Archives par mot-clé : migrations

Vong Sokheng : French responsible for Viet migration, says Hun Sen [Phnom Penh Post]

[ndlr] Sortie remarquée du Premier ministre cambodgien sur les migrations de Vietnamiens au Cambodge. Article de . L’information a été reprise par une partie de la presse vietnamienne.

Prime Minister Hun Sen said yesterday he was not responsible for the presence of Vietnamese people in Cambodia, explaining that many immigrants put down roots here after the French colonial authorities brought them in to work on their rubber plantations.

A fluent speaker of Vietnamese, Hun Sen was installed in power during Vietnam’s occupation of the country in 1985 and has battled claims of subservience to the country’s historical enemy, including turning a blind eye to rampant illegal immigration.

During a speech in Tbong Khmum province, which borders Vietnam and has long had one of the country’s highest concentrations of rubber fields, Hun Sen called on younger generations to educate themselves on the history of migrations from Vietnam.

“The Vietnamese people did not come and live in Cambodia during the present time; the French brought them here,” Hun Sen said after officially unveiling a new paved road in the newest province.

Lire la suite : The Phnom Penh Post, 03/11/2016.

Voir également :

Images « à la une » : Hun Sen, le Premier ministre du Cambodge © Reuters (vue sur Tuoi Tre).

 

Mireille Le Van Ho : Des Vietnamiens dans la Grande Guerre – CR de lecture par Bastien Golovkine

CR de lecture de Bastien Golovkine : Mireille Le Van Ho, Des Vietnamiens dans la Grande Guerre : 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris, Vendémiaire, 2014.

LeVanHo_DesVietnamiensDansLaGrandeGuerreCet ouvrage, publié le 4 septembre 2014, est issue d’une thèse soutenue presque trente ans plus tôt en 1986 à l’École des Chartes. Il relate l’implication de 90 000 Vietnamiens, expatriés en France, durant la Première Guerre mondiale. L’auteure s’intéresse plus particulièrement à la trajectoire des 50 000 ouvriers, forcés de travailler dans les usines. Il s’agit d’un véritable sujet d’histoire sociale, qui est traité via un plan chronologico-thématique. Cette approche, la meilleure à mon sens, donne toute la mesure du travail effectué par Mireille Le Van Ho. Celle-ci, née en 1959, a bénéficié d’une solide formation d’historienne et d’archiviste. Élève de la prestigieuse École des Chartes, elle présenta sa thèse sous l’intitulé suivant : Un milieu porteur de modernisation : travailleurs et tirailleurs vietnamiens en France pendant la Première Guerre mondiale. Elle a par la suite occupé plusieurs postes d’importance comme celui de conservateur en chef de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) ou encore celui de directrice de la bibliothèque centrale du Conservatoire national des Arts et des Métiers (CNAM). Parallèlement à ces activités, elle a écrit plusieurs articles reconnus sur le général Pennequin et son projet d’ « Armée Jaune » notamment, ou sur les ouvriers vietnamiens durant la Première Guerre mondiale, ou encore sur la numérisation des archives.

Depuis la publication de son ouvrage, elle a multiplié les interventions et les colloques dans le cadre du centenaire du premier conflit mondial. En dehors de cette commémoration spécifique, le livre de Mireille Le Van Ho s’inscrit dans un mouvement plus large, initié il y a quelques années en France, sur la reconnaissance de la place et de l’action des minorités durant les guerres1. Plusieurs personnes, comme le journaliste Pierre Daum par exemple, qui se bat pour la mémoire des Vietnamiens durant la Deuxième Guerre mondiale, ont salué avec enthousiasme la publication de cet ouvrage. Mireille Le Van Ho précise dans son introduction que son but est de montrer comment furent mobilisés ces 90 000 Vietnamiens (qui font partie des 887 400 « indigènes » mobilisés entre 1916 et 1918) dans la colonie indochinoise, puis de décrire leur vie une fois en métropole. Son propos repose sur trois parties distinctes dans son livre : tout d’abord, elle détaille les vicissitudes de la mobilisation au sein de la colonie indochinoise (pp. 13 à 66), avant d’analyser le quotidien des ouvriers indochinois en France (pp. 67 à 168) et d’enfin de questionner le caractère émancipateur de l’expérience de la guerre (pp. 169 à 221).

annamites_soldats
Tirailleurs annamites recrutés pour la Grande Guerre

Les atermoiements de la mobilisation de l’Indochine

En mai 1915, deux millions de Français se retrouvent au front pour contenir l’invasion allemande. Le Nord et l’Est du pays se retrouvent ravagés par les combats et le gouvernement français est obligé de rechercher des expédients à une main-d’œuvre mobilisée à la guerre. Le « front de l’arrière » a besoin d’être renfloué et les colonies apparaissaient de plus en plus comme une réserve inépuisable. Plusieurs hommes d’États et des généraux avaient déjà avancé l’hypothèse d’un recours à la population coloniale : le général Pennequin, par exemple, au tournant des années 1910, avait présenté son projet d’armée jaune, reposant sur la mobilisation de 100 000 Annamites. Néanmoins, ce fut seulement en 1915 que le gouvernement français se décida à franchir le Rubicon. D’une part, sous l’impulsion d’Albert Thomas, socialiste et sous-secrétaire d’État à l’artillerie et à l’équipement militaire dans le cabinet Viviani, remarquable pour ses qualités d’organisateur, le travail à l’usine fut progressivement libéralisé et on permit l’introduction du taylorisme dans les arsenaux français. D’autre part, la Commission de l’Armée en mai 1915 reconnut la nécessité de recourir à la main d’œuvre coloniale, avant d’élaborer en décembre 1915, un projet de recrutement de 50 000 tirailleurs et travailleurs en Indochine.

