elle effectue des travaux de terrassement. En novembre 1975, elle y donne la vie à son second enfant. Après la chute du régime de Pol Pot et sa libération, elle émigre en 1980 en France avec ses enfants en tant que réfugiée politique.

De confession bouddhiste, elle se convertit au catholicisme en 1983 et s’investit dans la vie religieuse chrétienne, rencontrant le Pape François en 2016. Dans ce témoignage, elle fait part de son expérience humaine et spirituelle, de son itinéraire entre bouddhisme et christianisme.

L’illusion khmère rouge

17 avril 1975 : jour de la victoire de la révolution communiste khmère. Le 21 avril suivant, les Khmers rouges (portant un uniforme noir) arrivent à Battambang. Ils éliminent les intellectuels, les notables, les personnes liées à l’ancien gouvernement et les opposants. L’auteur perd ainsi successivement son père, un industriel aisé, son mari directeur de banque, son frère ainé un député puis son jeune frère, un commerçant marié avec une française.

La République khmère devient le Kampuchéa démocratique, dirigé par l’Angkar. L’Angkar désigne le Parti ouvrier du Kampuchéa, d’inspiration maoïste, placé sous l’autorité de Saloth Sâr, alias Pol Pot. L’objectif de l’Angkar est de créer par la dictature une société communiste sans classes, purgée de l’influence capitaliste, coloniale et religieuse.

L’auteure – Claire Ly, en khmer « Chhay Hun » – doit son salut à son statut de femme qui lui a permis de se faire passer pour une bourgeoise sans éducation.

L’Angkar donne l’ordre à tous les citadins de quitter Battambang dans l’heure qui suit car, disent-ils, les Américains vont venir les bombarder. Ils instrumentalisent l’exemple de Preah Vésandor qui est le modèle de détachement suprême pour les bouddhistes. Rien n’est permanent dans cette vie, tout n’est qu’illusion.

Partie avec son fils de 3 ans et sa mère notamment, Chhay Hun ne peut franchir la frontière thaïlandaise qui est bloquée et se retrouve dans un camp de fortune à la campagne puis dans un camp de travail. « Mon savoir livresque ne me sert pas, écrit-elle. Illusion de mes diplômes de philosophie et de droit. Tout n’est qu’illusion ici-bas » (p. 35), comme la vie d’une fille de famille aisée qui se croyait à l’abri de toutes les misères du monde grâce à son bon karma. « En quelques jours, il ne me reste plus rien » (p. 35).

La rééducation commence. L’auteure explique comment s’organise la dictature. L’idéologie khmère rouge prône la haine des classes comme moteur de l’avènement d’une société juste. La population est ainsi divisée en groupes de dix foyers et en coopératives de dix groupes. Le chef de groupe est de préférence un illettré issu d’un milieu ouvrier ou paysan. Cinq ou six espions sont choisis parmi la jeunesse paysanne.

Il y a le peuple en attente : ce sont les paysans qui peuvent continuer de jouir de leurs propriétés (maisons, arbres fruitiers, barques, instruments de pêche) et le peuple nouveau : c’est le peuple de la ville, mauvais, souillé par la civilisation occidentale. Il faut le purifier par la rééducation. Il ne possède plus rien, c’est par les travaux forcés qu’il deviendra un peuple pur. Les paysans, malheureux, ont un bouc émissaire, « celui formé par nous, les gens de la ville, les souillés, sur qui ils peuvent se défouler », écrit-elle (p. 46). En tant que membre du peuple nouveau, Chhay Hun est envoyée sur un chantier de terrassement et participe à la construction de digues.

Le bouddhisme questionné

Hun a de plus en plus de mal à comprendre les enseignements du Bouddha. Prise dans un étau de haine et de colère (qui l’éloigne de la sagesse ancestrale, précise-t-elle) elle ne sait comment trouver le chemin juste. Finalement, le chemin du milieu sera pour elle le « silence ». C’est la seule voie pour survivre car elle ne doit surtout pas trahir son milieu social, montrer son accent des villes et son vocabulaire.

Au bout de sept mois de rééducation, l’Angkar estime que le peuple des villes commence à marcher sur le chemin de la révolution. Il ne possède plus rien. Habilement, l’Angkar a monté chacune à son tour une classe sociale contre une autre. Ce sont maintenant les gens des villes qui surveillent les paysans appelés, eux aussi, à se purifier. Ceux-ci sont également dépossédés de leurs biens qui sont déclarés « biens de l’Angkar ».

En novembre 1975, Hun accouche d’une petite fille prénommée Ratha, prénom choisi par l’Angkar (pratiquement par la femme du président de la coopérative) et qui signifie fille de l’État. Elle peut allaiter son enfant mais doit le faire également pour les enfants des autres et réciproquement.

Pour le Kampuchéa démocratique, il n’y a en effet plus de cellule familiale, chaque mère étant mère de tous les enfants de l’État, le président de la coopérative étant le père de tout le monde.

