Archives par mot-clé : mis-en-avant

Les gouvernements vietnamiens de 1945 à 1954

Dans le cadre de notre série Clés du Viêt-Nam contemporain, voici un premier aperçu des différents gouvernements vietnamiens entre 1945 et 1954. Les données seront complétés.

★ ★ ★

Les gouvernements de l’empereur Bao Dai en 1945 avant la révolution d’août

 

Date Appellation et direction
Mars 1945 Gouvernement impérial dirigé par le lettré Pham Quynh
17 avril 1945

Gouvernement de l’Empire du Viêt-Nam, dirigé par Trân Trong Kim

★ ★ ★

Les gouvernements cochinchinois de 1946-1947

 

Date Appellation et présidence
3 juin 1946

Gouvernement de la République autonome de Cochinchine présidé par le docteur Nguyên Van Thinh (se suicide le 9 novembre)
4 décembre 1946 Gouvernement présidé par Lê Van Hoach
Octobre 1947 Gouvernement Provisoire du Sud Viêt-Nam, présidé par Nguyên Van Xuân (1er octobre)

★ ★ ★

Les gouvernements de l’État du Viêt-Nam (1948-1954)

 

Date Appellation et présidence du Conseil
20 mai 1948

Gouvernement Central Provisoire présidé par le général Nguyên Van Xuân
2 juillet 1949 Gouvernement national de l’Etat associé du Viêt-Nam, présidé par Bao Dai / Nguyên Van Xuân

S. M. Bao Dai : cumule les fonctions de chef d’État et de Président du Conseil, juillet-décembre 1949.

18 janvier 1950 Gouvernement national, cabinet présidé par Nguyen Phan Long
6 mai 1950 Gouvernement national, cabinet présidé par Tran Van Huu (1)
20 février 1951 Gouvernement national, cabinet présidé par Tran Van Huu (2) : remaniement
8 mars 1952 Gouvernement national, cabinet présidé par Tran Van Huu (3) : remaniement

Source : Viêt Nam, n° 22, 15 mars 1952, p. 8.

6 juin 1952 Gouvernement national, cabinet présidé par Nguyen Van Tam (1) = 11 Ministres, 4 Secrétaires d’État

« Un gouvernement d’union et d’action »

  • Nguyen Van Tam : Président du Conseil, Ministre de l’Intérieur ;
  • Phan Van Giao : Vice-Président du Conseil, Ministre de l’Information et de la propagande
  • Ngo Thuc Dich : Vice-Président du Conseil, Ministre des Anciens combattants et invalides de guerre
  • Nghiem Van Tri : Ministre de la Défense nationale
  • Nguyen Huy Lai : Ministre des Finances et de l’économie nationale
  • Truong Vinh Tong : Ministre des Affaires étrangères
  • Le Tan Nam : Ministre de la Justice
  • Nguyen Thanh Giung : Ministre de l’Éducation nationale
  • Le Quang Huy : Ministre des Travaux publics, des transports et des télécommunications
  • Le Van Hoach : Ministre de la Santé
  • Cung Dinh Quy : Secrétaire d’État à l’Agriculture
  • Hoang Nam Hung : Secrétaire d’État aux Ralliements et à la pacification
  • Vu Hong Khanh : Secrétaire d’État aux Sports et à la Jeunesse
  • Nguyen De : Directeur de Cabinet de S.M. Bao Dai et délégué impérial pour les domaines de la Couronne, siège de plein droit en conseil de Ministres avec rang et prérogatives de Ministre d’État.

Source : Viêt Nam, n° 28, 15 juin 1952, p. 4.

9 janvier 1953 Gouvernement national, cabinet présidé par Nguyên Van Tâm (2) : remaniement = 12 Ministres (1 non pourvu), 3 Secrétaires d’État

Nouveaux ministres et secrétaires d’État :

  • Le Van Hoach : Vice-Président du Conseil, Ministre de l’Information, la Propagande et l’Action psychologique ;
  • Nguyen Van Nhung : Ministre des Affaires économiques ;
  • Tan Ham Nghiep : Ministre de la Santé publique ;
  • Phan Van Huy : Ministre des Anciens combattants ;
  • Dao Dang Vy : Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil ;
  • Le Quang Ho : Secrétaire d’État à l’Intérieur et intérim du Ministère de la Défense nationale (après démission de Nghiem Van Tri) ;

Source : Viêt Nam, n° 43, 15 juillet 1953, p. 3.