Cette entreprise reposait sur deux outils dans la colonie indochinoise : premièrement, les communes rurales (les ), le conseil des notables, qui étaient chargés de la nomination des mobilisés, et deuxièmement, les « maires » du village (les lý truong), à l’origine destinés à collecter les impôts, devaient ramener les « volontaires » aux centres de recrutement. Peu de voix s’opposèrent à ce projet car les socialistes, affaiblis par la mort de Jaurès et par la participation d’Albert Thomas au gouvernement d’Union sacrée, et les cégétistes, contraints de suivre les directives de Léon Jouhaux, ne purent se faire entendre. Cependant, les syndicats allaient faire montre durant le conflit d’une attitude ambivalente vis-à-vis des travailleurs coloniaux, tantôt considérés comme des camarades prolétariens, tantôt comme des agents du patronat.

annamite_ouvrier
Ouvriers annamites à la fabrication d’obus

La situation en Indochine en 1915 était peu propice à l’application d’un tel ordre de la part de la Commission. Seulement quelques milliers d’engagés volontaires (environ 2000) étaient partis vers la métropole à l’aube de la grande mobilisation. En janvier 1916, l’ordre de recrutement parvint à Ernest Roume, gouverneur général de l’Indochine française (de janvier 1914 à janvier 1917). La péninsule indochinoise était en ébullition et ne semblait en aucun cas prête à une mobilisation de grande ampleur. Ce fut pourquoi les catastrophes se multiplièrent durant le recrutement : on avait recours de plus en plus à l’enrôlement forcé (contrairement aux plans initiaux de la Commission), des épidémies de choléra se déclarèrent à cause des conditions d’hygiène déplorables durant le transport, on négligeait les critères sanitaires lors du recrutement au niveau local (ce qui entraina des retours en masse dans les villages), les bateaux manquaient et les infrastructures étaient insuffisantes à l’arrivée des mobilisés en métropole. Plusieurs Vietnamiens furent durablement marqués par le voyage jusqu’en France, où ils étaient entassés dans les cales des navires, soumis à la faim, à la fatigue et à la maladie. Néanmoins, le gouvernement général parvint presque à remplir les objectifs définis par la Commission. 49758 mobilisés indochinois partirent pour la France entre le 18 janvier 1916 et le 31 octobre 19162. Ce succès relatif poussa le gouvernement français à appeler au recrutement permanent.

Contrairement à l’enrôlement de 1916, les autorités coloniales obtinrent des crédits supplémentaires pour mobiliser davantage d’hommes dans les colonies. Elles créèrent des commissions ambulantes de recrutement ainsi que quatre bureaux d’enrôlement (deux à Haiphong, un à Tourane et un à Saigon), chargés d’administrer l’embarquement et le débarquement, de recenser les déserteurs, d’établir les registres et de faire parvenir les allocations mensuelles aux familles. La propagande de guerre prit son essor à ce moment-là : on procédait à la lecture publique de lettres envoyées par les mobilisations, à l’impression de tracts et d’affiches vantant les mérites de la vie en France ou encore à des visites organisées par les mandarins dans les provinces. À ces dispositions s’ajouta la mise en place d’une instruction sommaire à la fois pour les tirailleurs et les ouvriers. Les futurs soldats suivaient des cours de gymnastique, de manœuvres militaires mais aussi d’entretiens d’infrastructures (la future affectation de la plupart des tirailleurs indochinois). Les ouvriers allaient bénéficier de stage d’apprentissage pour les familiariser avec le travail à l’usine.

InaEdu04509
Des ouvriers annamites sont employés dans une usine française de construction d’avions. Ils effectuent différents travaux (assemblage, peinture, usinage des moteurs…) sous la surveillance d’un officier français, 1916 © INA

Sur l’ensemble, le bilan de ces années de recrutement colonial en Indochine demeure contrasté : selon la répartition chiffrée du recrutement établie par Mireille Le Van Ho, pour mars 1916, le Tonkin a fourni une grande partie des hommes (22530) avec une forte proportion d’ouvriers (60%). À l’inverse, les chiffres sont moins impressionnants pour le Cambodge et la Cochinchine (respectivement 2760 hommes et 5290 hommes)3. Ces disparités s’expliquent par la puissance de la structure communale au Tonkin, où les habitants de delta du fleuve rouge respectent cette autorité locale. Par contre, la porosité des communes en Cochinchine et au Cambodge a considérablement mis à mal la stratégie de la Commission des Armées. De plus, les actes de résistances se multipliaient dans ces deux provinces. Cette opposition ne parvint néanmoins pas à empêcher la poursuite du recrutement durant la guerre.

Le quotidien des travailleurs

Cette partie constitue véritablement le cœur de l’ouvrage de Mireille Le Van Ho. Elle a choisi de développer la vie difficile des Vietnamiens en métropole durant le conflit. Sur place, les expatriés étaient pris en charge par le Service d’Organisation des Travailleurs Coloniaux. Cette structure était chargée de répondre aux demandes et aux besoins en main d’œuvre des différents départements, en établissant des contrats avec les dirigeants des entreprises et des arsenaux. Les témoignages recueillis par l’historienne insistent sur l’insuffisance des infrastructures en métropole. Les cas de Marseille, où les mobilisés changent trois fois de camps à cause de la faible capacité et de la vétusté des bâtiments, et d’Arles étayent ces propos. De plus, les Vietnamiens sont parqués dans des baraquements vieillissants au même titre que d’autres travailleurs coloniaux : la cohabitation était difficile avec certaines populations et plusieurs incidents éclatèrent. Si les Annamites s’entendaient bien avec les Malgaches et les Maghrébins, Mireille Le Van Ho fait état de mésententes avec les mobilisés d’Afrique subsaharienne pour des questions liées aux jeux d’argent ou aux affectations.