Le compagnon du Ciel

Pour un bouddhiste, il ne peut y avoir d’injustice puisque tout est justifié par le karma. Hun commence à s’en détourner et à refuser les conséquences des actes commis dans « je ne sais quelle vie antérieure », écrit-elle.

Pour survivre aux travaux épuisants de terrassement dans un contexte de privation de sommeil et de nourriture, Chhay Hun a besoin d’un interlocuteur à qui parler. Elle ne peut s’adresser à son karma. Elle a alors l’idée (issue du bouddhisme pour les cas extrêmes) de se construire un « objet mental »  qui joue le rôle d’un bouc émissaire, un interlocuteur à qui parler et qu’elle appelle le « Dieu des occidentaux » (p. 66). Elle estime en effet que l’Occident est responsable tant des guerres d’Indochine et du Vietnam que de l’idéologie des Khmers rouges issue du marxisme. Elle insulte du matin au soir ce « Dieu des occidentaux : cet échange continuel avec ce Dieu témoin me donne l’énergie nécessaire pour survivre. Cette compagnie silencieuse m’a sauvée de la folie », explique-t-elle.

Peu à peu, par ces conversations avec son Dieu témoin, elle se sent moins chargée de haine. Elle se met même à lui adresser des « merci ». Lorsque par exemple, un gradé khmer rouge vient chercher son fils pour le soumettre à l’endoctrinement de l’Angkar, elle touche le fond du désespoir ; mais grâce à un stratagème des plus risqués, elle réussit à l’en soustraire : « je te remercie de tout cœur même si tu n’y es pour rien, tu es un compagnon indispensable » (p. 112).

Dans le « mouroir pagode » où elle a l’occasion de se rendre, elle voit un enfant d’un an environ et sa mère. L’enfant est si mal qu’il a les traits d’un vieillard. Elle demande à son Dieu témoin de le délivrer de cette vie. Le deuxième jour, l’enfant est mort et elle le remercie. C’est la première fois que le Dieu des occidentaux devient son Dieu tout court.

Elle constate que cette certitude d’être accompagnée a sorti son cœur et son esprit de la haine et de la vengeance. Elle se débarrasse de la logique du karma et accepte de s’affranchir de sa vie antérieure.

Libération et conversion en exil

En novembre 1978, les Khmers rouges sont pris d’un vent de panique. Chhay Hun comprend qu’ils ne peuvent plus s’occuper des prisonniers. Les cadres ont disparu. Le 7 janvier 1979, les Khmers rouges sont battus par les Vietnamiens, des soldats verts au lieu des soldats noirs. Les prisonniers sont libérés de l’esclavage des Khmers rouges, la famine est terminée.

Enceinte de son mari Sak après un mariage arrangé dans le camp, elle accouche d’un fils qu’elle prénomme Borey, signifiant « ville du bonheur » par défi à l’histoire tragique de son pays. Hun retourne à Battambang dans la maison de son père où elle a passé sa jeunesse mais elle se dit libérée de ce passé, d’autant que ce sont maintenant les communistes pro-Vietnamiens qui commandent après les communistes Khmers rouges.

Par l’intermédiaire de la Croix-Rouge, elle quitte finalement le Cambodge pour, via la Thaïlande, gagner la France avec ses enfants. Elle rejoint un foyer de jeunes travailleurs à Rodès, près d’Alès, puis elle s’installe dans un petit village du Gard, Saint Hilaire de Brethmas. Elle souhaite que ses enfants s’enracinent en France. Peu à peu, son Dieu devient le Dieu des chrétiens, et elle va finir par se convertir au christianisme. Ayant pris le nom de Claire Ly, elle est actuellement enseignante à l’Institut de Sciences et Théologie des Religions.

Le programme totalitaire des Khmers rouges entraina des crimes de masse (environ 1,7 million de morts) soit un quart de la population de l’époque1. En 2011, je me suis rendu sur les lieux de mémoire de l’ancienne prison de Tuol Seng (S-21) à Phnom Penh et sur l’ancien camp d’exécution de Choeung Ek situé à 17 kilomètres au sud-ouest de la capitale cambodgienne. Cette expérience m’a conduit à choisir le récit de Claire Ly. Son livre donne la mesure du drame cambodgien vu sous l’angle original d’un nouveau cheminement spirituel.

Emmanuel Delaunay, promotion ASIOC 2017-2018.

Image « à la une » : salle de torture à S21 © Claire Ly

Emmanuel Delaunay est étudiant en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon et Sciences Po Lyon). Officier de sécurité civile, son intérêt pour l’Asie l’a conduit à reprendre ses études afin de se spécialiser sur cette aire géographique. Il effectue actuellement une mobilité académique en Chine.

Note

  1. Programme d’étude sur le génocide cambodgien de l’université de Yale, 1994 []

Séminaire Diglossie : conférence de Philippe Papin – 12 février 2018

[ndlr] Annonce d’une conférence de Philippe Papin, directeur d’études à l’EPHE.

Le lundi 12 février 2018 de 17h30 à 19h30, à la Maison des sciences de l’homme, 54 Bd Raspail, Paris 6°, salle 9.