6 juin 1953 Gouvernement national, cabinet présidé par Nguyên Van Tâm (3) : Phan Huy Quat à la Défense

 

12 janvier 1954 Gouvernement national, cabinet présidé par Buu Lôc = 14 Ministres, 1 Secrétaire d’État

  • Prince Buu Loc : Président du Conseil et Ministre de l’intérieur ;
  • Nguyen Trung Vinh : Vice-Président, Ministre de l’Agriculture et de la Réforme agraire ;
  • Nguyen De : Ministre d’État et Délégué impérial pour les Pays montagnards du Nord et les Pays montagnards du Sud ;
  • Nguyen Dac Khe : Ministre attaché à la Présidence du Conseil, chargé de la démocratisation nationale ;
  • Phan Huy Quat : Ministre de la défense nationale ;
  • Nguyen Quoc Dinh : Ministre des Affaires étrangères ;
  • Duong Tan Tai : Ministre des Finances ;
  • Nguyen Van Ty : Ministre de l’Économie nationale et du Plan ;
  • Nguyen Van Dam : Ministre de la Justice ;
  • Le Thang : Ministre de l’Information ;
  • Le Quang Huy : Ministre des Travaux publics
  • Tan Ham Nghiep : Ministre de la Santé publique, des Anciens combattants et Victimes de la guerre ;
  • Pham Van Huyen : Ministre de l’Assistance sociale et du travail ;
  • Dinh Xuan Quang : Ministre de l’Intérieur adjoint ;
  • Vu Quoc Thuc : Secrétaire d’État à l’Éducation nationale, assurant intérim de ce ministère.

Source : Viêt Nam, n° 67, 18 janvier 1954, p. 3.

7 juillet 1954 Gouvernement national, cabinet présidé par Ngô Dinh Diêm (1) = 9 Ministres, 8 Secrétaires d’État

  • Ngo Dinh Diem : Président du Conseil des ministres, Ministre de l’intérieur et Ministre de la Défense nationale ;
  • Tran Van Chuong : Ministre d’État
  • Tran Van Do : Ministre des Affaires étrangères ;
  • Tran Van Cua : Ministre des Finances et de l’Économie nationale ;
  • Phan Khac Suu : Ministre de l’Agriculture ;
  • Nguyen Tan Nguyen : Ministre du Travail et de la Jeunesse ;
  • Tran Van Bach : Ministre des Travaux publics ;
  • Nguyen Duong Don : Ministre de l’Éducation nationale ;
  • Dr Pham Huu Chuong : Ministre de la Santé et de l’Action sociale ;
  • Tran Chanh Thanh : Secrétaire d’État à la Présidence ;
  • Le Quang Luat : Secrétaire d’État, chargé de l’Information ;
  • Pham Duy Khiem : Secrétaire d’État, chargé de mission à la Présidence ;
  • Nguyen Ngoc Tho : Secrétaire d’État à l’Intérieur ;
  • Le Ngoc Chan : Secrétaire d’État à la Défense nationale ;
  • Bui Van Thinh : Secrétaire d’État à la Justice ;
  • Nguyen Van Thoai : Secrétaire d’État à l’Économie ;
  • Tran Huu Phuong : Secrétaire d’État aux Finances.

Source : Viêt Nam, n° 79, 15 juillet 1954, p. 3.

25 septembre 1954 Gouvernement national, cabinet présidé par Ngô Dinh Diêm (2) : remaniement = 17 Ministres, 4 Secrétaires d’État et un Sous-secrétaires d’État

  • Ngo Dinh Diem : Président du Conseil des ministres, Ministre de l’intérieur et Ministre de la Défense nationale ;
  • Général Tran Van Soai : Ministre d’État et membre du Comité de Défense nationale ;
  • Général Nguyen Thanh Phuong : Ministre d’État et membre du Comité de Défense nationale ;
  • Tran Van Do : Ministre des Affaires étrangères ;
  • Bui Van Thinh : Ministre de la Justice ;
  • Pham Xuan Thai : Ministre de l’Information et de la Guerre psychologique ;
  • Tran Huu Phuong : Ministre des Finances ;
  • Luong Trong Tuong : Ministre de l’Économie nationale ;
  • Nguyen Cong Hau : Ministre de l’Agriculture ;
  • Tran Van Bach : Ministre des Travaux publics ;
  • Nguyen Van Thoai : Ministre du Plan et de la reconstruction ;
  • Huynh Kim Huu : Ministre de la Santé ;
  • Nguyen Duong Don : Ministre de l’Éducation nationale ;
  • Nguyen Manh Bao : Ministre de l’Action sociale ;
  • Nguyen Tan Nguyen : Ministre du Travail et de la Jeunesse ;
  • Nguyen Duc Thuan : Ministre de la Réforme ;
  • Ho Thong Minh : Ministre adjoint à la Défense nationale ;
  • Tran Ngoc Lien : Secrétaire d’État à la Présidence, chargé de la Fonction publique ;
  • Pham Duy Khiem : Secrétaire d’État, chargé de mission à la Présidence ;
  • Bui Kien Tin : Secrétaire d’État, chargé de mission à la Présidence ;
  • Huynh Van Nhiem : Secrétaire d’État à l’Intérieur ;
  • Nguyen Van Cat : Sous-secrétaire d’État à l’Intérieur.

Source : Viêt Nam, n° 83, 1er octobre 1954, p. 3.