Guerre 1914-1918. Femmes et ouvriers chinois travaillant dans une usine d’armement française © Roger Viollet

La vie quotidienne des expatriés devint de plus en plus surveillée au fur et à mesure du prolongement de la guerre. Le 18 avril 1917, le gouvernement français ordonna la création du Service de Contrôle des Tirailleurs et Travailleurs Coloniaux. Cet organe devait encadrer de façon stricte les correspondances et les comportements des Vietnamiens. Cette structure allait s’appuyer sur des mandarins, rappelés du Vietnam, pour veiller à l’application des directives du Contrôle. Les fonctionnaires vietnamiens n’avaient aucun intérêt à soutenir une quelconque velléité de rébellion de la part des travailleurs expatriés, car cela remettrait en question leurs privilèges issus du système colonial. Ils allaient être les agents d’une politique du gouvernement français, teintée de paternalisme mais aussi de tolérance religieuse. D’un côté, les autorités du camp essayaient de promouvoir des cours de français pour les ouvriers vietnamiens, et de l’autre, elles autorisaient l’expression de la religiosité des Annamites (via la construction de pagodes notamment, qui suscitèrent des controverses chez les Français).

De la même manière, ce strict contrôle sur la vie quotidienne des travailleurs se retrouvait également à l’usine. Une phrase citée par Mireille Le Van Ho illustre bien cela : « Plus les Annamites arrivent, plus la discipline devient sévère »4. Cette discipline était essentiellement militaire. Les Vietnamiens pouvaient passer devant le conseil de guerre et recevoir des condamnations allant de privations alimentaires jusqu’au rapatriement forcé en passant par des séjours au cachot. Un certain niveau de productivité était attendu de la part des autorités françaises, d’où l’application de cadences infernales et la mise en pratique du taylorisme, de la rationalisation du travail. La nature de leurs activités à l’usine était durablement marquée par des stéréotypes raciaux chez les permanents patronaux : la « frêle » constitution et l’ingéniosité supposée des Annamites les cantonnaient, selon eux, aux travaux de l’usine. À l’inverse, les patrons étaient prompts à incriminer la « fourberie » des Vietnamiens aux moindres manifestations de mécontentement. Cependant, cette main d’œuvre aisément corvéable permettait aux autorités de les assigner aux travaux les plus dangereux. Par exemple, à la poudrière d’Arles, la moitié des effectifs était quotidiennement absente pour des raisons de santé : l’infirmerie apparaissait comme un véritable refuge pour les travailleurs coloniaux. D’autant plus que les relations avec les ouvriers français étaient changeantes. Les incertitudes de la CGT entretenaient cette ambivalence des travailleurs de la métropole à l’égard des coloniaux.

TravailleurVietnamienEtSonEpouse
Photographie d’un couple franco-vietnamien retenue par les bureaux de censure à l’arrivée en Indochine © ANOM

Mireille Le Van Ho s’intéresse ensuite à la confrontation des expatriés avec la métropole moderne. La censure s’exerçait encore, via le Contrôle, sur les correspondances des mobilisés avec leurs familles. Des milliers de lettres furent saisies avant leur arrivée en Indochine. Cette politique stricte était liée à un autre élément : les relations des Indochinois avec l’autre groupe social particulièrement sollicitée durant le premier conflit mondial, les femmes. Il s’agit probablement d’un des principaux chocs culturels pour les Annamites, désillusionnés à cause de leurs conditions de vie précaires. Plusieurs témoignages font état de cette admiration des Vietnamiens pour la beauté des femmes françaises, « différentes » à leurs yeux. Des couples se formèrent et des solidarités se créèrent grâce au travail à l’usine. Cette attraction réciproque était mal vue par le gouvernement français, qui essayait de limiter ces contacts et qui souhaitait éviter des mariages mixtes. Il s’agissait désormais de contrôler les correspondances où les coloniaux faisaient état de leurs relations avec les femmes françaises, d’où une sévérité accrue de la censure.

Au-delà de la rencontre avec la femme en France, pour la plupart des expatriés, les yeux se décillent vis-à-vis de la puissance coloniale : la République française, incapable de fournir des conditions de logement et de vie décentes, affaiblie par les affres de la guerre, vit son prestige et son crédit entamé auprès des travailleurs coloniaux. Ceux-ci, délaissant la puissance française, préféraient se tourner vers l’Allemagne (dont on vante le tài, à savoir l’habilité et le talent, des ouvriers allemands)5 ou plus encore vers les États-Unis. Pour les Indochinois, les Américains avaient apporté la force économique et militaire décisive dans la victoire de l’Entente : en plus de cela, les promesses du président Woodrow Wilson, lors de son discours sur les 14 points, avaient enthousiasmé les peuples colonisés et éveillé une conscience politique chez les populations subissant le joug européen. Les Indochinois n’échappèrent pas à cela et Mireille Le Van Ho affirme que ce séjour en métropole fut un élément constitutif de l’éveil politique des Vietnamiens. Dès la fin de la guerre, les conséquences de ce changement allaient être observables à la fois en métropole et en Indochine.