Diglossie et digraphie dans le Vietnam classique

Conférence de Philippe Papin (EPHE), dans le cadre du séminaire SCRIPTA-PSL: Diglossie, traduction intralinguale, réécriture, commentaire.

Le Vietnam, à l’articulation de l’Asie orientale et de l’Asie du Sud-Est, offre le cas d’une histoire des langues et des écritures qui est d’une passionnante complexité. Au substrat local, disparu mais que les linguistes tentent de reconstituer sous le nom de « proto-viet-muong », se sont ajoutés le chinois classique et son extension démotique au Nord, le sanscrit et le cam au Sud, et puis, au XVIIe siècle, l’écriture romanisée qui a permis d’enregistrer la prononciation du vietnamien parlé. Cette intervention se propose de dresser le panorama linguistique du Vietnam et d’examiner les rapports entre l’écriture et l’oralité à travers des exemples concrets pris dans le corpus des sources épigraphiques.

Séminaire organisé par Rainier Lanselle et Andréas Stauder, Directeurs d’études à la Section des Sciences historiques et philologiques.

Source : EPHE

Vietnam jails activist for 14 years for livestreaming pollution march [The Guardian]

[ndlr] En RSVN, le tribunal populaire de la province de Nghe An prononce une peine de 14 ans de prison pour un activiste social de 24 ans.

Hoang Duc Binh had posted footage on Facebook of fishermen protesting following a huge chemical spill from a steel plant.

A court in central Vietnam has sentenced an activist to 14 years in jail for livestreaming fishermen marching to file a lawsuit against a Taiwan-owned steel plant’s spill of toxins into the ocean.

Hoang Duc Binh, 34, was convicted of abusing democratic freedoms to infringe on the interests of the state, organisation and people, and opposing officers on duty, following a trial on Tuesday by the people’s court in Nghe An province, lawyer Ha Huy Son said.

Fellow activist Nguyen Nam Phong was given two years in jail for opposing officers on duty.

During last February’s livestream on Facebook, Binh commented that the fishermen were stopped and beaten by authorities. Son said Binh told the court that he made the comments, but he denied committing a crime because what he said was true.

The court said his comments were untrue and slandered authorities.

Reuters reported that the 14-year jail term is one of the toughest sentences to have been delivered against an activist in Vietnam.

Lire la suite : The Guardian, 6/02/2018.

Illustration « à la une » : Vietnamese activist Hoang Duc Binh (centre L) standing inside the courtroom with co-accused Nguyen Nam Phong in Nghe An province. © Vietnam News Agency/AFP/Getty Images

Décès de Jayne Susan Werner, spécialiste du Viêt-Nam

[ndlr] Nous répercutons cette triste nouvelle reçue sur le réseau du Vietnam Studies Group (VSG) le 1er février dernier.

A la suite d’une longue maladie, la chercheuse Jayne Werner est décédée en ce début d’année 2018. Spécialiste de l’histoire vietnamienne moderne et contemporaine, elle est l’auteure de plusieurs monographies clés, dont une sur le Caodaïsme sous la colonisation et la guerre et une autre sur le genre à l’époque du Renouveau (depuis 1986). Comme l’indique sa page personnelle en ligne, elle a également co-édité plusieurs autres livres, deux sur la guerre américaine et un second sur les questions de genre.

Sa courte biographie en ligne la resitue dans le paysage international de la Vietnamologie :

Elle fait partie de la génération inaugurale des érudits du Viêt-Nam formés à l’Université Cornell et dans les autres centres de recherche sur l’Asie du Sud-Est aux États-Unis au cours des années 1960. Au cours de sa première année à Cornell, elle est tombée sous le charme des études vietnamiennes et de ce pays, une passion continue. Elle a fait son premier voyage au Viêt-Nam en 1972 et parle le vietnamien et le français.

Elle eut ensuite une longue carrière d’enseignement et de recherche à l’Université de Columbia (1981-2015) puis en tant que Professeure émérite à l’Université de Long Island.

Elle avait récemment publié (2012) avec George Dutton et John Whitmore, un instrument de travail capital sur les sources de la tradition vietnamienne sous la forme d’un « reader » rassemblant les textes clés de cette tradition du Viêt-Nam ancien à l’indépendance nationale. Plusieurs chercheurs lui ont rendu hommage comme George Dutton, son collègue et ami, ou l’historien David G. Marr dont elle était étudiante à Cornell en 1969-1971 dont il souligna la rigueur intellectuelle et son étude pionnière sur le Caodaïsme.

Principaux ouvrages :

Dutton, George ; Werner, Jayne ; Whitmore, John (eds), Sources of Vietnamese tradition, University of Columbia Press, 2012. Cote IAO : 601AV.12/59

Werner, Jayne, Gender, Household and State in Post-Revolutionary Vietnam, Routledge, ASSA Women in Asia Series, 2009. Cote IAO : 104AV.11/79

Bélanger, Danièle & Werner, Jayne (ed.), Gender, Household, State: Dổi Mới in Vietnam, Cornell Southeast Asia Program Publications, 2002.