★ ★ ★

Les gouvernements de la RDVN (1945-1955)

 

Date Appellation, Président de la RDVN : Hô Chi Minh
23 août 1945

Gouvernement Révolutionnaire Provisoire contrôlé par le Viêt-Minh/PCI
1er janvier 1946 Gouvernement Provisoire d’Union Nationale (VNQDD-DMH / VM-PCI)
2 mars 1946 Gouvernement d’Union et de Résistance (VNQDD-DMH / VM-PCI)
3 novembre 1946 Gouvernement de Coalition Nationale (VM-PCI)
20 juillet 1947 Gouvernement Hô Chi Minh : remaniement (jusqu’en 1955)

 

Sources :

Devillers, Philippe, Histoire du Viêt-Nam de 1940 à 1952, Paris, Editions du Seuil, 1952, troisième édition revue et corrigée.

Thông Tân Xa Viêt Nam, Van Phong Chinh Phu, Chinh Phu Viêt Nam 1945-1998 (tu liêu) [Les gouvernements du Viêt-Nam 1945-1998 (documents)], NXB Chinh Tri Quôc Gia, 1999.

[Revue] Viêt-Nam, bulletin bimensuel d’information publié par le Cabinet de SM. Bao Dai puis par le service de presse et d’information du Haut-Commissariat du Viêt-Nam en France (1951-1954).

Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

L’ancien étudiant contestataire Doan Van Toai qui a fait connaître à l’Occident le système carcéral du Viêt-Nam communiste est décédé en novembre dernier aux États-Unis. En 1979, réfugié politique en France, Toai faisait publier chez Robert Laffont, Le goulag vietnamien, un témoignage détaillé de son expérience carcérale avant et après la chute de Saigon1. Alors encore portés par le « mythe Viêt-Nam », les intellectuels français et le grand public découvraient l’importance du système pénitentiaire vietnamien dans le fonctionnement politique du régime et son étendue. Ce témoignage trouva une forte résonance avec ceux des dissidents soviétiques (en particulier Soljenitsyne, Boukovski et Ginsburg)2 et le travail de Michel Foucault sur l’histoire et la logique de l’emprisonnement en France3.

Doan Van Toai naquit à Vinh Long dans le delta du Mékong en 1945. Dirigeant étudiant et activiste contre la guerre du Viêt-Nam avant 1975, Toai fut emprisonné à deux reprises par le régime saigonnais de Nguyên Van Thiêu4. En juin 1975, il fut de nouveau incarcéré sans procès et maintenu en détention pendant deux ans par le nouveau régime communiste. Libéré en 1977, il put rejoindre une partie de sa famille déjà en France, son épouse ayant la nationalité française. Alors que le régime communiste comptait sur lui pour témoigner positivement sur l’évolution du pays5, il prit une position totalement opposée en dénonçant les violations des droits de l’homme.

Le 30 mai 1978, lors d’une conférence de presse, il publia une « Déclaration des droits de l’homme au Viêt-Nam » et milita aux côtés d’Amnesty International pour dénoncer le système pénitentiaire de la RSVN et la politique de « rééducation politique ». Il poursuivit une intense campagne d’information pour dénoncer « les crimes de paix » de Hanoi et participa à des conférences-débats organisés dans les universités américaines ou suisses6. Il rallia à sa cause la célèbre chanteuse américaine Joan Baez, connue pour sa position contre la guerre pendant le conflit vietnamien, et obtint son soutien des prisonniers politiques vietnamiens. En mai 1979, une « lettre ouverte à la République socialiste du Viêt-Nam » de Joan Baez fut éditée par la presse américaine offrant à cette question une grande visibilité7.

« Aux détenus politiques de tous les régimes au Viêt-Nam. A la mémoire de ma mère et à toutes les mères vietnamiennes mortes dans l’attente d’un retour impossible ». (la double dédicace de Toai dans Le goulag vietnamien).

Malgré cet engagement clair, Doan Van Toai ne parvint pas à convaincre la communauté vietnamienne exilée aux États-Unis. Majoritairement anti-communiste, elle se méfia de cet étudiant ancien activiste contre le régime nationaliste de Saigon. D’un côté, on le soupçonna d’être à solde de la CIA et de l’autre de réseaux pro-chinois anti-vietnamiens dans la lignée des dissidents Hoang Van Hoan et Truong Nhu Tang8. Si la communauté vietnamienne était méfiante, Toai fut adopté par les Occidentaux autant en Europe qu’aux États-Unis. Il fit entendre sa petite voix indépendante dans la presse américaine9… et révéla au monde l’étendue du système concentrationnaire vietnamien :

« Jamais, aux pires moments des dictatures de Diem et de Thieu, il n’y eut autant de prisons de de prisonniers au Sud Viêt-Nam »10.