Une expérience émancipatrice

Mireille Le Van Ho démontre dans cette partie le processus de création d’une conscience politique chez les Vietnamiens partis en France. Cette partie se rapproche de la démarche de Kim Loan Vu Hill dans son dernier ouvrage6 où l’impact de la guerre est vu dans une perspective plus politique. Certains évènements en France attestent de ce réveil des Indochinois à l’égard du colonisateur français. Tout d’abord, la signature de l’armistice le 11 novembre 1918 n’a en aucun cas signifié le retour des Annamites dans leur pays. Les départs se firent particulièrement tardifs : certains travailleurs indochinois restèrent en France jusqu’en 1920. À la fin du conflit, ils se virent affecter à la reconstruction du pays, en particulier dans l’Est et le Nord du pays. Ces milliers d’expatriés étaient notamment assignés à la remise en service du réseau ferroviaire dans ces régions. Les conditions de vie étaient encore plus précaires durant cette période, ce qui suscita de vifs mécontentements. Les ouvriers coloniaux avaient fait l’apprentissage des moyens de contestations auprès des travailleurs français, d’où la multiplication des cessations de travail et des grèves pour obtenir des égalités de salaire.

Ce bouillonnement social allait de pair avec une effervescence politique dans la capitale française. La tenue de la Conférence de la Paix à Paris en Janvier 1919 apparaissait pour les peuples colonisés comme une tribune pour exprimer leurs velléités indépendantistes. Les Vietnamiens étaient un des groupes les plus actifs : plusieurs figures politiques, favorables à l’autonomie de la colonie indochinoise (Phan Châu Trinh, Phan Văn Trường, ou encore Nguyễn Ái Quốc, le futur Hô Chi Minh), militaient pour manifester leurs revendications aux dirigeants des grandes puissances. Ce fut pourquoi ils publièrent dans l’Humanité le 18 juin 1919 un tract exprimant les réclamations du peuple annamite7. 6000 exemplaires de cette déclaration furent diffusés dans la capitale. Le ton relativement modéré du tract n’empêcha pas les conférenciers d’ignorer superbement ces revendications. Des troubles se déroulèrent de façon concomitante en Indochine.

annamites_tirailleurs_en_marche
Tirailleurs annamites en marche © DR

En juillet 1919, les autorités françaises établirent les chiffres des pertes humaines des 90 000 expatriés vietnamiens : 1797 travailleurs et 1548 tirailleurs avaient perdu la vie durant leur séjour en France. Le rapatriement des mobilisés se fit difficilement ; d’abord, dépassés par les évènements, les autorités coloniales mirent en place des comités chargés de l’accueil des contingents en juin 1918. Ils étaient chargés de réintroduire progressivement les Indochinois partis en France dans leurs villages et dans le marché du travail de la colonie. Cette impréparation fit que les incidents se multiplièrent à l’arrivée des mobilisés. Certaines maladresses d’Albert Sarraut – le nouveau gouverneur général de l’Indochine, homme d’expérience et de compromis – comme la suppression des primes de démobilisation, « par mesure d’économie », en mai 1920, poussèrent les travailleurs à protester et à s’en prendre aux gradés français. Les contreparties timides, concédées par le gouvernement général, comme la mise en place d’un suffrage censitaire pour les communes du Tonkin, ne pouvaient éteindre l’incendie. Les individus restés en France ne bénéficièrent pas de la moindre mansuétude la part du gouvernement de la République. L’octroi de la nationalité française à ces expatriés demeurait extrêmement limité.

Ces éléments poussèrent les autorités françaises à prendre des mesures radicales. La première décision fut celle d’étendre les pouvoirs du Contrôle des coloniaux dans la péninsule indochinoise. Désormais permanente, cette institution allait disposer de registres et des fichiers assez exhaustifs sur les anciens expatriés. La censure allait pouvoir s’exercer avec vigueur sur les populations de la colonie. Les tirailleurs et travailleurs vietnamiens étaient immédiatement suspects aux yeux des fonctionnaires du gouvernement général mais aussi auprès des notables locaux. Désillusionnés, parfois mal intégrés, Mireille Le Van Ho rapporte des échanges terribles avec les potentats indochinois : certains tirailleurs avaient rétorqué aux notables en 1918 « Allez au front chercher la Croix de guerre, vous pourrez ensuite me donner des ordres ». Les lính thợ, les soldats-ouvriers (une assimilation problématique) était mal vu par les populations. Influencés par les habitudes et les valeurs françaises, leur intégration dans une société éloignée des préoccupations de la guerre fut difficile et ils devinrent assez rapidement les bouc-émissaires des notables. Néanmoins, aguerris par leur expérience en France, les anciens expatriés importèrent certains moyens de protestations et apparaissaient de plus en plus à l’avant-garde des mouvements de résistance contre le gouvernement colonial. Cela accrédite la thèse de Mireille Le Van Ho selon laquelle l’épreuve de la Première Guerre mondiale fut initiatrice d’un éveil politique de la population indochinoise.

expo_indochinois_GrandeGuerre

* * *

L’historiographie du premier conflit mondial attendait la rédaction d’un tel livre, qui étudierait la place et le rôle des Indochinois dans ce contexte. Cet ouvrage, exhaustif et dense, répond parfaitement à cette attente. La qualité et la diversité des sources archivistiques (Archives Nationales d’Outre-Mer, Service Historique de la Défense, archives départementales…) utilisées pour la rédaction, renforcent encore la démonstration de Mireille Le Van Ho. De plus, la qualité d’écriture, la clarté du plan et la pertinence des annexes de l’ouvrage rendent accessible cette thèse remarquable. Peut-être pourrait-on regretter un certain manque de développement sur les relations entre les Vietnamiens et les autres groupes sociaux (comme les prisonniers de guerre par exemple). De la même manière, l’approfondissement sur les leaders indépendantistes ne semblait pas forcément nécessaire dans la thèse de Mireille Le Van Ho. Quelques centres archivistiques auraient également pu apporter des éléments complémentaires à l’ouvrage comme le centre des Archives diplomatiques de la Courneuve, celui des missions étrangères à Paris ou encore les archives de certains arsenaux. Ces éléments n’enlèvent rien à la grande qualité d’ensemble de l’ouvrage, dont on ne peut que saluer la solidité et la pertinence.