Hunt, David & Werner, Jayne (ed.), The American War in Vietnam, Cornell Southeast Asia Program Publications, 1993.

Luu Doan Huynh & Werner, Jayne S. (ed.), The Vietnam War: Vietnamese and American Perspectives, M.E. Sharpe, 1993. 605AV.03/1134

Werner Jayne Susan, Peasant Politics and Religious Sectarianism: Peasant and Priest in the Cao Dài in Viêt Nam, Yale University Southeast Asia Monograph Series, 1981.

 

Lien vers sa page : http://www.jaynewerner.org/

FG, d’après VSG

Le Viêt Nam contemporain entre ruptures et constructions [RCF]

[ndlr] L’émission « La suite de l’histoire » à écouter cette semaine sur RCF.

François Guillemot, Ingénieur de recherche au CNRS et chercheur à l’IAO, intervient cette semaine (du lundi 5 au vendredi 9 février à 13h15) dans l’émission de Véronique Alzieu « La suite de histoire » sur RCF. Il revient sur l’histoire interne d’un pays marqué par les bouleversements politiques et les guerres au cours du XXe siècle.

L’histoire contemporaine du Viêt Nam est marquée par de profondes fractures. L’État nation réunifié d’aujourd’hui doit faire face à de nouveaux défis dans le contexte de mondialisation.

 

Marie Gibert-Flutre : Repenser la production des espaces publics contemporains au Vietnam. Réflexions à partir de Hồ Chí Minh Ville

[ndlr] Deux interventions à ne pas manquer.

La prochaine séance du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » se tiendra le vendredi 9 février, de 16h à 18h, en salle d’Histoire de l’École normale supérieure (45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Repenser la production des espaces publics contemporains au Vietnam. Réflexions à partir de Hồ Chí Minh Ville
par Marie Gibert-Flutre (UMR Cessma, UFR de Langues et Civilisations de l’Asie Orientale, Université Paris-Diderot)

L’échec des efforts de paix en 1946 : qui est Hô Chi Minh ?
par Nguyen Thi Tu Huy (Laboratoire du Changement Social et Politique, URF Sciences Sociales, Université Paris Diderot)

Affiche TransferS 9 février 2018

Entrée libre dans la limite des places disponibles
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF) en collaboration avec le labex TransferS

Affiche programme France Vietnam 2017-2018

Image « à la une » : l’espace public vietnamien, Hô Chi Minh-Ville © Marie Gibert-Flutre

Où situer le communisme ? Une approche interdisciplinaire du politique (Paris Diderot) – Appel à communications

[ndlr] Appel à communication d’une journée d’étude sur le communisme de la théorie marxiste à la pratique léniniste-maoïste et à la réalité.

APPEL A COMMUNICATIONS

Où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Journée d’étude

Université Paris Diderot – 16 mai 2018

La journée d’étude sera organisée sous l’égide de l’Action structurante « La Fabrique du politique : utopies, émancipations, radicalisations. Une approche interdisciplinaire du politique ».

Comité scientifique : Sophie COEURE (Université Paris Diderot, ICT), Marie CUILLERAI (Université Paris Diderot, LCSP), Martine LEIBOVICI (Université Paris Diderot, LCSP), Aurore MREJEN (Université Paris Diderot, LCSP), Benoît de TREGLODE (Ecole militaire, IRSEM).

Argumentaire

De Marx à Lénine la « dictature du prolétariat » est devenue la « dictature démocratique ». Ce concept, dans la perspective d’Althusser, peut ouvrir la stratégie du communisme comme un projet à long terme, en passant par l’étape socialiste. Il possède de plus le statut d’un concept scientifique parce qu’il est démontré, prouvé et vérifié dans la pratique de Lénine. Pour Marx et les marxistes comme Althusser, la dictature prolétarienne est la manifestation la plus haute de la démocratie populaire, et le communisme est la forme politique capable d’assurer la liberté la plus large et la plus complète de l’être humain. Néanmoins, aux yeux d’Edgar Morin, ce mot-mythe « dictature du prolétariat » se transforme en réalité en mot-illusion : la pratique de Lénine lui-même a renversé le sens de ce mot, le pouvoir dictatorial du prolétariat au sens de Marx n’existe pas, seule la monopolisation totale du pouvoir du Parti bolchevik est réelle, soit le totalitarisme en pratique. Ce point de vue est partagé par des intellectuels ayant vécu sous le régime soviétique du bloc de l’Europe de l’Est : Vaclav Havel voit dans le régime communiste un système authentiquement totalitaire, tandis qu’Agnès Heller conclut que le régime communiste est totalitaire parce que se trouve au centre du pouvoir un parti tout-puissant qui contrôle l’ensemble de la société.

Le caractère complexe de ce phénomène politique pourrait se résumer aussi par l’expression « démocratie totalitaire » utilisée par Jacob L. Talmon dans son ouvrage Les origines de la démocratie totalitaire, paru en 1952. Tandis que le livre Les Origines du totalitarisme de Hannah Arendt, publié en 1951, décrit le type de régime totalitaire comme caractérisé par la domination totale et la terreur, dans lequel ne reste rien de la démocratie. Cette complexité, Enzo Traverso, l’a bien mise à jour dans son livre Le totalitarisme, le XXe siècle en débats, en 2001, ce qui témoigne de la permanence du débat.