Il estimait la population des prisons à 70.000 personnes rien que pour Hô Chi Minh-Ville à la fin de 197711, « une ville dans la ville » et un minimum de 400.000 prisonniers pour l’ensemble du pays12. Dans un texte intitulé « Testament des prisonniers patriotes du Viêt-Nam » signé par 48 prisonniers dont des intellectuels renommés, le chiffre de 800.000 prisonniers était même avancé13. En France, Toai reçut le soutien du Comité Viêt-Nam pour la Défense des Droits de l’Homme mené par Vo Van Ai, éditeur de la revue Quê Me [Terre natale]14. Aux États-Unis, Doan Van Toai et Nguyên Huu Hiêu fondèrent le Comité de lutte pour les prisonniers politiques du Viêt-Nam (« Ủy ban Tranh đấu cho Tù nhân Chính trị tại Việt Nam ») et éditèrent de façon anonyme le recueil de poésie de Nguyên Chi Thiên sur sa longue expérience carcérale.

Outre Le goulag vietnamien, rédigé en France avec Michel Voirol, Doan Van Toai publia en anglais avec David Chanoff deux autres ouvrages sur la guerre : Portrait of the Enemy (Tauris, 1987), une histoire orale riche de multiples expériences pour comprendre l’engagement et la désillusion du côté de la RDVN ou du Viêt-Công et Vietnam : a portrait of its people at war (Tauris, 1996), la guerre de destruction vue du côté vietnamien, sur la piste Hô Chi Minh et sous les bombardements américains. A travers ces deux textes, Toai et Chanoff ramenaient la guerre à hauteur d’hommes et montraient les possibles connexions entre les différentes trajectoires biographiques des acteurs.

A la fin des années 1980 et au début des années 1990, Toai milita en faveur de la démocratie en fondant à Washington en 1991 un Institut dédié à cet objectif (« Viện Vận động Dân chủ cho Việt Nam »). Il s’activa auprès des décideurs américains pour renouer des relations politiques et économiques avec Hanoi dans le but de faire émerger un changement politique. Ces prises de position politique contre la résistance armée anticommuniste du Front dirigé par le Vice-amiral Hoang Co Minh lui attirèrent des inimitiés certaines de la part d’exilés. Au mois d’août 1989, il survécut à une tentative d’assassinat à Fresno en Californie près de son domicile qui le marqua profondément15. Jugeant qu’il n’était plus en sécurité aux États-Unis, il repartit un temps au Viêt-Nam mais ne put se satisfaire de l’évolution de son pays. En novembre 2017, quarante ans après sa libération et une décennie tumultueuse au service de la cause des droits de l’homme et de la démocratie (1979-1989), il devait mourir en Californie dans un relatif oubli, emportant avec lui ses convictions et ses rêves de réconciliateur.

FG

MàJ 07/12/2017

Image « à la une » : portrait de Doan Van Toai © Kendrick Brinson pour ProPublica.

Notes

  1. Les neuf premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à son enfance et son engagement politique avant 1975, les neuf chapitres suivants sont consacrés à son expérience concentrationnaire sous le régime communiste []
  2. Cf. en particulier Alexandre Soljenitsyne, Une journée d’Ivan Denissovitch (Julliard, 1963) et L’archipel du goulag (Fayard, 1973) ; Vladimir Boukoski, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l’opposition (Seuil, 1971) ; Leonid Pliouchtch, Dans le carnaval de l’histoire. Mémoires (Seuil, 1977) []
  3. Surveiller et punir, Gallimard, 1975 []
  4. Pendant la période de la Seconde République du Viêt-Nam, 1967-1975, Toai fut Vice-président de l’Association des étudiants de Saigon (1969-1970), puis proche du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire. Cf. Le goulag vietnamien, p. 23  []
  5. Sa libération a-t-elle été négociée ? Selon Toai, il aurait été l’objet d’une méprise car le nouveau régime l’aurait confondu avec Ngô Vuong Toai, le chef d’une petite organisation étudiante anticommuniste. Cf. Le goulag vietnamien, p. 22-23 et note 1 p. 23 []
  6. Voir le texte de dos de couverture de Le goulag vietnamien []
  7. Voir AP, « Joan Baez Starts Protest On Repression by Hanoi« , New York Times, 30/05/1979 ; Open letter to the Socialist Republic of Vietnam []
  8. Cf. Truong Nhu Tang, Mémoires d’un Vietcong (Flammarion, 1985) []
  9. Lire sa tribune « A Lament for Vietnam » publiée dans le New York Times le 29 mars 1981. Lire la traduction vietnamienne sur Mémoires d’Indochine []
  10. Le goulag vietnamien, p. 291 []
  11. ibid. []
  12. Le goulag vietnamien, p. 292 []
  13. id., p. 331 []
  14. L’ouvrage de Toai et sa personne firent l’objet d’une longue critique virulente d’Alain Ruscio, alors d’enseignant d’histoire et militant communiste engagé dans la défense du socialisme vietnamien. Cf. Alain Ruscio, Vivre au Viêt-Nam, Paris, Éditions sociales, 1981, voir chapitre 3, en particulier p. 136-143. A la même époque Amnesty International publiait un premier Rapport de mission en RSVN – Réponses et commentaires, Paris, EFAI/AIP, juin 1981. Selon les chiffres officiels de la RSVN de décembre 1979 environ un million de Vietnamiens avaient fait un « bref stage de rééducation » et 40.000 avaient été « retenues pour une rééducation à long terme », cf. Rapport de mission en RSVN, p. 38 []
  15. Il témoigna de cet acte terroriste dans le documentaire controversé « Terror in Little Saigon ». Cf. Terror in Little Saigon: A second exile []