Bastien Golovkine, promotion ASIOC 2015-2016.

Bibliographie et sitographie :

  • Kim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels. Impact of World War I on French Indochina, Paris, Les Indes savantes, 2011.
  • Youtube, entretien avec Mireille Le Van Ho, chaîne des Éditions Vendémiaire, mise en ligne le 24 septembre 2014.

Pour en savoir plus :

Mireille Le Van Ho, 14-18 : 50 000 Vietnamiens dans l’industrie de guerre française, sur le site du Réseau Asie Pacifique / GIS Asie.

Image « à la une » : Arsenal de Tarbes : fabrication des munitions (avril 1916) © coll. BDIC

_______________

Bastien Golovkine est un étudiant du master Asie Orientale Contemporaine de l’ENS de Lyon. Après avoir soutenu un mémoire sur le mouvement du 1er mars 1919 en Corée en 2014-2015, ses recherches actuelles portent sur l’action des missionnaires français en Corée durant la colonisation japonaise.

Notes

  1. L’auteure le précise également dans la vidéo de présentation de son ouvrage à l’adresse suivante sur la chaine Youtube des Éditions Vendémiaire : https://www.youtube.com/watch?v=V6x3Dx_M6f8 []
  2. Cf. p. 41 []
  3. Cartes aux p. 277 et 278 de l’ouvrage []
  4. Cf. p. 99 []
  5. Cf. p. 158 []
  6. Kim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels. Impact of World War I on French Indochina, Paris, Les Indes savantes, 2011 []
  7. Le livre contient un exemplaire de ce tract à la p. 161 []

Solène Granier : Domestiques indochinois – CR de lecture par Sara Moisy

Granier_DomestiquesIndochinoisL’ouvrage Domestiques indochinois de Solène Granier est paru aux éditions Vendémiaire en 2014. Venant combler un « vide historiographique », celui de la domesticité et des domestiques indochinois qui ont migré puis travaillé en métropole, cet ouvrage pose la question du statut du domestique, un statut très ambivalent puisqu’il est à la jonction de plusieurs statuts : celui du colonisé, celui du migrant, celui du travailleur, celui du dominé ou encore celui du non-ayant droit.

Pour qualifier la situation des domestiques indochinois, l’auteure met en avant trois dimensions : celle de l’expérience professionnelle et de l’identité professionnelle, celle de l’itinéraire migratoire individuel ou collectif et celle des interactions sociales dans trois espaces donnés que sont la colonie, l’espace migratoire et la métropole. Solène Granier utilise la notion d’Indochinois pour désigner les domestiques migrants originaires du Vietnam, du Cambodge et du Laos, même si la grande majorité étudiée est originaire des trois provinces vietnamiennes. Ses approches sont historique et sociologique : elle croise l’histoire des migrations coloniales de 1897 à 1939 à l’analyse des relations sociales entre groupes qui composent la société coloniale, la société colonisée et la société migrante.

Trois idées principales permettent de retracer les évolutions du statut de domestique à travers le temps et les différents espaces et de rendre compte de la réalité des pratiques, en allant notamment à l’encontre de certaines prénotions sur la domesticité coloniale. Tout d’abord, il s’agit de la relation et de l’évolution de la mise à distance des perceptions de l’Autre, entre la colonie et la métropole, entre le colonisé et le colon, qui permettent de rendre compte du statut et de la trajectoire sociale du domestique (1). Ensuite, le lieu principal d’interaction sociale entre le domestique et le métropolitain demeure celui du « foyer familial », à savoir la famille française ou européenne dans laquelle l’Indochinois travaille en tant que boy et l’Indochinoise en tant que congaï. Il apparaît que les interactions en son sein sont plus complexes et plus nuancées ; il s’agit en ce sens de « la réalité » des pratiques sociales (2). Enfin, l’histoire des domestiques indochinois doit prendre en compte l’expérience migratoire : elle apparaît comme un processus de construction de l’identité du domestique et comme un interstice où le colonisé est acteur de son propre parcours migratoire (3).

Évolution de la mise à distance colonie-métropole à travers le temps et les espaces coloniaux

On peut découper l’évolution de la relation colonie-métropole en trois étapes historiques majeures (a) et l’analyser à l’aune de cadres de pensées et de modes de vie différenciés (b).

  • Les étapes historiques de la mise à distance

La première étape historique, de 1897 à 1920, correspond à la construction de l’identité coloniale et de la domination du métropolitain sur le colonisé. C’est le temps de l’affirmation de l’idéologie colonialiste et des premières interactions entre « employeurs blancs » et « domestiques jaunes ». Il s’agit d’asseoir la supériorité du métropolitain et le domestique est fortement mis à distance ; Solène Granier parle d’une figure du boy asexué, dévirilisé, efféminé et inculte. L’arrivée des femmes européennes dans la société coloniale accentue par ailleurs cette distance car, selon les discours coloniaux, la femme devient garante de l’ordre moral au sein du foyer ; elle doit maintenir les distances entre les corps tout en acceptant les influences mutuelles qui s’y développent. La seconde, de 1920 à 1930, correspond à la période des premières migrations de masse, le port de Saïgon étant devenu une plaque tournante entre la métropole et la colonie avec l’ouverture de lignes régulières qui nécessitent une main-d’œuvre indochinoise. C’est également le début du tourisme colonial, avec ce que Solène Granier qualifie d’« hôtels flottants » et de « domesticité flottante ». Ces deux phénomènes ont pour effet de démocratiser la migration, devenant une migration de masse qui modifie radicalement la distance métropole-colonie. L’arrivée de migrants indochinois en métropole s’effectue parallèlement au retour des soldats en Indochine ; la perception de l’Autre change, ce dernier devenant de plus en plus familier. La troisième période enfin, de 1930 à 1939, correspond au temps de la rationalisation des rapports entre métropolitains et colonisés avec la popularité que connaît la domesticité coloniale en France. La mise à distance existe toujours mais son ampleur est très réduite et les distances physiques et sociales peuvent dans certains cas disparaître.