Alors, où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Cette question reste d’actualité, puisque l’idée communiste continue d’être revendiquée. Et perdurent des régimes érigés en son nom. Il est significatif que tous les régimes communistes actuels se définissent comme démocratiques, en dépit de leur mode de pratique réel. La Corée du Nord, par exemple, porte le nom « La République populaire démocratique de Corée ». S’impose donc une nécessité de porter un regard – ou plutôt des regards croisés de différentes disciplines – sur ce phénomène complexe, de son passé à son futur, pour en améliorer la compréhension.

La complexité communiste peut être examinée sous les trois aspects suivants, qui ne prétendent pas par ailleurs à l’exhaustivité des approches :

En quoi le communisme se définit-il comme démocratique ? L’aspect utopique de l’idéologie marxiste et le caractère mensonger de la propagande communiste ont été abondamment discutés. Cependant, une certitude comme celle du révolutionnaire Trotski – selon laquelle la dictature du prolétariat doit être l’épanouissement suprême de la démocratie ouvrière – ainsi que l’existence des soviets prouvent que parfois, entre l’illusion, l’utopie, le mensonge et le réel, il n’existe pas une séparation totale ou une frontière claire. Réexaminer cette question à l’heure actuelle est une exigence de la pensée politique, nécessaire pour comprendre sur quelles bases le communisme se définit comme démocratique, comment l’utopie démocratique du communisme a été possible, chez Marx, chez certains penseurs marxistes (Althusser, Mandel) et chez certains hommes d’action marxistes (Trotski, Hô Chi Minh).

Le totalitarisme est-il la forme la plus radicale de la pratique communiste, laquelle n’existerait que sous Staline, comme Hannah Arendt l’a pensé, ou bien cette forme serait-elle toujours d’actualité, bien que nuancée ? La controverse autour de la définition des régimes totalitaires affiche la complexité de ce phénomène politique sur lequel rien n’est encore tranché : le totalitarisme communiste commence-t-il avec Lénine, selon la thèse proposée par Stéphane Courtois ? L’Union soviétique post-stalinienne et le bloc de l’Europe de l’Est peuvent-ils être qualifiés de totalitaires comme dans la conception de Vaclav Havel ? Ou faut-il remettre en question ce cadre même de pensée, comme l’ont proposé Moshé Lewin ou encore Marc Ferro, en décentrant la question politique et notamment la lecture totalitaire, pour écrire une histoire sociale de l’Union soviétique ? Le potentiel du concept « totalitarisme » pour discuter le phénomène communiste est-il épuisé ou conserve-t-il sa pertinence pour les sciences sociales ?

Du passé au présent, les interrogations restent les mêmes. À quel type de régime rattacher les communismes actuels : la dictature à parti unique, l’autoritarisme, le néo-autoritarisme ou encore le totalitarisme… ? Et comment définir les régimes de la Corée du Nord, de la Chine ou du Viêt Nam ? Dans la lignée de l’œuvre de H. Arendt sur la nature du totalitarisme, est-il possible de saisir la nature des régimes politiques de ces pays ? Comment les situer face à l’héritage de l’expérience historique soviétique ? Et comment penser les complexités sociales sous régime communiste (emprise du régime sur la vie privée, marginalité, dissidence, etc.) ? Comment les sciences sociales et l’Université ont-elles reçu et interprété, de la Guerre froide à nos jours, ces régimes politiques et leurs différents phénomènes sociaux ?

Cette journée d’études s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire (philosophie, histoire, science politique, sociologie, anthropologie, civilisation, géographie, littérature, études cinématographiques, etc.) et s’adresse à des doctorants, de jeunes chercheurs, des chercheurs confirmés, ainsi qu’à des témoins variés, afin de proposer une réflexion sur l’expérience communiste.

Les propositions en français (env. 300 mots) et une courte biographie sont à envoyer avant le 26 février 2018 à l’adresse suivante : situerlecommunisme@gmail.com. Les réponses aux auteurs seront communiquées pour le 12 mars. La participation à la journée d’études est gratuite. Les éventuels frais de transports et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge par les organisateurs.

Comité d’organisation : Sandra DOMINIQUE (Université Paris Diderot, ED 382, ICT), Thi Tu Huy NGUYEN (Université Paris Diderot, ED 382, LCSP), Nataliya YATSENKO (Université Paris Diderot, ED 382, ICT).