Danh Thành Do-Hurinville : Structures temporelles en vietnamien. Regard croisé sur le vietnamien et le français

[ndlr] Annonce de la deuxième séance du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » :

Structures temporelles en vietnamien : regard croisé sur le vietnamien et le français

par Danh Thành Do-Hurinville, Université de Franche-Comté

 

vendredi 8 décembre, de 16h à 18h

salle d’Histoire de l’École normale supérieure

(45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Cette communication, qui comporte trois parties, se donne pour objectif d’examiner les structures temporelles du vietnamien, langue isolante de la famille austroasiatique, afin de croiser les regards sur le vietnamien et le français, langue flexionnelle de la famille indo-européenne. Si le français, pour la narration littéraire, dispose de plusieurs temps verbaux (passé simple, passé composé, présent narratif, etc.), qu’en est-il du vietnamien, dépourvu de flexions verbales ?

La première partie de la communication est consacrée à une étude des circonstants de temps, qui sont des moyens de localisation temporelle (localisation absolue, localisation déictique et localisation anaphorique) servant à situer les procès aux trois époques (passé, présent, futur). La deuxième partie est une analyse de quelques principales structures temporelles en vietnamien (successivité, simultanéité, causalité, incidence, recouvrement…). La troisième et dernière partie propose une comparaison, à ce sujet, entre le vietnamien et le français, à l’aide d’extraits de traductions littéraires, du vietnamien en français (L’appel du Sao, Hôi Nhà Van ; À l’origine, Nguyên Binh Phuong), et du français en vietnamien (L’Étranger, Camus ; Promenade, Maupassant).

TransferS 8 décembre 2017

Entrée libre dans la limite des places disponibles
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF) en collaboration avec le labex TransferS

Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

[ndlr] Dans la série « Vietnam ’67 », un article à lire sur le tribunal Russell organisé par des intellectuels européens pour dénoncer la guerre menée par les Américains au Viêt-Nam.

On Dec. 1, 1967, the last day of the International War Crimes Tribunal’s second session, antiwar activists from around the world gathered in Roskilde, Denmark. The panel, also known as the Russell Tribunal after its founder, the philosopher Bertrand Russell, had spent a year investigating America’s intervention in Southeast Asia and was now ready to announce its findings. Tribunal members unanimously found the United States “guilty on all charges, including genocide, the use of forbidden weapons, maltreatment and killing of prisoners, violence and forceful movement of prisoners” in Vietnam and its neighbors Laos and Cambodia.

Russell often stated that he was inspired by the Nuremberg trials. But the Russell Tribunal was not a government body or treaty organization; it had neither the legal authority nor the means to carry out justice after its findings. The tribunal’s mission was to raise awareness about the impact of the war on Vietnamese civilians. “The Nuremberg Tribunal asked for and secured the punishment of individuals,” Russell stated during the sessions. “The International War Crimes Tribunal is asking the peoples of the world, the masses, to take action to stop the crimes.”

The philosopher Jean-Paul Sartre presided over the tribunal and helped to recruit 23 other internationally recognized academics, scientists, lawyers, former heads of state and peace activists whose self-professed moral consciousness persuaded them to accept the tribunal’s invitation. Across two separate sessions, between May 2 and May 10, 1967, in Stockholm, and between Nov. 20 and Dec. 1, 1967 in Roskilde, the members weighed the evidence that each had found during several fact-finding trips to Vietnam between the two sessions.

These missions allowed tribunal members to assess the damage the war had wrought on civilians and verify firsthand the claims heard during the tribunal’s first session. One such mission, which included the labor activist Lawrence Daly, the journalist Tariq Ali and the writer Carol Brightman, returned with indisputable proof that the United States Air Force had deliberately bombed civilian facilities and infrastructure, including hospitals, schools, churches and villages.

Lire la suite : New York Times, 01/12/2017

Autres articles de la série :

Vietnam ’67

Historians, veterans and journalists recall 1967 in Vietnam, a year that changed the war and changed America.

 

Illustration « à la une » : Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre (au centre), lors d’une session du Tribunal Russell accusant les États-Unis de violer les droits de l’homme et le droit international au Viêt-Nam. © Getty Images

Trần Thiện Đạo (1933-2017)

[ndlr] Annonce du décès de Trần Thiện Đạo le 25 novembre 2017 à Villejuif à l’âge de 85 ans.