Il est toutefois nécessaire de concevoir ces étapes à l’aune des cadres de pensées et des modes de vies dans lesquels elles s’inscrivent. Les influences entre métropolitains et domestiques indochinois sont inégales mais réciproques ; elles permettent de poser la question de la transposition des modèles respectifs dans le territoire de l’Autre.

  • Transposition des cadres de pensée et des modes de vie

Dans le cas de la société coloniale en Indochine, on a une transposition de la hiérarchie sociale métropolitaine et de la conception du service domestique. La domesticité apparaît comme un « marqueur de la stature coloniale » ; la subordination est essentielle et le rapport de domination, aussi bien racial que social, est au cœur de la relation professionnelle. Le métropolitain acquiert une double supériorité, en sa personne de colonisateur et d’employeur. Ces conceptions, au départ du moins et dans le cas de la domesticité sur le territoire indochinois, ne s’éloignent donc pas des conceptions traditionnelles du domestique qui prévalaient en France. Dans le cas des domestiques migrants en métropole, on a une transposition du modèle de migration et de solidarité collective indochinois. En effet, les migrations sont le fait des villages indochinois, qui ne sont pas des espaces figés mais bien des espaces en mouvement dans lesquels de nombreuses migrations rurales s’effectuent. La migration vers la métropole ne constitue donc qu’une étape supplémentaire dans le parcours migratoire de certains domestiques. Par ailleurs, les traditions communautaires et villageoises de la société vietnamienne ont permis aux migrants de tisser des réseaux pour être travailler dans les hôtels flottants lors de la traversée ou dans des familles lors de l’arrivée en métropole.

Pour autant, ces modèles sont perméables et leurs frontières mouvantes. En réalité, la nature des relations sociales dans les espaces coloniaux est plus complexe et résulte de l’espace ambivalent que constitue le « foyer familial » ou « foyer colonial ».

Réalité des pratiques sociales au sein du foyer colonial

La réalité se comprend à travers l’imbrication des sphères professionnelle et privée qui rend le rapport professionnel ambigu (a) et influence la nature des relations sociales au sein du foyer (b).

  • Imbrication des sphères professionnelle et privée

Au sein du foyer, on a tout d’abord une imbrication des sphères professionnelle et privée. Le rapport professionnel est donc ambigu, puisqu’il mélange domination et proximité. Une transaction peut s’effectuer entre des valeurs morales et des contreparties financières : Solène Granier parle de probité et de respect pour la personne du domestique et de l’assurance de rétribution pour l’employeur. Une violation, qu’elle soit du côté métropolitain ou du côté migrant, est considérée comme un motif valable et légal de plainte. Il y a également la dimension symbolique de la domesticité pour les classes métropolitaines supérieures ; employer des domestiques est le symbole de la vie bourgeoise et de la possession des ressources économiques et sociales. Il y a donc un double besoin : un besoin pratique pour faire face à la crise de la domesticité dans la capitale parisienne en employant des domestiques étrangers, et un besoin social, à savoir celui du statut bourgeois et du prestige de l’Empire. Les dépendances sont néanmoins réciproques puisque la migration et le travail de domestique peuvent apparaître comme le moyen de fuir la pauvreté pour les Indochinois.

DomestiquesIndochine
© Blog études coloniales

Cette imbrication n’est pas sans influence sur la nature de la relation sociale au sein du foyer familial. Elle permet d’aller à l’encontre de certaines visions de la littérature anti-coloniale et d’apporter les nuances nécessaires pour rendre compte des véritables pratiques.

  • Réalité des rapports sociaux au sein du foyer familial

Tout d’abord, il existe un contrat de travail entre le domestique et l’employé. Malgré cet encadrement toutefois, les pratiques restent diverses selon les employeurs : le montant du salaire varie, l’échéance de paiement également, certains sont payés en biens matériels, certains domestiques ont le droit à un jour de congés par semaine et à du temps libre le soir alors que d’autres sont contraints par des corvées quinze heures par jour. Néanmoins, cela a le mérite d’aller à l’encontre des approches misérabilistes du domestique ; grâce à ce contrat, les litiges existent et chaque partie peut se défendre. Le rapport de domination varie également. L’auteure dénonce en ce sens la littérature anti-coloniale qui dépeint parfois ce qu’elle appelle les « relations turbulentes », faites de violences et de domination sévère et montre en quoi certains rapports peuvent devenir affectueux et de quelle façon certaines amitiés naissent entre métropolitains et domestiques. Il y a même la formation de couples mixtes, majoritairement entre femmes métropolitaines et domestiques hommes indochinois.

Cette réalité permet de faire passer le domestique du statut d’objet à celui de sujet, analysant désormais les trajectoires individuelles et le domestique migrant en tant qu’acteur de son expérience migratoire.

Expérience migratoire : trajectoires individuelles et collectives et réappropriation

L’expérience migratoire s’effectue par la maîtrise du parcours migratoire et professionnel (a) et par l’insertion au sein des espaces de socialisation plus ou moins politisés (b).