Responsable :

Sandra DOMINIQUE, Thi Tu Huy NGUYEN, Nataliya YATSENKO

Image « à la une » : affiche de propagande chinoise © DR

La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien

La reprise en main du Parti communiste vietnamien (PCV) sur les affaires du pays se confirme au fil des mois. Depuis le XIIe Congrès marqué par l’éviction de Nguyên Tân Dung, Premier ministre de la RSVN pendant dix ans, de 2006 à 2016, le niveau politburo a entrepris une vaste opération de reprise de contrôle sur une partie du monde politico-économique qui lui échappait – les fameux groupes d’intérêts – et sur ses propres cadres. Cette opération se déroule actuellement sous deux formes : la première consiste à re-discipliner les cadres du Parti, la seconde à lutter contre la corruption. Ces deux outils apparaissent néanmoins comme un moyen de consolider le dirigeant actuel du PCV Nguyên Phu Trong, secrétaire général du PCV depuis 2011 et son équipe. On a pu observer ces dernières semaines les moyens mis en œuvre pour traquer jusqu’à l’étranger, hors des frontières du Viêt-Nam, des hauts cadres impliqués dans des réseaux économiques susceptibles de damer le pion au parti et, ce n’est guère un hasard, souvent lié au réseau politico-économique de l’ancien Premier ministre. Compte tenu de la complexité du dossier et le temps qu’il conviendrait de passer pour l’analyser en profondeur, la rapidité de l’enquête et du jugement questionne déjà les avocats du pays1.

Rectification idéologique et verrouillage intérieur

L’histoire du Parti communiste vietnamien est jalonnée de campagnes de « rectification idéologique » et de mises à l’épreuve de ses membres. La purge brutale initiée par la réforme agraire radicale de 1953-1956 n’a pas été rééditée du fait de sa violence contre-productive et de la fracture qu’elle a laissé au sein du mouvement communiste2. Par contre, des purges internes plus douces, du moins beaucoup moins brutales qu’en Chine populaire et surtout moins médiatisée par le pouvoir en place, ont été menées tout au long de la guerre de réunification. La plus célèbre reste la campagne contre le révisionnisme anti-parti initiée en 1967 pour museler la branche pro-soviétique du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam et mener tambour battant la guerre de réunification3. Ce système d’autocontrôle, pour préserver l’unité et le caractère monolithique du parti a bien fonctionné pendant la guerre dans le secret d’une information étatique triée sur le volet.

Il fonctionne aujourd’hui, quarante-trois ans après la fin de la guerre civile, de moins en moins bien surtout depuis l’avènement de la politique de Renouveau (lors du VIe Congrès de décembre 1986). D’une part, parce que la politique pragmatique initiée par le Dôi Moi a remis en selle les « experts » au détriment des « rouges » et d’autre part, parce qu’il fallait réinventer une voie idéologique, celle de « l’économie de marché à orientation socialiste » pour accompagner les changements économiques et sociaux. Ces dernières trois décennies ont ainsi vu émerger des sensibilités plus ou moins concurrentes au sein du PCV. On a ainsi parlé de plusieurs binômes antagonistes tels que rénovateurs vs conservateurs sur le plan politique,  pro-américains vs pro-chinois sur la question de la Mer de Chine méridionale, libéraux vs planificateurs sur le plan économique, services secrets militaires (Cuc 2) vs service secrets policiers (Cuc 5) sur la conduite de la sécurité nationale, nordiste vs sudiste, etc. Tous étant d’accord pour maintenir la cohésion fondamentale du Parti pour se maintenir au pouvoir. A l’issue du XIIe congrès national, le secrétaire général, reconduit dans ses fonctions, avait déclaré à la presse :

« Nous tenons à suivre les recommandations de l’Oncle Hô : préserver la solidarité au sein du Parti, protéger la moralité du Parti pour diriger le peuple sur la voie choisie par le Parti, le Président Hô Chi Minh et le peuple »4

Ce facteur (primauté de la cohésion) exige que les affaires se règlent dans le secret du fonctionnement du Parti, dans les alcôves des Comités populaires et des différentes instances d’auto-contrôle de l’État-Parti (les comités d’éducation et de propagande et les services de contrôle dédiés à la discipline de Parti). Autrement dit, le PCV dispose d’une police interne qui veille à la cohésion et à la soumission des différentes sensibilités au Politburo en exercice. La publication du Décret 102 du Politburo le 15 novembre 2017 concernant la discipline du Parti est claire5. Gare à ceux qui s’écartent de la ligne officielle, qui enfreignent les lois strictes du règlement ou qui entendent s’émanciper par le pouvoir économique. Une lecture des événements récents peut-être faire dans ce sens. Et si l’on remonte dans le passé, les cas de Nguyên Van Linh et de Vo Van Kiêt peuvent être évoqués pour montrer à quelle point la ligne rouge dessinée par le Politburo ne peut être franchie. Rappel des faits à travers les affaires Trinh Xuân Thanh, Dinh La Thang et Vu Nhôm.