Né au Viêt-Nam en 1933, il résidait et enseignait en France (et en Angleterre) depuis 1950. A la fois traducteur méticuleux des philosophes existentialistes (Camus, Sartre…) et critique littéraire, il a publié une dizaine d’ouvrages à Saigon avant 1975. Ses traductions ont été régulièrement éditées dans la revue Văn entre 1964 et 1975. Dans les années 1990-2000 a continué à rédiger des articles sur la littérature et la philosophie notamment pour la revue intellectuelle Hợp Lưu (Fountain Valley, Californie). Il était connu sur sa vision « rigoriste » de la traduction qui doit savoir intégrer les forces et les faiblesses du style des auteurs.

FG

Quelques-unes de ses traductions :

  • Cậu Hoàng Con (Le petit prince) của Antoine de Saint-Exupéry
  • Giao Cảm (Noces) của Albert Camus
  • Bề Trái Và Bề Mặt (L’envers et l’endroit) của Albert Camus
  • Sa Ðọa (La chute) của Albert Camus
  • Kín Cửa (Huis Clos) của Jean-Paul Sartre
  • Phấn Ðấu Cho Một Nền Tiểu Thuyết Mới (Pour un nouveau roman) của Alain Robbe-Grillet
  • Im Lặng Của Biển Cả (Le silence de la mer) của Vercors
  • Zadig của Voltaire
  • Ao Quỷ (La mare au diable) của George Sand

Pour en savoir plus :

Page hommage de la revue Dien Dan – Forum

Bảo Bình, Dịch giả kì cựu Trần Thiện Đạo qua đời, Thể thao & Văn hóa, 28/11/2017.

Nguyễn Quỳnh Trang, Dịch giả Trần Thiện Đạo: Phải tôn trọng văn phong của tác giả, Tuoi Tre, 09/01/2007 (theo Thể thao & Văn hóa).

Lire l’interview accordée à Thụy Khuê en 2000 : Nói chuyện với dịch giả Trần Thiện Ðạo

Colloque international « Genre et nations partitionnées » : 14-15 décembre 2017 – EHESS

[ndlr] Annonce officielle.

Le colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Allemagne, Inde-Pakistan-Bangladesh, Irlande, Corée, Vietnam, Israël-Palestine, Yougoslavie – les cas de figure sont divers, couvrant jusqu’aux décolonisations, mais montrent que la partition renvoie spontanément à des représentations polarisées autour de relations genrées et hiérarchisées. De manière allégorique, celle-ci peut prendre la figure du frère et de la sœur, de la mère et du fils, même si le plus souvent, l’image du couple marié ou amoureux cherchant à se réunir est prédominante. Cependant, le binôme à (ré)apparier n’est pas le seul mode de symbolisation genrée de la division nationale. La partition, en tant que processus même, génère des violences, qui sont fondamentalement structurantes des rapports homme-femme aussi bien au niveau des pratiques que des représentations. En particulier, les femmes, porteuses et garantes de l’identité ethnique, sont couramment l’objet de violences sexuelles. Le viol, l’humiliation, la souffrance, le deuil (mari, enfants) infligés aux femmes et aux hommes en situation de partition en font le symbole non plus seulement d’une partie, mais du tout de la Nation divisée. Les femmes sont ainsi souvent investies d’un enjeu symbolique où se jouent, en plus des identités genrées, les identités collectives et leurs représentations. Ces dernières sont rarement monolithiques et font elles-mêmes l’objet de combinaisons variées et concurrentes, révélant la dynamique qui se joue au niveau de l’imaginaire d’une communauté quand elle est confrontée à une division interne. Plus que des symboles isolés, ce sont des mises en récit complexes que nous devons appréhender dans leur diversité narrative.

Ce sont ces processus de symbolisation narrative, à la fois anthropologiques et historiques, que nous souhaitons analyser à travers les productions culturelles de pays en situation de partition. Nous espérons ainsi, par cette approche comparative, repérer des invariants tout en proposant des typologies narratives où la différence genrée est requise, reproduite, peut-être transformée, afin de penser un autre type de différence, celle qui se cristallise quand une nation est divisée et séparée. Nous serons en particulier sensibles aux différentes formes de représentations en fonction de leurs modes de production (institutionnel, individuel), de leur diffusion et de leur réception, afin d’éviter la simple étude de contenu décontextualisée.

Ce colloque interdisciplinaire et comparatiste, qui accueille spécialistes des littératures, des productions culturelles et de l’histoire des idées, historiens et anthropologues travaillant sur différentes aires culturelles et contextes historiques, vise à interroger les partitions et les divisions nationales d’un point de vue genré. Il s’intéressera particulièrement aux représentations comme témoin de ces assimilations imaginaires : littérature, cinéma, arts performatifs, arts plastiques seront les supports de nos réflexions.

 

Comité scientifique

  • Catherine Brun (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) ;
  • Anne Castaing (CNRS) ; Claire Gallien (Université Paul-Valéry) ;
  • Benjamin Joinau (Hongik University) ;
  • Francine Muel-Dreyfus (EHESS) ;
  • Gianfranco Rebucini (IIAC) ;
  • Delphine Robic-Diaz (Université Paul-Valéry) ;
  • Fabrice Virgili (CNRS).