  • Maîtrise du parcours migratoire et professionnel

Les Indochinois font parfois le choix de partir en métropole. Leur parcours migratoire n’est donc pas le simple fait de leur employeur et l’on distingue les stratégies familiales individuelles et les stratégies migratoires. Dans le premier cas, le départ est motivé par la perspective de la rémunération ; les domestiques en partance pouvaient en effet bénéficier d’une avance de salaire par l’employeur, versée à la famille du domestique. Dans le second cas, il s’agit pour certains domestiques de sortir de leur position de vulnérable et de la précarité de leur situation sociale. La profession de domestique étant accessible et connue des communautés de migrants, la perspective d’une embauche en métropole pouvait être perçue positivement. Une fois installés en métropole, les domestiques peuvent également maîtriser leur parcours professionnel. Solène Granier prend l’exemple de la rupture du contrat de travail comme pouvoir du domestique vis-à-vis de l’employeur. Selon elle, cette pratique relève de l’émancipation car le domestique est celui qui se réapproprie non seulement sa trajectoire professionnelle mais également son droit de participation à la vie sociale en métropole. Elle qualifie même cette rupture d’acte subversif.

Cette décision du domestique de rompre son contrat est d’autant plus motivée par le soutien que peuvent apporter les réseaux associatifs de la communauté indochinoise et par les solutions qu’offrent les réseaux professionnels à Paris.

  • Espaces de socialisation et politisation des espaces

Du fait de la transposition du modèle associatif vietnamien en métropole et d’une certaine proximité géographique des domestiques à Paris, les réseaux professionnels permettent de faire dialoguer employeurs et employés. La domesticité étant fortement associée à la bourgeoisie, Paris constitue en ce sens un grand lieu de regroupement des Indochinois. Ainsi, la plupart d’entre eux habite chez leurs employeurs au sein des quartiers bourgeois des 7ème, 8ème et 16ème arrondissements. Leur proximité géographique les amène à se retrouver dans des cafés du quartier et à alimenter le bouche à oreille déjà important dans ce milieu professionnel. Les petites annonces dans les journaux lus par les classes supérieures parisiennes permettent aux domestiques de s’insérer dans le monde bourgeois et d’y demeurer. En outre, le modèle associatif n’est pas seulement réservé aux milieux professionnels. D’autres associations, plus sociales ou politiques voient le jour au sein de la communauté indochinoise dans les années 1920. Les associations représentent un espace de socialisation et un lieu de rassemblement pour les Indochinois, en particulier les domestiques de la capitale. L’auteure donne l’exemple de l’Association des Cuisiniers Annamites et Domestiques de Maisons Bourgeoises, fondée en 1922, qui constitue l’un des premiers groupements corporatifs de domestiques. Cette association vit de cotisations qui financent ses actions dans les domaines divers que sont l’aide au chômage ou à la maladie, l’épargne et plus festif, les fêtes communautaires. Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses associations font l’objet d’un double processus de politisation : il relève d’une part de l’émigration d’une élite indochinoise vers la capitale à des fins politiques au sein des courants nationalistes et communistes et d’autre part par l’insertion d’idéologies politiques au sein même des associations. Cette participation à la vie politique – certains domestiques adhèrent même à des partis politiques en France tel que la SFIO – renvoie à nouveau aux pratiques d’émancipation que peuvent produire les domestiques indochinois.

* * *

Cet ouvrage est dans l’ensemble très agréable à lire. Solène Granier y aborde également les questions de genre, à travers la présence des femmes au sein des foyers familiaux ou l’engagement politique des domestiques indochinoises. L’auteure fait le choix en partie d’une microhistoire.

Néanmoins, le croisement des différents niveaux d’analyse, bien qu’il soit indispensable, rend parfois l’ouvrage complexe, dans la mesure où les passages entre ces différents niveaux s’effectuent sans cesse et où il est difficile de prendre la mesure de leurs effets explicites et implicites. Par ailleurs, Solène Granier fait elle-même le constat de la dimension d’autorité des archives, ces dernières provenant en grande majorité des récits et des discours tenus par les employeurs ou les fonctionnaires métropolitains et non des domestiques eux-mêmes.

Sara Moisy, promotion ASIOC 2014-2015

Réf. Solène Granier, Domestiques indochinois, Paris : Vendémiaire, coll. Empires, 2014, 221 p.

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/177834536

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

Pierre Brocheux : L’Indochine comme sociogénèse d’une rencontre et d’une transculturation – Recension d’ouvrages

Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]

Sara Moisy est étudiante du Master Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Elle séjourne actuellement à Pékin et effectue un mémoire de recherche en sociologie sur les jeunes diplômés chinois à l’épreuve de la déqualification.

Danielle Tan et Caroline Grillot : L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois »

[ndlr] Signalement d’un ouvrage en téléchargement libre sur le site de l’IRASEC (Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine) basé à Bangkok.

Entre fascination et peur, enthousiasme et hostilité, la nouvelle migration chinoise questionne. Les travaux sur « la Chine en Afrique » ont occulté l’importance de l’émergence de la Chine pour ses voisins les plus proches. Cette omission est particulièrement flagrante dans le cas de l’Asie du Sud-Est qui a toujours été le principal théâtre des engagements commerciaux de la Chine avec le monde. Considérée comme l’arrière-cour naturelle de la Chine, l’Asie du Sud-Est est un laboratoire complexe et hétérogène des circulations et des identités en construction à l’aube du « siècle chinois ».

La question des relations entre la Chine et le reste du monde est tantôt pensée en termes de domination, de menace, d’exploitation, et de soutien aux régimes autoritaires, tantôt en termes d’aubaine et d’opportunités de développement. Cette recherche propose de dépasser cette approche binaire en décrivant les stratégies mises en œuvre par les acteurs locaux pour atténuer l’inégalité des rapports de force, négocier l’asymétrie, contourner l’hégémonie, embrasser, résister ou manipuler les termes dictés par les capitaux chinois.