Procès pédagogiques et regrets éternels

Récemment, l’opinion publique vietnamienne a suivi avec assiduité un long feuilleton de « procès pédagogiques » contre la corruption. Si le feuilleton « comment faire tomber de hauts-cadres corrompus indisciplinés » déclenche une passion populaire et une certaine empathie de la population pour la répression des comportements abusifs, il semble cacher des desseins politiques plus complexes qui ont maille à partie avec les dirigeants actuels soucieux d’imposer une discipline de fer à ses cadres. En effet, depuis la destitution de Nguyên Tân Dung en janvier 2016, une lutte interne s’est engagée pour reprendre le contrôle du Parti notamment au Sud. Le « réseau » de l’ancien Premier ministre est l’objet d’attaques ciblées. La première victime de poids fut Dinh La Thang, un membre du Politburo, né en 1960 et originaire de Nam Dinh, objet d’une action disciplinaire du Parti et poussé à la démission du Comité du Parti à Hô Chi Minh-Ville dont il était secrétaire depuis un an et 94 jours6. M. Thang est finalement destitué (provisoirement) le 8 décembre 2017 de ses fonctions de Vice-directeur du Comité central du Parti pour l’économie et de celle de député de l’Assemblée nationale pour la province de Thanh Hoa. En dehors de ces dernières fonctions, Dinh La Thang fut désigné par le Premier ministre Phan Van Khai (en fin de mandat) à la fin de l’année 2005 pour intégrer le bureau directeur chargé de la gestion de l’entreprise d’État PetroVietnam dont il assura la présidence à partir de janvier 20067. Le 22 janvier M. Thang était condamné en première instance à 13 ans de prison pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences »8.

Le second personnage issu des rangs du PCV à être inquiété a fait la une de la presse vietnamienne en début d’année. Dirigeant entre 2009 et 2013 de l’entreprise d’État PetroVietnam (Petrovietnam Construction Joint Stock Corporation), Trinh Xuan Thanh (né en 1966) fut accusé d’avoir fui à Berlin en Allemagne après avoir causé des pertes massives à hauteur de 4 milliards de VND (environ 145 millions d’ euros) pour l’entreprise publique. Ce héros du travail (récompensé en 2011), aurait provoqué ce trou par des malversations volontaires notamment en plaçant l’argent hors du Viêt-Nam. Kidnappé en Allemagne par la police secrète vietnamienne et arrêté, il est extradé vers son pays le 23 juillet 2017 pour y être jugé9. Fait notable, membre du PCV, Trinh Xuan Thanh a débuté sa carrière en Allemagne de 1990 et 1995. Fait-il partie de ces « retours de l’Est » qui ont apporté du crédit au Renouveau économique ? Outre cet aspect économique, l’affaire s’avère politique. En effet, avant son départ en Allemagne en septembre 2016, M. Thanh avait demandé expressément de quitter le Parti et ses différentes fonctions soulignant un manque de confiance envers le Politburo actuel et en particulier envers Nguyên Phu Trong le secrétaire général du PCV. Sa demande a été publié dans la presse10 mais aussi sur un blog dissident (voir plus bas).

A partir du lundi 8 janvier, un procès pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences », et « détournement de biens » s’ouvrait à Hanoi avec Trinh Xuan Thanh et neuf co-accusés11. Cependant, décidé à faire entendre sa voix, le principal accusé a plaidé non coupable, mettant en avant le manque de preuves. Néanmoins au cours de cette semaine d’audience la défense de M. Thanh s’est modifié et les médias vietnamiens ont relayé ses regrets et excuses publiques dans le style le plus pur des procès pédagogiques : excuses à Nguyên Phu Trong envers lequel il avait des émis des doutes politiques12. Faire amende honorable c’est aussi tenter de sauver sa peau car la condamnation est lourde : la perpétuité. Or, les excuses de M. Thanh parasitée par sa contestation des faits (il aurait été l’objet d’une manipulation) n’ont pas suffi à réduire considérablement sa peine. Lors d’une seconde audience concernant une autre affaire de corruption (PVP Land) le 5 février 2018, la tribunal populaire de Hanoi inculpa M. Thanh de « détournement de biens » et confirma pour la seconde fois sa condamnation à la perpétuité. Son fils (Dinh Manh Thang), inculpé également, écopa de neuf ans de prison13.

Bùi Thanh Hiếu alias Người Buôn Gió (le vendeur de vent), le célèbre blogueur avec lequel Trinh Xuân Thanh prit contact pour relayer sa décision de quitter le Parti expose sur son blog son sentiment vis-à-vis de l’application du droit vietnamien :

Không có toà án, không có nhà nước, không có luật pháp. Chỉ có bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, đảng trưởng đảng cộng sản là trên hết tất thảy mọi thứ. Tại một phiên toà của nhà nước pháp quyền mà bị cáo xin lỗi một ông đảng trưởng như vậy, lẽ ra phải là nỗi đau và nhục của một đất nước mà mọi giá trị về pháp luật đều thua một ông đảng trưởng một đảng. Thế nhưng lại hân hoan đưa những lời xin lỗi của bị cáo như thế lên báo chí, truyền thông như một thắng lợi?14

Pas de tribunal, pas d’État, pas de loi. Seul le secrétaire général Nguyen Phu Trong, chef du parti communiste, passe avant toute chose. Dans un État respectueux de la loi si un accusé s’excuse de la sorte auprès d’un chef de parti, cela apparaîtrait douloureux et humiliant pour le pays, signifiant que toutes les valeurs juridiques ont été foulées au sol pour le chef d’un parti unique. Faut-il considérer les regrets et les excuses de l’accusé dans les médias comme une victoire ?