Source : EHESS

Informations pratiques

Date(s)

  • Jeudi 14 décembre 2017 – 09:1518:00
  • Vendredi 15 décembre 2017 – 09:1518:00

Lieu(x)

  • EHESS (salle 737) – 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Jean Maïs alias Ngô Thành Mai (1935-2017)

[ndlr] Nous avons appris avec beaucoup de tristesse la disparition de Jean Maïs à l’âge de 82 ans. Père au sein de la Société des Missions Étrangères de Paris (MEP), il est resté jusqu’à son dernier souffle un infatigable chroniqueur du Viêt-Nam contemporain dans la revue en ligne Églises d’Asie. Ses chroniques qui mériteraient d’être éditées forment un corpus de connaissances incomparables sur l’état et l’évolution de la société vietnamienne. Jean Maïs avait le Viêt-Nam en lui, riche de son expérience heureuse puis tragique (il fut incarcéré pendant neuf mois en camp de rééducation en 1975). Un grand spécialiste de ce pays s’en est allé, en silence, avec sa modestie légendaire.

FG

Reproduction ci-après d’un extrait biographique publié sur Églises d’Asie :

Missionnaire au Vietnam, ad vitam

Né le 14 janvier 1935 à Château-Salins (Moselle), Jean Paul Félix ressent très tôt qu’il est appelé à devenir prêtre. Admis au Séminaire des Missions Etrangères en 1954, ordonné prêtre le 21 décembre 1961, il poursuit des études en lettres classiques à l’université de la Sorbonne avant de partir pour la mission de Nha Trang, au Vietnam, le 1er septembre 1966.

A son arrivée au Vietnam, le P. Maïs étudie la langue vietnamienne à Ham Tân, dans la province de Binh Tuy, pendant deux ans. Par la suite, il enseigne le français à l’Université catholique de Dalat et la philosophie en classe terminale de l’école d’Adran, jusqu’en 1975. Il contribue alors à la formation de nombreux responsables pastoraux actuels.

Arrêté par les autorités communistes alors qu’il circulait en moto, le P. Maïs est retenu en rééducation dans la forêt de Rung La et dans la prison de Ba Ria, d’avril 1975 à janvier 1976. Considérablement amaigri à sa libération, il est expulsé du pays quelques mois plus tard, le 28 mai 1976.

Au service de l’Eglise catholique du Vietnam

De retour en France, il envisage pendant un temps de repartir en mission, au Japon cette fois-ci. En accord avec le Conseil Central des MEP, le P. Maïs renonce à ce projet, s’installe à Paris et consacre son temps aux réfugiés vietnamiens et à l’information concernant la situation ecclésiale et religieuse au Vietnam.

Au service des réfugiés vietnamiens et de leurs familles, il fournit à ceux-ci une assistance aussi précieuse que diverse : aide pédagogique, accompagnement administratif, participation à des campagnes de plaidoyer et de sensibilisation, …

Discret et cultivé, il apporte sa collaboration à la revue Echange France-Asie et à l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris, Eglises d’Asie. Sa maîtrise de la langue vietnamienne, la fiabilité de ses informations et la pertinence de ses analyses en font un observateur attentif de l’actualité ecclésiale et religieuse au Vietnam.

Une arche du « pont commencé » par les missionnaires MEP depuis 360 ans

Son nom vietnamien, Ngô Thành Mai, témoigne de ses aptitudes littéraires et de son goût pour les jeux de mots. Honorant ses origines et son pays de mission, il se choisit Ngô pour nom de famille, un patronyme particulièrement fréquent au Vietnam, qui signifie « maïs » (dans le nord du pays). Son prénom, Mai, le radical de son nom français, rappelle ses racines tandis que Thành, le nom supplémentaire, se traduit par « c’est-à-dire ». « Maïs, ce qui signifie Maïs » est la traduction littérale de son nom vietnamien. Il publie d’ailleurs, en 1977, un mémoire à l’Inalco intitulé Morphologie et structuration générale des référents personnels en vietnamien.

D’une grande humilité, il offre le témoignage d’une vie donnée fidèlement à la foi, au service de l’Eglise catholique du Vietnam. Travailleur infatigable, sa dernière dépêche, consacrée au prochain abandon de la politique du couple à deux enfants, a été publiée fin octobre 2017, quelques jours avant son admission à l’hôpital.

A lire dans : In Memoriam : décès du P. Jean Maïs, membre de la Société des Missions Étrangères de Paris, Rédacteur à Églises d’Asie

Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956 [Exposition au SHD]

[ndlr] Annonce de la nouvelle exposition du Service historique de la Défense (Vincennes) sur l’Indochine coloniale.

Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956

Du 13 novembre 2017 au 10 février 2018

A peine un siècle, c’est le temps écoulé entre les premières opérations de la conquête, et le retrait des dernières forces françaises du Sud-Vietnam. Entre ces deux dates la France installe, puis perd sa domination sur les territoires des républiques actuelles du Vietnam, du Cambodge et du Laos.  La Marine française joua dans cette aventure un rôle important, d’abord parce qu’elle fut le principal artisan de la conquête et du gouvernement des premières implantations ; ensuite parce que le ministère de la Marine fut également longtemps celui des Colonies. L’Indochine parue à ce point son domaine réservé qu’on parla longtemps de « l’Indochine des amiraux ».

Le Service historique de la Défense et l’institut de recherche IrAsia se proposent d’évoquer le rapport très particulier entre la Marine et la « perle de l’empire » à travers une présentation d’archives, d’images et d’objets conservés dans les collections et fonds d’archives du SHD.

Entrée gratuite.

Des visites guidées seront proposées.

Commissaires d’exposition : Cyril Canet (SHD/CHA, Vincennes), Quoc-Thanh Nguyen (IRASIA)

Partenaire : IrAsia

L’unité mixte de recherche IrAsia est née le 1er janvier 2012 de la fusion de l’IRSEA, « Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique », avec l’équipe LEO2T, « Littératures d’Extrême-Orient, Textes et Traduction ». L’unité regroupe des chercheurs du CNRS et des enseignants-chercheurs de l’université d’Aix-Marseille (AMU) au sein de la Maison Asie-Pacifique (MAP) installée sur le campus Saint-Charles de Marseille.

Service historique de la Défense – Château de Vincennes – Avenue de Paris – 94306 Vincennes Cedex. Métro Château de Vincennes

Pavillon du roi, 1er étage, salles d’exposition.

  • Lundi 13h00-17h00
  • Mardi au jeudi 9h00-17h00
  • Vendredi 9h00-16h00
  • Samedi 9h30-15h00
  • Fermeture les dimanches et les jours fériés

Source : SHD

Dernières nouvelles du Viêt-Nam [presse]

[ndlr] Quelques articles à lire sur l’évolution de cette nation : liberté d’expression, maux sociaux et géopolitique.

AFP / Europe 1, « Vietnam : une chanteuse interpellée pour un slogan injurieux contre Trump« , Europe 1, 12/11/2017. L’artiste vietnamienne Mai Khoi a été interpellée après avoir brandit une pancarte injuriant Trump lors de son passage à Hanoï.

Bruno Philipp, « Face à la Chine, le repli de Trump inquiète le Vietnam« , Le Monde, 10/11/2017. Le retrait des États-Unis du Partenariat trans-Pacifique, zone de libre-échange contournant la Chine, est une très mauvaise nouvelle pour Hanoï.

David Hutt, « Down and out in Vietnam« , Asia Times, 04/11/2017. Depression, suicide and alcoholism are all on the rise as urbanization, job competition and failed expectations take a collective toll on the nation’s mental health

Kenneth Szabo, « Vietnam’s Skewed Sense of Social Justice« , Modern Diplomacy, 12/09/2017.

Harold Thibault et Bruno Philip, « Au Vietnam, la répression des blogueurs s’intensifie« , Le Monde, 21/07/2017. Après des manifestations contre l’inaction du régime dans un scandale écologique, les arrestations se multiplient.

Vincent Degenon, « Vietnam : la répression des blogueurs s’intensifie« , News Bénin Web TV, 25/07/2017.

[autres nouvelles à suivre sur RFI ]

Image « à la une » : A Vietnamese woman weeps as she waits for news about a family member who went missing during a bridge collapse © AFP/ Stringer

Pham Xuan Thach : Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain – 01/12/2017

[ndlr] Annonce de la Section des Études vietnamiennes de Paris.

Séminaire d’actualité de la recherche en études vietnamiennes

La Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) est très heureuse de recevoir Pham Xuan ThachProfesseur à l’Université Nationale de Hanoi pour une intervention intitulée :

Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain

Comment écrire librement la guerre lorsque la guerre et l’écriture elles-mêmes sont des actes hautement idéologiques ? Pham Xuan Thach analysera deux figures de la littérature vietnamienne contemporaine : Bao Ninh dont l’unique roman, Le Chagrin de la guerre, demeure un des textes majeurs des années 1986-1991, et Nguyen Binh Phuong dont la création domine la scène littéraire depuis 1991. Quelles empreintes le réalisme socialiste a-t’il laissé dans l’œuvre de Bao Ninh ? Comment a-t-il dû combattre cette doctrine dominante pour forger son propre discours sur la guerre ? De quelle manière Nguyen Binh Phuong, quant à lui, a-t-il pu se libérer du cadre idéologique dont il est issu ? Plus généralement, dans quelle mesure la littérature vietnamienne a-t-elle pris congé des héritages du réalisme socialiste durant ces trois dernières décennies ?

Il interviendra le vendredi 1er décembre 2017, de 16h à 17h30dans l’amphi 4 de l’Inalco (65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris).

Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous.

Soyez les bienvenus !