La présente étude, centrée sur les pays de l’ancienne Indochine française (Cambodge, Vietnam,Laos), constitue la première étape d’un projet éditorial plus large qui se donne pour ambition de relever ce défi.

Tan&Grillot_L'ASEdansLeSiècleChinoisCliquez sur l’image pour accéder au téléchargement (lien PDF en bas de page)

ou directement au document pdf : > Télécharger

Sommaire

Introduction (Danielle Tan)
L’émergence de la Chine: un sujet de débat croissant
Evolution des études sur la diaspora chinoise et ses problématiques
Les études sur la migration chinoise aujourd’hui: un enjeu géopolitique – Hypothèse et questionnements

Première partie – L’évolution de la migration chinoise en Asie du Sud-Est: le cas du Cambodge (Danielle Tan)
1- La première phase de migration: les commerçants du Nanyang
2- La deuxième phase de migration: la traite des coolies par les empires coloniaux
3- La migration chinoise aujourd’hui
Conclusion

Deuxième partie – L’Autre, ce voisin. Remarques sur les perceptions chinoises des Vietnamiens, frein au développement des échanges commerciaux (Caroline Grillot)
1- Les Vietnamiens, ces familiers dont on se méfie
2- Discours folklorique et question de classe
3- Quelques explications sur la pérennité des représentations sociales
4- Comment la position et le traitement réservés aux femmes déprécient l’image des Vietnamiens
Conclusion

Troisième partie – La Chine au Laos: développement, colonialisme intérieur ou néo-colonialisme?
1- Evolution de la présence chinoise au Laos
2- Les réseaux transnationaux chinois: les partenaires clés de la stratégie d’extraversion du régime laotien
Conclusion

Conclusion générale (Danielle Tan)
Bibliographie

Les auteures

Danielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle occupe actuellementun poste d’ATER à Sciences Po Lyon, et est rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’Irasec.

Caroline Grillot est anthropologue (Paris X-Nanterre) et sinologue (Inalco). Elle a passé plus de dix ans en Chine où elle a étudié le chinois à l’Université du Shandong (1994-1995) et du Sichuan (1998-2000) grâce au soutien du ministère des Affaires Etrangères et Européennes. Elle est actuellement postdoctorante au Max Planck Institute for Social Anthropology (Halle, Allemagne) et chercheure associée à l’Irasec et à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – CNRS, ENS Lyon).

Source : IRASEC

Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]

Granier_DomestiquesIndochinois[ndlr] Nouvelle parution dans la collection Empires des éditions Vendémiaire. Présentation de l’éditeur.

« On demande serviteur annamite, connaissant bien service table français, parlant français, pour service valet de chambre-maitre d’hôtel-argentier, hôtel particulier, bonne place. »

De la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, des milliers d’Indochinois sont venus en France comme domestiques. Un décret promulgué dans l’Empire français en 1897 permet en effet aux fonctionnaires coloniaux d’emmener des serviteurs colonisés en métropole.

Pour la plupart d’entre eux, dont un petit nombre restèrent à Paris, ce séjour devait être une expérience marquante, qui modifia leurs identités et leurs perceptions des mondes sociaux, coloniaux et métropolitains.

L’analyse de leurs parcours individuels et collectifs offre une nouvelle vision de l’histoire des migrations coloniales. À partir des archives et de leur correspondance, Solène Granier nous livre ici l’analyse d’une rencontre entre deux mondes, faite de méfiance et de préjugés, mais aussi de formes d’attachement, voire de fascination réciproque.

Au sujet des domestiques indochinois

Lors d’un échange universitaire à Montréal en dernière année de licence, j’ai eu l’occasion pour la première fois de suivre un cours sur les impérialismes et les sociétés est-asiatiques aux XIXe et XXe siècles. Cette initiation à l’histoire coloniale de l’Asie a été pour moi une révélation. Les problématiques liées à cette histoire me passionnèrent et c’est tout naturellement qu’en rentrant en France à l’issu de mon année de licence, je décidais de poursuivre mes recherches dans cette voie.

Souhaitant dans un premier temps travailler sur les nationalistes indochinois présents en métropole durant l’entre-deux-guerres, j’ai réorienté mon choix, sur les conseils de mes directeurs de recherche, vers d’autres migrations coloniales, celles des domestiques indochinois. Le sujet n’avait jamais été étudié et le corpus de sources semblait être suffisamment riche pour pouvoir donner naissance à un mémoire de master. M’étant en premier lieu intéressée aux migrations coloniales par le biais de l’histoire politique et idéologique, je commençai alors à explorer les archives politiques et la place des domestiques dans les mouvements.

Des domestiques au carrefour de deux mondes

Rapidement, il m’est apparu que l’histoire des domestiques était singulière et qu’elle ne pouvait être comprise sans explorer plus en profondeur l’ambivalence de leur position au sein des sociétés coloniales et colonisées tant en Indochine qu’en métropole. J’ai alors élargi mes recherches à d’autres types de sources, des archives administratives aux ouvrages de la littérature coloniale, des récits de voyage, des études ethnologiques etc. qui se sont révélées très riches sur la question. Influencée dans cette démarche par les travaux de sociologues et d’anthropologues spécialisés dans l’étude du fait colonial, j’ai été amenée à penser d’autres aspects de la situation des domestiques : les représentations des domestiques dans la colonie, leurs conditions sociales, les contacts qu’ils entretenaient avec les sociétés coloniales, leurs cadres de vie, de travail, et enfin, leurs trajectoires migratoires en métropole…

Solène Granier est diplômée d’un master en histoire du fait colonial à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales). Ses recherches portent principalement sur les migrations coloniales et leurs interactions.

Source : Vendémiaire