En effet, l’important pour le Parti réside dans cet acte de contrition. Il se s’agit pas d’inciter ou de permettre aux journalistes d’enquêter sur l’affaire et ses ramifications, d’investiguer le champ de la corruption dans les hautes sphères de l’État ni même de donner à comprendre le mécanisme qui mène à de telles dérives. Il ne s’agit pas d’un exercice de droit et de justice. Pour l’heure, seules les excuses publiques de « l’accusé » comptent. Le Parti en sera-t-il pour autant sain et sauf ?

FG

[à suivre]

Image « à la une » : Dinh La Thang au tribunal © 2018 Zing / P.D.

Pour en savoir plus, voir les entrées :

Voir aussi le débat de la BBC :

MàJ 05/02/2018.

Notes

  1. Voir le débat à la BBC []
  2. Voir : « Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique« , Mémoires d’Indochine, 25/11/2015 []
  3. , « The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 479-500 ; , « ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 451-477 []
  4. VNA, CVN, « Gala saluant le succès du XIIe Congrès du PCV« , Le Courrier du Vietnam, 29/01/2016 []
  5. Voir en ligne : Quy định 102-QĐ/TW 2017 xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm. Un florilège de mesures disciplinaires qui nécessiterait à lui seul un article de recherche []
  6. A titre de comparaison, Lê Thanh Hai (né en 1950), son prédécesseur, était resté à ce poste neuf ans et trois mois, de 2006 à 2015 []
  7. Il gravit encore un échelon dans la structure qui gère l’entreprise à partir de décembre 2008 []
  8. Voir : VNA, « Trinh Xuân Thanh condamné à la perpétuité, Dinh La Thang à 13 ans de prison« , Vietnam +, 22/01/2018 []
  9. Cette affaire souleva les protestations diplomatiques officielles de l’Allemagne. De retour au Viêt-Nam et sous pression policière, Trinh Xuan Thanh avança que son retour était volontaire []
  10. Journal Thanh Niên du 6/09/2016 []
  11. Cf. VNA/CVN, « Le parquet expose ses arguments contre Trinh Xuan Thanh« , Le Courrier du Vietnam, 16/01/2018 []
  12. Trịnh Xuân Thanh hối hận, gửi lời xin lỗi Tổng bí thư, VietnamNet, 17/01/2018 ; Kami, Lời xin lỗi của Trịnh Xuân Thanh, Đinh La Thăng và tư duy của quan chức Cộng sản, RFA Vietnam, 19/01/2018 []
  13. Voir Trịnh Xuân Thanh bị tuyên chung thân lần hai, BBC Vietnamese, 05/02/2018 ; Tiến Nguyên, Tuyên phạt Trịnh Xuân Thanh tù chung thân, Đinh Mạnh Thắng 9 năm tù, Dân Tri, 05/02/2018 []
  14. Voir en ligne : Cháu xin lỗi bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, 19/01/2018 []

Olga Dror : How China Used Schools to Win Over Hanoi

[ndlr] Signalement d’un article qui trouve une résonance particulière dans le contexte sino-vietnamien actuel.

 

How China Used Schools to Win Over Hanoi

by Olga Dror

In December 1966, the Democratic Republic of Vietnam, or North Vietnam, and the People’s Republic of China signed an agreement to establish schools for North Vietnamese children in China, with China providing the facilities, funds and equipment. America’s bombing campaign over North Vietnam was in high gear, and Hanoi wanted to move its students to a safe place.

What is truly remarkable about this cross-border educational effort was that it began in the midst of the Chinese Cultural Revolution, which started in May 1966 and destroyed the Chinese educational system (and left the Chinese economy in shambles). But the Chinese were willing to carve out space for the North Vietnamese because doing so served a higher, geopolitical purpose: competing with the Soviet Union for leadership of the global communist movement.

The Chinese program, known as Project 92, covered school construction and teaching equipment, as well as funds for daily expenses (the “92” refers to Sept. 2, 1945, the day Vietnam declared independence from France). One facility, the School of Sept. 2, was established specifically for children who had been relocated from South Vietnam. Another school, for military cadets, bore the name of Nguyen Van Troi, a young Saigonese who in May 1963 attempted to assassinate the American defense secretary, Robert McNamara, during his visit to South Vietnam, and who was executed by firing squad. Because the Chinese military was less affected by the Cultural Revolution than its civilian educational system, the military led the construction efforts.

Lire la suite : New York Times, 26/01/2018

Olga Dror is an associate professor of history at Texas A&M University and the author of the forthcoming book “Making Two Vietnams: War and Youth Identity, 1965-75.” This article draws on material that will appear in an essay in the spring 2018 issue of the Journal of Cold War Studies.

 

Illustration « à la une » : Chinese militia members pledged support for Vietnam in its war against the United States in 1966 © Bettmann/Getty Images